La septième réunion du Groupe consultatif Sénégal  a enregistré un franc succès hier, lundi, à Paris. Les partenaires financiers du Sénégal ont été plus que généreux en s’engageant pour 3729 milliards de FCfa alors que le Sénégal les sollicitait pour quelque 1853 milliards de FCa, représentant le gap de financement public destiné au financement du Plan Sénégal émergent(Pse).
 
Paris - C’est l’aboutissement de plusieurs mois de travail, de polémique autour d’un plan qui aura mobilisé beaucoup de ressources financières et humaines. Au finish, objectifs largement atteints pour le Sénégal auprès de la communauté des bailleurs de fonds. Les financements obtenus hier, lundi, dans la capitale française lors de la rencontre du Groupe consultatif pour le Sénégal présidée par le Président Macky Sall, dépassent de très loin les objectifs de 1853 milliards que le gouvernement sénégalais était allé solliciter auprès de ses partenaires financiers pour combler ce gap. La confiance renouvelée des bailleurs et leur conviction dans le Plan Sénégal Emergent (Pse) se sont finalement traduites par des engagements de financement de 3729 milliards de FCfa.
 
Ces engagements nouveaux viennent s’ajouter aux 2056 milliards de FCfa d’engagements en cours, soit un total des engagements financiers publics de 5785 milliards de FCa compte non tenu des 4202 milliards de FCfa engagés par l’État du Sénégal. En gros, le total des financements acquis pour le Sénégal s’élève à 9988 milliards de FCfa dans le cadre du financement du Pse sur cinq ans.
 
C’est un Macky Sall heureux et fier qui a déclaré, lors d’un point de presse à l’issue de la rencontre : « Ce résultat ne vise qu’un seul objectif, le bien être des Sénégalais. » Et d’ajouter que « cet effort des partenaires financiers est un encouragement pour ce que nous faisons en matière de réformes, notamment dans le cadre de la transparence et la gouvernance. »
 
Rappelons que le Pse repose sur trois piliers qui devraient, par leur synergie, créer les conditions vers l’émergence. Il s’agit de la transformation structurelle de l’économie et la croissance ; la promotion du capital humain, la protection sociale et le développement durable ; la gouvernance, les institutions, la paix et la sécurité.
 
Dans ce cadre, un programme d’investissement phare met le focus sur un plan d’actions prioritaires qui porte sur 27 projets d’envergure disposant d’une capacité à influer sur l’économie. Des actions portant sur des secteurs clé comme l’agriculture, l’énergie, les infrastructures, le tourisme, entre autres, susceptibles d’être des locomotives de la création d’emplois.
 
Reste le plus dur
 
Autour de la table des partenaires financiers du Sénégal, la Banque mondiale, la Bad, la Banque islamique de développement(Bid), le Pnud, entre autres institutions.
 
D’ores et déjà, le Pnud, en plus d’apporter son expertise au mécanisme de mesure et de suivi des progrès réalisés pour l’atteinte des objectifs dénommé « delivery unit »,  promet des financements de l’ordre de 110 milliards de FCfa dans le cadre du Pse, selon son directeur régional, Abdoulaye Mar Dièye. Pour lui, « Le document de stratégie qui nous est présenté pose avec séquence et cohérence les fondements de l’émergence. »
 
Il n’a pas, cependant, manqué d’attirer l’attention sur des préalables « qui sont des impératifs dont on ne saurait faire l’économie et qui sont au demeurant des facteurs déclencheurs, d’accélération, d’adhésion et de soutenabilité de l’émergence. »  Le Vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique, Makhtar Diop, est allé dans le même sens en estimant que « La réussite du Pse exigera une utilisation efficiente des ressources mobilisées, ce qui rassurera non seulement l’ensemble des partenaires mais aussi la population sénégalaise. »
 
Une autre façon de rappeler, en perspective, qu’une une chose est de mobiliser les ressources, une autre est de les utiliser de manière optimale. Car dans cette expédition de Paris, l’Etat sénégalais est parti pour faire une formidable moisson de ressources financières au terme, ce mardi, du Forum des investisseurs privés pour le Sénégal qui compte mobiliser auprès de ces derniers, quelque 1111 milliards de financements pour des projets privés des secteurs prioritaires.

Sudonline

Cadre dans un institut de recherches , diplômé de Dauphine, Ibrahima Thiam veut porter les couleurs de la coalition "Bokk guiss-guiss" aux prochaines municipales. Il lui faudra peut-être beaucoup plus qu'un pedigree élogieux pour conquérir le coeur des saloum-Saloum pour succéder à Madieyna Diouf

lundi, 24 février 2014 12:58

68 médicaments à éviter selon PRESCRIRE

Poster par

Par Agence    lesechos.fr

+DOCUMENT Comme chaque année, la revue Prescrire a publié une mise à jour de la liste des médicaments « plus dangereux qu'utiles » qui devraient être écartés « dans l'intérêt des patients ». Elle a en revanche primé le Nimerix, un vaccin contre la méningite.

La revue médicale indépendante Prescrirea primé jeudi un vaccin contre la méningite et publié une liste de 68 médicaments à éviter en raison des risques qu'elles font courir aux patients qui les prennent. « L'année 2013 est une année de plus sans progrès important apporté par de nouveaux médicaments », a indiqué le directeur de sa rédaction, Bruno Toussaint, précisant que la revue avait renoncé à décerner sa traditionnelle « Pilule d'or » en 2013, pour la sixième année consécutive.

La revue, qui se finance exclusivement par ses abonnements et refuse toute publicité par souci d'indépendance, n'a pas non plus placé de médicaments à son « Tableau d'honneur » 2013 (catégorie qui met en valeur un « progrès net pour certains patients »).

Mais elle a décidé de citer dans son « Palmarès » (qui salue une « amélioration modeste ») le Nimerix (GSK), un vaccin contre la méningite à méningocoques de type A, C, W135 et Y destiné aux enfants de 1 à 2 ans devant voyager en zone d'épidémie. Ce vaccin, a estimé M. Toussaint « a contribué à améliorer la prévention chez certains nourrissons ».

Balance bénéfices-risques

La revue Prescrire indique par ailleurs avoir remis à jour sa liste des médicaments « plus dangereux qu'utiles » qui devraient être écartés « dans l'intérêt des patients ». Se fondant sur des études réalisées entre 2010 et 2013, la revue liste 68 médicaments « dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés ».

Parmi ces médicaments, certains présentent des risques « disproportionnés par rapport aux bénéfices qu'ils apportent » comme par exemple le strontium ranélate (Protelos), utilisé dans le traitement de l'ostéoporose à risque élevé de fractures, mais qui peut entraîner des troubles neurologiques et cardiovasculaires graves pouvant aller jusqu'au décès. L'Agence européenne du médicament (EMA) vient d'ailleurs de recommander la suspension du marché du Protelos des laboratoires Servier.

La revue cite également la quinine (Hexaquine, Okimus, Quinine vitamine C Grand), utilisée pour traiter les crampes mais qui expose également à des effets indésirables graves voire mortels comme des réactions anaphylactiques (réactions allergiques graves) ou des troubles hématologiques alors que leur efficacité est jugée faible.

Maladie d'Alzheimer

La revue déconseille également la prescription du dompéridone (Motilium) pour les reflux gastro-oesophagiens, soulignant que d'autres médicaments nettement moins dangereux existent.

De même, l'Izilox (moxifloxacine), un antibiotique de la famille des quinolones, n'est « pas plus efficace que d'autres » mais expose à des syndromes de Lyell (une atteinte brutale et grave de la peau, potentiellement mortelle) et à des hépatites graves.

Prescrire s'en prend par ailleurs aux médicaments de la maladie d'Alzheimer disponibles qui ont « une efficacité minime et transitoire » mais qui peuvent exposer à des effets indésirables graves lorsqu'ils sont prescrits en association avec d'autres médicaments.   lesechos.fr

Pour les médicaments il ne faut jamais arrêter sans en parler à son Docteur/ Ichrono.info

lundi, 24 février 2014 12:53

Fenêtre sur....le dernier des Pharaons de Ndongo MBAYE

Poster par

Humble

Tel le-maître-à-l’esprit-qui-sait

Ce regard qui traverse les siècles

Aux pas des ailes de l’Ange

Illumine la case

Et les fenêtres sur tous les mondes éclairés

Fait naître du feu

Des Amours-lianes qui  n’en finissent pas

De tisser une toile aux parures cauris-kola

Voir du feu naître(fenêtre ?)un Regard sur la vie

Comme pour mieux embrasser l’Himalaya

Survoler l’Annapurna

Embraser de passions les contours accueillants de l’Atlas

Peindre le tableau d’un Univers aux couleurs de palabres

Sculpter les cœurs et les corps et les ombres et les lumières

Dans le beau et sublime bois bordant les berges sacrées des baobabs

A la spiritualité profonde et calme et grave

Tout droit surgie des racines abyssales

De l’Egypte Pharaonique  aux civilisations-pyramides

Aux dynasties si emblématiques si noires

Si fières  , si altières, si nobles

Le fromager me parle, je l’écoute, je l’entends

J’entends sa Parole qui sourd des profondeurs de sa sève

J’écris ton nom Pharaon

Je crie ton nom Cheikh Anta Diop

Diop de chez nous, du pays de la Pirogue

Diop de l’Afrique et noire et blanche et une et indivisible

Diop de nulle part et de partout

Diop de Toutankhamon

D’Aménophis au regard  d’Aigle Royal

Diop des Ramsès survolant le Fouta Djallon

Ta liberté, ta culture, ton savoir flamboyants

Tels des oiseaux aux ailes déployées larges

Survolent Memphis-l’antique-cité

Et Guizèh la –main-tendue-au-ciel

A travers la fenêtre sur notre Histoire

Toi l’Humaniste de temps révolus-à-venir

Oublié de la petite histoire

Tu reviens par la grande

La seule qui vaille la peine

Celle qui glorifie les peines

La force qui vivifie les veines pour fouetter le sang

Irriguant les chemins encyclopédiques de ta vie

Notre vie portée au sommet de ce que nous avons recouvré

De plus cher

De plus humble

De plus noir

De plus jaune

De plus rouge

De plus blanc

De plus vert

De plus arc-en-ciel

Notre dignité

La dignité des initiés qui parlent le même langage

Le savoir-être des spoliés qui font les mêmes rêves

Les sans-voix de la petite histoire

D’où tu as rehaussé ton peuple

Tous tes peuples de toutes tes cases

Jusqu’à la lumière du phare

De la Grande  Histoire

Cheikh qui sonne le souffle « Siggi »

Anta de par la femme « Taxaw »

Diop  au nom de la grandeur du « Jom »

Cheikh Anta Diop

Triple comme une trilogie parlée, chantée, dansée

Multiple comme les gouttes d’eau des pluies d’hivernage

Je chante ton savoir-être

Comme un philosophe funambule

Je m’enchante de ton savoir-faire

Comme un derviche tourneur

Possédé des « tuurs »

Dans la transe d’un « ndëp » salutaire

Je m’insurge de la tragédie organisée

D’un homme brisé à l’image d’un rêve fragile

Je me réjouis d’écouter et d’entendre et de digérer

Pour toujours les échos retentissants de ta voix d’ébène

Les timbres si ensoleillés des souvenirs vivaces familiers

Mon regard traversant la fenêtre

Sur les nuages de l’immortalité

Contemple ton œuvre indélébile

Incommensurable, Intemporelle

De Dernier des Pharaons.

A Marie-Laure Croiziers de Lacvivier, l’Amie. En hommage au Maître, à l’esprit-qui-sait, au Dernier des Pharaons.

NB : Siggi = se redresser (se lit sigui)

Taxaw= se tenir debout(se lit takhaw)

Jom=l’honneur (se lit diom)

Ndongo LAYE      le 28/11/2002 (Choisy-Le-Roi)

lundi, 24 février 2014 12:49

Peau noire et cheveux crépus : stop aux idées reçues

Poster par

halte aux idées reçues avec notre Vrai-Faux !

 

Beauté noire… Nombreuses sont celles qui considèrent que les peaux noires et les cheveux crépus sont plus résistants et ne nécessitent pas de soin particulier. Pour tordre le coup aux idées reçues, la blogueuse Fatou N'diaye (www.Blackbeautybag.com) qui combat certaines idées très enracinées sur la beauté black a bien voulu apporter son précieux éclairage à notre Vrai / Faux des peaux noires.

Un vrai-faux réalisé avec la blogueuse Fatou N'diaye

La peau noire est peau plus fragile que les autres peaux

VRAI et FAUX
La peau noire est  paradoxale : d’un côté elle vieillit moins vite que les autres peaux mais de l’autre elle est plus fragile. La peau noire marque très facilement (taches sombres) et cicatrise mal. La peau noire n’est pas adaptée au  climat occidental et a besoin de beaucoup d’hydratation pour compenser. Ne pas oublier le nettoyage en douceur, non agressif.

Les produits éclaircissants sont très nocifs

VRAI
Les produits éclaircissants à base d’hydroquinone sont très nocifs pour la peau. Interdit depuis quelques années, il existe encore de nombreux produits à base d’hydroquinone qui ne le mentionne pas. Il faut être vigilant avec les produits que l’on achète, car ce produit était utilisé pour décolorer les jeans, et c’est lorsque les mains des employés noirs qui le manipulaient se sont éclaircies que la tentation de l’utiliser en cosmétique s’est concrétisée.

Les produits cosmétiques pour peau blanche valent pour peaux noires

NON
Les peaux noires ont des spécificités que la peau blanche n’a pas. Elles ont plus besoin d’hydratation. Sinon les femmes à peaux claires vont plus se tourner vers des produits hydratants, anti-rides, alors celles à peaux noires chercheront des produits hydratants intensifs et des traitements anti-tâches.

Il faut traiter la peau noire comme une peau sensible

VRAI
Oui, avec surtout des soins pour peau fragile qui n’agressent pas la peau.

Les cheveux sont plus fragiles

VRAI
Le cheveu crépu est plus adapté à un climat chaud et humide où il protège la peau du soleil. Sous un climat européen, le cheveu devient très sec et se frailise fragile par manque de sébum. Donc comme pour la peau, il faut beaucoup d’hydratation, de masques, d’huiles, du miel, du beurre de karité pour le protéger…

Les peaux noires ou mates ont moins besoin de protection solaire

 

FAUX
La peau noire bronze, comme toutes les peaux. Elle a donc besoin d’une protection solaire et beaucoup de cosmétiques pour peaux noires contiennent des indices de protection élevée. Le problème, c’est que les composants de ces indices de protection sont souvent gris ou noir, et que sur une peau sombre, le teint va se ternir.

Les peaux noires nécessitent une visite régulière chez le dermatologue

VRAI
Aller chez le dermatologue est conseillé au moins une fois par an. Comme la peau noire vieillit moins vite et dissimule beaucoup de défauts, les femmes ont tendance à penser qu’elles n’ont pas besoin de voir un spécialiste. Or, comme la peau est très fragile, elle a d’autant plus besoin d’être d’autant plus surveillée. Ne serait-ce que pour les informer sur - l’éclaircissement de la peau et ses abus. Les gens manquent d’informations à ce sujet et cela peut être dangereux.

Par Désirée de Lamarzelle  in  Marie Claire

lundi, 24 février 2014 12:42

Lire est bon pour la santé

Poster par

On connaissait les effets positifs de la lecture sur notre culture, notre curiosité mais pas encore sur notre santé. C’est chose faite avec l’étude menée par des chercheurs de l’Université d’Emory (Etats-Unis) actuellement publiée dans la revue Brain Connectivity. L’acte de lire provoquerait en effet d’importantes modifications dans notre cerveau et permettrait une multiplication des connexions neuronales.

Les chercheurs de l’Université d’Emory ont fondé leur étude sur un test réalisé auprès de 21 personnes pendant 19 jours consécutifs. Durant les neuf premiers jours, le cerveau des « cobayes » était au repos et donc non sollicité par une quelconque activité de lecture. Les 9 jours suivants, les chercheurs ont proposé aux volontaires de lire des extraits du livre de Robert Harris, « Pompéi », qui mêle habilement fiction et drame. Ce roman relate en effet les dernières heures de la célèbre cité antique à travers le regard d'un jeune ingénieur des eaux romain, Attilius. En choisissant une intrigue suffisamment forte, les experts ont ainsi pu observer ce qui se déclenchait dans les cerveaux des lecteurs.

Une multiplication des connexions cérébrales

Durant neuf jours donc, les volontaires ont répondu à un questionnaire relatif à leur lecture avant de se soumettre à une séance d’IRM. Tous les clichés collectés et comparés ont ainsi permis d’identifier ce que provoquait l’acte de lire sur le plan cérébral. Premier effet constaté :

les connexions neuronales augmentent sous l’influence de la lecture dans les zones de notre cerveau propre à la réceptivité du langage et aux représentations sensorielles. Second effet : « Même si les participants ne lisaient pas le roman, quand ils étaient face au scanner,

ils ont conservé cette connectivité accrue. Nous appelons cela une « activité de l'ombre », presque comme une mémoire musculaire »,

explique le Professeur Greg Berns. Les modifications neuronales s’inscriraient donc dans le temps : « Nous savions déjà que les bonnes

 histoires pouvaient vous faire prendre la place de quelqu'un au sens figuré. Aujourd'hui, nous voyons que quelque chose peut aussi se

 produire biologiquement », précise le chercheur. L’imaginaire provoqué par la lecture agirait donc comme un stimulant neuronal sur le moyen terme.

Un argument de plus pour inciter petits et grands à ouvrir des romans !

Comment donner le goût de la lecture à vos enfants ?

Comment faire en sorte que les jeunes préfèrent ouvrir un livre que surfer sur Internet ou regarder la télé ?

Tout est une question de plaisir ! Si dès son plus jeune âge, l’enfant a goûté aux joies de la lecture, il est fort probable que plus tard il soit un lecteur.

Tout cela se joue très tôt et dépend beaucoup des parents ! La fameuse lecture du soir joue un rôle fondamental.

 De plus les enfants ont tendance à imiter leurs parents. Si vous passez plus de temps devant l’écran de votre téléviseur que devant un livre,

 il y a de fortes chances que votre enfant en fasse autant… A vous de donner l’exemple et surtout de ne pas rater le grand rituel du coucher !

Le rituel de l’histoire du soir

Chacun sait qu’un enfant a souvent du mal à s’endormir… Il ne veut pas se retrouver seul, il a peur, et surtout il veut rester avec ses parents.

Pour l’apaiser, lui donner envie de s’endormir sereinement, rien de tel que la lecture d’une histoire. Ce moment de complicité partagé

 est très important pour le développement de l’enfant. C’est lors de ce riche instant, qu’il découvre le pouvoir des mots et fait travailler son imagination.

 A mesure que vous lisez à haute voix, en mettant le ton de préférence, celui-ci imagine les scènes, s’identifie avec les personnages, se prend au jeu !

 Bien souvent, l’enfant se passionne pour une histoire qu’il souhaite qu’on lui lise chaque soir.

La lecture du soir devient un rendez-vous d’amour dont il ne saurait se passer.

Quand il sera en âge de lire seul, il souhaitera sûrement retrouver de telles sensations : vous aurez donc gagné !

Maintenir le goût de la lecture

Une fois qu’il sera autonome pour lire, restez tout de même à ses côtés, écoutez-le, devenez son plus fervent auditeur !

 Un enfant a besoin d’amour, d’attention… S’il sent que vous prenez plaisir à sa propre lecture, il sera fier et son goût pour celle-ci ne pourra qu’augmenter.

Et si votre enfant a du mal avec le décryptage des mots, aidez-le à progresser.

Varier les livres

Plus tard, vers huit ou dix ans, il sera vraiment capable de lire seul et surtout de choisir ses lectures.

Si l’école préconise bien souvent la lecture des incontournables classiques, ne forcez surtout pas votre enfant à les lire.
Bien sûr, il est préférable que votre enfant lise Alexandre Dumas, ou la Comtesse de Ségur que des Mangas, cependant,

 il est surtout important qu’il ne soit pas dégoûté par la lecture.
Pour ce faire, écoutez-le. Si vraiment il éprouve des difficultés à lire des ouvrages classiques, orientez-le vers des livres

plus contemporains, mais qui restent intéressants. Une bonne idée consiste à demander conseil à votre libraire ou bibliothécaire.
Si l’enfant découvre une histoire qui le passionne, il y a de fortes chances pour qu’il ne décroche plus le nez de son livre…  Mathilde Vignal

Pennac commençait son essai « Comme un roman » par ces mots : « Le verbe lire ne supporte pas l’impératif ».

Et c’est vrai. Intimer l’ordre à un enfant de lire seul, c’est risquer le rejet. L’accompagner, c’est lui ouvrir la possibilité d’un plaisir et d’une découverte.

L’apprentissage de la lecture ne doit pas être ressenti comme un abandon affectif

Lorsque l’enfant est tout petit, les parents prennent le temps de lui lire une histoire.

 Il s’agit d’un temps privilégié durant lequel l’enfant et ses parents fusionnent et échangent les uns avec les autres à partir d’une narration ou de dessins.

L’entrée au CP représente pour beaucoup d’enfants une fracture affective car c’est souvent le moment où les parents laissent leurs enfants prendre en charge seuls la lecture.

Il faut opter pour une période de transition durant laquelle les parents continueront le rituel de « l’histoire » voire partageront la lecture avec leurs enfants.

 Tout doit être mis en œuvre pour que l’apprentissage de la lecture ne soit pas ressenti comme une rupture affective. Durant le primaire,

 il s’agira ensuite d’alterner les moments où l’enfant, naturellement, lira seul à voix haute puis les moments où il sera accompagné par ses parents.

 L’autonomie venant, l’enfant entendra sa propre voix dans sa tête pendant qu’il lit et il s’isolera de lui-même pour mieux se concentrer.

À chacun son rythme

A chacun son  rythme

En CP, tous les enfants n’apprennent pas à lire au même rythme. Et certains parents se trouvent désarmés lorsque leur enfant prend du

retard par rapport à sa classe ou ne comprend tout simplement pas le basique « B+A = BA ».

Pour débloquer la situation, commencez par solliciter un entre tien avec le « maître » ou la « maîtresse » pour recueillir son diagnostic et

pour envisager ensemble des solutions. Rassurez-vous : si l’Education nationale a instauré un système d’évaluation par cycle et non par classe,

c’est justement parce qu’elle a parfaitement identifié le fait que chaque enfant développe son propre rythme d’apprentissage. Dans tous les cas,

évitez la pression, la dévalorisation ou la comparaison avec d’autres enfants du même âge qui ne manifestent pas de difficultés pour lire.

Assurez-vous que votre enfant distingue bien les différents sons en repartant des bases. D’abord les voyelles « AEIOU ».

À la maison, amusez-vous à un petit exercice pour faire travailler en douceur votre enfant. Epelez les voyelles en leur donnant

un son musical prononcé. Puis introduisez des mots et demandez par exemple si votre enfant reconnaît le son « o » dans « Chocolat »

ou le son « i » dans « rire ». Multipliez les mots en marquant chaque fois la musicalité puis en l’atténuant peu à peu.

Si l’étape des voyelles se déroule bien, passez ensuite aux consonnes en utilisant le même procédé.

Transmettre le plaisir de lire

Pour l’apprentissage proprement dit de la lecture, misez sur les centres d’intérêt de votre enfant et ne lui imposez pas vos histoires.

Rendez-vous avec lui dans une bibliothèque ou une librairie pour le laisser choisir ses livres (simples surtout !)

 à partir d’illustrations qui vont frapper son attention. À la maison, instaurez un moment privilégié entre vous

 (pas de frères ou de sœurs perturbateurs dans les environs) et manifestez votre désir de découvrir l’histoire ensemble.

Laissez-le déchiffrer (pas d’impatience même si le temps vous semble long). Lisez un mot chacun, puis plusieurs,

une phrase, deux phrases (etc.) et, en fin de page, échangez sur l’illustration correspondant au texte.

L’apprentissage de la lecture demande une très forte concentration à l’enfant.

D’où l’importance de lui accorder des pauses régulières et de ne pas faire le forcing.
Surtout intéressez-vous et n’hésitez pas à le complimenter devant ses proches pour vous avoir fait découvrir une si belle histoire.

Ne pas négliger l’écrit

Écriture et lecture vont de pair. Et c’est souvent en ordonnant les lettres d’un mot que l’enfant parvient ensuite à le déchiffrer

 plus facilement et à le prononcer correctement. N’hésitez pas à demander au « maître » ou à la « maîtresse »

des listes de mots à apprendre par cœur pour entraîner votre enfant. Là encore, pas de pression. Associez chaque mot à un dessin qu’il peut colorier.

Ensuite, demandez-lui d’écrire le mot en utilisant différentes couleurs pour chaque lettre de façon à créer des

 « tableaux mots » que vous pourrez afficher dans la cuisine ou le séjour. Vous « boosterez »

ainsi sa mémoire visuelle et vous pourrez le solliciter à n’importe quel moment pour prononcer un mot inscrit sur tel ou tel « tableau-mot ».

Les conseils d’Intellego

- De plus en plus de parents ont recours aux compétences d’un pédopsychiatre pour déterminer les causes

d’un blocage dans l’apprentissage de la lecture de leur enfant. C’est souvent excessif.

Commencez toujours par demander un bilan orthophonique avant de lancer les grandes manœuvres.

- Votre enfant ne comprendra pas que vous lui demandiez un effort pour apprendre à lire si vous ne lisez jamais. Il en déduira tout simplement que c’est inutile. Durant la période d’apprentissage – même si vous détestez lire –, forcez-vous un peu et expliquez-lui que si vous aussi vous lisez, c’est pour découvrir de belles histoires.

2013 - Marie pour intellego.fr

lundi, 24 février 2014 11:43

Mon pays, aide-toi et le ciel t’aidera !

Poster par

Il doit être clair pour nous tous, qu’aucune solution ne tombera du ciel providentiellement, sans notre volonté et action propres à vouloir résoudre nous-mêmes nos problèmes sur terre.

Le prétexte de notre propos porte sur le désordre innommable et l’incivisme caractérisé qui prévalent dans notre pays d’une manière générale, mais et surtout  dans le secteur du transport en commun privé. Quand nous observons attentivement ce qui se passe dans ce secteur, avec l’hécatombe des victimes qu’il cause sans cesse, nous sommes en droit de nous inquiéter et nous interroger sérieusement quand-est-ce que trouverons-nous la solution radicale et définitive de ce fléau  qui nous coûte cher en perte de vies humaines? A y voir de près d’ailleurs, nous ne notons que de l’inertie de toutes parts par rapport à ce problème persistant. En effet, rien ne distingue, au regard de l’attentisme et l’absence d’initiatives hardies dans lequel sont plongés les autorités étatiques depuis des lustres, les transporteurs, les chauffeurs et même les passagers face à ce danger, à des amnésiques notoires. Surtout lorsqu’on se souvient des catastrophes récurrentes qui ont endeuillé notre pays ces dernières années, à cause de l’inobservation par les uns et des autres, des règles de sécurité les plus élémentaires, et dont le plus grave, qui n’est survenu qu’hier, est le naufrage du bateau Le Joola avec ses 2000 victimes. Mais malgré tout, les autorités ne prennent que des mesurettes de prévention, qui ne durent d’ailleurs que le temps d’une rose. Tandis qu’au plan des sanctions, elles n’en prennent presque pas ou alors, elles sont remises à plus tard, pour être oubliées comme dans le cas du Joola.

La preuve est incontestable ! Et pour cela, observez bien jusque-là nos cars privés de transport en commun, rien n’a changé. Leur surcharge est aussi manifeste qu’hier. Ceci est au vu et au su de nous tous. Et plus grave encore, c’est sous le nez et à la barbe des policiers chargés de la circulation que tout ceci se passe. Evidemment, ces dernier s’intéressent davantage à rançonner les conducteurs, en procédant à un simulacre de contrôle des pièces pour trouver des failles, plutôt que de veiller sur l’assurance de la sécurité des passagers, qui sont en surnombre déjà à l’intérieur du véhicule, en plus de ceux qui se trouvent encore sur les marchepieds. Ce phénomène est davantage plus accru à l’intérieur du pays  à cause d’abord du nombre insuffisant de gendarmes pour couvrir correctement les zones. Il est bien  noté que lors des grands évènements religieux tels que les Magal et Gamou, nous dénombrons malheureusement à chaque fois, un bilan macabre de victimes innocentes. Jusque-là, les autorités ne prennent pas encore les mesures préventives  idoines et appropriées pour parer à toute éventualité, face à ces risques déjà prévisibles, afin d’éviter tout accident ou alors au pire des cas, en arriver à zéro victime.

Parmi les nombreuses causes d’accidents, qui sont de divers ordres, on peut citer : la défectuosité des véhicules de transport, l’indiscipline par le non-respect du code de la route et des normes du constructeur, l’absence de sanctions sévères et exemplaires à l’endroit des contrevenants pour dissuader éventuellement d’autres resquilleurs, le laxisme des forces de police et de gendarmerie  affectées à cette mission de surveillance et de sécurité, qui se contentent de se faire corrompre au lieu d’immobiliser les véhicules en infraction, qui mettent en danger la vie de leurs passagers, le très mauvais état et l’étroitesse des routes, qui, par endroits dans le pays, sont dans un état de délabrement inadmissible est également parmi les causes des fréquents accidents mortels, l’encombrement anarchique des voies de circulation dans les villes, l’insuffisance de l’offre des moyens de transport en commun de grande capacité et de sécurité par rapport à la demande, fait que les passagers acceptent malgré eux, de se faire transporter, faute de choix, dans n’importe quelles conditions, etc.

Avec l’incivisme à grande échelle qui prévaut chez-nous, nous sommes ainsi classés en deux catégories de citoyens. Ce qui est absolument inacceptable dans une République consacrée ! D’une part ceux intouchables, donc au-dessus des lois – gouvernants, associés, proches, marabouts, etc.- qui ne subissent aucune sanction quelle que soit au demeurant, la gravité de leurs fautes commises, et d’autre part les autres considérés par les premiers comme de seconde zone ou de simples citoyens (sic) qui, même dans leurs pleins droits et devoirs, subissent injustement les sanctions qui revenaient en règle générale aux délinquants à col blanc, ces privilégiés de la République. C’est une injustice qui impacte  négativement et de façon notoire sur le bon fonctionnement de notre société qui marche ainsi avec une justice à deux vitesses.

Alors, quand-est-ce que, aurons-nous enfin à la tête de notre pays des autorités courageuses, impartiales qui fondent leurs actions uniquement sur notre Loi fondamentale, et déterminées à remettre les pendules à l’heure ? Autrement dit, à l’application stricte et sans discrimination aucune de la loi à tous et sur le même pied pour l’intérêt général bien compris du peuple sénégalais tout entier.

Mandiaye Gaye

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’Installation d’une base Américaine au Sénégal est un choix lucide, pragmatique et nécessaire C’est le résultat  d’un calcul intelligent et d’une  mûre réflexion. La position géographique de notre pays dans le monde est unique. Elle a une importance capitale. Face à l’Océan atlantique, Dakar est situé à 5000km de l’Europe, à 6000km de l’Amérique et à 6000km du Cap (Afrique du Sud). La pointe du cap vert  est le centre d’une circonférence de 12000km de diamètre. C’est  un camp de base qui peut couvrir toute l’Afrique par un para pluie de protection par radar laser et par un satellite géostationnaire de surveillance. Dakar est une plateforme giratoire de défense et de sécurité préventive pour l’Afrique.  Sur le plan d’une défense transafricaine et intercontinentale le Sénégal occupe une position géostratégique d’une importance primordiale. C’est un site militaire idéal, résultat d’un choix éclairé et judicieux.

L’installation d’une base américaine redonnera au pays son image et son rayonnement d’ancienne capitale de l’ex AOF. Elle permettra  de faire des interventions urgentes et rapides dans la sous/ région. Dans l’hypothèse d’une guerre internationale, les états unis auront la capacité de contrôler une vaste zone qui s’étend de l’océan atlantique à l’Océan Indien. Cette possibilité de protéger l’Afrique à partir d’une base  installée à Dakar sera un honneur et une fierté pour le Sénégal. Elle permettra d’avoir avec les états unis des relations de confiance et des accords de coopération de défense privilégiés. L’implantation d’une base militaire a obligatoirement des retombées économiques avec des possibilités d’emploi, des revenus de service, d’entretien et  de consommation des troupes dans tous les domaines de la vie économique. Il faut noter que le Sénégal n’est pas le seul pays en Afrique et dans le monde où les états unis ont installé leurs bases.

En cas de mobilisation au cour d’un évènement tragique dans le périmètre de l’Afrique, il sera plus facile, plus pratique et à coût réduit pour les américains d’intervenir à partir d’une base située à Dakar, à Bamako ou à Abidjan au lieu de faire appel à une base située en Floride (USA), à Okinawa (Japon) ou à une base située  à Guantanamo (Cuba). L’implantation des bases militaires  étrangères à travers le monde est la manifestation d’une rivalité permanente entre les grandes puissances depuis  la guerre froide à  nos jours. C’est un partage pacifique et civilisé du monde à froid. ( Avis pacem para bellum, En temps de paix, il faut  préparer la guerre). Sans les bases intercontinentales géostratégiques l’Allemagne, le Japon et l’Italie auraient dominé le monde. Que seraient devenus les Européens aux petits cranes et les noirs un début de charbon en puissance, jugés comme des races inférieures par les régimes nazis et fascistes ?

Dans ce monde de plus en plus interdépendant  chaque état a le droit d’avoir des intérêts et a le droit  de les défendre. Les bases comme tous les contrats ou les conventions doivent être négociés par les états  avec dignité. Leurs conditions d’installation sont librement déterminées par les états d’accueil dans des cahiers de charge. La nature et la règle, il s’agit  de contrats donnant-donnant, de concessions ou de baux emphytéotiques qui ont en principe des contreparties financières. Aussi, ils peuvent contenir des secrets d’état.

Installées dans des états souverains, les bases ne sont jamais imposées. Elles ne peuvent jamais exiger une soumission ou une allégeance du pays d’accueil. Autant un état souverain ne fait jamais  allégeance à une ambassade étrangère, autant il  ne fait jamais allégeance à une base étrangère. Elles se négocient librement. Et chaque partie y défend librement ses intérêts jusqu’à l’accord des volontés libres. Voilà un petit  aperçu sur les bases implantées hors de leurs territoires nationaux.

Vive la coopération de défense entre les nations libres, vive la démocratie et la liberté

Le 02 Janvier 2014

LE TRIBUN DE DIAPHARE

NB : La France avait été critiquée « de défendre ses intérêts et ses ressortissants sous prétexte de défendre les populations du Mali et de la RCA ». Aujourd’hui, tous les Sénégalais sont heureux de voir que l’état  défend ses ressortissants installés en République Centrafricaine et leurs intérêts. Ce n’est pas une nouvelle doctrine mais un droit politique naturel. Et quoi de plus normal ?

La fête du Printemps en Asie, le Divali en Inde (fête des lumières). Les hindous célèbrent l’arrivée du printemps pendant 2 jours en se jetant de l’eau mais surtout des poudres colorées pour : honneur à la vie et à l’amour

.Le  carnaval qui est d’origine chrétienne est une fête d’avant l’abstinence de 40jours du mois de carême. Les grands carnavals connus dans le monde sont Sao Paulo,  Récif, Bahia et bien sûr Rio de Janeiro

Les musulmans célèbrent l’aid del kebir , etc ; alors que les Juifs fêtent surtout le Pourim ie le miracle qui les a sauvés.

Le fête est normale, elle permet de remettre les compteurs à zéro, de se défouler pour oublier ou noyer les peines avant  une nouvelle saison ou épreuve, etc.

On pourrait même dire que ce moment cathartique est un rite de passage. La fête permet aussi d’apaiser les esprits et la fête  masquée est l’autorisation de toutes les libertés, voire toutes les attitudes licencieuses et refoulées par l’éducation.

Jean DUVIGNAUD, sociologue a souvent écrit sur l’aspect bénéfique de la fête et son aspect thérapeutique.

«  Au fur et à mesure de l’histoire-historique, des croyances religieuses, et des activités économiques  de nouvelles fêtes sont apparues. Au départ, ce sont surtout les besoins économiques qui ont poussé les hommes à êtes inventifs. Ainsi le carnaval béarnais est réapparu dans les années 80 pour attirer les touristes. La  fête des Mères est une invention commerciale, pure et simple, pure et simple… D’autres fêtes qu’elles soient collectives ( carnaval,  danse traditionnelle, puis concert de rock, jazz, etc) ou individuelle ( anniversaire, naissance, etc) donne l’occasion  à l’individu d’extérioriser  sa révolte envers la société. La fête considérée comme exutoire aux tensions  intérieure de l’Homme a toujours existé et a été transmis comme principe Elle permet dans ce cas de renseigner la collectivité ou les dirigeants ( quand  ils écoutent) sur les récriminations  de tout un groupe, souvent jeunes qui exigent  d’autres données puisqu’ils vivent  dans le futur, et qui savent que les présentes ne peuvent répondre à leurs besoins vitaux »

On en fête pas noël, tous les jours, ni son anniversaire.  Aujourd’hui la fête est noyée dans l’alcool, on ne sait plus s’amuser et voici les excès C’est à ce propos que je vais parler de Noël et du nouvel an

Noël fête religieuse est devenue trop commerciale, un  excès de scintillements éblouissants qui cachent le mystère de l’humilité de Dieu,  alors que celle-ci nous invite à l’humilité et à la simplicité comme le disait le Pape  Benoit XVI.

Il est vrai que la fête au sens noble du terme ne peut se détacher  du créatif, il y a une mise  en scène, on recrée des psychodrames  de la vie ordinaire, ou la joie.

On savait faire des fêtes traditionnelles en Afrique et dans les autres pays du monde, c’était à l’époque de la simplicité, fête de la moisson, grade circoncision chez les diolas, etc

Qu’en est-il de noël aujourd’hui dans le monde et surtout en Afrique ?

Cette fête permet en principe; les retrouvailles avec la famille et les personnes alentours, d’être serviable, partager en se souciant de l’autre

Pétards, lumières, feux d’artifices, consommation extrême pourquoi faire ?  Pour célébrer la force, le pouvoir ou célébrer la nativité ?  Non il s’agit de se montrer sa puissance regardez dans les pays arabes  ou le gigantisme est devenu une vertu.

Si le pays allait bien, si le peuple mangeait bien, oui ce moment d’exubérance pourrait être toléré.

Mais dans nos pays ou le taux de musulmans frise les 80% Noël se fête plus que dans certains pays chrétiens. On ne comprend plus cette démesure. Est-ce de l’argent propre ? On peut s’interroger sur ce qui commanderait cette démonstration de richesse ou d’opulence.

Dans les pays pauvres on voit une débauche de dépenses, d’orgueil,  alors que le reste du temps on ne se soucie même pas de l’autre  pourvu qu’il crève et laisse la place aux nantis.
Certains pays africains dépensent des fortunes  pour marquer le coup. A notre avis ces sommes d’argent auraient mieux servies dans les poches des pauvres même s’il est évident que faire rêver Noel n’est pas une fête de faste , c’est une fête religieuse ,  fêtes des dons, pour imiter Dieu qui s’est donné Lui-même aux hommes. Malgré les temps difficiles, certaines personnes dépensent sans compter quitte à ridiculiser les pauvres, alors que la Célébration de Noël nous rappelle que Dieu ne cesse de répandre dans le cœur des hommes des sentiments de paix, d’amour et de confiance

Aujourd’hui les fêtent religieuses devraient retrouver le vrai sens pour relier les uns aux autres.

Tout excès est nuisible et une fête, fêtée dans la simplicité est bien vue et souhaitée.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon demande un renfort de 3 000 hommes en Centrafrique. Il estime que les troupes françaises et africaines déjà sur place ne sont pas suffisantes. Il a présenté devant le Conseil de sécurité un plan d’urgence pour la Centrafrique.
 
Avec notre correspondant à New York,Karim Lebhour
 
Tenir le terrain en attendant l’arrivée des casques bleus, tel est l’objectif du plan présenté par Ban Ki-moon. Le secrétaire général de l’ONU propose que toutes les forces en présence, françaises, africaines ou européennes, soient placées sous un seul commandement avec pour tâche d’empêcher les massacres de civils. Ban Ki-moon a appelé toutes les capitales européennes pour leur demander de faire un effort supplémentaire, en hommes et en matériel.
 
Ce plan a aussi pour but de vaincre les réticences de l’Union africaine à ce que la Misca cède la place le plus rapidement possible à une force de l’ONU. Le secrétaire général propose un « paquet » financier de 40 millions de dollars pour les soldats africains. La priorité doit être d’aider la Misca, dit l’ambassadeur tchadien Mahamat Zene Chérif.
 
« Je pense qu’il est bon qu’on puisse donner le leadership aux Africains dans la mesure où, malgré leurs moyens limités, les Africains essaient quand même de se prendre en charge. Et je pense qu’il n’y a pas de contradiction entre ce que propose l’Union africaine et ce que pensent faire les Nations unies. Les efforts sont complémentaires », considère Mahamat Zene Chérif.
 
L’ONU propose également de payer les policiers, juges et gardiens de prison qui reprendront le travail, pour rétablir les services de base de l’État centrafricain.
 
Le patron de Sangaris en visite à Bouar
 
Le général Soriano est arrivé à Bouar ce jeudi accompagné d’une délégation centrafricaine. Avec la ministre du Commerce Gertrude Zouta, il s’est ensuite rendu à Beloko, à la frontière camerounaise, où Sangaris est arrivée 48 heures plus tôt pour sécuriser la route. Il est ensuite revenu à Bouar pour rencontrer les autorités locales, les forces vives de la ville, et répondre à leurs interrogations. À la question « Vous êtes là pour combien de temps ? », le général Soriano répond : « On reste le temps nécessaire. Par exemple, à Bossangoa, nous avions décidé d’y rester une quinzaine de jours. On y est restés deux mois. »
 
Désarmer, sécuriser l’axe Cameroun-Bangui et protéger les populations musulmanes, telles sont les priorités de la force Sangaris dans l’ouest du pays où elle poursuit son déploiement. Elle est aidée pour cela de la Misca. Mais la mise en place des nouvelles forces de défense et de sécurité de Centrafrique se fait attendre. « Les nouveaux policiers et gendarmes ne sont pas arrivés à leurs postes et cela je le dis également pour les militaires qui aujourd’hui refusent de se regrouper parce que leurs chefs de corps ne sont pas encore à leurs postes alors que les nominations ont été faites depuis un bon moment », rouspète le préfet, Augustin Yangana Yahote.
 
Faut-il aussi armer les douaniers ? Comment empêcher les incursions de groupes armés étrangers en RCA ? Peut-on instaurer un couvre-feu à Bouar comme c’est le cas à Bangui ? « De manière générale, tout est à reconstruire dans ce pays. Il faut qu’on y aille avec méthode et puis on va continuer », répond le général Soriano.

Rfi

Page 244 sur 245

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook