Sport

Mondial 2018: le Sénégal rate l'occasion de se rapprocher des 8es de finale

Vainqueur de son premier match de la Coupe du monde 2018 face à la Pologne (2-1), le Sénégal a été tenu en échec par le Japon (2-2), également victorieux lors de sa première sortie devant la Colombie (2-1). Les Lions peuvent nourrir des regrets après avoir mené deux fois au score. Il leur faudra ne pas perdre face à la Colombie pour leur dernière sortie pour valider leur qualification en huitièmes de finale.

Quand le latéral droit Moussa Wagué s’est mué en un improbable sauveur en inscrivant le deuxième but du Sénégal (71e), les Lions ont certainement cru avoir fait le plus dur face à un Japon très accrocheur. Mais le Sénégal n’y a cru que 7 minutes, le temps pour Keisuke Honda (78e) d’égaliser en profitant d’une sortie mal maîtrisée du gardien Khadim Ndiaye. C’était la deuxième fois de la soirée que les hommes de Cissé se faisaient rejoindre au score dans cette rencontre. Les Lions avaient mené dès la 11e minute par Sadio Mané qui a marqué grâce à Kawashima, sur un ballon maladroitement repoussé sur lui après une frappe de Sabaly. Entreprenants dans les premières minutes du match, les Lions ont commencé à reculer après le but de Mané. Mal leur en prit puisqu’à force d’insister, les Japonais égalisent grâce à un superbe but d’Inui (34e).

Dans cette rencontre, Aliou Cissé avait décidé de changer son système de jeu en troquant le 4-4-2, aligné devant les Polonais, avec un 4-3-3 censé contenir les Japonais plus vifs et plus techniques. L’attaquant Mame Biram Diouf laisse donc sa place à Pape Alioune Ndiaye, milieu de terrain, pour renforcer l’entrejeu et permettre à Alfred Ndiaye d’évoluer en sentinelle afin de limiter l’influence du maître à jouer nippon, Kagawa.

Les supporters sénégalais à Dakar pendant la rencontre Japon-Sénégal, le 24 juin 2018.RFI/ Guillaume Thibault
 
Cissé trop gestionnaire ?

Le Sénégal a eu les opportunités pour prendre les six points notamment grâce à Mbaye Niang. Buteur contre la Pologne, le joueur de Torino (Serie A, Italie) a été une nouvelle fois très remuant sur le front de l’attaque et a beaucoup pesé par sa vitesse et son physique. Niang a insisté devant et a été dangereux plusieurs fois avec notamment cinq tirs au but, le record du match.

C’est un match nul qui n’arrange aucune des deux équipes, même si elles restent toutes les deux en tête de la poule H. L’équipe d’Aliou Cissé a sans doute payé une tactique assez gestionnaire et calculatrice en changeant systématiquement d’approche dès qu’elle a mené au score. L’attitude a été de conserver son but d’avance plutôt que d’aller chercher à faire le break d’où certainement les entrées des milieux de terrain Cheikhou Kouyaté et Cheikh Ndoye alors que les attaquants Diao Baldé Keïta et Moussa Sow sont restés sur le banc comme lors du premier match. L’esprit offensif a été plus incarné par les latéraux Youssouf Sabaly et Moussa Wagué. Le premier est à l’origine des deux buts du Sénégal, le second est devenu le plus jeune buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde à 19 ans et 8 mois avec sa réalisation à la 71e minute.

Avec ce match nul, le Sénégal reste leader du groupe H avec le Japon (4 points), il lui faudra prendre un point face à la Colombie jeudi 28 juin pour assurer sa qualification pour les huitièmes de finale. Ce n’est pas encore gagné…

RFI/ Guillaume Thibault

Mondial 2018: le rêve éveillé du Sénégalais Moussa Wagué

Moussa Wagué est devenu le plus jeune buteur africain de l’histoire en phase finale de Coupe du monde, en marquant face au Japon (2-2), ce 24 juin à Ekaterinbourg. Le latéral droit sénégalais, titulaire-surprise durant ce Mondial 2018, vit un rêve éveillé avec les « Lions de la Téranga », à 19 ans.

Moussa Wagué a quitté le Stade central d’Ekaterinbourg après un nul 2-2 face au Japon avec le même air stoïque qu’après la victoire 2-1 du Sénégal face à la Pologne le 19 juin. Le latéral droit ne le savait alors pas encore, mais ce 24 juin 2018, à l’âge de 19 ans et 236 jours, il est devenu le plus jeune buteur africain de l’histoire de la Coupe du monde. Sa frappe surpuissante à la 71e minute lui a en effet permis d’effacer des tablettes le Ghanéen Draman Haminu, scoreur face aux Etats-Unis en 2006, à l’âge de 20 ans.

« Franchement, c’était un énorme plaisir pour moi de marquer mon premier but en Coupe du monde et pour mon pays, lâche Moussa Wagué, timidement. J’ai d’abord pensé à mes deux parents qui sont vraiment très content pour moi et à tout le peuple sénégalais ».

Titulaire surprise durant ce Mondial 2018

Moussa Wagué, qui ne compte qu’une douzaine de sélections en équipe du Sénégal est en outre la surprise chez les « Lions de la Téranga ». Aliou Cissé, le coach sénégalais l’a préféré à l’expérimenté Lamine Gassama. « Déjà, participer à une Coupe du monde en étant si jeune, c’est un rêve pour moi, explique Wagué. Et, en plus, être titulaire, c’est vraiment énorme… Je suis en train de vivre un rêve ».

Sadio Mané, le joueur-vedette des « Lions », lui aussi buteur face au Japon, jette un regard bienveillant sur son cadet. « C’est un très bon joueur et il fait du bien à l’équipe, assure le milieu offensif. Tant mieux pour nous et pour lui. On va en tout cas essayer de l’aider encore plus pour qu’il soit au top ».

Même son de cloche du côté du milieu défensif, Alfred Ndiaye : « Je suis très content pour lui. Il n’a même pas 20 ans et il marque en Coupe du monde ! C’est une très bonne chose pour lui. C’est un joueur travailleur. Il mérite ce qui lui arrive. Il faut qu’il continue comme ça. Il n’en est qu’au début de sa carrière. J’espère qu’il pourra aller très loin. »

« Tout est allé très vite… »

Pas totalement à son aise face à la Pologne puis face au Japon, le natif de Bignona en Casamance sait qu’il a encore beaucoup de travail à fournir. Mais il se souvient aussi du chemin parcouru depuis son passage par l’Académie Aspire, fondée par le Qatar. « Quand j’étais à Aspire, j’imaginais des choses mais je ne pensais pas que ça allait se passer comme ça, concède celui qui porte désormais les couleurs du club belge KAS Eupen. Tout est allé très vite… Je remercie d’ailleurs Aspire et mon école de football à Bignona ».

Moussa Wagué poursuit donc sa belle ascension après avoir fini 4e de la Coupe du monde des moins de 20 ans en 2015…

Un sort enviable durant cette Coupe du monde 2018 qu’il partage avec son ex-camarade de promotion à Aspire, le gardien de but nigérian Francis Uzoho, lui aussi titulaire, avec les « Super Eagles ». « Ça fait très plaisir de le voir jouer, comme moi, sourit enfin Moussa Wagué. On s’appelle tout le temps pour s’encourager. C’est une surprise pour lui aussi et je suis très content pour lui ».

REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Les supporters sénégalais face aux fans Japonais, rois du nettoyage de stades

Des supporters sénégalais se sont distingués après la victoire face à la Pologne en nettoyant leurs tribunes, au Stade du Spartak Moscou. Mais lors du prochain match, le 24 juin à Ekaterinbourg, ils feront face aux fans japonais, champions du monde en la matière…

De notre envoyé spécial à Moscou et à Kalouga,

Si les footballeurs sénégalais ont séduit en battant la Pologne 2-1, dans le groupe H de la Coupe du monde 2018, leurs supporters se sont aussi taillé une jolie réputation, le 19 juin dernier. Dans une vidéo devenue virale, on voit en effet certains d’entre eux nettoyer les tribunes du stade du Spartak Moscou. Un geste assez rare dans le monde du ballon rond où les spectateurs (et les journalistes…) sont plutôt habitués à laisser des monceaux de déchets derrière eux.

« Nous avons accueilli avec beaucoup de satisfaction et beaucoup de fierté cette action parce qu’elle n’est pas commune au Sénégal, souligne Saer Seck, le premier vice-président de la Fédération sénégalaise de football. Les supporters sénégalais savent parfaitement qu’ils sont à la Coupe du monde, qu’ils sont les porte-drapeaux et les ambassadeurs du Sénégal, et ce qu’ils se trouvent dans les stades ou dans les rues ».

« Une image que l’on n'a pas l’habitude de voir dans nos stades »

Youssouph Bodian, journaliste pour la radio RFM, a, lui aussi, été surpris lorsqu’il a visionné la scène. « Ce n’est pas une image que l’on a l’habitude de voir dans nos stades, explique-t-il. Chez nous, ils sont nettoyés par le personnel. Les gens sont plutôt habitués à laisser leurs ordures sur place. C’est une première pour nous de voir des supporters sénégalais se préoccuper de leur environnement ».

Youssouph Bodian salue en tout cas également l’initiative : « C’est peut-être le début de quelque chose. Peut-être qu’ils vont le refaire lors du deuxième et du troisième match et y prendre goût. Et lorsqu’ils rentreront au Sénégal, peut-être que d’autres vont suivre. »

Une habitude du football japonais

Novices dans cette nouvelle discipline, les supporters sénégalais sont par ailleurs loin de partir favoris face à leurs homologues japonais, le 24 juin prochain à Ekaterinbourg. Les fans des « Samurai Blue » se prêtent en effet avec grâce et abnégation à cet exercice depuis la première Coupe du monde du Japon, en 1998.

Rien d’étonnant dans un pays où les écoliers nettoient souvent eux-mêmes leurs salles de classe. Mais c’est devenu quasiment systématique, si l’on en croit Yuya Kozaki, journaliste pour la chaîne NTV Japan. « ça fait à peu près dix ans que les fans de l’équipe nationale nettoient leurs places. Ceux qui assistent aux matches de J-League [la première division japonaise, Ndlr] le font aussi, explique-t-il. J’ai l’impression que c’est quelque chose qui concerne surtout le football. Après les matches de rugby aussi, ça se passe de cette manière-là, même si on voit surtout ça dans le foot ».

« Les Japonais sont assez forts, en matière de nettoyage »

Yuya Kozaki émet une hypothèse sur l'origine du phénomène : « Lors d’un match de Coupe du monde, les Japonais ont laissé un stade pas très propre. Ça a fait des vagues au Japon. On en a parlé dans les médias pour souligner que ce n’était pas bien. Du coup, les supporters ont pris ces critiques au sérieux et maintenant ils se comportent bien ! »

Ils seront même imbattables en matière de propreté, assure Yuya Kozaki. « Les Japonais sont assez forts, en matière de nettoyage, rit-il. Ils ne vont pas nettoyer que leurs propres places au stade, mais aussi celles des autres spectateurs autour d’eux. Je suis sûr qu'ils vont battre les supporters sénégalais ! »

REUTERS/Christian Hartmann

Mondial 2018: la France assure face au Pérou et verra les huitièmes

L'équipe de France a battu le Pérou 1-0, grâce à un but de Kylian Mbappé, pour son deuxième match de poule dans la Coupe du monde 2018. Cette nouvelle victoire lui ouvre les portes des huitièmes de finale. Son adversaire du jour est en revanche déjà éliminé.

C’est fait ! C’est déjà fait ! La France a validé son billet pour les 8e de finale de la Coupe du monde après une deuxième victoire d’affilée, contre le Pérou à Ekaterinbourg (1-0) jeudi 21 juin.

Le début de match est marqué par l’envie et la vivacité des Péruviens, poussés par 20.000 supporteurs qui ont pris place dans le stade. Il faut dire qu’avec une défaite dans la besace face au Danemark lors de la première journée, les Incas ont besoin d’au  moins un point pour garder l’espoir.

Une fois le premier orage passé, les Bleus se mettent en action. Le premier tir français est l’œuvre de Griezmann qui dévisse dans un angle fermé (11e). Puis Pogba place une frappe lointaine qui frôle le montant droit de Gallese, le portier sud-américain (12e). Deux minutes plus tard, une tête croisée de Varane sur corner passe de peu à côté. Dans la foulée, une volée de Griezmann sur une remise de Giroud est repoussée par les genoux de Gallese.

Comme un reflux, le Pérou reprend sa domination après la 20e minute, mais à la différence des Français ne parvient à inquiéter Hugo Lloris qu’une fois, par Guerrero, qui élimine Umtiti pour s’ouvrir le chemin du but (31e). Le gardien et capitaine français, qui fête sa 100e sélection en bleu, réalise un très bel arrêt.

Mbappé dans l’histoire

Le tournant du match intervient à la 34e minute, lorsque Mbappé ouvre la marque en reprenant à bout portant un ballon dévié par un défenseur péruvien sur un tir de Giroud (1-0). Avec cette réalisation, Kilyan Mbappé devient, à 19 ans, le plus jeune buteur français de l’histoire dans une phase finale de Coupe du monde. La fin de la première période est compliquée pour le Pérou qui peut s’estimer heureux de ne pas encaisser de but supplémentaire.

En seconde mi-temps, malgré l’entrée de Farfan, très entreprenant, et une superbe frappe de 25 mètres d’Aquino qui touche l’angle droit de la cage de Lloris (50e), les Français jouent plus libérés et proposent d’abord quelques belles combinaisons. Paul Pogba est dans un bon jour sur son côté gauche et Olivier Giroud se montre très précieux dans le jeu dos au but.

En face, l’équipe péruvienne, vive et technique, a du mal à se mettre en position de marquer. A l’heure de jeu, les Incas ont le monopole du ballon et vont faire trembler les filets de Lloris… mais le ballon repris dans les airs par Farfan dans un angle fermé est passé à l’extérieur (73e). Le gardien français rassure tout le monde à la 87e en captant un coup franc lointain bien cadré par Guerrero. Les Bleus auront beaucoup subi, ils auront parfois plié mais ils n’auront jamais rompu !

Qualifiée pour les huitièmes de finale, la France jouera la première place du groupe mardi 26 juin face au Danemark. Le Pérou, pour sa part, jouera pour l’honneur le même jour face une équipe d’Australie qui peut encore espérer franchir le premier tour.

RFI

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Juillet 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Video galleries

logotwitterFacebook