Contribution

Sénégal : Evaluation du Code des marchés 2014 et propositions pour optimiser la commande publique par Seybani SOUGOU

 

Sénégal : Evaluation du Code des marchés 2014 et propositions pour optimiser la commande publique par Seybani SOUGOU


Ce compatriote est un robuste intellectuel sénégalais. Technicien dans ses domaines. Chaque fois qu'il s'exprime, qu'il nous livre une production écrite, il nous enseigne, nous alerte et nous ouvre les yeux et l'esprit. Notre pays regorge de talents, que fait-on de ces gens prêts servir, conseiller, proposer, etc. pape Cissoko
Les marchés publics sont des contrats administratifs dont la passation est soumise à une procédure particulière. Le terme de marché public recouvre à la fois une catégorie générique de contrats administratifs et la procédure de dévolution de ces contrats.
Au Sénégal, les passations de marchés étaient auparavant réglementées par le Décret n°82-690 du 07 septembre 1982. 32 ans après, le Décret n°2014-1212 du 22 septembre 2014 portant nouveau code des marchés publics (abrogation du Décret n°2011-04 portant code des marchés publics de 2011), était censé procéder à une refonte complète de la commande publique, avec un double objectif : alléger les procédures, et accroitre l'efficacité de l'achat public.
L'élaboration du code des marchés de 2014 découlait d'une logique simple : rassurer les opérateurs économiques nationaux et étrangers, et initier une politique d'achat public dont le maître mot est la transparence.


Le débat portant sur les entorses au code des marchés publics n'est pas nouveau.
Une étude publiée par la revue Politique africaine (n° 83) en octobre 2001, intitulée « Dessus de table, la corruption quotidienne dans la passation des marchés publics locaux au Sénégal », dévoile un véritable système où la corruption est la norme. Cette étude basée sur des données recueillies au cours d'enquêtes de terrain qui se sont déroulées entre 2000 et 2001, dépeint un univers opaque, où les dossiers d'appels d'offres sont tronqués, où la collusion entre décideurs, fonctionnaires véreux et entrepreneurs est la règle, et où la corruption « légale » règne en maître, faisant dire à un Inspecteur Général d'Etat, sous couvert d'anonymat « Les Sénégalais sont très forts en matière de procédures, ils savent comment les respecter tout en les vidant de leur contenu ».
Une enquête menée par le Forum Civil en 2002 conforte cette étude et concluait que 40 % des chefs d'entreprise considéraient la corruption comme un moyen efficace pour gagner les marchés publics au Sénégal.


Dans un registre similaire, un dossier réalisé par le quotidien Wal Fadjiri en décembre 2004 relatif à la passation des marchés publics au Sénégal révélait une impunité généralisée dans les infractions à la réglementation des marchés publics, le non-respect des règles de mise en concurrence, l'entente illicite, le recours abusif aux marchés de gré à gré, l'entorse au principe d'égalité entre les candidats, le début d'exécution des travaux avant la notification du marché au titulaire, etc.....
En 2015, le rapport de l'Autorité de régulation des marchés publics rendu public (résultat d'audits menés par 5 cabinets entre 2013 et 2014) a fini de démontrer que certains acteurs publics sont de véritables prédateurs de deniers publics.
Ces différentes études démontrent si besoin en était, la nécessité d'établir de nouvelles règles reconnues et respectées par tous en matière de commande publique.
Au vu de ce tout ce qui précède, revoir le dispositif lié à la commande publique est une exigence fondamentale pour permettre au contribuable sénégalais d'avoir une plus grande lisibilité quant aux actions de l'Etat et des collectivités locales dans la passation, la gestion et l'exécution de la commande publique.

A l'instar de la France où 4 réformes majeures ont été initiées dans le domaine des marchés publics en 2001(Décret n°2001-210), en 2004 (Décret n°2004-15), en en 2006 (Décret n°2006-975), en 2016 (Décret n°2016-360). Ces réformes ont pour objet de renforcer la transparence et d'assurer l'efficience dans les procédures de contrats publics. La réforme de 2016 a permis la transposition dans le droit national de 3 directives communautaires : Directive 2014/23/UE, Directive 2014/24/UE, Directive 2014/25/UE.


Pour le Sénégal, s'engager dans une démarche similaire permettrait non seulement de définir une politique d'achat claire où les principes majeurs d'égalité de traitement, de libre concurrence, de liberté d'accès à la commande publique, et de transparence seraient valables, mais également de responsabiliser les acteurs en sanctionnant les dérives émanant d'entrepreneurs, d'agents de l'Etat ou des collectivités territoriales, contrevenant à ces règles.
Le présent document a pour objet de suggérer des axes d'amélioration.


1. Simplifier le Code des marchés publics


La rédaction du code des marchés publics doit se traduire par la mise en évidence des objectifs recherchés (mise en concurrence, transparence, efficacité du choix) et des principes fondateurs du droit de la commande publique, préalablement à la description des procédures.
La simplification des textes est une nécessité pour alléger les contraintes administratives qui pèsent sur les fournisseurs. Une présentation plus pédagogique doit être recherchée, afin de rendre le texte plus lisible et plus opérationnel, depuis l'expression des besoins et des critères de choix jusqu'au contrôle de l'exécution du marché. L'objectif de simplification doit aussi viser à supprimer certaines dispositions, qui sous couvert de responsabiliser les autorités contractantes constituent une prime au laxisme.
La simplification des textes et des règles issus du code des marchés public doit aller de pair avec la modernisation des procédures de passation, en particulier par le recours aux nouvelles technologies, facteur d'allégement et d'accélération des échanges.


2. Propositions


Proposition n°1 : Harmoniser la législation nationale avec les normes juridiques régionales


Le code des marchés doit permettre une meilleure articulation entre les règles d'origine nationale et celles d'origine régionale (OHADA « Organisation pour l'harmonisation du Droit des Affaires en Afrique »). L'harmonisation des normes juridiques nationales dans le cadre de l'UEMOA s'inscrit dans un processus de coopération accrue entre les pays africains doit être poursuivie. L'application des règles issues de la Directive N°01/2009/CM/UEMOA portant code transparence dans la gestion des finances publiques de l'UEMOA, révèle de nombreuses insuffisances, notamment s'agissant du volet « réglementation relative aux marchés publics».


Proposition n°2 : Appliquer les principes fixés par le code des marchés publics de 2014


Une procédure de passation de marchés publics se construit autour d'un mode de consultation et de dévolution. La réglementation impose une discipline de comportement respectant l'égalité de traitement des candidats, l'équité des choix et exige une construction formaliste constituée de règles de publicité, de délais, et de conditions d'accès.
Du point de vue formel, des avancées notables ont été notées dans la rédaction du code des marchés de 2014. Toutefois, elles ne sont guère suivies d'effets.
Des améliorations pourraient être apportées portant sur les points suivants :


• Mise en place d'indicateurs de performance dans les dossiers d'appel d'offres afin d'éclairer au mieux le choix du titulaire qui doit d'effectuer sur la base de critères objectifs et impartiaux,
• Garantir l'égalité des offres lors de la mise en concurrence en accordant des délais identiques à toutes les entreprises concurrentes, en ne faisant pas bénéficier une entreprise, précédemment attributaire, d'informations essentielles de nature à lui procurer un avantage sur les autres candidates, et en harmonisant les délais de communication des informations et documents qui doivent être raisonnables et identiques,
• Faciliter l'accès à la commande publique aux entreprises nouvellement créées, en leur per

mettant de justifier leurs capacités par toutes des pièces équivalentes, lorsqu'elles ne sont pas en mesure, compte tenu de leur date de création, de produire les documents et renseignements exigés,
• Assurer la gratuité totale du dossier d'appel à la concurrence (article 58 du code), qui continue à être monnayé « au prix fort » par certaines autorités contractantes,
• Faciliter l'accès du Dossier d'appel d'offre aux petites entreprises situées à Ziguinchor, à Thiès, à Kaolack, à Diourbel ou à l'intérieur du pays, un moyen de favoriser la décentralisation et l'implantation d'entreprises dans ces localités,


• Elargir la chaîne des sanctions au niveau pénal (aggravation des peines aussi bien pour les agents de l'Etat ou des collectivités territoriales contrevenant aux règles de l'achat public que les chefs d'entreprise ou hommes d'affaires coupables de pratiques visant à favoriser la corruption ou les dessous de table).
De telles réformes doivent être au cœur des préoccupations des pouvoirs publics. De même, la prise en compte de la dimension éthique, comme le prévoit la charte de la transparence et d'éthique en matière de marchés publics, adoptée par le Sénégal en 2005 (Décret n°2005-276), pourrait faire l'objet d'une vulgarisation au niveau des acteurs en charge de la passation des marchés publics.


Proposition n°3 : Privilégier l'achat responsable dans la définition des critères de jugement des offres


La soumission des entreprises aux marchés publics implique de leur part une attention toute particulière aux lois, réglementations et conventions collectives en vigueur. A ce titre, l'engagement des entreprises soumissionnaires au titre des exigences sociales pourrait être un des éléments d'appréciation de la pertinence de l'offre.
Le critère social (recrutement de personnes en difficulté, lutte contre le chômage des jeunes), de même que le critère environnemental concourent à accroître les bénéfices sociétaux par la mise en place d'une commande publique responsable. A terme, pour faire le meilleur usage possible des deniers publics, l'achat public devrait combiner 3 critères :


o 1-les critères permettant d'évaluer le rapport qualité/prix de l'offre,
o 2-les critères évaluant la performance environnementale,
o 3-les critères permettant d'évaluer la valeur sociale de l'offre.


A titre d'exemple, le législateur belge a adopté une loi du 27 février 2002 visant à promouvoir une production socialement responsable. Ce texte crée un label que les entreprises peuvent utiliser dans la promotion des produits et qui est octroyé selon des critères qui comprennent le respect des normes définies dans les conventions de base de l'Organisation internationale du travail, l'interdiction du travail forcé, l'interdiction de toute discrimination en matière de travail et de rémunération, l'âge minimum fixé pour le travail des enfants ainsi que l'interdiction des pires formes de travail des enfants.


Proposition n°4 : Définir des critères d'évaluation des offres clairs et objectifs


La notion de pondération des critères doit permettre d'établir une grille et un système de notation afin de pouvoir comparer de manière objective les offres entre elles. Or, les critères établis par la personne publique sont des indicateurs qui permettent, d'une part de décrire et qualifier le besoin à satisfaire, d'autre part de juger de l'adéquation entre l'offre proposée par le candidat et l'attente de l'acheteur. De ce point de vue, le critère est susceptible d'une évaluation qui, théoriquement peut varier de 0% à 100% selon l'application du principe de pondération.


L'évaluation ainsi attribuée reflète la performance de l'entreprise candidate par rapport au critère défini et permet de motiver suffisamment le choix du titulaire. La définition de critères clairs et objectifs limite le référé précontractuel. Le référé précontractuel (recours suspensif) permet aux soumissionnaires évincés dans le cadre d'une consultation, « qui ont un intérêt à conclure le contrat et qui sont susceptibles d'être lésées par le manquement invoqué », de contester la procédure. C'est une garantie de transparence et d'équité pour le prestataire. A ce titre, le délai observé entre la date d'information des candidats non retenus et la date de notification du marché doit être scrupuleusement respecté par les entités publiques. C'est une garantie de transparence et d'équité pour le prestataire. A ce titre, le délai observé entre la date d'information des candidats non retenus et la date de notification du marché doit être scrupuleusement respecté par les entités publiques.


Proposition n°5 : Alléger le formalisme et supprimer les contraintes pour les entreprises


Une procédure de marché public se construit avec les prestataires. La présentation du dossier de candidature des entreprises pourrait être simplifiée. La procédure de délivrance des documents administratifs doit être allégée en privilégiant, si nécessaire, les attestations sur l'honneur. La possibilité de régulariser les dossiers de candidature (erreurs matérielles) doit être étudiée. La transmission de certains documents obligatoires pourrait être exigée au moment de l'attribution du marché. Les délais de paiement doivent être réduits et respectés pour ne pas pénaliser les entreprises.


Proposition n°6 : Uniformiser les seuils et exercer un contrôle approfondi sur les procédures DRP


Le Code des marchés publics actuel se réfère à plusieurs seuils (cf article 53 du code des marchés publics), en fonction du montant du marché et selon qu'il s'agit d'un marché de travaux, de fournitures et de services ou de prestations intellectuelles.


o Pour les marchés de travaux (Etat, Collectivités territoriales et Etablissements publics), le seuil pour un appel d'offres ouvert est fixé 70 millions CFA.
o Pour les marchés de fournitures et de services, (Etat, Collectivités territoriales et Etablissements publics), le seuil pour un appel d'offres ouvert est fixé 50 millions CFA.
o Pour les marchés de prestations intellectuelles (Etat, Collectivités territoriales et Etablissements publics), le seuil pour un appel d'offres ouvert est fixé à 50 millions CFA.
On dénombre ainsi différents seuils dont la pertinence n'est pas forcément établie. On pourrait abaisser le seuil prévu pour les marchés de travaux (uniformisation avec les marchés de fournitures et services, et de prestations intellectuelles). Parallèlement, il serait judicieux d'exercer un contrôle approfondi des procédures DRP qui permettent à des acteurs de contourner les principes de la commande publique.


Proposition n°7 : Supprimer la disposition figurant dans le code 2014 relative aux offres spontanées


Il s'agit d'une innovation introduite dans le code 2014, dont les motivations sont suspectes. En matière de marchés publics, le principe de base, préalable à tout achat public, concerne la définition du besoin. L'article 5 du code des marchés publics de 2014 précise « qu'avant tout appel à la concurrence, consultation ou négociation, l'autorité contractante est tenue de déterminer aussi exactement que possible la nature et l'étendue des besoins à satisfaire ». La notion d'offre spontanée (article 81) part du principe que l'autorité contractante peut donner suite à une offre d'un fournisseur, sur initiative de ce dernier, lorsqu'elle « présente un intérêt général manifeste ». En fait, la « notion d'intérêt général manifeste » est floue, incertaine, et ouvre la voie à toutes sortes de dérives (entente illicite en amont, corruption active ou passive, détournement de procédures, etc...).

Lors de la rédaction du nouveau code des marchés de 2014, la Banque Mondiale avait adressé une sévère mise en garde au pouvoir en place, liée à la nature de cette « disposition ». Il serait judicieux de supprimer cette disposition qui n'a pas sa place dans le code des marchés publics.


La simplification et le souci de réduire les délais ne doivent pas conduire à détourner l'acte d'achat public de sa vocation initiale. L'article 6 du code des marchés publics est extrêmement clair quant à son libellé « les plans de passation des marchés doivent être transmis à la Direction centrale des marchés publics au plus tard le 1er décembre de l'année budgétaire considérée ; celle-ci vérifie la conformité du document et en assure la publication dans les 03 jours francs suivant la réception. L'acte d'achat n'est pas un acte spontané. Un besoin doit être identifié en amont, et formalisé dans un cahier des charges.
L'idée selon laquelle le code des marchés publics est un frein pour la réalisation de programmes de développement ne repose sur aucun argument convaincant. Cette posture a surtout pour objet de permettre à certains acteurs de se soustraire au jeu de la concurrence, et de pouvoir s'adonner en toute impunité à des pratiques de malversations et de corruption par la technique des retro commissions.


Proposition n°8 : Clarifier la portée du premier alinéa de l'article 48 concernant la sous-traitance


Le premier alinéa de l'article 48 relatif aux conditions de la sous-traitance mérite une clarification pour éviter une collusion entre l'autorité contractante et le prestataire. En effet, l'article 48 du code des marchés portant sur les modalités de la sous-traitance précise « qu'un titulaire de marchés publics de travaux ou d'un marché public de service peut sous-traiter l'exécution de certaines parties du marché jusqu'à concurrence de 40% de son montant, à condition d'avoir « obtenu l'accord préalable de l'autorité contractante». Cette formulation est suffisamment floue pour créer les conditions d'une entente (pratique de rétro commissions). La forme de cet accord n'étant pas définie par le code, il convient de réécrire l'article 48 du code des marchés, d'en définir précisément les modalités ou de supprimer tout simplement ladite mention pour lever toute équivoque.


Proposition n°9 : La dématérialisation des procédures : une exigence des temps modernes


La dématérialisation des procédures est une exigence des temps modernes. Dans l'Union Européenne, les soumissionnaires peuvent retirer le dossier de consultation des entreprises et déposer leur candidature par voie électronique. Un prestataire situé en Pologne, en Espagne ou aux Pays Bas, a la possibilité de consulter un avis d'appel public à la concurrence au JOUE (Journal officiel de l'Union européenne) et soumissionner à un appel d'offres dans n'importe quel pays de l'Union. S'engager dans une démarche de dématérialisation des procédures d'achats, pourrait permettre au Sénégal de tirer profit des formidables opportunités offertes par les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Par exemple, une entreprise domiciliée au Mali, en Côte d'Ivoire ou en Afrique du Sud pourrait soumissionner en ligne.


Proposition n°10 : La formation d'un personnel qualifié dans la passation, la gestion et l'exécution des marchés


La formation des agents de l'Etat et des collectivités territoriales est un enjeu majeur dans la vie d'une Nation. La formation des agents permet de rationaliser l'achat public : uniformisation des process, homogénéisation des pratiques, recours à des marchés transversaux, mutualisation des achats de plusieurs services de l'Etat ou des collectivités territoriales, négociation, réduction des coûts.


Proposition n°11: Promouvoir le Partenariat Public Privé (PPP)


Les contrats passés dans le cadre de la loi Partenariat Public Privé (partenariat entre administrations publiques et des entreprises du secteur privé) participent aussi de cette logique qui consiste à favoriser la satisfaction des besoins des pays émergents ou en voie de développement en termes d'infrastructures ou d'équipements. Ces contrats qui se distinguent en droit français à la fois de la délégation de service public et du marché public, trouvent leur source d'inspiration dans le droit anglais (Private Financial Investment) ; ou le droit canadien (contrats globaux avec transfert d'équipements). Ils figurent en bonne place des contrats mis en place par la Banque Mondiale pour financer des opérations de développement. Les contrats partenariat public-privé permettent d'associer sur une longue durée (20 ou 30 ans) une entreprise privée au financement, à la réalisation ou à la gestion d'un équipement public. Compte tenu des enjeux financiers colossaux, ces partenariats doivent être valorisés.


Proposition n°12 : Instaurer un régime de quota pour les marchés passés par « par entente directe »


Les dispositions relatives à l'article 76 du code des marchés publics qui régissent les marchés passés par entente directe sont totalement dévoyées du fait de stratégies de contournement opérées par les autorités contractantes. La prolifération des marchés de gré à gré, dont les montants sont faramineux favorisent les ententes illicites et la corruption à grande échelle. Il est urgent de clarifier la portée de l'article 76 qui constitue un régime dérogatoire. Deux options peuvent être envisagées :
- Renforcer les attributions de la Direction centrale des marchés publics, en conférant à son avis (article 76) un caractère contraignant, sous la forme d'un « Avis conforme ; et supprimer du code la possibilité de saisine du Comité de règlement des différends (ARMP) offerte aux autorités contractantes, ainsi que le Pouvoir octroyé au Premier Ministre d'ordonner la poursuite de la procédure, « au motif impérieux d'intérêt général »,

- D'autre part, instaurer un régime drastique de quota pour les autorités contractantes, de façon à limiter sensiblement le recours à ce type de procédure.


Proposition n°13 : Recentrer l'Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) sur sa mission


Autorité administrative indépendante, l'ARMP a entre autres, pour mission de réguler le système de passation de marchés publics et de délégations de service public et de formuler des propositions.


Néanmoins, le fonctionnement de cette structure est loin d'être satisfaisant, surtout s'agissant des décisions rendues par un de ses organes, le Comité de règlement des différends statuant en Commission des litiges, dans le cadre d'une saisine. Dans de nombreux dossiers de marchés publics traités par l'ARMP, les décisions rendues ne prennent en compte ni les avis de la DCMP (fondés en Droit), ni le principe de l'intérêt général (bon usage des deniers publics).


A titre d'exemple, dans une procédure ouverte relative à un marché de fournitures de bureau et de consommables informatiques passé par la Direction de l'Imprimerie nationale en 2016, l'ARMP a rejeté l'offre d'un candidat au motif que son offre « est anormalement basse » ; le candidat n'ayant pas, selon l'instance « justifié la réalité économique du prix de son offre ». Dans les procédures de marchés publics, la notion d'offre anormalement basse est l'une des plus complexes à appréhender par les acheteurs publics. Démontrer qu'une offre est anormalement basse suppose que l'autorité contractante soit en mesure, d'identifier les caractéristiques d'une offre basse, ensuite de demander des justifications au candidat, et dans un troisième temps ,d'apprécier la pertinence des éléments de réponse fournis par le candidat au regard desquels ; le mode de fabrication des produits, les solutions techniques adoptées, les conditions exceptionnellement favorables dont dispose le candidat pour réaliser les prestations, l'originalité de l'offre, etc.. Une offre anormalement basse ne se présume pas et ne se décrète pas à l'emporte-pièce. Elle doit être prouvée et attestée de manière objective.


Dans le cas d'espèce, l'ARMP s'est simplement bornée à « confirmer » l'appréciation de l'autorité contractante, sans procéder à une vérification de fond, lésant un prestataire dont l'offre était moins disante, tout en étant conforme aux prescriptions du cahier des charges. Les pratiques de certaines autorités contractantes, voire de certains administrateurs de crédits ne sont ni conformes à l'intérêt général, ni au bon usage des deniers publics. Il appartient à l'ARMP de rectifier le tir, et d'exercer pleinement sa fonction de veille et de contrôle en toute autonomie.
De 2012 à 2016, la liste interminable de marchés gré à gré passés avec l'approbation de l'ARMP donne le vertige. Les scandales liés aux marchés par entente directe portent sur des centaines de milliards de CFA. Chaque mauvaise dépense équivaut a un impact sur la construction d'écoles, de postes de santé, sur la réalisation d'équipements publics et plus globalement sur le niveau de vie des populations.


Conclusion


Le Sénégal n'est pas confronté à un problème de textes. Le pays dispose de l'une des législations les plus élaborées qui existent dans le monde. Le Décret n°2014-1212 du 22 septembre 2014 portant code des marchés publics fait référence à de nombreuses dispositions :
1. Directive n°04/2005/CM/UEMOA du 09 décembre 2005,
2. Acte Uniforme du 17 avril 1997 de l'Organisation pour l'harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA),
3. Loi organique 2012-23 du 27 décembre 2012,
4. Loi 65-50 du 19 juillet 1965 portant code des obligations civiles et commerciales modifiée,
5. Loi 65-51 du 19 juillet 1965 portant code des obligations de l'administration modifiée,
6. Loi 90-07 du 20 juin 1990 relative à l'organisation et au contrôle des entreprises du secteur parapublic et au contrôle des personnes morales de droit privé bénéficiant du concours financier de la personne publique,
7. Loi 2013-10 du 28 décembre 2013 portant code général des collectivités territoriales,
8. Décret n°2005-276 du 22 juin 2005 portant charte de transparence et d'éthique en matière de marchés publics...


On pourrait allonger la liste indéfiniment... Ce qui frappe au Sénégal, c'est l'extraordinaire décalage entre les textes et leur application, entre les proclamations d'intention et les actes. C'est ce qu'il convenu d'appeler le grand écart. A ce jour, la gouvernance sobre et vertueuse relève de la simple rhétorique. Toutes les lois, tous les dispositifs, tous les textes, aussi élaborés et pertinents soient-ils ne pourront produire des effets si ceux qui sont en charge de les appliquer ne sont pas mus par des principes d'intégrité, de déontologie et par le souci constant de défendre l'Intérêt Général. La sécurité juridique de l'achat public, la transparence des procédures, l'impartialité du choix, la prévention du délit de favoritisme dans l'attribution des marchés ne sauraient se limiter à une simple « écriture de textes ». Le préalable consiste à asseoir une culture de la responsabilité individuelle et collective.


Au Sénégal comme dans beaucoup de pays africains, les contrats publics constituent un moyen pour les décideurs et fonctionnaires véreux, en complicité avec des entrepreneurs (dont la boulimie financière est sans limite) de s'adonner à un véritable pillage des deniers publics, le tout dans une « apparente légalité ». De telles pratiques prédatrices hypothèquent le développement du pays et compromettent durablement l'avenir de millions de citoyens. Elles sont assimilables à de véritables crimes financiers et doivent faire l'objet de sanctions pénales appropriées, avec une tolérance Zéro pour ces nouveaux « prédateurs » des temps modernes.
Le présent document ne prétend pas épuiser le champ des possibles. Mais, dans un contexte où la bonne gouvernance est érigée en principe majeur, et demeure un leitmotiv des autorités publiques, assainir l'univers de la commande publique est on ne plus urgent.


Seybani SOUGOU – E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

LETTRE A MON AMI LE PROFESSEUR HAMIDOU DIA- la problématique ethnique par DEME Mamadou/ France

 

LETTRE A MON AMI LE PROFESSEUR HAMIDOU DIA- la problématique ethnique par DEME Mamadou/ France

DEME Mamadou- sociologue des migrations et du développement local

DEME Mamadou sociologue des migrations et du développement local : un intellectuel de terrain, un historien qui vous parle du Sénégal des profondeurs comme de la diaspora. Un intellectuel généreux qui aime partager et faire profiter, un homme à écouter, lire et suivre sans passion mais avec la raison. P B CISSOKO

Ko haala addata haala / wax mooy inndi wax / digaame bakkaado digaame / kumo lek kumo naati / kasankenaku egami kasankenaku / falay naa bisaada falay .

Cher ami Hamidou DIA
Pourquoi rectifies-tu ?. Le fais-tu pour faire plaisir à des amis avec qui tu as en partages l'héritage du Sénégal et ses mémoires plurielles ou le fais-tu par ce que tu te plies aux exigences de ceux qui, intellectuels ou lettrés comme toi , appartiennent à une autre socioculture sénégalaise importante mais qui , jamais à aucun moment n'avaient pas eu le courage qui a été le tien , pour dénoncer les manquements et les atteintes à la cohésion sociale sénégalaise lors que ceux – ci venaient des membres de leur communauté culturelle. Tes amis là , aux quels tu donnes des gages de fidélité allant jusqu'à dire que tu avais beaucoup de frères et amis wolofs ( ce qui est à ton honneur) que chez tes parents peuls, à chaque fois que le peul était victime d'atteintes verbales à caractère ethniciste, n'ont jamais eu à réagir et à condamner, contrairement à nous autres qui avons promptement réagi pour dénoncer fermement les propos de penda Ba et de nous en désolidariser.

J'ai admiré ton courage et ta lucidité dans ton premier article, car au lieu de te flageller pour présenter tes plates excuses comme l'ont fait certains parmi les nôtres , tu avais osé , comme je l'avais fait dans Facebook, de dénoncer la problématique de danger vers laquelle se dirigeait le Sénégal à travers des comportements chauvins nauséabonds et des paroles qui ne restituent en aucune manière l'histoire de notre cohésion sociale apaisée depuis des temps anciens .

Mais tes amis wolofs qui sont nos frères et sœurs se sont sentis visés. Et au lieu de te retrouver dans ce combat qui doit être celui de la république, ils ont préféré condamner et désapprouver tes propos .Ils te demandent de renoncer à ton espace de socialisation primaire qui est le peul depuis saldé –tébégoud ,village de la vallée antérieurement seereer comme tant d'autres de nos collectivités et villages du fuuta et ceux de la vallée du fleuve Sénégaal toute entière, pour te mouler sans discussion au modèle social mono culturel et linguistique wolof pour lequel ils dessinent les contours et la sociographie du Sénégal d'aujourd4hui et de demain.

Or cette hypothèse-là, ne restitue ni ne correspond en aucune façon à notre Sénégal historique, ni celui d'aujourd'hui et certainement pas à celui de demain. Ce Sénégal-là n'est pas le mien et pour une très large majorité de notre peuple .Cette perspective de détérioration des liens sociaux , de la coexistence interculturelle pacifique qui promeut notre cohésion nationale actuelle et la pluralité des mémoires culturelles ainsi que des diversités de territoires et de terroirs qui la composent, ne peut être la nôtre, elle n'est pas la mienne en tous les cas . Car , elle suppose , un nivellement d'autres ,pour créer les conditions d'une prévalence et d'une prééminence d'une ethnie sur d'autres pour en arriver à un monolithisme culturel et linguistique qui ne peut être qu'une perspective très dangereuse dont le Sénégal et les sénégalais n'ont pas besoin.

La phrase de ton ami Dieye qui te tend la main et qui t'invite à te relever grâce à son soutien ( admettons hamidou , que l'une de nos ethnies soit devant et les autres derrière, que l'une soit «supérieure» aux autres et après?) , y est explicite et particulièrement terrible par son chauvinisme revendiqué, pour notre histoire et notre appartenance commune caractérisée par des origines diverses, des socialisations multiples , des métissages féconds , des assimilations réciproques et des parentés plurielles dont les migrations sont les supports ainsi qu'une citoyenneté diversifiée revendiquée et enviée à l'échelle de notre continent.

Hamidou, pourquoi ne dis-tu pas à tes amis et frères et sœurs wolof qui sont les miens , que nous peuls, venus des villages lointains des régions périphériques et du centre du Sénégal , qui avons bénéficié des pluralités des socialisations éducatives sénégalaises ,et qui avons transcendé leurs continuités et discontinuités récurrentes, qui avons grandi dans une double socio-culture rurale et urbaine et qui avons vécu les continuités territoriales de notre pays, n'avons rien contre eux et contre leur communauté. Que nous ne comprenons pas leurs comportements chauvins à l'égard de notre communauté peul et à l'égard des autres communautés qui, comme elle, forment avec nous une nation en cours de construction avec une cohésion sociale historique apaisée. Que nous ne comprenons pas leurs désirs ardents d'être supérieurs aux autres et leurs volontés permanentes d'intégrer ceux qui sont différents. Que nous apprenons réciproquement avec eux et concomitamment nous inventons les méthodes et outils existentiels qui aideront nos communautés respectives à construire ensemble notre histoire d'aujourd'hui et celle de demain, comme l'avaient fait pour nous nos ancêtres qui nous ont légué le Sénégal.


Car pour nous, toutes les langues et ethnies se valent et peuvent rendre compte des mémoires séculaires, être des vecteurs des savoirs multiformes, des dynamiques de rencontres et d'échanges, des conservations et des restitutions diverses.
Pour nous, la vulgarisation des diversités culturelles et linguistiques est facteur de cohésion sociale. Celle – ci est celles des communautés, des hommes, et des femmes, des langues , des territoires et des terroirs qui , au-delà des métissages et des assimilations diverses , forment et animent une nation apaisée. La permanence de cette diversité passant nécessairement par le traitement équitable des langues nationales qui en sont les véhicules identitaires. Car hamidou, la détérioration d'une langue est un des critères de la destruction des mémoires et des civilisations. Une langue qui se meurt c'est des liens qui se détériorent et çà ce n'est pas acceptable pour le Sénégal.

Hamidou , pour quoi tu ne leurs dis pas , que jamais dans l'histoire de notre pays , jamais un intellectuel ou lettré peul francisant ou arabisant , n'a tenu un propos désobligeant ou à caractère ethnique voire ethniciste à l'égard du wolof , ni à l'égard du seereer, du joolaa , du mannding , du sooninke , du manjaak, du balante , du basari , du tennda, du malinke , du jaaxanke et du xaasonke, du mankany et tant d'autres communautés de notre nation. Dis leurs hamidou ,que dans aucune de ces communautés de notre nation qui sont sont à égal droit et devoir que les wolofs dans notre nation, qu'aucun lettré quelqu'il soit n'a jamais écrit quelque chose de désobligeant ou proféré une parole ou un comportement ethniciste à l'égard de son frère ou sa sœur wolof.

Hamidou , toi et moi comme beaucoup de jeunes lycéens originaires des régions périphériques du Sénégal, qui avons grandi à NDAR ,et qui y avons vécu toute notre adolescence dans cette contrée marquée par la pluralité de son peuplement et de sa téranga légendaire, nous avons bénéficié de l'hospitalité de ces familles wolofs qui nous ont accueilli , hébergé ,nourri , soutenu financièrement , non pas parce qu'elles étaient meilleures ou supérieures que nous , mais tout simplement parce qu'elles étaient et restent toujours des ndey -ji - reew et profondément humains.

Comment expliques alors hamidou, que certains de nos frères et sœurs wolofs , ne cessent en longueur de journées ,dans les différents évènements qui traversent notre pays , de tenir à tout va des propos désobligeants et ethnicistes à l'égard de notre communauté et exclusivement à l'égard de celle-ci ? . Ils ne s'attaquent pas aux seereer , aux sooninke, aux joolaa, aux mannding et autres ethnie. Seule notre communauté est leur cible privilégiée. Pourquoi alors des intellectuels et des lettrés wolofs ou devenus wolofs dans le temps et dans l'espace suite à des assimilations qui ont confirmé des ruptures avec des origines, s'attaquent aux peuls avec des propos ethno-raciaux , et que ceux et celles de tes amis qui te demandent de t'amender ne les dénoncent pas , ne les condamment pas ? .Pourquoi, lorsque le Professeur Malick Ndiaye intellectuel éminent a voulu mettre son intelligence au service d'une idéologie pourrie en voulant théoriser son concept nauséabond du « neddo bandoumisme » alors que chez nos parents wolof les expressions « nit , nit ay mbokkam, mba nit, nit ay garabam font légion , renforçant ainsi des milieux linguistes intégristes et rétrograde ,pour masquer sa trahison de Macky Sall en écrivant clandestinement un livre à charge contre lui et se donner bonne conscience quand il a été defenestré de la présidence de la république par ce dernier, tes amis ne l'ont pas condamné et ne l'ont pas demandé de s'amender comme ils le font avec toi? . Pourquoi, lorsque le journaliste de talent Babacr Justin Ndiaye que je lis fréquemment a osé faire le parallèle sur l'appartenance ethnique commune entre le président MACKY Sall et le Général Sow quand ce dernier a été choisi par le premier comme chef d'état-major des armées du Sénégal, tes amis et ceux qui grondent et glausent sur ton article, ne l'ont pas condamné et demandé de s'amender? Dans une ces livraisons, où il faisait une exégèse des propos de Amy collé , houleye Mané , et penda Ba , il fait appel à l'histoire de l'organisation sociale et institutionnelle de notre pays vantant les mérites de Senghor et de Abdou DIOUF, mais s'abstenant de parler curieusement d'Abdoulaye Wade et de sa gouvernance de 12 ans, comme s'il ne s'était rien passé. Alors que l'émergence du discours politique ethniciste institutionnel au Sénégal corrobore les présidences d'abdoulaye wade et sa gouvernance ethno- confrérique avec tout cela a eu comme conséquence sur l'abaissement du pouvoir politique, l'affaiblissement de l'Etat républicain. Mais apparemment cela n'offusque pas babacar jupiter Ndiaye. Des milieux ethno- linguistiques qui gravitaient autour d'abdoulaye Wade , ses ministres déchus et ses députés battus lors de l'alternance 2012 alimentèrent en toute impunité ce vocable ethnocentrique, bien que beaucoup d'entre eux dansent déjà du ndaw rabbiny pour macky sall sans qu'aucun procureur ne s'autosaisisse .Pourquoi ce grand journaliste qui honore son pays par ses écrits et ses analyses ne dénonce t – il pas les manquements de la gouvernance d'Abdoulaye sur cette question fondamentale qui menace notre pays et sa cohésion sociale jusqu'ici apaisée.
Pourquoi quand Penda Mbow dont tout le monde sait que sa haine contre Abdoulaye Wade est liée à sa défenestration comme ministre de la culture, lorsqu'elle proclama publiquement que le vote en faveur de macky Sall était de nature identitaire , ce vocable conceptuel pour ne pas dire tout simplement qu'il était ethnique n'a pas été dénoncée et condamnée par tes amis.


Aujourd'hui dans les faveurs de la gouvernance de Macky Sall , elle se souvient de ses origines peules allant jusqu' leur danser chaque matin du wango et du riiti pour plaire à la première dame quitte à lui rappeler au quotidien son métissage historique seereer et peule.


Pourquoi quand Abdoulaye Wade a tenu des propos désobligeants à l'égard du Fuuta lors de la camagne présidentielle de 2012 , allant jusqu'à menacer vertement cet espace géo-humain stratégique pour notre nation en devenir ,aucun de tes amis dont nombreux étaient à la source nourricière des wade , n'a condamné ni cherché à se désolidariser. Ils ont préféré taire leurs principes républicains pour continuer à manger. Or à notre connaissance un principe républicain ne peut et ne doit être sélectif.
Et pour tant ce même abdoulaye wade s'enorgueillait de ses origines fuutankaises , allant à les revendiquer publiquement dans les années 80 à 2000 en France ,cotisant dans les caisses villageoises des ressortissants des villages de joomanndu , tuldegaale , siwre et saare sukki du département de Podor résidents en France ,réputés être le berceau des Wade du Sénégal . Les députés Mody Sy et Amadou ciré Sall sont des témoins vivants de cette période .Celui-là même qui revendiqua son origine futankaise lorsqu'il donna une confidence à l'ancien ressortissant maurtinanien qui dirigeait l'OMVS, que son propre grand père Abdoulaye Wade dont il portait le prénom est mort entéré à Kaedi de l'autre côté de la rive du Fleuve Sénégal.
Pourquoi quand ce même Abdoulaye wade donna le micro à Macky à Matam pour qu'il parle à ses parents pulaar en 2007, cela n'a offusqué personne de tes amis qui t'interpellent ? Idem quand il a traité Macky et sa famille de jaam , de deum ( enthrophophages buveurs de sang) ils étaient où tes amis qui te tendent la main aujourdhui ? L'injure de penda ba que je ne partagerai jamais , est elle plus sale que celles -là tenues par des hommes et des femmes d'envergure qui le disent parcequ'ils se sentent impunis et non atteignables.

Il en est également de Cheikh Anta diop le digne fils de notre nation , quand Senghor disait de lui qu'il ne peut pas gouverner le Sénégal parce qu'il n'aimait pas les toucouleurs ,il répondu frontalement : « comment pourrais-je détester un peuple aussi noble et valeureux d'où je viens car je tire mes origines familiales de villages du département de Podor? »

Hamidou comment expliques tu que ce peuple indexé auquel tout le monde s'en orgueille d'appartenir , des politiques aux chefs religieux illustres, aux intellectuels de renom qui font le prestige de notre pays , n'ait jamais recherché une prévalence sur les autres ethnies sénégalaises et
soit dans son évolution historique temporelle et spatiale sénégalais , un objet de méfiance et de haine Voir de discours ethniciste de ceux ou celles qui revendiquent être en partie issus de lui?

Ces intellectuels et ces hommes et femmes politiques que tu dénonces disent-ils tout haut ce que beaucoup de personnes pensent tout bas ? Et parce qu'ils sont impunis dans leurs comportements et dans leurs propos, ils facilitent aujourd'hui les attitudes et injures à caractères ethnicistes qui pullulent dans les réseaux sociaux et beaucoup d'entre eux les défendent voire les soutiennent.

Vois-tu mon cher hamidou, notre nation a la chance et l'honneur d'avoir des fils et des filles du Sénégal qui l'ont porté et continuent à le porter au firmament des nations et dont les origines transcendent la pluralité des composantes ethniques qui la caractérisent, grâce à des métissages et des assimilations récurrentes valides depuis des temps anciens et dont les migrations sont les supports. Ceux -ci fondent nos personnalités et des identités communes connues ou méconnues par les générations actuelles que nous sommes. Et il y a va de l'intérêt de notre pays que les ndiaye seereer, Ndiaye joolaa, Ndiaye manding, Ndiaye wolof , Ndiaye pulaar , Ndiaye sooninke , Ndiaye manjak , se retrouvent autour de l'essentiel d'une appartenance commune malgré leurs différences et acceptent qu'entre eux il ne peut y avoir de prévalence , de prééminence , de supériorité ou d'infériorité .Car personne d'entre eux n'est ni l'original ni la photocopie, et qu'ils sont tout simplement sénégalais à multi-appartenances identitaires et fier de l'être ;
Comprendre cette boutade, la partager avec les réseaux qui animent toutes les structurations sociales qui sont les nôtres malgré leurs stratifications, facilitera sans aucun doute la disparition d'idées de mauvaise augure et renforcera l'idéal de notre état nation que nous avons à construire en communautés et ensemble

DEME Mamadou Sociologue des migrations et du développement local

Très profonde « Lettre ouverte au monde musulman » du philosophe musulman Abdennour Bidar par pasteur Gaspard

 

Très profonde « Lettre ouverte au monde musulman » du philosophe musulman Abdennour Bidar par pasteur Gaspard


« Tous ceux qui prendront l'épée périront par l'épée ? Question : vivre l'instant présent et être heureux ? »


Abdennour Bidar est normalien, philosophe et musulman. Il a produit et présenté tout au long de l'été sur France Inter une émission intitulée « France-Islam questions croisées ». Il est l'auteur de 5 livres de philosophie de la religion et de nombreux articles.


Cette lettre ouverte au monde musulman fait suite aux événements des jours passés, notamment l'assassinat de Hervé Gourdel. De nombreux musulmans ont manifesté leur indignation nécessaire et salutaire (en France et dans le monde, avec le mouvement #NotInMyName – « pas en mon nom »). Au delà de cette dénonciation indispensable, Abdennour Bidar pense qu'il faut aller plus en profondeur, et entrer dans une autocritique de l'Islam comme religion et civilisation dans ce moment de transition cruciale de sa longue histoire. Pour le meilleur de l'Islam.
Dans un esprit de fraternité entre croyants de bonne volonté, c'est avec joie que nous pouvons lire ce texte, découvrir un autre visage de l'Islam, et peut-être prendre nous aussi quelque chose de cette sagesse qui consiste à vouloir se réformer pour être plus fidèle.


Lettre ouverte au monde musulman


Cher monde musulman, je suis un de tes fils éloignés qui te regarde du dehors et de loin – de ce pays de France où tant de tes enfants vivent aujourd'hui. Je te regarde avec mes yeux sévères de philosophe nourri depuis son enfance par le taçawwuf (soufisme) et par la pensée occidentale. Je te regarde donc à partir de ma position de barzakh, d'isthme entre les deux mers de l'Orient et de l'Occident !

Et qu'est-ce que je vois ? Qu'est-ce que je vois mieux que d'autres sans doute parce que justement je te regarde de loin, avec le recul de la distance ? Je te vois toi, dans un état de misère et de souffrance qui me rend infiniment triste, mais qui rend encore plus sévère mon jugement de philosophe ! Car je te vois en train d'enfanter un monstre qui prétend se nommer Etat islamique et auquel certains préfèrent donner un nom de démon : DAESH. Mais le pire est que je te vois te perdre – perdre ton temps et ton honneur – dans le refus de reconnaître que ce monstre est né de toi, de tes errances, de tes contradictions, de ton écartèlement entre passé et présent, de ton incapacité trop durable à trouver ta place dans la civilisation humaine.


Que dis-tu en effet face à ce monstre ? Tu cries « Ce n'est pas moi ! », « Ce n'est pas l'islam ! ». Tu refuses que les crimes de ce monstre soient commis en ton nom (hashtag #NotInMyName). Tu t'insurges que le monstre usurpe ton identité, et bien sûr tu as raison de le faire. Il est indispensable qu'à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l'islam dénonce la barbarie. Mais c'est tout à fait insuffisant ! Car tu te réfugies dans le réflexe de l'autodéfense sans assumer aussi et surtout la responsabilité de l'autocritique. Tu te contentes de t'indigner alors que ce moment aurait été une occasion historique de te remettre en question ! Et tu accuses au lieu de prendre ta propre responsabilité : « Arrêtez, vous les occidentaux, et vous tous les ennemis de l'islam de nous associer à ce monstre ! Le terrorisme ce n'est pas l'islam, le vrai islam, le bon islam qui ne veut pas dire la guerre mais la paix ! »


J'entends ce cri de révolte qui monte en toi, ô mon cher monde musulman, et je le comprends. Oui tu as raison, comme chacune des autres grandes inspirations sacrées du monde l'islam a créé tout au long de son histoire de la Beauté, de la Justice, du Sens, du Bien, et il a puissamment éclairé l'être humain sur le chemin du mystère de l'existence... Je me bats ici en Occident, dans chacun de mes livres, pour que cette sagesse de l'islam et de toutes les religions ne soit pas oubliée ni méprisée ! Mais de ma position lointaine je vois aussi autre chose que tu ne sais pas voir... Et cela m'inspire une question – LA grande question : pourquoi ce monstre t'a-t-il volé ton visage ? Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? C'est qu'en réalité derrière ce monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il faudra bien pourtant que tu finisses par en avoir le courage.


Ce problème est celui des racines du mal. D'où viennent les crimes de ce soi-disant « Etat islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c'est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd'hui ton visage sont en toi-même, le monstre est sorti de ton propre ventre – et il en surgira autant d'autres monstres pires encore que celui-ci tant que tu tarderas à admettre ta maladie, pour attaquer enfin cette racine du mal !


Même les intellectuels occidentaux ont de la difficulté à le voir : pour la plupart ils ont tellement oublié ce qu'est la puissance de la religion – en bien et en mal, sur la vie et sur la mort – qu'ils me disent « Non le problème du monde musulman n'est pas l'islam, pas la religion, mais la politique, l'histoire, l'économie, etc.». Ils ne se souviennent plus du tout que la religion peut être le cœur de réacteur d'une civilisation humaine ! Et que l'avenir de l'humanité passera demain non pas seulement par la résolution de la crise financière mais de façon bien plus essentielle par la résolution de la crise spirituelle sans précédent que traverse notre humanité tout entière ! Saurons-nous tous nous rassembler, à l'échelle de la planète, pour affronter ce défi fondamental ? La nature spirituelle de l'homme a horreur du vide, et si elle ne trouve rien de nouveau pour le remplir elle le fera demain avec des religions toujours plus inadaptées au présent – et qui comme l'islam actuellement se mettront alors à produire des monstres.
Je vois en toi, ô monde musulman, des forces immenses prêtes à se lever pour contribuer à cet effort mondial de trouver une vie spirituelle pour le XXIème siècle ! Malgré la gravité de ta maladie, il y a en toi une multitude extraordinaire de femmes et d'hommes qui sont prêts à réformer l'islam, à réinventer son génie au-delà de ses formes historiques et à participer ainsi au renouvellement complet du rapport que l'humanité entretenait jusque là avec ses dieux ! C'est à tous ceux-là, musulmans et non musulmans qui rêvent ensemble de révolution spirituelle, que je me suis adressé dans mes ouvrages ! Pour leur donner, avec mes mots de philosophe, confiance en ce qu'entrevoit leur espérance !


Mais ces musulmanes et ces musulmans qui regardent vers l'avenir ne sont pas encore assez nombreux ni leur parole assez puissante. Tous ceux là, dont je salue la lucidité et le courage, ont parfaitement vu que c'est l'état général de maladie profonde du monde musulman qui explique la naissance des monstres terroristes aux noms de Al Qaida, Al Nostra, AQMI ou « Etat Islamique ». Ils ont bien compris que ce ne sont là que les symptômes les plus visibles sur un immense corps malade, dont les maladies chroniques sont les suivantes : impuissance à instituer des démocraties durables dans lesquelles est reconnue comme droit moral et politique la liberté de conscience vis-à-vis des dogmes de la religion; difficultés chroniques à améliorer la condition des femmes dans le sens de l'égalité, de la responsabilité et de la liberté; impuissance à séparer suffisamment le pouvoir politique de son contrôle par l'autorité de la religion; incapacité à instituer un respect, une tolérance et une véritable reconnaissance du pluralisme religieux et des minorités religieuses.


Tout cela serait-il donc la faute de l'Occident ? Combien de temps précieux vas-tu perdre encore, ô cher monde musulman, avec cette accusation stupide à laquelle toi-même tu ne crois plus, et derrière laquelle tu te caches pour continuer à te mentir à toi-même ?


Depuis le XVIIIe siècle en particulier, il est temps de te l'avouer, tu as été incapable de répondre au défi de l'Occident.

Soit tu t'es réfugié de façon infantile et mortifère dans le passé, avec la régression obscurantiste du wahhabisme qui continue de faire des ravages presque partout à l'intérieur de tes frontières – un wahhabisme que tu répands à partir de tes lieux saints de l'Arabie Saoudite comme un cancer qui partirait de ton cœur lui-même ! Soit tu as suivi le pire de cet Occident, en produisant comme lui des nationalismes et un modernisme qui est une caricature de modernité – je veux parler notamment de ce développement technologique sans cohérence avec leur archaïsme religieux qui fait de tes « élites » richissimes du Golfe seulement des victimes consentantes de la maladie mondiale qu'est le culte du dieu argent.


Qu'as-tu d'admirable aujourd'hui, mon ami ?

Qu'est-ce qui en toi reste digne de susciter le respect des autres peuples et civilisations de la Terre ?

Où sont tes sages, et as-tu encore une sagesse à proposer au monde ? Où sont tes grands hommes ?

Qui sont tes Mandela, qui sont tes Gandhi, qui sont tes Aung San Suu Kyi ?

Où sont tes grands penseurs dont les livres devraient être lus dans le monde entier comme au temps où les mathématiciens et les philosophes arabes ou persans faisaient référence de l'Inde à l'Espagne ? En réalité tu es devenu si faible derrière la certitude que tu affiches toujours au sujet de toi-même... Tu ne sais plus du tout qui tu es ni où tu veux aller, et cela te rend aussi malheureux qu'agressif... Tu t'obstines à ne pas écouter ceux qui t'appellent à changer en te libérant enfin de la domination que tu as offerte à la religion sur la vie toute entière.
Tu as choisi de considérer que Mohammed était prophète et roi. Tu as choisi de définir l'islam comme religion politique, sociale, morale, devant régner comme un tyran aussi bien sur l'Etat que sur la vie civile, aussi bien dans la rue et dans la maison qu'à l'intérieur même de chaque conscience.

Tu as choisi de croire et d'imposer que l'islam veut dire soumission alors que le Coran lui-même proclame qu'« Il n'y a pas de contrainte en religion » (La ikraha fi Dîn).

Tu as fait de son Appel à la liberté l'empire de la contrainte ! Comment une civilisation peut-elle trahir à ce point son propre texte sacré ?


De nombreuses voix que tu ne veux pas entendre s'élèvent aujourd'hui dans la Oumma pour dénoncer ce tabou d'une religion autoritaire et indiscutable... Au point que trop de croyants ont tellement intériorisé une culture de la soumission à la tradition et aux « maîtres de religion » (imams, muftis, shouyoukhs, etc.) qu'ils ne comprennent même pas qu'on leur parle de liberté spirituelle, ni qu'on leur parle de choix personnel vis-à-vis des « piliers » de l'islam. Tout cela constitue pour eux une « ligne rouge » si sacrée qu'ils n'osent pas donner à leur propre conscience le droit de le remette en question ! Et il y a tant de familles où cette confusion entre spiritualité et servitude est incrustée dans les esprits dès le plus jeune âge, et où l'éducation spirituelle est d'une telle pauvreté que tout ce qui concerne la religion reste quelque chose qui ne se discute pas !


Or cela de toute évidence n'est pas imposé par le terrorisme de quelques troupes de fous fanatiques embarqués par l'Etat islamique. Non ce problème là est infiniment plus profond ! Mais qui veut l'entendre ? Silence là-dessus dans le monde musulman, et dans les médias occidentaux on n'entend plus que tous ces spécialistes du terrorisme qui aggravent jour après jour la myopie générale ! Il ne faut donc pas que tu t'illusionnes, ô mon ami, en faisant croire que quand on en aura fini avec le terrorisme islamiste l'islam aura réglé ses problèmes ! Car tout ce que je viens d'évoquer – une religion tyrannique, dogmatique, littéraliste, formaliste, machiste, conservatrice, régressive – est trop souvent l'islam ordinaire, l'islam quotidien, qui souffre et fait souffrir trop de consciences, l'islam du passé dépassé, l'islam déformé par tous ceux qui l'instrumentalisent politiquement, l'islam qui finit encore et toujours par étouffer les Printemps arabes et la voix de toutes ses jeunesses qui demandent autre chose. Quand donc vas-tu faire enfin cette révolution qui dans les sociétés et les consciences fera rimer définitivement spiritualité et liberté ?


Bien sûr dans ton immense territoire il y a des îlots de liberté spirituelle : des familles qui transmettent un islam de tolérance, de choix personnel, d'approfondissement spirituel ; des lieux où l'islam donne encore le meilleur de lui-même, une culture du partage, de l'honneur, de la recherche du savoir, et une spiritualité en quête de ce lieu sacré où l'être humain et la réalité ultime qu'on appelle Allâh se rencontrent. Il y a en Terre d'islam, et partout dans les communautés musulmanes du monde, des consciences fortes et libres. Mais elles restent condamnées à vivre leur liberté sans reconnaissance d'un véritable droit, à leurs risques et périls face au contrôle communautaire ou même parfois face à la police religieuse. Jamais pour l'instant le droit de dire « Je choisis mon islam », « J'ai mon propre rapport à l'islam » n'a été reconnu par « l'islam officiel » des dignitaires. Ceux-là au contraire s'acharnent à imposer que « La doctrine de l'islam est unique » et que « L'obéissance aux piliers de l'islam est la seule voie droite » (sirâtou-l-moustaqîm).


Ce refus du droit à la liberté vis-à-vis de la religion est l'une de ces racines du mal dont tu souffres, ô mon cher monde musulman, l'un de ces ventres obscurs où grandissent les monstres que tu fais bondir depuis quelques années au visage effrayé du monde entier. Car cette religion de fer impose à tes sociétés tout entières une violence insoutenable. Elle enferme toujours trop de tes filles et tous tes fils dans la cage d'un Bien et d'un Mal, d'un licite (halâl) et d'un illicite (harâm) que personne ne choisit mais que tout le monde subit. Elle emprisonne les volontés, elle conditionne les esprits, elle empêche ou entrave tout choix de vie personnel. Dans trop de tes contrées tu associes encore la religion et la violence – contre les femmes, les « mauvais croyants », les minorités chrétiennes ou autres, les penseurs et les esprits libres, les rebelles – de sorte que cette religion et cette violence finissent par se confondre, chez les plus déséquilibrés et les plus fragiles de tes fils, dans la monstruosité du jihad !


Alors ne fais plus semblant de t'étonner, je t'en prie, que des démons tels que le soi-disant Etat islamique t'aient pris ton visage ! Les monstres et les démons ne volent que les visages qui sont déjà déformés par trop de grimaces ! Et si tu veux savoir comment ne plus enfanter de tels monstres, je vais te le dire. C'est simple et très difficile à la fois. Il faut que tu commences par réformer toute l'éducation que tu donnes à tes enfants, dans chacune de tes écoles, chacun de tes lieux de savoir et de pouvoir. Que tu les réformes pour les diriger selon des principes universels (même si tu n'es pas le seul à les transgresser ou à persister dans leur ignorance) : la liberté de conscience, la démocratie, la tolérance et le droit de cité pour toute la diversité des visions du monde et des croyances, l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes de toute tutelle masculine, la réflexion et la culture critique du religieux dans les universités, la littérature, les médias. Tu ne peux plus reculer, tu ne peux plus faire moins que tout cela !

C'est le seul moyen pour toi de ne plus enfanter de tels monstres, et si tu ne le fais pas tu seras bientôt dévasté par leur puissance de destruction.
Cher monde musulman... Je ne suis qu'un philosophe, et comme d'habitude certains diront que le philosophe est un hérétique. Je ne cherche pourtant qu'à faire resplendir à nouveau la lumière – c'est le nom que tu m'as donné qui me le commande, Abdennour, « Serviteur de la Lumière ». Je n'aurais pas été si sévère dans cette lettre si je ne croyais pas en toi. Comme on dit en français, « Qui aime bien châtie bien ». Et au contraire tous ceux qui aujourd'hui ne sont pas assez sévères avec toi – qui veulent faire de toi une victime – tous ceux-là en réalité ne te rendent pas service ! Je crois en toi, je crois en ta contribution à faire demain de notre planète un univers à la fois plus humain et plus spirituel ! Salâm, que la paix soit sur toi.


http://blog.oratoiredulouvre.fr/2014/10/tres-profonde-lettre-ouverte-au-monde-musulman-


Abdennour Bidar, né le 13 janvier 1971 à Clermont-Ferrand, est un philosophe, essayiste et haut fonctionnaire français. Il est connu pour sa théorie de la modernité en islam. Agrégé de philosophie, normalien issu de l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, docteur en philosophie, il a consacré sa thèse de doctorat au développement d'une « pédagogie de l'individuation » ou du « devenir-sujet » à partir de la pensée du philosophe musulman indien Mohamed Iqbal, notamment de son ouvrage. Après plusieurs essais consacrés à la philosophie de la religion, notamment à partir d'études sur l'islam, il publie en 2014 une Histoire de l'humanisme en Occident./wikipedia

S'ouvrir à l'autre-Thomas De Koninck /Canada

 

Titulaire de la chaire « La philosophie dans le monde actuel », Université Laval

Dans Lettre à un otage, Antoine de Saint-Exupéry raconte comment au cours d'un reportage sur la guerre civile en Espagne, il a été fait prisonnier par des miliciens anarchistes. L'ennui, l'angoisse et un dégoût profond devant l'absurde de sa situation s'effacèrent à la suite d'un « miracle très discret », suscité pas sa quête d'une cigarette auprès d'un de ses geôliers, en ébauchant un vague sourire. « L'homme s'étira d'abord, passa lentement la main sur son front, leva les yeux dans la direction, non plus de ma cravate, mais de mon visage et, à ma grande stupéfaction, ébaucha, lui aussi, un sourire. Ce fut comme le lever du jour. Ce miracle ne dénoua pas le drame, il l'effaça, tout simplement, comme la lumière, l'ombre. Aucun drame n'avait plus eu lieu. Ce miracle ne modifia rien qui fût visible. La mauvaise lampe à pétrole, une table aux papiers épars, les hommes adossés au mur, la couleur des objets, l'odeur, tout persista. Mais toute chose fut transformée dans sa substance même. Ce sourire me délivrait. C'était un signe aussi définitif, aussi évident dans ses conséquences prochaines, aussi irréversible que l'apparition du soleil. Il ouvrait une ère neuve. Rien n'avait changé, tout avait changé. [...] Les hommes non plus n'avaient pas bougé, mais, alors qu'ils m'apparaissaient une seconde plus tôt comme plus éloignés de moi qu'une espèce antédiluvienne, voici qu'ils naissaient à une vie proche. J'éprouvais une extraordinaire sensation de présence. C'est bien ça : de présence! Et je sentais ma parenté ».


Plus loin, Saint-Exupéry ajoute : « J'entrai dans leur sourire à tous comme dans un pays neuf et libre. J'entrai dans leur sourire comme autrefois dans le sourire de nos sauveteurs du Sahara. [...] Du sourire des sauveteurs, si j'étais naufragé, du sourire des naufragés, si j'étais sauveteur, je me souviens aussi comme d'une patrie où je me sentais tellement heureux. Le plaisir véritable est plaisir de convive. Le sauvetage n'était que l'occasion de ce plaisir. L'eau n'a point le pouvoir d'enchanter, si elle n'est d'abord cadeau de la bonne volonté des hommes. Les soins accordés au malade, l'accueil offert au proscrit, le pardon même ne valent que grâce au sourire qui éclaire la fête. Nous nous rejoignons dans le sourire au-dessus des langages, des castes, des partis »1.
Ce que Saint-Exupéry appelle « cette qualité de la joie » révèle la dimension la plus profonde de notre être : par delà les langages, les castes et les partis, par-delà toutes les différences, se découvre une solidarité humaine fondamentale.


Soit – certains d'entre vous pourraient-ils être tentés de dire – mais nous voilà loin de l'administration publique. À quoi je répliquerai tout de suite : en sommes-nous vraiment si loin que cela?


Car le thème de mon propos d'aujourd'hui, « S'ouvrir à l'autre », possède une double dimension. Il a d'abord une dimension proprement humaine, puis une dimension plus proche des impératifs de la gestion, si je puis dire, dans le contexte actuel. Mon exposé se découpera dès lors en deux étapes principales, dans le respect de ces deux dimensions, procédant du plus général au plus particulier. Il se terminera par une brève conclusion.


1/ La dimension proprement humaine
A/ « S'ouvrir à l'autre » dans le contexte global actuel


L'idéal d'une fraternité vraiment universelle, proclamé par les grandes chartes de droits humains, s'impose plus que jamais en raison du processus de mondialisation qui unit de façon croissante le sort de l'économie, de la culture et de la société. Il implique ce que le préambule de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 posait en principe, à savoir « la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables », qui constitue « le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ». Que veut dire « dignité »? Rien de moins que ceci : l'être humain est au-dessus de tout prix. Ce qui a un prix, rappelait Kant, peut être remplacé par quelque chose d'autre, à titre d'équivalent; au contraire, ce qui est supérieur à tout prix a une valeur absolue, jamais relative. Tel est le sens de dignité ici. Elle signifie que chaque être humain est unique au monde, qu'il doit être considéré comme une fin, n'est jamais réductible à un moyen, du seul fait qu'il est humain. La reconnaissance de cette exigence est de toute époque. Elle se découvre chez tous les humains, dans toutes les cultures et se précise à mesure que s'affirment les civilisations. La reconnaissance la plus remarquable est celle qu'on y accorde d'emblée aux plus faibles et aux plus démunis, la place centrale de la mansuétude et du respect à l'égard des pauvres.


Subordonner le politique à l'économique, l'exercice du pouvoir politique à l'enrichissement, le travail de tous à l'enrichissement de quelques-uns, est un crime, qui entraîne des perversions et des pratiques infâmes. Il semble que le « bien » le plus lucratif dans le monde actuel, ce soient les armes de mort. « Le meurtre est la question », écrivait Camus dans une page prophétique sur le nihilisme, annonçant la tragique spirale de mort pour des centaines de millions d'humains aujourd'hui dans la cruauté ou l'indifférence : homicides, suicides, tortures, coercition injuste, le recours nullement nécessaire à la peine de mort, les déportations, l'esclavage, l'exploitation la plus éhontée des femmes et des enfants. Partout, sous-développement et surdéveloppement se côtoient de manière inadmissible. De nouvelles inégalités, de nouvelles marginalisations, de nouvelles situations d'extrême pauvreté accompagnent le processus de mondialisation, source d'immenses profits pour quelques-uns, donnant le spectacle, où qu'elles se manifestent, d'injustices si flagrantes que l'élimination de ces situations où des personnes humaines sont privées de l'essentiel devrait être une priorité absolue.


Réduire la mondialisation à un marché, c'est oublier à nouveau que le travail est pour le travailleur et non le travailleur pour le travail, que le marché doit être en tout temps subordonné au bien commun, c'est-à-dire au bien de chaque personne humaine sans aucune exception. Jamais le désir de reconnaissance réciproque ne s'est manifesté avec autant d'ampleur qu'aujourd'hui, où tant d'individus et de peuples ressentent le mépris, ou l'indifférence, comme des atteintes à leur liberté même. Femmes et hommes luttent avec ardeur pour qu'on reconnaisse en eux les agents responsables, autonomes, uniques, qu'ils veulent être, plutôt que des entités statistiques, des numéros, sans nom propre. C'est là un des traits les plus remarquables de notre temps. Les conséquences de ce désir de compréhension mutuelle, de solidarité, dont la portée échappe à trop de figures politiques, sont souvent paradoxales. Dans mon âpre quête de reconnaissance, je puis par exemple préférer être maltraité et mal gouverné par quelqu'un qui me tient pour un égal, plutôt que d'être bien traité mais avec condescendance par un individu qui ne me reconnaît pas pour ce que je veux être. Or il est évident que ce qui donne tout son sens, sa force à ce désir n'est autre que son origine : la reconnaissance implicite de la dignité de notre commune humanité.


Par-delà toutes les différences, se découvre, disions-nous, une solidarité humaine fondamentale. L'être humain concret se manifeste dans la réciprocité, en particulier dans le langage. Mes échanges avec l'autre supposent à la fois altérité et parité, notre égalité et notre liberté dans la parole, traits caractéristiques de la justice. La réflexion contemporaine sur l'autre et sur son visage a mis en relief la dimension d'emblée éthique des rapports proprement humains; à l'instar de la beauté, la « pauvreté essentielle », la vulnérabilité de l'humain en tant que tel, oblige. Autrui est celle ou celui que je ne peux pas inventer, qui résiste de toute son altérité à sa réduction au même, surtout au même que moi. L'uniformité engendre en revanche le conformisme, dont l'autre visage est l'intolérance.
La culture promeut la dignité humaine, à tout niveau et dans tout contexte. Il y a lieu de se demander si la voie la plus féconde et la plus réaliste à long terme pour le processus de mondialisation n'est pas dès lors la voie d'un véritable dialogue entre les cultures, dans le respect réciproque. Un des acquis indéniables
de notre temps est l'accès croissant à d'autres cultures. Chaque culture, y inclus la nôtre, représente un capital de richesse humaine considérable. Chaque peuple incarne une expérience irremplaçable, différente, de la condition humaine. « Si nous n'essayons pas de la comprendre, nous ne pouvons pas nous comprendre » (Claude Lévi-Strauss). Cette voie semble en tout cas nécessaire à l'édification d'un monde capable de regarder en face son propre avenir.


Il convient d'y être d'autant plus attentif que c'est essentiellement sous la caution d'idéologies immolant « à l'être abstrait les êtres réels » (Benjamin Constant) que le vingtième siècle s'est singularisé par l'étendue des meurtres, des tortures, des génocides. La marque du nihilisme, écrivait encore Camus, est son « indifférence à la vie ». L'infernale « logique » de l'exclusion est la même que celle des réductionnismes auxquels nous a habitués (avec d'excellents résultats dans son cas) la méthodologie scientifique. On crée des paradigmes à partir de définitions, ou de conceptions à priori – de « l'homme », par exemple – mais cette fois pour légitimer une forme ou l'autre d'exclusion (ainsi les Untermenschen, « sous-hommes », ou les Unmenschen, « non-hommes », décrétés tels par l'idéologie nazie). La forme la plus cruelle d'exclusion est celle qu'a dénoncée Amin Maalouf dans Les Identités meurtrières, et, plus récemment encore, Amartya Sen, dans Identity and Violence. Elle consiste – pour justifier les massacres ou toute autre forme de violence faite à autrui voire à soi-même – à substituer à l'individu concret l'une de ses appartenances : identité ethnique, nationale, religieuse, etc. Réduire l'identité à une seule appartenance installe les humains « dans une attitude partiale, sectaire, intolérante, dominatrice, quelquefois suicidaire », dans une vision biaisée et distordue.


Chacune de nos nombreuses appartenances nous relie en fait à un grand nombre de personnes; mais aucune personne au monde ne partage toutes mes appartenances, ni même une grande partie de celles-ci. « Chaque personne, sans exception aucune, est dotée d'une identité composite » : complexe, unique, irremplaçable, ne se confondant avec aucune autre. Qui plus est, « l'identité n'est pas donnée une fois pour toutes, elle se construit et se transforme tout au long de l'existence ». C'est ce concret de la vie de chacune et de chacun qu'occultent les passions destructrices, en substituant aux personnes des étiquettes, sous la caution d'abstractions faisant fi des êtres réels3. La pire des cruautés est celle qui va jusqu'à légitimer par des théories, des idéologies, de prétendues « philosophies », les déviances collectives impliquant un groupe, un peuple, une société – pensons au racisme, aux guerres ethniques, aux diverses formes d'esclavage, aux injustices sociales, aux tortures. Le mal même – l'horreur absolue, Auschwitz et tout ce qui y ressemble – est alors appelé « bien ».


B/ L'altérité « essentielle ou intime » - ou l'autre dans la constitution du soi


Ce serait une illusion de croire que nos identités personnelles ne se forgeraient qu'en une sorte de monologue solitaire, alors que l'interaction avec d'autres, à coup de dialogues externes et internes, souvent de luttes, est cruciale. La conversation avec nos proches, père, mère, frères et soeurs, avec tels de nos amis (ou ennemis), se poursuit en nous jusqu'à la fin de nos vies. Gadamer parle excellemment de « l'entretien illimité que nous sommes ». Découvrir à quel point la constitution de notre moi intime aura été affectée par de telles relations d'échange précises, spéciales, avec autrui, hommes et femmes, aide à mieux saisir la portée de l'enracinement dans une culture, y inclus, encore une fois, la nôtre. L'une des questions majeures posées par l'ethnologie concerne ce que l'on a appelé justement « l'altérité essentielle ou intime », dont les représentations, dans les systèmes qu'étudie l'ethnologie, « en situent la  nécessité au coeur même de l'individualité, interdisant du même coup de dissocier la question de l'identité collective de celle de l'identité individuelle » (Marc Augé).


Cette dialogique grâce à laquelle l'identité de chacune et chacun de nous s'élabore et se transforme tout au long de l'existence, passe par le langage ordinaire, par le langage des arts, des gestes, de l'amour, le partage des joies et des peines. C'est bien ce que veut dire au moins en partie le mot de Hölderlin : Dichterisch wohnt der Mensch, « c'est poétiquement que l'homme habite ». Le premier lieu que nous habitons, qu'il nous est impossible de jamais quitter, c'est nous-mêmes. Notre planète est certes ce lieu concret appelé Terre mais elle est bien plus encore cette seule planète où, toujours, nous habitons, qui est dans notre imagination et dans notre coeur, peuplée de tous ceux et celles que nous aimons, dont le visage peut s'être effacé mais la présence demeure, et les paroles et le sourire. La planète qui compte pour nous, c'est celle que nous portons en nous, c'est le lieu où l'on a découvert la beauté, l'universel, la fragilité et la puissance de la vie, la tristesse, le désenchantement, l'insensé, la joie, l'amour, la vie du sens se construisant dans une approximation permanente.


Le sentiment ne se manifeste pas sous la forme d'une représentation, d'une idée, mais plutôt comme une épreuve concrète. Il est toujours et nécessairement tel sentiment particulier – la joie, telle joie, la tristesse, telle tristesse, la peur, telle peur – avec par suite une tonalité qui n'est que de lui et qui ne peut se saisir que dans le moment même où on l'éprouve. La tristesse n'est pas, si on veut, le monde, mais une modalité de ma présence à moi-même, où le monde apparaît comme triste « d'abord et essentiellement parce que je suis triste » (Ladrière). Tant et si bien que je me reçois ainsi à tout instant dans ma contingence même. La vie n'est pas présente devant nous. Le soi est affectivité, il est possibilité d'être affecté par lui-même. Il s'éprouve dans le sentiment. À cet égard, nous le voyons, notre être est essentiellement passif.


Le visage se révèle à la manière d'une mélodie, où chaque moment exprime un tout qui n'est aucunement une addition de parties mais une « manifestation progressive de soi ». De même pour la perception d'une personne, qui est celle d'une présence où se livre la vie même, porteuse de possibilités infinies. Le visage, la mélodie et la vie sont, en d'autres termes, des touts dynamiques. Chaque personne a une « essence », une figure unique, incomparable – non pas « intelligible », mais « affective ». Dans cet ordre d'expérience, « tout comprendre est affectif » (Michel Henry).


La nostalgie de ne pouvoir communiquer à fond et authentiquement semble démontrer que nous sommes faits pour communiquer et aimer, ce qui implique de notre part la reconnaissance de l'autre, du différent, de l'irréductible. Mais aussi qu'on ait quelque chose à dire à quelqu'un, quelque chose qui naisse par conséquent de l'intérieur, ce qui suppose à son tour qu'on connaisse sa propre identité, qu'on se comprenne un peu et s'accueille soi-même.


Bien des formes de parole ne sont pas une vraie communication parce qu'elles émanent d'un vide – ainsi cette foison croissante d'informations immédiates et donc médiocres que l'on jette aussitôt, certes, mais qui noient et étouffent les mémoires. La communication implique d'une certaine façon la personne qui communique, le risque de la confiance à autrui, à ce qui échappe. Il n'existe pas une façon de communiquer purement abstraite. L'enfer de la non-communication, de la solitude ainsi entendue, doit faire entrevoir que la communication humaine a une valeur, une signification, un poids bien au-delà de tout ce que l'on imagine, qu'elle est à la fois formidable et fragile, beaucoup plus délicate, riche, constructive (ou destructrice), qu'il n'apparaît à la surface. La véritable communication n'est possible qu'en des communautés humaines concrètes.

Loin qu'il y ait alors perte de soi, la communication authentique est, tout à l'opposé, gain, enrichissement, comme on le voit le mieux en l'amitié authentique et dans l'amour. Dans l'amitié authentique, forme idéale de communauté humaine, l'autre est un autre soi. La solidarité humaine s'établit dans un « nous » où chacun porte en soi la figure de l'autre – cet autre-ci – en même temps que la sienne propre. De cet autre chaque fois absolument unique au monde – comme cet ami qui est un autre soi, mais toujours également un autre avec qui la communication n'est possible que dans le respect de cette altérité indépassable.


2/ L'écoute


C'est la dimension plus « professionnelle » que je vise ici sous le terme d'écoute.


Prenons acte d'abord du fait que c'est manifestement au contact des questions concrètes et des problèmes que se forme l'intelligence, pas en apprenant les solutions. Le choc de la réalité est un levier essentiel, comme le rappelait, très à propos, Michel Crozier dans son remarquable ouvrage, La Crise de l'intelligence. L'apprentissage quantitatif des connaissances qui méconnaît l'intelligence créative prépare mal à un monde de la responsabilité ayant à faire face à des situations de plus en plus inédites. Cela a toujours été vrai, mais jamais autant que maintenant, où les défis sont ceux d'une plus grande complexité et d'une plus grande liberté. De plus, « le monde change de telle sorte que la part de l'exploration, du diagnostic et du choix de problème devient beaucoup plus importante que celle de leur solution. L'absurdité française, c'est de croire que la formation des ingénieurs comme machines à trouver des solutions est la bonne formule pour recruter des dirigeants qui auront surtout comme tâche de déterminer quels sont véritablement les problèmes ». On pourrait citer à l'appui cette remarque de Paul Valéry : « L'action réelle n'a que faire de bons élèves. Encore moins de brillants sujets; lesquels retiennent surtout de leurs débuts une présomption de supériorité ».


La première condition qui s'impose pour connaître les autres points de vue, pour éviter le jugement précipité et le point de vue unilatéral, est celle de l'écoute. Plutarque faisait déjà observer qu'une majorité de gens croient qu'il importe d'abord d'apprendre à parler alors qu'on doit apprendre à écouter pour commencer, et à écouter de manière attentive, active. Aussi la participation de l'élève à l'enseignement est-elle importante; savoir bien interroger, après avoir écouté, est un art essentiel qu'il faut apprendre également. L'esprit humain n'est pas comparable à un vase qu'on remplit, mais bien plutôt à une matière combustible qu'une étincelle peut enflammer. Se contenter d'admirer passivement une raison à l'oeuvre est comme aller chez le voisin pour lui emprunter de quoi allumer un feu chez soi, puis préférer ensuite se réchauffer longuement devant son feu à lui. C'est au contraire sa propre originalité ainsi que son propre désir de penser et de découvrir le vrai qu'il importe d'éveiller.
Il nous faut aujourd'hui apprendre à maîtriser la complexité du monde moderne, ce qui exige un approfondissement de la pensée, une coopération accrue des intelligences, plus de solidarité interpersonnelle active. Dans tous les domaines – en particulier ceux qui concernent l'humain – l'accès au réel passe obligatoirement par une écoute interactive, ou n'aura pas lieu. Michel Crozier voit, avec raison, dans l'apprentissage de l'écoute et dans l'analyse qui enrichit l'écoute, ce qui manque le plus de nos jours, en particulier parmi les « élites » appelées à gouverner. « Seul celui qui sait écouter pourra faire de sa parole un acte de communication. L'écoute est le premier acte du respect et de la tolérance qui rend possible le débat démocratique ». Non pas une écoute passive et hiérarchique, du type de celle
où « les élèves n'écoutent que le maître et n'apprennent pas à s'écouter les uns les autres, donc à débattre avec tolérance ». Le message des manifestants qui descendent dans la rue n'est plus celui des grèves classiques de type revendicatif et il est pourtant clair : « Écoutez-nous! ». Face aux problèmes inédits qui se présentent aujourd'hui, l'écoute est irremplaçable.


Dans le même ordre d'idées, sont plus que jamais essentiels à la cité des lieux de convivialité, de conversation véritable, où toutes et tous, sans distinctions de classes, d'origines et le reste, puissent échanger librement. L'essence de la vie civique est la conversation, disait à juste titre Emerson, et le suprême mérite de Paris, celui d'être la « ville de la conversation et des cafés ». Un obstacle de plus à la démocratie est la disparition graduelle – en Amérique du Nord notamment – de lieux comme les cafés et les pubs authentiques qui remplissent la fonction essentielle de « troisième lieu » (outre le cercle familial et le milieu de travail) indispensable à l'épanouissement des vertus politiques.


Rien ne saurait en effet remplacer la conversation et le dialogue. Peter Emberley a bien fait valoir que parmi les capacités fondamentales que doivent cultiver les universités, il faut compter plus que jamais aujourd'hui l'aptitude à la conversation. C'est elle qui distingue l'être humain de l'animal, le civilisé du barbare, notait Michael Oakeshott, qui définissait l'éducation comme une initiation à l'art et au partage de la conversation. Nous venons de nous rappeler le rôle essentiel de la réciprocité dans la constitution du moi. La conversation est une figure essentielle de cette réciprocité, surtout lorsqu'elle se donne la forme d'un véritable dialogue, dont la force est « métamorphosante » (Gadamer). Le principal défi est évidemment celui de l'écoute, qui exige une prise de distance par rapport à soi, difficile pour tous, et impossible à qui est incapable d'humour. La conversation et le dialogue permettent de dépasser nos points de vue privés vers une langue commune essentielle à la compréhension, faisant confiance en la raison à laquelle nous avons tous part. (L'extrême opposé serait, ainsi que l'imagine avec humour Gadamer, une paire de lunettes à travers laquelle on ne verrait plus mais serait téléspectateur.) Qui plus est, la conversation nous permet de cultiver les qualités les plus essentielles à la convivialité humaine – courtoisie, politesse, tact, franchise, capacité de plaisanter avec goût, générosité, détachement, gratuité.


Conclusion


Il importe surtout de ne jamais oublier que l'estime de soi, l'amour de soi bien compris (« Aime ton prochain comme toi-même », dit un précepte célèbre), sont les sources vives de tout l'agir humain. On le voit clairement par leurs contraires. Gabriel Marcel évoquait l'emploi systématique par les nazis de « techniques d'avilissement » dont le but était de détruire chez des individus « le respect qu'ils peuvent avoir d'eux-mêmes », et de les « transformer peu à peu en un déchet qui s'appréhende lui-même comme tel, et ne peut en fin de compte que désespérer, non pas simplement intellectuellement, mais vitalement, de lui-même ».9 On souligne parfois que les médias, la presse écrite ou audiovisuelle, la publicité, le matraquage à la télévision d'images violentes ou simplement triviales mais anesthésiantes, ont tendance à infirmer la faculté d'attention et le sens critique. Plus gravement encore, toutefois, ils fabriquent et entretiennent une image dégradée de l'être humain – et de soi par conséquent – diminuant du même coup la qualité de la volonté d'agir et risquant d'anéantir peu à peu le désir non seulement d'imprimer un sens à sa vie, mais de vivre tout court.


Aussi, la reconnaissance par autrui peut-elle agir en revanche comme un puissant motif positif. Pascal observait avec finesse que « nous avons une si grande idée de l'âme de l'homme, que nous ne pouvons souffrir d'en être méprisés, et de n'être pas dans l'estime d'une âme; et toute la félicité des hommes consiste dans cette estime »; il ajoutait : « quelque avantage [que l'homme] ait sur la terre, s'il n'est placé avantageusement aussi dans la raison de l'homme, il n'est pas content. C'est la plus belle place du monde, rien ne peut le détourner de ce désir, et c'est la qualité la plus ineffaçable du coeur de l'homme ».


Il ne faut pas hésiter à qualifier de croissante de nos jours la puissance de ce désir de reconnaissance, que j'ai évoquée tout à l'heure. Elle va de pair avec la croissance incommensurable du sentiment de liberté. Il y a là un ordre de réflexions extrêmement important, que chacune et chacun doit être en mesure de transposer dans l'ordre de ses contacts professionnels et de ses décisions. Si j'ai, en tant qu'administrateur ou médecin, par exemple, à donner à une personne une information pénible la concernant, la manière est capitale : il faudra déployer tout le tact possible; non pas mentir, ou cacher la vérité, mais la lui apprendre en me laissant mesurer par la gravité de la nouvelle pour cette personne, en ses circonstances à elle; il va de soi que plus ma propre sensibilité aura su s'affiner, mieux je serai en mesure de respecter la sienne. Cela correspond à ce que l'éthique classique appelle la « bienveillance », la vertu qui préside non pas au don comme tel, mais à la façon de donner; l'expérience confirme qu'annoncer une bonne nouvelle avec arrogance, ou faire un don généreux de manière blessante, risque souvent de faire plus de mal que de bien. Entretenir une vive conscience du rôle central du désir de reconnaissance chez tout être humain, incite à se montrer inventif dans les moyens de manifester le respect d'autrui au sein des rapports humains même les plus difficiles.


Il n'est pas étonnant, pour finir, que la reconnaissance par autrui offre en somme la plus puissante des motivations. Car respect, reconnaissance et amour sont intimement liés et le désir de l'un entraîne les autres. Le thème de fond ici est le bien sous sa figure la plus évidente, celle de l'aimable (au sens étymologique du terme); là où le ressentiment, la haine, désirent la destruction, l'amour et l'amitié disent au contraire : « il est bon que tu existes ». Les mots suivants de Jean-Paul Sartre résument excellemment l'essentiel : « C'est là le fond de la joie d'amour, lorsqu'elle existe : nous sentir justifiés d'exister ».

Thomas De Koninck Chaire « La philosophie dans le monde actuel », Université Laval

Thomas De Koninck
Professeur titulaire
Titulaire de la chaire « La philosophie dans le monde actuel », Université Laval
Faculté de philosophie
Université Laval
Cet article m'a été proposé par H R assistante sociale dans le val de Marne , un grand merci
http://www.iapq.qc.ca/wp-content/uploads/2012/04/

logotwitterFacebook