Évaluer cet élément
(0 Votes)

Au Sénégal, après une interruption de 24 heures suite au drame au stade Demba-Diop, la campagne pour les législatives du 30 juillet a repris de plus belle. Deux têtes de liste, l’ex-président Abdoulaye Wade et le Premier ministre Mohamed Dionne sont en tournée dans le pays. Khalifa Sall, le maire de Dakar, est lui toujours en prison mais poursuit son combat pour mener sa campagne à l'extérieur. Ses avocats ont déposé lundi en fin de journée une nouvelle demande de liberté provisoire.

Le camp Khalifa Sall cherche, une fois de plus, à mettre le pouvoir et Macky Sall sous pression. « La violation des droits politiques est flagrante, l'Etat doit respecter ses engagements et lui permettre de mener campagne », expliquent des proches du maire de Dakar, en prison depuis le 7 mars pour des soupçons de détournements de fonds.

Devant le juge qui traite ce dossier sensible, les avocats ont notamment cité la Charte africaine des droits de l'homme, ainsi que les règles imposées par la Cédéao. L'idée : faire entendre la voix de Khalifa Sall à l'échelle sous-régionale.

« Mais le combat se mène avant tout ici au pays » complète l'un des 17 avocats. Cette équipe pléthorique met donc en avant l'article 8 de la Constitution du Sénégal : « La République garantit à tous les citoyens, les libertés civiles et politiques ». Ce qui veut dire pour les proches de Khalifa Sall qu'il doit pouvoir mener campagne mais aussi voter. Ils demandent donc la libération immédiate de Khalifa Sall.

Légalement, le parquet a cinq jours pour déposer ses réquisitions ; le juge en aura dix pour rendre sa décision. Khalifa Sall espère qu'elle sera rendue d'ici la fin de semaine.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

APRES DAKAR ET TOUBA : WADE s’offre un doxaantu dans la capitale du nord

Le Pape du Sopi continue sa caravane à travers le Sénégal. Ainsi, après un accueil populaire à Dakar et Touba, Me Wade est arrivé hier à Saint-Louis en provenance de Kébémer où une foule immense l’a accueilli.

Il y avait foule, hier, à Saint-Louis lors de la venue du leader de la Coalition gagnante Wattu Sénégal, Abdoulaye Wade, pour les besoins de la campagne électorale des législatives du 30 juillet prochain.  Selon des sources établies dans la capitale du nord, il y avait une forte mobilisation. Laquelle a contraint les automobilistes à annuler leurs rotations dans les artères de la ville.

Arrivé à Saint-Louis, vers les coups de 19h 00, en provenance de sa ville natale Kébémer, l’ancien président de la République, selon une source ayant participé à l’accueil, a initié une marche à partir de la gare routière jusqu’à Pikine en passant par les quartiers Médina Course et Guinaw Rail. Debout à travers le toit ouvrant de son véhicule, le Pape du Sopi a encore montré ce qu’il sait faire : galvaniser le public. Et ce dernier répondait par des slogans «Dano Jumonne» (On s’était trompé en 2012 en votant Macky Sall), «Gorgui Balniou» (On demande votre pardon). Une manière de dire à ceux qui disent qu’il est fini politiquement qu’ils peuvent déchanter, qu’il a toujours la cote.

Ce qu’on vu à Saint-Louis fait des centaines milliers de personnes. Jusqu’à 21 heures, il ne parvenait pas accéder au point de chute, c’est-à-dire le Pont Faidherbe où il devait tenir son meeting. Il y avait tellement de monde qu’il  a fait deux heures de temps entre la permanence du Pds et le Pont Faidherbe pourtant distant de quelque 900 m.

Les militants du Pds interrogés affirment qu’Abdoulaye Wade n’a jamais connu un accueil pareil même quand il était au pouvoir.

Ces militants, guidés par le responsable local du Parti démocratique sénégalais, Ahmet Fall Baraya, n’ont pas manqué de signifier à leur mentor que la distribution des nouvelles cartes d’identité/électeur est très mal faite. Ils avancent que la majorité n’ont pas encore reçu leur carte pour espérer exercer leurs droits civiques le 30 juillet qui se profile à l’horizon.

Cette parade rappelle, à bien des égards, celle effectuée en 2014 et qui lui avait permis de donner un coup de pouce à Ahmed Fall Baraya. Ce dernier était en ballotage favorable face à Mansour Faye qui finira par remporter la manche. Il en fit de même pour Aïssata Tall Sall qui, au finish, sortit victorieuse de son bras de fer avec Mamadou Racine Sy.

 Walf Quotidien

Le procureur de la République a fait face à la presse, ce lundi pour se prononcer sur la catastrophe survenue au stade de Demba DIOP samedi dernier.

Serigne Bassirou GUEYE a indiqué que le Parquet a des indices, des témoignages, des films  et des informations et que le moment venu les Sénégalais sauront qui sont les responsables. Le procureur a également renseigné que le directeur du stade a été entendu, ce lundi tout comme le président de la Ligue professionnelle de football.

S’agissant des forces de l’ordre qui ont été pointées d’un doigt accusateur, Serigne Bassirou GUEYE a sorti la grande bassine pour laver à grande eau la police. Selon lui, parler de la police c’est déplacer le débat.

«Vous avez parlé de la réaction des forces de l’ordre, c’est vrai certains ont parlé des forces de l’ordre.  Est-ce que les forces de l’ordre ont tiré ? Est-ce qu’il y avait un nombre inférieur, est-ce qu’il n’y avait pas ? Moi mon problème (est que) jusqu’à présent nous n’avons aucune piste qui mène vers les forces de l’ordre », a commencé par souligner le procureur.

Ne s’arrêtant pas à cette observation, le maître des poursuites s’est étonné que la police soit désignée. «Dans le domaine sportif, je pense que c’est assez bizarre qu’on puisse parler de forces de l’ordre en nombre ou en quantité ou ont tiré etc. Parce que le domaine sportif, c’est le domaine par excellence où l’amitié et la fraternité doivent prévaloir.  Donc si on arrive à dire qu’il n’y pas suffisamment de forces de l’ordre ça veut dire que l’esprit est déjà faussé. Je crois que ce sur quoi nous devons nous appesantir ici, c’est cette culture de violence que l’on voit dans le milieu sportif et c’est ça je crois qu’il faut décrier. Mais toute tendance à vraiment déplacer le débat serait nuisible à l’éducation pour la paix…», a martelé Serigne Bassirou GUEYE.

WALFNet

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le Mouvement Citoyen et la coopération Sénégal-Luxembourg ont organisé hier, lundi 17 juillet, une cérémonie de restitution de leur enquête sur «L’exclusion et des identifiants des inégalités sociales». Cette étude a concerné les populations de trois régions du Sénégal à savoir Saint-Louis, Matam, et Fatick.

La thématique des inégalités et des disparités interpelle au plus haut point des Organisation de la société civile (OSC) dont l’une des missions est effectivement d’agir pour que la voix des populations pauvres et marginalisés soit entendue et que leurs points de vue soient pris en compte dans les décisions politiques.

A cet effet, une enquête sur «L’exclusion et des identifiants des inégalités sociales» a été menée dans trois régions du Sénégal à savoir Saint-Louis, Matam, et Fatick. C’est  dans le cadre de la mise en ouvre de l’Accord de partenariat opérationnel, volet recherche action du programme «Budgétisation sensible au genre et gouvernance locale participation de la composante SEN/29 décentralisation développement territorial et bonne  gouvernance du PICIII Sénégal-Grand-duché du Luxembourg». Le Mouvement Citoyen et la coopération Sénégal-Luxembourg ont organisé hier, lundi 17 juillet 2017 une cérémonie de restitution de cette étude.

Selon Alpha Faye, secrétaire exécutif  du Mouvement Citoyen, il y a principalement deux volets: l’un concerne la consolidation du budget participatif sensible au genre et l’autre un appui aux actions du Mouvement Citoyen en faveur de la gouvernance locale participatif. Il estime que les résultats sur ses deux volets sont «l’appui-accompagnement apportée à 10 collectivités locales et les régions nord du Sénégal pour la mise en œuvre du budget participatif, la mise en place du réseau des collectivités locales du Sénégal du budget participatif». Et Alpha Faye d’annoncer «une caravane de sensibilisation des acteurs locaux sur l’importance du budget participatifs dans les 14 régions du Sénégal, en relation avec nos amis…»

LES FEMME FREINEES PAR LE POIDS DES NORMES SOCIALES DANS LES COLLECTIVITES LOCALES

L’étude sur la «Situation de la femme dans les collectivités  locales des trois régions (Fatick, Matam et Saint-Louis)» a décelé une vraie difficulté dans l’engagement féminin du fait du poids des dispositifs normatif et religieux qui impactent sur le rôle de la femme et sa place dans la réalisation des stratégies de développement socio-économiques.

Toutefois, «la forte présence des femmes dans toutes les collectivités locales au Sénégal est observable à Saint-Louis, Fatick et Matam. Ainsi le bureau municipal de la ville de Saint-Louis est composé de 22 femmes sur 46 conseillers. Mieux, la première adjointe au maire est une femme et 5 communes sur 18 sont dirigées par des femmes. A Fatick également la représentation des femmes dans le conseil municipale est appréciable», lit-on dans le document soumis à la presse.

UN REEL PROBLEME DU MAINTIEN DES ELEVES A L’ECOLE EN MILIEU RURAL

Cette présente étude s’intéresse aussi à la commune de Yang-Yang, située dans le Ferlo dans la région de Louga (Nord du Sénégal) qui fait parti des zones rurales où l’éducation est en deçà du taux national. En effet, cette région a longtemps souffert d’un manque d’infrastructures scolaires nécessaires au développement de l’éducation. «Le maintien des élèves à l’école est très problématiques dans les communes de Mbeuleukhé, Yang-Yang, Téssékéré, Mboula et Kamb. Les écoles sont presque désertes. Les effectifs sont très petits et avoisinent les 10 élèves par classe en moyenne», relève-t-on dans le document.

ACCES A LA COUVERTURE SANITAIRE DANS LA REGION DE LOUGA

Les résultats de cette enquête ont montré que les mutuels ciblées sont confrontées à d’énormes difficultés. Il s’agit notamment du faible taux de recouvrement des cotisations qui s’explique par la faiblesse des capacités financières des adhérents mais aussi par des faiblesses structurelles communes aux mutuelles. D’autre part, l’on peut constater une question liée à leur développement et leur efficacité. «Les structures de santé constituent le premier recours des malades. Ce qui signifie que les personnes malades sont systématiquement amenées dans une structure sanitaire comme le soutiennent 90% des personnes enquêtées», selon le document soumis à la presse.

Pour la représentante de la coopération Luxembourgeoise, ce programme de coopération a une durée de 6 ans, avec un coût de 50 milliards de F Cfa. C’est en soutien aux services sociaux de basse notamment la santé, la formation professionnelle et technique, l’hydraulique. Il s’y ajoute un autre volet de soutien à la société civile.

Sudonline

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Journée de la Justice pénale internationale a été célébrée hier, lundi 17 juillet à Dakar, autour du thème: «Défis et opportunités de la Cour pénale internationale (Cpi) à la veille du 20e anniversaire du Statut de Rome». La rencontre qui a vu la participation de ministres de la Justice de pays d’Afrique, de personnalités de la Cpi et d’éminents juristes, a pour objectif de réfléchir sur le renforcement de la lutte contre l’impunité. Sur ce, le ministre sénégalais de la Justice, Sidiki Kaba et la Procureure générale de la Cpi, Fatou Bensouda, ont appelé à plus de coopération et de dialogue entre les Etats membres et la Cour.

L’engagement de toutes les parties prenantes est une condition sine qua non pour lutter contre l’impunité dans le monde. Les Etats parties au Statut de Rome en sont convaincus. Et c’est ce que recherche la Journée de la Justice pénale internationale célébrée hier, lundi 17 juillet, avec comme thème: «Défis et opportunités de la Cour pénale internationale (Cpi) à la veille du 20e anniversaire du Statut de Rome». La rencontre qui a réuni des ministres de la Justice de pays d’Afrique, des personnalités de la Cpi et d’éminents juristes venus de plusieurs pays, sera un moment de réflexion pour une prise de conscience nette pour lutter efficacement contre la criminalité internationale sous toutes ses formes.

Selon le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Sidiki Kaba, la rencontre consiste à «sensibiliser toutes les parties prenantes à tous les niveaux, les amener à s’engager et à agir efficacement en vue d’intégrer les préoccupations et les défis de la Cour dans leurs priorités». Mieux, dit-il, elle vise également à «renforcer la coopération avec la Cour pour une meilleure réponse aux crimes les plus atroces». Revenant sur l’importance de cette coopération, Sidiki Kaba dira que c’est parce que la «Cour n’ayant ni police ni armée et donc sans la coopération, il ne saurait y avoir de poursuites, de jugements parce que tout simplement il serait impossible de mettre la main sur les criminels». Poursuivant son propos, le président de l’Assemblée des Etats parties au Statut de Rome a aussi relevé la nécessité d’utiliser les ressources diplomatiques et matérielles pour «favoriser une plus grande coopération avec la Cour».

La Procureure générale de la Cpi, Fatou Bensouda  est d’abord revenue sur l’importance de la création de la Cour pénale internationale. Cela traduit, selon elle, la «pénétration des valeurs d’humanité dans le droit pénal international qui augure de nouveaux paradigmes dans l’avenir du monde». «En raison des caractères transversaux des crimes internationaux, les acteurs étatiques et non étatiques font aujourd’hui face à des problématiques qui placent la question de l’efficacité à hauteur du système de justice pénale internationale», a fait savoir l’avocate gambienne. Face aux nombreux défis sécuritaires, Fatou Bensouda ajoutera: «nous devons nous actualiser pour assurer une meilleure prise en charge de la complexité de la lutte contre les crimes atroces». Egalement pour une efficacité de la Cpi, sa Procureure générale prône le dialogue entre les institutions, les Etats, les nations et les peuples pour «sécuriser et stabiliser nos sociétés contre le feu de la guerre».

Pour rappel, les atrocités de «masse» commises au 21e siècle, qui ont heurté la conscience de l’humanité, ont nécessité la recherche d’une solution permanente par la mise en place d’une justice internationale. Un long processus a été alors engagé pour la création d’une juridiction pénale internationale permanente, avec l’adoption, le 17 juillet 1998, du Statut de Rome, traité qui instituera en 2002 la Cour pénale internationale (Cpi), le premier tribunal pénal international permanent de l’histoire chargé de juger les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et le génocide.

Mariame DJIGO (Sudonline)

vendredi, 14 juillet 2017 12:18

Une équipe africaine de rêve pour le NBA Africa Game 2017

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

La Ligue nord-américaine de basket-ball (NBA) a mis sur pied une équipe africaine séduisante pour la deuxième édition du NBA Africa Game, ce match de gala organisé en Afrique du Sud le 5 août 2017 à Johannesburg. Les Congolais Bismack Biyombo et Emmanuel Mudiay, le Camerounais Luc Mbah a Moute ainsi que le Sénégalais Gorgui Dieng devraient être de la partie.

Emmanuel Mudiay, dont la famille a fui la guerre en RDC alors qu’il n’était qu’un enfant, s'y voit déjà : « Revenir en Afrique pour jouer la seconde édition du match NBA sur le continent est un rêve qui devient réalité. Je suis reconnaissant du fait d’avoir cette chance. »

Match caritatif

Le Sénégalais Amadou Gallo Fall, président de la NBA Afrique, n’a pas caché sa satisfaction : « Le NBA Africa Game 2015 avait été un succès retentissant. Nous sommes reconnaissants du soutien apporté par les joueurs et staffs d’équipes qui y participent. »

La rencontre, organisée au profit de l'Unicef, de la fondation Nelson Mandela et de SOS Chilren, se déroulera peu après la 15e édition de « Basketball without Borders », le traditionnel camp de formation et de détection organisé par la NBA, entre autre en Afrique du Sud.

La première édition du NBA Africa Game avait eu lieu en 2015, avec en vedette l'Américain Chris Paul, les frères espagnols Pau et Marc Gasol, mais aussi les Français d’origine camerounaise et sénégalaise, Nicolas Batum et Boris Diaw.

RFI

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Aïssata Tall Sall, la tête de liste du mouvement ‘’Osez l’avenir ‘’ a effectué une incursion dans la commune de Mbour par des visites de proximité.

Selon l’ancienne ministre sous Diouf et mairesse de Podor, Abdoulaye Wade devait être le patriarche du Sénégal et non une tête de liste, encore moins un candidat. Interrogée sur ses premiers jours de la campagne, elle a affiché un excellent état d’esprit et a inscrit sa venue à Mbour et vers le Sénégal de l’intérieur comme le prélude à des rencontres directes avec les Sénégalais. Aïssata Tall Sall s’est réjouie dans la foulée de voir et d’entendre les réactions des gens intéressés de Diamniadio à Mbour par son discours, l’appel à l’avènement d’une assemblée nationale de rupture, de changer le type de député pour rompre avec les pratiques vieilles de soixante ans.

Ses préoccupations sont de voir des députés dignes de ce nom siéger à l’Assemblée nationale et exerçant un contrôle effectif sur le travail gouvernemental en interpellant le gouvernement, lors du vote du budget sur l’effectivité des dépenses publiques.

A l’en croire, son  programme suggère un type de député devant être contrôlé par ses mandants Pour autant, selon elle, le mouvement ‘’Osez l’avenir’’ s’engage tous les trois mois à descendre à la base avec ses députés pour expliquer ce qu’ils ont fait de leur mandat. La responsable socialiste pense relever le défi en comptant sur le peuple sénégalais avant de s’émouvoir de la campagne « extravagante » de Bennoo Bokk Yaakaar qui opère avec des les moyens de campagne que personne n’a. ’On pensait que ce temps était révolu, de faire une campagne avec les moyens de l’Etat. On pensait que plus personne ne permettrait cela avec les moyens de l’Etat. J’étais un député de BBY en 2012 et ce n’était pas comme ça. Qu’est-ce qui s’est passé ? L’explication est là, c’est  seul  le pouvoir qui fait la différence‘’,  s’est-elle désolée face à la campagne de la majorité présidentielle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Moins de cinq jours après le démarrage officiel de la campagne électorale pour les législatives du 30 juillet, la Raddho prend à bras-le-corps son rôle d’observateur du processus électoral. Et c’est pour fustiger le maintien en détention préventive de la tête de liste nationale de Mankoo Taxawu Senegaal, Khalifa Sall qui viole, selon elle, le principe de l’égalité de traitement réservée à tous les candidats en lice ; mais aussi la modification non consensuelle du code électoral, le traitement déséquilibré de l’information au niveau des medias publics (Le Soleil et la Rts1) ou autre utilisation abusive de l’image de Macky Sall dans les affiches de Bby , en violation manifeste de la jurisprudence Wade en 2001.

Selon la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), Khalifa Sall, tête de liste nationale de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal doit bénéficier d’une liberté provisoire pour pouvoir battre campagne au même titre que les autres candidats aux législatives. En conférence de presse organisée hier, jeudi 13 juillet, son secrétaire général par intérim, Sadikh Niass, a indiqué que le maintien dans les liens de la détention préventive du candidat Khalifa Sall qui doit légitimement jouir des mêmes prérogatives que les autres candidats viole le principe de l’égalité de traitement devant être réservée à tous les candidats et candidates à ces élections législatives.

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) tape du poing sur la table. Khalifa Sall, tête de liste nationale de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal pour les prochaines législatives, ne doit plus rester en détention préventive au moment où les autres candidats et têtes de listes déroulent leur campagne. En conférence de presse tenue hier, jeudi 13 juillet, Sadikh Niass, secrétaire général par intérim de la Raddho a formellement demandé qu’une liberté provisoire immédiate soit accordée au maire socialiste de Dakar pour lui permettre d’aller à la rencontre des Sénégalais comme le font ses concurrents. En effet, selon lui, le maintien dans les liens de la détention du candidat Khalifa Sall qui doit légitimement jouir des mêmes prérogatives que les autres candidats viole le principe de l’égalité de traitement qui doit être réservée à tous les candidats et candidates à ces élections législatives.

«Nous estimons que le candidat Khalifa Sall, tête de liste de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal, actuellement en détention préventive, jouit de la présomption d’innocence et de tous ses droits civiques et politiques dans la mesure où, il n’a pas encore été jugé et ne fait l’objet d’aucune condamnation définitive», a déclaré Sadikh Niass. Poursuivant son propos, le secrétaire général par intérim de la Raddho s’est prononcé par ailleurs sur le déroulement de la campagne électorale pour ces législatives du 30 juillet prochain. Et c’est pour dénoncer les cas de violences notés dans certaines localités en cette période de campagne électorale mais aussi pour déplorer l’absence d’équilibre dans la couverture des activités des 47 listes engagées dans ces élections de la part des médias publics : Le Soleil et la Radiotélévision sénégalaise (Rts). Accusant ces deux médias de faire la part belle à la liste de la coalition du pouvoir dans leur couverture, Sadikh Niass a notamment rappelé «l’obligation qui pèse sur les organes de gestion et de régulation des élections par rapport à l’égalité de traitement réservée aux candidats aux élections législatives du 30 juillet prochain.

Abordant le point relatif à la modification de l’article L78 du code électoral qui donne désormais la possibilité à l’électeur qui le souhaite de prendre seulement 5 bulletins sur les 47 en lice le jour du scrutin, le secrétaire général par intérim de la Raddho a déploré cette modification sans le consentement de tous les acteurs, notamment ceux de l’opposition parlementaire. «Même si il y a eu une majorité des candidats qui sont d’accord, l’idéal aurait été d’arriver à un consensus entre les acteurs avant de modifier la loi électorale à seulement un mois des élections, quand on sait que parmi les acteurs politiques qui sont contre figurent une bonne partie de représentants de l’opposition parlementaire», déplore Sadikh Niass. Avant d’estimer par ailleurs que cette nouvelle loi pose problème en ce sens qu’elle va violer le secret du vote et risque dès lors d’influencer le vote des électeurs.

RETRAIT DES CARTES D’IDENTITÉ BIOMÉTRIQUES : La Raddho parle d’un faible taux de 39.05%

Lors de ce face-à-face avec les journalistes, le secrétaire général par intérim de la Raddho s’est également prononcé sur la situation de retrait des cartes d’identité biométriques Cedeao. Et c’est pour déplorer un rythme de retrait de ces cartes d’identité couplée aux cartes d’électeur relativement faible sur l’ensemble du territoire et dans les pays où réside la diaspora sénégalaise. En effet, selon lui, à la suite d’une mission d’enquête sur l’ensemble du territoire national, la Raddho estime que le taux de retrait est de 57.51% par rapport aux cartes disponibles et 39.05% par rapport au total des inscrits. Ainsi pour permettre à un plus grand nombre d’électeurs de prendre leur carte, Sadikh Niass a également appelé à la décentralisation des commissions de retrait des cartes électorales et le renforcement des commissions itinérantes surtout dans les zones rurales.

Le droit-de-l’hommiste a aussi plaidé pour qu’une possibilité soit accordée aux citoyens qui n’auront pas la latitude de retirer leurs cartes d’électeur avant le jour du scrutin, de voter sur présentation de leur récépissé d’inscription plus une pièce d’identification valable. Et une multiplication, le jour du scrutin, des isoloirs dans les bureaux de vote (au moins deux isoloirs par bureau de vote). Poursuivant son propos, le secrétaire général de la Raddho a également fait état d’une absence quasi-totale des représentants des partis ou coalitions engagés dans la course pour les prochaines législatives dans les commissions de retrait des cartes d’identité couplées aux cartes d’électeur. Selon lui, seuls les représentants de la Commission électorale nationale autonome (Cena) sont présents dans toutes les commissions visitées par les équipes de la Raddho.

Par ailleurs, lors de ce face-à-face avec la presse, Sadikh Niass a également déploré le rythme de production des cartes qui, selon lui, ne semble pas suivre une certaine chronologie des inscriptions du fait que les premiers inscrits ne sont toujours pas les premiers dont les cartes sont disponibles. À cela s’ajoutent aussi, selon lui, des initiatives illégales prises dans plusieurs localités, notamment dans les zones rurales où, a-t-il dit, l’enquête a révélé des connivences entre certains chefs de villages et des responsables de commissions, ajoutées au fait que des cartes sont distribuées sans la présence physique de leurs titulaires.

LA RADDHO SUR LA PRÉSENCE DE L’IMAGE DE MACKY SALL SUR LES AFFICHES DE BBY : «Le président Sall n’a rien à voir avec cette campagne»

Interpellé sur la présence de l’image du chef de l’Etat sur certaines affiches de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby), le secrétaire général de la Raddho par intérim a rappelé la jurisprudence du Conseil constitutionnel qui avait sommé le président Wade, lors des législatives de 2002, d’enlever son image sur les bulletins et affiches de sa coalition. Dans la foulée, il a déploré cette immixtion de Macky Sall dans une élection qui ne le concerne pas en tant président de la République. «En 2002, le Conseil constitutionnel avait motivé sa décision en disant que la présence de l’image de Wade était une violation du code électoral. Et le régime du président Wade s’était alors plié à cette décision en procédant au retrait de la figure de Wade. Le président Sall devait donc tenir compte de cette jurisprudence. En plus, le chef de l’Etat n’a rien à voir avec cette campagne qui concerne les députés. Il ne devrait pas figurer sur les affiches et les bulletins de la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (Bby). Car, la présence de son image sur les affiches peut créer une confusion chez le citoyen qui aura du mal à faire la distinction entre les sorties du président de la République et celle de la coalition Bby, comme on le constate actuellement dans certaines images diffusées par la Rts. Notamment les inaugurations et autres cérémonies présidées par le président de la République, on ne sait vraiment pas dans quel compte mettre ces activités-là : celui du chef de l’Etat ou du président de l’Apr».

SudOnline

vendredi, 14 juillet 2017 12:06

14 Juillet - Macron-Trump : "Rien ne nous séparera jamais"

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Emmanuel Macron a assisté au défilé militaire du 14 Juillet en compagnie de Donald Trump. Lors de son allocution à la nation, il a remercié les États-Unis.

Emmanuel Macron a salué le couple franco-américain: "Nous avons trouvé des alliés sûrs, des amis, qui sont venus à notre secours. Les États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci. Rien ne nous séparera jamais. La présence du président M. Donald Trump et de son épouse est le signe d'une amitié qui traverse les temps. Je veux les remercier pour le choix fait il y a 100 ans." Après 30 heures à Paris, des visites culturelles, un dîner à la tour Eiffel et le défilé du 14 Juillet, Donald Trump et son épouse Melania Trump quittent les Champs-Élysées. Ils quittent la capitale applaudis par la foule.
Emmanuel Macron s'envole pour sa part pour Nice, où il va participer aux hommages aux victimes de l'attentat du 14 juillet 2016.

12 h 17- Le président de la République remercie les Américains

      « L'histoire de la France ne commence pas le 14 juillet 1789, mais ce jour-là le peuple a montré quels idéaux il voulait suivre. Toujours, nous avons trouvé en nous cet amour de la patrie qui nous a sauvés », a ajouté le président. À la tribune, Emmanuel Macron a ensuite remercié Donald Trump : « Rien ne nous séparera jamais » des États-Unis. 
La France, a-t-il souligné, a trouvé dans son histoire des « alliés sûrs, des amis qui sont venus à notre secours » et les « États-Unis d'Amérique sont de ceux-ci, c'est pourquoi rien ne nous séparera jamais », a déclaré le chef de l'État français à l'issue du défilé du 14 Juillet.      

12 h 09- Emmanuel Macron prend la parole

      Le président de la République prend la parole pour une allocution officielle et s'adresse aux citoyens français. "En ce 14 Juillet, nous célébrons la France, nous célébrons ce qui nous unit, nous célébrons ce goût absolu de l'indépendance que nous appelons liberté, cette ambition de donner à chacun sa chance qu'on appelle égalité, cette détermination à ne laisser personne sur le bord du chemin qu'on appelle fraternité."      

12 h 06- L'heure des hymnes

      Le défilé se termine avec l'arrivée des drapeaux américain et français devant les présidents. Les hymnes des deux pays retentissent ensuite sur les Champs-Élysées. 

11 h 59- Daft Punk retentit sur les Champs

      Inhabituel pour un 14 Juillet, le chef de musique Jean-François Durand anime un concert et reprend les plus grands titres du groupe Daft Punk. Succès en tribune, Emmanuel Macron sourit et les militaires applaudissent. Après Daft Punk, la fanfare reprend Michel Fugain. Cette année, la volonté était également de rajeunir le défilé et de toucher un public plus jeune.      

11 h 55- Le défilé se termine

      L'animation de clôture termine le défilé. Après des musiques classiques, les musiciens rendent hommage à la ville de Nice et entonnent l'hymne "Nissa la Bella". La formation se disperse afin d'écrire "Nice" au sol.      

11 h 45- La cavalerie arrive

      Après les chars, la garde républicaine remonte les Champs-Élysées sous les applaudissements de la tribune officielle.       

11 h 37- Défilé des véhicules

      Retour sur terre avec le défilé des motocyclistes de la police nationale et des chars du 16e bataillon de chasseurs. 

11 h 27- La Légion d'honneur ferme le défilé militaire, les hélicoptères arrivent

      La Légion d'honneur vient clore le défilé militaire. Ils défilent plus longtemps que les autres (88 pas par minute, au lieu de 120), C'est dans les airs qu'il faut maintenant regarder, avec le défilé des hélicoptères. Au total, 29 appareils vont défiler.      

11 h 20- La police nationale arrive

      Après la douane française, c'est au tour de l'administration pénitentiaire de se présenter devant le président de la République. C'est ensuite au tour de la police nationale et de l'École nationale supérieure de la police de défiler.      

11 h 17- La base aérienne 705 défile

      La base aérienne 705 défile au son de la célèbre chanson "En passant par la Lorraine". Après les airs, les militaires de l'armée de l'air reviennent sur terre. Ils sont suivis de la division des affaires pénales militaires. C'est la première fois qu'ils défilent un 14 juillet.      

11 h 12- La tribune officielle célèbre les militaires

      Depuis le début du défilé, la tribune officielle s'est levée pour honorer les troupes à pied. Sous les applaudissements, les différents régiments remontent l'avenue. Depuis 10 h 45, plusieurs régiments foulent le pavé.      

11 h 00- Les écoles se succèdent

      L'École de formation des sous-officiers de l'armée de l'air, l'École de maistrance et l'École nationale des sous-officiers d'active défilent également sur les Champs-Élysées. Ils saluent tous le président de la République.

10 h 53 - Les soldats français défilent

      Les Américains sont suivis des troupes françaises. Les forces françaises engagées dans le cadre de l'opération Chammal sont à l'honneur. Plus de 3 700 militaires à pied ainsi que 211 véhicules, dont 62 motos, 241 chevaux, 63 avions et 29 hélicoptères étaient attendus sur la plus belle avenue du monde. Les soldats sont suivis des écoles militaires.     

10 h 49 - Les troupes s'élancent sur les Champs-Élysées

      Après le défilé aérien, les militaires commencent à fouler le bitume parisien. Le défilé est mené par des soldats américains. Dans la tribune officielle, Donald Trump debout salue les troupes américaines.     

Le point.fr

 

Kadia lingery crée son entreprise pour aider les couples dans leur intimité : au Sénégal c'est le mokh pojj, du némaly, du bethio, des perles, etc , et ailleurs il y a des dessous, des nuisettes, et les hommes aussi ont ce qu'il faut.

Kadia lingery est une auto-entrepreneuse dans la lingerie africaine-Sénégalaise et internationale –les accessoires : le mokh pojj


«Ce qui appartient à la vie privée au sein du couple légitime est totalement libre».


Ghalia : Je vais me marier très prochainement et j'appréhende mon premier rapport sexuel. Pouvez-vous me conseiller ?
Certaines femmes de certains pays utilisent des potions dangereuses et inadaptées pour assouvir leurs plaisirs mais ce n'est pas sans danger : le jumbo, le cube, etc.


Il faudra lire un excellent ouvrage de Kauffman sociologue très réputé :


http://www.ichrono.info/index.php/blog/item/611-la-guerre-des-fesses-de-jean-claude-kaufmann.


Les problèmes sexuels sont courants selon les sexologues.
Les différences de libido, problèmes d'érection, les rapports douloureux, etc
Les dysfonctions sexuelles et les troubles du désir peuvent toucher tout le monde, autant les hommes que les femmes et se manifester à tout âge. La sexualité censée être épanouissante peut alors peser lourd sur les épaules d'un couple.


Cherchons à comprendre.


Quel que soit le problème, il est souvent difficile de discerner ce qui est lié à une atteinte physique de ce qui est psychologique. Les idées, les pensées et les sentiments ont autant d'importance que les manifestations physiques.


Principales formes de dysfonction sexuelle masculine


Dysfonction érectile.


Baisse du désir. Éjaculation précoce. L'éjaculation retardée ou anéjaculation, Problèmes de santé physique. Plusieurs problèmes de santé peuvent être à l'origine d'une dysfonction érectile et, parfois, d'une libido plus faible.
Difficultés dans le couple. Des conflits non réglés avec le ou la partenaire se répercutent souvent sur le désir d'entreprendre des rapports sexuels et de se laisser aller intimement avec sa (ou son) partenaire.
Dépression,Stress, Angoisse, Anxiété, Manque de confiance en soi, Difficultés relationnelles, Difficultés d'adaptation.
Idéal ...


Vivre avec l'homme ou la femme idéal(e) c'est vouloir tout faire avec sa moitié sans penser à la rupture, sans jamais vouloir aller voir ailleurs en imaginant une autre relation. C'est fonder une famille, concrétiser des projets (mariages, enfants, voyages, investissements...). Mais c'est surtout tout faire pour entretenir les sentiments. Cette personne devient un réel besoin dans votre vie, en plus de vous donner de l'amour, vous êtes aussi son/sa meilleure amie(e).


La sécheresse vaginale peut entraîner des problèmes sexuels. Quelles sont ces difficultés dans la sexualité déclenchées par cette sécheresse intime ?
Sécheresse vaginale, la pénétration sexuelle difficile
Sécheresse vaginale, des douleurs de la femme à la pénétration
L'éjaculation précoce, plus fréquente en cas de sécheresse vaginale
Sécheresse vaginale et problème de libido féminine
Sécheresse vaginale et problème d'érection!
Sécheresse vaginale et perte de libido chez l'homme

Chez l'homme on trouve l'impuissance, la panne sexuelle, la peur, l'éjaculation précoce, etc.


Kadia est une franco-sénégalaise née en France il y environ 4 décennies.

Active, moderne et au courant des traditions et des rites sociaux, elle veut agir dans ce sens. Il y a trop de souffrance et je ne peux laisser ce créneau de la sexualité, de l'érotisme, à d'autres. Les réseaux sociaux sont inondés de blogueurs et blogeuses qui traitent de ces sujets et pourquoi pas moi.

Elle me dit qu'en pensez-vous ?  Je réponds que ce je suis un philosophe, un humaniste et partout où je verrai des compatriotes qui creent des activités je serai là pour en parler.


Elle connait bien sa culture puisqu'elle se rendait souvent dans le pays de ses parents.


Lors des cérémonies familiales en France elle entendait les femmes parler d'intimité, de stratégie, mais aussi de difficultés liées à l'intimité. Elle savait aussi que l'excision est un sujet difficile aux conséquences handicapantes. Puisque l'organe du plaisir est coupé la femme manque de quelque chose ce qui n'arrange pas les choses lors de l'accouplement.


Kadia aime faire le tour des marchés au Sénégal et elle voit des béthios, des némalis, des perles, tout un arsenal pour agrémenter la vie du couple. Elle interroge les commerçantes et noue des relations pour mieux apprendre et mieux dérouler son activité.


Elle sait aussi qu'il y a des designers des créatrices de lingerie africaine (nafytoo, qui sont très appréciées à travers le monde).
En Egypte à Dubai, etc des boutiques ont pignon sur rue pour vendre des accessoires .


De la Sexualité ou du Sexe ? Hiver ou été c'est humain comme besoin naturel.


Kadia lingery travaille au développement harmonieux du couple ou autres.


Le désir, la sensualité, le charme, beaucoup de choses autour du corps et de l'esprit sont censurés. Kadia dit non, la femme a besoin de plaire à son mari et elle peut les y aider l'homme aussi et partout dans les textes sacrés le corps et la Sexualité sont magnifiées dans le respect des règles, dans son intimité beaucoup de choses sont permises et kadia le dit haut à ceux qui voudraient la critiquer sans tenir compte des souffrances des gens.
Raviver la flemme du mariage du couple, notre jeune auto-entrepreneuse veut combler ce vide ou lever le tabou, etc.


Nos sociétés vivent beaucoup dans le tabou, le camouflage, est-il normal de souffrir sans vivre, vivre n'est pas faire tout et n'importe quoi, vivre c'est réaliser ce qui est possible pour l'harmonie de soi ou de son couple. Homme ou femme doit y accorder du temps et de l'intérêt.


Lutter contre la frigidité, les conséquences de l'excision pour l'homme lutter contre la panne, l impuissance, etc le bonheur et le Plaisir à porté de main.


C'est informée de tout cela que kadia a dit pourquoi pas ne pas explorer ce domaine et satisfaire les besoins des hommes et des femmes.
Trop de femmes souffrent de frigidité, de sécheresse vaginale, manque de plaisir, etc.


Trop d'hommes ont des pannes sexuels, souffrent d'impuissance, ont peur de ne pas y arriver.
Elle se dit ; dans le coran la séduction et la quête de plaisir ne sont pas interdits, alors elle décide de créer son affaire qui disons-le marche bien et grâce au bouche à oreille.


Elle trouve des lingeries féminines ici et là, et des accessoires qui aident le couple.
Quelque fois, les lingeries ont beau être suggestives, rien ne se fait alors il faut trouver de l'aide.


Pour kadia lingery le plaisir est recherché par les hommes et les femmes. Chacun a besoin de prendre plaisir, le corps a des besoins et on peut les satisfaire dans l'intimité.
Je demande à kadia mais qui vient vous voir, elle répond tranquillement des gens normaux des hommes et des femmes de tous les âges qui ont besoin d'égayer, de pimenter leur vie de couple ou soigner un handicap.


Avant ce sont nos grands-mères qui se charger de faire l'éducation à la vie de famille et dans ces cours oraux il y avait une mention sur comment s'occuper de son mari. On parlera du pouvoir de séduction de la femme, du pouvoir de l'oreiller pour arriver à ses fins.

On ne parle pas n'importe quand et comment à son mari. Il faut attendre que son homme soit disposé et reposé pour entreprendre et on connait les accessoires des femmes woloff, avec l'encens pendant l'hiver, le petit pagne-bethio, ou les lingeries coquines, les ceintures de perles, brillantes, fluorescentes ou pas, la chambre et les draps décorés, bref l'art des entours est bien fait : la femme crée une ambiance.


Et elle ajoute : vous savez j'apprécie beaucoup les femmes voilées elles font tout pour contrôler le corps comme le dit un certain islam. Elles ne s'interdisent pas ce qui est permis pour faire plaisir au mari qui aussi lui rend bien.


Sous le tchador ou le voile il y a un maquillage d'une belle facture et en dessous chics, je ne dis pas toutes, mais elles sont coquines avec leurs hommes et c'est normal et souhaité.


7 années que kadia lingery est visibles sur les réseaux sociaux.

Kadia lingery est dans ichrono.info pour dévoiler son entreprise comme on le voit à Dubaï Égypte et comme clientes et clients il a la voilée et la demi-nue, le barbu et autres
Avec pudeur et respect kadia nous explique comment son métier secondaire soulage les couples de France du Sénégal et d'autres pays.


Parlez-en pour aider et soulager le silence et les souffrances de vos copines et amis ou épouses et maris.


Kadia lingery fait une activité secondaire de salubrité publique et nous devons le savoir.


Certaines femmes qui respectent la fidélité du couple alors que le mari est à l'étranger depuis des années, on peut se demander comment, elles font comment ?

Il faut se soulager sans trahir et de toute façon chacun est libre et nous ne devons pas juger les gens.
Certaines se complaisent à porter des lingeries coquines pour se faire plaisir, c'est leurs fantasmes, c'est leur choix nous ne devons pas juger. Tout ce qui est de l'ordre de l'intime et du privé ne regarde personne.

Vive la vie dans le respect de la vie intime de chacun.


Au Sénégal et dans certains pays ou la polygamie est pratiquée certaines femmes se mettent en compétition pour les faveurs sexuelles du mari le borom ker (le chef de la maison) et elle c'est le borom negg ( la cheffe de la chambre).


Voici des témoignages trouvés ici et là sur les produits et l'activité de kadia lingery.


K L-Mes produits sont de qualité, je suis certaine que c'est sans danger. Merci pour ta confiance.


-Cliente- oui c'est clair que j'avoue que j'avais peur mais tu es une bonne vendeuse et tu mets en confiance. En tout cas je valide et je vais en parler autour de moi, parce que comme tu dois le savoir nos hommes souffrent mais nous aussi et on n'ose pas le dire et ce n'est pas normal. On n'ira pas voie le sexologue ou un conseiller conjugal ou un médecin, ....


Céline- Salam aleicoum, alors je reviens vers toi pour te faire un bilan de tes produits.


Alors concernant les cristaux de menthe mon mari est devenu fou lol, il m'a dit tu veux me tuer mdr. J'ai souri.


Les boules brésiliennes sont exquises elles ont un effet immédiat en moi et c'est un délice. Il y a longtemps que je doutais de moi et j'avais peur pour mon couple.


La céline féline et féminine et allah je me suis métamorphosée je ne pensais pas que ça allait faire autant d'effet sur moi. Merci beaucoup pour tes produits et pour celles qui doutent je te recommande qu'elles n'hésitent surtout pas Vraiment merci je vais garder mon mari il ne trouvera pas un tel bonheur ailleurs... rires


-Kadia plutôt mon ange. Tout d'abord t'es la best hiin.


Tu as sauvé mon couple !!! tu sais que j'avais peur de venir t'en parler mais au final j'ai pas de regret d'être venue vers toi. Les gélules sont magnifiques pour la libido, pour celles qui ne mouillent pas ( sécheresse vaginale).

La solution après avoir tout tester c'est qu'avec ça j'ai eu des vrais résultats et même mon homme est content je ne sais pas comment te remercier les cristaux de menthe c'est le Feu alors ça je ne pourrai plus m'en passer tes produits sont devenus indispensables.

J'ai une collègue et une cousine qui ont des problèmes de sécheresse vaginale et une bonne amie dont le mari souffre de panne sexuelle. Je suis certaine que tu pourras leur trouver des produits pour les soulager et mettre du piment dans leur vie de couple. Je refuse à présent de souffrir en silence.

L'Islam n'a jamais interdit de mettre en valeur ses atouts de séduction bien au contraire....Plus la femme est féminine, plus elle a de mérite. L'Islam demande seulement de savoir gérer et contrôler ce qui nous a été offert, c'est-à-dive nos atouts de séduction et de ne pas les bafouer afin d'obtenir le RESPECT.


L'Islam met en garde la femme en lui imposant une pudeur vestimentaire (voir chapitre "tenue vestimentaire").L'Islam met en garde l'homme en lui imposant une manière de regarder la femme et de se comporter envers elle, mais dans l'intimité les deux peuvent et doivent se faire plaisir et l'ingéniosité est à rechercher pour couper avec la routine.


Je suis ravi de mettre en lumière une activité et une compatriote qui a crée son entreprise autour de la sexualité, j'allais dire de la vie intime. Ichronio.info se bat se bat pour aider les jeunes qui entreprennent, ichrono.info essaie de contribuer à sa façon à la désaliénation des esprits.

 

Kadia lingery a des projets pour le Sénégal mais auusi ici en France pour donner des cours en petit groupe de développement personnel ; comprendre le corps humain, la psychologie des personnes pour mieux les aider dans leurs intimités. : L'art de s'habiller, de porter les lingeries, les perles, le massage, apprendre à avoir confiance en soi, la discussion amoureuse, etc. Elle va aussi organiser des groupes de paroles pour extirper le complexe et la timidité qui freineraient certaines personnes dans leur intimité.

Pour la contacter : Sur facebook -   kadia lingery Ou instagram ou email Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

N'hésitez pas à partager et en parler pour aider ceux qui sont en difficulté ou dans le besoin, un petit rien peut déclencher beaucoup de choses ..... 

Page 7 sur 228

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries