Sport

Prix Fifa: Zidane et Jardim en lice pour le titre de meilleur entraîneur

L'entraîneur du Real Madrid, Zinédine Zidane, et celui de Monaco, Leonardo Jardim, figurent parmi les douze techniciens en lice pour le titre de meilleur entraîneur Fifa de l'année, a annoncé l'instance jeudi.

Le prix sera remis le 23 octobre à Londres. Avec le Real, Zidane a décroché une deuxième Ligue des champions consécutive et le titre de champion d'Espagne la saison dernière. A la tête de Monaco, Jardim a remporté le championnat de France au nez et à la barbe du PSG et a hissé le club jusqu'en demi-finale de Ligue des champions.

Les autres candidats sont l'entraîneur de la Juventus, Massimiliano Allegri, Carlo Ancelotti (Bayern Munich), Antonio Conte (Chelsea), Luis Enrique (à la tête de Barcelone la saison passée), Pep Guardiola (Manchester City), le sélectionneur de l'Allemagne Joachim Löw, l'entraîneur de Manchester United Jose Mourinho, celui de Tottenham Mauricio Pochettino, l'entraîneur de l'Atletico Madrid Diego Simeone, et le sélectionneur du Brésil Tite.

Pour le football féminin, dix entraîneurs sont en course dont Gérard Prêcheur qui a remporté la Ligue des champions, le championnat et la Coupe de France, avec l'équipe féminine de Lyon lors de la saison 2016-2017.

Après la fin de sa collaboration avec France Football pour le Ballon d'Or en 2016, la Fifa a lancé l'année dernière ses propres prix, baptisés les "Best Fifa Awards".

Ils récompensent le meilleur joueur et la meilleure joueuse Fifa ainsi que les meilleurs entraîneurs masculin et féminin de l'année.

RFI

Record dans l’air attendu à Tignes pour les meilleurs sauteurs du monde

L'Américain Christian Taylor, sera la tête d'affiche du meeting de Tignes, qui aura lieu ce 16 août au pied du glacier de la Grande-Motte à 3 007 mètres d'altitude. La station alpine se lance le défi de rassembler les pointures internationales de l’athlétisme autour des sautoirs les plus hauts de la planète. Le tricolore Kafétien Gomis, spécialiste du saut en longueur, tentera de faire tomber son propre record.

Si les Mondiaux d’athlétisme sont terminés, le triple saut et le saut en longueur sont encore à l’honneur. A Tignes, l'Américain Christian Taylor, double champion du monde, sera la tête d'affiche d’un meeting particulier, « le saut des géants » qui aura lieu le 16 août au pied du glacier de la Grande-Motte à 3 007 mètres d’altitude.

Un plateau de rêve

Taylor, qui possède la 2e meilleure performance de tous les temps (18,21 m) et a sauté en 2017 à 18,11 m, tentera de profiter de l'altitude pour menacer le vieux record du monde du Britannique Jonathan Edwards établi en août 1995 aux Championnats du monde de Göteborg en Suède (18,29 m). Taylor sera en très bonne compagnie avec son dauphin des JO de Londres en 2012 et de Rio en 2016, son compatriote Will Claye.

Aux JO de 1968, le stade olympique de Mexico, situé à 2 300 m d'altitude, avait été le théâtre de records du monde; notamment celui de la longueur avec le bond de l'Américain Bob Beamon à 8,90 m (+ 55 cm par rapport à la précédente marque). En altitude, il y a une meilleure pénétration dans l'air.

La réunion de Tignes proposera aussi un plateau intéressant à la longueur avec le Sud-Africain Luvo Manyonga, sacré à Londres et auteur d'un saut à 8,65 m cette saison, à 30 cm du record de Mike Powell (8,95 m à Tokyo en 1991, le seul au-delà de Beamon). Côté tricolore, le public pourra compter sur Kafétien Gomis, triple champion de France.

« Cette manifestation va nous apporter de la visibilité »

A trente-sept ans, Kafétien Gomis n’a toujours pas envie de quitter les sommets. Même s’il n’a pas participé aux Mondiaux de Londres, l'athlète français cherchera à améliorer son record personnel de 8,26 mètres en plein air. Il aura 6 sauts pour y arriver. « Cette manifestation va nous apporter de la visibilité, glisse à RFI Kafétien Gomis. En dehors des grosses compétitions, notre discipline est rarement mise en avant et ça manque. »

Même lors des championnats, les concours du triple saut et du saut en hauteur peuvent être masqués. « A la télévision, s’il y a une série de 100m en même temps que la finale du saut en longueur, on va privilégier le 100m », convient Kafétien Gomis qui pointe cette occasion en or de mettre en valeur le triple saut et la longueur. « Il y a un plateau plus qu’extraordinaire, c’est comme une finale mondiale. Et en plus, on va voir si les records tombent », conclut celui qui ambitionne de briller lors de cette exhibition si particulière en altitude.

RFI

L’audace de Rudi Garcia avec l’Olympique de Marseille

Il n’y a pas si longtemps, la « Rudimania » s'était emparée de la ville aux sept collines  : Rome. Dans la cité magnifiée par Federico Fellini dans le film La dolce vita, Rudi Garcia a vécu un conte de fée. Aujourd’hui, l’entraîneur compte ranimer la flamme marseillaise.

Depuis 1994 et ses premiers pas comme entraîneur à l’AS Corbeil-Essonnes en région parisienne, le quinquagénaire a fait du chemin. Un doublé Coupe de France-Ligue 1 avec Lille, une histoire d’amour avec la Roma, avant un divorce. « Je suis trop reconnu dans la rue. Mais on peut aussi imaginer que lorsque les choses iront moins bien, il y aura l’excès inverse », nous racontait-il à l’époque la tête sur les épaules.

La reconstruction d’un club devenu moribond

Celui qui a été démis de ses fonctions le 13 janvier 2016 et qui a été remplacé par Luciano Spalletti a déjà un curriculum vitae bien fourni grâce à un parcours deself-made-man, comme il l’écrit dans son autobiographie. « Je n’ai pas bénéficié d’un quelconque réseau d’entraide ou profité d’un lobby spécifique pour construire pas à pas ma carrière, notamment celle d’entraîneur », avance l’ancien milieu offensif qui a permis à Gervinho ou Eden Hazard de se révéler.

En octobre 2016, Rudi Garcia est arrivé du côté de Marseille avec comme mission la reconstruction d’un club devenu moribond, mais qui a été racheté par Frank McCourt. Pour son premier match, il affronte le Paris Saint-Germain et met fin, grâce à un nul, à une série de dix défaites consécutives face au rival historique.

Pour cette nouvelle saison, Rudi Garcia a l’ambition de ramener l’OM sur le devant de la scène nationale, de ranimer la flamme. Il avance dans les colonnes deL’Equipe : « L’enthousiasme est là, la passion aussi. Mais il ne faut pas vendre n’importe quoi à nos supporters. On vend du travail, de la sueur, du beau jeu et des buts marqués parce qu’on a envie de voir ça. »

Rudi Garcia souhaite attirer « un attaquant de surface »

Pour l’heure, Rudi Garcia dit compter sur les talents de Valère Germain, l’ancien Monégasque, qu’il considère « sous-coté ». Il se dit aussi heureux d’avoir à nouveau Adil Rami à ses côtés, un défenseur qui peut « rivaliser avec n’importe quel attaquant ». « La présence de Rudi Garcia ? C’est vrai que pour moi, ça a été important. J’ai fait des choix en fonction des clubs qui sont en Ligue des champions, et aussi en fonction des entraîneurs », répond l’intéressé.

L'Olympique de Marseille a bouclé jeudi 10 août sa cinquième recrue de l'été avec Jordan Amavi. Le latéral gauche de 23 ans est arrivé en provenance d'Aston Villa en prêt. Mais Rudi Garcia souhaite aussi attirer « un attaquant de surface, un buteur, bon de la tête, puissant athlétiquement. » De quoi compléter la recrue phare de l’été : Luiz Gustavo, ancien du Bayern Munich.

Lors de la première journée du Championnat de France, l’OM a reçu et battu Dijon 3-0. Samedi 12 août, les hommes de Rudi Garcia se déplacent à Nantes. Le technicien de la cité phocéenne ne veut rien promettre pour ne pas décevoir, car comme le dit le proverbe : « Rome ne s’est pas faite en un jour ».

RFI

Neymar au PSG: un transfert historique et des chiffres étourdissants

C’est un record dans l'histoire du football. Le PSG doit débourser au moins 222 millions d’euros pour s'offrir le jeune attaquant brésilien Neymar. Une somme phénoménale à laquelle s’ajoutent d'autres chiffres tout aussi impressionnants.

Il ne s'agit pas d'un transfert classique comme celui de Paul Pogba qui avait fait l'objet de surenchères en 2016 lors de son transfert de la Juventus Turin pour Manchester United. D'un montant de 105 millions, il avait défié la chronique. Cette fois, le PSG va devoir s’affranchir de plus du double, 222 millions d’euros, soit le montant de la clause libératoire permettant à Neymar de mettre un terme à son contrat avec le Barça qui se terminait en 2021. La somme de cette clause libératoire – un mécanisme autorisé par la ligue professionnelle espagnole – a été fixée par le club catalan.

Mais pour le PSG qui délie les cordons de sa bourse, la dépense ne va pas s'arrêter là. La star brésilienne va lui coûter beaucoup plus cher. Aux 222 millions d'euros, il faudra ajouter son salaire annuel net d'environ 30 millions d'euros, une somme qui sera majorée de 20 millions d'euros de charges sociales et patronales. C’est un peu moins que Christiano Ronaldo au Real Madrid avec 32 millions et Lionel Messi au FC Barcelone, 35 millions d’euros, mais c'est deux fois ce que Neymar gagnait au Barça. Une affaire en or.

De plus la star brésilienne a négocié un salaire net d'impôts sur le revenu. Ces impôts seront payés par le club parisien, soit environ 10 millions d'euros annuels, le tout durant les cinq années de son contrat. Et ce n'est pas fini. Restent encore à la charge du PSG 35 millions d'euros, correspondant aux commissions relatives au transfert de Neymar dont les heureux bénéficiaires sont le joueur lui-même, son père ainsi que quelques intermédiaires.

Neymar, un produit commercial

L’enjeu de ce transfert est sportif, mais il est aussi financier. Car si Neymar est un joueur d'exception, il est avant tout un produit. Des sommes colossales de retombées économiques sont attendues à tous les niveaux. Sur les 222 millions d’euros que le PSG va payer au Barça pour la clause libératoire, près de 40% devront être versés au fisc espagnol. Ensuite, ce sera au tour de l’Etat français d'en profiter. Ce transfert est une bénédiction pour ses caisses, à un moment où l’Etat se serre la ceinture. On estime à au moins 110 millions d’euros le montant des charges sociales et patronales que le PSG devra payer sur le salaire que Neymar va toucher pendant la durée de son contrat. Sans compter l’impôt sur le revenu, la TVA et d’autres impôts que l’Etat va percevoir sur la vente des produits dérivés, les billets ou encore les droits télévisés... Même si pour l’instant les spéculations les plus folles circulent, le PSG devrait être aussi le grand gagnant, selon les experts. Les recettes du club pourraient grimper jusqu’à 150 millions d’euros par an, estiment les analystes du foot : le club parisien va profiter de l’image de Neymar pour augmenter les recettes publicitaires, celles des sponsors et des équipementiers.

Le joueur devrait attirer également plus de monde dans les stades ce qui se traduit par une hausse des ventes des billets. Le transfert va également profiter à la Ligue 1. Avec une telle star, les droits télévisés du championnat français vont augmenter à l’étranger.

RFI

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Video galleries

logotwitterFacebook