Sport

CAN 2015: le Sénégal surprend le Ghana

Le Ghana et le Sénégal ont ouvert les hostilités dans le Groupe C de la CAN 2015, à Mongomo, lundi 19 janvier. Les deux équipes auraient pu se quitter sur un nul après un but du Ghanéen André Ayew et l’égalisation du Sénégalais Mame Biram Diouf. Mais Moussa Sow a fait le break pour les Lions de la Teranga dans les dernières secondes.

De notre envoyé spécial à Mongomo,

Depuis trois jours, la fête du football africain a pris ses quartiers en Guinée équatoriale. Ce lundi, dans le petit stade de Mongomo, le Ghana et le Sénégal se retrouvaient pour la première grande affiche de la poule C, surnommée pompeusement « le groupe de la mort ».

A la veille de rentrer en lice, le Ghana d’André Ayew n’avait pas du tout l’intention de parader après un triste Mondial au Brésil. Certes, les Ghanéens ont remporté quatre trophées continentaux et leur dernière performance remonte à 2010 avec une finale. Mais comme le précise André Ayew : « On a la poule la plus difficile, il y a de très bonnes équipes, toutes capables d'aller le plus loin possible. » Il ne croyait pas si bien dire.

Les frères Ayew en forme

Par modestie ou par réalisme, le capitaine du Ghana n’affichait pas de grandes ambitions. C’est pourtant lui qui ouvre le score sur penalty (14e) après une erreur du gardien sénégalais Bouna Coundoul. Alors que les deux équipes se jaugent, le match est lancé.

Malgré une motivation énorme, les hommes d’Alain Giresse ont bien du mal à gérer une grande partie de la première période. Sous les coups de butoir d’un Jordan Ayew en forme, le Ghana profite souvent du joueur de Lorient qui lance par exemple Christian Atsu, dont la frappe frôle le poteau gauche (22e). Jordan Ayew récidive à la 39e minute avec un centre parfait au deuxième poteau vers Atsu. La reprise du joueur d’Everton est trop écrasée. Le duo Jordan Ayew - Christian Atsu a largement perturbé le portier sénégalais en première mi-temps.

Moussa Sow, le tombeur

Quelques minutes plus tôt, un geste de classe mondiale, un retourné de Mame Biram Diouf (33e), aurait pu permettre l’égalisation, tout comme la tête de Papy Djibobodji après un coup franc (15e).

C’est en deuxième période que les Lions de la Teranga commencent à rugir avec pour commencer une frappe à ras de terre de la part de Dame Ndoye et un but de Mame Biram Diouf. Le joueur de Stoke City, seul au point de penalty, reprend un ballon revenu après avoir tapé le poteau gauche (58e).

Et alors que le Sénégal poussait et que le Ghana tenait tant bien que mal, Moussa Sow, entré en jeu peu auparavant, a surgi. Sur un bon service en pivot de Mame Biram Diouf à la conclusion d’un beau mouvement collectif, l’ancien joueur de Lille ne laissait aucune chance au portier ghanéen (90e + 3).

Aujourd’hui, le Ghana affrontait une équipe qu’elle connaissait déjà pour l’avoir jouée à trois reprises lors d’une phase finale de Coupe d’Afrique. Avec un bilan favorable pour les « Black Stars » qui s’étaient déjà imposés à deux reprises et avaient fait un nul. Dans la peau de l’outsider, le Sénégal a remporté un premier match face aux Black Stars en finale d’une Coupe d’Afrique des nations. Il a surtout fait un pas vers une éventuelle qualification dans un groupe où les deux premières places seront très chères.


Rfi

Ghana-Sénégal, une grande affiche en perspective

Le premier match du groupe C à Mongomo lundi 19 janvier s'annonce très disputé. D’un côté, un Ghana avide de redorer son blason après un Mondial 2014 raté. De l’autre, un Sénégal impatient de prouver qu'il est bien revenu à son meilleur niveau après quelques années difficiles.

De notre envoyé spéciale à Mongomo,

Le premier grand choc du groupe C se profile lundi à Mongomo avec une rencontre entre le Ghana et le Sénégal. Le Ghana des frères Ayew, doit se racheter d'une Coupe du monde ratée, entre élimination dès le premier tour et problèmes de discipline. « On va commencer notre tournoi est tout est OK. On doit être patient. Il s’est passé des choses à la Coupe du monde mais c’est derrière nous », raconte André Ayew. Après avoir changé trois fois d’entraîneur, les coéquipiers du Marseillais vont devoir relever un nouveau défi.

Deux revanches dans l'air

Equipe phare du continent africain, le Ghana, dirigé par l'Israélien Avram Grant, a une revanche à prendre. Si les Black Stars ont été présents dans le dernier carré lors des quatre dernières éditions, ils n’ont plus remporté le titre depuis 1982. « C’est un moment important et intéressant pour moi. Nous avons beaucoup de bons joueurs », indique l'ancien coach de Chelsea. Il devra néanmoins se passer d’Asamoah Gyan, le capitaine, atteint de paludisme. André Ayew s’attend à une forte opposition de la part des Sénégalais. « Ca fait longtemps que le Sénégal n’a pas fait de résultats dans cette compétition et ils vont être très motivés. Dans cette poule, il n’y a pas de favori. Nous sommes tous favoris ».

Les Lions de la Teranga, les seuls dans ce groupe C à n’avoir jamais remporté le trophée, vont-ils créer la surprise pour leur premier match ? Le dernier séjour du Sénégal en Guinée équatoriale s'était soldé par trois défaites, en 2012. Aujourd’hui dirigé par le Français Alain Giresse, Papiss Cissé et ses coéquipiers n'ont encaissé qu'un seul but en parcours de qualifications. « On aura des adversaires difficiles durant cette phase de groupe, le Ghana est une grande équipe du continent », prévient Alain Giresse qui a l’ambition d’aller le plus loin possible et qui est heureux de retrouver « l’excitation » et le « bonheur » de cette compétition.

« 2012 c’est du passé. On a le meilleur entraîneur et c’est important », tient à souligner le gardien des Lions, Bouna Coundoul. Le Sénégal et son effectif de luxe (Cissé, Sow, Diouf, Sané, Mané, Ndoye) s’est donné les moyens de briller en Guinée équatoriale. Après un séjour au Maroc et deux victoires en matches de préparation, les Lions de la Teranga sont prêts à rugir de nouveau.

CAN-2015 : la Tunisie déçoit face au Cap-Vert

En match de la première journée du groupe B de la CAN-2015, disputé à Ebebiyin, la Tunisie de Youssef Msakni défiaient le Cap-Vert de Ryan Mendes. Résultat : 1-1 au terme d’un match crispant et une première place ex-aequo dans une poule indécise qui compte également la Zambie et la RDC.

La Tunisie, l'équipe la plus attendue du groupe B, n'a pas brillé lors de son entrée en lice dans la CAN-2015 en concédant le nul contre le Cap Vert (1-1), dimanche à Ebebiyin.

Les Aigles de Carthage abordaient cette Coupe d'Afrique avec de réelles ambitions après avoir bouclé la phase qualificative sans aucune défaite. Mais ils n'ont pas de quoi pavoiser après une prestation très décevante face aux Cap-Verdiens.

Après un début de match crispant – une tête de Varela sur le poteau du gardien Mathlouthi dès les premières minutes -, les Tunisiens ont connu une bonne période sans toutefois se créer d’occasions. A ce feu de paille succéda une fin de mi-temps où les Requins bleus faillirent manger tout crus leurs adversaires.

Rentrée au vestiaire en ayant miraculeusement sauvé sa cage, la Tunisie entamait la seconde mi-temps avec de meilleures intentions. Et cela d’autant plus que le Cap-Vert marquait le pas.

Faible niveau technique

Moncer, bien servi au second poteau par Ali Maaloul, avait cru libérer la Tunisie à la 70e minute. Mais un penalty litigieux transformé par Heldon a brisé les espoirs tunisiens, sept minutes plus tard (77e). Si la décision arbitrale était contestable, le score final reflète la physionomie d’un match au faible niveau technique. Chaque équipe a eu sa période, ses occasions… et ses ratés. Aucune ne méritait de l’emporter.

Le chemin vers le renouveau s'annonce donc très compliqué pour la Tunisie qui n'a plus remporté le trophée continental depuis 2004, même si le tirage au sort lui a été extrêmement favorable. La deuxième nation africaine au classement Fifa derrière l'Algérie (22e) a peut-être payé les forfaits pour la CAN de ses deux attaquants Saber Khalifa et Fakhreddine Ben Youssef contre une équipe du Cap-Vert qui l'avait déjà surprise 2 buts à 0 à domicile en qualifications du Mondial-2014, avant d'être disqualifiée sur tapis vert pour avoir aligné un joueur suspendu.

Heureusement pour la Tunisie, les deux autres formations de la poule n'ont pas pu se départager dans la première rencontre de la journée. La Zambie s'est en effet montrée incapable de dominer la RD Congo (1-1). Tout reste donc possible pour la suite.

Pour ne pas revivre la même désillusion qu'en 2013 en Afrique du Sud (élimination au 1er tour), Zambiens et Tunisiens devront montrer un tout autre visage dès jeudi, dans un match qui vaudra très cher.

30e Can en guinee equatoriale : 16 équipes africaines sur la grille de depart

Tout un continent aura  les yeux tournés vers Bata, où s’ouvre la 30e édition de la Coupe d’Afrique des nations. Le coup d’envoi sera donné  ce samedi 17 Janvier, en Guinée Equatoriale à Malabo stadium (Guinée Equatoriale). Seize équipes seront sur la Ligne de départ pour soulever, au soir du 8 février prochain, le trophée continental. En l’absence du Nigeria, tenant du titre ou encore de l’Egypte (7 trophées), les gros cylindrées du football africain mondialistes sont présents. Le match d’ouverture oppose la Guinée Equatoriale, pays organisateur au Congo-Brazzaville qui effectue son retour en phase finale après quinze ans d'absence. Cette rencontre sera suivie  du match Burkina Faso-Gabon, deuxième rencontre du groupe A. Pendant trois semaines (du 17 janvier au 8 février), la compétition réunira 368 joueurs. L’Afrique retient son souffle.
 
Groupe  A
 
Guinée équatoriale : Franchir le cap des quarts
La Guinée équatoriale pu sauver les meubles suite au désistement du Maroc pour l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football (Can). Elle accueille désormais la 30ème édition à deux mois seulement de la plus haute compétition africaine en football. Malabo, Bata, Mongomo et Ebebiyin sont les quatre sites retenus où les 16 équipes disputeront la phase finale. Ainsi, le pays de Teodoro Obiang NguemaMbasogo, président de la Guinée équatoriale s’offre une deuxième participation à la Can, après celle Co-organisée par le Gabon en 2012. Le NzalangNacional n’a jamais joué cette compétition ailleurs que chez eux. Elle a toujours été éliminée lors des tours préliminaires. Son seul palmarès inscrit jusqu’ici dans leur agenda reste un quart de finale de Can où ils ont été éliminés par les Eléphants de la Côte d’Ivoire sur un large score, 3-0. Ecartée des qualifications en juillet pour avoir aligné un joueur non éligible, l’équipe la moins bien classée de la Can tentera de jouer son va-tout, afin de s’inviter encore dans le top 8 africain. En tout cas ils ont mis les moyens faisant recours à des mercenaires, notamment des  Brésiliens.
 
Burkina Faso : Et si le remake se produisait ?
C’est l’équipe qui a créé la sensation lors de la dernière CAN tenue en Afrique du Sud en accédant à la finale de cette compétition. Les Etalons écrivent une nouvelle page de leur histoire à ce stade de la compétition où ils n’ont pas pu franchir le carré d’as. C’est donc avec une équipe au quasi complet amenée par leur capitaine, Charles Kaboré et une attaque de feu avec Pitroipa et Aristide Bancé (seul Alain Traoré blessé manque à l’appel) que les étalons vont perdre la finale devant les Super Eagles par le plus petit score (1-0) à Johannesburg pour la finale de cette édition. Les hommes de Paul Put qui se contenteront de la deuxième place entendent jouer les premiers rôles de la Can 2015.
 
Gabon : Des Panthères attendus
Amenée par l’homme fort de la Bundesliga (Allemagne), Pierre-EmerickAubameyang de Dortmund, l’équipe nationale du Gabon participera à cette 30ème édition de la CAN. Les Panthèresqui avaient été stoppés par le Mali (1-1, 4-5 t.a.b) lors de la 28ème édition entendent se rattraper lors de cette compétition en terre équato-guinéenne. En plus de la publication de la liste définitive des joueurs retenus pour la Can par le sélectionneur Jorge Costa, les Panthères logés dans le groupe A, avec le Congo, la Guinée Equatoriale, pays hôte et le Burkina Faso, comptent aller le plus loin possible dans la compétition.
 
Congo :15 ans après
C’est en 2000 que le Congo a enregistré sa dernière participation à une CAN. Quinze ans après, les Diables rouges participent à une phase finale de la compétition la plus prestigieuse du continent en profitant du nul du Nigéria face à l’Afrique du Sud pour se qualifier deuxième de cette poule, éliminant ainsi le tenant du titre. Il enregistre sa septième  compris celle de Guinée équatoriale 2015 sous la houlette de Claude Le Roy. Le technicien français compte se préparer au Sénégal.
 
Groupe  B
Zambie : Le succès de 2012 plane
La Zambie à l’occasion de faire oublier sa mauvaise performance en 2013 en Afrique du Sud où elle a été éliminée dès le premier tour de la compétition. Pourtant championne d’Afrique au terme de la 28e édition de la Coupe d’Afrique amenée par le capitaine Chris Katongo qui termine meilleur joueur de la compétition, la Zambie avait fait un excellent parcours. Elle avait terminé premier de son groupe devant la Guinée équatoriale, la Libye et le Sénégal. Lors des trois matchs du groupe A, la Zambie obtient deux victoires et un nul. Elle bat le Sénégal lors du premier match : 1-2, ensuite elle partage les points avec la Libye 2-2, et pour finir elle bat la Guinée équatoriale 0-1. Leur 17ème participation tentera néanmoins de couronner ce beau parcours dans cette compétition africaine où elle avait participé une finale en 1974. Pour cette fois ci, les Chipolopolo y seront sans la participation de Christopher Katongo qui a été écarté par le sélectionneur, HonourJanza, pour des raisons de discipline. A cela s’ajoutent trois autres joueurs, notamment NyambeMulenga (Zesco United), ChangweKalale (Power Dynamos) et SatchmoChakawa (Green Eagles) grièvement blessés dans un accident de la route. Les hommes de HonourJanza seront logés dans une poule assez relevée où ils seront aux prises avec la RD Congo, la Tunisie et le Cap-Vert.
 
Tunisie : Maintenir le cap du tour préliminaire
Après un parcours sans faute lors des éliminatoires où elle  a occupé la première place du groupe devant le Sénégal et l’Egypte, la Tunisie part comme l’un des favoris de la Can 2015 en terre équato-guinéenne. Une performance qui la classe troisième place africaine, selon le classement de la FIFA du mois rendu public au mois d’octobre dernier, derrière l’Algérie qui s’est propulsée pour la première fois de son histoire à la 15e position mondiale, et la Côte d’Ivoire qui a perdu trois rangs dans ce nouveau classement (25e). Amenés par le technicien Belge, Georges Leekens, les Aigles de Carthage n’ont pas atteint le carré d’as depuis leur sacre en 2004, chez eux où ils se sont défaits du Maroc en finale, remportant ainsi leur premier trophée.
 
Cap Vert : Si les Requins bleus créent la surprise
Principal adversaire de la Tunisie et de la Zambie, le Cap-Vert est logé dans la poule B à sa deuxième participation de la CAN après celle tenue en Afrique du Sud.  Les Cap-Verdiens avaient réussi à atteindre le tableau final pour cette première apparition en compétition continentale. Après avoir fini deuxième de leur groupe, derrière le pays hôte, l’Afrique du Sud et devant le Maroc et l’Angola, ils s’inclinent en quart face au Ghana. Les Requins bleus ont été amenés par Ryan Mendes et Djaninyqui terminent meilleurs buteurs cap-verdiens des éliminatoires puisqu’ils ont inscrit deux buts chacun, sur les dix de leur formation, en quatre rencontres. Luís Carlos Almada Soares, plus connu sous le surnom de Platini devient le premier joueur à inscrire un but pour le Cap-Vert en phase finale d’une compétition internationale après avoir ouvert le score face au Maroc lors de cette CAN. Que ce soit au niveau mondial ou au niveau continental, la sélection cap-verdienne est en progrès constant depuis les années 1990. Après avoir connu un creux vers 1999 avec par conséquent une 177e place au classement mondial et une 47e place en Afrique, la plus mauvaise performance des Requins Bleus. Depuis la fin des années 2000, le Cap-Vert ne cesse de monter au classement FIFA, jusqu’à entrer dans le top 100, position occupée depuis 2007. Il a même atteint le 9e rang africain à la fin de l’année 2011 après la Can sud-africaine.
 
RD Congo : Semeur de troubles  
L’équipe de République démocratique du Congo de football, surnommée les Léopards (appelés les Simba entre 1997 et le 18 février 2006), enregistre sa 17ème participation à la CAN. Les Léopards font partie des équipes ayant remportées plus de trophées à cette compétition africaine.  Ils ont enregistré leur premier succès continental en 1968 (en Éthiopie) en dominant le Congo Brazzaville sur le score de 3-0. Six ans plus tard, sous le nom de Zaïre, elle récidive en remportant la CAN organisée en Égypte devant la Zambie. Les deux équipes qui s’étaient quittées par un match nul 2-2 après prolongations (doublé de Pierre Mulamba), ont rejouéle match deux jours plus tard. Les Léopards remportent le titre par un but de Pierre Mulamba, ce qui fait de lui le meilleur de la compétition et en plus, il détient le record de buts marqués en une phase finale de Coupe d’Afrique des nations avec 9 buts en 6 matchs lors de la CAN 1974 en Égypte. Vite éliminé à la Can 2013 dans une poule B où le Mali s’est qualifié en compagnie du Ghana, les Léopards auront fort à faire avec la Tunisie et la Zambiepour accéder aux quarts de finale.
 
Groupe  D
Mali : La Constance
Il est l’équipe la plus constante des deux dernières Can. Atteignantdeux fois de suite le carré d’as en 2012 et 2013, le Mali a réussi à occuper la troisième place de cette compétition africaine du 17 janvier au 8 février prochain en Guinée Équatoriale. Mieux encore en 2002, le Mali organise la coupe d’Afrique des nations et crée la surprise à domicile en atteignant les demi-finales malgré des ambitions limitées. Il s’incline lourdement (3-0) face au Cameroun futur vainqueur de la compétition et termine 4e après sa défaite face au Nigeria (1-0). En 2004 le Mali atteint à nouveau les demi-finales mais s’incline encore lourdement (4-0) face au Maroc et termine quatrième après leur défaite encore une fois face au Nigeria (2-1). Frédéric Kanouté se distingue lors de cette CAN en figurant dans l’équipe-type du tournoi et comme meilleur buteur. Pour cette Can 2015, les Aigles du Mali enregistrent leur 9ème participation en terre équato-guinéenne.  Qualifiée aux dépens de l’Algérie déjà à l’abri à Bamako (2-0), l’équipe malienne sera amenée par le capitaine emblématique, Seydou Keita qui est le porteur du brassard dans une poule de feu où il compte se frotter contre la Côte d’ivoire et le Cameroun.
 
Côte d’Ivoire : Une génération en quête du trophée
Seule l’Egypte a fait mieux que lui. La Côte d’Ivoire a remporté la Coupe d’Afrique des nations en 1992 et compte en 2013 vingt qualifications pour la phase finale de la compétition continentale et sept podiums. Les « Éléphants » ont participé par ailleurs à trois phases finales de la Coupe du monde, en 2006, 2010 et 2014, sans jamais franchir le premier tour. Vingt-deux ans après leur unique titre africain, la génération dorée ivoirienne portée par l’éclosion des talents sortis de l’Académie Mimosifcom (Kolo et Yaya Touré, DidierDrogba et Zokora, Gervinhoetc.) joue pour certains leur va-tout dans cette CAN 2015. Ils atteignent deux fois de plus la finale de la CAN respectivement contre l’Egypte en 2006 et la Zambie en 2012. Parmi les joueurs de football ayant marqué l’histoire de la sélection, deux ont remporté le trophée du Joueur africain de l’année : Didier Drogba et Yaya Touré, respectivement deux et trois fois.Cette défaite inattendue en 2012 fait le désespoir des supporters ivoiriensSous la direction du Français SabriLamouchi, les Ivoiriens se qualifient pour la CAN 2013 face au Sénégal, la dernière annoncée pour Drogba, mais y déçoivent une nouvelle fois en étant éliminés dès les quarts de finale face au Nigeria (1-2).Pour cette année, la Côte d’ivoire y va sans Drogba et Zokora. Le sélectionneur Hervé Renard  a  donné confiance aux jeunes, notamment Gervinho (AS Roma/Italie), Wilfried Bony (Swansea/Angleterre), Salomon Kalou (Hertha Berlin/Allemagne). Les cadres comme Kolo et Yaya Touré feront le déplacement aussi.
 
Cameroun : Le pari du rachat
Quatre fois vainqueur de la CAN (1984, 1988, 2000 et 2002), l’équipe nationale du Cameroun n’a depuis lors rugit. Elle a d’ailleurs même raté les deux dernières CAN tenues en Afrique du Sud et Gabon-Guinée équatoriale. Les Lions indomptables doivent se racheter pour cette Can pour ses résultats décevants durant les éliminatoires de 2012 et 2013. Leurs parcours perfides commencent en 2004 ou le Cameroun, double tenant du titre, est éliminé en quart de finale par le Nigeria, malgré son fameux duo d’attaque Eto’o-Mboma, dont le dernier dispute là sa dernière compétition internationale. À la CAN 2006, le Cameroun est une nouvelle fois éliminé en quart de finale, bien qu’il reste invaincu durant la compétition. La Côte d’Ivoire, encore une fois, sort le Cameroun, au bout d’une interminable séance aux tirs au but (11-12). En 2008, le Cameroun élimine la Tunisie (3-2), puis le pays organisateur et favori Ghanéen (1-0) en demi-finale. Les Lions perdent une nouvelle fois contre les Pharaons d’Égypte. Samuel Eto’o bat le record de buts dans l’histoire de la CAN. Lors de la CAN 2010 en Angola, les Lions indomptables s’inclinent face à leur bête noire égyptienne, futur vainqueur pour la 3e fois consécutive (1-3).Pour les éliminatoires de la CAN 2012 ont été catastrophiques pour la sélection camerounaise étant devancée par le Sénégal. Le Cameroun manque la qualification tout comme en 2013 où une défaite face à l’inattendu Cap-Vert leur prive de compétition. Cette présente Can 2015, le sélectionneur Allemand Volker Finke arrivé le 22 mai 2013 à la tête de l’équipe  aura la lourde tâche de relever le défi en essayant de hisser les Indomptables sur le haut du tableau sans certains cadres. Il s’agit de Alexandre Song, Charles Itandje, AurelienChedjou, Benoît Assou-Ekotto.
 
Guinée :  Et si « Ebola » motivait le Syli?
La Guinée Conakry parte avec un double enjeu à cette CAN 2015 : relever le défi d’une participation à cette compétition et montrer à la face du monde que le virus à hémorragique Ebola  qui  a fait des milliers de victimes n’impactera guère sur leur performance. Le Syli Nationalqui ne s’est pas qualifié à l’occasion de la dernière Can de 2013 entend redorer leur image qu’il avait entre 2004, 2006 et 2008  où les partenaires de Pascal Feindouno ont été éliminés en quart de final. À la CAN 2004, après avoir fini second du groupe derrière la Tunisie mais devant le Rwanda et la RD Congo, l’équipe de Guinée fut éliminée en quarts par le Mali (1-2, malgré l’ouverture du score de Pascal Feindouno). L’équipe de Guinée de 2006 emmenée par Patrice Neveu est sortie vainqueur en battant même l’Afrique du Sud et la Tunisie. Au quart de finale, la Guinée se battit vaillamment face au Sénégal (2-3). Avec 9 buts inscrits dans 4 matches, la Guinée convainquit particulièrement par son jeu offensif.
Pour l’édition de la CAN 2010 et de la Coupe du monde 2010, elle sera éliminée lors du tour final en compagnie de la Côte d’Ivoire, du Burkina Faso, et du Malawi en terminant dernière du groupe E et ne se qualifie ni pour la Coupe du Monde 2010, ni pour la CAN 2010 alors qu’elle s’était hissée au niveau des quarts de finale au cours des trois éditions précédentes. C’est le cas aussi pour la précédente Can 2012 où elle a été éliminée au premier tour de la phase finale co-organisée par le Gabon et la Guinée Equatoriale. En 2013, le Syli est éliminé au tour préliminaire.

 

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Video galleries

logotwitterFacebook