samedi, 06 décembre 2014 19:43

Gabon: un Congrès pour l'alternance à Paris

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Plusieurs dizaines d'opposants gabonais sont à Paris jusqu'au dimanche 7 décembre. A l'initiative de la Convention de la diaspora gabonaise de France, les représentants de formations d'opposition, de la société civile ou encore des syndicats sont réunis depuis ce samedi matin dans un Congrès pour l'Alternance. Objectif : échanger des idées, des contacts et définir une stratégie pour contrer le président Ali Bongo et son parti le PDG.

Répression, gabegie, mauvaise gouvernance : au premier jour, l'opposition a égrainé une longue liste de griefs contre le pouvoir. Mais la polémique du moment était dans tous les esprits : l'adoption supposée du président Bongo et son origine étrangère.

Luc Bengone Nsi, candidat à la présidentielle de 2009, avait porté plainte à l'époque sur cette question. « Ali Bongo s’est fait établir un faux acte de naissance, assure Luc Bengone Nsi. Les gens ont voulu en faire un secret d’Etat. Non, on ne peut pas faire un secret d’Etat à ce niveau : Ali Bongo pour nous ne doit pas être là où il est ».

« Si le Burkina l'a fait... »

Ex-hauts responsables et ministres participent. Ainsi, certains craignent un risque de divisions interne. Marc Ona, coordonateur du mouvement citoyen « ça suffit comme ça » met en garde. « On leur a demandé de taire leurs égos. Les égos vont apparaître quand on aura mis le système dictatorial de Bongo dehors. Tant que l’animal n’est pas à terre, ce n’est la peine d’aiguiser les machettes pour le dépecer ! »

Membre du Front Uni, Pierre-André Kombila pense lui que, si rien ne marche, l'exemple burkinabé pourrait se répéter au Gabon. « Il faut que nous puissions mettre hors d’état de nuire tout le système PDG comme nos amis ont réussi à le faire au Burkina… aujourd’hui ils ont tous les moyens de la République : l’argent de la République, les armées de la République… Si le Burkina l’a fait pourquoi le Gabon ne pourrait-il pas le faire ? »

Le Congrès se terminera par la signature d'une charte commune. Reste à savoir s'il s'agit d'un texte pour rien, ou s'il sera suivi d'effet en consolidant l'union face au pouvoir.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme national d’autosuffisance en riz (Pnar) et le besoin de booster favorablement les productions réalisées en dehors de la vallée, l’Agence nationale de conseil agricole et rural (Ancar), en partenariat avec le Fonds national de recherche agricole et Agroalimentaire (Fnraa) a procédé au lancement du « système de Riziculture intensive » (Sri).
 
Synthèse des pratiques culturales définies pour augmenter la productivité de la culture du riz, cette nouvelle technologie vise à augmenter la production du riz pluvial ou riz de plateau de 50 à 100% et même plus de ce pourcentage dans les régions dites introduites.
 
Et ce, dans une autre formule plus économique où le producteur pourra désormais atteindre ces mêmes performances en termes de rendement en consommant moins d’intrants et d’eau dans ses parcelles.
 
En effet, élargi dans les régions de Kaolack, Fatick et Kaffrine, ce programme est aussi un moyen sûr de combattre les nombreux déficits enregistrés chaque année dans la culture du riz, tant au point de vue production, qu’au niveau technique et climatique. En matière foncière, ces régions occupent naturellement une zone caractérisée par une forte pression foncière, une dégradation du système environnemental (érosion éolienne et hybrique), et une baisse continue de la pluviométrie qui varie actuellement entre 600 et 1000 mm /an.
 
Le système de production de riz qui est présentement adopté dans cette zone agro-écologique, est aussi caractérisé par la faiblesse des rendements, malgré les résultats obtenus lors du dernier programme d’aménagement des vallées. Alors que sur un autre paramètre, les techniciens sont toujours en mal de convergence avec les producteurs dont l’écrasante majorité pratique une culture traditionnelle et se soucient peu des conseils apportés par les techniciens.
 
Toutefois, les débats lors de cette rencontre ont essentiellement tourné autour d’un partage d’expériences afin d’inciter l’ensemble des acteurs  à s’approprier du projet et permettre aux partenaires techniques d’être assez outillés pour sa mise en œuvre.   

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Le ministre en charge du Plan Sénégal émergent, Abdou Aziz Tall, était hier au Conseil économique, social et environnemental (Cese) aux côtés du Dg du Bureau opérationnel de suivi du Pse (Bosse), Ibrahima Wade, pour exposer sur l’état d’avancement des 27 projets et 17 réformes prioritaires du Pse. Ainsi, M. Wade annoncera qu’une première vague de 14 projets et 5 réformes a été lancée.

Le Plan Sénégal émergent (Pse) est en bonne voie. C’est du moins ce que l’on peut retenir du passage du ministre en charge du Pse et du Directeur général du Bureau opérationnel de suivi du Pse (Bosse) devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), hier. «Nous sommes dans les délais. Nous sommes dans la phase de préparation, ensuite il y a aura la phase d’exécution. Nous sommes en phase avec l’agenda que nous nous étions fixé au départ», a fait savoir le ministre Abdou Aziz Tall. Dans son exposé, le Dg du Bosse, schéma à l’appui, a avancé que sur les 27 projets et 17 réformes prioritaires du plan, une première vague de 14 projets et 5 réformes a été lancée. D’après Ibrahima Wade, «sur les 14 projets, 12 chefs de projet ont été recrutés». Ce sont les projets du Fer de Falémé et Dakar médical city qui ne sont pas encore pilotés. «Neuf projets sont en phase d’étude et quatre projets sont déjà en phase d’exécution», a-t-il informé. Ainsi l’habitat, l’agriculture, l’électricité et le corridor céréalier connaissent un début de réalisation. «J’aurais même pu ajouter le parc industriel et Pointe Sarène qui va faire l’objet de contrats de performance», a partagé M. Wade. Se faisant plus précis, il a souligné que «six projets sont presque déjà en phase d’opération et un projet en phase d’exploitation, c’est le projet Zircon».En ce qui concerne les réformes, le Directeur général du Bosse a expliqué que les travaux sont très avancés pour le projet de parc industriel intégré. «Nous sommes extrêmement avancés et les études sont menées pour lancer très prochainement le premier parc industriel qui est à Diamniadio», a-t-il confié. Sur le volet habitat, il a rappelé que le Pôle urbain de Diamniadio est en phase de sortie de terre et que la Cité de l’émergence a fait l’objet de pose de première pierre. Pour mesurer les avancées de ces programmes, un système de compte à rebours a été installé sur le site qui doit accueillir la cité de l’Emergence, à l’ancienne gare routière «Pompiers». «Depuis la phase de démarrage jusqu’à la phase d’exploitation, il y a toujours un système de compte à rebours qui permet de voir qui a fauté qui est en retard pour permettre de faire des ajustements éventuellement», a-t-il rassuré. Aux conseillers soucieux des projets d’agriculture, Abdou Aziz Tall a assuré qu’un accent particulier est mis sur l’agriculture et l’élevage. L’objectif, a-t-il rappelé, est d’avoir un accroissement de la production et de la productivité des céréales tels que le riz et le maïs. Diminuer les importations de riz et de maïs, c’est réduire le déficit de la balance commerciale, a-t-il déclaré en soulignant que les sommes économisées peuvent être réinvesties dans des secteurs créateurs d’emplois.

lequotidien.sn

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Macky Sall a été accueilli par une marée humaine jeudi, à Touba, et sans huées, comme l’avait voulu le khalife général des mourides. Le ndigël refait surface, mais seulement sous son angle religieux. Qu’en sera-t-il des retombées électorales dont rêve tout politique ?

L’accueil populaire que Touba a réservé au Président Macky Sall jeudi est lu comme le fait du ndigël du khalife qui avait appelé ses disciples à recevoir un hôte avec les honneurs comme l’avait recommandé Cheikh Ahmadou Bamba. C’est sans doute le cas. Un respect de la consigne à la lettre, tout comme un respect à l’interdiction de huer Macky Sall et tout autre hôte de Touba. Cela dit, il convient de faire une lecture de cette foule à une seule couleur, celle religieuse, même s’il y a eu une forte dose politique à travers quelques pancartes brandies par des soutiens du Président.

Il y a fort longtemps, nombre d’observateurs avaient «tué» le ndigël. Alioune Badara Diop, chercheur à l’Ucad, avait vu juste quand il déclarait en 2012 dans Walf Grand Place : «Dire que le ndigël est révolu, c’est aller vite en besogne.» Lors de la restitution d’une étude sur le système électoral sénégalais, organisé par Enda Diapol, il ajoutait : «Il est prématuré de décréter la fin des ndigël politiques (consignes de vote), parce qu’il est conjoncturel (…) Un khalife donne le ndigël dans des circonstances particulières. Donc, on ne peut pas préjuger de ce que demain sera.» Qu’en est-il aujourd’hui ?

Ndigël religieux ou politique ?
L’accueil de Macky Sall est-il religieux ou politique ? Sous l’angle de la visite présidentielle en prélude au grand magal prévu jeudi prochain, l’on est du domaine religieux. Et le khalife l’a rappelé : «Je demande aux talibés de réserver un accueil chaleureux à Macky Sall, un fils, un talibé, un hôte de marque qui vient en visite à Touba.» Là c’est le principe et le précepte du Guide des mourides qu’il appelle à perpétuer. Les politiques peuvent récupérer cette faveur et la politiser ; c’est de bonne guerre. Mais il serait exagéré d’en déduire que Touba «vote» Macky Sall avant l’heure, au sens d’un soutien politique.
Il convient de faire la part des choses, comme l’ont parfaitement fait les chercheurs Donal Cruise O’Brien, Momar Coumba Diop et Mamadou Diouf par exemple, qui distinguent le ndigël électoral de celui religieux. Dans La construction de l’Etat au Sénégal, les trois auteurs écrivaient, analysant la Présidentielle de 1988 et le ndigël de Serigne Abdou Lahat Mbacké : «On constate que c’est le moment où commence le refus du ndigël électoral chez les disciples mourides, mais aussi le début de la fin du régime socialiste qui interviendra à l’occasion des élections présidentielles de février-mars 2000.»
Et dans Le Sénégal sous Abdou­laye Wade : le Sopi à l’épreuve du pouvoir, Momar Coumba Diop et Cie ajoutaient : «La leçon à tirer de ces événements (ndigël de 1988) est qu’il existe, au sein de la confrérie, un groupe qui peut désobéir au khalife quand il sent ses intérêts menacés.» Intérêts économiques aussi comme l’affaire du paiement du fisc à Touba à la fin des années 1990.

La course pour le ndigël
Il apparaît dans le discours du porte-parole du khalife qui répondait à Macky Sall jeudi que Touba s’est faite une religion : Tous traités à égale dignité. Lorsque Cheikh Basssirou Abdou Khadre, au nom du khalife, dit à l’endroit du chef de l’Etat : «Le khalife n’a qu’une seule ambition, c’est de faire tout  pour la réussite de l’œuvre de Serigne Touba. Il a vu que depuis que vous êtes élu à la Magistrature suprême, vous ne cessez d’œuvrer pour la modernisation de Touba. En attestent les projets d’envergure… (comme) le projet Thiès-Touba (qui) montre, si besoin en était, que vous considérez Serigne Touba. Nous faisons sienne (l’œuvre de Serigne Touba) ce que disait Serigne Abdou Lahad à savoir si une personne fait des choses visibles pour vous, il faut la remercier vivement pour que nul n’en ignore. Nous vous remercions et prions que tous les projets que vous avez pour le Sénégal soient couronnés  de  succès.» C’est une bonne note et un appel passif à soutenir Macky Sall. Mais il faudra aussi relativiser, car cela n’aurait pas été évident dans un contexte électoral où Touba, conscient de la portée de tels messages, préfère prier pour tous les candidats. On se souvient encore qu’au second tour de la Présidentielle de 2012, le candidat sortant, mis en doute par Macky Sall, avait réservé son premier jour de campagne à Serigne Cheikh Sidy Makhtar. «Je suis musulman, mais j’ai choisi ma voie qui est le mouridisme. (…) Je sais que le pouvoir que je détiens vient de Touba. C’est pourquoi je privilégie Touba sur tout. (…) Voilà pourquoi je suis venu m’en référer à vous qui l’incarnez avant d’entamer la campagne pour le second tour», avait-il dit devant le khalife. Il n’y a pas eu un retour sur… allégeance, comme sur un investissement massif dans les projets de la ville de Cheikh Ahmadou Bamba. Les appels du pied, de façon récurrente et ostentatoire, n’y ont rien fait. Le porte-parole du khalife n’a dû lâcher que ceci : «Le khalife est conscient des réalisations que vous avez faites au Sénégal. Il priera pour vous, comme vous l’avez sollicité, afin que vos entreprises soient couronnées de succès. Les talibés con­vaincus qui travaillent en toute sincérité pour Serigne Touba verront, par la grâce de Dieu, leurs vœux exaucés, et nous espérons que ce sera le cas.» Lénifiant, mais pas suffisant pour une réélection.

«Réconciliation» n’est pas reconquête
Partant de ceux qui huaient le Président Sall aux Hlm, à Keur Nganda, l’on peut dire que ce sont des disciples opposés à son régime et à sa politique. Partant de la tradition mouride, et de son hospitalité héritées du Guide, il s’agit d’un «simple» ndigël religieux. «Sim­ple» pour les politiques qui rêvent tous d’un ndigël politique, mais surtout électoral encore peu évident.
Qu’est-ce que Wade et Macky Sall n’ont-ils pas fait pour obtenir ce qu’ils croyaient être la déterminante de leur élection en 2012 ? Qui ne se souvient pas de la course-poursuite entre les deux candidats arrivés au second tour, qui se bousculaient à Tawfekh, alors que Serigne Sidy Makhtar Mbacké avait choisi de se consacrer à sa retraite spirituelle ?
Cette consigne religieuse exécutée peut-elle se prolonger jusque dans le jeu électoral ? Pas si sûr. C’est tout de même dopant pour un homme à qui on prêtait une «distance» avec Touba, facteur qui aurait pesé dans la balance des Lo­cales du 29 juin dernier, avec une marrée bleue du Pds qui contrôle quasiment tout le Baol. «Ré­con­ciliation» avec Touba oui. Mais pas forcément une reconquête ?

lequotidien.sn

Le président Macky Sall a découvert lors de sa dernière visite à Brazzaville, la ferme du Président Congolais, où étaient élevées des vaches de la race Taurin ndama ramenées du Sénégal et introduites dans cette belle demeure par un homme passionné d’élevage et de curiosité pour cette espèce dite trypanotolérante. Denis Sassou Nguesso a sans doute émerveillé le président sénégalais en lui faisant visiter ce ranch. Mais sûr qu’il lui aussi donné des idées. Car l’amélioration des races n’est pas une donnée nouvelle au Sénégal. Mais, qui le savait en dehors des spécialistes et des gens comme Pape Seck, cet éleveur qui travaille du coté de Bargny et tous ces anonymes qui se battent seuls dans leur domaine sans l’aide d’un mécène du privé, d’une banque ou de l’Etat.
 
Et pourtant,  ici, au Sénégal, il a été mis sur pied depuis le début de la décennie 1970-80, un programme de sélection du taurin Ndama (né exactement en 1972) avec la constitution entre mars 1972 et octobre 1974 du noyau de fondation composé de 123 génisses et 8 taureaux. Ces animaux ont été achetés auprès des éleveurs traditionnels de la région de Casamance et du Sénégal oriental. A la fin de l’année 1980, ce troupeau comportait 362 têtes. Le critère de sélection était représenté par la croissance pondérale. Les veaux sont sevrés à l’âge de 6 mois et sont ensuite séparés suivant le sexe.
 
Les femelles rejoignent le lot de génisses jusqu’à l’âge de 18-23 mois où la sélection est faite pour les génisses devant entrer en reproduction. Les animaux non retenus sont réformés. Pour les mâles, ils sont mis dans un lot de pré-testage collectif jusqu’à 18 mois où la sélection est faite. Les meilleurs sujets (une dizaine environ) sont choisis pour subir le pré-testage individuel jusqu’à l’âge de 24 mois, âge auquel la sélection des futurs géniteurs est faite. Les sujets les plus performants (2 à 3) sont retenus comme géniteurs de remplacement pour le noyau du Centre de recherches zootechniques et les autres sont mis en cession pour les troupeaux villageois.
 
 Ce schéma de sélection a fonctionné juste qu’en 1992 où un schéma avec ouverture du noyau de sélection du centre à des gènes extérieurs venant des troupeaux villageois a été testé. Les raisons de ce changement venaient du fait que la base de sélection du noyau était trop faible pour assurer un progrès génétique et éviter la consanguinité au niveau du troupeau. L’introduction d’animaux venant des troupeaux villageois permettait d’augmenter la base de sélection et ainsi de réduire l’accumulation de la consanguinité. Le test conduit en 1992-1993 a permis, après un dépistage de vaches ‘’exceptionnelles’’ sur la base de la production laitière, de transférer une cinquantaine de vaches au niveau Crz. Ces vaches ont été inséminées avec de la semence récoltée au niveau des taureaux du centre et retournées dans leur troupeau d’origine. Les produits issus de ces vaches devraient être transférés au Centre de recherche pour un test de croissance. Les résultats et enseignements obtenus de ce test indiquent que le dépistage des vaches au niveau de troupeaux villageois et sur une large échelle était possible ; mais le recrutement de vaches ‘’exceptionnelles’’ et le transfert au noyau du Crz était plus problématique. Les éleveurs  n’étant pas disposés à mettre à la disposition du centre leurs meilleures femelles. Les dépistages de vaches ont continué jusqu’en 1996 avec transfert de vaches pour être saillies au niveau du centre et retour dans les troupeaux villageois. Le nombre de produits issus de ces vaches n’est pas connu et il n’y a jamais eu de transfert des produits mâles pour testage.
 
Ainsi, le système de sélection à noyau ouvert n’a en fait jamais été opérationnalisé puisqu’il n’y a jamais eu de transfert d’animaux ayant contribué à la reproduction du noyau de sélection.
 
Au début, il y a eu le Progebe
 
Le Projet de gestion durable du bétail ruminant endémique en Afrique de l’Ouest (Progebe)  est né de la volonté des pays de la sous-région (Gambie, Guinée, Mali et Sénégal) de conserver le bétail trypanotolérant qui vit dans les zones subhumides et humides de ces pays.  Ce bétail composé de bovins Ndama, de moutons Djallonké et de chèvres naines, est adapté à cet écosystème particulier où sévit la mouche Tsé tsé vecteur de la trypanosomose animale qui empêche les races de ruminants sahéliens de se développer dans ces zones. La stratégie de conservation du bétail trypanotolérant repose sur deux piliers : la préservation de l’habitat naturel de ce bétail et l’amélioration de sa production et de sa productivité accompagnée d’un meilleur accès au marché.
 
La préservation de l’habitat naturel du bétail trypanotolérant est réalisée grâce à des efforts de lutte contre les feux de brousse qui constituent un fléau majeur de dégradation des ressources naturelles et de perte de biodiversité, les déboisements abusifs pour la recherche de terres de cultures et l’exploitation du bois de chauffe ou d’œuvre.  La mise en œuvre de ces actions de  contre les péjorations de l’environnement implique un engagement et une implication active des communautés pour asseoir un modèle de gestion durable des ressources naturelles. Ainsi, des plans d’occupation et d’affectation des sols (Poas) ont été  élaborés et mis en place au niveau des communautés rurales où intervenait le projet.   
 
La préservation des écosystèmes par une meilleure gestion des ressources naturelles devrait aussi assurer au bétail une disponibilité alimentaire moins aléatoire surtout durant la saison sèche. L’élevage du bétail trypanotolérant a été longtemps dominé par un mode de production extensive où l’exploitation des parcours naturels constitue la base de l’alimentation. Ces systèmes de production animale plus ou moins intégrés à l’agriculture, ont été essentiellement fondés sur l’exploitation de l’adaptation des animaux à ces écosystèmes. En plus de la trypanotolérance, le bétail présente également à des degrés divers des résistances contre les endoparasites (moutons Djallonké), la dermatophilose (bovins Ndama) et dispose de capacités à valoriser des fourrages grossiers et pauvres. La taille réduite de son format constitue également un atout en cas de rareté des ressources alimentaires.
 
L’amélioration de la production et de la productivité de l’espèce est réalisée à travers un meilleur accès aux services de santé animale, aux pâturages et à l’eau et à des géniteurs améliorés. La qualité génétique du bétail et l’amélioration de ses conditions d’élevage constituent les fondements d’une meilleure attractivité et valorisation du bétail pour assurer sa conservation.  Ainsi, le Progebe en partenariat avec l’Institut sénégalais de recherche agricole (Isra) à travers le Centre de recherches zootechniques de Kolda (Crz-K) a entrepris des actions visant la revitalisation du programme de sélection du taurin Ndama.
 
Ce programme de relance initié en fin 2009 avec le repeuplement du noyau de sélection du Crz a nécessité la participation des éleveurs de la zone d’emprise du Crz (villages situés sur une rayon de 10 à 15 km autour du centre) qui ont apporté leur concours en acceptant de mettre à la disposition du Crz des vaches.
 
L’AMÉLIORATION GÉNÉTIQUE - UN SUCCES ACQUIS GRACE A LA RECHERCHE
 
On l’oublie souvent, mais on fait encore de la recherche en Afrique et au Sénégal. Les activités développées pour reconstituer le noyau de sélection et sa gestion ont permis :
• à travers des visites d’échanges au niveau du Crz-K, d’informer et de sensibiliser les éleveurs de la zone d’emprise et ceux des sites d’intervention du Progebe, sur le programme de sélection ;
• de redémarrer un contrôle de performances et d’identifier sur les animaux mâles qui étaient dans le centre avant le programme de relance, des géniteurs à diffuser. Quatorze jeunes géniteurs ont été ainsi disséminés dans les troupeaux de la zone d’emprise et dans les sites du projet;
• un lot de 24 jeunes taurillons nés depuis la relance est actuellement en phase de testage sur la croissance pour produire de futurs géniteurs. Le principal défi est la consolidation et la pérennisation des premiers résultats et acquis du programme de sélection.
 
En effet, le Progebe qui a accompagné et appuyé l’Isra et les éleveurs dans cette phase de relance, devrait finir en octobre 2014. L’amélioration génétique étant une opération qui doit se faire dans la durée, il s’agira alors que l’Isra, le service de l’élevage et les éleveurs avec éventuellement d’autres partenaires prennent le relai.
L’implication des éleveurs dans la gestion du programme de sélection devra s’affirmer davantage pour une meilleure appropriation et pilotage du programme. Le renforcement des capacités organisationnelles de la Coopérative des sélectionneurs de Ndama devra être poursuivi afin qu’elle puisse assumer pleinement la prise en charge à terme de la gestion du noyau de sélection avec l’appui technique de l’Isra et des services de l’élevage.
 
LIGNES DE FORCES  - CELEBRONS LE GENIE SENEGALAIS DE L’ALIMENTATION
 
La Sillicon Valley, une invention humaine que les extraterrestres n’ont pas laissée à l’Amérique pour les beaux yeux de ses hommes et de ses femmes. Pour la génération d’avant, actuelle et d’après, il aura fallu inventer cet espace. Aujourd’hui, tout le monde en parle et l’imite. Que devons-nous faire pour sortir notre agriculture et l’élevage de la situation d’abandon sinon de résignation dans laquelle on les a laissés. Depuis quelques années, les mots à la mode : l’émergence et le développement.
 
Or, en fouillant dans les textes, dans les archives nationales de l’agriculture et de l’élevage et en allant regarder dans les vieilles bibliothèques des institutions de recherche, on se sera encore étonné de ne trouver que de la vieille paperasse qui ne demande qu’à être réactualisée.  Alors qu’on aurait pu le faire depuis longtemps en remettant au goût du jour, grâce à la magie de l’informatique, certaines de nos trouvailles scientifiques, techniques et technologiques tout comme tous les projets porteurs des années 50-60-70 jusqu’au début de la décennie 2000.  La Sillicon Valley, mon exemple du jour, n’est pas une invention tombée ex. Nihilo, du ciel. Ces hommes et femmes qui l’ont conçue et aménagé dans la forêt californienne, en ont fait l’espace le plus adapté aux innovations en tout genre, d’un monde devenu fou et avide de progrès.
 
Alors, ne pourrait-on pas, pendant qu’on s’époumone derrière des milliards volés par les uns et cachés par les autres, mettre tout cet argent au service d’un certain désir d’avenir pour le Sénégal ? Question de fond ! Question de vie ! Des milliards qui fuient, un président qui dit en disposer au moment où l’Isra qui vient de finir ses journées scientifiques pour l’année 2014, a un mal fou à répondre à nos besoins d’alimentation. Le débat de fond du mandat de Macky Sall est aussi autour de ces questions.
 
Dire qu’il existe un génie sénégalais ne servirait à rien. On le sait. Ce génie, il existe depuis toujours, mais, c’est notre peur à affronter l’avenir, ce fatalisme des faux devins qui voient ou non, la pluie, qui pose problème. Produire du riz en quantité est devenu une expression politique. Mais, pourquoi ne parle-t-on pas de produire du bétail en qualité et en quantité ? Les foires se multiplient et celles de Dakar, même ramenée à un an d’intervalle, n’est qu’un espace de vente de produits qu’on connaît. On doit réinventer ce grand marché avec plus d’ambition et de créations.
 
Le génie sénégalais a besoin d’autre chose à créer et à offrir. C'est-à-dire, la promotion des initiatives destinées à booster la qualité de ce que nous produisons et exposons tous les jours dans les marchés pour notre nourriture. En la matière, le Président de Slow Food international, Carlo Petrini qui a promis une prochaine visite au Sénégal, a donné le ton sur l’incapacité du monde à recycler et explorer toutes les productions que la terre lui offre. Selon lui, il existerait 7000 espèces végétales dans le monde ; or, à l’en croire, l’humanité ne consommerait que quelque 700 unités de ce vaste ensemble. Voilà un défi de taille que la recherche de la promotion du savoir indigène et du savoir faire des chercheurs, devrait aider à exhumer des tiroirs cachés de la science.
 
Le travail devrait commencer très tôt si on veut aider la prochaine génération à garder le fil de la pensée de l’émergence et du développement du pays que les actuels décideurs cherchent à promouvoir. Cela passe par ce petit chemin qu’il faudra quoiqu’il arrive, emprunter un jour. Et très vite…
 
LES PAGES INITIATIVES
 
Cette rubrique « Initiatives » a été conçue pour aller à la rencontre de ceux qui osent.  Elle devrait encourager également une nouvelle manière de voir la vie des gens qui travaillent loin des turpitudes politiques qui ne résument pas, à elles seules, ce qui passe dans le pays.
 
La rubrique voudrait être perçue comme un cadre d’innovations qui va faire la synthèse de ce qui se fait réellement en matière d’efforts de développement au Sénégal. De la recherche dans tous les domaines aux petites inventions, elle abordera toutes les questions liées au design, à la couture, la mécanique, la petite agriculture, l’élevage avec l’embouche ovine, bovine et caprine, la reconversion des séniors, la formation, l’encadrement des jeunes, les Petites et moyennes industries,  etc.) La question est pour nous, d’accompagner le progrès où qu’il se trouve.
 
Loin des pages classiques, la rubrique « Initiatives » sera aussi un espace de débat sur les résultats concrets et visibles obtenus en matière de recherche. Elle sera composée de petits reportages partout où l’on trouvera des pratiques innovantes avec de temps à autre, l’éclairage d’un spécialiste.

L’info fait tressaillir de peur : Les Hlm hébergent le plus grand nombre  de drogués dans la capitale. Les statistiques, fournies par la Coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan), appuyée par les autorités sénégalaises et une Ong américaine spécialisée dans ce domaine, montrent que le mal est très profond : 83 % des jeunes âgés entre 15 et 19 ans touchent à la marijuana ou à la cocaïne. Sidérées par la situation, les populations s’engagent à inverser la tendance. Surtout que le quartier a été mis sur la liste rouge du ministère de l’Intérieur.

Cela relève presque de l’improbable : Les Hlm ont le taux le plus élevé de drogués dans la capitale. Depuis quelques temps, cette commune est mise sur la liste rouge par le ministère de l’Intérieur qui fait le classement des zones les plus exposées à la consommation des stupéfiants. Les statistiques font froid dans le dos : 83 % des jeunes de cette localité, situés dans la tranche d’âge comprise entre 15 et 19 ans, s’adonnent à la drogue. Si les 10% des jeunes fument la marijuana, les 5% se livrent à la cocaïne. Et les autres touchent à d’autres stupéfiants. Cette situation est surtout favorisée par la proximité avec les trafiquants qui ont élu domicile dans ce quartier situé dans le ventre mou de la capitale. L’information est contenue dans un rapport qui a fait l’objet d’une restitution mercredi et jeudi à l’église des Hlm, organisée par la Coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan) dont le président est Ab­dou­laye Guèye en partenariat avec l’Ong américaine, la Communauté antidrogue des coalitions américaines (Cocad) avec à sa tête Benoît Dagadu. «Hlm est sur la liste rouge au niveau du ministère de l’Intérieur. La plaie est profonde. A chaque coin de rue, on retrouve des trafiquants», témoigne Ama­dou Jean Guèye, chef de quartier des Hlm 2 et 3.

Hlm sur la liste rouge du ministère de l’Intérieur
Mais, les trafiquants sont traqués de jour et de nuit : Selon la police des Hlm, citée par le rapport, «10 consommateurs de cannabis et 4 trafiquants ont été arrêtés au cours des 30 derniers jours et 30 consommateurs et 6 trafiquants dans les 12 derniers jours». Ce n’est pas seulement les garçons qui usent de la drogue. La consommation se féminise avec les filles qui s’en enivrent à cœur joie au niveau de la commune des Hlm. «Des filles fumant du chanvre indien ont été arrêtées la fois passée», raconte Abdoulaye Guèye, le président du Cocad Hlm. Elle est favorisée toujours, selon l’enquête par le chômage, la promiscuité et la mauvaise fréquentation des jeunes, si l’on  s’en tient aux informations issues de l’enquête réalisée par les relais formés par le Cocan en partenariat avec l’Ong américaine.
Abdoulaye Guèye juge que l’heure est venue pour réagir face à ce fléau. «Nous ne devons pas croiser les bras, si la consommation de la drogue a pris des proportions chez les jeunes aux Hlm, c’est que les gens ont fait de la drogue un sujet tabou. Catastrophique ! Il ne faut pas se voiler la face. Si tu veux régler un problème, il faut le régler à la racine. J’ai été sidéré. J’ai eu honte. J’ai eu des frissons», constate, avec force,  le président de Cocad Hlm. «Nous voulons amener les personnes responsables à parler de la drogue. Parce que si on n’en parle pas, nous n’allons pas trouver des solutions. Tous ceux qui sont dans les foyers sont confrontés à ce fléau. Nous le vivons au plus profond de nous-mêmes», ajoute Abdoulaye Guèye. «Aujourd’hui, les gens se droguent sans gêne. C’est là où ça devient dangereux. A ce moment, nous sommes plus nombreux que ceux qui fument. Mais imaginons s’ils deviennent plus nombreux que nous. Ce serait dans ce cas catastrophique. Il faut prendre le taureau par les cornes», renchérit-il.
Fatoumata Diouf Guèye, 2e adjoint au maire des Hlm, souligne que la drogue est un fléau  qui est loin de se ralentir au niveau des Hlm. La mairie de la localité compte appuyer le Cocad Hlm dans la lutte contre la drogue en apportant son soutien sur tous les plans, si on se fie aux assurances de la 2e adjointe au maire. Un plan d’action sera déroulé par l’association pour réduire le taux de l’usage de la drogue chez les jeunes. C’est ce que compte faire en 2015 la Cocan Hlm. S’activant depuis 1992 dans la lutte contre la drogue, l’Ong américaine, la communauté antidrogue des coalitions américaines (Cocad) et la coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan) ont du pain sur la planche.

lequotidien.sn

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La coalition Benno Siggil Senegaal (mouvance présidentielle) se méfie de Me Wade et elle l’a clairement affiché hier, vendredi. En conférence de presse organisée à la permanence de l’Afp, Maguette Thiam du Pit et cie ont invité les autorités à prendre très au sérieux les interpellations de l’ancien président de la République. Pour contrer ce dernier d’ailleurs, la conférence des leaders de la coalition Bss a demandé au Chef de l’Etat à publier tout document pouvant édifier les Sénégalais sur les dossiers Petro Tim et Arcelor Mittal.
 
Si le gouvernement de Macky Sall semble pour le moment accorder peu de crédit aux interpellations de Wade (lors du meeting du 21 novembre), du côté de la coalition Benno Siggil Senegaal (Bss-mouvance présidentielle), tel n’est pas le cas. On prend très au sérieux les déclarations du secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds). Face à la presse hier, vendredi 5 décembre, dans les locaux de l’Alliance des forces de progrès (Afp), la conférence des leaders de ladite coalition qui avait soutenu la candidature de Moustapha Niass au premier tour de la présidentielle de 2012, a tenu à attirer l’attention de Macky Sall et son régime sur la capacité de nuisance du ténor des opposants de la scène politique sénégalaise. Mieux, ces leaders ont invité le gouvernement a donner suite aux interpellations du Pape du Sopi sur les dossiers Petro Tim et Arcelor Mittal.
 
Précisant que leur déclaration n’est pas «une prise de position, mais un avis citoyen, républicain basé sur la traçabilité des faits et des actes posés par le gouvernement», Mamadou Berthé, entouré de Maguette Thiam du PIT et de Ma Ibou Badiane, a été le premier à lancer l’avertissement. «Il ne faut prendre les propos de Wade à la légère. Les membres et sympathisants doivent les prendre très au sérieux, compte tenu du contexte de leur tenue, fait d’une conjoncture économique et sociale difficile. Le gouvernement doit réagir».
 
Embouchant la même trompette, Ma Ibou Badiane a précisé que «Wade dou waxantou» («Wade tient à sa parole» en langue wolof). Et de renchérir : «Nous avons pratiqué Wade. Le professeur Maguette Thiam le connait bien ; le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) faisait partie des premiers alliés du Pds. Moi, j’étais militant du Pds… Ceci pour dire qu’on connait bien l’homme, c’est lui qui nous a formés…
 
Nous savons donc de quoi il est capable. Quand Wade parle, il faut répondre. Si vous ne répondez pas, il fonce », prévient-t-il. « C’est ça sa logique et Wade «dou waxantou».
Au regard de ces diverses considérations, la conférence des leaders de BSS exhorte donc le Chef de l’Etat à faire publier tout document pouvant édifier les Sénégalais sur l’imposture qui est devenue une «arme privilégiée» par l’opposition. «Nous savons qu’il est de tradition, de traiter ces questions-là dans la durée. Mais nous estimons cette fois, qu’il faudra que cela se fasse dans des délais relativement courts. Qu’on donne toutes les informations dont l’Etat dispose, pour clarifier ce point et informer objectivement l’opinion sur les tenants et les aboutissements de ce dossier. C’est ça le point de vue de Bss».

mardi, 25 février 2014 14:36

Le Citron copté par l'art à Menton en France

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’ART avec des citrons, des agrumes

En 1929, Menton est encore le premier producteur de citron du continent. Un hôtelier a l’idée d’organiser une exposition de fleurs et d’agrumes dans les jardins de l’Hôtel Riviera. Le succès est tel que l’année suivante, la fête descend dans la rue : des chariots d’arbustes plantés d’oranges et de citrons évoluent avec de charmantes Mentonnaises. La municipalité, désireuse de développer le tourisme, cherche à donner au défilé une couleur typiquement locale

la Fête du Citron® naît en 1934.

 

Deux ans plus tard, est lancée la première exposition d’agrumes et de fleurs dans les jardins Biovès. François Ferrié est chargé de concevoir les dessins des chars en citrons et en oranges et des motifs dans les jardins. Une réussite, qui se confirmera d’année en année.

" Nous pouvons créer avec tout, c'est notre imagination qu'il faut libérer" Pape Cissoko

mardi, 25 février 2014 14:34

L'Afrique «Happy» le chante sur la Toile

Écrit par
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'Afrique est Happy, et le « buzze » haut et fort, sur la Toile. De nombreux internautes du continent se mettent en scène dans des vidéos qui reprennent le dernier le clip de Pharrell Williams, sur les réseaux sociaux.

Depuis quelques semaines, une épidémie de joie se répand sur la Toile. Elle se propage de continent en continent, en passant par les plateformes d’échanges de vidéos et les réseaux sociaux. C'est le dernier titre de l’artiste américain Pharrell Williams, Happy, qui en est à l'origine. Cette vidéo interactive, d'une durée de 24 heures, diffusée sur un site dédié, a été conçue par les We Are From LA, deux jeunes réalisateurs français, et « clippeurs » de génies, Pierre Dupaquier et Clément Durou, qui résident à Los Angeles.

Le clip de Pharrell a été dévoilé fin novembre 2013. On y découvre des adultes joyeux, des enfants heureux, dansant au rythme de la musique, et qui déambulent, avec une bonne humeur franchement contagieuse, dans leur environnement quotidien.

Réaction en chaîne des internautes

Depuis fin janvier, les internautes produisent à leur tour des centaines de vidéos amateurs, autrement appelées des « lipdubs », qui reprennent le succès planétaire de Happy. Les meilleures réalisations sont regroupées sur le site We Are Happy From.com et sur une page Facebook du même nom. En Afrique, le phénomène prend de l’ampleur, comme le démontre cette version béninoise, We are happy from Cotonou, réalisée par Stéphane Brabant et produit par Afrikafun, qui a été postée dimanche dernier, sur Youtube.

La version We are happy from Cotonou est particulièrement réussie, et offre en bonus, sur le générique, le making-off du « lipdub ».

Tout le clip est un hommage subtil rendu au chanteur américain, dont la famille est originaire du Bénin. Le site We are happy from... comprend aujourd’hui, près de 300 vidéos de même qualité, et la démonstration éclatante, que le Web, donne aux internautes du monde entier, la possibilité de partager, avec bonheur, une certaine joie de vivre.

Rfi

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Iba Ndiaye est né en 1968 à Saint-Louis du Sénégal. Il vit et travaille à Guet Ndar. Pêcheur en pirogue à l'âge de 12 ans, il est envoyé à 17 ans en formation chez un grand peintre piroguier à Dakar Yoff. Son talent fougueux éclate dans les couleurs chatoyantes dont il orne les flancs des pirogues de pêche ou de course... et sur les piliers des Mbar, les petits auvents communautaires qui font face à l'océan. Après 10 ans d'absence, Iba Ndiaye est de retour et nous propose une exposition originale intitulée « du fleuve à l'océan ».

 

Résidence poético-picturale en partenariat avec le Cercle des poètes et des écrivains de Saint-Louis. Des ateliers ludiques et pédagogiques avec le public scolaire : Horaires et jours d'ateliers : Mercredi et jeudi de 9h30 à 11h30 et de 15h30 à 17h30 Atelier peinture et conte Public : grandes sections, classes de CP et CE1 Atelier Eco Art' Public : du CP au CM2 Atelier peinture et poésie Public : Classes primaires du CE1 au CM2. Atelier d'écriture poétique Public : Classes de CE2 à CM2 Projection de documentaires en lien avec le fleuve, l'océan, la pêche de 16 h à 18h qui seront suivis de conférences ou débats animés par des acteurs de la pêche . Peintures et construction de pirogues modèles réduit. l'Artiste sera à la disposition du public pour parler de son art et dévoiler les significations des symboles picturales sur les pirogues. Ces visites se feront de manière conviviale, autour d'un thé à la menthe.

 

Lieu :
Institut français du Sénégal
Antenne de Saint-Louis
Avenue Jean Mermoz
BP 368 Saint Louis

Page 195 sur 198

AUDIO

-Habiter ici et vivre
Habiter ici et Vivre la-bas au Bled : immigration en questions. La chaine YOUTUBE de pape Cissoko ...

Video galleries