Sport

La guerre de l’OM et du PSG contre Canal+ mine le foot français

Alors que le Championnat de France vit une des plus passionnantes éditions de son histoire récente, les suspensions prononcées le 9 avril dernier à l'encontre du Parisien Zlatan Ibrahimovic et du Marseillais Dimitri Payet ont conduit leurs clubs, le PSG et l'OM, à boycotter la chaîne de télévision Canal +, soupçonnée d'avoir diffusée des images « dévalorisantes » pour le foot français, selon la Ligue de football professionnel.

Les téléspectateurs qui suivaient ce 12 avril 2015 le match phare de la 32e journée du Championnat de France de football (Ligue 1) sur la chaîne Canal + ont été surpris de n'entendre aucune réaction de Marseillais à l'issue de la rencontre. La déception suite à la défaite concédée à Bordeaux n'y était pour rien. Embarrassés, certains joueurs de l’Olympique de Marseille (OM) expliquaient au journaliste de la chaîne cryptée présent sur le bord du terrain qu'ils avaient des ordres.

La veille, au Stade de France, on avait assisté à une autre scène inhabituelle, cette fois pendant la conférence de presse de Laurent Blanc de l'entraîneur du PSG, à l'issue d’un succès en finale de la Coupe de la Ligue face à Bastia (4-0). Alors qu'un journaliste de Canal + venait lui poser une question, Laurent Blanc s’est tourné vers le chef de presse du Paris Saint-Germain qui lui a alors précisé qu'il n'avait pas le droit d'y répondre.

Le PSG et l'OM boycottent Canal +


L'explication tient dans deux communiqués quasi-identiques, publiés le 10 avril 2015 par les deux clubs, où ils annoncent leur intention de boycotter Canal + jusqu'à la fin de la saison. Ils reprochent à la chaîne d'avoir diffusé des images ayant conduit à la suspension des deux stars de ces deux clubs, l’attaquant du PSG Zlatan Ibrahimovic (quatre matches de suspension) et le milieu de terrain offensif de l’OM Dimitri Payet (deux matches) pour des propos injurieux envers les arbitres. Un boycott appliqué par tous les acteurs des deux clubs (dirigeants, encadrement technique, joueurs). En revanche, ni le PSG ni l'OM n'ont l'intention de renoncer à la part des droits de retransmission que leur versera Canal + à la fin de la saison...

Si la position de ces deux clubs a de quoi surprendre, le soutien que leur apporte la Ligue de football professionnel (LFP) étonne encore davantage. La LFP s'apprête même à envoyer, selon le quotidien L'Equipe, un courrier à la chaîne cryptée pour lui rappeler que le contrat de diffusion l'engage « à ne pas promouvoir des scènes contraires à l'image du football (attitudes inappropriées des acteurs ou des spectateurs) et à donner une image positive du football en mettant l'accent sur les beaux gestes et le beau jeu ». Bref, comme le remarquait hier soir le journaliste Pierre Ménès, une des têtes d'affiche de Canal +, « on passe les images quand ça arrange les clubs, pas quand ça ne les arrange pas ».

Un silence qui s'étend à l'international


La position des deux clubs, et encore plus celle de la LFP, agacent pourtant d'autres dirigeants du football français, inquiets que ce comportement puisse à terme « coûter en droits télé aux clubs dans la valorisation de la Ligue 1 », comme le confiait Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique lyonnais. Car Canal + paie cher pour diffuser les meilleures affiches du Championnat de France de football ; jusqu'à 540 millions d’euros par an.

D'autant que la chaîne cryptée ne se contente pas de les diffuser en France, puisqu'elle est aussi productrice des images de ces rencontres à l'international. En privant Canal + de toute déclaration, les Parisiens et les Marseillais boycottent indirectement la diffusion de la Ligue 1 dans une centaine de pays, dont plusieurs en Afrique, ce qui va à l'encontre du propre cahier des charges mis au point par... la LFP.

Cette semaine, l'affaire pourrait même franchir un nouveau palier puisque le Paris Saint-Germain a fait savoir son intention d'étendre son boycott contre Canal + aux matches de coupe d’Europe, alors que ses deux confrontations avec le FC Barcelone, en quarts de finale de la Ligue des champions, seront diffusées par la chaîne cryptée. Une position qui va à l'encontre des règlements prévus par l'UEFA, organisatrice de la Ligue des champions, qui oblige l'entraîneur et un ou deux joueurs du club à répondre aux questions du média qui diffuse le match, à la fin de la partie. Le Paris Saint-Germain semble prêt à défier cette obligation, quitte à s'exposer à une sanction financière de la part de l'UEFA.

Des tensions au sein de la Ligue?


Quelle que soit l'issue de ce conflit inédit dans le football français, les conséquences risquent d'être durables et d'alourdir une ambiance déjà tendue autour des droits de diffusion depuis l'arrivée en France de BeInSport, la chaîne de sports du groupe Al-Jazeera, proche du PSG. Et même au-delà, puisque la position anti-Canal + adoptée par le président de la Ligue, Frédéric Thiriez, irrite une partie des dirigeants des clubs qui s'étonnent de ne pas avoir été consultés au sein du conseil d'administration de la LFP.

Rfi

Coupe de France: Paris rejoint Auxerre en finale

Le PSG a dominé Saint-Étienne en demi-finale de la Coupe de France mercredi 8 avril au Parc des Princes grâce notamment à un triplé de Zlatan Ibrahimovic (4-1). Il affrontera le 30 mai l’AJ Auxerre, club de Ligue 2, qui a éliminé la veille le tenant du titre l’EA Guingamp.

Alors, c’est qui le patron ? Voici certainement les mots qui ont dû trotter dans la tête de Zlatan Ibrahimovic mercredi soir, lui qui a été si critiqué ces dernières semaines, et qui risque, jeudi 9 avril, une longue suspension de la part la commission de discipline de la Ligue après ses propos à l’encontre du corps arbitral suite à la défaite du PSG à Bordeaux mi-mars.

Victime préférée du Suédois, Stéphane Ruffier a encore passé une mauvaise soirée. Après trois buts encaissés en Ligue 1 (défaite 5-0) lors de la 4e journée et un autre en quart de finale de la Coupe de la Ligue (0-1), le portier international s’est à nouveau incliné à trois reprises face à Zlatan Ibrahimovic qui a, en premier lieu, transformé un penalty provoqué par Lavezzi (21e) pour marquer son centième but avec le PSG.

Malgré l’égalisation d’Hamouma (25e), les Parisiens n’ont pas flanché. Lavezzi, si maladroit en championnat, place merveilleusement sa tête piquée pour redonner l’avantage aux siens. Mais que dire, ensuite, du bijou d’Ibrahimovic ? Sur une ouverture de Matuidi, l’attaquant de 33 ans s’offre un grand pont dans un trou de souris sur Stéphane Ruffier avant de conclure, le sourire aux lèvres (81e). Pas encore rassasié, il se permet même un nouveau triplé, le troisième de la saison, avec un tir croisé dans les arrêts de jeu. Sur le déclin Zlatan ? Ce n’est pas le gardien stéphanois qui osera répondre par l’affirmative.

L'exploit d'Auxerre, dix ans après

Dix ans que les supporteurs auxerrois attendaient cela. Dix longues années durant lesquelles ils ont connu tant de hauts et de bas. Mais grâce à la victoire de Sébastien Puygrenier et des siens, les Bourguignons vont retrouver le Stade de France, une décennie après la quatrième Coupe de France de leur histoire décrochée face à Sedan, alors pensionnaire de Ligue 2.

Le Petit Poucet, cette fois-ci, changera de camp. Sevré de matchs de haut-niveau depuis la descente de l’AJA et les remous internes qui ont précipité le club centenaire en deuxième division au printemps 2012, le public de l’Abbé-Deschamps a pu à nouveau rugir de plaisir mardi soir, quatre ans après avoir accueilli aux bords de l’Yonne le Real Madrid, l’Ajax Amsterdam et le Milan AC lors de la dernière participation d’Auxerre à la Ligue des Champions. Une autre époque.

Après avoir lutté jusqu’à la dernière journée la saison passée pour assurer son maintien au deuxième échelon national, l’AJA retrouve donc les sommets grâce à son succès, à domicile, face au tenant du titre, l’En Avant Guingamp. Héroïques et réduits à dix après l’expulsion de Jamel Aït Ben Idir à la 73e, les joueurs de Jean-Luc Vannuchi, 8e de Ligue 2, ont défendu chèrement leur court avantage acquis dès la 15e par Frédéric Sammaritano. Avant de fêter cette qualification avec leurs supporteurs qui n’ont pas hésité à envahir la pelouse à la fin de la rencontre et qui ont déjà coché ce rendez-vous qui les attend le 30 mai face au voisin parisien, pour un remake de l'édition 2003 remportée par les Bourguignons...

Top 20 RFI : les Sénégalais en force

Cinq Sénégalais font partie du Top 20 RFI, dont Demba Ba qui est toujours en tête de notre classement hebdomadaire des meilleurs buteurs africains d'Europe.
Buts    Place    Joueur    Club/Nationalités    Joués    Moy.
15    1    Demba BA    Besiktas/Sénégal    22    0.68
12    2    Ahmed Hassan MAHGOUB    Rio Ave/ Egypte    22    0.54
12    3    Abdoulaye DIABY    Lille/Mali    24    0.50
12    4    P-E AUBAMEYANG    Dortmund/Gabon    26    0.46
12    -    Bartholomew OGBECHE    Cambuur/Nigeria    26    0.46
11    6    Moussa KONATE    Sion/Sénégal    18    0.61
11    7    Papiss CISSE    Newcastle/Sénégal    19    0.58
11    8    Aatif CHAHECHOUHE    Sivasspor/Maroc    25    0.44
11    -    Moussa SOW    Fenerbahçe/Sénégal    25    0.44
11    10    Wissam BEN YEDDER    Toulouse/France-Tunisie    30    0.36
10    11    Islam SLIMANI    Sporting Portugal/Algérie    17    0.59
10    12    Diafra SAKHO    West Ham/Sénégal    22    0.45
10    13    Luc CASTAIGNOS    Twente/Pays-Bas-Cap-Vert    24    0.42
10    -    Max-Alain GRADEL    Saint-Etienne/Côte d'Ivoire    24    0.42
10    15    Wilfried BONY    Manchester City/Côte d'Ivoire    25    0.40
10    16    Hakim ZIYECH    Twente/Pays-Bas-Maroc    28    0.36
9    17    Frédéric GOUNONGBE    Westerlo/Bénin    16    0.56
9    18    Moussa MAAZOU    Maritimo*/Niger    18    0.50
9    19    Ahmed MUSA    CSKA Moscou/Nigeria    21    0.43
9    20    Abdou RAZACK TRAORE    Karabukspor/Burkina Faso    22    0.41

*Moussa Maazou est parti jouer en Chine cet hiver.

Nota Bene. Ce classement ne prend en compte que :

1) les joueurs évoluant dans les douze meilleurs championnats d'Europe (selon l'indice UEFA 2014-2015)
2) les sélectionnés ou sélectionnables par une équipe nationale A africaine. Ce qui inclut les joueurs binationaux.

Sources : sites des ligues nationales de chaque pays.

CAN 2017: le Gabon organisera la prochaine Coupe d’Afrique

Le Gabon organisera la Coupe d'Afrique des nations 2017 de football, a annoncé la Confédération africaine de football, ce 8 avril 2015 au Caire. Le Gabon a été préféré à l'Algérie et au Ghana. La Libye devait organiser cette CAN 2017 mais a dû renoncer à cause des violences et de l'instabilité politique qui règne dans le pays.

Le Gabon va donc accueillir la Coupe d’Afrique des nations de football pour la deuxième fois, après avoir déjà co-organisé l’édition 2012 avec la Guinée équatoriale. « C’est tout simplement magnifique parce qu’on va rester dans la continuité de ce qu’on avait commencé à faire en 2012, a réagi l’ex-attaquant vedette gabonais Daniel Cousin et actuel manager de l’équipe nationale. On avait partagé ça avec la Guinée équatoriale mais ça s’était très bien passé. Là, on va la recevoir chez nous entièrement. C’est une bonne nouvelle pour nous, pour le peuple, pour le pays. Donc on s’en réjouit déjà ».

La Confédération africaine de football a donc préféré la candidature gabonaise à celle du Ghana, qui a déjà accueilli quatre fois le tournoi, et à celle de l’Algérie, qui a longtemps fait figure de favorite. Mais les Algériens ont en partie payé les problèmes de sécurité dans leurs stades, suite notamment à la mort du footballeur camerounais Albert Ebossé, le 23 août dernier.

Le Gabon dans le groupe de la Côte d'Ivoire en éliminatoires

Le Gabon remplace donc la Libye qui devait organiser cette 31e édition. Les Libyens avaient déjà renoncé à accueillir l’édition 2013 à cause de la guerre ayant ravagé le pays. Ils avaient alors accepté d’échanger l’organisation de la CAN 2013 contre l’organisation de la CAN 2017, promise à l’Afrique du Sud. Mais en août dernier, les autorités libyennes ont jeté l’éponge une seconde fois, toujours pour des questions d’insécurité et d’instabilité politique.

Les éliminatoires de cette 31e Coupe d’Afrique devraient débuter entre le 8 et le 16 juin 2015. A l’issue d’un tirage au sort, les 52 pays en lice ont été répartis dans 13 groupes de 4 équipes (voir la répartition complète des groupes). A noter que le Gabon prendra part à ces éliminatoires dans le groupe de la Côte d'Ivoire, championne d'Afrique, mais les résultats des Gabonais ne seront pas pris en compte. Il n’y aura donc qu’une seule équipe qui décrochera sa qualification dans la poule du pays hôte.

Pour rappel, l’équipe de Côte d’Ivoire a remporté la Coupe d’Afrique des nations 2015 face à celle du Ghana (9 tirs au but à 8, 0-0 après prolongation), le 8 février à Bata en Guinée équatoriale.

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Video galleries

logotwitterFacebook