Société

Sénégal: le bilan de l'incendie de Médina Gounass s'alourdit

Au Sénégal, le bilan du violent incendie qui a touché mercredi 12 avril 2017 un pèlerinage à Médina Gounass, à environ 530 km au sud-est de Dakar, s'est alourdi. Le ministère de la Santé dénombre 29 morts, alors que des dizaines de blessés sont encore soignés, notamment dans la ville de Tambacounda. Deux personnes dans un état grave reçoivent des soins à Dakar où ils ont été transférés en urgence. La ministre de la Santé s'est rendue sur place.

C'est à l'hôpital Aristide-Le-Dantec et à l'hôpital Principal de Dakar qu'ont été transférés les quatre cas les plus préoccupants. Deux de ces personnes sont depuis décédées. Deux autres blessés graves soignés dans la ville de Kolda sont eux aussi en train d'être évacués vers la capitale en raison de la vague de chaleur qui touche actuellement le Sénégal. Leur hospitalisation sera prise en charge par les autorités.

« Bon travail »

Awa Marie Coll seck, ministre de la Santé du Sénégal, s'est rendue samedi 15 avril dans les deux services de réanimation de Dakar où sont soignées les victimes de l'incendie. Elle a tenu à y souligner les efforts du personnel médical qui « a tout fait avec parfois des moyens pas toujours au top ». Les soignants « se sont battus » et la ministre « leur tire [son] chapeau ». Elle explique avoir trouvé « un service bien organisé, une équipe vraiment qui fait du bon travail ».

Deuil national

Des dizaines d'autres blessés, entre 50 et 70 selon la ministre de la Santé, sont pris en charge à Tambacounda, l'une des villes les plus proches du lieu de l'incendie.

Selon le président Macky Sall, il y a parmi les victimes des citoyens gambiens et mauritaniens. Le président sénégalais, qui s'est rendu sur les lieux de l'incendie ce vendredi, a décrété un deuil national de trois jours qui prend effet à partir du mardi 18 avril.

Trois jours de deuil national en la mémoire des victimes : Macky Sall annonce une batterie de mesures pour prévenir les sinistres

Le président de la République, était l’hôte du Daaka à Madina Gounass hier, vendredi 14 avril, deux jours après l’incendie meurtrier qui a fait 25 morts, 102 blessés et d’importants dégâts matériels. Macky Sall a décrété trois jours de deuil national et s’est engagé à moderniser ce foyer de retraite spirituelle en fonction, des secteurs d’activités pour prévenir des sinistres du genre. Le président de la République a également annoncé la construction de deux forages pour résoudre l’équation de l’accès à l’eau potable.

Après la prière du vendredi à la Grande Mosquée de Madina Gounass à laquelle a pris part le chef de l’Etat Macky Sall, le cortège présidentiel s’est ensuite dirigé au Daaka où ont lieu les allocutions en présence de plusieurs milliers de fidèles. Dans un premier temps, le Président Sall a présenté ses condoléances à toute la communauté de Gounass et s’est longuement adressé aux populations du Dental Daaka en langue poular sur les modalités d’organisation de Daaka.

Macky Sall s’est engagé à appuyer à la modernisation des différents compartiments du Daaka de sorte que les activités de commerce, de restauration et de prière soient menées séparément pour humaniser l’espace selon ses propres termes.

«Je voudrais dans un premier temps transmettre mes condoléances les plus attristées aux familles des victimes y compris nos parents de la Gambie et de la Mauritanie. Je voudrais dire que c’est une tragédie que nous vivons. Le Daaka de Madina Gounass est un événement exceptionnel qui regroupe plusieurs centaines de milliers de personnes dans un environnement hostile. L’Etat, depuis plusieurs années a déjà engagé des efforts pour humaniser l’espace».

Et de poursuivre «je m’engage aussi à construire deux nouveaux forages pour un accès à l’eau potable, à l’électricité, des routes. Mais, il nous manque des conditions de l’aménagement surtout les procédures pour organiser le séjour des pèlerins en vue d’éviter des accidents aussi regrettables que ce que nous venons de vivre», a indiqué Macky Sall.

UN BLESSE GRAVE SUCCOMBE ET PORTE LE BILAN A 25 MORTS

C’est durant son adresse à l’assistance que Macky Sall a annoncé que le bilan s’est alourdi à 25 morts avec un pèlerin qui a succombé à ses blessures. Il a au demeurant décrété un deuil national de trois jours à compter de mardi 18 jusqu’au jeudi 20 avril. «Un des blessés a rendu l’âme ce qui fait un total de 25 morts. Et j’ai décidé de décréter trois jours de deuil national», a soutenu le Chef de l’Etat.

Face à la récurrence de la problématique de l’accès à l’eau potable, Macky Sall s’est aussi engagé à construire deux forages. Le maire de la commune de Madina Gounass et président du comité d’organisation du Daaka satisfait des engagements du président Sall, Saydou Bâ dira ceci : «le temps nous a donné raison car j’ai toujours posé le problème de l’eau et la sécurité des lieux. Nous sommes satisfaits que le Président soit revenu sur ça. Maintenant, nous attendons la réalisation de ces engagements».

MAURITANIENS ET GAMBIENS PARMI LES MORTS, DES CORPS CALCINES NON IDENTIFIABLES

Parmi les victimes figurent des citoyens mauritaniens et de gambiens dit-on mais en raison de l’état d’incinération de 14 corps, aucune indication claire est encore disponible à ce sujet. L’ambassadeur de la Mauritanie au Sénégal a effectué le déplacement à Madina Gounass au nom dit-il de son président Abdoul Aziz. En signe de compassion également, le président Alpha Kondé de la Guinée a appelé son homologue Sall qui a simultanément rendu compte à la grande assistance.

Enfin, les administratifs, les élus et autres partenaires se sont engagés à apporter leur pierre à l’édifice pour faire du Daaka une bonne destination où plus jamais un pèlerin ne va craindre y laisser la vie.

Le khalife général de Madina Gounass Thierno Ahmadou Tidiane Bâ souhaite que les engagements du président de la République se réalisent très vite afin d’abréger le calvaire vécu par les pèlerins à l’occasion des retraites spirituelles du Daaka. Il a enfin prié pour le repos de l’âme des disparus et pour un Sénégal qui émerge dans le concert des nations.

Moussa DRAME

(Envoyé Spécial à Madina Gounass)

Seins énormes, injections de mélanine : une Allemande veut être une « Barbie exotique » par Karine Hernandez / voici.fr( xessal ou leral ou gnoulal  à la Sénégalaise ?)

 

Seins énormes, injections de mélanine : une Allemande veut être une « Barbie exotique » par Karine Hernandez / voici.fr( xessal ou leral ou gnoulal  à la Sénégalaise ?)

Le teint naturel est le plus beau mais on l'ignore, il faut savoir que des leucodermes cherchent parfois à trop bronzer jusqu'à se bruler la peau ce qui peut donner le cancer ...P B CISSOKO


Martina Big a un rêve dans la vie : ressembler à une « Barbie exotique ». Pour atteindre ce but, cette Allemande est prête à aller loin. Très loin même...
C'est une histoire des plus impro¬bables que nous allons vous conter. Celle de Martina, une Alle¬mande qui est prête à tout pour atteindre son rêve : deve¬nir une poupée « Barbie exotique ». Pour cela, la jeune femme qui dit avoir 28 ans, a subi de nombreuses inter¬ven¬tions de chirur¬gie esthé¬tique, y consacrant un budget de 59 000 euros.

Elle est ainsi l'heureuse détentrice de la plus grosse (fausse) poitrine d'Europe, comme l'indique le Daily Mail, avec des mensurations qui atteignent le 32S. On vous aurait bien converti ça en taille française mais c'est impossible car cette taille n'existe pas. Ce qu'on peut vous dire en revanche, c'est que c'est gros. Vraiment très gros.


Mais elle a beau avoir des seins plus énormes que des pastèques, cela ne suffit pas à Martina. Elle a donc opté pour des prothèses mammaires modifiables à l'infini : grâce à un système de pompe, elle peut les augmenter elle-même à sa guise...

On peut la voir faire sur certaines vidéos (que vous pouvez découvrir – si le cœur vous en dit – ici)...
Une transformation physique débutée en 2012 et qui a pris un tournant encore plus fou il y a neuf semaines. Prête à tout pour foncer sa peau au maximum, Martina a décidé de subir des injections de mélanine qui furent très efficaces : « Je ne m'attendais pas à deve¬nir si foncée mais ça a super bien marché. J'adore ça et je veux vraiment aller jusqu'à l'extrême. Maintenant je veux juste être de plus en plus foncée et voir où sont les limites. J'adore le contraste entre mes cheveux blonds et ma peau brune et croustillante (sic). Mais je ne prétends pas être une femme noire. Je vais créer une Barbie unique et exotique avec la peau foncée, des cheveux blonds [platine] et des courbes exagérées. J'aime ce look ».


Non contente de ces injecctions de mélanine, qu'elle compte bien poursuivre, l'Alemande mande fait régulèrement des séances d'UV ultrapuissants grâce à la machine à bronzer qu'elle a fait installer chez elle.

Des transformations extrêmes qui n'ont pas manqué de choquer bon nombre de gens à qui Martina a répondu sur sa page Facebook. Rappellant qu'elle ne cherche à « offenser personne » avec son changement de couleur de peau, elle répète qu'elle n'a fait cela que parce qu'elle « aime beaucoup les peaux sombres ».


Celle qui confie être « inspirée par Barbie ou Jessica Rabbit » confie d'ailleurs qu'elle ne compte pas s'arrêter en si bon chemin et qu'elle compte parfaire son « look extrême » par d'autres inter¬ven¬tions. Prochaine étape : augmenter le volume de ses fesses grâce à la pose d'implants fessiers. On en reste sans voix.

'I love my skin like this. I love the extreme look.'


Follow us: @MailOnline on Twitter

 

C'est à réflêchir .....Chacun voit midi à sa porte

Le Ngalakh, la bouillie pascale qui symbolise l'unité au Sénégal par Marie Josèphe / Jumia Travel   Au Sénégal, une fin de carême chrétien sans Ngalakh est simplement inimaginable vous dira-t-on au pays de la téranga. Ce plat à base de mil, de pâte d

 

Le Ngalakh, la bouillie pascale qui symbolise l'unité au Sénégal par Marie Josèphe / Jumia Travel

Au Sénégal, une fin de carême chrétien sans Ngalakh est simplement inimaginable vous dira-t-on au pays de la téranga. Ce plat à base de mil, de pâte d'arachides et de « bouye » (fruit du baobab), au goût de yaourt à la cacahuète est distribué par les familles chrétiennes le vendredi Saint (marquant la fin du carême) aux voisins musulmans. Une tradition de partage propre aux Sénégalais, et qui symbolise l'unité.

Nous sommes au marché Castor, il est 10h. Comme chaque matin à cette heure, ce célèbre marché de la capitale sénégalaise accueille grand nombre de personnes. La particularité de ce jeudi est que nous sommes à la veille du vendredi Saint, marquant la fin du carême pour les millions de chrétiens sénégalais.

Les préparatifs vont bon train, mais surtout, on est venu s'approvisionner en mil, pâte d'arachides et de bouye, comme l'indique Madame Marie Jeanne. « C'est important pour nous de préparer du Ngalakh, que nous partagerons par la suite avec notre famille et notre voisinage. Le Christ nous enseigne le partage, donc entant que chrétien, c'est important de montrer notre attachement à ces enseignements, mais surtout de fêter avec nos frères musulmans, car le Sénégal est un pays d'hospitalité et de paix. Cette façon de faire nous l'avons appris de nos ancêtres », confie-t-elle.

« Si nous sénégalais continuons avec cet esprit de partage, notre pays ne pourra jamais connaître de problèmes religieux comme on en rencontre ailleurs. Dans chaque famille chrétienne, il y a un musulman comme dans chaque famille musulmane, il y a un parent chrétien. C'est toujours avec plaisir que nous recevons notre part de ngalakh. Moi, je suis un grand consommateur et j'espère que cette année, j'en aurais assez », argumente, tout sourire, monsieur Ndiaye, un musulman commerçant au marché castor.

Il faut dire que le Sénégal est un Etat laïque à dominance musulmane, et en ce week-end pascal, les chrétiens ont l'occasion de consolider les liens de bons voisinages avec leurs frères musulmans qui à leur tour, le leur rendent bien lors de la fête de la tabaski. L'échange lors de ces fêtes montre bien la fraternité entre les deux religions. « Je crois que la tradition de partage qui existe au Sénégal est une bonne chose. Il permet d'avoir un climat calme, surtout dans un contexte où les gens deviennent de plus en plus méfiants. C'est aussi une bonne chose pour le tourisme, et les autres activités qui nécessitent des déplacements des populations. Le partage est une valeur que nous devons continuer à promouvoir dans notre pays, c'est un atout majeur », explique Ismaël Cabral Kambell de la plateforme Jumia Travel, acteur du tourisme.

Au Sénégal, chaque famille chrétienne à son petit secret culinaire du ngalakh. Pour la circonstance la famille en prépare une importante quantité (plusieurs dizaines) qu'elle partage avec tout le voisinage, une bouillie très légère qui fait la joie des grands comme des plus petits. Mais attention, comme on le dit au pays de la téranga, « Défal ndank si ngalakh bi bala moulay yobou ardo », ce qui veut dire « mange le ngalakh doucement, sinon le ngalakh va te manger ».

Marie Josèphe / Jumia Travel

Le Ngalakh : le plat qui rassemble ! par Stelle Djisébénia


Autour d'un bon Ngalakh, les sénégalais se rassemblent chrétiens et musulmans...
En ce week-end pascal, les chrétiens ont l'occasion de consolider les liens de bons voisinages avec leurs frères musulmans qui à leur tour, leur rendent la pareille avec de la viande de mouton lors de la fête de la tabaski.

Le Sénégal est un pays laïc où les deux communautés vivent en communion sans trop de problèmes. L'échange lors de ces fêtes montrent bien la fraternité entre les deux religions.
Aujourd'hui vendredi saint, marquant la fin du carême, nous mangeons le Ngalakh ! Ce plat à base de mil, de pâte d'arachide et de bouye (fruit du baobab) lui donne l'aspect et le goût d'un yaourt à la cacahuète !


Recette du Ngalakh


Ingrédients :


• 750 g de Karaw (couscous de mil) cuit à la vapeur
• 375 g de pâte d'arachide
• 1 kg de bouye
• 500 g de sucre
• 2,5 L d'eau
• essence de vanille
• Muscade
• 60 g de raisins secs
• Fleur d'oranger
• 40 g de beurre


Préparation:


Tremper le bouye dans l'eau pendant 2 à 3 heures, jusqu'à la partie blanche se dettache des noyaux;
Faire cuire le Karaw à la vapeur;
Fouettez le bouye jusqu'à obtenir un liquide beige épais;
Passer ce liquide au tamis pour enlever les fils et noyaux;
Mélanger à la pâte d'arachide puis passer au tamis;
Ajouter le sucre et les épices. Mélanger et réserver au frais 1 heure.
Ajouter les raisins, un sucre et le beurre au couscous. Mélanger;
Verser la préparation de bouye et d'arachide au couscous


http://paysdelaterenga.over-blog.com

AUDIO

-Habiter ici et vivre
Habiter ici et Vivre la-bas au Bled : immigration en questions. La chaine YOUTUBE de pape Cissoko ...

Calendrier

« Avril 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Video galleries