Société

Quand Maba Diakhou prend le dessus sur Pinet Laprade- Proposé par Majhmoute BA sur FB

Quand Maba Diakhou prend le dessus sur Pinet Laprade- Proposé par Majhmoute BA sur FB
152 ans après (30 Novembre 1865 – 30 Novembre 2018)

Pathé Badiane (Paoskoto) est un champ de bataille où les troupes coloniales françaises, conduites par le gouverneur du Sénégal, Pinet Laprade, sont défaites, le 30 novembre 1865, par les forces musulmanes de Maba Diakhou Bâ.

Paoskoto et Pathé Badiane. Ces deux lieux restent indissolublement liés dans la mémoire collective des Saloum-Saloum. Associés à des images de bataille sanglante, ils traduisent toute la fierté des populations du département de Nioro. Sur ces deux sites, il y eut, respectivement, la préparation militaire des troupes islamiques de Maba Diakhou Bâ et la bataille livrée contre les troupes coloniales. Des visages, ceux de Lat-Dior, de Maba Diakhou Bâ, des guerriers Goumba Guèye, Ndary Kany, Aly Khodia, Amath Khodia, Cheikh Kany, de Pinet Laprade...nous y apparaissent. Il y a surtout tous ces visages anonymes du Saloum, ces combattants intrépides qui refusent de voir leur province devenir, pour le colon français à l'appétit expansionniste, un pion stratégique et économique sur l'échiquier sénégalais. Cette bataille de Pathé Badiane, le 30 novembre 1865, est donc survenue il y a 145 ans. Mais, elle n'a pas fini de perpétuer une fierté. D'abord, à Paoskoto où la stratégie militaire a été pensée. Ensuite, à Pathé Badiane, un ravin où les troupes de Pinet Laprade ont été mises en déroute, l'énumération de ce combat d'une matinée arme les consciences et mobilise les populations dans l'union pour la défense de l'honneur.

C'est grâce à une ruse, élaborée à Paoskoto et consistant à placer des épouvantails à Pathé Badiane, que les forces musulmanes ont pris le dessus sur les troupes coloniales françaises.
C'est dans ce ravin que la marche des troupes coloniales vers Nioro a été stoppée.


Possédant des pièces d'artillerie, les troupes de Pinet Laprade croyaient facilement prendre Paoskoto, puis Nioro.
Les forces musulmanes ne les ont pas attendues à Paoskoto, préférant venir à leur rencontre, leur tendant un guet-apens à Pathé Badiane. L'armée coloniale comptait plus de 1.000 hommes de troupes régulières et 6.000 « volontaires » dont 2.000 cavaliers.


Maba Diakhou Bâ attira ses ennemis vers le Rip, à travers un pays encore aujourd'hui assez boisé et qui l'était beaucoup plus à l'époque. Ce terrain couvert obligeait la longue colonne à s'étirer, gênait le déploiement de la cavalerie et masquait les objectifs éventuels de l'artillerie.


A dix kilomètres au nord de Nioro, Maba Diakhou Bâ, conseillé par Lat-Dior, tendit une embuscade de part et d'autre du petit ravin de Paoskoto, appelé aussi Pathé Badiane. Tandis que la surprise désorganiserait le gros des forces françaises, Lat-Dior et ses cavaliers devaient amorcer un mouvement tournant, avec comme principal objectif le train d'artillerie, obusiers et munitions portés par des mulets. L'expédition commandée par le gouverneur Pinet Laprade en personne subit de lourdes pertes : 25 tués, 80 blessés, 06 disparus sans doute prisonniers. Pinet Laprade et plusieurs officiers avaient été blessés ; une partie des mulets d'artillerie capturés avec leurs charges.


Le Saloum est non seulement cette terre pleine de symboles et d'histoire, mais il donne plein de références et de repères et renseigne sur des Sénégalais de vertu et de foi morts à Pathé Badiane. Et sur place, un monument est érigé à la mémoire de tous les résistants morts pour la défense de la foi et de la liberté dans le Rip dont les Almamys ont joué un important rôle dans l'expansion de l'Islam et de la Tidjaniya, de leur enseignement au Sénégal et dans la sous-région ouest-africaine.

La famille de l'Almamy
Lire

https://www.ucad.sn/files/Talla/Programme%20symposium%20Maba.pdf
lire ceci
Le Gouverneur et sa gouvernante
D'après une correspondance franco-sénégalaise dans la seconde moitié du XIXe siècle
François Salvaing Jacques Carol

Émile Pinet-Laprade (1822-1869) est né à Mirepoix (Ariège), Marie Assar on ne sait où, au Sénégal. Lorsqu'ils se rencontrent à Gorée, en 1849, Émile, 27 ans, est capitaine du Génie dans l'armée française ; Marie, près de dix de moins, est une esclave fraîchement libérée par la loi Schœlcher. Leur liaison durera vingt ans, jusqu'à la mort, par le choléra, d'Émile devenu gouverneur de la colonie par la grâce de l'empereur Napoléon III.


Le Gouverneur et sa gouvernante, s'appuyant sur un demi-siècle de correspondance (plus de mille lettres échangées entre la France et le Sénégal), reconstitue l'évolution des pensées et de la carrière d'un officier dans ces premiers temps de la conquête coloniale, l'histoire du long amour entre un Blanc et une Noire, scandaleux pour l'époque. L'histoire aussi, encore plus improbable, d'une Africaine venue, après la mort de son compagnon, protester de ses droits devant un tribunal français au tout début de la IIIe République...
Né à Casablanca d'une mère antillo-calaisienne et d'un père ariégeois, François Salvaing a écrit une vingtaine de romans, dont Misayre ! Misayre !, prix du Livre Inter en 1988, et Parti, grand prix de la Société des Gens de lettres en 2000.


Jacques Carol, ancien consultant international, a longtemps vécu au Sénégal. Il s'est plongé avec passion dans la riche correspondance que lui ont confiée les héritiers d'Émile Pinet-Laprade, ce bâtisseur et visionnaire à l'origine de Dakar et de son port.

Instrumentalisation de la mendicité des enfants : déni, indifférence, inconscience… ? par Cécile THIAKANE–Lanceuse d’alertes ; activiste sociale et citoyenne du monde.

 

Instrumentalisation de la mendicité des enfants : déni, indifférence, inconscience... ? par Cécile THIAKANE–Lanceuse d'alertes ; activiste sociale et citoyenne du monde.

J'ai croisé récemment un jeune garçon en plein centre-ville de Dakar...

C'était un jeune talibé... Il était relativement tôt. En discutant avec lui, je me rends compte qu'il ne connaissait pas son âge ! Il doit avoir entre 7 et 8 ans ! Il m'apprend qu'il vient d'un daara situé à Guédiawaye dans la grande banlieue Dakaroise. Tous les jours avec les autres garçons de son daara, ils sont conduits, à l'aube, en car au centre-ville ! Le soir venu ils refont le trajet inverse pour rentrer.


Ils passent leurs journées à errer dans les rues de Dakar ! Des journées entières passées à interpeller les passants, à quémander pour atteindre un objectif de recettes fixées par des adultes, leurs responsables de daara. Ils sont sévèrement punis quand ils n'atteignent pas le montant journalier fixé.


J'ai encore en mémoire ce douloureux souvenir, un échange avec de jeunes talibés, l'année dernière en pleine période des fêtes de fin d'année. Il était tard, il faisait un peu frais ce soir-là, les rues du centre-ville de Dakar étaient presque désertes. Ces jeunes talibés, eux, n'avaient pas la chance de rentrer dans leur daara le soir venu ! Ils restaient en ville, dormaient à même le sol sur des cartons. Ils étaient livrés à leurs tristes sorts, et à tous les dangers de la nuit. On sait qu'il y a déjà eu des cas d'abus sur de jeunes garçons qui ont été victimes de prédateurs sexuels...
Dernièrement, un samedi soir, en sortant d'un restaurant, aux Almadies, haut lieu de la nuit Dakaroise... Il était 1h30 du matin... Il y a foule notamment beaucoup de jeunes qui comme à leur habitude se donnent rendez-vous dans ce quartier le week-end pour se divertir ! Je remarque un bon nombre de personnes assises sur le trottoir entrain de mendier à une heure aussi tardive ! Quel visage de la vulnérabilité de certaines couches de la population sénégalaise !

Mon attention est vite attirée par une toute petite fille assise à côté d'une femme, elle ne semble pas avoir plus de 3 ans ! Tout à coup, elle se lève d'un pas alerte dès qu'elle me voit et me tend la main. Sa rapidité d'exécution, à une heure aussi tardive me sidère ! Je lui prends ses deux mains et m'accroupie en face d'elle pour lui parler. Elle se contente de me sourire, et quel sourire innocent ! Mais elle ne répond pas à mes questions. Je m'adresse à la femme assisse à côté d'elle, c'est sa maman. Elle me confirme que sa fille a 2 ans et demi. Je lui demande pourquoi elle est encore dehors à cette heure avec une fille aussi jeune. Cette petite fille devrait être en train de dormir lui dis-je ! Elle m'explique qu'elle est veuve et n'a pas d'autres choix. Elle elle est obligée, pour survivre, de faire la manche avec ses trois enfants : cette petite fille et ses deux frères jumeaux de 4 ans ! D'ailleurs, l'un des jumeaux est entrain de dormir à même le sol à côté de sa maman. Elle m'avoue, qu'ils quittent Keur Massar tous les vendredis et les samedis pour faire la manche à cet endroit. Ils passent toute la nuit dehors, espérant profiter de la générosité des passants.

Je note cependant que la majorité des passants, devenus certainement insensibles, car habitués à ces scènes, ne prêtent même pas grande attention à ces mendiants.
Quand je donne un billet à la petite fille son visage s'illumine comme un enfant qui a reçu son cadeau le plus désiré un matin de Noël ! Elle s'empresse de remettre l'argent à sa maman.

Ces différents exemples, loin d'être des cas isolés, illustrent l'étendue et la complexité de ce problème de mendicité des enfants dans les rues des grandes villes au Sénégal, surtout à Dakar.
En plus des talibés, il paraît que leur nombre serait de plus de 40.000 milles dans les rues de Dakar, on note de plus en plus de jeunes enfants accompagnés de femmes, certainement leurs mamans, qui mendient de jour comme de nuit. Je n'ai pas abordés le cas des enfants en situation d'handicap, mais il y en a aussi un nombre non négligeable faisant la manche dans la rue !

Je suis partie avec une pléthore de questions et un sentiment d'impuissance.


Est-il possible que cette petite fille de 2ans et demi ait si bien assimilé son rôle dans leur dispositif ? Est-elle l'atout « sensibilité » pour sa maman ? Comment résister à ce visage si innocent ? Comment ne pas lui donner une pièce ? A quel avenir peuvent prétendre tous ces enfants maltraités, privés de leur enfance et de leur dignité ? Qu'est-ce qui peut bien justifier que des parents, des adultes responsables de mineurs puissent instrumentaliser la mendicité des enfants ? Qui sont les coupables : Les parents, les chefs de Daara, les autorités gouvernementales, ceux qui continuent à leur donner l'aumône ? Quelles sont les pistes solutionnaires pour éradiquer durablement ce fléau et redonner à ces enfants leur dignité en respectant leurs droits primaires ? Pourquoi dans un pays comme le nôtre, où la population a soit-disant le culte de la solidarité, nous n'excellons pas dans la promotion de la justice sociale ? Comment réussir à créer des dynamiques d'inclusion qui vont au-delà de la sphère familiale mais servant toute la communauté ?

Parce que la misère entrave la dignité de l'homme partout où elle sévit, ces couches de la population, dans leur profonde vulnérabilité voient leur dignité s'effriter chaque jour davantage face aux poids de leurs urgences de survie ! Il est crucial d'œuvrer concrètement pour la justice sociale. Elle reste un des vecteurs de développement durable car réduisant les inégalités, mais aussi l'impécuniosité caractérisée, et favorisant le bien-être des populations.

La place de ces enfants n'est pas dans la rue, mais dans des endroits sécurisants et structurants pour leur donner une opportunité de forger leurs destins. Ils ont besoin et ont droit à prendre le meilleur départ possible pour commencer leur vie. Cela passe par la satisfaction de leurs besoins primaires, par l'éducation, la sécurité, la paix et le droit à l'enfance... Comme nous le savons lorsque l'enfant ne prend pas le meilleur départ possible dans la vie, cela a assez souvent un coût élevé à la fois pour lui et pour la société en général. Nul doute que nous aurons tous à payer cette addition et elle sera très salée pour l'ensemble de la nation. Ces enfants qui représentent l'avenir et subissant ces violations de leurs droits sous l'indifférence de la communauté, ont de fortes chances de grandir sans qualifications, sans repères et d'atterrir à la périphérie de la société. Peut-être que nous avons parmi eux de futurs génies, des créateurs, des scientifiques...


Depuis plus de quarante ans, des textes de lois ont été votés par les différents gouvernements pour interdire la mendicité de tout genre, mais leur mise en application n'est jamais effective.
Jusqu'à quand allons-nous continuer à signer des conventions, ratifier des traités internationaux sur les droits et la protection des enfants pour satisfaire aux ODD ou pour être éligible par rapport aux différents critères de financements des institutions internationales et autres bailleurs de fonds tout en sachant pertinemment que leur applicabilité sera problématique ; la source du problème n'étant pas solutionnée ! Sans considération de l'ensemble de la chaine de valeur pour mettre en œuvre les conditions économiques, sociales et culturelles idoines, nous aurons des solutions en silo. ...


Les enfants sont l'avenir, et pour avoir un bel avenir ils ont besoin d'être accompagnés. Nous avons le devoir et l'obligation de ne plus laisser une partie d'eux être privés de ses droits fondamentaux.
Pour éradiquer ce fléau de la mendicité infantile, les solutions seront endogènes et nécessiteront une mise en commun d'initiatives faisant intervenir toutes les parties prenantes : Etat, autorités religieuses, familles, société civile, ONG... Certaines comme celles citées ci-dessous peuvent adresser le problème dans sa globalité.

- La redynamisation des territoires ruraux pour éviter l'exode rural de familles entières qui se retrouvent en ville sans avoir les moyens d'y vivre de façon décente et qui peuvent venir augmenter les rangs des candidats à la mendicité. Il y a aussi tous ces jeunes garçons, venant de ces zones rurales qui subissent de plein fouet les profondes mutations du monde rural avec l'abandon de l'agriculture vivrière et de l'élevage. Ces garçons se retrouvent envoyés dans des daaras en zones urbaines.


- Certaines croyances culturelles et religieuses gagneraient à être questionnées. Informer, sensibiliser mais surtout conscientiser les familles sur l'urgence de la situation de leurs enfants et à quel point ce « modèle de daara » s'est éloigné du concept initial et peut représenter un sérieux handicap dans leur vie future.
- Une politique sociale inclusive pour améliorer le niveau de vie des couches les plus vulnérables et en finir avec les urgences de survie quotidiennes.
- Subventionner les daaras, pour les moderniser et les structurer. Cela permettrait de prendre en charge décemment les talibés et les accompagner de manière optimale dans leur apprentissage.
- Santé de la reproduction à promouvoir et à faire adopter davantage par les familles démunies qui continuent à enregistrer un fort taux de natalité sans pour autant avoir les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants.

Le 20 Novembre, journée mondiale des droits des enfants, reste un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices que subissent encore les enfants dans le monde.

Stop à la mendicité ! Stop à la maltraitance ! Stop à toutes les formes d'injustice qui inhibent la croissance harmonieuse des enfants.
Nos enfants ont droit à l'amour, à l'éducation, à la santé, à une vie décente et aussi à l'enfance.

Une société qui ne protège pas ses enfants, une société qui n'éduque pas ses enfants, ne se ferme-t-elle pas les voies de l'émergence ?

Cécile Thiakane
Actrice du Développement social
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

On pourra lire aussi
Il veut sortir les talibés des griffes des marabouts
Un Muriautin se bat depuis des mois pour faire connaître le sort des enfants talibés, de jeunes mendiants exploités par des marabouts à Dakar.
Marche sur les Champs
Au mois d'octobre de l'année dernière, à son retour en France, Cheikh Soumano dépose les statuts de son association « Les Etoiles Talibés » et décide de mener une action de communication choc. Il défile sur les Champs-Elysées pieds nus, comme les talibés avec une chaîne symbolisant l'esclavage dont les enfants sont victimes.

POLLUTION AU SENEGAL-Du soufre déversé sur la voie publique au Sénégal : des habitants s’inquiètent-ségrégation écologique§

POLLUTION AU SENEGAL-Du soufre déversé sur la voie publique au Sénégal : des habitants s'inquiètent

Les industries tuent au Sénégal Rien n'est grave dans ce pays –Risque insoupçonnés-Conséquences à venir-Alerte

POLLUTION au SENEGAL Racisme écologique ou ségrégation écologique

Photos publiées sur Facebook par la plateforme Mboro SOS.
Photo du littoral, envoyée par Ndiaga Ndiaye.

Des images montrant du soufre sur la voie publique à Mboro et Darou Khoudoss, des localités situées dans l'ouest du Sénégal, ont été publiées sur les réseaux sociaux ces derniers mois. Ce produit est régulièrement déversé de façon accidentelle par les camions des Industries chimiques du Sénégal (ICS) – une entreprise opérant dans la zone – lorsqu'ils traversent ces localités. Les habitants s'inquiètent pour leur santé.


ICS est l'une des principales entreprises du Sénégal. Présente sur différents sites dans le pays, elle produit principalement du phosphate, de l'acide phosphorique et de l'engrais. Depuis 2014, la majorité de son capital est détenue par Indorama, une multinationale asiatique.


ICS est notamment présente à Darou Khoudoss, à côté de Mboro. Ces deux localités sont situées à quelques kilomètres de la côte, dans le département de Tivaouane, dans la région de Thiès, à une centaine de kilomètres au nord-est de Dakar. Sur le site de Darou Khoudoss, l'entreprise produit de l'acide sulfurique, à partir du soufre, et de l'acide phosphorique, à partir du phosphate et de l'acide sulfurique. Problème : le soufre est régulièrement déversé de façon accidentelle sur la route par les camions qui l'acheminent vers l'usine.


"Il y a parfois des enfants qui jouent avec le soufre"


Un habitant originaire de Mboro a contacté notre rédaction pour nous faire part de ses inquiétudes au sujet du soufre. Il nous a ensuite mis en relation avec Mboro SOS, une plateforme citoyenne créée en 2017 pour dénoncer les problèmes locaux, tout en proposant des solutions. Nous avons échangé avec Ndiaga Ndiaye, le chargé de communication de la plateforme :
Nous voyons du soufre sur la route depuis des années. Mais c'est surtout inquiétant depuis quelques mois, car nous en voyons désormais en ville, à côté du marché, où les gens vivent et travaillent, et d'importantes quantités ont récemment été déversées. Avant, c'était surtout visible hors de la ville.


Les camions qui traversent Mboro ne déversent pas du soufre tous les jours, mais peut-être deux fois par semaine en moyenne. Ils n'ont pas l'air d'être aux normes pour transporter ce genre de produits.
Nous nous inquiétons des conséquences de ce soufre pour notre santé, notamment quand nous l'inhalons. En plus, au marché, il se dépose sur des produits qui sont consommés sans être cuits, comme les salades et les tomates, donc c'est moyen. Et il y a parfois des enfants qui jouent avec le soufre... [Deux autres habitants ont également indiqué à notre rédaction que le soufre s'enflammait quand il faisait très chaud, NDLR.]
Avec Mboro SOS, nous avons dit aux ICS que nous ne voulions plus de soufre sur la route. Nous leur avons proposé que leurs camions empruntent une autre voie, pour contourner notre localité. Ils ont dit que ce n'était pas prévu, mais qu'ils allaient essayer de tout faire pour que le soufre ne soit plus déversé. Pour l'instant, il continue d'être déversé, mais désormais, ils nettoient généralement la voie après leur passage, donc c'est déjà ça. Par contre, pour balayer le soufre et rincer la voie, ils font souvent appel à des travailleurs journaliers, qui ne portent parfois ni masques, ni gants...


Que disent les autorités locales, les ICS et les chimistes concernant le soufre ?


Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, le maire de Mboro, Moussa Ndiaye, confirme que du soufre est déversé sur la route "depuis plusieurs années", et que ce problème concerne "quasiment toutes les communes" traversées par les camions des ICS.


Également contacté par notre rédaction, Alassane Diallo, le directeur général des ICS, assure que le soufre n'est "ni toxique ni nocif à l'état solide". Il reconnaît toutefois qu'il arrive que des camions "déversent une partie de leur chargement lors du franchissement des dos d'âne" et que cela représente "une énorme perte pour les ICS", puisqu'il s'agit d'une matière première essentielle à leurs activités : "Pour ne plus être tributaire de l'état de certains camions, dont une partie de la cargaison peut se déverser sur la route, ICS a donc acheté 15 camions neufs, qui seront bientôt mis en service." Il précise qu'un "système d'alerte" a également été mis en place "pour ramasser le soufre déversé sur la route de Dakar à l'usine de Mboro".


Notre rédaction a également contacté plusieurs experts en chimie. Tous indiquent que le soufre n'est pas toxique en tant que tel, mais qu'il peut être irritant pour les voies respiratoires. Même son de cloche du côté de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (INERIS), placé sous la tutelle du ministère français de la Transition écologique et solidaire :
Le soufre est irritant par contact avec la peau et les yeux, et par inhalation pour les voies respiratoires. Le contact avec les yeux entraîne des rougeurs et des larmoiements. L'inhalation occasionnelle est responsable d'éternuements et de toux, alors que l'exposition prolongée peut entraîner des maladies du système respiratoire, et notamment des trachéo-bronchites.

C'est pourquoi plusieurs organismes recommandent de porter des lunettes et des gants de protection en cas de manipulation du soufre.
Selon l'INERIS et les experts que nous avons contactés, c'est surtout la combustion du soufre qui peut être problématique, puisqu'elle génère notamment du dioxyde de soufre (SO2), une substance toxique très irritante.
"Les camions des ICS déversent aussi des déchets toxiques sur la côte"


Ndiaga Ndiaye de Mboro SOS poursuit :
Outre les problèmes liés au soufre, l'air est pollué à cause des ICS. Le 29 septembre, il y a même eu une fuite de gaz importante, qu'on a ressentie jusqu'à Mboro : l'odeur était très forte, il était difficile de respirer, ça m'a piqué à la gorge... De plus, les camions des ICS déversent des déchets toxiques sur la côte, au niveau de Khondio, depuis des années, ce qui détruit les ressources halieutiques.

Concernant la fuite de gaz mentionnée par notre Observateur, le maire de Mboro assure qu'il ne l'a pas ressentie, mais que les gens lui en ont parlé. De son côté, le directeur général des ICS affirme qu'il n'y a eu aucune fuite et qu'il serait de toute façon "impossible de cacher" un tel incident. Concernant les déchets, il reconnaît en revanche qu'ICS déverse "un sous-produit, de l'acide fluosilicique, dans la mer". L'acide fluosilicique fait partie de la liste des substances toxicologiques établies par divers organismes (CNESST, REACH, OIT...).

Photo du littoral, envoyée par Ndiaga Ndiaye.

Cet article a été écrit par Chloé Lauvergnier (@clauvergnier).

À Dakar, les Soninkés rappellent leur passé glorieux et la richesse de leurs cultures Par Amadou Oury Diallo

 

Lors de la 5e édition dudu Festival international soninké (FISO) à Dakar, le 21 février 2018. © DR / Lionel Mandeix


Après Kayes au Mali et Nouakchott en Mauritanie, Dakar est devenue le temps d'une semaine de festivités la capitale des communautés soninkés venues de toute l'Afrique de l'Ouest et au-delà.


Dakar s'est transformé, du 21 au 25 février, en capitale de la culture soninké. Cette ethnie a l'âme voyageuse a vu sa diaspora régionale, continentale et même mondiale rallier la presqu'île du Cap-Vert pour la 5e édition du Festival international soninké (FISO). La liste – non exhaustive – des pays représentés lors de ce FISO parle d'elle-même : Mali, Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau et Conakry, Côte d'Ivoire, RDC, Angola, Égypte, France, Espagne, États-Unis...

Un héritage à protéger


Pour les initiateurs de l'événement, il s'agissait de rappeler la grande histoire, si souvent méconnue, de cette communauté qui a fondé et dirigé les premiers empires ouest-africains, du Wagadou, l'autre nom de l'Empire du Ghana.


La langue est la colonne vertébrale de la culture


C'était d'ailleurs le thème central de cette édition : « Le Wagadou, premier empire africain, hier, aujourd'hui, demain ». Les conférenciers ont mis en évidence le rayonnement de ces organisations politiques sur une bonne partie de l'Afrique de l'Ouest, ainsi que l'héritage culturel qui a imprégné toute les sociétés ouest-africaines, tels que l'apparition des corps de métier, l'organisation militaire ou encore le cousinage à plaisanterie.
La préservation de la langue soninké a également été au centre d'ateliers qui ont ponctué les trois journées du festival. Un aspect « extrêmement important pour nous », insiste Idrissa Diabira, président du Wagadou Jiida (« Renaissance du Wagadou »), l'Association de la communauté soninké au Sénégal créée en 1985 et maître d'œuvre du FISO 2018. « Chaque année, selon l'Unesco, une dizaine de langues disparaissent. Or, la langue est la colonne vertébrale de la culture », martèle-t-il. La manifestation culturelle a d'ailleurs coïncidé avec la Journée internationale des langues maternelles instituée par l'Unesco.


Soumaïla Cissé présent

C'est la Gambie qui accueillera, dans deux ans, la 6e édition du FISO


Défilés du millier de festivaliers provenant des douzaine de délégations, ballets équestres de haute facture, chants et danses de femmes drapées dans leurs grands boubous indigo – une spécialité vestimentaire soninké -, ont rythmé cette 5e édition du FISO ouverte par le président Macky Sall.
On notera également la représentation du spectacle sons et lumières Une journée ordinaire à Koumbi Saleh, du dramaturge sénégalais Seiba Lamine Traoré, qui retrace la vie de cet empire.


Plusieurs personnalités soninkés ont participé à cette 5e édition du FISO, dont Diocounda Traoré, ancien président de transition du Mali ou encore Soumaïla Cissé, opposant malien et ex-président de la Commission de l'UEMOA.


Adama Barrow, chef de l'État gambien, n'était par contre pas présent. Mais il pourra profiter du FISO à Banjul : c'est la Gambie qui accueillera, dans deux ans, la 6e édition du FISO, après Kayes au Mali en 2011 et Nouakchott en Mauritanie, qui furent les premières villes hôtes de cette manifestation bisannuelle initiée par l'Association pour la promotion de la langue et la culture soninké en France (APLCSF), aujourd'hui présidée par le Franco-Malien Diadjé Soumaré.

Soninkés et dynamiques d'émigration

Les membres de la diaspora soninké soutiennent à bout-de-bras les régions dont elles sont originaires


Au Sénégal, les principaux foyers de peuplement soninkés sont notamment situés dans la vallée du fleuve Sénégal, à Bakel (correspondant à la province du Gadiaga), au Fouta (le Haïré), dans le Boundou (entre Tambacounda et la Gambie) et à Vélingara, en Casamance. Ils sont essentiellement établis dans la région de Kayes, à l'ouest du Mali. Cette région constitue, avec une petite partie du sud-ouest mauritanien, le Guidimakha.
Ces différents foyers alimentent depuis la fin de la première moitié du vingtième siècle les dynamiques d'émigration soninkés en direction de l'Afrique centrale (vers les deux Congo) et, surtout, vers la France, à partir des années 1950.


Réputés pour leur attachement aux valeurs fondatrices de leur culture – discrétion, solidarité, respect des anciens, etc. -, les membres de la diaspora soninké soutiennent à bout-de-bras les régions dont elles sont originaires, souvent laissées pour compte par les pouvoirs centraux.


https://www.jeuneafrique.com/537257/societe/a-dakar-les-soninkes-rappellent-leur-passe-glorieux-et-la-richesse-de-leurs-cultures/

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook