High-Tech

Quelles superpuissances se cachent derrière l’espion numérique Regin?

Le logiciel d'espionnage furtif Regin, identifié par le spécialiste américain de la sécurité informatique Symantec dimanche 23 novembre, est le plus sophistiqué jamais découvert à ce jour. Cette arme de cybersurveillance massive des internautes est aussi capable de suivre à la trace ses proies sur le Net, en toute discrétion, afin de subtiliser toutes leurs données.

Un nouveau logiciel d'espionnage, baptisé Regin, a été découvert par l'éditeur de solutions de sécurité informatique Symantec. La mise au point de Regin a dû nécessiter des mois, voire des années de recherche, et des moyens financiers conséquents. Son niveau de sophistication est à lui seul une signature : il a forcément été conçu pour les besoins des services de renseignement d'une superpuissance maîtrisant parfaitement le numérique.

Un coup des Américains et des Britanniques ?

Entre 2008 et 2011, Regin s’est infiltré dans les réseaux informatiques des organisations gouvernementales, des centres de recherches, des entreprises et des infrastructures stratégiques de nombreux pays. Ses cibles de prédilection ont été la Russie et l’Arabie saoudite, mais aussi le Mexique, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, l’Autriche ou encore l’Irlande. Selon le site d'information en ligne The Intercept, Regin serait une création des services secrets américains et britanniques. Le journal affirme qu’il  aurait été déployé pour espionner les salariés et les clients du principal réseau de télécommunications de la Belgique et infiltré le système informatique du Parlement européen.

Mais, à la différence du virus exterminateur d’industries Stuxnet, découvert en 2010 et qui avait contaminé les centrifugeuses d'enrichissement d'uranium en Iran, Regin ne joue pas au « casseur ». Il est bien plus subtil, explique le chercheur suisse (et chasseur de virus chez Symantec) Candid Wueest. « Parce qu’il est vraiment modulaire, Regin peut presque tout faire : il vole toutes les données, les mots de passe, il peut récupérer des fichiers qui étaient effacés, des messageries sur le réseau, ou cibler des personnes intéressantes pour savoir quel hôtel ils utilisent ou quel vol ils prennent », souligne t-il.

Regin, un logiciel utilisé par la NSA ?

Pour le chercheur, il reste toutefois difficile de connaître réellement l’origine de Regin. « On peut spéculer mais il n’y a pas assez de preuves pour l’attribuer à une agence ou un Etat, explique Candid Wueest. Je ne pense pas que nous allons vraiment découvrir qui est derrière ce logiciel. C’est comme Stuxnet, personne n’a dit : " Oui, c’était nous " et cela va être la même chose avec Regin. »

Interrogée sur la paternité du logiciel espion, une porte-parole de la NSA a répliqué : « Nous n'allons pas commenter ces rumeurs. » Il y a pourtant quelque chose de pourri au royaume du numérique, aurait pu ajouter William Shakespeare, d’autant que le site The Intercept soutient que Regin est référencé dans les documents publiés, il y a un an, par Edward  Snowden, l’ancien consultant de la NSA qui avait révélé au quotidien français Le Monde, entre autres, l’existence des programmes de surveillance de l'agence américaine de renseignement.

Lu 1032 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Facebook achète WhatsApp pour 16 milliards de dollars
Le réseau social Facebook a annoncé mercredi l'achat de WhatsApp, société spécialisée dans la messagerie mobile, pour 16 milliards de dollars (11,65 milliards d'euros) en numéraire et en titres. Un million de personnes ouvrent un compte WhatsApp chaque jour, assure Facebook.
 
Facebook s'offre l'acquisition la plus importante de son histoire, quelques semaines après avoir soufflé ses dix bougies. Le réseau social en ligne annonce l'achat de l'application de messagerie instantanée pour smartphones WhatsApp pour environ 16 milliards de dollars.
 
"WhatsApp est en passe de connecter un milliard de personnes. Les services qui atteignent ce niveau ont tous une valeur incroyable", a commenté le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg. "WhatsApp a construit un service de messagerie mobile en temps réel qui a une position de leader et qui croît très vite", souligne également Facebook dans son communiqué.
450 millions d'utilisateurs mensuels
 
WhatsApp rassemble plus de 450 millions d'utilisateurs mensuels, dont 70% sont actifs quotidiennement. Un million de personnes ouvrent un compte chaque jour. Le volume de messages envoyés approche pour sa part "le volume entier des SMS des opérateurs télécoms mondiaux", assure encore Facebook, tandis que la bourse n'avait pas l'air si enthousiaste puisque l'action du groupe reculait de 4,5 % mercredi soir.
 
Facebook précise qu'il versera quatre milliards de dollars en numéraire et le reste en titres. Il ajoute que Jan Koum, co-fondateur et directeur général de WhatsApp, rejoindra son conseil d'administration.
Lu 1223 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Comment Google influence la presse en ligne par la tyrannie du référencement (SEO)
Les médias sur Internet sont de plus en plus dépendants du moteur de recherche Google et la tyrannie du référencement influence même le contenu des articles.
En langage technique, on a appelle ça le SEO, le "Search Engine Optimization" l'optimisation pour les moteurs de recherche. En d'autres termes : comment apparaître en tête de listes sur Google et consort ?
 
On appelle cela aussi le référencement. C'est le saint Graal pour tous les sites web marchands ou d'information aujourd'hui. Mais le problème, c'est que cela devient une véritable dictature.
 
Pour être sûr de figurer en bonne place, parmi les 3 ou 5 premières réponses dans un moteur de recherche lorsqu'un internaute lance une requête, on en vient à formater soigneusement chaque article et chaque titre en fonction des désirs de l'ogre Google.
 
Avec des règles surprenantes.
 
Par exemple : les titres "formules" chers à Libération ou à L'Equipe sont à proscrire car Google n'a aucun sens de l'humour ni aucun second degré. Il est incapable de savoir qu'un beau jeu de mot peut se cacher une information importante. Les articles mal titrés ont moins de chances que les autres d'être lus par les internautes.
 
En fait, pour plaire à Google, il faut des textes à base de mots clés. Par exemple, un article avec les termes " Hollande démission Gayet bashing " a plus de chances d'être lu qu'un article avec " Hollande Europe traité TVA ".  Ces mots-clés correspondent aux recherches les plus demandées par les internautes.
 
Il y a les sujets qui marchent toujours comme les faits divers, les infos people et les affaires insolites (cela dit, dans ce domaine, Google n'a rien inventé). Par exemple, l'un des articles les plus lus l'an dernier sur Internet s'intitulait " Ivre, il fait l'amour à un bonhomme de neige ".
 
Certains sites, peu scrupuleux, n'hésitent pas à suivre en temps réel les mots-clés à la mode pour produire quantité d'articles sur ces sujets. Cela permet de " faire du clic ", comme on dit, et de gagner de l'argent grâce à la publicité.
 
Que reste-t-il aux médias réputés " sérieux " ? Et bien, c'est un vrai casse-tête. Comment être visible sur les moteurs de recherche sans céder à la dictature du SEO ? Même si finalement, cette dictature est aussi une forme de démocratie...
 
Cela dit, le choix des mots dans des mots-clés ce n'est qu'un aspect du SEO qui fait appel à de nombreux paramètres très compliqués. D'autant plus compliqués que personne ne sait réellement comment fonctionne Google...

France Info.fr

Lu 1198 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Le soleil comme vous ne l'avez sûrement jamais vu

Grâce à l'agrégation de plusieurs clichés du soleil pris par son satellite SDO (Solar Dynamics Observatory), la NASA a pu réaliser une vidéo sur laquelle on peut admirer quelques-unes des éruptions les plus spectaculaires observées l'an dernier sur notre étoile. Des images éblouissantes d'effervescence.

Cela fait quatre ans que SDO, l'observatoire solaire de la NASA, a été placé en orbite autour de la terre. Survolant notre planète à près de 36 000 kilomètres d'altitude au-dessus de l'océan Pacifique, il est devenu un paparazzi de haut vol du soleil, qu'il obverse et photographie à raison d'environ 80 images à la minute !

Tous ces clichés sont envoyés dans une station terrestre de la NASA, située au Nouveau-Mexique, et permettent aux scientifiques de surveiller l'activité de l'étoile. Et ce que l'on peut voir, c'est qu'elle ne manque pas de bouillonnements.

Chaque éruption fait au moins la taille de la Terre toute entière

Cette effervescence a été mise en évidence dans une vidéo réalisée à partir des clichés d'éruptions particulièrement spectaculaires observées en 2013. Ce montage, en vitesse accéléré, permet d'apprécier la ferveur de notre soleil dans toute sa splendeur et son ampleur, chaque éruption faisant au moins la taille de la Terre toute entière. On se sent tout petit...

Lu 612 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries