Sport

CAN 2017: le Gabon organisera la prochaine Coupe d’Afrique

Le Gabon organisera la Coupe d'Afrique des nations 2017 de football, a annoncé la Confédération africaine de football, ce 8 avril 2015 au Caire. Le Gabon a été préféré à l'Algérie et au Ghana. La Libye devait organiser cette CAN 2017 mais a dû renoncer à cause des violences et de l'instabilité politique qui règne dans le pays.

Le Gabon va donc accueillir la Coupe d’Afrique des nations de football pour la deuxième fois, après avoir déjà co-organisé l’édition 2012 avec la Guinée équatoriale. « C’est tout simplement magnifique parce qu’on va rester dans la continuité de ce qu’on avait commencé à faire en 2012, a réagi l’ex-attaquant vedette gabonais Daniel Cousin et actuel manager de l’équipe nationale. On avait partagé ça avec la Guinée équatoriale mais ça s’était très bien passé. Là, on va la recevoir chez nous entièrement. C’est une bonne nouvelle pour nous, pour le peuple, pour le pays. Donc on s’en réjouit déjà ».

La Confédération africaine de football a donc préféré la candidature gabonaise à celle du Ghana, qui a déjà accueilli quatre fois le tournoi, et à celle de l’Algérie, qui a longtemps fait figure de favorite. Mais les Algériens ont en partie payé les problèmes de sécurité dans leurs stades, suite notamment à la mort du footballeur camerounais Albert Ebossé, le 23 août dernier.

Le Gabon dans le groupe de la Côte d'Ivoire en éliminatoires

Le Gabon remplace donc la Libye qui devait organiser cette 31e édition. Les Libyens avaient déjà renoncé à accueillir l’édition 2013 à cause de la guerre ayant ravagé le pays. Ils avaient alors accepté d’échanger l’organisation de la CAN 2013 contre l’organisation de la CAN 2017, promise à l’Afrique du Sud. Mais en août dernier, les autorités libyennes ont jeté l’éponge une seconde fois, toujours pour des questions d’insécurité et d’instabilité politique.

Les éliminatoires de cette 31e Coupe d’Afrique devraient débuter entre le 8 et le 16 juin 2015. A l’issue d’un tirage au sort, les 52 pays en lice ont été répartis dans 13 groupes de 4 équipes (voir la répartition complète des groupes). A noter que le Gabon prendra part à ces éliminatoires dans le groupe de la Côte d'Ivoire, championne d'Afrique, mais les résultats des Gabonais ne seront pas pris en compte. Il n’y aura donc qu’une seule équipe qui décrochera sa qualification dans la poule du pays hôte.

Pour rappel, l’équipe de Côte d’Ivoire a remporté la Coupe d’Afrique des nations 2015 face à celle du Ghana (9 tirs au but à 8, 0-0 après prolongation), le 8 février à Bata en Guinée équatoriale.

Coupe de France: Auxerre de retour en finale

Pensionnaire de Ligue 2, l’AJ Auxerre a créé la surprise mardi en éliminant à domicile le tenant du titre, l’En Avant Guingamp, en demi-finale de la Coupe de France (1-0). Les Bourguignons rencontreront le 30 mai au Stade de France le PSG ou Saint-Etienne qui s’affrontent mercredi soir.

Dix ans que les supporteurs auxerrois attendaient cela. Dix longues années durant lesquelles ils ont connu tant de hauts et de bas. Mais grâce à la victoire de Sébastien Puygrenier et des siens, les Bourguignons vont retrouver le Stade de France, une décennie après la quatrième Coupe de France de leur histoire décrochée face à Sedan, alors pensionnaire de Ligue 2.

Le Petit Poucet, cette fois-ci, changera de camp. Sevré de matchs de haut-niveau depuis la descente de l’AJA et les remous internes qui ont précipité le club centenaire en deuxième division au printemps 2012, le public de l’Abbé-Deschamps a pu à nouveau rugir de plaisir mardi soir, quatre ans après avoir accueilli aux bords de l’Yonne le Real Madrid, l’Ajax Amsterdam et le Milan AC lors de la dernière participation d’Auxerre à la Ligue des Champions. Une autre époque.

Après avoir lutté jusqu’à la dernière journée la saison passée pour assurer son maintien au deuxième échelon national, l’AJA retrouve donc les sommets grâce à son succès, à domicile, face au tenant du titre, l’En Avant Guingamp. Héroïques et réduits à dix après l’expulsion de Jamel Aït Ben Idir à la 73e, les joueurs de Jean-Luc Vannuchi, 8èmes de Ligue 2, ont défendu chèrement leur court avantage acquis dès la 15e par Frédéric Sammaritano. Avant de fêter cette qualification avec leurs supporteurs qui n’ont pas hésité à envahir la pelouse à la fin de la rencontre.

Paris sans Motta, David Luiz, Lucas et Cavani

L’autre demi-finale oppose mercredi soir le PSG à Saint-Etienne au Parc des Princes. Après le succès de ses joueurs arraché à Marseille dimanche (3-2), Laurent Blanc n’aura pas l’occasion de se creuser longuement la tête pour trouver une équipe à aligner. Légèrement touché à la cuisse au Vélodrome, Edinson Cavani rejoint sur la longue liste des blessés Thiago Motta et David Luiz, sortis eux-aussi prématurément lors de ce « classico ». Le Brésilien Lucas, dont le retour était espéré après deux mois d’absence, verra également cette rencontre des tribunes, pas encore complètement remis d’une opération aux adducteurs. Seule satisfaction pour l’ex-sélectionneur des Bleus : Yohan Cabaye va signer son retour après quatre semaines d’indisponibilité. Christophe Galtier, son homologue stéphanois, pourra compter de son côté sur Max-Alain Gradel, Romain Hamouma et Jérémy Clément, absents la semaine dernière en championnat.

Ligue 1: le PSG, si fort et si fragile

En battant l'OM dimanche, le Paris SG a repris la tête du championnat et vise toujours la passe de quatre, entre les trois compétitions nationales et la Ligue des Champions. S'il peut s'appuyer sur sa qualité technique et quelques valeurs sûres, le club de la capitale risque tout de même de beaucoup souffrir des absences.

. Certitudes et hasard

"C'était un match très important pour nous, il vaut six points. C'est (...) un match très, très décisif pour la fin de saison. Gagner quatre titres ? J'y crois, on va essayer."

Satisfait et fier de ses joueurs, le président parisien Nasser Al-Khelaïfi a tout de même vite rappelé les objectifs.

Pour aller au bout de son pari, le club de la capitale misera avant tout sur sa maîtrise technique et tactique supérieure, qu'a volontiers reconnue Marcelo Bielsa, modèle de fair-play, après la partie.

Il peut aussi compter sur quelques valeurs sûres, notamment au sein d'une arrière-garde qui, paradoxalement, prend tout de même un peu trop de buts (30 en 31 matches, 5e défense de L1).

Thiago Silva et Maxwell ont ainsi encore été parmi les meilleurs. Marquinhos, battu par Gignac sur l'ouverture du score mais ensuite buteur, est lui en passe d'égaler un record.

Avec 32 matches disputés cette saison sans connaître la défaite, il n'est plus qu'à une longueur des 33 matches de George Weah en 1993-94. Personne n'a jamais fait mieux au PSG.

Et puis quand la maîtrise ne suffit pas, il y a la réussite: un csc de Morel pour le 3-2 et surtout l'improbable lucarne trouvée du droit par Matuidi pour l'égalisation.

Le milieu de terrain des Bleus ne fait pourtant pas partie de ces joueurs dont on peut dire qu'ils ont les deux pieds. Il a inscrit 20 buts dans sa carrière en L1, celui du Vélodrome est le premier du droit.

"Honnêtement, moi-même je ne sais pas ce qui s'est passé", a-t-il admis dans un éclat de rire.

"Il avait travaillé cette semaine pour marquer et on l'avait un peu chambré, parce qu'il n'avait pas eu une réussite totale", a de son côté raconté Laurent Blanc.

. Inquiétudes et déceptions

Le bilan du dimanche provençal des Parisiens est forcément positif, mais il y a quand même quelques points noirs.

Les buts ont été inscrits par des éléments défensifs et par l'adversaire et l'attaque parisienne a globalement failli.

Accueilli au Vélodrome par une gracieuse banderole rédigée en suédois ("Zlatan, la seule chose de merde dans ce pays, c'est toi"), Ibrahimovic a pesé sur le résultat avec le coup franc qui amène le but de Marquinhos et en poussant Morel au csc.

Mais son apport dans le jeu a été extrêmement faible et son état de forme réel reste assez mystérieux.

Cavani a fait pire. Blanc a justifié son remplacement à l'heure de jeu par une alerte physique mais la prestation de l'Uruguayen, pourtant furieux de sortir, aurait été un autre argument valable.

Mais la vraie mauvaise nouvelle est que l'effectif parisien, pas si étoffé, commence à vraiment souffrir du calendrier surchargé.

A peine revenu de blessure, David Luiz a de nouveau dû sortir pour un problème à la cuisse alors que Motta a quitté le terrain en se touchant les ischio-jambiers.

"Ce sont des problèmes musculaires, ce qui n'est pas très rassurant", a lâché Blanc avant un nouveau couplet sur le calendrier.

Car après Marseille, le PSG doit enchaîner avec la demi-finale de Coupe de France contre Saint-Etienne mercredi et la finale de la Coupe de la Ligue contre Bastia samedi. Ensuite, il faudra sans doute se passer d'Ibrahimovic pendant quelques matches lors des compétitions nationales pour cause de suspension.

Et pour affronter Barcelone en quart de finale aller de la Ligue des champions le 15 avril, Blanc sera privé d'Ibrahimovic et Verratti, suspendus, et peut-être de David Luiz et Motta. Cela fait beaucoup, cela pourrait faire trop.

Le Maroc autorisé à disputer les CAN 2017 et 2019 de foot

Le Tribunal arbitral du sport (TAS), juridiction indépendante basée à Lausanne, a annulé en grande partie ce 2 avril les sanctions prises par la Confédération africaine de football contre le Maroc. Les Marocains avaient refusé d'organiser la CAN 2015 aux dates prévues, par peur d’Ebola. Le TAS autorise donc l'équipe marocaine à disputer les Coupes d’Afrique des nations 2017 et 2019 dont elle avait été exclue.

C’est un énorme camouflet pour la Confédération africaine de football (CAF) et une grande bouffée d’oxygène pour le foot marocain. Le Tribunal arbitral du sport (TAS), une instance indépendante basée en Suisse, a annulé la majeure partie des sanctions prises par la CAF à l’égard du Maroc, dont la principale : l’exclusion de l’équipe nationale marocaine des éliminatoires des CAN 2017 et 2019.

« La suspension de l’équipe nationale A de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) de toute participation aux deux prochaines éditions de la Coupe d’Afrique des nations, en 2017 et 2019, est annulée, et l’amende réglementaire infligée à la Fédération royale marocaine de football est réduite à 50 000 dollars US » au lieu d’un million de dollars, souligne un communiqué du TAS. La FRMF échappe également à une autre amende de 8 millions d’euros réclamée « en réparation de l'ensemble des préjudices matériels subis par la CAF ».

Une sanction pas proportionnée selon le TAS

Pour rappel, la Confédération avait exclu les Marocains des Coupes d’Afrique des nations 2017 et 2019 de football le 6 février dernier, parce qu’ils avaient refusé d’organiser l’édition la CAN 2015 aux dates prévues (17 janvier-8 février). Les autorités marocaines avaient en effet demandé plusieurs fois le report de la compétition par peur du virus Ebola qui sévit en Afrique de l’Ouest. La CAF avait finalement délocalisé le tournoi – remporté par la Côte d’Ivoire – en Guinée équatoriale et disqualifié les Lions de l’Atlas marocains de la CAN 2015.

Le TAS, poursuit le communiqué, a considéré que « l’exclusion de l’équipe A du Maroc des deux prochaines éditions de la CAN n’était pas expressément prévue par les règlements en vigueur au moment du retrait de l’organisation de la CAN 2015 et en tous les cas, au vu des circonstances de l’affaire, n’était pas proportionnée à la faute de la FRMF ; les arbitres (du TAS) ont également pris en considération le fait que l'équipe A du Maroc avait déjà été exclue de la CAN 2015 et que la FRMF devait supporter les dommages financiers que cette exclusion lui avait causé ».
La réaction de l’attaquant Aatif Chahechouhe, international marocain qui évolue en Turquie à Sivasspor :

« C’est une bonne décision de la part du TAS. C’était trop cruel pour le Maroc. Aujourd’hui c’est une satisfaction autant pour les joueurs que pour le public. On n’avait juste demandé le report de la CAN et on s’est retrouvé avec des sanctions très lourdes. Cela aurait été un drame, car il y a une bonne génération qui arrive pour le Maroc. Depuis la première décision, on ne s’est pas arrêté de travailler. On a voulu continuer dans l’espoir que les choses s’arrangent. La CAN 2017 va nous aider pour les qualifications de la Coupe du Monde 2018. Nous avons une bonne équipe, un bon staff et maintenant j’espère que tout va bien se passer pour nous. On n’est pas mort et c’est une bonne chose. On va s’appeler entre nous pour en parler et de toute façon, on est déjà tous content. Pour nos joueurs qui jouent dans de grands clubs comme Mehdi Benatia (Bayern Munich), c’est une très bonne chose. Pour eux, la CAN c’est une belle compétition. Je suis heureux. »

Propos recueillis par Farid Achache

La réaction de la Confédération africaine de football par l’intermédiaire de son porte-parole Junior Binyam au micro de RFI :

« C’est une décision de justice qui a un contenu que chacun peut comprendre. Elle n’appelle pas de commentaire particulier. Une réunion du comité exécutif de la CAF est prévue le 5 avril au Caire et on évoquera certainement ce sujet et les médias seront informés de la suite que le comité exécutif entend donner à cette affaire. Le Maroc a saisi le tribunal de commerce de Paris pour la sanction financière et nous attendons la décision. »

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...

Calendrier

« Mai 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Video galleries

logotwitterFacebook