Au Niger, une attaque dans le hameau de Aghay, dans la région de Tillabéry, à la frontière malienne, a eu lieu dans la nuit de vendredi à ce samedi 19 mai. 17 civils ont été tués. Il s’agirait de représailles de jeunes de la communauté Touareg sur leurs voisins Peuls.

L’attaque s’est produite hier soir, vendredi, au crépuscule. Les habitants du petit hameau de Aghay, dans la commune rurale de Inates et non loin de la frontière malienne, s’apprêtaient pour la prière de Maghrib. 

Les premiers crépitements d’armes sèment la panique et la désolation au sein de la population composée essentiellement des Zarmas, Peuls et Touaregs.

Des hommes non identifiés, en moto, ont fait irruption et tiré sur tout ce qui bougeait dans le campement. Officiellement, on parle de 17 civils de l’ethnie peul tués et d'un blessé grave.

Cette tuerie, la première du genre dans cette zone d’insécurité, ressemble beaucoup plus à un conflit intercommunautaire entre les deux ethnies majoritaires nigériennes, sur la frontière malienne, les Peuls et les Touaregs.

Selon plusieurs sources sécuritaires, il s'agit de représailles de jeunes Touaregs nigériens installés au Mali, après une précédente attaque de Peuls sur  leur campement le 18 avril dernier. Ce jour-là, 16 nomades touaregs, dont leur chef de village, avaient été massacrés par de jeunes Peuls, dans le village de Tchigin Bawel.

En un mois de tensions intercommunautaires dans cette zone, 33 personnes, toutes civiles, ont été tuées. En conflit intercommunautaire dans une zone à risque, ces deux communautés disposent chacune de sa propre milice armée, lesquelles milices armées sont également aux ordres des jihadistes du nord du Mali.

Rfi

Le conseiller politique du député-maire de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, conforte les étudiants des universités de Saint-Louis et de Dakar qui exigent la démission des personnalités publiques impliquées dans la mort de l’étudiant Mouhamadou Fallou Sène, tué lors des affrontements entre étudiants de Saint-Louis et gendarmes. 

Dans un communiqué transmis à Sud quotidien hier, vendredi 18 mai, Moussa Taye a estimé qu’il existe « un lien évident entre la mort de Fallou Sène et la furie répressive du régime finissant de Macky Sall qui, dans un réflexe de survie, développe de nouveau des pulsions meurtrières ». Dans la foulée, la source a indiqué que «la mort de Mouhamadou Fallou Sène ne doit pas rester impunie comme les autres qui l’ont précédée». 

A ce titre, il a exigé la démission du ministre de l’Enseignement supérieur parce qu’il est « la cause profonde du mal vivre généralisé dans nos universités » mais aussi celle du Recteur et du directeur du Crous de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis qui ont, selon lui, autorisé l’intervention des forces de l’ordre en violation des franchises universitaires.

S’agissant de l’enquête ouverte par le Procureur de la République de Saint-Louis, Moussa Taye indiquera qu’elle «doit présenter des garanties d’indépendance pour s’assurer que cette fois-ci, le ou les auteurs de cette tragédie et les donneurs d’ordre soient identifiés et sévèrement punis par la justice».

 

Le Quotidien

 

Votée le 19 avril dernier par l’Assemblée nationale, la loi n°13/2018 portant révision de la Constitution dans le but d’instaurer le système de parrainage intégral n’a toujours pas été promulguée par le chef de l’Etat, Macky Sall. Cela, bien que le Conseil constitutionnel ait tant soit peu donné un avis favorable depuis le mercredi 09 mai dernier, en se déclarant incompétent pour connaitre de la constitutionnalité de la loi en question. Toutefois, le président Macky Sall semble trainer le pas afin d’arrondir les angles avec les députés pourfendeurs dudit système, pour éviter un second recours au niveau du Conseil constitutionnel, lequel pourrait cette fois-ci se déclarer compétent.

Qu’est ce qui retient jusqu’à présent le chef de l’Etat, Macky Sall, pour promulguer la loi modifiant la Constitution dans le but d’instaurer le système de parrainage à tous les candidats et à tous les types d’élections ? La question mérite bien d’être posée d’autant plus que l’article 72 de la Constitution sénégalaise dispose que «le Président de la République promulgue les lois définitivement adoptées dans les huit jours francs qui suivent l’expiration des délais de recours visés à l’article 74». Mieux, en son article 75, il est mentionné que «le délai de la promulgation est suspendu jusqu’à l’issue de la seconde délibération de l’Assemblée nationale ou de la décision du Conseil constitutionnel déclarant la loi conforme à la Constitution». Pour ce cas précis, les «7 sages» semblent avoir donné carte blanche au chef de l’Etat en se déclarant incompétents pour connaitre de la constitutionnalité de la loi n°13/2018 portant révision de la Constitution, suite au recours en annulation déposée par l’opposition et les non-inscrits.

Ainsi donc, du 28 avril dernier, date d’expiration des huit jours francs suivant l’adoption de la loi par l’Assemblée nationale, à ce jour, vendredi 19 mai, plus de 20 jours se sont écoulés sans que ladite loi ne soit promulguée et publiée dans le Journal officiel (Jo).  Ce qui suppose que la loi n°13/2018 devait être promulguée depuis un moment déjà car le délai de recours est à ce jour dépassé, nonobstant l’étape transitionnelle du Conseil constitutionnel.

Ce délai relativement long pris par le chef de l’Etat, Macky Sall, pour promulguer la dernière modification de la Constitution serait-il lié à la loi électorale devant passer à l’Assemblée nationale pour la mise en application du système de parrainage ? L’on est tenté de répondre par l’affirmative, si on se réfère aux propos tenus par le député coordonnateur du Parti pour l’unité et le rassemblement (Pur), Issa Sall. En effet, de l’avis du professeur en Informatique, «sur cette dernière loi, ils (les tenants de la majorité-ndlr) sont carrément coincés et ils commencent à faire appel aux députés de l'opposition pour discuter de l'applicabilité avant de la déposer à l'Assemblée». Pour le député, le régime en place a mis «la charrue avant les bœufs» car, disait-il, «avant de voter la loi constitutionnelle, ils (Macky Sall et cie-ndlr) devaient s'assurer de l'applicabilité de la loi électorale qui va suivre». Le vrai problème résiderait, à l’en croire, dans «le contrôle qualitatif et quantitatif des signatures».

Ainsi donc, le pouvoir chercherait à trouver un consensus sur la loi électorale avec les députés de l’opposition et les non-inscrits avant de promulguer les modifications opérées sur la Constitution, pour ensuite mettre sur la table de l’Assemblée nationale la loi électorale. Un consensus resterait alors nécessaire pour le régime afin d’éviter qu’après l’adoption de la loi électorale, certains députés déposent, une fois de plus, un recours au niveau du Conseil constitutionnel qui pourrait, pour ce cas d’espèce, connaitre de la constitutionnalité de la loi. Donc, il ne serait pas question pour le régime de promulguer la modification tant qu’une bonne frange des pourfendeurs du système de parrainage n’a pas été convaincue de la pertinence du système de filtre électoral. Ce qui éviterait de créer une autre radicalisation de l’opposition et des non-alignés qui persistent toujours à vouloir barrer la route au parrainage. En tout cas, ce qui est certain, c’est que la tâche ne sera pas de tout repos pour le président Macky Sall et son régime, dans la mesure où ses adversaires politiques pensent tenir le bon bout contre le parrainage.

 

Sudonline

Religion science et vérités : François-Michel MAUGIS – La Réunion-Économiste, écrivain et philosophe.

(Évoluer c'est choisir la vie)


Mille fois bravo, Monseigneur Aubry. Votre tribune du JIR du 17 mai à l'occasion du Ramadan, marque une étape important vers cet humanisme universel dont nous rêvons tous. Je passe sur Abraham qui n'est qu'un trait d'union partiel. Il n'est malheureusement pas commun à toutes les religions du Monde, mais c'est vrai que vous mettez l'accent sur l'inhumaine barbarie des hommes, sur l'origine de la vie qui ne nous appartient pas, sur le retour nécessaire à la sobriété.

Bravo. Mais il faut aller plus loin dans l'analyse et le raisonnement. Et les recherches récentes nous y aident.


La première étincelle de vie serait née au sein de la première cellule qui « décide » de prolonger son existence, de s'adapter au lieu de mourir. (Quel insondable mystère qui, effectivement, peut nous rapprocher d'un Créateur).

Plus tard, bien plus tard nous avons défini l'intelligence comme une faculté d'adaptation. Il faudrait sans doute revenir à ces notions fondamentales pour que l'homme comprenne que le déploiement de toutes ses facultés n'avait, à l'origine qu'un seul but : préserver, évoluer et si possible, épanouir la vie.
Monseigneur, je vous le demande, aujourd'hui, au service de qui, de quoi, cette intelligence humaine fonctionne-t-elle ?

François-Michel MAUGIS – La Réunion
Économiste, écrivain et philosophe.
http://www.assee.fr

 

IL EST DES MOMENTS.... PAR LE Dr Ndongo MBAYE

Il est des moments
D'opalescence
Il est des moments
D'abstinence
Il est des moments
De concupiscence
Il est des moments


De silence


Où les mots se vautrent
Pour mieux exister
Dans les échancrures des phrases
Où les mots sont autres
Parce que polysémiques
Où les couleurs dessinent les contours


Des nuances de gris enchanteurs
Où les noms et les syllabes de joie
Se grattent le ventre
Pour mieux signifier
Où les palettes d'or dans les champs
De tournesol s'ouvrent au soleil
Pour mieux le séduire
Où les poètes crient hurlent à l'envi


Leur rage


Pour libérer les peuples
Il est des moments
De turgescence
Où la sève séminale
Fertilise la terre des ancêtres
Pour donner aux épis de mil
Aux pousses d'arachides


Aux plaines de coton


Toute la ferveur des futures moissons
Il est des moments
De connivence
Où le ciel l'eau la terre
Les étoiles le soleil la lune
Communient dans l'harmonie


D'une paix retrouvée


La synergie de forces cosmiques
Dans la symphonie d'une archéologie
De savoirs pluriels
Il est des moments
De latence
Des moments
D'ultime luminescence
Où l'Esprit se révèle être
L'âme de la lettre

Ndongo MBAYE

 

L'aérobic en route vers l'Excellence : L'AGCR de Choisy-le-Roi médaillée au championnat national à Clermont Ferrand 12 mai 2018-hi low

Après Etampes, Bussy st Georges et Pantin nous voici à CLERMONT FERRAND au national.


Une équipe constituée de 29 gymnastes préparées à foncer, se donner, se dépasser pour gagner avec la technique et le mental.


Comme il est dit sur la page FB « Il y a eu de beaux passages, des choses bien et d'autres un peu moins...mais ce qu'il faut retenir c'est que le niveau général est très élevé et que nous sommes en constante progression.

Bravo à toutes les gymnastes et aux entraîneurs (Florian, Joanna et Sihem) pour le travail réalisé !

Une mention spéciale pour notre groupe Fédérale A 12ans et + Fitness qui revient avec un titre de Champion de France, sans oublier les groupes Hilo et Fédérale A 10-14ans qui se classent juste au pied du podium.

BRAVO BRAVO BRAVO !!! «
Une constante progression.


Nos gymnastes sont bien encadrées et chaque coach joue à fonds la carte de l'efficacité en travaillant sur le mental et la synchronisation parfaite des gestes techniques.
Si malgré la faiblesse des moyens le club arrive à se hisser à ce niveau on peut présager qu'avec des moyens supplémentaires on parlera de notre AGCR à travers la France.
Le Club a des besoins pertinents à l'image de ce qui se passe dans des clubs qui ont marqué le palmarès national à Clérmond Ferrand : Chambery


Comme le rythme des entrainements a été augmenté cette année il me semble que si cette dynamique continue le club pourrait recruter un temps plein ou augmenter les heures pour certains coachs. Nous avons du potentiel qui demande à travailler plus mais il est vrai que si les moyens ne suivent pas ce ne sera pas facile.

C'est une piste à explorer et les parents devront s'associer pour imaginer des stratégies pour épauler le club dans sa quête de moyens.
Avec ce voyage les parents ont compris que c'est une organisation lourde et qui nécessite des moyens. ( hôtel, car, restauration, salaires, etc ).
Le club aurait besoin de lieux et on pense au nouveau complexe sportif qui est en construction à Choisy-le-Roi.


Une organisation appréciée.


L'année passée Sihem s'était occupée des gymnastes et de la gestion de la vie quotidienne ce qui ne lui avait pas laissé beaucoup de temps malgré sa disponibilité et sa vivacité.
Les parents notamment les mamans de Louna et Tiphaine ont proposé cette année leurs services pour gérer la vie quotidienne et Sihem a accepté et je peux vous dire que nous avons été «bleufés par l'organisation, les réservations, sans parler des négociations pour avoir les bons services aux meilleurs prix. Cette prise en charge d'une partie de l'organisation a permis à Sihem de se concentrer sur les équipes et le timing a été bien respecté.

Ce type d'organisation est à renouveler avec l'aval du comité directeur de l'association.


Des parents dévoués et motivés c'est ce qu'il faut pour aider le club, il faudra y réfléchir et c'est important quand un club n'a pas les moyens à la hauteur de son potentiel.
Bravo aux parents ayant fait le déplacement en car avec les gymnastes et l'encadrement a noté que cette année qu'il y a eu plus de parents au total 10 familles étaient sur place à Clermond Ferrand.(4 dans le car et 6 après).


Une mention spéciale à Coumba qui avait ses béquilles et on se demandait ; mais que fait-elle ici, pour moi je pensais qu'elle venait encourager ces copines, non Coumba devait monter sur le plancher pour défendre les couleurs de Choisy-le-roi malgré son attelle.
Quel courage, quelle niack, quelle résilience, le sport est un levier de développement personnel. Voici une jeune fille qui, si elle continue ainsi ne pourra que réussir. Bravo.


Une autre à féliciter quand elle explose de joie en voyant ces copines son équipe réussir c'est Sellena.


Les autres spectateurs la regardaient s'époumoner pour encourager son club. Les belles photos de ces moments d'euphories assumées témoignent du bonheur et de la joie vécus.
Un groupe à encourager à stimuler c'est un groupe qui ira loin.


La 4 ème place était difficile à digérer, 3 ème provisoire au passage 16, c'est la dernière équipe qui nous a battu d'un petit pied ou pointe de pied comme le dit le coach florian. Le suspense était insoutenable, les deux mamans de Ilona et Lola ont serré les dents et la sentence délibératrice nous a achevé mais c'est le sport il faut apprendre à tomber et à se relever.


Pour mieux faire connaître cette association et cette discipline sportive nous devons travailler avec le journal de la ville qui le fait bien pour les autres activités sportives.
L'aérobic on l'a vu est à la fois pratiqué par le genre féminin mais l'accès n'est pas exclusif : cf Pantin et autres clubs qui ont des gymnastes masculins de hautes factures. Il faut ouvrir cette activité à tous et pour cela il faut en parler.

L'Elu chargé du sport Mr H. Ahoumis a été informé depuis Clermont et n'a pas manqué de nous féliciter « Super. C'est une très bonne nouvelle. On attendait les résultats avec impatience. Merci pour ces informations réjouissantes»


Notre victoire a été saluée en premier par toute l'équipe mais aussi par les parents de Nadira qui nous fait une agréable surprise party ; des gâteaux et des boissons pour fêter le succès à l'hôtel. Belle générosité et les gymnastes et autres ont apprécié.


Geste fort apprécié.


La solidarité avec l'équipe de Paris 15 aussi est à signaler.

Il faudrait peut-être penser à mutualiser la location du car et des réservations pour l'hébergement ce qui rabaisserait les coûts.
Des projets sont en cours et la direction réfléchit sur des aménagements et améliorations pour l'année prochaine. Tous ceux qui peuvent apporter une aide, conseils, sponsors, publicité seront écoutés et vivement entendus.


Ensemble le club AGCR brillera de mille feu les années à venir, chaque année un plus.

Nous avons le potentiel et il faut penser à la relève.

Bravo aux parents qui passent les examens pour être juges apparemment c'est important et il faut le faire tout comme les jeunes gymnastes qui grandissent peuvent continuer le sport et devenir juges.
Tous parents et partenaires derrière nos gymnastes et n'hésitons pas à nous impliquer à la hauteur de nos moyens et disponibilité, échanger, proposer, critiquer de façon constructive et efficace pour la bonne marche de l'association.

http://www.ichrono.info/index.php/mobile-it-2/item/4320-aerobic-agcr-choisy-le-roi-depuis-2017-revient-en-force-dans-les-competitions-aerobic.

Le papa de abi Mr CISSOKO


Contacts : Entraineurs et coachs. Sihem, Florian, johanna (très discrète!)

Bravo aux chauffeurs....


la Présidente Mme Morvan Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. sans oublier la partie gymnastique.

"Trop c'est trop et le sénéghalais même quand il est loin il se sent proche de son pays. Un cri de coeur, une souffran,ce, une peine non voilée , un appel à la citoyenneté et aux respects de la personne.

 Ce compatriote nous parle, il est indigné et veut que ça change et la solution est entre nos mains."P B Cissoko

Sénégalaises, sénégalais Où que vous soyez! L'HEURE EST PLUS QUE GRAVE!!!!!!! Par Ousmane Ndiaye: sénégalais,

Ousmane Ndiaye: sénégalais, diourbelois, 9 eme promo UGB.

Lorsque la justice d'un pays est discréditée ouvertement, manipulée au vu et au su de tout le monde, hypothéquée manifestement, monopolisée volontairement, utilisée lamentablement à des fins purement personnelles.

                                     Lorsque tous les moyens, y compris les plus déshumanisants, les plus injustes sont bons pour rester au pouvoir.
Lorsque les droits les plus élémentaires des citoyens sont violés, bafoués au quotidien.

L'indifférence ne saurait être tolérée pour toute personne qui aime notre pays par le cœur et non par la bouche, par les actes et non par les mots...


Que vous soyez politique ou pas, neutre ou engagé, acteur ou spectateur du développement de notre cher Sénégal ; l'heure est à la mobilisation collective avec comme seul et unique mot d'ordre: Rétablir au plus vite la justice au sein de notre chère NATION.

Au moment où des étudiants réclamant leur dû sont abattus comme des mouches par les forces du « désordre ».

Au moment où nos enfants sont enlevés, séquestrés et tués.

Au moment où la majorité des familles n'ont accès ni à trois repas par jour ni à un logement décent.

Au moment où les jeunes désespérés continuent au péril de leurs vies de scander le slogan « partir ou périr ».

Au moment où la pauvreté, la misère et le chômage prennent des proportions alarmantes et alarmistes.

Au moment où l'insécurité généralisée devient une réalité quotidienne, une bataille de tous les instants.

Au moment où le système éducatif et de santé, les deux pierres angulaires pour le développement de tout pays agonisent.

Bref à l'heure où les priorités sont visibles et palpables pour toute personne qui aime sincèrement ce pays.

Franchement, à moins d'être victime d'une cécité volontaire on n'a pas besoin de chercher longtemps pour savoir que notre pays n'avance pas, que notre pays va mal, très mal.


Le plan Sénégal «ÉNERVANT» a pour objectif de nous mettre de la poudre aux yeux, une sorte d'illusion cherchant à obstruer toute pensée analytique pour se rendre compte que notre pays est en train de sombrer dans quelque chose d'indescriptible.


Nous le voyons, nous le savons, nous le sentons et nous le vivons, son unique préoccupation, sa seule priorité nonobstant ce que je décris plus haut en termes de priorités est et reste le fait de se maintenir au pouvoir par toutes les stratégies impossibles et inimaginables y compris les plus malsaines, les plus mesquines.

Ainsi, la mauvaise nouvelle pour lui et pour toutes les personnes qui de près ou de loin, d'une manière ou d'une autre le soutiennent dans cette lancée destructive est qu'aucun pouvoir à part celui du bon Dieu n'est éternel et que la justice divine est infaillible et indéfectible.

Sénégalaises, sénégalais qui ont notre pays tatoué dans le cœur où que vous soyez, quel que soit votre statut, votre profession, votre appartenance ethnique, religieuse, politique... Sachez que nous traversons une période sans précédente de l'histoire de notre pays. Celle-ci aura la forme que nous lui donnerons, suivra l'orientation que nous lui assignerons, aura la fin que nous lui attribuerons. Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas rester insensibles à ce qui se passe, nous ne pouvons pas et nous ne devons pas accepter l'inacceptable car nous avec nos enfants nos familles aurons à supporter l'insupportable.

Trop c'est trop ! Assez c'est Assez !

Nous sommes tous redevables envers ce beau pays qui est le nôtre. Rien ne peut justifier notre neutralité, notre désengagement, notre indifférence.
2019 approche à grand pas insha ALLAH c'est un rendez-vous à ne pas manquer sous aucun prétexte, celui de la vérité et de la justice.

N'acceptons surtout pas d'être divisés, plus que jamais l'heure est à l'union des forces, des cœurs, des idées pour l'avenir de notre cher et beau pays.

Que chacun prenne ses responsabilités au niveau individuel tout de suite et maintenant. Que chacun soit prêt à offrir le meilleur de lui-même pour ses enfants, sa famille, son pays. Nous devons nous préparer à un véritable travail de conscientisation populaire un peu partout dans les mois à venir pour enlever cette poudre aux yeux qui est le plan Sénégal « ÉNERVANT. »

En 2019 notre pays a besoin d'un président sincère, éclairé de compétent qui sera là pour servir et non pour se servir, quelqu'un dont les actes confirmeront les paroles, qui aura à cœur les vrais problèmes du peuple, qui cherchera par tous les moyens licites de recevables à développer nos territoires. Bref quelqu'un avec un vrai programme reposant sur un projet de société constructif, pragmatique, transparent, viable, inclusif et honnête.

Vous le savez sans doute notre pays a tout ce qu'il faut en termes de ressources pour se développer. Seulement et on ne le dira jamais assez car cela fait des décennies que cela persiste : Il n'y a pas les Hommes qu'il faut à la place qu'il faut. Avec une obscurité totale nous ne pouvons pas espérer voir jaillir un brin de lumière quelconque.

La lumière qui illuminera notre cher pays ne viendra pas de l'extérieur. Le changement tant voulu tant espéré ne sera pas extrinsèque.
Cessons de subir et agissons pour un Sénégal où il fait bon VIVRE!

# NB : Je m'excuse pour les coquilles et la longueur du texte. J'ai besoin en tant que sénégalais loin de mon pays, diourbelois et ancien étudiant de l'université Gaston berger de vider mon cœur suite aux massacres survenus aujourd'hui dans cette dite institution. QU'Allah SWT par sa générosité immense accueille les victimes dans son paradis, sincères condoléances aux familles éplorées et bon rétablissement aux blessés.

Ousmane Ndiaye: sénégalais, diourbelois, 9eme promo UGB.

Coach Formateur en Développement personnel et Leadership. Conférencier, Motivateur. Expert en prise de parole en public
Montreal, Quebec, Canada Formation professionnelle et coaching

Trouvé sur facebook

 

Orne : un enfant de 5 ans appelle le 17 et sauve son père diabétique- Les gestes qui sauvent qu'en est-il au Sénégal ?

Noyade, accident de la route, morsure de serpent, coma, détresse, accouchement, etc -Là où il n'y a pas de docteur- Que faire ? PBC

L'enfant a appelé les secours alors que son père faisait un coma diabétique.
INCENT PEREIRA
En appelant le 17,

Un enfant de 5 ans a fait preuve d'un réel sang froid. C'est le journal L'Orne Hebdo qui rapporte ce lundi cette histoire. Il a très certainement sauvé la vie de son papa, diabétique, qui avait fait un malaise, dimanche soir à Glos-La-Ferrière près de l'Aigle (Orne).


Vers 23 heures, l'enfant a vu que son père était "allongé dans son lit, faisant des bulles et ne répondait plus". Il a aussitôt pris le téléphone et composé le 17, le numéro qui renvoie vers le centre d'opérations et de renseignements de la gendarmerie de l'Orne."


Malheureusement, l'enfant n'a pas été capable d'indiquer son adresse. Pompiers et gendarmes lui ont alors demandé de sortir devant chez lui et d'agiter les bras quand il verrait des gyrophares. Pendant ce temps, l'opérateur a géolocalisé l'appel. Après une quarantaine de minutes de recherches, l'enfant a été repéré par les pompiers.
La papa avait fait un coma diabétique qui aurait pu lui être fatal s'il n'avait pas été secouru à temps.

Midi libre.fr


Petit guide des gestes de premiers secours à l'enfant


Peu de parents connaissent les gestes de premiers secours alors que les accidents domestiques sont la première cause de décès chez l'enfant. Petit guide des gestes essentiels.

 Formation quasi nulle chez les parents en Afrique -P BC


«En France, les parents sont très mal informés sur les gestes de premiers secours à l'enfant et ne s'en inquiètent qu'après avoir été confrontés à un accident», regrette Jean-Michel Oudenot, secouriste et formateur lors de l'atelier d'initiation aux gestes de premiers secours à l'enfant organisé hier à Toulouse par Harmonie Mutuelle. Pourtant, les accidents domestiques représentent la première cause de décès chez les enfants de moins de 4 ans. Étouffement. L'étouffement reste la principale hantise des parents. Pour ne pas aggraver la situation, ne tapez surtout pas le dos de votre enfant lorsqu'il se tient droit.

Chez le nourrisson, alternez des séries de cinq tapes entre les omoplates, l'enfant placé sur votre cuisse, tête en bas et sur le ventre puis cinq pressions à deux doigts sur le thorax, l'enfant sur le dos, toujours tête vers le bas. Pour les jeunes de plus d'un an, comme pour les adultes, penchez l'enfant vers l'avant et alternez cinq tapes vigoureuses entre les omoplates et cinq pressions avec le poing au creux de l'estomac, vers l'intérieur puis vers le haut. Le tout en encerclant l'enfant, son dos contre votre ventre.


Brûlures. Une brûlure est considérée comme grave lorsque sa surface dépasse celle de la moitié de la paume de la main. Dans ce cas, appelez immédiatement les secours. Qu'elle soit grave ou non, refroidissez la peau sous un filet d'eau froide placé juste au-dessus de la brûlure. Ne cessez l'opération que lorsque la douleur a disparu, afin d'éviter que la brûlure continue à se propager aux chairs. N'appliquez pas de crème, au risque de favoriser des infections.
Égratignures. Lavez-vous les mains. Évitez les désinfectants colorés, qui empêchent de détecter le développement d'une infection. Privilégiez les lingettes déjà imbibées et nettoyez la plaie de l'intérieur vers l'extérieur, sans tourner.


Saignement de nez. Mouchez votre enfant très fort, puis penchez-le en avant, et bouchez-lui les narines pendant 10 minutes. Si les saignements continuent au-delà de ce laps de temps, contactez le Samu.
Malaise. Les malaises sont rares chez les enfants. S'il ne s'agit pas d'une crise d'hypoglycémie, appelez les secours.
De manière générale, en cas de doute, contactez le Samu (15) qui vous conseillera et vous orientera vers les services appropriés.

La depeche.fr

Oublier ou se souvenir : Comment faire face avec l'histoire-"L'histoire peut devenir un instrument dangereux."-Ibrahim Kalın


Analyse du porte-parole du président de la République Ibrahim Kalın : "L'histoire peut devenir un instrument dangereux."

Un groupe de futuristes estime que l'oubli est une bénédiction et la remémoration est une action dangereuse et coûteuse.
Les individus et les sociétés ont la chance de progresser que dans la mesure où ils oublient ce qui est arrivé dans le passé et de regarder vers l'avenir.
Dans un monde dans lequel nous sommes invités à faire des millions de souvenirs instantanés seulement pour être consommés et jetés le moment suivant, l'oubli semble être non seulement un fait, mais aussi une vertu - une vertu qui peut nous aider à échapper aux horreurs du passé .


Réellement, cela peut-il être réel ?


L'oubli est une caractéristique humaine fondamentale. Au fil du temps, nous oublions les choses.

Et oublier nous aide à surmonter les moments de tristesse et de deuil.

Pouvez-vous vous imaginer vivre tout le long de votre vie avec la même intensité chaque événement ou perte tragique que vous avez vécu ?


Il serait impossible de vivre, se faire de nouveaux amis ou bien même d'écrire un nouvel e-mail.
Nietzsche a raison quand il dit « qu'il est impossible de vivre sans oublier ». L'oubli est une bénédiction.
Il ne fait aucun doute que l'histoire a été manipulée pour justifier l'injustice et l'oppression. Les Nazis en Allemagne et les Fascistes en Italie ont usé de l'histoire nationale pour créer des monuments de monstruosités idéologiques.


La violence nationaliste hindoue contre les musulmans de l'Inde depuis la partition de 1947 au pogrom de Gujarat en 2002 a permis la lecture de l'histoire du point de vue machiavélique.
L'histoire peut devenir un instrument dangereux.


La violence contre la communauté chrétienne grecque en Turquie les 6-7 septembre 1955 était basée aussi sur une déformation dangereuse similaire des souvenirs du passé.
L'histoire ne manque pas d'événements complétement déformés.


Dans un de ses poèmes, le poète national turc Mehmet Akif Ersoy indique que l'histoire se répète et déplore que les gens ne tirent pas de leçons appropriées.
Akif est un homme littéraire qui a vu les horreurs de la guerre sur l'Empire ottoman entre les années 1910 et 1920.


Avec sa conscience vive et sa puissance littéraire, il nous a mis en garde contre la répétition des mêmes erreurs du passé comme si rien n'avait eu lieu avant nous.
Vu de différents angles, cela rappelle la célèbre citation de George Santayana : "Ceux qui oublie le passé, sont condamnés à le revivre". Mais, Santayana avait seulement partiellement raison.
Ceux qui ont une parfaite connaissance de l'histoire, peuvent également faire des erreurs horribles.


Mais, l'histoire peut aussi être une source de bienfait. Elle peut servir à un but noble au-delà des politiques opportunistes et du stéréotype culturel.
Il peut nous aider à surmonter nos perspectives égoïstes sur l'histoire collective et nos valeurs communes partagées.
Dans un sens plus profond, se rappeler de ce qui est essentiel, peut nous aider à réaliser ce que nous sommes.


La tradition intellectuelle islamique considère que « oublier et se souvenir » sont deux traits humains clés qui nous permettent de réaliser notre humanité.
Selon l'étymologie reconnue, le mot « insan » humain en arabe, dérive de la racine du mot « oubli » (nisyan). (Il existe d'autres théories étymologiques mettant en relation insan / humain à "la proximité de la Divine »).


Il est rapporté qu'Ibn Abbas, une des premières autorités dans l'interprétation coranique, aurait dit que les humains avaient été appelés « insan » (humain) parce qu'ils avaient oublié leur alliance originelle avec Dieu.


L'homme est un être qui a des troubles de mémoire et le remède est de se rappeler, ce qui est de manière assez intéressante, lié à se souvenir et d'implorer ce qui est divin.
Ce que nous oublions, est notre alliance avec Dieu et ce que nous devons retenir, est le lien qui souligne l'histoire en rapport avec le monde et de ce qui passe au-delà.


Le Coran dans un verset qui attire beaucoup l'attention, fait appel aux hommes et dit :

"Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Il leur a fait alors oublier leur propre personne". (59/19)
Oublier la vérité la plus fondamentale a unprix et ce sont les hommes qui paient ce prix.


Ibn Kathir, Tabari, al-Razi et les autres exégètes du Coran soutiennent dans la deuxième partie du verset défend que l'oubli de Dieu conduit à l'auto-aliénation et provoque la négligeance de ce qui est bon pour les humains eux-mêmes.


Une amnésie provoquée par nous-mêmes ne nous donne pas une meilleure perspective sur la vie.
Nous devons nous rappeler de ce qui est essentiellement bon, d'une manière à nous libérer et nous enrichir au lieu de nous emprisonner.
Les horreurs passés de l'histoire ne peuvent pas être entièrement effacées de nos mémoires, même si nous le voulions.

Et il n'y a pas lieu d'aller à de tels extrêmes.
Avec tous ces leçons, nous devons nous rappeler les histoires d'Abraham et de sa tribu, de Noé et de l'arche, de Moïse et de l'Exode, de Jésus et des épreuves, les attaques des polythéistes mecquois contre le prophète de l'Islam, les croisades et les invasions mongoles, l'expression la « convivencia-vivre ensemble » andalouse et la « Reconquista » qui y a mis fin.
A l'approche de notre ère, nous ne pouvons pas fermer les yeux à l'horreur de l'Holocauste, le génocide au Rwanda et en Bosnie, et aujourd'hui, ce qui arrive en Syrie.
Malgré l'horreur et la douleur suscitées par ces souvenirs, nous sommes obligés de nous en souvenir pour ne pas oublier ce qui est bien pour nous, à titre d'êtres humains capables de faire des erreurs.
Certes, ce n'est pas une tâche facile. Mais la clé est de se rappeler sans être traumatisé et possédé.


Il nécessite de la force intellectuelle et courage moral pour affronter le mal et sans y être affecté. Mais c'est ça la tâche essentielle.
Il est également important de se rappeler du bon, du noble et de beau pour que nous puissions mener une vie de raison, de vertu et justice sans se réfugier dans un monde de rêve.
C'est une vertu d'oublier et de se rappeler à la fois.


http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2016/03/05/oublier-ou-se-souvenir-comment-faire-face-avec-l-histoire-

"On peut oublier quand on a subi un choc, ou oublier comme outil de développement personnel. Il y a plusieurs façons ou raisons qui poussent à l'oubli. L'oubli peut être volontaire on involontaire. Quand on parle de l'homme saint, l'oubli n'est pas en soi un mal, c'est le refus de se souvenir, de regarder son passé qui devient problématique. Oublier ou se Souvenir ; c'est notre existence qui est interrogée"P B Cissoko

DE L'OUBLI par Pap NDOYE penseur libre et indépendant

DE L'OUBLI

Ho Oublier!
S'Oublier!


Heureusement, ou malheureusement, qu'Oublier n'est pas s'Oublier!
Oui Oublier pour rester Positif!
Et s'Oublier pour se fragiliser!
Mais devons nous nous affaiblir en nous Oubliant pour nous mettre en péril!
Ou, oublier pour devenir Négatif!
Oui l'ingratitude découle de l'Oubli!


S'Oublier alors pour se fortifer mentalement!
Oui S'Oublier pour s'affaisser spirituellement au dessous de la moyenne sociale!
Ou Oublier de s'élever par humilité!
Ou sobrement s'oublier pour étouffer son Égo!
S'oublier ainsi pour masquer les insuffisances de l'autre!
Oui s'Oublier pour se faire petit et passer inaperçu!
S'Oublier pour ne point s'accrocher à la Vie!


Hé oui, Oublier que la Vie, c'est le grand théâtre par excellence!
Elle se trouve être le déroulement du film de notre Existence, entrecoupé par des Oublis!
Ha, comme notre mémoire a un besoin impératif d'oublier!
Oui, Oublier pour aérer notre Esprit!
Hé oui, ne pas Oublier est source de désordre, d'embouteillage spirituels!
Oublier pour nous Souvenir!
Hé oui, se souvenir pour ne point Oublier la dette de reconnaissance envers autrui!
Oui ne jamais Oublier ce que l'on doit matériellement ou moralement à:


-soi même,
-autrui,
-Allah.


Ainsi, l'ignorance puis les errements d'abord,
les enseignements ensuite, le Tout procédant de l'Oubli!
Enfin, l'OUBLI des enseignements à retenir, ou
le SOUVENIR des leçons retenues
de nos actions passées!


Se Tuer donc pour Renaître et autrement amélioré!
Oui Faire Don de SOI à la simplicité pour s'Oublier!
Oui Oublier ce que l'on ne devrait jamais plus refaire!
Ainsi, pour arrêter de perdre du temps à se répéter!


Ou ne jamais Oublier nos résolutions antérieures pour mieux justifier nos décisions du moment!
Aussi, toujours se rappeler des expériences passées pour ne pas Oublier les enseignements retenus!
Devrions nous Oublier nos origines pour nous perdre dans l'arrogance d'une nouvelle station sociale?
Faisons alors l'effort d'enracinement dans les bonnes valeurs pour nous Oublier dans l'humilité grandissante!
Oui, s'oublier pour se niveler à la dimension de l'autre!
S'oublier pour mettre l'autre à l'aise, pour qu'il se sente EXISTER!
S'oublier pour valoriser l'autre!


Oui Oublier ses peines pour vivre heureux!
Oublier pour ne pas se rappeler!
Oublier pour ne pas se souvenir!
Oublier pour oublier ses douleurs!
Oublier pour oublier sa détresse et ses angoisses!
Oui, Oublier pour dominer son passé!
Hé oui, simplement oublier ses conditions d'Existence!
Oublier ses longues nuits sombres!
Oublier sa ténébreuse existence!
Oui Exister pour fuir cet oubli!
Ou, s'Oublier pour exister avec ce souvenir!


Alors Oublier et s'Oublier lucidement pour mieux profiter de notre vie biologique!
Notre principale maladie et son remède ne serait elle pas, donc
L'OUBLI!


Oui, l'Oubli, cette souvenance qui doit être tenue en équilibre, et en permanence!
L'Oubli est bien le gouvernail de notre bonne ou mauvais Conscience!
Ainsi, il justifie l'état de notre bien ou mal être que reflète notre vie sociale.
Ha oui, il est vrai que, nous Oublions que, nous vivons avec d'autres êtres vivants!
Mais, avons tous, conscience de notre vulnérabilité devant cette puissance inhumaine.
Hélas, très souvent nous oublions l'Omniprésence de notre Créateur, tellement nous sommes absorbés par notre quête infernale de:


-l'Avoir et
-du Pouvoir.


Et ce, à tel point que nous oublions la recherche de l'Essence-Tiel, qui est le SAVOIR , qui nous fait progresser vers un meilleur devenir!
Nous nous découvrons alors, si appauvris d'intelligence, par l'Oubli.
C'est ainsi que, par Oubli, nous dépassons régulièrement cette Essence des choses pour perdre notre temps sur les Détails.
Hélas, quand l'Oubli fait que notre Vanité nous égare!!!!


Or, s'Oublier devrait certainement étouffer cette suffisance et laisser place à la modestie!
Oui, s'Oublier pour faire prévaloir la retenue face à l'extravagance de l'aveuglement!
Oui s'Oublier pour éviter l'obscurantisme du coeur et de l'esprit!


Et que dire, de l'Oubli de ce Lbre Arbitre qui nous fait prendre des décisions éclairées ou assombries par notre niveau de conscience du moment!
Ainsi, il peut bien nous arriver de nous RAPPELER, mais après coup, des résolutions auparavant arrêtées comme garde fous de nos actions!
Mais hélas, l'action déjà accomplie, dans l'Oubli, ne pourra plus jamais, être rapportée.
Elle se retrouvera ainsi, Oubliée, dans la comptabilité de nos bons ou mauvais comportements!
Ha, qu'est ce que va nous couter d'OUBLIER que nous devons être en Djihad NAFS permanent!
Notre crucial remède c'est également, l'Oubli!
Oublier tout le mal et et tout le tort qui nous sont faits.


Oui, OUBLIER de nous venger des personnes qui blessent notre orgueil.
Donc, Oublier pour arriver à ne plus sentir le poids de notre MOI!


Oui, s'Oublier pour mieux supporter les douleurs physiques passagères, au contraire de celles psychiques plus durables et profondes!
Ha, nous allions Oublier les souffrances psychosomatiques, qui demeurent le summum de l'expression de notre détresse.
Hé oui, nous avons mal à la gorge, alors que, nous Oublions, que, si nous guérisons d'un mal psychologique, nous retrouvons notre bonne santé.
Mais, que dire du processus d'installation, dans nos Êtres, des malheurs et bonheurs qui nous accompagnent?
Certainement, par des Oublis successifs d'événements liés à la gestion stratégique de notre Moi!
C'est par devoirs d'Oubli donc, que nous avons besoin de rendre à notre EGO, toute la mesure de son Audace et de son Humilité.
Notre Moi a aussi besoin de s'affirmer à travers des Oublis conséquents à toutes situations sociétales.
Nous disons alors, oui pour un djihad NAFS permanent, sans oubli de l'essence-tiel.


Finalement oublier OU s'oublier,
oublier ET s'oublier!


Une affaire de Coeur ET de Raison, ou
Une affaire de Coeur OU de Raison!
En définitive, la qualité de nos vies dépend de notre faculté d'Oublier face a nos Obligations de:
-faire ou ne pas faire,
-dire ou ne pas dire, et finalement,
-d'étre ou ne pas être.
Aussi, notre orientation se fera selon notre désir et notre capacité d'Exister.
Notre détermination à subsister socialement, sera alors fondée sur une volonté et un pouvoir édifiés:
-par soi même, ou par l'autre!
-pour soi même, ou pour l'autre!
De nos Actions et Réactions aux agressions et défenses, voilà d'ultimes choix que nous devrons dérouler face à l'oubli!
Puissions nous alors prendre les bonnes décisions d'Oubli, afin d'accéder à l'excellence d'une existence saine et équilibrée: LA SAGESSE!

Saint louis le 13/05/2018 St LOUIS du Sénégal
Pap Ndoy

Page 2 sur 287

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook