Ibra Ciré Ndiaye, Temporalités et mémoire collective au Fouta-Toro. Histoire d’une aliénation culturelle et juridique, L’Harmattan, 2019

Avant-propos du Pr Samba Thiam – Préface du Pr Etienne Le Roy

« Temporalités et Mémoire collective au Fouta-Toro : histoire d’une aliénation culturelle et juridique est l’œuvre d’Ibra Ciré Ndiaye qui a soutenu une grande thèse de Doctorat en droit à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, sur « les Toucouleurs et les bases socio-juridiques de l’agriculture irriguée dans la moyenne vallée du Sénégal – Vers l’émergence de nouveaux dispositifs régulatoires et d’un développement négocié au Sahel » sous la direction d’Étienne Le Roy, Professeur émérite à la Sorbonne qui a préfacé le présent ouvrage qui se veut avec une démarche socio-anthropologique du droit, une contribution à l’histoire du droit et des institutions notamment au Fouta-Toro.

Juriste et anthropologue du droit, l’auteur opère un décentrement en affirmant contrairement à ce qui est souvent admis et transmis dans les facultés de droit francophone que « la loi n’est pas une source, mais une forme d’expression du droit ». Voilà qui interpelle les juristes tout comme les sociologues notamment sur le terme caste dont Ibra Ciré Ndiaye conteste l’utilisation inappropriée et inadaptée, car, transposé, selon le chercheur, des sociétés indiennes au Fouta-Toro.

Dans ce présent ouvrage, l’auteur a choisi une autre dénomination plus conforme selon lui à la fluidité et à la permutabilité sociologiques vécues sous les Satigui jusqu’à l’arrivée des Almami. » Extrait de l’avant-propos du Pr Samba Thiam

Enseignant chercheur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’IDHP (Institut des Droits de l’Homme et de la Paix, Université Cheikh Anta Diop de Dakar) Ibra Ciré NDiaye est responsable du Service Tranquillité publique et accès aux droits à la mairie de Villetaneuse. Juriste et anthropologue du droit, il s’est beaucoup intéressé aux questions liées à l’histoire et la gouvernance du foncier dans les sociétés africaines.