High-Tech

Le soleil comme vous ne l'avez sûrement jamais vu

Grâce à l'agrégation de plusieurs clichés du soleil pris par son satellite SDO (Solar Dynamics Observatory), la NASA a pu réaliser une vidéo sur laquelle on peut admirer quelques-unes des éruptions les plus spectaculaires observées l'an dernier sur notre étoile. Des images éblouissantes d'effervescence.

Cela fait quatre ans que SDO, l'observatoire solaire de la NASA, a été placé en orbite autour de la terre. Survolant notre planète à près de 36 000 kilomètres d'altitude au-dessus de l'océan Pacifique, il est devenu un paparazzi de haut vol du soleil, qu'il obverse et photographie à raison d'environ 80 images à la minute !

Tous ces clichés sont envoyés dans une station terrestre de la NASA, située au Nouveau-Mexique, et permettent aux scientifiques de surveiller l'activité de l'étoile. Et ce que l'on peut voir, c'est qu'elle ne manque pas de bouillonnements.

Chaque éruption fait au moins la taille de la Terre toute entière

Cette effervescence a été mise en évidence dans une vidéo réalisée à partir des clichés d'éruptions particulièrement spectaculaires observées en 2013. Ce montage, en vitesse accéléré, permet d'apprécier la ferveur de notre soleil dans toute sa splendeur et son ampleur, chaque éruption faisant au moins la taille de la Terre toute entière. On se sent tout petit...

Géolocalisation : le projet de loi à l'Assemblée nationale
Adopté par le Sénat le 20 janvier, le projet de loi qui encadre la géolocalisation dans les enquêtes de police arrive à l'Assemblée nationale... dans sa version initiale, rétablie par la commission des Lois : géolocalisation autorisée pour 15 jours (les sénateurs l'avait ramenée à huit jours), et pour des infractions punies d'au mois trois ans de prison (les sénateurs espéraient 5 ans).
 
C'est un texte qui doit être débattu en urgence - la procédure parlementaire a été raccourcie : une lecture dans chaque chambre. Car le temps presse. Depuis près de cinq mois, beaucoup d'enquêtes sont à l'arrêt. Depuis que la Cour de cassation a pris deux arrêts, qui obligent les enquêteurs à demander l'autorisation d'un juge pour pouvoir géolocaliser un suspect à l'aide de son téléphone portable. "Ingérence à la vie privée", disait la Cour...
 
Du coup, il a fallu faire vite pour mettre sur pied un projet de loi. Autoriser la géolocalisation pour une durée réduite - 15 jours - et quand on suspecte un fait grave - passible d'au moins trois ans de prison. Les sénateurs, quand ils ont examiné le texte le 20 janvier, l'ont passablement retoqué : le délai est passé à huit jours, et la gravité des faits a été poussée à cinq ans de prison.
 
La commission des Lois n'en a eu cure, et a rétabli le texte dans sa version initiale. Celle que les députés examinent ce jour. La géolocalisation à nouveau autorisée pour 15 jours - au-delà, il faudra une autorisation du juge des libertés et de la détention, pour un mois renouvelable. Autorisée pour des infractions punies d'au moins trois ans de prison.

France.Info

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook