Sport

Colombie-Angleterre: duel incertain, avec les demies en tête

La Colombie de Radamel Falcao? L'Angleterre de Harry Kane? Difficile d'établir un favori entre ces deux "outsiders" plutôt en verve avant leur 8e de finale du Mondial-2018, mardi. Seule certitude: le vainqueur sera sur la voie royale, car son adversaire en quarts, la Suède ou la Suisse, sera moins prestigieux.

Allemagne sortie au premier tour, Espagne et Argentine en huitièmes... Il ne fait pas bon être favori en Russie. Ca tombe bien, car ni la Colombie ni l'Angleterre ne le sont.

La première avait atteint les quarts de finale du Mondial-2014, ce qui constituait déjà une performance satisfaisante. "J'espère que nous pourrons répéter la même chose que lors du précédent Mondial", avait ainsi confié à l'AFP l'ancien international Faryd Mondragon avant le coup d'envoi de la compétition.

"Individuellement, nous avons de très bons joueurs, un sélectionneur qu'on connaît et qui connaît le groupe, c'est son deuxième Mondial, et il aura comme défi de convertir tout ce talent individuel en collectif", expliquait-il.

Problème, pour Jose Pekermann et ses "Cafeteros": la Colombie avait été guidée il y a quatre ans par James Rodriguez, en état de grâce au point qu'il avait convaincu le président du Real Madrid de claquer 80 millions d'euros pour le recruter, à l'AS Monaco. Et cette fois, celui qui évolue désormais au Bayern Munich pourrait bien manquer à l'appel.

Après avoir encore été décisif en phase de groupes en effet, le milieu offensif de 26 ans a dû quitter ses partenaires lors du 3e match contre le Sénégal (1-0), victime d'un "oedème mineur sans rupture fibrillaire au muscle soléaire droit" du mollet gauche, a expliqué la Fédération colombienne. Sans indiquer s'il pouvait être rétabli pour le match de mardi, mais la tendance n'est pas à l'optimisme.

- Duel Kane-Falcao -

En son absence, la Colombie peut quand même s'appuyer sur son capitaine Radamel Falcao, revanchard après le Mondial-2014 qu'il avait manqué pour cause de blessure et deux saisons ratées en Angleterre. Et sur Juan Fernando Quintero, décisif malgré la défaite contre le Japon et étourdissant contre la Pologne.

Et l'Angleterre? Avec sa longue tradition d'équipe décevante en phase finale, qui reste sur une piteuse élimination dès les huitièmes de finale de l'Euro-2016 contre les bizuths islandais et qui n'était pas sorti de la phase de groupes au Mondial-2014, difficile de faire des pronostics.

D'un côté, elle s'est montré très convaincante au début de la phase de poules, entre sélectionneur - Gareth Southgate - habile a déminer scandales médiatiques et querelles de joueurs, football offensif et moderne, et Harry Kane, meilleur réalisateur du tournoi jusque-là (5 buts). De l'autre, sans le stakhanoviste buteur des Spurs, elle s'est pris les pieds dans le tapis belge (0-1) lors de son 3e match.

A la presse anglaise qui lui demandait s'il se sentait capable de marquer à chaque match, son attaquant a modestement répondu: "Oui, je crois. Surtout lorsque les ballons vous arrivent dessus et que les choses vont bien, vous avez hâte de jouer. (...) Je sors d'un coup du chapeau (contre le Panama, ndlr) et je suis prêt pour notre prochain match".

"Nous avons une vision claire de la façon dont nous voulons jouer. Nous sommes très confiants dans notre façon de jouer", a de son côté observé Dele Alli. "Nous ne changeons pas notre jeu en fonction de l'adversaire. On s'amuse bien aussi. Cela peut affecter votre jeu si vous n'êtes pas heureux, mais tout le monde ici est de bonne humeur et s'entend bien."

Mais mardi, ce sont la Colombie et les matches à élimination directe qui s'avancent. Attention à ce qu'ils ne gâchent pas la petite fête des Trois Lions...

Par AFP

Mondial 2018: Eliminés, les Sénégalais ne se cherchent pas d’excuses

Le Sénégal a été éliminé de la Coupe du monde 2018 après une défaite 1-0 face à la Colombie, ce 28 juin à Samara. Devancés par les Japonais au classement du fair-play, les Sénégalais terminent 3e du groupe H. Une conclusion cruelle pour les derniers représentants du football africain en Russie. Mais les « Lions de la Téranga » ne se cherchent pas d’excuses.

De notre envoyé spécial à Samara,

« C’est triste pour nous, c’est triste pour notre peuple et c’est triste pour le continent africain, résume le milieu de terrain sénégalais Cheikh Ndoye, deux heures après une défaite 0-1 fatale face à la Colombie. Vous savez, quand on est éliminé comme ça, ça ne peut être que triste. On est tous dégoûtés ».

Les « Lions de la Téranga » rêvaient de huitièmes de finale et de grandeur en Russie. Mais ils quittent la Coupe du monde en finissant à la 3e place du groupe H, derrière les Colombiens et surtout derrière les Japonais. Le Japon, à égalité parfaite avec le Sénégal, est en effet qualifié parce qu’il a récolté moins de cartons jaune durant ce premier tour.

« Ce sont des choses que nous ne pouvions malheureusement pas maîtriser, soupire le défenseur Lamine Gassama. On a fait le maximum pour l’équipe. Du coup, on a parfois fait preuve de maladresse et reçu des cartons. Hélas, ça fait aussi partie du jeu. C’est cruel de passer à côté d’une qualification à cause d’un nombre conséquent de cartons jaunes ».

« Certains m’ont dit qu’il y avait penalty, d’autres m’ont dit que non »

Le latéral droit ne voulait pas, en revanche, s’en prendre à l’arbitre qui a accordé un penalty à Sadio Mané mais qui est revenu sur sa décision après avoir consulté la vidéo. Milorad Mazic a estimé que Davinson Sanchez avait touché le ballon avant de déséquilibrer Mané. « Personnellement, en voyant l’action sur le terrain, j’étais assez mitigé, explique Gassama. De là où j'étais, j’ai eu l’impression qu’il avait touché le ballon. Donc, je ne veux pas trop interpréter cette décision. Certains m’ont dit qu’il y avait penalty, d’autres m’ont dit que non. Je ne me focalise pas sur ce fait de jeu  ».

L’équipe du Sénégal peut aussi s’en vouloir, alors qu’elle a pourtant eu de la réussite lors de sa victoire 2-1 face à la Pologne et son match nul 2-2 face au Japon. Les Sénégalais ont notamment été rejoints trois fois au score durant ce premier tour. Un manque de concentration coupable. « On l’a encore vu aujourd’hui, sur un coup de pied arrêté, déplore l’attaquant Moussa Sow. Avant le but [de Yerry Mina sur corner, Ndlr], la Colombie n’avait pas vraiment été dangereuse. Mais on a encaissé ce but et c’est vraiment dommage ».

« Je pense qu’on a gagné le respect »

Malgré l’immense déception, l’attaquant Keita Baldé voulait toutefois rester positif, à quelques semaines des éliminatoires pour la Coupe d’Afrique des nations 2019. « Je suis très fier de l’équipe parce qu’elle a tout donné, glisse le joueur de l’AS Monaco (France). Je pense que tout le monde a été admiratif, même les équipes européennes. Même les Colombiens ont dit qu’on avait une très bonne équipe et qu’on avait très bien joué. Je pense qu’on a gagné le respect ».

RFI

A la Une: le Sénégal attendu comme le messie

« On veut danser ce soir ! », s’exclame le quotidien La Cloche en première page. « Ce soir, on ne veut que du bonheur. On veut sautiller, sursauter, se dandiner, danser. Oui, toute l’Afrique espère une victoire éclatante des Lions contre la Colombie. Seuls représentants du continent encore en course, Sadio Mané et ses coéquipiers portent sur leurs épaules de lourdes responsabilités. Ils doivent rugir fortement pour apeurer leurs adversaires et réconforter leurs nombreux sympathisants. Car, ils sont des millions de personnes à prier, méditer, psalmodier pour un triomphe qui devrait propulser cette équipe loin dans ce mondial riche en rebondissements. »

« Ça passe ou ça casse », titre plus sobrement Walf Quotidien. « Après la déroute du Maroc, de l’Egypte, de la Tunisie et du Nigeria, le continent africain ne compte plus que sur le Sénégal pour sauver la face. Et pour être les dignes représentants du continent, les Lions doivent   impérativement assurer leur qualification aux huitièmes de finale de ce Mondial 2018 devant la Colombie. Avec déjà 4 points au compteur, la bande à Sadio Mané est juste à la recherche d’une seule unité pour répondre aux attentes. (…) La balle est dans le camp du Sénégal qui sera soutenu par 53 nations. »

En effet, « pour l’honneur de l’Afrique ! », lance Enquête en première page. Enquête qui nous livre son analyse technique : « à chaque match sa réalité. Après avoir utilisé le 4-3-3 peu convaincant face au Japon, Aliou Cissé devrait vraisemblablement revenir à son 4-4-2. Parce que la Colombie possède un milieu de terrain très physique, technique et dense. L’objectif sera sans doute, croit savoir Enquête, de limiter l’influence de James Rodriguez sur le jeu. Le gaucher du Bayern Munich est l’arme fatale pour sa capacité à organiser le jeu et à finir les actions. Cissé pourrait aligner Cheikhou Kouyaté d’entrée. Le milieu de West Ham avait réussi à apporter de la stabilité lors de son entrée face au Japon. Mamé Biram Diouf pourrait également retrouver sa place de titulaire en attaque, à côté de Mbaye Niang. Sadio Mané et Ismaïla Sarr devraient occuper les couloirs offensifs. »

Sortir les griffes !

Dans la presse de la sous-région, on n’a d’yeux que pour le Sénégal…

Ainsi, constate L’Observateur Paalga à Ouagadougou, « l’Afrique a les yeux rivés ce soir sur le Sénégal qui va affronter la Colombie pour son dernier match dans le groupe H. Ce match est d’autant capital que les Lions de la Teranga avaient laissé filer leur chance de qualification face au Japon le dimanche dernier (2-2) dans une rencontre qu’ils ont maîtrisée. Une victoire ouvrait dès lors les portes des huitièmes au seul représentant du continent toujours en lice. Aujourd’hui contre la Colombie, il faut sortir les griffes. En théorie, ce n’est pas une mission impossible pour Sadio Mané et ses compères qui ont les moyens de prendre le dessus sur les Cafeteros. Mais il ne suffit pas de le dire, il faut le réaliser. »

Attention, s’interroge pour sa part Afrik-foot, assiste-t-on au « pire Mondial depuis 1982 pour l’Afrique ? (…) Si les Lions de la Teranga venaient à échouer, le bilan de cette Coupe du monde serait dramatique pour le football africain. En effet, depuis 1986, rappelle Afrik-foot, il y a toujours eu au moins un représentant du continent qui est parvenu à s’extirper du premier tour : le Maroc en 1986, le Cameroun en 1990, le Nigeria en 1994, le Nigeria à nouveau en 1998, le Sénégal en 2002, le Ghana en 2006, encore le Ghana en 2010, puis l’Algérie et le Nigeria en 2014. La dernière fois que toutes les nations africaines sont restées à quai, c’était il y a 36 ans, au Mondial 1982. Il n’y avait alors que 24 participants et le format était bien différent (deux phases de groupes puis les demi-finales). Une telle contre-performance marquerait donc un cuisant retour en arrière pour le continent (…). Désormais, conclut Afrik-foot, il reste surtout à éviter le zéro pointé… Ce jeudi, c’est tout un continent qui sera derrière les Lions de la Teranga. »

Rfi

Mondial 2018: face à la Colombie, le Sénégal porte les espoirs de l’Afrique

L’équipe du Sénégal affronte celle de la Colombie, ce 28 juin à Samara, dans le groupe H de la Coupe du monde 2018. Les Sénégalais sont les derniers représentants africains à pouvoir encore se qualifier pour les 8e de finale. Ils portent les espoirs de leurs supporters mais aussi des amateurs de football du continent.

De notre envoyé spécial en Russie,

Depuis 1986, il y a toujours au moins une équipe africaine au second tour de la Coupe du monde de football. Cette série va-t-elle prendre fin à l’occasion de l’édition 2018 en Russie (14 juin-15 juillet) ? Désormais, seul le Sénégal peut encore accéder au second tour du Mondial russe, suite à l’élimination du Nigeria, après celles de l’Egypte, du Maroc et de la Tunisie. Tous les espoirs des amateurs de ballon rond du continent reposent donc sur les « Lions de la Téranga ».

« Je pense que ça doit davantage être une chose positive plutôt que de la pression, lance le défenseur sénégalais Kalidou Koulibaly, à la veille d’un match décisif face à la Colombie, dans le groupe H du tournoi. On sait qu’on a tout le continent derrière nous. On sait aussi qu’on est capable de le faire. Cette situation doit donc être considérée de manière positive. On sait qu’on a déjà 15 millions de Sénégalais derrière nous. A nous de porter haut les couleurs du Sénégal et de l’Afrique durant cette Coupe du monde ».

« La confiance est là »

Pour parvenir à ses fins et imiter l’équipe du Sénégal de 2002 – qui, elle, était allée jusqu’en quarts de finale du Mondial – les « Lions » de 2018 n’ont besoin que d’un petit point face aux Colombiens, ce 28 juin à Samara. Ce match nul leur permettrait en effet de s’assurer une des deux premières places du groupe H, même si ce serait évidemment plus simple de battre une Colombie revigorée après un succès 3-0 face à la Pologne.

« Je n’ai aucune raison de penser aujourd’hui que le Sénégal ne peut pas se qualifier, lance son sélectionneur, Aliou Cissé, après un succès 2-1 face aux Polonais et un nul 2-2 face aux Japonais. On est dans le bon tempo. La motivation est là. La confiance est là. On sait qu’il va falloir être présent durant 95 minutes pour vraiment rentrer encore plus dans l’histoire. Nous sommes vraiment déterminés ».

En ce qui concerne la force mentale et la volonté, José Pékerman, sélectionneur de l’équipe de Colombie, assure toutefois que ses protégés ne sont pas en reste : « Ce sera un match très difficile à jouer. Très difficile ! Parce qu'on va y jouer la qualification, parce qu'il va y avoir de la pression, il va y avoir de la tension... et le résultat est incertain. Il va falloir vivre avec ça et nous, au moins, on a l'avantage d'être déjà passés par là. On va voir comment le Sénégal se comporte dans un match différent des autres. Et ça, je crois que c'est un peu l'inconnue de ce match : qui est le plus capable de faire face à ce genre de situation ? »

«Le jeu de la Colombie ressemble beaucoup plus au nôtre»

Question style de jeu, celui de la Colombie est peut-être plus adapté à celui pratiqué par le Sénégal, à en croire le milieu de terrain Alfred Ndiaye. « C’est un autre football que celui du Japon, assure-t-il. La Colombie est une équipe beaucoup plus physique, qui va beaucoup plus vite vers le but, qui a un jeu beaucoup plus vertical. Son jeu ressemble beaucoup plus au nôtre. Ils ont aussi des joueurs qui vont très vite sur les côtés. Mais on le sait et on le sera prêt ».

Les Colombiens, eux, doivent gagner pour se qualifier, après leur défaite 1-2 face au Japon, lors de la première journée.

REUTERS/David Gray

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook