Société

Facebook tente de rassurer avant l'audition de son PDG devant le Congrès

Juste avant son audition devant les parlementaires américains, mardi, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, annonce de nouvelles mesures pour protéger les données privées. Sous pression politique, lancé dans une intense contre-offensive médiatique pour déminer le scandale d'appropriation des données privées de 87 millions d'abonnés, Zuckerberg a choisi cette fois sa page personnelle suivie par plus de 100 million de personnes, pour faire ces annonces ce vendredi.

En pleine tourmente, Facebook a promis ce vendredi de nouvelles mesures pour lutter contre la manipulation politique, alors que se profile l'audition de son patron Mark Zuckerberg par des parlementaires américains très remontés contre le réseau social.

Désormais toute publicité politique sur Facebook devra être identifiée après vérification de l'identité et de la localisation de son auteur. Le nom de celui qui finance un message électoral se devra aussi d'être signalé aux utilisateurs du réseau social.

Zuckerberg espère ainsi anticiper les questions, mardi ,des parlementaires américains qui souhaitent savoir comment le milliardaire de 33 ans compte éviter que sa plateforme soit à nouveau manipulée à des fins politiques.

Selon l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, durant la campagne de 2016 aux Etats Unis, la Russie a en effet acheté des milliers de publicités favorables à Donald Trump en se faisant passer pour des Américains. Une propagande à laquelle plus de 120 millions d'utilisateurs ont été exposés.

Autre mesure destinée à limiter l'influence des faux comptes, les administrateurs de pages très suivies ne pourront plus rester anonymes et devront aussi être authentifiés. Ces mesures « n'empêcheront pas tous ceux qui souhaitent manipuler le système, écrit Mark Zuckerberg, mais elles rendront la tâche plus difficile à ceux qui souhaitent faire comme les Russes en 2016 en utilisant des faux comptes et des publicités ».

RFI

Condamnation de K. Sall: l'ex-député Barthélémy Dias en garde à vue pour injures

Arrêté vendredi soir, l'ex-député d'opposition sénégalais Barthélémy Dias, proche du maire de Dakar, est toujours en garde à vue. Il est reproché à l'homme politique, très mobilisé depuis l'incarcération de Khalifa Sall il y a un an, d'avoir tenu des propos injurieux à l'encontre de la justice sénégalaise suite à la condamnation du maire de la capitale à cinq ans de prison.

L'ex-député d'opposition Barthélémy Dias est en garde à vue pour outrage à magistrat et injures publiques. Des propos tenus lors d'interviews, dans la foulée de la condamnation du maire de Dakar, très vite dénoncés par l'Union des magistrats du Sénégal. Ces injures lui ont valu une arrestation à la sortie des locaux d'un organe de presse sénégalais.

Barthélémy Dias est un proche du maire de la capitale sénégalaise, condamné vendredi 30 mars à cinq ans de prison ferme. Celui que la presse surnomme le « lieutenant » de Khalifa Sall considère que la justice a été instrumentalisée dans l'affaire de la caisse d'avance de la mairie de Dakar. Comme Khalifa Sall, l'homme politique s'est vu exclure de sa formation, le parti socialiste, dont il critiquait l'alliance avec la majorité.

Fils de l'ancien ministre Jean-Paul Dias, Barthélémy Dias est un habitué des polémiques et des tribunaux. En février 2017, dans un contexte de fortes tensions au sein du parti socialiste, il avait été condamné à deux ans de prison dont six mois fermes, pour coups mortels et détention d'armes sans autorisation administrative, à l'issue d'un procès lui aussi qualifié de politique par le camp du maire de Dakar.

■ Condamnation de Khalifa Sall: la Ligue des droits de l'homme

Au Sénégal, la condamnation, vendredi du maire de Dakar Khalifa Sall à cinq ans de prison pour escroquerie portant sur des fonds publics et faux en écriture, crée des remoux et sucite de nombreuses critiques, au sein de la classe politique, mais aussi des organisations de défense des droits de l'homme. Cette décision, qui élimine Khalifa Sall de la course à la présidentielle sénégalaise de février 2019, est considérée comme un verdict politique.

Maître Assane Ndiome Ndiaye est président de la Ligue sénégalaie des droits humains (LSDH). Il se dit dubitatif et critique ce qu'il considère comme un emprisonnement systématique de tout opposant au chef de l'Etat.

On admet qu'il ne s'est pas enrichi personnellement [...] On ne peut pas continuellement emprisonner des opposants. Je pense que ce n'est pas bon pour l'image du Sénégal, ce n'est pas bon pour la démocratie en général

Mercredi dernier, le juge Ibrahima Dème avait décidé de quitter la magistrature. Une démission expliquée dans une longue lettre dans laquelle l’ex-magistrat fustigeait sa corporation et les « manquement du président de la République à son obligation de garantir l’indépendance de l’institution ».

RFI

parents efficaces et responsables du numérique au domicile. Journée de la femme 2018 Paris 18ème, l'association Haleye a mis le paquet encore.  Anna Mbengue et partenaires

 

Journée de la femme 2018 Paris 18ème, l'association Haleye a mis le paquet encore. Les parents responsables du numérique au domicile.  Anna Mbengue et partenaires


Voici une des rares associations en ile de France qui initie les mamans à l'informatique je dirai plus aux univers des NTICS.


Un parent ne doit pas dans ce monde moderne être en retrait par rapport à son temps, les choses vont vite et la dématérialisation est là , les informations passent par les NTICS, les bulletins scolaires, les carnets de correspondance, la Caf etc.


La coordinatrice Anna MBENGUE refuse que les mamans soient ignorantes dans le numérique, avec des partenariats , des mutualisations elle arrive à regrouper des femmes, des mères de familles qui malgré les difficultés de la vie se déplacent pour apprendre.


Pour cette journée de la femme 2018 organisée en partenariat avec la CAF de Paris 18, qui a associé une chorale composée d'une diversité des origines se pour donner une autre dimension à la rencontre.
Chorale, chants, causerie sur le numérique, quelques pas de danses pour égayer et montrer qu'après tout il faut profiter de la vie et rire, sourire et partager.


Anna Mbengue devenue conférencière et sachant utilisant un langage adapté au public, balaye beaucoup d'aspect du numérique, elle dit Non à la précarité numérique. Quel que soit le niveau on peut apprendre quand on est motivé.


Accompagner ses enfants c'est se mettre en phase avec ce qu'ils apprennent ou savent. Anna a un concept fort qui fera flores dans l'environnement virtuel Français, les institutions devront compter sur elle ;elle qui a réussi à regrouper un ensemble de mamans qui étaient plus ou moins en marge de l'Espace public, alors qu'elles peuvent jouer un rôle essentiel dans l'éducation et l'auto gestion.


Un tour d'horizon via un power point pour visualiser et mieux expliquer les contenus. Le visuel est une bonne chose quand on a un certain public.


Anna veut faire de ces parents des parents Responsables du numérique au domicile.


Les NTICS sont bonnes si on sait les gérer. Elle donne les bases à connaître notamment le contrôle parental essentiel pour préserver les yeux de nos enfants.


L'influence du numérique dans l'évolution de l'éducation ;

Exploitation de la capacité d'attention ;

Encadrer l'univers numérique de nos enfants.


L'influence du numérique dans l'évolution de l'éducation il faut être vigilant et définir un cadre pour éviter toute surprise.


Il faut éviter de laisser les Enfants seuls en ligne.

Certaines images sont violentes et envahissent les écrans de nos enfants qui sont subitement surpris par ces intrus.
Il est obligatoire de définir un contrôle parental, il y en a qui sont gratuits et nos abonnements internets nous en donnent d'ailleurs.


Rappelons que cette association Halaye a pour Mission de mettre en place diverses activités tout au long de l'année :


Ateliers d'initiation au numérique ; Permanences : demandes dématérialisées ; Débats, rencontres, conférences et une grande sortie dans le froid à la Tour Eiffeil ( Grand succès- sortie exploratoire)
– Les bases d'une culture numérique (loisirs) : Grossièretés de langage ; Discrimination ; Drogues, Peur ; Jeu de hasard; Sexe ; Violence
;Jeu en ligne.


Elle constate qu'il n'y Aucune protection des sites dans 62% des cas. Par exemple :


-Nos données personnelles
 Thibault joue en ligne crée un compte
 Bambi installe une application géolocalisation avec compte FB
 Farida « Like » la page de son acteur préféré , reçoit de la pub personnalisée
 Fatoumata consulte les résultats de son équipe PSG
 Anna veut vraiment responsabiliser les parents via la connaissance du numérique, on ne doit pas les critiquer si on ne leur donne pas les moyens.
 Un parent doit montrer l'exemple.
 Combien d'écrans maman et ou papa utilisent à la maison ?
 Etes-ce vous êtes capable d'éteindre votre téléphone toute une journée ?


L'influence du numérique dans l'évolution de d'éducation.


 Les parents en une décennie ont subi un dérèglement de modèle d'éducation :
 Maman est fascinée par cette technologie intuitive complémentaire.
Elle a des « j'aime » pour une photos de voyage ; une fête partagée avec ses proches
Le numérique peut nous envahir....et nous devenons des victimes, des proies faciles
VULNERABILITE HUMAINE :
 79 % d'américains utilisent leur smartphone 15 mn après le réveil...
 Le premier président de Facebook, Sean Parker, critique Facebook, l'accusant d'exploiter la "vulnérabilité" humaine.
 30 mn de méditation 20 mn de sport pour la concentration
 « nous limitons la quantité de technologie dans les mains de nos enfants »

– Encadrer l'univers numérique de nos enfants ce n'est pas interdire, c'est définir avec eux des choix, des moments pour utiliser ces outils.


A quel âge je puis-confier un smartphone potentiellement addictif à mon enfant ?

C'est délicat et chaque famille peut déterminer un âge en fonction de la personnalité de chaque enfant et de ses besoins.


Les dangers des réseaux sociaux
 Une augmentation des thèmes comme les arnaques, la pornographie, la mutilation, les rencontre entre adolescents de -14 ans,les suicides en direct, les violences, ;;;;
 Instragram Snapchat : détournés des jeunes enfants (le roi des rats)
 You tube : publicité mensongère, retouche photo
Mamans Parents garants de la ParenTIQUE
 S'appliquer les règles que l'on demande aux enfants.
 Faire avec son enfant, instaurer la communication autour du numérique dès le plus jeune âge
 Comprendre le fonctionnement de quelques applications et pouvoir orienter ses enfants.
Dans une ambiance bon enfant mais envahi par une volonté de transmettre des connaissances dans le domaine du numérique, Anna MBENGUE et ses bénévoles s'activent et c'est l'occasion de remercier les partenaires toujours à l'écoute pour l'accompagner dans ses œuvres citoyennes et éducatives.


Que la CAF de Paris 18, EPICEAS,Paris-inclusion,Haleye.com et le Centre Social Belliard soient ici remericés pour l'accompagnement partenarial soutenu et efficace.


Le programme est toujours chargé.


Ps : L'ENTRAIDE PAR L'ÉCHANGE


Les femmes se retrouvent le premier dimanche du mois afin d'échanger sur les difficultés qu'elles rencontrent mais aussi sur les solutions qu'elles ont trouvées pour faire face à ces difficultés.

Sous  la vigilance de Mama BAMBA MASSERI,  Pape Cissoko et d'autres,l'association haleye continue son chemin sous la coordination éclairée de Anna Mbengue ingénieure en sécurité informatique et autres.Une association qui pose ses marques et travaille dans l'efficacité : rompre avec la précarité numérique comme levier de réussite. 


Tel : 06 95 29 51 26 Site : halaye.com Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le numérique à la porté de tous

« Il est interdit d'interdire » : une erreur de Mai 68 ROGER-POL DROIT–les echos

« Il est interdit d'interdire » : une erreur de Mai 68 ROGER-POL DROIT–les echos

Fabien Clairefond pour Les Echos


La célébration des 50 ans de Mai 68 s'annonce bruyante et convenue. Il est néanmoins bon de revenir sur l'une de ses formules emblématiques, révélatrice de l'ambiguïté du mouvement.

"il est interdit d'interdire"

Phrase emblématique de l'esprit de 1968, scandée ou écrite sur les murs.

Locution-phrase, lancée par l'humoriste Jean Yanne et reprise par un inconnu. Elle fut écrite sur les murs de la Sorbonne, lors des événements de mai 1968. C'est un procédé autoréférentiel très employé depuis.

Des livres, bien sûr, mais aussi des dossiers, des numéros spéciaux, des débats télévisés, des commémorations de toute nature... les 50 ans de Mai 1968 vont donner lieu à une effervescence déjà partout programmée. Aucune vraie nouveauté attendue : tout et son contraire a déjà été dit et redit, depuis un demi-siècle, sur cette révolution imaginaire.


Son bilan est loin d'être nul, certes, mais il est pour le moins contrasté. Illusions, archaïsmes et fantasmes ont coexisté dans cette pseudo-vraie fête, avec des enthousiasmes réels et de singulières nouveautés.

Les témoins survivants se chamaillent encore, interminablement, style « anciens combattants ». Quant aux historiens, sociologues et analystes de toute obédience, ils poursuivent, eux aussi, leurs bilans divergents. Je ne rêve pas de mettre un terme à ces querelles sans fin, qui intéressent de moins en moins.
Je souhaite simplement rappeler un symptôme de l'ambiguïté de Mai 1968, une de ses formules emblématiques : « Il est interdit d'interdire ». Longtemps, ce fut une des phrases marquantes de ce moment, avec notamment « Sous les pavés, la plage » ou « Soyez réalistes, demandez l'impossible ».


' Interdit d'interdire' fut, à l'origine, une boutade de l'humoriste Jean Yanne.


« Interdit d'interdire » fut, à l'origine, une boutade de l'humoriste Jean Yanne. Très vite, cette maxime s'est vue élevée au rang de règle unique - abolissant, par définition, toutes les autres. Au premier abord, ce fut jugé fort sympathique, libératoire, euphorisant. Et pourtant, si on réfléchit deux secondes, c'est tout à fait inhumain, et, si l'on ose dire, carrément indéfendable. Voici pourquoi.


Au premier abord, la formule est séduisante. Pour la simple raison que les interdictions ne sont jamais attirantes ni agréables. Dès lors, proclamer qu'il est interdit d'interdire sonne comme une déclaration de liberté totale :

où ce qui était entraves et limites se trouve désormais hors jeu !

Fini les contraintes, les oppressions, les convenances. Adieu les bienséances absurdes, les conventions arbitraires.

Bonjour la grande effervescence des désirs, des jouissances énergumènes. Vive l'infinie spontanéité des corps, des rêves et des jouissances.

Tous les carcans disparaissent... par magie. Si plus rien n'est interdit, on a l'impression que la vie, soudain, est plus intense, plus heureuse et plus libre. On peut marcher sur les pelouses, dessiner sur les murs, se dénuder à loisir.


• Les effets pervers de la joyeuse utopie de 68


Malgré tout, pareil sentiment se révèle vite n'être qu'une duperie. Du moins si on prend au sérieux l'aspect radical et universel de cette formule. Encore faut-il, pour éviter les malentendus, ajouter quelques précisions et précautions. Moins de contraintes, voilà généralement une bonne chose.

Envoyer balader éducations rigides, moeurs puritaines, répressions tatillonnes est utile et bienfaisant, en tout cas le plus souvent.


Diminuer les interdits, c'est augmenter les libertés - personne ne le conteste.

Mais ce n'est pas cela que dit l'impératif en question, qui ne préconise pas de diminuer les interdits mais qui décrète leur complète annulation.

Il ne suggère pas d'être souple dans leur application, mais bien de les éradiquer. Bref, il décide que tous les interdits sont frappés d'interdiction.


S'il devenait interdit d'interdire le meurtre, l'inceste, le harcèlement, les violences, les injures et les tortures... alors le monde ne serait plus humain.


Or, pareille universalité, si on envisageait un instant qu'elle se mît réellement en oeuvre, déboucherait aussitôt sur une barbarie destructrice. S'il devenait interdit d'interdire le meurtre, l'inceste, le harcèlement, les violences, les coups arbitraires, les injures, les humiliations et les tortures... alors le monde ne serait plus humain ni vivable. Il se transformerait inéluctablement en pur rapport de force, où ne survivraient que les plus durs, où ne domineraient que les plus cruels.


Ne rien interdire du tout, c'est en finir avec la loi, celle du droit aussi bien que celle de l'éthique. Or, il n'y a de monde humain, et de liberté possible, qu'en raison de quelques puissants interdits fondateurs.

Le rêve d'un monde absolument sans interdit n'a rien d'un paradis.

Ce serait un cauchemar, qui renverrait l'humanité au chaos et à la destruction.

Au triomphe des forts et à l'écrasement des faibles, donc au résultat exactement inverse à celui qu'un mouvement d'émancipation doit viser.


Toute l'ambiguïté de Mai 68 se résume peut-être là. Secouer de vieilles pesanteurs était fort utile, mais on fit, pour y parvenir, l'éloge inconsidéré de la transgression permanente et généralisée-ce qui était fort stupide et, à terme, fort dommageable.

Dire qu'il est interdit d'interdire... ce devrait être interdit !

En savoir plus sur https://www.lesechos.fr/idees-debats/.99

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Mai 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Video galleries

logotwitterFacebook