Sport

95 victoires : Teddy Riner, l’invincible, fonce vers les Jeux de Rio-Le judo mondial a son roi, où sont les lutteurs sénégalais ?
JACK GUEZ/AFP Le Français de 26 ans est devenu, samedi 29 septembre 2015 au Kazakhstan, le judoka le plus titré de l’histoire en championnats du monde. Teddy Riner, qui a conquis huit couronnes mondiales depuis 2007, est déjà tourné vers les Jeux olympiques de Rio où il tentera de décrocher sa deuxième médaille d’or. Record absolu. Teddy Riner a décroché, samedi au Kazakhstan, un huitième titre mondial chez les plus de 100 kilos. Derrière le colosse (2,04 m pour 141 kg) se cache un jeune homme de 26 ans sensible et particulièrement proche de sa famille. Samedi 29 septembre, lors des Mondiaux à Astana, la capitale du Kazakhstan, Teddy Riner est entré un peu plus dans la légende du judo. Le natif des Abymes en Guadeloupe a conquis son huitième sacre mondial, ce qui fait de lui le judoka – hommes et femmes confondus – le plus titré de l’histoire . Mais, au-delà du record, le Parisien paraissait surtout heureux de partager cette nouvelle victoire avec les siens. « C’était la première fois que mon fils venait en compétition, je n’avais pas le droit de perdre, a-t-il raconté. Et lorsque j’ai gagné ce huitième titre, je lui ai dédicacé. Ce petit malin avait mis un jouet dans mon sac, un petit canard flottant ! Il y avait aussi Papy ce soir (samedi 29 août). Il m’a dit merci alors que c’est moi qui le remercie et il ne sait pas à quel point. Ça fait plaisir d’avoir sa famille, c’est un second souffle. » Cinq ans d’invincibilité, 95 victoires de rang Le petit Éden aura presque deux ans et demi lors des prochains Jeux olympiques de Rio de Janeiro (Brésil), le nouvel objectif de son champion de papa. Déjà sacré à Londres en 2012, il rêve de conserver son titre sous les yeux de son fils. Et aujourd’hui, il est bien difficile d’imaginer Teddy Riner échouer dans sa quête tant il règne en maître chez les lourds (+ de 100 kilos). L’octuple champion du monde n’a plus perdu depuis cinq ans, soit 95 victoires de rang ! Parfait alliage de puissance, de vitesse et de technique, le Guadeloupéen semble progresser année après année. Sur le plan physique, le géant est toujours plus impressionnant. Il affiche par exemple un tour de bras de 52 centimètres. À chaque grand rendez-vous international, Teddy Riner s’échine à décourager la concurrence. Le rival capable de le faire tomber de son piédestal n’est pas encore apparu sur la planète judo. Finalement, son plus redoutable adversaire n’est autre que lui-même. Son corps n’a pas été épargné par les blessures ces dernières années. Cette saison, sa préparation pour les Mondiaux a été tronquée par une opération du coude en février et un arrachement osseux au gros orteil. En revanche, malgré l’accumulation de succès, Teddy Riner n’a jamais affiché une once de lassitude. Il continue de détester la défaite et s’entraîne toujours plus dur pour demeurer le meilleur. Et ce n’est pas à l’approche des Jeux olympiques de Rio que le colosse risque de flancher. « J’ai envie de marquer l’histoire de mon sport », a-t-il confié. Avec un deuxième titre olympique, il égalerait David Douillet, titré en 1996 et en 2000. ARNAUD BEVILACQUA http://www.la-croix.com/
AfroBasket 2015: Algérie et Sénégal débutent par une victoire

La Côte d'Ivoire s'est pris les pieds dans le tapis en ouverture du Championnat d’Afrique des nations de basket-ball. Tout le contraire du grand favori, l'Angola, qui a tout de même bataillé tandis que l'Algérie a commencé son tournoi par une victoire.

Grandissime favori, l'Angola, vainqueur de 13 des 15 derniers AfroBasket,  a joué avec le feu, ce jeudi, pour son entrée dans la compétition. Face à une vaillante équipe de Mozambique (84-72). Les Palancas Negras ont pêché derrière la ligne, avec un lamentable 7/21 à 3-points. Heureusement pour eux, leurs visiteurs ont fini par craquer en deuxième période, perdant les deux derniers quart-temps (29-14, 23-15), pour laisser l'Angola renverser la vapeur.

Dans l'autre rencontre du groupe B, le Sénégal a débuté par une victoire face au Maroc (76-71) grâce notamment à un gros match de son pivot Gorgui Dieng. Le joueur des Timberwolves a fait parler son expérience NBA (24 points, 15 rebonds, 3 assists) pour faire la différence.

Algérie OK, Côte d'Ivoire KO

Le groupe D a vu l'Algérie débuter par une victoire face à une équipe du Zimbabwe (87-67), où figurait le petit-fils du président du Zimbabwe, Robert Mugabe Junior, âgé de 23 ans. Cinq petites minutes et aucun panier plus tard, les Verts se sont appuyés sur leur pivot Mohamed Harat (21 pts, 12 rbds, 2 assists) pour faire la différence après une entame de match ratée.

Plus tôt, la Côte d'Ivoire a raté son entame. Les Ivoiriens n'ont déjà plus le choix après leur défaite initiale face au surprenant Cap Vert (56-76). La préparation perturbée n'explique pas tout, tant les Eléphants sont passés à côté, notamment en défense. « Ca aurait pu être pire vu notre début de match. Mais le résultat est sévère en début de compétition. On a une équipe jeune qui n'a pas l'expérience de ce niveau et on a tombé sur une équipe du Cap Vert qui joue bien au basket, notamment dans le jeu de passes, souffle Hugues Occansey, le coach ivoirien, au micro de RFI. Maintenant, il va falloir mieux faire et montrer un meilleur visage, surtout au niveau collectif et offensif. »AFROBASKET 2015 : LE CALENDRIER*

TOUR PRELIMINAIRE

Poule A : Nigeria, Tunisie (hôte), Ouganda, Centrafrique
Poule B : Sénégal, Angola (tenant), Mozambique, Maroc
Poule C : Egypte, Mali, Cameroun, Gabon
Poule D : Côte d’Ivoire, Algérie, Zimbabwe, Cap Vert

19 août –
Egypte-Gabon 96-49 ; Nigeria-Centrafrique 88-63 ; Mali-Cameroun 56-70 ; Tunisie-Ouganda 77-55

20 août –
Côte d’Ivoire-Cap Vert  56-76; Angola-Mozambique 84-72; Algérie-Zimbabwe 87-67; Sénégal-Maroc 76-71

21 août –
Gabon-Mali ; Ouganda-Nigeria ; Egypte-Cameroun ; Tunisie-Centrafrique

22 août –
Côte d’Ivoire-Zimbabwe ; Mozambique-Sénégal ; Cap Vert-Algérie ; Angola-Maroc

23 août –
Cameroun-Gabon ; Centrafrique-Ouganda ; Mali-Egypte ; Nigeria-Tunisie

24 août -
Zimbabwe-Cap Vert ; Maroc-Mozambique ; Algérie-Côte d’Ivoire ; Sénégal-Angola

HUITIEMES DE FINALE

25 août –
1er poule A-4e poule B (match 25) ; 2e poule D-3e poule C (match 26) ; 1er poule C-4e poule D (match 27) ; 2e poule B-3e poule A (match 28)

26 août –
1er poule B-4e poule A (match 29) ; 2e poule C-3e poule D (match 30) ; 1er poule D-4e poule C (match 31) ; 2e poule A-3e poule B (match 32)

QUARTS DE FINALE

27 août –
Vainqueur match 25- Vainqueur match 26 (quart 1) ; Vainqueur match 27-Vainqueur match 28 (quart 2) ; Vainqueur match 29-Vainqueur match 30 (quart 3) ; Vainqueur match 31-Vainqueur match 32 (quart 4)

DEMI-FINALES

29 août –
Vainqueur quart 1-Vainqueur quart 2 (demi 1) ; Vainqueur quart 3-Vainqueur quart 4 (demi 2)

FINALES

30 août –
Perdant demi 1-Perdant demi 2 (match pour la 3e place) ; Vainqueur demi 1-Vainqueur demi 2 (finale)

*Tous les matches auront lieu au Palais des sports du 14-janvier à Radès (14.000 places), pour des raisons de sécurité et d'organisation. Le Sénégal, l’Algérie et la Centrafrique, non-qualifiés pour le tournoi, ont été repêchés par la Fiba-Afrique. Le champion d’Afrique sera directement qualifié pour les JO 2016. Les 2e, 3e, et 4e participeront chacun à l’un des trois tournois de qualification olympique prévus en juillet 2016. Il s'agit de mini-championnats à six équipes dont les vainqueurs valideront leurs billets pour Rio.

Football: l’Espagnol Michel à la tête de Marseille

L’Espagnol Michel, 52 ans, a été désigné entraîneur de l’Olympique de Marseille (OM), ce 19 août 2015. L’ex-coach du FC Séville (Espagne) et d’Olympiakos Le Pirée (Grèce) devra faire oublier l’Argentin Marcelo Bielsa.

José Miguel González Martín del Campo dit « Michel » a la réputation d’aimer le beau football. Cet entraîneur de 52 ans, ancien grand joueur du Real Madrid (1982-1996) et de l’équipe d’Espagne (66 sélections, 21 buts), a dirigé plusieurs clubs dans son pays (Rayo Vallecano, Getafe, Séville FC). Il vient de passer deux ans à l’Olympiakos Le Pirée (2013-2015), club avec lequel il a remporté deux championnats grecs (2013, 2014) et une coupe nationale (2014). Michel a ensuite été écarté par la direction du club, le 6 janvier dernier.

Grâce à son passage en Grèce, un pays où la ferveur des supporters est immense, l’ex-milieu de terrain offensif semble paré pour diriger l’Olympique de Marseille (OM). « Apôtre du beau jeu, Michel demande beaucoup à ses joueurs, notamment de prendre du plaisir pour présenter un football offensif et agréable, indique l’OM sur son site. A l’image de l’école espagnole, la possession de balle est un atout important dans son approche. Il reste fidèle à ses idées ».

Des lignes directrices proches de celles de Marcelo Bielsa, l’ex-entraîneur de Marseille, qui a claqué la porte à la stupeur générale, le 8 août dernier.

Un entraîneur parfois contesté

Michel serait-il donc le remplaçant idoine ? « Michel connaissait l’effectif sur le bout des ongles, les particularités de chaque joueur », assure l’OM, sans préciser la durée du contrat du nouveau coach. « On était en contact depuis une dizaine de jours (avec le président de l'OM), assure l'intéressé. Mais tout est allé très vite. [...] Derrière nous (il se tourne vers la vitrine de trophées du club, Ndlr), on peut voir qu'il y a une grande histoire et on veut continuer de l'écrire ». Il ajoute : « Il y a de jeunes joueurs ici, du talent à faire progresser. Je veux juste que les joueurs soient contents. »

Les joueurs passés sous les ordres de Michel n’en conservent toutefois pas tous un excellent souvenir, à l'image de Gaëtan Bong à l’Olympiakos. « Du courage aux joueurs marseillais si Michel est nommé coach », s’est amusé le Camerounais. Avant d’ajouter, chambreur, sur Twitter : « Un miroir et du gel pour les cheveux seront plus importants que les victoires de Marseille. » Le Malien SambouYatabaré, qui l'a également connu en Grèce, n'est pas tendre dans les colonnes du quotidien Ouest France : « Dans le foot, il y a des gens qu'on a croisés et qui donnent envie d'aimer encore plus le foot. Lui, au contraire, il m'a dégoûté. »

D’autres footballeurs africains, comme le défenseur algérien Carl Medjani, ont également  entretenu des rapports tendus avec l’Espagnol.

Rio de Janeiro se prépare tant bien que mal à accueillir les JO

L’année prochaine, Rio de Janeiro accueillera les Jeux olympiques. C’est la première fois que les JO sont organisés dans une ville sud-américaine. Plus de 10 000 athlètes de 205 pays se retrouveront dans la « cidade maravilhosa » (cité merveilleuse) pour participer à la compétition. Depuis 2009, Rio tente tant bien que mal de devenir une ville olympique, dans un pays peu enthousiasmé par les sports olympiques.

« La beauté de la ville sera la toile de fond de ces jeux », indique le site de Rio 2016. Avec des épreuves dans la mythique baie de Guanabara, la plage de Copacabana ou encore le stade du Marcanã, ces JO ont des allures de cartes postales. Mais l’envers du décor inquiète quelque peu athlètes et organisateurs.

« Tout retard sera surmonté »

Les Brésiliens courent contre la montre pour que les infrastructures soient prêtes à temps. Des lignes de métro, le stade olympique et plusieurs stades et centres aquatiques sont loin d’être terminés. En 2014, l’un des vice-présidents du Comité international olympique (CIO) John Coates, avait estimé que la préparation des JO 2016 à Rio était « la pire » qui n’ait jamais été constatée en 40 ans d’olympisme.

Mais à un an de l’ouverture des Jeux, pas d’inquiétude du côté du CIO. Pour Nawal El Moutawakel en charge du dossier de coordination de Rio 2016, « il y a toujours eu des retards dans la préparation des jeux. Tout retard sera surmonté, nos amis brésiliens travaillent d’arrache-pied. Ils travaillent en totale coordination avec le CIO et des solutions seront trouvées à ces retards pour permettre à tous de faire de ces jeux, des JO exceptionnels. » La question de la pollution de la baie de Guanabara n’inquiète pas non plus le CIO, « la santé des athlètes est notre priorité et je pense qu’on en fait un peu trop à propos de cette histoire de contamination », estime la représentante du CIO.

Des eaux polluées et des risques de contamination

Les épreuves de voile se dérouleront dans cette baie, où se déversent les égouts de la ville de six millions d’habitants. « Cette eau c’est tout simplement l’eau des toilettes, des douches et des éviers des habitants de la ville », selon le biologiste américain John Griffith, qui a réalisé une enquête avec Associated Press.

Cette étude révèle que le risque d’infection pour les sportifs est de 99% en ingérant l’équivalent de trois petites cuillères de cette eau contaminée. Le risque de contracter une maladie respiratoire et digestive est presque inévitable. La décontamination de la baie était une promesse faite avant 2009, quand le CIO a accordé à Rio de Janeiro l’organisation des JO 2016. Faute de temps, la ville a décidé de mettre en place des éco-bateaux pour récupérer les déchets flottants. L’enquête pointe également du doigt la qualité de l’eau dans la lagune Rodrigo de Freitas, qui accueillera les compétitions d’aviron et de canoës. Outre ce problème de pollution, c’est une question environnementale qui se pose à quelques kilomètres de la ville.

Un golf sur une zone protégée

A Barra da Tijuca, au sud de Rio de Janeiro près du parc olympique, les autorités brésiliennes ont choisi d’installer le terrain de golf sur une zone de protection de l’environnement. Les travaux ont longtemps été bloqués par des manifestants qui dénoncent un crime contre l’environnement. Le projet d’urbanisme a même fait l’objet d’une action en justice, et après une modification de la loi, le terrain de golf et plusieurs immeubles dépassant la taille autorisée auparavant ont été installés. « C’est terrible pour la biodiversité du lieu, on voit déjà des animaux morts aux abords du golfe, toute la zone a été dévastée. Le pire c’est que les contribuables payent pour ces constructions et que la spéculation immobilière ne va pas s’arrêter là », dénonce Pedro Zeno, un étudiant à l’initiative du mouvement « Golfe para quem ? » (« Un golfe pour qui ? »). En effet, c’est la grande question que se posent les habitants de Barra, qui jouera au golf une fois les JO terminés ?

JO : une opportunité pour la ville ?

Du côté de la préfecture de Rio de Janeiro, le ton se veut rassurant. « La ville doit profiter des ces Jeux et ça n’est pas l’inverse », assure Roberto Aibinder de l’entreprise municipale olympique. « Ces Jeux sont en train de changer radicalement la ville, en 2016, Rio de Janeiro sera une ville nouvelle, avec beaucoup plus d’infrastructures et une mobilité urbaine complètement changée. Beaucoup de Cariocas pourront utiliser les transports en commun. Ce sera une ville plus accessible et plus inclusive », explique le représentant de l’entreprise olympique. Pour le moment, la ville n’a pas saisi cette opportunité pour dépolluer la baie de Guanabara, par exemple.

Les Jeux olympiques laisseront un héritage sportif, comme le terrain de golf par exemple. Mais à titre de comparaison une enquête récente rappelait l’héritage de la Coupe du Monde 2014 au Brésil : des lignes de métro jamais terminées, des promesses de nouvelles lignes d’autobus jamais tenues, des stades inutilisés, l’agrandissement d’aéroports inachevé et des communautés expulsées, jamais relogées.

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook