Tour de France, Egan Bernal le petit prince des Andes

Sauf évènement exceptionnel (le Tour 2019) en a connu déjà au moins deux, ou chute accidentelle, le jeune Colombien Egan Bernal devrait franchir cet après-midi sur les Champs-Elysées la ligne d’arrivée en vainqueur de la grande boucle.

Il sera du même coup le premier Colombien à remporter le tour de France depuis sa création et ce maillot jaune consacrera le sacre d’un petit prodige de 22 ans et 6 mois. Il sera du même coup le plus jeune à s’imposer sur le Tour depuis 1965 (Félix Gimondi, 22 ans et 9 mois) mais le record de Henri Cognet de 1904 (19 ans) reste imbattu à ce jour. Et sans doute encore pour longtemps.

Première victoire Colombienne sur le Tour de France

Pour ce jeune cycliste, né à Zipaquira à une trentaine de kilomètres de Bogota, qui se destinait au métier de journaliste, et qui a remporté en 2017 le Tour de l’Avenir, il s’agit là d’un évènement incroyable. Il va du même coup succéder à son co-équipier de l’équipe Ineos, Gerant Thomas vainqueur du Tour l’an denier. L’apprenti à devancé le maître ce que celui-ci à reconnu et salué sportivement dès hier à l’arrivé de l’avant-dernière étape. Il faut dire que le vainqueur de Paris-Nice et du Tour de Suisse était l’un des grands favoris de cette 106 édition même si par suite d’une clavicule cassée il avait du renoncer au Giro. Autant dire que l’accueil que va lui réserver la Colombie d’ici quelques jours va être grandiose.  Rappelons quand même que les Colombiens, à l’image d’un Quintana ou d’un Uran  sont présents sur le Tour depuis plusieurs années et sont habitués à franchir des cols en haute altitude dans leur pays. Ils ne sont donc pas dépaysés par la traversée des Pyrénées et des Alpes.

A quand un successeur à Bernard Hinault (1985) ?

Bien sûr si cet évènement sera salué comme il se doit par tous les passionnés de cyclisme, quelque soit leur nationalité, les français garderont une certaine tristesse et beaucoup de regrets de ce Tour  2019 qui leur était promis avec notamment Julian Alaphilippe – de l’équipe Quick Step – qui aura porté le maillot jaune durant 14 jours et remporté deux étapes et plus encore sans doute avec l’excellent grimpeur Thibaut Pinot contraint à l’abandon à quelques jours de l’arrivée par suite d’une blessure . C’est malheureusement la quatrième fois que celui-ci ne termine pas le Tour de France et pourtant ses performances dans les Pyrénées laissaient augurer bien des espoirs. L’un et l’autre auront sans doute beaucoup de regrets ce soir mais ils devront se rassurer en pensant que la réussite, tant sportive que médiatique, de ce Tour 2019 leur doit beaucoup et que 60 millions de français ont bien pensé tenir avec eux le successeur de Bernard Hinault dernier vainqueur français (pour la cinquième fois) en … 1985, voici trente-quatre ans.

Beaucoup d’espoirs avec Alaphilippe, Pinot, Barguil, Martin, Gaudu ….

On se consolera aussi en voyant Romain Bardet (AG2 La Mondiale) monter sur le podium avec le maillot à pois de meilleur grimpeur et en appréciant comme il se doit l’excellente course de Warren Barguil, Guillaume Martin et David Gaudu. Malheureusement avec le jeune Colombien, dont on reparlera dans l’avenir – ils ont tous trouvé plus fort qu’eux. Telle est la loi du sport, quelques fois cruelle, toujours exaltante. Tous nous ont fait rêver pendant trois semaines et il n’y a pas tant de circonstances que cela aujourd’hui qui peuvent prétendre le faire, alors un grand merci à eux pour cette belle parenthèse sportive estivale.

J.Y Duval