L’émancipation Essais de philosophie politque Vincent Peillon  (ancien ministre de l’éducation nationale)

Résumé

Jamais on ne s’est tant revendiqué de la République. Même ceux qui l’ont toujours combattue prétendent désormais vouloir relever son étendard tombé à terre.

On pourrait se satisfaire d’un si bel hommage du vice à la vertu. Mais ce serait s’illusionner et faire preuve d’un optimisme naïf. Car si ce retour en force de la République est l’expression, sans doute, d’un besoin légitime face aux pathologies du modèle libéral et à l’effondrement du rêve communiste, il est d’abord le résultat d’une formidable escroquerie historique et intellectuelle.

Le républicanisme qui sert aujourd’hui de drapeau aux forces les plus réactionnaires n’a plus rien à voir avec la doctrine républicaine. Il en prend même souvent l’exact contrepied et, sous son couvert, continue de la combattre.

Mais si on a pu en arriver là, si l’extrême droite française peut récupérer sans vergogne le vocabulaire républicain, par exemple les mots de «laïcité» ou de «patriotisme», c’est qu’un certain nombre de prétendus républicains, de gauche comme de droite, lui ont préparé le terrain en faisant du républicanisme une idéologie identitaire, nationaliste, intolérante, antireligieuse, antidémocratique et antilibérale.

La confusion politique à laquelle nous assistons a été précédée d’une confusion intellectuelle qui a conjugué le mépris des faits à l’ignorance des textes.

C’est pourquoi Vincent Peillon propose ici de contester les thèses qui ont permis cet abaissement, ainsi que les équivoques et les dérives du débat actuel. Il restitue ainsi à la philosophie républicaine son vrai visage.

Sommaire

Introduction

Jean-Pierre Vernant philosophe.

Quelques idées fausses sur la République

« La République, sans les républicains » : Louis Blanc et Edgar Quinet au soir de leurs vies

Une Réforme de la Réforme : républicanisme et protestantisme

République, pédagogie et politique : Marc-Antoine Jullien, de Paris.

La philosophie de Merleau-Ponty : de Machiavel à Mendès France.

« Un désir d’émancipation laïque » : hommage à André Glucksmann.

Judaïsme, républicanisme et socialisme : le droit de fraternité chez Joseph Salvador et Hermann Cohen

Brève Introduction à la philosophie de Pierre Leroux.

Une République moderne ? A propos d’un livre de Juliette Grange

Le Tyran, le Sage et le pédagogue : Alexandre Kojève et les figures de l’autorité.

Renouvier et la philosophie sociale : continuité ou discontinuité du républicanisme français au XIX siècle ?

Solidarité et fraternité dans le débat républicain au tournant du XIX et du XX : sur l’individualisme républicain.

Entretien avec Quentin Skinner : la République, avenir d’une longue histoire.

D’un renouveau des études philosophiques (et républicaines) en France : quelques remarques à propos de Bergson et de Jaurès.

Sécularisation, modernité et socialisme : sur la laïcité républicaine

Jacobinisme et libéralisme :  considérations philosophiques et perspectives historiographiques

Autour de l’auteur

Philosophe et homme politique,  Vincent Peillon est chercheur au CNRS-Archives Husserl. Spécialiste de Merleau-Ponty, auteur de nombreux ouvrages consacrés à la philosophie républicaine, il a publié récemment, aux Puf, La Promesse.