Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Société

L'invention des vacances pour se reposer ou pour s'accomplir ? Partir ou rester ?

 

L'invention des vacances pour se reposer ou pour s'accomplir ? Partir ou rester ?

« Ce qu'il y a de passionnant dans l'invention des vacances, c'est la pensée, puis l'organisation d'un temps vacant, vide, sans devoir ni fonction a priori, et qui plus est, depuis 1936, un temps payé.
(...)
Ce temps nous appartient, il est à nous, à chacun de nous », écrit le sociologue Jean Viard (Le Triomphe d'une utopie, L'Aube, 2015). Pour autant, le vacancier moderne ne reste pas les bras ballants : il se déplace en nombre vers des lieux de loisirs et se livre à toutes sortes d'activités inhabituelles, telles que vivre presque nu, gravir des sommets ou sillonner la mer. Comment en est-on arrivé là ? L'alternance des saisons, l'invention du tourisme, les vertus médicinales de l'air, du soleil et de l'eau, le besoin de repos et le salariat ont au cours de l'histoire concocté la recette des vacances telles que nous en consommons presque tous. Et si les raisons d'en prendre ne doivent plus rien ni à Dieu ni aux nécessités sociales, les choix qui s'offrent à nous restent marqués par des traditions bien ancrées. Ou presque...


Vacances : pour se reposer ou pour s'accomplir ?


Jean-François Dortier


J'ai connu le sociologue Joffre Dumazedier, l'auteur du classique Vers une civilisation des loisirs, paru en 1962. Je suis allé le voir dans sa maison à Château-Rouge, en région parisienne. C'était au milieu des années 1990 ; il avait alors 80 ans et était très en forme. Il continuait à faire du footing et à jouer au basket dans sa cour.
Il m'avait confié que son prénom (Joffre) était dû à la grande popularité du général Joffre, à sa naissance (il était né en 1915 !). Une circulaire avait alors interdit de baptiser les enfants de son nom, mais le secrétaire de mairie de sa commune était passé outre.


Joffre Dumazedier était curieux de tout. Avec lui, on parlait de sociologie, de sport (il avait été champion de 100 mètres dans sa jeunesse), de l'aventure de la revue Sciences Humaines (dont il était un chaud partisan), de philosophie. Un jour, il m'a offert une encyclopédie des sciences sociales publiée en anglais (« tiens, Dortier, tu dois faire la même... »)
Son livre sur la civilisation des loisirs, bien que l'ayant rendu célèbre, lui laissait tout de même un arrière-goût amer car son succès avait été fondé sur un malentendu.
« On y a vu une évolution sociologique : l'essor du temps libre assimilé aux vacances, à la ruée vers le soleil, aux embouteillages sur l'autoroute, aux plages bondées où l'on vient se faire bronzer, aux parasols, au camping, au pastis et au jeu de boule. »


À l'époque, les loisirs étaient caricaturés et méprisés par l'intelligentsia.


Mais sa vision des loisirs était tout autre. Pour lui, les loisirs offraient une opportunité aux individus : en se libérant d'un travail, abrutissant pour beaucoup, les gens allaient pouvoir se consacrer à leur propre épanouissement : la lecture, les activités culturelles, le sport ou l'engagement militant. Il avait été, après la Seconde Guerre mondiale, un promoteur de l'éducation populaire, qu'il concevait comme une voie de promotion sociale et d'épanouissement humain.


Avec le recul, je me demande ce que penserait Joffre Dumazedier de l'évolution récente des loisirs. Car les choses ont bien changé depuis les années 1960. Les vacances ne sont plus assimilées au repos, à la canne à pêche et aux mots fléchés.


Désormais, elles sont vécues par beaucoup comme une vie parallèle. Elles se veulent plus créatives ou enrichissantes. En témoignent le nombre croissant de festivals (musique, théâtre), de salles de musées et de monuments bondés, les ventes faramineuses de romans et polars dans la période estivale (les critiques leur accordent aujourd'hui une vraie valeur littéraire), le boom des activités sportives, la banalisation des voyages à l'étranger.


Finalement, les vacances sont peut-être une des plus belles conquêtes de l'humanité. L'espoir que mettait Joffre Dumazedier dans la civilisation des loisirs est en train de se réaliser en partie. Les vacances ne sont plus simplement un moment de décrochage pour se laisser aller au farniente (« La valeur des grandes vacances, c'est la vacance des grandes valeurs », notait alors malicieusement Edgar Morin, autre pionnier de l'étude de la culture populaire). Pour beaucoup, elles sont devenues un temps non seulement pour se ressourcer, mais pour découvrir le monde, approfondir ses passions et se cultiver soi-même.


Partir près ou partir loin, mais en tout cas partir... Pas de vacances sans quitter son chez-soi.

Aussi divers soient les objectifs poursuivis et les manières de s'y prendre, les Français tiennent-ils toujours à leurs migrations saisonnières ?

Saskia Cousin, sociologue, auteure avec Bernard Réau de Sociologie du tourisme, La Découverte, coll. « Repères », 2016.


La raison de prendre des vacances est-elle toujours celle que l'on donnait encore au début du siècle dernier : se refaire une santé ?


Les vacances ont obéi à des besoins très variés. Au 16e siècle, en Angleterre, le terme vacances (vacation) désigne la période où les lords et les magistrats vont s'occuper de leurs domaines. Les congés scolaires se sont imposés au milieu du 17e siècle. Cela permettait aussi aux enfants de l'aristocratie de chasser le renard l'été. Le tourisme est autre chose, qui concernera essentiellement des oisifs jusqu'au 20e siècle. C'est au 18e siècle....

Bargny au Sénégal, le triple fardeau

Cela aurait pu être un petit paradis. Avec sa baie, ses plages de rêve et les pirogues de pêcheur, la petite ville de Bargny jouissait d’un calme et d’une douceur de vivre à seulement 30 km de Dakar. Mais ça, c’était avant. Avant que la SOCOCIM, la plus grosse cimenterie d’Afrique de l’Ouest ne s’installe, avant que l’érosion côtière ne s’amplifie, avant que le plan Sénégal émergent décide d’en faire un pôle urbain de 1 644 hectares, avec la construction de 23 ministères, un palais annexe de la République, et une centrale à charbon qui concentre aujourd’hui la mobilisation de la population. C’est un reportage d’Igor Strauss.

 

  • La Sococim, principale usine de ciment d'Afrique de l'Ouest. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • L'érosion côtière fait des ravages à Bargny. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • Une victime de l'érosion côtière. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • La plage de Bargny. Avant, il y avait des maisons au niveau des pirogues. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • Bargny plage. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • ©RFI/Igor Strauss 

  • Bargny dans la fumée de poisson. 
    ©RFI/Igor Strauss 

  • RFI

    •  

Sartre : "L'enfer, c'est les autres"par S BLANC le.point

Sartre : "L'enfer, c'est les autres"par S BLANC le.point


Ce n'est pas une guerre de tous contre tous que dépeint Sartre, mais un drame intérieur à la conscience, qui se découvre exposée au regard d'autrui. Explications.
Par Sébastien Blanc


| Le Point.fr

 

L'écrivain Jean-Paul Sartre assiste, le 27 septembre 1979 à Paris, aux obsèques de Pierre Goldman, activiste d'extrême gauche.
© AFP/ Gabriel Duval


« L'enfer, c'est les autres. » Cette phrase de Huis clos de Sartre prête à contresens. On la comprend souvent comme simple modulation de la phrase tout aussi célèbre de Hobbes : «  L'homme est un loup pour l'homme.  » Pourtant, ce n'est pas une guerre de tous contre tous que dépeint Sartre, c'est un drame intérieur à la conscience, par quoi elle se découvre exposée au regard d'autrui. Pour le saisir, il faut revenir à ce que dit Garcin, l'un des trois personnages de la pièce, à la fin de Huis clos : «  Tous ces regards qui me mangent. [...] Pas besoin de gril, l'enfer c'est les autres.  » L'enfer ne relève pas de la torture physique, mais du fait de ne jamais pouvoir s'extraire du jugement d'autrui.


Descartes nous a familiarisés avec l'idée d'une conscience solitaire, souveraine et impénétrable. Ce solipsisme, s'il existait, serait en quelque sorte un paradis. L'enfer, c'est de découvrir que nous sommes une conscience sans repli ni intériorité, privée de ses secrets. L'enfer, c'est donc moins l'isolement et l'obscurité que la transparence et la pleine lumière. Mais pour l'athée qu'est Sartre, que peut bien signifier l'enfer (comme le paradis)  ?

L'expérience de la honte nous en donne, ici-bas, un avant-goût. Imaginons, comme nous le propose L'Être et le Néant (1943), que je sois surpris à regarder par jalousie à travers le trou d'une serrure. C'est l'irruption d'autrui qui confère à mon acte sa signification.

C'est dans son regard que je réalise que je suis un mari jaloux en train d'espionner. La honte est honte de soi mais devant autrui. «  Ma chute originelle, écrit encore Sartre, c'est l'existence de l'autre.  » Non pas en raison d'une quelconque faute, mais parce qu'autrui fait de moi une chose ou un objet dans le monde.


Qui était Sartre ?


Philosophe, écrivain et dramaturge, Jean-Paul Sartre (1905-1980) s'impose dans les années 1950 comme le pape de l'existentialisme. Pour lui, l'homme n'est rien d'autre que ce qu'il fait de sa vie, comme il l'exprime dans ses essais L'Être et le Néant (1943), L'existentialisme est un humanisme (1946), mais aussi dans ses pièces de théâtre - Les Mouches (1943), Huis clos (1944), Les Mains sales (1948) - et ses romans : La Nausée (1938), Les Chemins de la liberté (1945-1949). Il s'engage ensuite dans l'action politique aux côtés du Parti communiste, puis des mouvements gauchistes à partir des années 1970

.
Élise Lépine
Le-point.fr

LA FAMILLE terreau de la société- par Pap Ndoy le Penseur libre et indépendant de St-Louis du Sénégal

 "Le monde change et l'Afrique aussi. Les mutations sociales touchent tous les gens. La famille est un substrat, une fondation secouée depuis les années 1968. Tout comme les idéologies dogmatiques elle est ébranlée et vacille. Notre ami Pap NDOY esquisse ici une pensée qui remet à sa place la valeur famille. Il faut juste noter que la famille peut être un paradis mais aussi un enfer. C'est l"'homme doué de raison, capable de penser et libre qui peut jouer un grand rôle dans la remise au grand jour de la Famille qui n'a jamais disparu mais seulement étouffée par les mutations de toutes sortes telle la statue de Glaucus dont parle Rousseau. En creusant on retrouve les liens familiaux et on pourra dire ici sans risque de se tromper que le Famille est au début et à la fin de Tout. On peut être rejeté par tout le monde il est souvent difficile que la famille rejette son propre sang : la force des liens, du sang..."Pape CISSOKO

LA FAMILLE 

Ha, la Famille!
Cette famille!
Quelle famille?
Notre famille et la vôtre!
Que du bonheur!
Mais aussi combien de malheurs et de souffrances!
Oui, combien de familles se sont éclatées!


Hé oui, écartelées, par le simple fait d'un intruis Oui, sous l'influence de qui toute une construction s'ébranle, s'affaiblit et se fragilise.
Le tout se dispersant dans les méandres de la société!
Comme si, la famille n'était pas sacrée!
Qu'elle n'était que futilité!
Comme si, elle n'était pas du Sérieux, du Solide!
Ha, cette cellule sociale primaire!
Non!!


Une famille est un grand Édifice!


Elle est le fondement initial de toute une structure sociétale!
Elle est certainement le terreau de la société!
Là où les personnalités sont forgées en premier.
L'état mental de nos familles reflète ainsi, les conditions d'existence d'un peuple et de ses gouvernants.
De l'équilibre d'une famille, dépend en effet, tout un enjeu national et international.
Sa stabilité doit alors être l'affaire de tout un chacun.
Donc, ne jouons pas avec la Vie de l'homme!


La vie n'est pas un jeu.
C'est du sérieux!
L'homme n'est point un jouet!


Figurez vous un peu, tout ce qu'une vie qui bascule, peut entraîner dans sa chute!
Hé oui, que de vies innocentes sacrifiées sous l'autel d'égoistes intérêts!
Combien de rêves ainsi brisés!
Ho, justice divine, sauvez nous de la méchanceté gratuite!
Sauvez nous de l'injustice des hommes!
Aidez nous à préserver nos ménages des déchirures pitoyables!
Ho, éloignez nous de la mesquinerie des envieux et jaloux!
Faites nous alors des injonctions, pour que chaque chose soit remise à sa place!
Faites de nous, des Êtres bienveillants!
Par ce qu'au delà de la Vie familiale dans laquelle, chacun de nous, s'active selon ses propres prédispositions, il y'a nos vies individuelles.
Comme nous ne sommes pas tous dotés, des mêmes aptitudes phisyques et mentales, chacun doit se reconnaître et reconnaître à autrui, le droit d'Exister selon la formation reçue.
Surtout, selon l'état d'esprit qui caractérise nos susceptibilités individuelles!


Nous nous devons tous, respect!


Nous avons alors, le droit et la liberté de nous mouvoir dans notre espace exclusivement privé.
Oui, nous sommes tous identifiables par une psychologie spécifique à notre singularité!
C'est ainsi que toute une une structuration physique et psychique nous différencie, les uns des autres.
Une différence manifestée par nos défauts et qualités.
C'est le pourquoi de nos:
-complémentarité et,
-désunion!


Et là, réside toute notre imperfection d'homme!
Les insuffisances des uns, étant les aptitudes des autres et vice versa!
Alors point de critiques destructrices!
Mais, plutôt de l'indulgence constructive!


De la retenue!
Soyons positifs!


Critiquons alors, pour aider autrui à être à niveau, s'il le souhaite.
Le cas échéant, évertuons nous individuellement, à être exemplaires, à tout point de vue.
Mais, l'homme étant imparfait, chacun traîne ses propres tares.
Donc, à chaque individu de faire sa propre affaire, l'effort pour se redresser.
En effet apprendre à corriger ses imperfections personnelles, nous suffirait comme combat, contre soi même!
Voilà une bataille que tout homme intelligent, honnête et sincère devrait entreprendre toute sa Vie durant.
Sans jamais pouvoir la terminer cependant!


Mais toujours, dans l'espoir de s'en sortir vainqueur, un jour!


Il nous faut donc sortir de notre routine ordinaire qui nous pousse à la culture et à l'entretien de la médiocrité!
Oui, cette petitesse de notre esprit qui nous réduit à la pauvreté de notre comportement dans la société.
Avons nous le droit de polluer l'atmosphère de nos familles jusqu'à perturber la quiétude de ses membres?
Par ce que, tout simplement, nous n'aurions pas été capables de bien dompter nos Désirs de suprématie sur l'autre!
Est ce que vraiment, faire plier quelqu'un sous notre volonté devrait être une préoccupation de la dignité humaine!
Non, apprendre à maîtriser nos propres envies devrait plutot, nous occuper.


Et ce, dans l'objectif de bien recadrer nos ambitions à leurs justes limites raisonnables.
Car, personne n'a le droit d'exiger d'autrui, ce dont, lui même est incapable de céder volontairement.
Réciproquement, l'autre également serait dans son bon droit de refuser toute tentative d'aliénation de ses propres libertés.
Évidemment, la culture du DJIHAD NAFS restera encore, tout ce qui valorise chacun de nous, dans ses relations avec l'autre!
Oui, c'est le seul combat grarifiant qui mérite d'être mené!


Toutes autres luttes n'étant que leurre!


C'est ainsi que, l'équation qui s'impose sera, comment apprendre à être Maître de Soi, pour arriver à être Maître du Jeu social ?
Oui bien sûr, s'exercer à Contrôler ses Nerfs et ses Humeurs, face à toutes agressivités:
-interne ou,-externe.
Et ce, de sorte à garder tout son calme, pour réfléchir et agir avec Raison en toutes circonstances.
Aussi, notre seule arme, sera notre intelligence!


A cet effet, il faut:
-que chacun s'occupe à être meilleur que la personne qu'il incarne, et,laisser les autres en paix!
Pour que chacun de nous, gouverne sa Vie tel qu'il le souhaite!
Et sans aucun compte à rendre à qui que ce soit!
Et ce, tant que les libertés originelles de l'autre ne sont pas empiétées!
Chacun assumera ainsi, les conséquences de ses propres actes!
Personne n'a le droit donc, de vouloir diriger la Vie d'autrui sans son consentement.
C'est ainsi qu'il est indécent de s'ingérer honteusement et délibérément dans des affaires privées de Famille.
Oui, dans lesquelles on est étranger, même, avec des liens de familiarité qui ne confèrent cependant, aucun droit à l'envahissement.
Chaque individu ou Couple d'individus jouit naturellement d'un territoire de souveraineté inviolable.
Oui, d'un périmètre inaliénable et intangible, sacralisé par la bienséance.
Nul n'a le droit de faire tout ce qu'il veut avec la Vie des autres, tout en protégeant jalousement la sienne de toute intrusion.
Et d'un blindage qui couvrira ainsi, toute immixtion apparente ou cachée!


Vivement que chacun vive librement son existence en toute indépendance et responsabilité!


Par conséquent, cessons d'exposer méchamment l'insuffisance de l'autre!
Arrêtons de mettre de pauvres gens en pâture dans les caniveaux de la société!
Toute affaire cessante, la priorité devrait être un Djihad NAFS, contre pareilles malfaisances et médisances.
Par ce qu'en fin de cycle, chacun de nous aura sa sépulture personnelle!


Chaque vie ne pouvant connaître que sa propre mort!
Chacun de nous mourra donc, un jour, de sa belle mort!


Nous serons tous ensevelis dans nos tombes, et disparaîtrons définitivement, de toutes activités terrestres.
Mais nous devrons rendre compte de tous nos faits et gestes, devant notre Créateur!
Alors nous avons juste, le temps de nous repentir de nos mauvaises actions.
Ainsi, par la grâce de Dieu, notre ÂME sera peut être sauvée des pires châtiments, de ce bas monde d'abord!
Par ce que sous terre, personne ne pourra plus jamais, faire valoir sa stupidité, sa vanité, son orgueil ou sa fierté!
En plus que le temps des repentirs sera définitivement clos, pour faire place à l'heure de l'ultime vérité.
Ce moment où le bilan de nos bonnes et mauvaises actions nous est présenté, sans possibilité de contestations!
Hé oui, chaque Individu, en son for intérieur, s'est toujours retrouvé seul, face à sa propre conscience et à ses actions personnelles.
Il est donc vrai qu'avant notre mort, nous sommes tous, quotidiennement en tribunal avec notre propre moralité.
Aussi, après cette mort, notre bon Dieu jugera, sans émotion ni sentiment, toutes nos actions.
Ne serait il pas alors, beaucoup plus intelligent, de toujours Douter de l'opportunité de nos intentions et actions!
Par ce qu'en définitive, nous répondrons de TOUS nos Actes devant notre Créateur.


CELUI-LÀ qui, infailliblement, rendra Justice!


Oui, d'une Équité Divine sans pareille ni équivoque et sans laquelle, la Vie sociale serait insensée et injuste!
Mais de quels Actes?


Certainement de Tous ceux que nous commettons:
-envers notre propre personne par rapport à nos droits et devoirs,
-dans nos relations avec autrui en tant qu'individu libre, indépendant et responsable de sa vie, et,
-à l'endroit d'Allah par rapport à ses prescriptions religieuses.
Aussi, afin de pouvoir nous comporter avec rigueur et décence, nous devons nous fabriquer des Repères basés sur le respect dû à la sacralité humaine.
Et c'est de cette manière, que nous pourrons délimiter nos libertés individuelles, originelles.


Mais de quelle nature, devraient être nos droits et devoirs réciproques, dans nos relations individuelles?


Comment devrions nous les exercer?


A ce sujet, nous retiendrons simplelent l'autocensure, devant notre obligation:
-de faire ou de ne pas faire telle ou telle autre chose,
-de dire ou de ne pas dire certaines opinions personnelles sur autrui ou sur soi-même.
Quelles seraient aussi, les limites de nos Actions?
Dans tous les cas, nul ne devrait avoir le droit de violenter, moralement ou physiquement, son prochain pour quelques raisons que ce soit!
Mais enfin, quels sont ces liens de subordination qui nous lient au reste de la communauté?
Étant entendu, qu'avant tout, nous nous devons réciproquement RESPECT, même si nos mentalités restent divergentes sur l'essentiel!
Aussi, nous dirons que les premiers liens de l'homme, se trouvent dans LA FAMILLE.


Mais, c'est quoi cette Famille?


A notre avis, elle prend naissance originellement, depuis le consentement mutuel des époux à vouloir vivre en couple.
C'est bien après, qu'un mariage est célèbré pour l'octroi de la qualité de MARIÉ.
Et voila, ce qui nous donne le droit social de vivre ensemble, mais aussi, de faire des enfants reconnus légitimes par la communauté.
C'est ainsi que la Famille qui vient d'être fondée, s'élargit avec la naissance d'enfants.
Au demeurant, une nouvelle Famille, très différente de celle bâtie par Papa!
Papa qui, à son tour, lègue à ses enfants une paternité symbolisée par son NOM de Famille!
Et notre bon Dieu, de confier la Responsabilité de nourrir, d'entretenir, sécuriser, instruire et éduquer tous les membres de cette Famille, à Papa et Maman.
Avec une charge plus accrue cependant, attribuée à Papa qui a le devoir moral de tout gérer .
Il a ainsi, l'obligation de faciliter la construction de la Famille.


Il devra tout faire, pour favoriser l'instauration d'un climat de cohésion renforcée par une bonne entente Familiale.
Et sa principale tâche, sera de forger une descendance pétrie dans les bonnes vertus de la civilité.
Oui, l'édification d'hommes de valeur, serviables, courageux, honnêtes, responsables et travailleurs!
Il leur doit donc, un foyer sécurisé, paisible et harmonieux, pour y faire éclore le meilleur d'eux.


Mais, comme nos ménages nous sont confiés par Allah, notre souci majeur sera de les rendre à la société, en parfait état d'adaptabilité sociale.
C'est ainsi, que pendant leur cycle de formation en hommes intégres, respectueux et respectables, ils s'insèrent progressivement dans le tissu social.
Et c'est leur aptitude à l'insertion dans la communauté qui fera figure de restitution parentale.
Alors là seulement, nous pourrons nous sentir fiers ou non, d'avoir réussi notre mission de !
Ce sera donc, le moment d'évaluer nos qualités en tant que .


C'est ainsi que, la réussite d'une bonne éducation implique une haute conscience morale pour tout ce qui touche la FAMILLE.
Oui bien sûr, les Grands Parents méritent aussi tous le respect et la considération redevables aux Grandes Personnes!
C'est pourquoi, il est tout à fait, naturel et normal, qu'à la vieillesse de leurs Parents, ces enfants devenus grands s'occupent de ces derniers.
Ces enfants bien éduqués, se reconnaitront donc, le devoir d'accompagner moralement et matériellement leurs vieux ascendants jusqu'à leur fin de vie.
Aussi, si ces enfants le veulent, ils peuvent venir en AIDE, à leurs frères et soeurs, tantes et oncles, dans le besoin.
Mais toutefois, d'une marque d'attentions qui ne devra souffrir d'aucune influence négative sur cette famille bienfaitrice et reconnaissante!


Donc, d'un côté nous avons une:
-obligation totale envers la Famille que nous avons librement instituée,
-obligation morale et matérielle vis à vis de nos vieux Papa et maman,
-simple convenance morale pour tout le reste.
Voilà que l'ordre des choses est si bien défini et établi, et de surcroît, avec l'approbation divine!


Toutefois, nous constatons que, des ménages sont perturbés ou brisés par ce que malheureusement, Papa, Maman et tout le reste, y réclament des droits indus.
Alors qu'ils devraient tous, se retrouver à l'extérieur de nos Familles!
Ils sont en leur intérieur pour déranger l'ordre choisi et acquis.
Qu'ont ils à faire dans cette intimité si sacrée!
Oui, un univers si restreint, qu'ils ne pouvaient être invités a assister au processus allant de la conception a l'enfantement.
Hé bien alors, qu'ont ils en commun avec de tels enfants pour s'arroger certains droits dans nos foyers!
Oui bien sur, au nom de la parenté, ils émettent des jugements et agissent avec le prétexte
d'accompagnement dans la Vie de société.


Mais d'une présence qui ne devrait point encombrer ou gêner la démarche adoptée par les procréateurs pour gérer leurs affaires familiales.
Hé oui, chaque couple à ses particularités en raison desquelles, des stratégies de management sont librement définies comme règle de conduite.
Aussi, la souverainete de chaque individu à décider Seul, des choix qui n'engagent que ses responsabilités, devrait être respectée par tout le monde.
En effet, nous vivons dans un monde où les libertés individuelles de pensées et d'actions sont confisquées par une élite sociale traditionaliste.


Nous disons que l'homme est né Libre.


Il a donc, surtout le devoir de s'affranchir de toutes les contraintes psychosociales qui le privent de son droit à décider pour et par lui même.
Oui nous avons tous l'obligation de prendre des décisions qui privilégient d'abord, notre bien être et celui de notre Famille!
Notre vie nous appartient et nous devrons décider Seuls, de tout ce qui est bon ou mauvais pour nous!
Et pour cela, nous définirons et mettrons en pratique, souverainement, nos propres options d'existence.


Mais en retour, avec le parallélisme des formes nous assumerons Seuls, Toutes les conséquences de nos choix.
Nous pensons que, laisser chaque homme responsable et sain d'esprit, jouir de son Libre ARBITRE, devrait permettre de vivre ensemble dans la Paix et la cordialité.
Mais, l'harmonie familiale finit toujours par se désintégrer quand, l'équilibre et la tranquillité du Chef de Famille, se trouvent affaiblis.
Alors, l'attitude du SAGE VIEIL HOMME devrait suffire, comme force, pour stabiliser toute communauté, à travers la Famille!
Donc, il est bien sûr, que le déséquilibre de cette cellule de base, entraine le disfonctionnement du système social dont il est un élément.
Pourtant, il convient de noter que, les agitations qui causent les malaises de nos ménages, ne tiennent pas toutes, de l'intrusion extérieure.
Il y'a bien entendu, les troubles conjugaux provoqués à l'interne par une mauvaise gestion des conflits inévitables d'ordre matériel et sentimental.
Nous ne jouissons pas tous, des mêmes aptitudes de compréhension, d'encaissement et de dépassement face aux solutions à nos questions de survie.
Ce sont en effet, deux individualités avec des personnalités déjà bien formées, qui fondent un couple.


Le seul point qui les unit, étant:
-d'abord, la commune volonté de vivre leur amour, et ensuite entretenir, développer et conduire la pluralité constituant la FAMILLE vers son épanouissement, et
-enfin, ne se séparer qu'après la Mort, malgré toutes les difficultés qui empêchent d'atteindre ces objectifs.
Voilà le défi primordial que tout homme devrait, courageusement, s'évertuer à relever, afin d'inciter la postérité à adopter ces Valeurs cardinales d'un bon humaniste.
Nous ne devons plus laisser prospérer des sentiments d'hypocrisie et de lâcheté dans nos Familles.
La Famille est sacrée, elle ne doit alors, se nourrir que d'idées nobles qui fertilisent toutes les cultures que nous y faisons!
C'est pourquoi, la Raison commande aux époux de s'accommoder mutuellement de leurs qualités et défauts respectifs, pour servir à entretenir la longévité du ménage.
Car, le couple qui est bien un lieu des contraires et des contradictions, n'en est pas moins un endroit de bienveillance.
Aussi, il ne saurait point, être un espace de contrainte où des époux s'imposent des volontés!
Il devrait être le siège des compromissions, de la compréhension et de la tolérance par excellence!
Par ce que là, deux personnes adultes issues de milieux éducatifs différents, se côtoient.


Ils se retrouvent et se découvrent progessivement au fil du temps.


Et puis, ils décident librement, de vivre ensemble toute leur différence individuelle.
Ainsi, chacun d'eux, devra se voir obliger, de se faire violence pour laisser de la place à l'autre.
Et voilà tout le charme de la Vie matrimoniale, qui exige des efforts sur soi, pour ne mettre en oeuvre que cela qui unit et raffermit le couple.
Ceux-là qui auront réussi une telle prouesse, auront sauvé leur couple de la fatale, désillusion et désunion.
Cette malheureuse rupture qui éclate et réduit nos familles en lambeaux!
En de véritables détritus de lamentations, surtout à ce moment là, où les divorcés restituent à la société, les vérités subjectives sur leur séparation.
Souvent, ceux là ne savent même pas si, ce sont les pressions de l'intrusion sociale, où leur inadaptabilité qui ont détruit leurs foyers.
Et c'est bien , plutard, dans le calme et la sérénité de nos consciences, que nous nous rendons compte, que c'est bien notre vie qui a été démolie.
Oui, une vie qu'il nous faudra ensuite, reconstruire brique après brique, avec de nouvelles fondations.
Et ce, dans un temps qui aurait pu servir à autres choses!


Hélas, le Temps n'attend personne!


En plus que chaque instant vécu, est décompté de notre Temps de Vie.
Le temps nous est effectivement compté!
Par conséquent, devons nous vraiment, avoir du Temps à perdre, à reprendre la même construction, avec les mêmes gestes et peines!
Pour ainsi, nous permettre de passer l'essentiel de notre temps de Vie, à répéter les mêmes choses!
Bien sûr que non!


Hé bien alors, un devour de résistance s'impose pour nous mettre à l'abri de tout péril!
Toutefois, sachons que nous ne sommes point le centre du monde!
Pour que les gens, conjoints compris, soient obligés de s'employer à satisfaire nos moindres désirs!
Nous avons donc, le devoir de supporter les insuffisances des autres, comme ceux-là le font pour les nôtres!
Nous avons tous, nos tares personnelles!


Ainsi, Papa et Maman ont l'obligation morale de se tolérer réciproquement.
Et c'est de cette tolérance, que naît l'harmonie familiale qui fait éclore la Paix dans nos coeurs et esprits.
Rêve ne peut être plus honorifique pour une communauté, que celui-là qui mène à cet espoir d'édification de cette Famille exemplaire, unie, progressiste et humaniste!
Nous avons donc échoué, quand nous ne saurons plus:
-résister à la pression extérieure ou,combler nos défaillances intérieures.
Et de pareilles insuffisances empêchent de bien nous conduire, guidés par le bon Sens.
Elles étouffent toutes facultés à déployer un fort mental de dépassement, pour faire face à nos épreuves de survie.
C'est pourquoi, nous devrions, avec humilité, respect et responsabilité, durement éprouver nos enfants dans les règles de l'art d'éduquer.
Nous devons alors, leur inculquer les principes de base pour un comportement citoyen exemplaire.
Nous devrons ainsi, les préparer à affronter les problèmes de la Vie en société.


Car, ce sont bien les enfants d'aujourd'hui qui seront les adultes, acteurs sociaux de demain.
En revanche, les époux qui sont de grandes personnes, s'occuperont d'eux mêmes.
Ils feront les efforts individuels pour rendre leur inadaptabilité plus vivable et supportable par leur environnement immédiat.
Car un homme responsable devrait s'exercer à être flexible dans ses choix.
Mais il ne saura point, être maniable comme un jeune enfant!


A cet effet, il a besoin de développer une stratégie sécurisante, qui permet de s'adapter à l'évolution changeante du monde.
Oui, chaque événement du théâtre social se déroule dans un contexte particulier.
Dans une atmosphère unique où plusieurs intérêts individuels s'opposent ou s'affrontent violemment.
C'est ainsi que, la Vie tellement dynamique dans son déroulement, nous plonge dans des incertitudes.
Cela devrait donc, nous obliger à toujours douter de l'opportunité et de la sincérité de nos intentions et actions, et aussi de celles des autres.
Car, à travers tous les actes que nous posons, nous ne devrions rechercher que le meilleur pour nous mêmes et pour notre communauté.
Et voilà donc une attitude qui va sûrement améliorer la condition humaine par une bonne cohabitation entre personnes civilisées.
Hé oui, les époux sont les mêmes grandes personnes qui sont:


-nos parents et grands parents,
-nous mêmes acteurs sociaux, parents ou non,
-nos élites intellectuelles,
-nos leaders politiques et religieux,
-nos gouvernants, et enfin,
-tous les gouvernés.


Ces grandes personnes qui dirigent la destinée de nos sociétés devraient être d'un niveau spirituel qui pondére, stabilise.
Elles doivent avoir un comportement moral exemplaire, à l'adresse des jeunes générations, qu'elles rassurent en tant que, meilleurs modèles possibles.
C'est pourquoi, il est difficile de comprendre les obscurs intérêts que certaines personnes étrangères à nos couples semblent y poursuivre, sans y être invités!
C'est même choquant de vouloir justifier pareilles ingérences.


Il est aussi malsain de manquer de retenue, dans les affaires de Familles qui sont très sensibles.
Elles doivent donc être traitées, dans la plus grande discrétion!


Mais de quels intérêts s'agirait il?


Certainement pas de ceux du couple, mais sûrement de ceux d'égoïstes individualités familiales!
Il serait ainsi, inacceptable et blessant de perturber la Vie de paisibles innocents.
Par ce qu'alors, c'est tout l'appareil social qui se trouverait déranger, avec des répercutions incontrôlables
Cest pourquoi, la perspective des cassures familiales devient terrifiante quand elles peuvent faire basculer dangereusement, la Vie de pauvres insouciants.
Oui, dans des ténèbres insoupçonnées!


Sachons alors, raison gardée, dans la gestion de nos Désirs!


Mais quel système malveillant, que celui là, qui place la Vie de nos familles (couples et enfants), entre l'enclume de la société et le marteau d'un empêcheur de vivre LIBRE.
Quelle cruauté que de vouloir étouffer la légitime aspiration de quelqu'un qui a le droit de jouir en toute liberté de son émancipation.
Oui nous avons tous, le droit de profiter, des statuts positifs qui nous sont naturellement acquis!
Personne alors, ne devrait avoir le droit de nous priver de cet attribut fondamental.


Cependant, combien sommes nous à être victimes de ce genre d'intrusion?


Hé oui, combien de nos familles succombent à d'aussi fortes pressions matérielles, morales et sociales!
En effet, l'équation à résoudre, c'est bien l'Homme face à ses multiples aspirations et défis de survie.
Oui, Il est bien sûr que, très souvent, de manière consciente ou inconsciente, nous réfléchissons très mal à la résolution de nos problèmes affectifs!
Aussi, il nous arrive de nous perdre dans la hiérarchisation de nos ordres de priorité.
Et cela nous conduit à :
-dire ou faire ce qu'il ne faut pas, ou, porter des jugements de valeur erronnés ou inopportuns.
Par conséquent, c'est la complexité de nos sentiments réciproques, qui complique nos prises de décisions.
Oui, des sensations que nous nourrissons:
-les uns envers les autres et envers soi même!


En vérité, ce sont nos liens affectifs qui sont la source de nos limites en tant qu'Être Social!
Effectivement, la liberté de chacun s'arrête là où commence celle des autres!
Mais il reste évident que, nos difficultés tiennent de notre ignorance des limites de nos propres droits et devoirs envers:
-la famille que l'on a soi même fondé,
-celle que nos parents ont eux mêmes fondé, et,
-celles de tout le reste.
De telle sorte que, des relations d'intérêts conflictuels y prennent naissance.
Par la suite, de nombreuses confusions s'installent.
Enfin, beaucoup de désordres s'entassent, à la faveur d'obscures intentions.
Et voilà que, la prise en charge correcte de nos responsabilités psychosociales, se révèle problématique.


Il nous faudrait alors, beaucoup d'audace pour:
-nous imposer et, faire reconnaître à tout le monde, le Devoir de chacun, de protéger sa propre famille.
Également, le Droit de chaque famille, d'être sous la couverture et la protection de ses Fondateurs!
Dans tous les cas, il nous reviendra d'apprendre à développer un Esprit d'alerte pour faire face à l'hypocrisie dans laquelle nos familles sont moulées et empêtrées.
Oui, de la tromperie entrtenue par la confusion des rôles tenus par d'égoïstes acteurs qui y sont mis en scène!
Il nous faudra donc, faire preuve d'acrobatie pour éviter les nombreux pièges qui empêchent d'avancer dans le bon sens.
A cet effet, toutes nos actions devront être équilibrées comme au grand théâtre où tout est réglé, du début à la fin des scènes.
Hé oui, il s'agit bien d'un jeu théâtral que déroule la réalité de nos Vies!


Aussi, à un certain niveau de responsabilité, l'improvisation ne devrait plus être permise!
Surtout quand il s'agit de façonner l'Existence d'Acteurs sociaux intégres, respectueux et respectables de la tant privée que publique!
C'est pourquoi, il nous semble très élégant et courtois, qu'une personne bien éduquée, s'interdise de s'immiscer dans les affaires d'autrui.
Même si, par ailleurs, elle ne peut toujours s'abstenir d'y intervenir, comme conseillère!
Hélas, elle devra alors, se comporter avec beaucoup de retenue et de circonspection!
En effet, des susceptibilités liées à la condition humaine dans ses manifestations sociales, font que l'homme est en mutation permanente.
Nous n'avons donc, pas toujours à faire, avec la même personne, d'un instant à l'autre.
Abstenons nous alors des actes et jugements non pertinents, dégradants et désagréables qui fragilisent et affligent notre ÉGO!
Nous avons tous, notre point faible, cette petite fierté d'homme, qu'il faudrait éviter de réveiller.
Par ce que là-bas, somnole le côté névralgique de toute notre animosité!


Pour cela, nous ferons l'effort de neutraliser cette extravagance qui nous pousse à tenter d'imposer notre volonté à autrui.
Car, au titre de notre propre souveraineté, personne ne devrait en principe, accepter un tel accaparement!
Chacun doit rester à sa place, chaque chose à l'endroit, pour que le monde se porte bien!
Par ce qu'au final, chacun de nous perdra Seul, la Vie qu'il aura vécu Seul!
Nous devons avoir donc, l'humilité et l'honnête de nous occuper de nos affaires personnelles.
Ou, c'est l'autre qui nous obligera à bien nous comporter!


Sachons alors que la Vie n'est pas un jeu pour cesser de nous accabler moralement dans nos choix de vie!
Pour autant que ces choix nous engagent individuellement, devant notre bon Dieu qui reste le SEUL JUGE DE NOS ACTIONS!


Laissons lui alors ce privilège!
Acceptons de Mourrir Pour la famille!
Mais Refusons de Mourrir Par elle!


Oublions notre petite personne, pour bâtir et privilégier l'émergence de la grande !
Oui, oublions nous pour élever cette à la hauteur de la noblesse des sacrifices à opérer dans l'endurance et la persévérance.
Et de la tradition alors! Nous n'en prendrons sûrement que, ce qui embellit, mais aussi, qui restitue à notre toute sa Dignité, son Honorabilité et son Originalité!
Du Bonheur! N'en attendons rien de cette ou des autres!
Pour du bonheur à provenir de ceux-la, Dieu fasse que tout nous en surprenne!
Il nous sera donc, plus sécurisant, d'apprendre à développer notre propre bonheur à partir de notre belle humeur!
Car notre mission de Construire une belle Famille, ne peut avoir comme aboutissement notre BONHEUR PERSONNEL, qui ne concerne que notre petite personne!
De toutes façons, nous sommes toujours CONTENTS ou HEUREUX soient:


-Pour quelqu'un,
-Par quelqu'un ou,
-Pour et Par Soi même!


En définitive, c'est bien la JUSTE VALORISATION de notre MOI, face aux autres MOI individuels ou groupés, qui est la solution à nos problèmes de survie sociale!

Saint Louis du Sénégal le 12/06/2018
Pap Ndoy

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook