Société

Publié dans Société

Oublier ou se souvenir : Comment faire face avec l'histoire-"L'histoire peut devenir un instrument dangereux."-Ibrahim Kalın

Mai 15, 2018
Oublier ou se souvenir : Comment faire face avec l'histoire-"L'histoire peut devenir un instrument dangereux."-Ibrahim Kalın

Oublier ou se souvenir : Comment faire face avec l'histoire-"L'histoire peut devenir un instrument dangereux."-Ibrahim Kalın


Analyse du porte-parole du président de la République Ibrahim Kalın : "L'histoire peut devenir un instrument dangereux."

Un groupe de futuristes estime que l'oubli est une bénédiction et la remémoration est une action dangereuse et coûteuse.
Les individus et les sociétés ont la chance de progresser que dans la mesure où ils oublient ce qui est arrivé dans le passé et de regarder vers l'avenir.
Dans un monde dans lequel nous sommes invités à faire des millions de souvenirs instantanés seulement pour être consommés et jetés le moment suivant, l'oubli semble être non seulement un fait, mais aussi une vertu - une vertu qui peut nous aider à échapper aux horreurs du passé .


Réellement, cela peut-il être réel ?


L'oubli est une caractéristique humaine fondamentale. Au fil du temps, nous oublions les choses.

Et oublier nous aide à surmonter les moments de tristesse et de deuil.

Pouvez-vous vous imaginer vivre tout le long de votre vie avec la même intensité chaque événement ou perte tragique que vous avez vécu ?


Il serait impossible de vivre, se faire de nouveaux amis ou bien même d'écrire un nouvel e-mail.
Nietzsche a raison quand il dit « qu'il est impossible de vivre sans oublier ». L'oubli est une bénédiction.
Il ne fait aucun doute que l'histoire a été manipulée pour justifier l'injustice et l'oppression. Les Nazis en Allemagne et les Fascistes en Italie ont usé de l'histoire nationale pour créer des monuments de monstruosités idéologiques.


La violence nationaliste hindoue contre les musulmans de l'Inde depuis la partition de 1947 au pogrom de Gujarat en 2002 a permis la lecture de l'histoire du point de vue machiavélique.
L'histoire peut devenir un instrument dangereux.


La violence contre la communauté chrétienne grecque en Turquie les 6-7 septembre 1955 était basée aussi sur une déformation dangereuse similaire des souvenirs du passé.
L'histoire ne manque pas d'événements complétement déformés.


Dans un de ses poèmes, le poète national turc Mehmet Akif Ersoy indique que l'histoire se répète et déplore que les gens ne tirent pas de leçons appropriées.
Akif est un homme littéraire qui a vu les horreurs de la guerre sur l'Empire ottoman entre les années 1910 et 1920.


Avec sa conscience vive et sa puissance littéraire, il nous a mis en garde contre la répétition des mêmes erreurs du passé comme si rien n'avait eu lieu avant nous.
Vu de différents angles, cela rappelle la célèbre citation de George Santayana : "Ceux qui oublie le passé, sont condamnés à le revivre". Mais, Santayana avait seulement partiellement raison.
Ceux qui ont une parfaite connaissance de l'histoire, peuvent également faire des erreurs horribles.


Mais, l'histoire peut aussi être une source de bienfait. Elle peut servir à un but noble au-delà des politiques opportunistes et du stéréotype culturel.
Il peut nous aider à surmonter nos perspectives égoïstes sur l'histoire collective et nos valeurs communes partagées.
Dans un sens plus profond, se rappeler de ce qui est essentiel, peut nous aider à réaliser ce que nous sommes.


La tradition intellectuelle islamique considère que « oublier et se souvenir » sont deux traits humains clés qui nous permettent de réaliser notre humanité.
Selon l'étymologie reconnue, le mot « insan » humain en arabe, dérive de la racine du mot « oubli » (nisyan). (Il existe d'autres théories étymologiques mettant en relation insan / humain à "la proximité de la Divine »).


Il est rapporté qu'Ibn Abbas, une des premières autorités dans l'interprétation coranique, aurait dit que les humains avaient été appelés « insan » (humain) parce qu'ils avaient oublié leur alliance originelle avec Dieu.


L'homme est un être qui a des troubles de mémoire et le remède est de se rappeler, ce qui est de manière assez intéressante, lié à se souvenir et d'implorer ce qui est divin.
Ce que nous oublions, est notre alliance avec Dieu et ce que nous devons retenir, est le lien qui souligne l'histoire en rapport avec le monde et de ce qui passe au-delà.


Le Coran dans un verset qui attire beaucoup l'attention, fait appel aux hommes et dit :

"Ne soyez pas comme ceux qui ont oublié Dieu. Il leur a fait alors oublier leur propre personne". (59/19)
Oublier la vérité la plus fondamentale a unprix et ce sont les hommes qui paient ce prix.


Ibn Kathir, Tabari, al-Razi et les autres exégètes du Coran soutiennent dans la deuxième partie du verset défend que l'oubli de Dieu conduit à l'auto-aliénation et provoque la négligeance de ce qui est bon pour les humains eux-mêmes.


Une amnésie provoquée par nous-mêmes ne nous donne pas une meilleure perspective sur la vie.
Nous devons nous rappeler de ce qui est essentiellement bon, d'une manière à nous libérer et nous enrichir au lieu de nous emprisonner.
Les horreurs passés de l'histoire ne peuvent pas être entièrement effacées de nos mémoires, même si nous le voulions.

Et il n'y a pas lieu d'aller à de tels extrêmes.
Avec tous ces leçons, nous devons nous rappeler les histoires d'Abraham et de sa tribu, de Noé et de l'arche, de Moïse et de l'Exode, de Jésus et des épreuves, les attaques des polythéistes mecquois contre le prophète de l'Islam, les croisades et les invasions mongoles, l'expression la « convivencia-vivre ensemble » andalouse et la « Reconquista » qui y a mis fin.
A l'approche de notre ère, nous ne pouvons pas fermer les yeux à l'horreur de l'Holocauste, le génocide au Rwanda et en Bosnie, et aujourd'hui, ce qui arrive en Syrie.
Malgré l'horreur et la douleur suscitées par ces souvenirs, nous sommes obligés de nous en souvenir pour ne pas oublier ce qui est bien pour nous, à titre d'êtres humains capables de faire des erreurs.
Certes, ce n'est pas une tâche facile. Mais la clé est de se rappeler sans être traumatisé et possédé.


Il nécessite de la force intellectuelle et courage moral pour affronter le mal et sans y être affecté. Mais c'est ça la tâche essentielle.
Il est également important de se rappeler du bon, du noble et de beau pour que nous puissions mener une vie de raison, de vertu et justice sans se réfugier dans un monde de rêve.
C'est une vertu d'oublier et de se rappeler à la fois.


http://www.trt.net.tr/francais/turquie/2016/03/05/oublier-ou-se-souvenir-comment-faire-face-avec-l-histoire-

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Novembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook