Sport

Emery (PSG): Verratti "peut commencer ou entrer" face à Bordeaux

Le milieu Marco Verratti, blessé fin janvier, pourra "commencer ou entrer dans le match" du Paris SG à Bordeaux, vendredi pour 25e journée de Ligue 1, selon son entraîneur Unai Emery qui également annoncé jeudi la disponibilité du gardien Kevin Trapp et du latéral Thomas Meunier.

"Verratti est dans le groupe, il s'est entraîné hier et aujourd'hui (mercredi et jeudi), et si tout va bien, il peut commencer ou entrer dans le match", a annoncé le technicien espagnol en conférence de presse. "On va voir demain (vendredi) avec les docteurs, on va prendre la meilleure décision pour lui et l'équipe."

Verratti (24 ans) était indisponible lors des quatre derniers matches du PSG après avoir été victime d'une blessure à un mollet le 27 janvier.

La présence de ce titulaire indiscutable dans le onze de départ face au FC Barcelone, mardi en 8e de finale aller de Ligue des champions, dépend largement de son retour à la compétition ce vendredi.

Trapp, qui s'était blessé contre Monaco (1-1) fin janvier, revient également dans le groupe. Emery n'a pas souhaité dévoiler qui de l'Allemand ou d'Alphonse Areola serait titularisé dans les cages, alors que le jeune Français a commis une bévue coûtant un but face à Lille mardi (2-1).

Autre retour dans le groupe, celui de l'arrière droit Thomas Meunier, indisponible lors des trois derniers matches en raison d'un pépin à un genou.

L'Argentin Javier Pastore est quant à lui de nouveau inapte. L'Argentin, à la saison tronquée par les blessures, avait été victime d'une "fatigue musculaire" après une réapparition en Coupe de France début février.

Le milieu Grzegorz Krychowiak est également écarté du groupe à Bordeaux.

Mondial à 48: l'UEFA veut 16 équipes européennes, une par poule

L'UEFA a pris acte de l'élargissement du Mondial à 48 équipes à partir de 2026, mais réclame maintenant la présence de 16 équipes européennes, une dans chaque poule, a expliqué jeudi son président Aleksander Ceferin.

L'élargissement "a été décidé par le Conseil de la Fifa. Le comité exécutif de l'UEFA comprend la situation. Maintenant l'expansion a été décidée et nous ne pouvons rien faire là-dessus", a reconnu Ceferin, alors que l'UEFA était au départ réticente à cette réforme.

"Nous pensons qu'il est réaliste de demander seize poules, avec comme condition supplémentaire qu'une équipe européenne figure dans chaque groupe", a poursuivi le Slovène, après une réunion du comité exécutif de l'UEFA. "Puisque la qualité est de notre côté, je pense que les 16 équipes peuvent se qualifier pour le tour suivant.".

La Fifa a adopté le 10 janvier à l'unanimité le passage à 48 équipes dès la Coupe du monde de football 2026, avec une première phase de 16 groupes de 3 équipes.

Reste maintenant à connaître le nombre de places supplémentaires allouées à chaque confédération, une question qui n'a pas été encore décidée. Ce point devrait être finalisé au prochain congrès de la Fifa en mai à Manama (Bahreïn).

Selon une source de la Fifa, l'Europe passerait de 13 à 16 places, l'Afrique, principale bénéficiaire, de 5 à 9, et l'Amérique latine de 4,5 à 6,5 (6 + un barragiste).

RFI

Le Cameroun champion d’Afrique

Fév 06, 2017 Poster par
Le Cameroun champion d’Afrique

« Cameroun 2 – Egypte 1 : le Cameroun champion d’Afrique !!!!!!! », lance en Une le site d’information Cameroon-Info, avec pas moins de 7 points d’exclamation. « Le Cameroun bat l’Egypte et remporte son 5e titre. Un but d’Aboubakar Vincent en toute fin de match a permis aux Lions Indomptables de s’imposer devant les Pharaons d’Egypte. »

En effet, précise le site camerounais, « on s’achemine vers les prolongations, quand à la 88e, Aboubakar profite d’un long ballon. Au milieu de deux défenseurs égyptiens, il réussit à contrôler le cuir et mystifier son vis-à-vis avant de battre El Hadary du plat du pied. 2 buts à 1, donc, le Cameroun remporte le match et glane son 5e trophée. Le pays de Roger Milla brise la malédiction devant l’Egypte qui l’avait battu à deux reprises par le passé à ce stade de la compétition. »

Le quotidien Cameroon Tribune exulte également… « Les Lions indomptables sont sur le toit de l'Afrique. (…) Ce sont deux remplaçants, anciens poids lourds de l'équipe, qui s'avèrent décisifs, note le journal. D’abord Nicolas Nkoulou égalise sur un coup de tête à la 59e minute. Et à la 89e, Vincent Aboubakar évite aux publics l’épreuve difficile des tirs au but et foudroie Essam El-Haddary, le gardien égyptien d’une reprise de volée. C’est le but de la victoire. Et le retour sur la première marche du podium 15 ans après face à l’équipe la plus titrée du continent. Le signe indien est brisé devant l’Egypte qui, par deux fois, avait ravi la finale de la CAN au Cameroun, en 1984 et en 2008. »

La surprenante mue des Camerounais

Alors qu’est-ce qui a fait la différence ? L’insouciance et la complicité des joueurs camerounais, explique Ledjely.com. « Surprenant vainqueur de cette 31ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations, le Cameroun n’en est pas moins un champion ayant amplement mérité son titre. Symbole d’une équipe qui a réussi à faire sa mue et à tourner le dos à son passé récent peu glorieux, les Lions indomptables sont une bande de jeunes pour lesquels jouer c’est avant tout se faire plaisir. Revendiquant une insouciance qui frise la naïveté et une complicité qui faisait particulièrement défaut aux Camerounais, ils en font désormais leur levain. Plus portés sur le jeu que sur l’argent, ils sont allés au bout en obéissant tout d’abord au plaisir qu’ils se procurent à eux-mêmes et en pensant à la joie qu’ils procurent aujourd’hui à l’ensemble du Cameroun, pays qui vogue entre la routine et l’apathie. »

Et puis autre facteur décisif : l’entraîneur Hugo Broos… « Un entraîneur Belge au sommet de l’Afrique », titre Le Monde Afrique. « C’est l’histoire d’un Belge, relate le journal, il arrive au Cameroun et un an après il gagne la Coupe d’Afrique des Nations : Hugo Broos est devenu dimanche le premier sélectionneur belge à coucher son nom dans le livre d’or de la biennale du football africain. Avec la victoire des Lions indomptables en finale contre l’Egypte, c’est aussi l’histoire d’un homme de 64 ans, ancien défenseur d’Anderlecht et des Diables rouges, qui prend humblement sa revanche contre celles et ceux qui l’avaient oublié, à peu près tout le monde. » En effet, précise Le Monde Afrique, « au chômage depuis plusieurs années, le Belge a su constituer un groupe avec des joueurs pour la plupart inconnus, pour parer aux défections de sept cadres, qui doivent se mordre les doigts de n’être pas venus au Gabon. »

Les Etalons au bout de leur course !

Immense joie également au Burkina : les Etalons remportent le bronze après leur victoire face aux Blacks Stars du Ghana. Sur le fil également, note L’Observateur Paalga, « avec un but d’Alain Traoré inscrit à la 89e minute. Fin en apothéose de la CAN 2017 pour les Etalons. (…) Ils ont dansé au stade de Port Gentil, ils ont chanté en communion avec leur public à la fin du match. Ils ont oublié la demi-finale perdue face aux Pharaons d’Egypte. En effet, l’on se demandait comment les joueurs trouveraient la motivation et l’envie de jouer cette petite finale car ce n’est jamais facile de panser les douleurs d’une demi-finale perdue pour rebondir en match de classement. »

« Pour sûr, se réjouit Le Pays, ces Etalons-là laisseront un souvenir impérissable aux Burkinabè qui le leur ont bien rendu en les soutenant de bout en bout depuis le début de la compétition, et en leur réservant un accueil plus que chaleureux, aussi bien durant leur bain de foule dans les rues de Ouagadougou qu’à la présidence du Faso où ils ont été reçus et décorés par le chef de l’Etat. Rideaux donc sur cette 31e édition de la CAN, conclut le quotidien burkinabé, et les regards sont déjà tournés vers le Cameroun où la biennale du foot africain sera célébrée en 2019, et où on aura, pour la première fois dans l’histoire de la compétition, le pays organisateur comme champion sortant. »

RFI

CAN 2017: L’Egypte pour continuer à écrire l’histoire

Après sept années de purgatoire en Coupe d’Afrique des nations, l’Egypte pourrait face au Cameroun en finale dimanche 5 février, remporter un huitième titre. Les Pharaons vont compter sur leur gardien emblématique Essam El-Hadary et sur leur numéro 10 Mohamed Salah.

L'Egypte qui totalise déjà sept trophées depuis 1957 dans ce tournoi africain de football va-t-elle battre un nouveau record ? Après avoir réalisé un incroyable triplé (2006, 2008, 2010), puis connu une chute brutale, la sélection a fini par sortir la tête de l’eau. Elle est actuellement en tête de son groupe dans les qualifications pour le Mondial 2018 où elle a notamment battu le Ghana (2-0), sorti jeudi soir par le Cameroun. Tous les voyants sont au vert.

Le palmarès le plus prestigieux du football africain

L'absence des Egyptiens aux trois dernières Coupes d'Afrique des nations (2012, 2013 et 2015) a coïncidé avec la période d'instabilité politique qui a suivi la révolution de janvier 2011. Après cet orage violent, la sélection égyptienne, qui compte sur ses deux stars Essam El-Hadary et Mohamed Salah, est désormais sur des rails.

Essam El-Hadary est à 44 ans une légende du foot africain. Dans sa bibliothèque, il a déjà quatre trophées en Coupe d'Afrique des nations. Le portier des « Pharaons », devenu le joueur le plus âgé à disputer une phase finale de la compétition, a montré qu'il avait gardé de beaux restes en gardant ses cages inviolées jusqu'en demi-finale. Ses deux arrêts décisifs lors de la séance de tirs aux buts contre le Burkina Faso, alors que son équipe était en ballottage défavorable, ont marqué les esprits.

« Si je dois comparer en terme de mentalité, les Égyptiens me font penser aux Italiens. C'est-à-dire à la fois un ego très fort lié à une histoire, et la capacité à se mettre dans le dur, à jouer pour le collectif, si c'est pour la gagne », explique à l’AFP Patrice Carteron, ancien entraîneur du club égyptien Wadi Degla.

Pourtant, il y a trois semaines, l’Egypte se présentait avec 19 joueurs novices dans la compétition sur les 23, tous formés au pays. Ce ratio énorme n’a pas influé sur l’envie d’en découdre et de faire honneur à l’histoire du football égyptien. Si l'Égypte possède le plus prestigieux palmarès du foot africain à la CAN, les performances des clubs comme l’Al Ahly du Caire et Zamalek sont aussi éloquentes, respectivement huit et cinq Ligues des champions d'Afrique.

Mohamed Salah, l'emblème des Pharaons

A 24 ans, Mohamed Salah semble être un des « Pharaons » capable de faire les joueurs emblématiques partis ces dernières années à la retraite comme Mohamed Aboutrika, Ahmed Hassan ou Wael Gomaa.

En sélection, il a mis sur orbite l'Egypte en qualifications pour la Coupe du monde 2018, en tête de son groupe E après deux victoires obtenues au Congo (2-1) et contre le Ghana (2-0), avec à chaque fois un but. Le numéro 10 des Pharaons en est déjà à 31 buts en sélection. Comme en Italie, le joueur de l’AS Rome a joué son rôle de dynamiteur des défenses adverses à merveille durant cette CAN.

Mohamed Salah s'était fait remarquer à l'automne 2013 en inscrivant deux buts pour Bâle en deux matches face à Chelsea en Ligue des Champions, qui l’avait alors été recruté en janvier 2014. Mais il n'a jamais convaincu Jose Mourinho et a quitté Londres au bout d’une année. « Sa marge de progression est énorme et c’est bénéfique pour l’équipe nationale », admet aujourd'hui l'Argentin Hector Cuper, sélectionneur de l’Egypte.

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Mai 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Video galleries

logotwitterFacebook