Société

Publié dans Société

Cecile Thiakane : Et si la polygamie était un régulateur social au Sénégal ?

Oct 10, 2017 Poster par 
Cecile Thiakane : Et si la polygamie était un régulateur social au Sénégal ?

 

Cecile Thiakane : Et si la polygamie était un régulateur social au Sénégal ?

Cecile Thiakane nous invite à réfléchir un angle rarement avancé dans l'approche de la polygamie.

Cécile a le  don de nous surprendre en nous réveillant de  notre silence. J'aime sa pensée singulière et j'avoue avoir d'abord ri et j'ai compris qu'après mon activité du jour j'étais fatigué et j'ai relu une seconde fois et j'ai pensé sans savoir pourquoi au polyamour ; lisons cécile.

Il y a quelques années, j'ai eu une conversation « surprenante » avec une de mes meilleures amies. Nous avions vécu quelques années ensemble en France et après avoir travaillé ici un moment après l'obtention de son DESS en Finance, elle avait fait le choix de rentrer au Sénégal pour rejoindre une grande institution bancaire de la place. Il faut dire qu'à l'époque, le secteur bancaire était en grand boum et se structurait au-delà de la Place de l'Indépendance, quartier traditionnel des banques au Sénégal. Pour accompagner cet essor, les profils formés à l'étranger étaient fortement recherchés. Mon amie était contente et surtout fière de rentrer au bercail, de faire un travail gratifiant en apportant sa pierre à l'édifice pour le développement de notre cher pays. Elle avait aussi une rémunération attrayante qui la classait parmi les catégories socio-professionnelles supérieures. Elle faisait partie en quelque sorte de l'élite.

Ce fameux jour, je m'en rappelle comme si c'était hier, elle m'avait appelé au téléphone pour m'annoncer la nouvelle de l'année, ses premiers mots résonnent encore dans ma tête.
Elle allait se marier dans deux semaines.

« C'est génial ! » lui dis-je. Je savais l'importance que cela avait pour elle. Gagner le titre de Madame, par le mariage. « Mais tu sais je vais être la deuxième épouse », me dit-elle. Cela me refroidit instantanément. « Tu vas te marier avec un polygame. Es-tu devenue folle ? Mais tu es trop moderne pour ça ! Ça ne te ressemble pas du tout. Es-tu sûre d'avoir bien réfléchi ? »
« Oui, je suis sûre », me répondit-elle. « C'est un homme gentil, respectueux et je sais qu'il sera un bon mari. »
« Et l'amour dans tout ça ? Est-ce que tu l'aimes ? Es-tu prête à partager ton mari avec une autre famille, une autre femme, d'autres enfants ? Tu penses qu'il vous traitera pareil ? Que se passera-t-il le jour où tu auras une urgence et qu'il sera avec l'autre famille car ça sera le tour de l'autre femme ? Aura-t-il le droit de venir jouer son rôle de chef de famille chez vous ?

Calmement, elle me répondit « je n'ai pas la réponse à tes nombreuses questions, mais je sais que pour moi le mariage est primordial pour avoir ma place dans la société. Toi, tu es à Paris et moi à Dakar et les réalités sont différentes, je le réalise tous jours depuis mon retour, cela fait trois ans déjà. Dans notre société, ici à Dakar, quand tu n'es pas mariée, il te manque quelque chose. Quel que soit le fric que tu gagnes, quel que soit ton poste au travail, il te manque quelque chose.

À moi, il me manque une position sociale. L'ascenseur le plus rapide pour atteindre cette position sociale est le mariage ».


Je ne veux pas t'entendre me dire « mais ma chérie tu as tout, tu as fait de belles études, tu as de beaux diplômes, une très belle position à ton travail, une maison, une belle voiture, tu voyages beaucoup, tu peux t'offrir plein de choses, tu as amené tes parents à la Mecque. C'est vrai en quelque sorte, mais le seul truc que ma belle réussite professionnelle ne peut pas m'offrir, c'est cette position sociale dont je te parle ».


Elle enchaîna : « Oui, c'est paradoxal, dans d'autres sociétés la réussite sert à définir ton statut social. Ici au Sénégal, je pense que seul un mari peut m'y faire accéder. J'ai attendu longtemps les mecs célibataires, mais ils sont tous mariés et les seuls qui ne le sont pas ne m'ont pas courtisée, certainement que je ne rentrais pas dans leurs standards. J'ai trop bien réussi ma vie et ça doit leur faire peur. Et ce qui m'énerve le plus, c'est cette désirabilité sociale que nous montrent les filles mariées en nous excluant d'office de certaines discussions.

« Tu n'es pas mariée, tu ne pourrais pas comprendre ». Et là, tu ressens tout le mépris qu'elles ont pour nous, les célibataires. « Eh bien moi, je n'en peux plus de tout ça. »

Elle ne me laissa pas en placer une. Elle enchaîna direct : « Donc être deuxième femme ne me gêne absolument pas. Et en plus, il faut que je pense à avoir des enfants, sinon cela sera trop tard, j'ai presque 33 ans. »


Je n'étais toujours pas à court d'arguments. « Ok, je comprends. Mais, tu n'as pas peur d'être une femme à mi-temps ? Quid de la jalousie ? Es-tu sûre que tu pourras supporter de partager ton homme ? Et ta coépouse, pourrez-vous vous entendre pour le bien-être de votre mari ? Et vos enfants, comment vont-ils évoluer dans tout ça ? »

Plein d'autres questions se sont bousculées dans ma tête et tout cela m'a replongée dans mon enfance. Je me suis souvenue que, petite fille, quand j'habitais à Thiadiaye, un village à la croisée des chemins entre les régions de Thiès et Fatick, au Sénégal, j'étais entourée d'amis vivant dans des familles polygames. A l'époque, je ne comprenais pas le concept. Je voyais juste que dans la famille de mes amis, leur maman et leur tante (coépouse de leur maman) avaient le même mari. C'était différent de la situation de ma famille. J'avais une maman et un papa, mes frères et sœurs et c'était tout.

Adolescente, j'ai commencé à me questionner sur ce concept de voir un papa ayant plusieurs femmes. Comment était-ce possible ?


A l'âge de 15 ans, quand j'ai commencé à lire Harlequin et d'autres romans à l'eau de rose et à vivre mes premières amourettes, je me suis profondément questionnée sur la polygamie. Comment était-ce possible pour un homme d'aimer et d'épouser plusieurs femmes ?

Comment des femmes pouvaient-elles accepter de partager leur mari ?

Etaient-elles moins amoureuses que les autres femmes en couple monogame ?

On m'avait expliqué que la polygamie existait dans notre société traditionnelle. Dans certaines ethnies du Sénégal, les hommes avaient le droit d'épouser plusieurs femmes et je ne pense pas qu'il y ait de limitation dans le nombre....


La religion musulmane autorise aussi les hommes à pouvoir épouser plusieurs femmes, le nombre étant limité à quatre femmes. Ils ont l'obligation cependant de les traiter équitablement. Chose plutôt compliquée à réaliser, il me semble.
Dans mes lectures, j'avais appris que la polygamie, bien qu'étant autorisée par l'Islam, est interdite quand même légalement dans certains pays islamiques. Mais au Sénégal, ce n'est pas le cas, la polygamie est bien autorisée et pendant la célébration des mariages civils, les hommes avaient le droit de cocher la case polygamie.

La polygamie est admise encore dans quelques pays d'Afrique. Elle est maintenue grâce aux coutumes traditionnelles, à la religion islamique ou par la législation, comme au Sénégal. Je pense que le Sénégal fait une bonne exception car la polygamie est ancrée profondément dans la vie des habitants et ce n'est pas prêt de changer.

Chez certains chefs coutumiers, notamment dans certaines ethnies du Sénégal ou au Cameroun, on retrouve la polygamie dans un souci d'affirmation de leur pouvoir, de leur puissance et de leur autorité.
Une des conséquences désastreuses de la polygamie est évidemment qu'il n'y a aucune régulation pour les hommes qui veulent épouser plusieurs femmes. Peut-être juste leur bonne conscience. Bon nombre se retrouvent pères de nombreux enfants, dont il faut s'occuper, et ils sont loin d'en avoir les moyens et les mamans non plus. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais vous imaginez que ce n'est pas toujours rose, ça engendre des drames et des échecs dans la vie de ces enfants. Assez souvent, dans ces ménages modestes et polygames, les femmes sont obligées de s'occuper de leurs enfants et d'assurer les dépenses de subsistance quand c'est leur tour. Je ne peux pas non plus passer sous silence les mariages précoces et parfois forcés de jeunes filles âgées de moins de 18 ans avec des hommes polygames.

Cette conversation avec ma copine a eu lieu il y a au moins 10 ans. Elle est toujours mariée à cet homme, toujours deuxième femme. Leur mari n'a pas épousé une troisième femme. Sa coépouse n'est pas devenue sa meilleure amie, bien au contraire. Mais elle me dit souvent qu'elles ont appris à se respecter. Elle a deux enfants avec son mari, qui s'entendent plutôt bien avec leurs demi-frères et sœurs. Les deux familles vivent dans deux maisons séparées, c'est monsieur qui est nomade. Il arrive souvent que les deux femmes soient dans la surenchère, pour plaire à la belle-famille. C'est à qui les couvrira de plus de cadeaux.

A ce jeu, ma copine ne joue pas à arme égale, car financièrement elle est plus nantie que sa coépouse. Mais je sais qu'elle ne fait rien pour la narguer, elle fait juste preuve de générosité.
N'imaginez pas voir les deux femmes marchant au bras de leur mari en même temps, ce n'est pas dans les codes locaux. C'est à chacune son tour – 3 jours où l'homme est ton mari à temps complet et après il va 3 jours aussi chez l'autre. Je pense que le cas de figure le plus simple, c'est quand les deux coépouses ne vivent pas dans le même foyer. On m'a raconté beaucoup de drames familiaux dus à la jalousie entre les coépouses. Assez souvent, les hommes polygames n'ont pas les moyens d'assurer un foyer séparé à chacune de leurs épouses, surtout quand leur nombre excède deux épouses.

Aujourd'hui, avec du recul, je commence à penser que la polygamie joue peut-être un rôle de régulateur social. Je ne parle pas de régulateur démographique. Je ne la justifie pas, je n'en fais pas la promotion, mais ça maintient un certain équilibre quand même dans la société.


Imaginez dans une société où le statut de femme mariée te fait gravir des échelons sur l'échelle sociale : comment faire le choix du célibat si aucune alternative au mariage polygame ne s'offre à toi ?


Cependant, la modernisation de la cellule familiale, le taux d'instruction des femmes qui s'améliore d'année en année, leur accès de plus en plus à des emplois décents, mais aussi le changement des mentalités et l'acceptation du célibat des femmes pourraient être un facteur de mutation et faire baisser drastiquement le taux de mariages polygames.

Et vous, que pensez-vous de la polygamie ?

Fatoumata Ndiaye
(texte de Cecile Thiakane
Activiste en développement social
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

in sadunya.org

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Video galleries

logotwitterFacebook