Société

CMU : des actions s’imposent pour sensibiliser les parlementaires (Justin Tine)

Dakar 4 juil (APS) - Le président de l’’Alliance en faveur de la loi sur la CMU’’ (Couverture maladie universelle), Justin Tine, a jugé, mercredi, ‘’nécessaire de lancer une série d’activités impliquant les parlementaires’’, pour qu’ils comprennent ‘’les enjeux de cette politique sanitaires et les difficultés auxquelles les gens sont confrontés’’.

 
‘’On a jugé nécessaire d’apporter une contribution non pas individuelle en tant qu’organisation individuelle pour soutenir cet effort consolidé par les mutuelles de santé, car nous devons le renforcer et faciliter le dialogue pour sa pérennisation ‘’, a dit M. Tine, lors d’un atelier sur la CMU, organisé avec la commission ’’Santé, affaires sociales et solidarité nationale de l’Assemblée nationale.
 
Il a expliqué que c’est pour cette raison que ‘’l’Alliance a jugé également [nécessaire] de lancer cette série d’activités, en impliquant les parlementaires, pour qu’ils comprennent les enjeux de cette politique sanitaires et les difficultés auxquelles les gens sont confrontés’’.
 
Il s’agit aussi de faire en sorte qu’’’ils soient préparés à apporter leur contribution majeure et substantielle dans cette discussion qui pourrait dériver vers un cadre beaucoup plus organisé sur le plan juridique mais aussi à travers une loi’’.
 
Selon lui, ‘’l’Etat du Sénégal a pris une initiative noble en ayant le courage de lancer un programme qui vient consolider des actions communautaires dans les années 90 à travers les initiatives de certains villages de mettre en place des mutuelles de santé’’.
 
‘’Il me semble important, en tant que parlementaire, de porter le plaidoyer à l’endroit de la population mais aussi à l’endroit de l’autorité et des partenaires stratégique, pour qu’ils puissent encore doter de moyens la CMU’’, a souligné la présidente de la commission Santé, affaires sociales et solidarité nationale de l’Assemblée ntionale, Aminata Guèye.
 
Elle a rappelé que l’objectif de cette rencontre était ‘’d’outiller les parlementaires que nous sommes et de mettre à notre portée le maximum d’informations à propos de la CMU’’.
 
Elle estime que ‘’c’est un programme très ambitieux de la part de l’Etat et en tant qu’élus du peuple, nous avons le devoir et l’obligation de relayer les informations mettant le focus sur la sensibilisation à la plus basse échelle dans les conseils de quartier avec les organisations communautaires, pour qu’elles comprennent la loi’’.
 
‘’Il s’agit de comprendre et d’apporter des amendements quand la loi passera à l’Assemblée nationale, s’ils [s’avèrent] nécessaires ‘’, a-t-elle précisé.

DS/ASG/OID

Casamance : Des députés rassurés sur la situation sécuritaire

Aps) – Des députés de l’Assemblée nationale, qui séjournent depuis dimanche à Ziguinchor, se sont dits rassurés par les autorités militaires de la zone militaire n°5 sur la ‘’tendance d’accalmie’’ en Casamance où la situation sécuritaire est ‘’sous contrôle’’, a appris lundi l’Aps.
 
Composée de 25 parlementaires, des conseillers du président de l’Assemblée nationale et de la directrice de la communication de l’institution parlementaire, cette délégation a été reçue lundi par le gouverneur de Ziguinchor, Guédj Diouf. Membres de la Commission défense et sécurité et de la Commission des lois, de la décentralisation, du travail et des droits humains, ils ont tenu une séance de travail avec le gouverneur autour des ‘’riches potentialités économiques de la région, des défis sécuritaires et des enjeux économiques de la filière anacarde’’.

‘’Nous nous félicitons de cette mission menée par des députés pour s’imprégner des défis sécuritaires en Casamance, mais aussi des défis économiques dans la zone. L’Assemblée nationale doit aussi se féliciter du courage des autorités pour faire transporter les noix de cajou par des bateaux à grand tirant d’eau’’, a déclaré Gueji Diouf. Après cette rencontre avec le gouverneur, la délégation a rendu visite au commandement de la zone militaire numéro 5, où elle a été reçue par le Colonel Khar Diouf, en présence de Ute Bocandé, de la Fondation Konrard Adenauer, partenaire de cette mission parlementaire à Ziguinchor. ‘’Ici, nous sommes les garants de la sécurité des personnes et des biens.

En Casamance, la tendance est à l’accalmie malgré quelques regains de tension et quelques phénomènes récurrents amplifiés par des effets médiatiques’’, a rassuré le commandant de la zone militaire numéro 5, Khar Diouf. La situation (sécuritaire) est sous contrôle. Il n’y a rien d’inquiétant’’, a poursuivi le Colonel Diouf après être briefé sur les objectifs de cette mission, dont le thème principal tourne autour de la ‘’Sécurité dans les zones frontalières’’.

SudOnline

Rapport OMS : Dakar, mais parmi les villes les plus polluées au monde–La pollution tue

 

Rapport OMS : Dakar, mais parmi les villes les plus polluées au monde –La pollution tue

-Regardez les nuages de fumée, on ne peut rien voir au loin, les enfants à cause de leurs tailles « bouffent » la pollution, les vendeurs ambulants, les mendiants, les routiers et les voisins tous auront des soucis de santé un jour. Les riches sont dans leurs grosses voitures climatisées et les pauvres sont dans la rue , Elgas parlait des murs sociaux grandissants au Sénégal, ouvrez les yeux et bougez-vous.
Les particules fines sont fines et insidieuses, elles se figent dans les poumons sans crier gare. Notre destin nous appartient veillons-y. Chaque citoyen peut être éco-responsable, la société civile peut obliger l'Etat à mieux agir. PB C


Par Mamadou Diagne

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié son rapport annuel sur la pollution de l'air dans les grandes villes de la planète. 4 300 agglomérations de 108 pays sont désormais inscrites dans cette importante base de données. L'organisation s'intéresse particulièrement aux particules fines, extrêmement dangereuses pour la santé. Parmi les mauvais élèves, figurent de nombreuses villes du continent asiatique, mais aussi Dakar.


Dans un de nos articles, on faisait état que Dakar était la deuxième ville la plus polluée du monde. En réalité, Dakar a bel et bien un niveau élevé, mais est encore loin des mégalopoles les plus touchées par la pollution.


Selon le site avocommentaires, il ne s'agissait donc pas du classement de l'OMS mais plutôt d'une sélection de villes réalisée parmi les 2900 répertoriées dans le rapport dévoilé par l'OMS il y a moins d'un mois.


Dans le classement exhaustif réalisé par l'OMS, des dizaines de villes sont largement au-delà de la moyenne dakaroise.
Cependant, le niveau de la pollution relevé à Dakar alerte plus d'un.

Les recommandations de l'OMS étant de 20 μg/m3 (pour les PM10) et de 10 μg/m3 (pour les PM2,5) et les statistiques de Dakar sont de 141 pour les PM10 et de 34 pour les PM2,5.


http://teranganews.sn/2018/05/rapport-oms-dakar-pas-2eme-mais-parmi-les-villes-les-plus-polluees-au-monde/


Suite


L'OMS liste aussi les causes de ces pollutions mortelles et Dakar les regroupe quasiment toutes : concentration d'industries, des voitures anciennes, des centrales à charbon, incinération des déchets, déforestation et on peut également ajouter des phénomènes naturels comme le sable et les poussières provenant du désert.
Malick est biologiste mais ne pensait pas que la concentration de particules fines était aussi importante.


« Là, cela m'étonne vraiment. Je ne pensais pas que Dakar était aussi polluée », a-t-il dit.


Contrôleur de gestion, Hospice Samb s'inquiète, lui, de l'inertie des autorités qui laissent par exemple les gens jeter et brûler les poubelles devant son lieu de travail.
« Vous voyez la statue, là, c'est Senghor car juste en face se trouve sa maison, un musée, mais cela n'empêche pas que l'on brûle. Si on voit et qu'on ne réagit pas, cela veut dire que quelque part, on cautionne », constate-t-il.


La statue de Senghor, à Dakar, avec les déchets autour et la nappe de pollution au fond. © RFI/Guillaume Thibault


Le président Macky Sall - qui se pose en leader dans la lutte contre la pollution - avait notamment promis, l'an dernier, la tolérance zéro pour les véhicules hors d'âge très polluants, mais l'application concrète sur le terrain prend du temps.


Cette pollution aux particules fines qui touche en tout cas la capitale pourrait devenir, à terme, un frein au développement.


http://www.rfi.fr/afrique/20180514-senegal-dakar-pollution-

Diabète : bientôt une pilule d'insuline au lieu des injections ?

Diabète : bientôt une pilule d'insuline au lieu des injections ?


Des chercheurs de Harvard proposent une formulation d'insuline sous forme de traitement oral pour éviter les injections quotidiennes que subissent les diabétiques. Il a fallu résoudre deux problèmes : la sensibilité de l'insuline à l'acidité gastrique et sa mauvaise absorption intestinale.

Pour des millions de personnes souffrant de diabète de type 1, les injections quotidiennes d'insuline sont indispensables car leur organisme ne produit pas cette hormone. Administrée par une pompe ou des injections sous la peau, l'insulinothérapie vise à contrôler la glycémie des patients. Ces injections répétées ont un impact sur leur qualité de vie et interfèrent avec leurs activités. Et s'ils ne suivent pas correctement leur traitement, les patients s'exposent à de graves complications.
Plusieurs équipes cherchent des moyens pour administrer l'insuline oralement ; un essai clinique mené par Oramed Pharmaceuticals a même démarré aux États-Unis. La prise orale d'insuline pose des problèmes car la molécule n'apprécie pas l'acidité de l'estomac et est mal absorbée par l'intestin. Un article paru dans Pnas décrit un traitement oral qui pourrait révolutionner la vie des patients.

L'insuline doit passer l'acidité de l'estomac et la barrière intestinale


Les chercheurs de Harvard proposent de transporter l'insuline dans une solution ionique contenant de la choline et de l'acide géranique, le tout inclus dans une gélule résistant à l'acidité. Cette présentation se conserve deux mois à température ambiante et quatre mois au réfrigérateur. Dans l'intestin plus alcalin, l'enveloppe du médicament, formée de polymères, se dissout et libère le liquide contenant l'insuline, qui doit encore passer dans le sang.


Dans un communiqué de Harvard, Amrita Banerjee, principale auteure de cette recherche, a expliqué que « Lorsqu'une molécule protéique telle que l'insuline pénètre dans l'intestin, de nombreuses enzymes ont pour fonction de dégrader les protéines en acides aminés plus petits. » L'insuline dans sa solution ionique resterait stable. De plus, la formulation qui utilise de la choline et de l'acide géranique a déjà montré son efficacité pour passer deux barrières : le mucus intestinal et les jonctions serrées des cellules intestinales, connues pour gêner le passage de grosses molécules comme l'insuline. Ici, chez des rats, cette insuline a pu réduire leur glucose sanguin. Il reste donc à tester cette formulation chez d'autres animaux, puis lors d'éventuels essais cliniques chez l'homme.
Pour en savoir plus


uPill, la pilule à ultrasons pour éviter les piqûres
Article de Janlou Chaput paru le 30 juin 2012


Pour éviter l'inconfort des piqûres quotidiennes que sont obligés de subir certains patients, voilà peut-être la solution du futur : une pilule à ultrasons nommée uPill. Un tel système accélèrerait l'absorption du principe actif durant la digestion et sa distribution aux régions à soigner, ce qui était jusque-là le facteur limitant des cachets classiques.
Voilà une annonce qui pourrait plaire aux personnes diabétiques. Celles-ci s'injectent quotidiennement par voie intraveineuse des quantités précises d'insuline pour réguler leur glycémie et doivent supporter l'inconfort et les douleurs qu'une telle manipulation entraîne.


Depuis longtemps, les scientifiques tentent de développer de nouveaux systèmes pour fournir une meilleure qualité de vie à ces patients. Malheureusement, l'insuline, lorsqu'elle est avalée, n'est pas absorbée assez rapidement par le système digestif et ne pénètre pas les tissus dans des délais raisonnables. Le concept a donc été abandonné et les diabétiques n'ont toujours pas d'autre choix que d'utiliser des seringues.


Depuis quelques années, on a découvert l'intérêt des patchs à ultrasons qui délivrent un médicament de manière dix fois plus efficace à travers la peau. Les ondes sonores chauffent légèrement les cellules et perméabilisent davantage les membranes, permettant à la molécule active d'intégrer le cytoplasme des cellules cibles.

Pour mesurer leur glycémie, les personnes diabétiques doivent récupérer une goutte de sang au bout du doigt. Elles peuvent ainsi évaluer la quantité d'insuline à s'injecter dans la circulation. Il n'existe pour le moment pas d'autre solution que la piqûre. © Amanda Mills, CDC, DP


Les pilules remplaceront les piqûres


C'est à partir de ce même concept que des chercheurs du MIT, en collaboration avec l'entreprise ZetrOZ spécialisée dans le matériel médical, ont développé uPill, une pilule qui émet des ultrasons et facilite l'absorption digestive des médicaments. Le cachet serait recouvert de la substance active et les ultrasons se déclencheraient une fois le dispositif avalé. La pilule est conçue pour résister aux sucs digestifs acides et s'élimine par les voies naturelles.
L'une des principales nouveautés de cette découverte, c'est la miniaturisation du procédé. Les inventeurs se targuent même d'être en train de développer le plus petit système à ultrasons du monde. Ils espèrent lancer uPill d'ici 2 ans, mais viennent pour l'heure d'entamer les tests sur les animaux pour s'assurer que leur prototype ne présente aucun danger. Son innocuité devra ensuite être vérifiée chez l'Homme puis son efficacité prouvée.


Il y a encore un hic : la pilule pourrait être vendue autour de 20 à 30 dollars pièce (16 à 24 euros) mais se veut, en théorie, réutilisable. Les chercheurs eux-mêmes doutent de la popularité de leur dispositif à un tel coût, surtout pour les personnes qui en ont un besoin quotidien. Des efforts supplémentaires devront être consentis pour réduire les tarifs et faire en sorte qu'uPill remplace finalement les piqûres.


Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.
Toutes les lettres d'information Futura


• https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/medecine-diabete-bientot-pilule-insuline-lieu-injections-39707/#xtor=EPR-57-[ALERTE]-20180627

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Juillet 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Video galleries

logotwitterFacebook