top

Société

Les politiques culturelles au Sénégal : Les séminaires du Savoir partagé au Musée T MONOD-IFAN-UCAD-gratuit

L'Université est le monde du savoir et ce savoir doit être livré, partagé à la sagacité unverselle. A travers le monde, le MAC ( musée des arts et civilisations à Paris), la Société savante des africanistes du quai branly, le Collège de France, Le collège de Philosophie, etc organisent annuellement des séminaires pour le grand public et le public y répond massivement. Pape B CISSOKO

L'Institut Fondamental d'Afrique Noire Ch.A.Diop, Département des musées (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) et
La Direction des Arts (Ministère de la culture et de la communication)

Organisent le séminaire de recherche

Les politiques culturelles au Sénégal :
Mercredi 15 février 2017, 10h-13h au Musée Théodore Monod d'art africain 1, Place Soweto, BP 206 Dakar

Pr. Ousmane Diakhaté, Professeur Titulaire des Universités de classe Exceptionnelle (3e échelon). FLSH/UCAD

L'État et le Théâtre : le cas du Sénégal

Il s'agira d'une réflexion qui permettra de se poser des questions au sujet de la politique sénégalaise coloniale, post-coloniale et contemporaine. Nous essayerons de faire ressortir la diversité des problèmes liés à l'organisation, à la réglementation, au financement à la formation, aux infrastructures, à la décentralisation, etc. Quelles différences entre l'État entrepreneur de l'activité théâtrale et l'État en tant que stimulateur de l'activité théâtrale ?

Dr. Massamba Gueye, Chercheur, Laboratoire études africaines. FLSH/UCAD

Les arts vivants au Sénégal : Théâtre et Conte, de l'aide à la subvention pour un renouveau !

De tous les arts vivants, le théâtre scénique et le conte sont les plus en lambeaux au Sénégal. Si au début des indépendances le théâtre a vécu ses heures de gloire dans les politiques publiques, il n'en a jamais été ainsi pour le conte qui peine toujours à s'ériger en art majeur. La question des droits culturels des citoyens et la signature de la Convention internationale pour la diversité des expressions culturelles ont redessiné un nouveau paysage mondial des arts vivants. Cette étude pose le principe d'un changement de paradigme comme orientation cruciale pour faire renaître le goût du public à aller voir des spectacles. Elle part d'un état des lieux du secteur pour aboutir à des perspectives concrètes pouvant donner une seconde vie au secteur du théâtre tout en assurant au conte son plein épanouissement. Le champ de notre analyse englobe les secteurs professionnels et amateurs depuis 1960 dans les orientations stratégiques de l'Etat du Sénégal.

M. Sahite Sarr Samb, Directeur général de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano

L'expérience des Compagnies théâtrales privées professionnelles au Sénégal : ambitions, réussites et limites.

A travers l'analyse du contexte socioculturel national des années 1990 et surtout des motivations professionnelles et financières qui furent à l'origine de la mise en place de ces Compagnies théâtrales, cette intervention pose un certain nombre de questions et de problématiques liées à ces initiatives culturelles intéressantes et volontaristes à savoir : 1) les motivations et acteurs du sous-secteur du théâtre qui ont été à la base de telles initiatives culturelles ; 2) l'impact et la pérennité de telles démarches alternatives de structuration dans l'évolution du théâtre sénégalais ; 3) les atouts et contraintes de ce mouvement constaté dans le domaine de arts de la scène au cours des années 1990 et 2000 ; 4) les créations et productions de ces troupes théâtrales.

Biographie des conférenciers

Pr. Ousmane Diakhaté a été recruté à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Cheikh Anta DIOP depuis 1985, comme assistant. En venant à l'Université, il avait, derrière lui, huit ans d'enseignement dans le secondaire. Au Département de Lettres Modernes, M. Diakhaté s'est toujours signalé par ses qualités d'enseignant-chercheur, fortement attaché au travail et aux valeurs universitaires. Ses activités dans la recherche et l'enseignement du théâtre ont élargi considérablement la place de cette discipline dans notre Université. « L'atelier de Recherche et Pratiques Théâtrales » qu'il a créé à la Faculté, lui a valu de nombreuses distinctions nationales et internationales dont la plus importante est la vice-présidence de l'Association Internationale du Théâtre à l'Université (AITU) dont le 3ème Congrès mondial s'est tenu à l'UCAD en 1999. Le Professeur Ousmane Diakhaté a occupé les Fonctions de Chef de Département de Lettres Modernes durant huit ans avant d'être nommé Directeur Général du Théâtre National Daniel SORANO, la plus haute institution théâtrale du Sénégal, (2000 à 2013). Le travail qu'il y accompli et qui constitue une passerelle naturelle entre ses enseignements et ses recherches en matière de théâtre, fait la fierté de l'UCAD. L'appréciation positive de ses étudiants et de ses collègues, la disponibilité dont il fait preuve pour l'encadrement du Master et du Doctorat aussi bien à Dakar, qu'à l'étranger, font de M. Diakhaté un universitaire de grande qualité. Il a. publié de nombreux articles et travaux dans des revues de renommée mondiale et qu'il a été Rédacteur pour l'Afrique francophone et lusophone du Volume III de l'Encyclopédie Mondiale du Théâtre contemporain publié par ROUTLEDGE en 1977 et dont le lancement a eu pour cadre notre Université en 1978.


Dr. Massamba Guèye, Conseiller technique à la Présidence de la république du Sénégal, Secrétaire général de l'Association des Conteurs du Sénégal, PCA de ADAFEST/ARTERIAL, a fait une thèse unique à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Professeur de Lettres Modernes, il est producteur/animateur de l'émission radiophonique « Contes et légendes » (français/Wolof) sur Radio Sénégal Internationale Il a été chroniqueur (contes) à RTS pendant plus de dix ans pour l'émission « La télé est à nous ». Il est créateur de l'émission CRE'ART sur RTS1 et consultant sur la TFM. Conteur, dramaturge et poète et philologue mais aussi chercheur en traditions orales, depuis 1986. Il est auteur de plusieurs livres de contes et Théâtre dont : Héritages et autres contes..., Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 57p ; Modou le riche bavard, Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 25p ; Tout conte fait ... (livre-cd ), Dakar, 2008, Ed Le Nègre International, 57p ; Le Totem, Ed de là Brousse, 2008 ( livre de lecture du Ministère de l'Education Nationale,) ; Les aventures des sœurs gourmandes ( livre de lecture du Ministère de l'Education Nationale), Ed de la Brousse, 2008 ; Sénégalités, paroles africaines (théâtre), Dakar, 2011, Ed Le Nègre International, 57p ;. L'Or du Sage (album de conte illustré bilingue Wolof/Français), éd et diff Athéna, Dakar, 2014, 30 p ; Nérons D'ébène, les Incendiaires, Dakar, ed et diff Athéna, 2016, 54 pages.
Sahite Sarr Samb, Titulaire d'un DEA en Géographie physique ( UCAD ) et d'un Troisième cycle en Sciences de l'information ( ULB ), Sahite Sarr SAMB a été d'abord enseignant d'histoire-géographie dans un Collège d'enseignement moyen. En 1985, il est envoyé au CRAC de Lomé (Togo) pour suivre une formation de Conseiller aux Affaires culturelles. Ensuite, il a occupé de hautes fonctions dans l'Administration publique et dans le secteur privé. Ainsi, il a été, notamment, Directeur de Centre culturel régional, Conseiller technique (N°1 et N°2), Chef du Service de l'Information à l'IPRES, Directeur de l'Ecole nationale des Arts, Directeur du Livre et de la Lecture, Chef du Projet Bibliothèque National, Directeur de Cabinet du Ministre chargé de la Culture. Actuellement, il est Directeur général de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano. Monsieur SAMB a également présidé le Comité national d'organisation et le Comité Scientifique de la FILDAK, le Comité national chargé des préparatifs de l'inauguration du Monument de la Renaissance Africaine et la Commission artistique nationale du 3ème FESMAN. Parallèlement à ses fonctions, il dirige deux associations culturelles le Canal Culturel et la Fédération des Acteurs Culturels de Rufisque.
.
COORDINATION


Dr El Hadji Malick Ndiaye : 77 198 10 73 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
M. Abdoulaye Koundoul : 77 635 52 46 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Programme des séances de 2017

Dates : 1er et 3e mercredis du mois. De février à juillet 2017
Horaires : 10h-13h

1er février CINÉMA ET AUDIOVISUEL

* Hugues Diaz : La politique de développement de l'industrie cinématographique au Sénégal: état des lieux et perspectives.

15 février  THÉÂTRE ET CONTE

* Ousmane Diakhaté : L'État et le Théâtre : le cas du Sénégal
* MassambaGueye : Les arts vivants au Sénégal : Théâtre et Conte, de l'aide à la subvention pour un renouveau !
* Sahite Sarr Samb: L'expérience des Compagnies théâtrales privées professionnelles au Sénégal : ambitions, réussites et limites

1 mars 2017 ARTS VISUELS

* Daouda Diarra : La créativité marque de fabrique des politiques culturelles
* Viyé Diba : Politiques artistiques et leadership national

15 mars 2017 DANSE

* Jean Tamba : Plan Sénégal Emergent : quelles solutions pour la danse ?
* Gacirah Diagne : Le secteur de la Danse face aux défis du Développement : L'approche des danses urbaines

5 avril 2017 MUSIQUE

* Ibrahima Wane : Le secteur de la musique dans les politiques publiques

19 avril 2017 CULTURES URBAINES

* Keyti : Nouvelles technologies, nouveaux modes d'accès à la culture : sommes-nous encore en train de rater une révolution?

3 mai 2017 MODE ET DESIGN

* Joëlle Le Bussy Fall : Etat des lieux du design au Sénégal

17 mai 2017 ARTISANAT D'ART

* Brahim Sakho : Le Profil de l'Artisanat d'Art au Sénégal
: Artisanat traditionnel et nouvelles technologies.

7 juin 2017 TERRITORIALISATION DES POLITIQUES CULTURELLES

* Hamady Bocoum : Territorialisation de la politique nationale et de développement de la culture.
* Babacar Ndiaye : Le rôle des industries culturelles et des entreprises créatives dans le développement des collectivités et des territoires : la culture comme facteur de développement de l'économie locale.

21 juin 2017 FINANCEMENT DE LA CULTURE

* Me Sylvain Sankalé : Quelle loi pour quel mécénat ?
* Ousmane Faye : Le Financement de la culture : focus sur le mécénat

5 juillet 2017 RÉGLEMENTATION DU SECTEUR DE LA CULTURE

* Babacar Diouf : La Réglementation du secteur de la culture : focus sur Le statut de l'artiste.
* Souleymane Ngom : Statut de l'artiste et professionnalisation : Rôle de l'Etat et quel(s) mécanisme(s) définir pour sa mise en œuvre effective ?
* Me Corneille Badji : Le statut de l'artiste en droit social.

19 juillet 2017 FORMATION AUX MÉTIERS DE LA CULTURE

* Alioune Badiane : L'enseignement des arts visuels au Sénégal : histoire et perspectives.
* Bernard Bangoura : Du purisme d'un bel canto à la quête économique de rimes urbaines : réflexions sur l'orientation publique du fait musical comme entité et outil de médiation culturelle au Sénégal.
* Babacar Mbaye Diop : L'enseignement des arts à l'ISAC.

NB : Le séminaire est ouvert au public dans la limite des places disponibles

E. H. Malick NDIAYE : Chercheur-Historien de l'art
Université Cheikh Anta Diop de Dakar
IFAN-Ch. A. Diop. Département des musées
Conservateur du Musée Théodore Monod d'art africain
Place Soweto. BP 206 Dakar. Tel : (+221) 77 198 10 73

Les politiques culturelles au Sénégal : Les séminaires du Savoir partagé au Musée T MONOD-IFAN-UCAD-gratuit

L'Université est le monde du savoir et ce savoir doit être livré, partagé à la sagacité unverselle. A travers le monde, le MAC ( musée des arts et civilisations à Paris), la Société savante des africanistes du quai branly, le Collège de France, Le collège de Philosophie, etc organisent annuellement des séminaires pour le grand public et le public y répond massivement. Pape B CISSOKO

L'Institut Fondamental d'Afrique Noire Ch.A.Diop, Département des musées (Université Cheikh Anta Diop de Dakar) et
La Direction des Arts (Ministère de la culture et de la communication)

Organisent le séminaire de recherche

Les politiques culturelles au Sénégal :
Mercredi 15 février 2017, 10h-13h au Musée Théodore Monod d'art africain 1, Place Soweto, BP 206 Dakar

Pr. Ousmane Diakhaté, Professeur Titulaire des Universités de classe Exceptionnelle (3e échelon). FLSH/UCAD

L'État et le Théâtre : le cas du Sénégal

Il s'agira d'une réflexion qui permettra de se poser des questions au sujet de la politique sénégalaise coloniale, post-coloniale et contemporaine. Nous essayerons de faire ressortir la diversité des problèmes liés à l'organisation, à la réglementation, au financement à la formation, aux infrastructures, à la décentralisation, etc. Quelles différences entre l'État entrepreneur de l'activité théâtrale et l'État en tant que stimulateur de l'activité théâtrale ?

Dr. Massamba Gueye, Chercheur, Laboratoire études africaines. FLSH/UCAD

Les arts vivants au Sénégal : Théâtre et Conte, de l'aide à la subvention pour un renouveau !

De tous les arts vivants, le théâtre scénique et le conte sont les plus en lambeaux au Sénégal. Si au début des indépendances le théâtre a vécu ses heures de gloire dans les politiques publiques, il n'en a jamais été ainsi pour le conte qui peine toujours à s'ériger en art majeur. La question des droits culturels des citoyens et la signature de la Convention internationale pour la diversité des expressions culturelles ont redessiné un nouveau paysage mondial des arts vivants. Cette étude pose le principe d'un changement de paradigme comme orientation cruciale pour faire renaître le goût du public à aller voir des spectacles. Elle part d'un état des lieux du secteur pour aboutir à des perspectives concrètes pouvant donner une seconde vie au secteur du théâtre tout en assurant au conte son plein épanouissement. Le champ de notre analyse englobe les secteurs professionnels et amateurs depuis 1960 dans les orientations stratégiques de l'Etat du Sénégal.

M. Sahite Sarr Samb, Directeur général de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano

L'expérience des Compagnies théâtrales privées professionnelles au Sénégal : ambitions, réussites et limites.

A travers l'analyse du contexte socioculturel national des années 1990 et surtout des motivations professionnelles et financières qui furent à l'origine de la mise en place de ces Compagnies théâtrales, cette intervention pose un certain nombre de questions et de problématiques liées à ces initiatives culturelles intéressantes et volontaristes à savoir : 1) les motivations et acteurs du sous-secteur du théâtre qui ont été à la base de telles initiatives culturelles ; 2) l'impact et la pérennité de telles démarches alternatives de structuration dans l'évolution du théâtre sénégalais ; 3) les atouts et contraintes de ce mouvement constaté dans le domaine de arts de la scène au cours des années 1990 et 2000 ; 4) les créations et productions de ces troupes théâtrales.

Biographie des conférenciers

Pr. Ousmane Diakhaté a été recruté à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université Cheikh Anta DIOP depuis 1985, comme assistant. En venant à l'Université, il avait, derrière lui, huit ans d'enseignement dans le secondaire. Au Département de Lettres Modernes, M. Diakhaté s'est toujours signalé par ses qualités d'enseignant-chercheur, fortement attaché au travail et aux valeurs universitaires. Ses activités dans la recherche et l'enseignement du théâtre ont élargi considérablement la place de cette discipline dans notre Université. « L'atelier de Recherche et Pratiques Théâtrales » qu'il a créé à la Faculté, lui a valu de nombreuses distinctions nationales et internationales dont la plus importante est la vice-présidence de l'Association Internationale du Théâtre à l'Université (AITU) dont le 3ème Congrès mondial s'est tenu à l'UCAD en 1999. Le Professeur Ousmane Diakhaté a occupé les Fonctions de Chef de Département de Lettres Modernes durant huit ans avant d'être nommé Directeur Général du Théâtre National Daniel SORANO, la plus haute institution théâtrale du Sénégal, (2000 à 2013). Le travail qu'il y accompli et qui constitue une passerelle naturelle entre ses enseignements et ses recherches en matière de théâtre, fait la fierté de l'UCAD. L'appréciation positive de ses étudiants et de ses collègues, la disponibilité dont il fait preuve pour l'encadrement du Master et du Doctorat aussi bien à Dakar, qu'à l'étranger, font de M. Diakhaté un universitaire de grande qualité. Il a. publié de nombreux articles et travaux dans des revues de renommée mondiale et qu'il a été Rédacteur pour l'Afrique francophone et lusophone du Volume III de l'Encyclopédie Mondiale du Théâtre contemporain publié par ROUTLEDGE en 1977 et dont le lancement a eu pour cadre notre Université en 1978.


Dr. Massamba Guèye, Conseiller technique à la Présidence de la république du Sénégal, Secrétaire général de l'Association des Conteurs du Sénégal, PCA de ADAFEST/ARTERIAL, a fait une thèse unique à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Professeur de Lettres Modernes, il est producteur/animateur de l'émission radiophonique « Contes et légendes » (français/Wolof) sur Radio Sénégal Internationale Il a été chroniqueur (contes) à RTS pendant plus de dix ans pour l'émission « La télé est à nous ». Il est créateur de l'émission CRE'ART sur RTS1 et consultant sur la TFM. Conteur, dramaturge et poète et philologue mais aussi chercheur en traditions orales, depuis 1986. Il est auteur de plusieurs livres de contes et Théâtre dont : Héritages et autres contes..., Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 57p ; Modou le riche bavard, Dakar, 2002, Ed Le Nègre International, 25p ; Tout conte fait ... (livre-cd ), Dakar, 2008, Ed Le Nègre International, 57p ; Le Totem, Ed de là Brousse, 2008 ( livre de lecture du Ministère de l'Education Nationale,) ; Les aventures des sœurs gourmandes ( livre de lecture du Ministère de l'Education Nationale), Ed de la Brousse, 2008 ; Sénégalités, paroles africaines (théâtre), Dakar, 2011, Ed Le Nègre International, 57p ;. L'Or du Sage (album de conte illustré bilingue Wolof/Français), éd et diff Athéna, Dakar, 2014, 30 p ; Nérons D'ébène, les Incendiaires, Dakar, ed et diff Athéna, 2016, 54 pages.
Sahite Sarr Samb, Titulaire d'un DEA en Géographie physique ( UCAD ) et d'un Troisième cycle en Sciences de l'information ( ULB ), Sahite Sarr SAMB a été d'abord enseignant d'histoire-géographie dans un Collège d'enseignement moyen. En 1985, il est envoyé au CRAC de Lomé (Togo) pour suivre une formation de Conseiller aux Affaires culturelles. Ensuite, il a occupé de hautes fonctions dans l'Administration publique et dans le secteur privé. Ainsi, il a été, notamment, Directeur de Centre culturel régional, Conseiller technique (N°1 et N°2), Chef du Service de l'Information à l'IPRES, Directeur de l'Ecole nationale des Arts, Directeur du Livre et de la Lecture, Chef du Projet Bibliothèque National, Directeur de Cabinet du Ministre chargé de la Culture. Actuellement, il est Directeur général de la Compagnie du Théâtre national Daniel Sorano. Monsieur SAMB a également présidé le Comité national d'organisation et le Comité Scientifique de la FILDAK, le Comité national chargé des préparatifs de l'inauguration du Monument de la Renaissance Africaine et la Commission artistique nationale du 3ème FESMAN. Parallèlement à ses fonctions, il dirige deux associations culturelles le Canal Culturel et la Fédération des Acteurs Culturels de Rufisque.
.
COORDINATION


Dr El Hadji Malick Ndiaye : 77 198 10 73 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
M. Abdoulaye Koundoul : 77 635 52 46 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Programme des séances de 2017

Dates : 1er et 3e mercredis du mois. De février à juillet 2017
Horaires : 10h-13h

1er février CINÉMA ET AUDIOVISUEL

* Hugues Diaz : La politique de développement de l'industrie cinématographique au Sénégal: état des lieux et perspectives.

15 février  THÉÂTRE ET CONTE

* Ousmane Diakhaté : L'État et le Théâtre : le cas du Sénégal
* MassambaGueye : Les arts vivants au Sénégal : Théâtre et Conte, de l'aide à la subvention pour un renouveau !
* Sahite Sarr Samb: L'expérience des Compagnies théâtrales privées professionnelles au Sénégal : ambitions, réussites et limites

1 mars 2017 ARTS VISUELS

* Daouda Diarra : La créativité marque de fabrique des politiques culturelles
* Viyé Diba : Politiques artistiques et leadership national

15 mars 2017 DANSE

* Jean Tamba : Plan Sénégal Emergent : quelles solutions pour la danse ?
* Gacirah Diagne : Le secteur de la Danse face aux défis du Développement : L'approche des danses urbaines

5 avril 2017 MUSIQUE

* Ibrahima Wane : Le secteur de la musique dans les politiques publiques

19 avril 2017 CULTURES URBAINES

* Keyti : Nouvelles technologies, nouveaux modes d'accès à la culture : sommes-nous encore en train de rater une révolution?

3 mai 2017 MODE ET DESIGN

* Joëlle Le Bussy Fall : Etat des lieux du design au Sénégal

17 mai 2017 ARTISANAT D'ART

* Brahim Sakho : Le Profil de l'Artisanat d'Art au Sénégal
: Artisanat traditionnel et nouvelles technologies.

7 juin 2017 TERRITORIALISATION DES POLITIQUES CULTURELLES

* Hamady Bocoum : Territorialisation de la politique nationale et de développement de la culture.
* Babacar Ndiaye : Le rôle des industries culturelles et des entreprises créatives dans le développement des collectivités et des territoires : la culture comme facteur de développement de l'économie locale.

21 juin 2017 FINANCEMENT DE LA CULTURE

* Me Sylvain Sankalé : Quelle loi pour quel mécénat ?
* Ousmane Faye : Le Financement de la culture : focus sur le mécénat

5 juillet 2017 RÉGLEMENTATION DU SECTEUR DE LA CULTURE

* Babacar Diouf : La Réglementation du secteur de la culture : focus sur Le statut de l'artiste.
* Souleymane Ngom : Statut de l'artiste et professionnalisation : Rôle de l'Etat et quel(s) mécanisme(s) définir pour sa mise en œuvre effective ?
* Me Corneille Badji : Le statut de l'artiste en droit social.

19 juillet 2017 FORMATION AUX MÉTIERS DE LA CULTURE

* Alioune Badiane : L'enseignement des arts visuels au Sénégal : histoire et perspectives.
* Bernard Bangoura : Du purisme d'un bel canto à la quête économique de rimes urbaines : réflexions sur l'orientation publique du fait musical comme entité et outil de médiation culturelle au Sénégal.
* Babacar Mbaye Diop : L'enseignement des arts à l'ISAC.

NB : Le séminaire est ouvert au public dans la limite des places disponibles

E. H. Malick NDIAYE : Chercheur-Historien de l'art
Université Cheikh Anta Diop de Dakar
IFAN-Ch. A. Diop. Département des musées
Conservateur du Musée Théodore Monod d'art africain
Place Soweto. BP 206 Dakar. Tel : (+221) 77 198 10 73

La destination Sénégal désormais disponible sur Google Street view


A l'instar de nombreuses destinations touristiques dans le monde, le Sénégal a fait son entrée cette semaine sur Google Street view, le service de navigation virtuelle de Google qui permet à de nombreux utilisateurs d'aller à la découverte du monde via leur ordinateur ou mobile.

Lancé en mai 2007 afin de compléter les services Google Maps et Google Earth, Google Street view est réputé pour ses visites de rues, de monuments et autres grands sites, tout en captant au passage des scènes insolites. Se sont au total des millions de visites chaque jour à travers le monde virtuel de ce service. Pas moins de 40 pays y sont déjà présents, le dernier en date est le Sénégal, qui est aussi le premier pays francophone d'Afrique subsaharienne accessible à partir de cette application. Même si très peu de pays africains sont visibles sur Street view, plusieurs pays anglophones, notamment l'Afrique du Sud ou encore le Ghana, étaient déjà présents sur cette technologie.


Un atout pour le secteur touristique sénégalais.


« Google Street view est un formidable outil de promotion touristique, qui permet de visiter des endroits rêvés devant son ordinateur, de s'y balader. Vous pouvez à travers l'application découvrir les environs de votre prochaine destination de vacances, les monuments, les marchés, les gares, en l'espace d'une balade virtuelle vous vous retrouvez à des milliers de kilomètre », explique Guillaume Pépin, de la plateforme de voyage Jumia Travel. Ainsi les internautes pourront désormais découvrir le Sénégal à travers les artères de ses grandes villes, Dakar, bien sûr, mais aussi sa banlieue et l'île historique de Gorée, au large de la capitale ou encore la vielle ville coloniale de Saint-Louis, Thiès, Kaolack et Touba.


Il y a également la mise en avant du monument de la Renaissance Africaine situé à Ouakam, le plus grand d'Afrique avec 52 mètres. Les internautes pourront virtuellement s'y promener et découvrir l'intérieur du grand colosse et des trésors qui s'y trouvent. Autres endroits magiques à visiter, le lac rose, un site touristique visité chaque année par de millions de touristes, la langue de Barbarie à Saint-Louis ou encore la gigantesque et belle Mosquée de Touba, qui abrite chaque année de millions de musulmans et autres visiteurs.
Avec Google Street view, le touriste sénégalais pourrait bien se tourner vers une page et attirer encore plus de visiteurs dans le pays de teranga.


Ismael Cabral Kambell de jumia travel

COSYDEP DECELE UNE GESTION «INEFFICACE» ET «INEFFICIENTE»

L’effort fiscal du gouvernement sénégalais pour le système éducatif, notamment 35% du budget national et 6% du Produit intérieur brut (Pib), est salué par tous les acteurs éducatifs. Toutefois, la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) y décèle une gestion «inefficace et inefficiente» de ressources financières d’un système dont les indicateurs sont loin d’atteindre les objectifs internationaux d’éducation.

Qu’est ce qui est fait de ressources financières éducatives ? Où va l’argent de l’éducation ? Nos apprenants sont-ils mieux formés, mieux encadrés et mieux outillés ? La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) démarre l’atelier de formation et d’élaboration d’outils et de méthodes de suivi budgétaire du secteur de l’éducation par ces interrogations. Pendant 4 jours (du 13 au 16 février 2017), les acteurs de la société civile se mettront à niveau sur la maitrise des procédures d’élaboration de budget et du renforcement de leurs capacités à analyser et interpréter des données budgétaires. 

L’atelier qui s’est ouvert lundi entre dans le cadre du programme «SunuBudget» qui vise à  améliorer la participation citoyenne au processus budgétaire dans le secteur de l’éducation et de la formation.

En attendant un rapport de suivi et d’analyse de l’exécution du budget de l’Education, chaque trimestre, la Cosydep, en partenariat avec l’ONG 3D et l’USAID, estime que «le système éducatif souffre d’une gestion inefficace et inefficiente de ses ressources financières».

Les organisations de la société civile indiquent que «l’Analyse du contexte couplée aux résultats de différents programmes d’organisations de la société civile sur la gouvernance éducative et le suivi budgétaire révèlent de multiples manquements et défis structurels». Pour la Cosydep, certes, l’effort fiscal sur le système éducatif sénégalais qui représenterait 35% du budget national et 6% du Produit intérieur brut (Pib) constitue une option importante. Toutefois, la redistribution du financement dans les différents ordres d’enseignement s’en est une autre. 

Car, le contexte de raréfaction des ressources persiste, pendant que le secteur connaît des dysfonctionnements permanents. «Il suffit de voir l’environnement global pour dire que la question de l’Education ne fait pas l’objet d’une satisfaction des acteurs», souligne Maleine Amadou Niang. Pour le chargé des programmes finances publiques ONG 3D, «il s’agit de voir quels sont les problèmes d’efficacité d’utilisation des ressources, de l’organisation du système éducatif, la mise à disposition des ressources des écoles, la formation des enseignants, l’absence d’infrastructures de qualité».  

Pour les organisations de la société civile, l’utilisation efficace et efficiente des ressources financières du secteur passe par la fonctionnalité des organes de gouvernance de l’éducation, la transparence et la traçabilité de la dépense publique. 

SudOnline

AUDIO

-Habiter ici et vivre
Habiter ici et Vivre la-bas au Bled : immigration en questions. La chaine YOUTUBE de pape Cissoko ...
TFM-Sénégal-Questions
Télévision Questions Directes reçoit Pape Bakary Cissoko, Philosophe - conferencier - 23 Avril ...

Calendrier

« Février 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28          

Video galleries