Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Sport

Le jour où Teddy Riner est tombé (et a failli ne pas se relever) Un marocain et un allemand pour parfaire les entraînements du colosse : le Jo 2016


A l'INSEP, «Le Temps» a suivi la légende du judo français lors d'un entraînement qui aurait pu bien mal se terminer

C'est la pause déjeuner à la cafétéria de l'INSEP, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance. La zone C est en vacances scolaires mais il y a du beau monde le long du bar en zinc, côté self, comme autour des tables du coin brasserie. On reconnaît le sauteur en longueur Kafétien Gomis et son entraîneur Renaud Longuèvre, l'ancien hurdler Stéphane Caristan, Philippe Croizon, l'aventurier amputé des quatre membres, la championne du monde de judo Audrey Tcheuméo. L'INSEP est le Macolin français, les médailles en plus. Sur 28 hectares nichés au cœur du bois de Vincennes, le site accueille la fine fleur du sport tricolore (27 pôles nationaux, 600 athlètes, 150 cadres techniques) dans une ambiance de campus anglais, petits bâtiments de briques rouges autour de la piste d'athlétisme.


«J'ai flippé»


La quiétude des lieux est à peine troublée par l'arrivée de Teddy Riner, qui gare sa Mini en sens interdit dans un crissement de pneus. Tout le monde ici est habitué aux frasques espiègles du gentil colosse. A l'INSEP, le judoka, 27 ans, huit fois champion du monde est à la fois la star, le grand frère et l'enfant, arrivé ici il y a quinze ans. Imaginez Roger Federer continuant de s'entraîner au Tennis-Etudes d'Ecublens... Sourire aux lèvres, Riner entre, claque la bise à son attachée de presse Laurence Dacoury, commande un thé qu'il ne boira pas, retire sa veste et dévoile une musculature impressionnante.
Un emplâtre soulage son coude droit, il se remet d'une blessure à l'épaule mais la discussion démarre sur son genou gauche. Ce matin à l'entraînement, Teddy Riner est tombé. Et a failli ne pas se relever. «Sur le coup, j'ai flippé», reconnaît le Guadeloupéen, sans chercher à minimiser l'incident. A vitesse réelle, de loin, il nous avait semblé que le favori des JO de Rio était passé tout près de la catastrophe. La première impression est souvent la bonne.


Quelques heures plus tôt, Teddy Riner s'entraîne dans le dojo du complexe Marie-Thérèse Eyquem. Neuf tatamis jaunes dédiés au meilleur du judo français. Le champion du monde Loïc Pietri travaille sa condition physique tandis qu'une demi-douzaine de jeunes espoirs s'échauffent en trottinant à travers la salle. A chaque fois qu'ils s'approchent de Riner, ils ne peuvent s'empêcher d'observer la légende vivante. Le poids lourd s'entraîne avec son sparring-partner attitré, l'Allemand Nico Tanning, sous le regard du coach national Franck Chambily et de son entraîneur de club (Levallois) Christian Chaumont.
Le travail du jour n'est pas très impressionnant. Teddy Riner se remet d'une blessure à l'épaule, il faut le ménager et viser le qualitatif. Des exercices de mobilité, des réglages techniques, des séries d'uchi-mata avec projection sur un tapis de mousse. Riner fait des pauses, s'assoit (il est le seul à avoir ce privilège durant les entraînements), et jette un œil sur le Marocain El-Mehdi Malki qui se prépare sur le tatami voisin.


Objectif Rio de Janeiro


En année olympique, Teddy Riner rechigne à sortir de France. C'est de bonne guerre (il faut préserver ses petits secrets) mais peu compatible avec le judo qui, comme le tango ou le PACS, se pratique à deux. Alors Franck Chambily a fait venir ce Marocain pour quelques randoris. Le randori est un combat d'entraînement dont le but n'est pas de gagner mais de placer des techniques d'attaque. Malki, champion d'Afrique, 1m98 pour 130 kilos, est un partenaire de choix.
Les deux hommes se saluent. L'affrontement commence. Le Marocain n'a pas la classe de Riner mais il est rugueux, puissant. «Il n'a pas peur, au contraire des Français qui affrontent Teddy», explique Franck Chambily. Alors quand Riner, pas assez concentré, avance trop sa jambe droite et oublie de verrouiller sa garde, Malki voit l'ouverture et s'y engouffre. Ô-soto-gari (grand fauchage extérieur): la première prise qu'apprennent les ceintures blanches déséquilibre la star du judo. Malki pousse de tout son poids pour déraciner Riner, qui tombe vers l'arrière. Son genou gauche, resté bloqué, est poussé vers l'extérieur dans un dangereux mouvement rotatif. La pression sur l'articulation est énorme. Elle suffirait à exploser le genou de n'importe qui. Au dernier moment, Teddy Riner parvient à arracher son pied du sol et à libérer la tension.


Il reste longuement allongé, jambe droite repliée, jambe gauche étendue. Ses deux entraîneurs viennent aux nouvelles, El-Mehdi Malki réajuste son kimono et attend, un peu désemparé. Riner est toujours au sol. Il y restera deux bonnes minutes avant de reprendre l'entraînement et de mettre deux belles «boîtes» à son adversaire. «J'ai flippé, dira-t-il. Ç'a aurait pu péter... Ç'a m'a tiré du genou jusqu'à la hanche.»
Après l'entraînement, Franck Chambily procède à un débriefing à chaud. «Ce que vous avez vu, c'est la réalité du sport de haut niveau. Tout le monde pense qu'il n'a qu'à aller aux JO pour conserver son titre olympique mais rien n'est jamais acquis. J'avais mis en garde Teddy: fais attention à tes postures! Mon rôle, c'est de le garder concentré sur l'objectif. Parce que cette scène dans cinq mois à Rio, c'est ippon et élimination au premier tour.»


«Risques permanents»


A la cantine de l'INSEP, cette dure loi du sport est une banalité que beaucoup ont vécue. Ancienne athlète de haut niveau, Laurence Dacoury nous interpelle: «Il faut le savoir, les entraînements sont des «risques permanents»; à tout moment une «prépa» olympique peut s'arrêter et c'est valable pour tous les sports un peu violents dans le sens de l'opposition, du combat ou de l'investissement physique qu'ils représentent.» Teddy Riner s'est fait un peu peur. Il n'en sera que plus attentif, plus déterminé, plus fort. Et s'il devient champion olympique le 12 août à Rio de Janeiro, ce sera un peu grâce à cette séance d'entraînement qui n'aura finalement blessé que son orgueil.

Jeux Olympiques au Brésil 2016 : Michael Phelps gagne en toute décontraction

 


Deux jours après son succès avec le relais 4x100m, Michael Phelps s'est adjugé mardi soir à Rio deux nouveaux titres olympiques (200m papillon, relais 4x200m). Avec une décontraction quasi-permanente.

Il disputait vraiment une course contre-la-montre, mais il n'a pas dérogé à sa nouvelle habitude : après s'être offert sa vingtième médaille d'or olympique, en remportant le 200m papillon, Michael Phelps est tranquillement passé par l'estrade des photographes pour aller rejoindre sa femme et son poupon en tribunes. Un sourire, un bisou, et hop, ça repart !


Il a dû demander le bonnet de Dwyer


Une heure après, l'Américain était déjà de retour en chambre d'appel, pour disputer la finale du 4x200m. Avec ses jeunes camarades, il est encore allé décrocher de l'or, presque comme si de rien n'était. «Il m'a appelé (juste avant d'entrer dans l'eau) en me disant qu'il n'avait plus son bonnet, a raconté Conor Dwyer. J'ai retourné le mien et je lui ai donné. Je crois qu'il avait déjà gagné sans ses lunettes en 2008.»

Les athlètes ont leurs petits rituels, mais Phelps semble complètement imperturbable, désormais. Serein, épanoui, il est plus ouvert que lors de ses précédents Jeux et est venu avec un grand sourire commenté ses succès de la soirée : «Je ne sais pas si c'est le meilleur moment de ma carrière, mais ce sont des jours exceptionnels, a-t-il dit, très ému. Gagner pour mes cinquièmes Jeux Olympiques, c'est vraiment particulier.» Et ce n'est pas encore fini : jeudi, place au 100m papillon.


Le 4x100m américain en or, un 19e titre olympique pour Phelps

La lutteuse sénégalaise Isabelle Sambou en route vers les JO de Rio

 

Isabelle Sambou, 35 ans, est le grand espoir de l'Afrique pour obtenir une médaille en lutte aux JO de Rio. Elle se bat également dans son pays contre les préjugés qui entourent sa discipline.

Au Sénégal, la lutte est un sport ultrapopulaire pratiqué en majorité par les hommes.
Et pourtant la lutte féminine n'est pas côtée au Sénégal alors qu'elle est bien pratiquée au Sud comme mode d'intégration d'une classe d'âge

in le monde.fr

Fêter la fin d'année avec un Voyage à travers le temps avec la Municipale de Choisy-le-Roi MCR association sportive gym-aérobic, etc

 

Du temps il en était question et il faisait bien beau et chaud dans le gymnase.


Il y avait du monde ce jour, pas pour préparer hélas, les petites mains attendues n'étaient pas nombreuses mais les passionnés ont pu offrir un peu de leur force et tout était prêt pour recevoir les gymnastes, les professeurs et bien entendu les parents et invités.
Une semaine avant, les entraîneurs et les gymnastes avaient mis les bouchées doubles pour renforcer les entrainements pour assimiler et digérer un programme riche et varié.


Une programmation qui avait pour thème le Temps ; ce temps a été déroulé depuis des glaciers jusqu'aux temps modernes en passant par la Préhistoire, la Grèce antique, l'Antiquité, le moyen âge, (Egypte, Asie, l'inde, légendes celtiques ); le XX e siècle et les temps modernes avec comme sujet de fond et malheureusement douloureux le racisme et la ségrégation raciale.


Une bonne ambiance avec plus de 260 enfants inscrits et autant de familles, il a fait chaud-chaud dans la salle. Les gymnastes, au rythme de la musique cadencée et rythmée, ont magnifié l'après-midi et ça se voyait sur les divers visages des spectateurs-parents
Les gymnastes en fonction du sujet ont arboré des tenues adaptées qui invitent au voyage. On dira que c'est le prélude aux belles vacances.
La présentatrice qui n'était autre que la présidente et un autre professeur, nous ont accompagnés en nous expliquant que certains élèves n'ont qu'une seule année de pratique, ce qui témoigne de la motivation de tous.


L'aérobic est un sport nous dira-t-on qui exige la combinaison de la souplesse, de l'agilité et de la synchronisation. De toute façon la motivation des professeurs ne pouvait donner qu'un tel progrès et résultat ; beaucoup de groupes sont allés en compétition et se sont bien débrouillés.

Le voyage à travers le temps : ce temps un bon sujet qui a permis de réviser nos classiques à travers le rythme et les belles prestations. Les gymnastes avec Séverine nous ont montrés leur agilité sur les poutres, etc. Il faut dire que la MCR est un lieu de vie ou chacun a sa place, chaque forme peut s'inscrire pour bouger sous regard attentif et professionnel des professeurs qui vous conduiront jusqu'à la performance.
Le lendemain c'est autour d'un pique qui aurait dû avoir lieu à la plaine sud en plein air mais le temps en a voulu autrement et les gymnastes, l'équipe administrative et les parents se sont retrouvé au gymnase à l'abri d'une météo capricieuse pour savourer les délicieux plats concoctés.


Une belle année riche en évènements et en organisations et réorganisations.


Je suis convaincu que cette année 2016 augure une année 2016-2017 plus attrayante et plus dynamique puisque certains cours auront lieu deux fois et tant mieux.
Il faut saluer ici tout le monde et j'étais aussi ravi de voir l'ancuienne présidente et la nouvelle deviser sans animosité signe que les choses évoluent et que la paix et la serenité reviennet au MCR dans l'intêret du Club et des enfants.
Nous avons besoin d'une association qui vive en ouvrant ses portes à tous pour un épanouissement de tous à travers le sport et la gymnatique

Les entraineurs que nous devons remercier pour leur abnégation
Aurélie, bénévole groupe poussine
Sylvie, bénévole, groupe poussines, bébégym et eveil gym
Séverine, bénévole, groupe poussines, loisirs bébégym et eveil gym
Sandrine: bénévole, groupe benjamine, minime, cadette, éveil gym
Céline: bénévole, groupe poussines et de grandes toute catégorie
Brigitte: bénévole, groupe poussines et de grandes toute catégorie
Stéphane: bénévole, groupe éveil gym
Monique: bénévole, groupe bébégym, garçon poussins
Philippe: bénévole, groupe garçon poussins, et grands toutes catégorie

Sihem et Florian: aérobic.

pape CISSOKO parents de deux enfants

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook