Société

Publié dans Société

Aissatou CISSE . Sa parole et ses actes intègrent naturellement son handicap qui est vite dépassé. Nous nous apprend sur nos mamans si courageuses

Fév 15, 2018
Aissatou CISSE . Sa parole et ses actes intègrent naturellement son handicap qui est vite dépassé. Nous nous apprend sur nos mamans si courageuses

Aissatou CISSE . Sa parole et ses actes intègrent naturellement son handicap qui est vite dépassé. Nous nous apprend sur nos mamans si courageuses

Oui je parle de quelqu'un existait déjà mais que la puissance invasive de la tv lors de la présentation de son ouvrage un roman Zeyna.


J'ai eu du mal à trouver des écrits sur ses œuvres. Quand je dis que l'Afrique a de vrais soucis au niveau de l'édition du marketing, etc. j'ai en recherchant comme je l'ai appris avec des mots clefs la multi recherche ou méta recherche, faites de combinaison  j'ai trouvé un site en Australie qui parle des femmes écrivaines et c'est là que vous trouverez; lirez et verrez la page de couverture de Zeyna. Je dirai aussi à l'auteure qu'elle aurait pu le faire mais le cordonnier est souvent mal chaussé.
Ce qui m'a marqué dans le propos c'est sa façon de dire la femme sénégalaise.


Elles se battent et entretiennent sans broncher le foyer. Les autres y compris les enfants ne savent pas que ce sont les mamans qui vont vendre, laver dehors, piler le mil; vendre du poisson, participer aux tontines pour faire bouillir la marmite; acheter le riz; les habits; les cahiers et payer la coupe de cheveux du mari. Celui la vient brusquement de perdre son emploi il est au chômage mais les femmes dans le silence de la nuit devisent avec le mari pour le rassurer et lui dire qu'elles feront tout pour le préserver de la honte.


« Tu ne baisseras jamais la tête et pour ça elles feront tout pour ramener de l'argent licite à la maison, fruit de leur travail et stratégie (troc, tontine, petits commerce).
Regardez et vous conviendrez que c'est vrai.
Aissatou Cissé nous rappelle cette figure de nos mères au Sénégal mais c'est la même figure en Afrique traditionnelle.
C'est pourquoi d'ailleurs on parle du mokk pojj de la femme wolof ou de cette idée que derrière un homme qu'il y a toujours une grande dame. mais je voudrai que cette situation soit de tous les temps.


Dans les années 1968 quand l'Etat du Sénégal punissait les fonctionnaires il les envoyait à Kédougou ou en Casamance ces régions enclavées difficiles d'accès et loin du centre de décision qu'est Dakar la capitale.

Mon père était instituteur et syndicaliste, il n'aimait pas l'injustice et c'est ainsi qu'il a adhéré au syndicat pour défendre ses pairs. Comme vous le savez, Senghor, Colin et leur gouvernement n'aimaient pas la contradiction et l'opposition, et le syndicalisme sénégalais avait une excellente formation et tenait tête.
C'est ainsi et vous l'aurez deviné que moi qui suis originaire du Sénégal Oriental Kédougou je me retrouve de Bargny où mon père Mady Dabo CISSOKO enseignait à Kagnobon dans le département de Bignona, et t s'il vous plaît sans solde.
Oui c'était le bagne comme l'avait vécu Mamadou DIA.


Pour dire qu'à cette période difficile, très difficile, nos deux mamans alors que nous étions très jeunes, ont ceint la taille et ont commencé elles qui étaient citadines à faire du commerce. Mais au départ ce sont leurs colliers qu'elles ont vendu mais comme la sanction tardait à être levée elles ont fait du commerce. J'ai avec mon frère Médecin aujourd'hui au Sénégal, mon autre frère professeur de littérature au Canada, un autre Pro d'histo-Geo à Rufisque etc, nous avions participé à cette résistance en vendant au garage de Bignona, maraba, thiaf, mangues, bananes aux passagers venus de Dakar.


Oui Aissatou je suis entièrement d'accord et c'est en vous relisant que cette page de vie m'est revenue et je voulais à la suite de tes propos le dire.
C'est important de marquer de dire que nos femmes, nos mamans sont en général des battantes et il faut le savoir. L'homme fait le beau en occultant la femme qui participe tout autant à la gestion du foyer. Malgré ces difficultés on verra des hommes prendre une seconde ou une 3 ème épouse et souvent avec la bénédiction ou non de la première etc.


C'est dire quoi, selon certaines c'est pour partager les tâches alors ça je n'y crois pas ; qui gagne ce sera toujours l'homme qui ne fait rien mais qui a » 3 paires de fesses » excusez-moi je me lâche et c'est inhabituel.


J'aime entendre notre libre penseur pap NDOY parler du couple de la famille, aussi salimata et ça fait plaisir de voir que les mentalités peuvent changer et qu'il faut oser en parler. Facebook au-delà des vicissitudes nous donne cette occasion pour repenser le passé et envisager l'avenir.

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Juin 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Video galleries

logotwitterFacebook