Sport

Top 20 RFI: Demba Ba roi des buteurs africains d'Europe en 2015

Avec 18 buts inscrits en Süper Lig turque cette saison, Demba Ba finit la saison en tête du Top 20 RFI. L’attaquant sénégalais de Besiktas devance l’Ivoirien Max Gradel (Saint-Etienne/France) dans notre classement des meilleurs buteurs africains d’Europe.
Buts    Place    Joueur    Club/Nationalités    Joués    Moy.
18    1    Demba BA    Besiktas/Sénégal    29    0.62
17    2    Max-Alain GRADEL    Saint-Etienne/Côte d'Ivoire    31    0.55
16    3    Moussa KONATE    Sion/Sénégal    27    0.59
16    4    P-E AUBAMEYANG    Dortmund/Gabon    33    0.48
14    5    Moussa SOW    Fenerbahçe/Sénégal    33    0.42
14    -    Adnane TIGHADOUINI    NAC Breda/Maroc    33    0.42
14    7    Wissam BEN YEDDER    Toulouse/France-Tunisie    36    0.39
13    8    Cédric BAKAMBU    Bursaspor/RDC    27    0.48
13    9    Bertrand TRAORE (1)    Vitesse Arnhem/Burkina Faso    29    0.45
13    10    Bartholomew OGBECHE    Cambuur/Nigeria    31    0.42
13    11    Aatif CHAHECHOUHE    Sivasspor/Maroc    33    0.39
13    -    Hakim ZIYECH (2)    Twente/Maroc    33    0.39
12    13    Islam SLIMANI    Sporting Portugal/Algérie    21    0.57
12    14    Ahmed Hassan MAHGOUB    Rio Ave/ Egypte    22    0.54
12    15    Abdoulaye DIABY    Lille/Mali    24    0.50
12    16    Léonard KWEUKE    Rizespor/Cameroun    29    0.41
12    17    Jordan AYEW    Lorient/Ghana    31    0.39
11    18    Papiss CISSE    Newcastle/Sénégal    22    0.50
11    19    Wilfried BONY    Manchester City/Côte d'Ivoire    30    0.36
11    20    Neeskens KEBANO    Charleroi/RD Congo    32    0.34

(1) La Ligue néerlandaise a finalement attribué 13 buts à Bertrand Traoré.
(2) Hakim Ziyech va finalement porter les couleurs des Pays-Bas.

TOP 20 RFI : Mode d'emploi

Ce classement ne prend en compte que :

1) les joueurs évoluant dans les douze meilleurs championnats d'Europe (selon l'indice UEFA 2014-2015)
2) les sélectionnés ou sélectionnables par une équipe nationale A africaine. Ce qui inclut les joueurs binationaux.

Football: dix scandales à la Fifa qui en disent long

La Coupe du monde au Qatar, la faillite d'ISL, des opposants écartés et des scandales de corruption... une longue liste d'affaires ont émaillé la Fédération internationale de football que le Suisse Joseph Blatter dirigeait depuis 1998.
 

1999. Des élections truquées? Après près de 20 ans à gravir les échelons, Joseph « Sepp » Blatter atteint son Graal en 1998 en battant son mentor le Brésilien Joao Havelange, alors patron du foot mondial depuis 24 ans, à la présidence de la Fifa. « Tu as créé un monstre », lui lance alors son rival battu alors que la presse britannique évoque un scrutin truqué. En vain. Le Suisse obtient gain de cause devant la justice.

2001. La faillite d'ISL. Au tournant des années 2000, International Sport and Leisure (ISL) règne en maître sur le petit monde du football. En mai 2001, cette société suisse de marketing sportif qui gérait en exclusivité les droits de retransmissions de la Coupe du monde, en plus des contrats commerciaux de la Fifa, est déclarée en faillite. Une longue enquête suisse éclabousse l'instance dirigeante du football mondial, à commencer par Joao Havelange et son gendre Ricardo Texeira, alors président de la Fédération brésilienne. Au total, près de 40 millions d'euros de pots-de-vin auraient été versés.

2006. Mastercard voit rouge. Le Français Jérôme Valcke, qui n'est alors que le directeur marketing de la Fifa, est écarté après une affaire de contrat litigieux concernant les compagnies rivales de cartes bancaires, Mastercard et Visa. Six mois plus tard, Valcke est pourtant rappelé et nommé Secrétaire général de la Fifa.

2010. Le Nigérian Adamu dans la tourmente. En 2010, le Nigérian Amos Adamu, ponte de la Fifa, et le Tahitien Reynald Temarii, président de la Confédération d'Océanie, sont suspendus pour avoir contrevenu au code d'éthique sur des soupçons de corruption dans les attributions des Mondiaux 2018 et 2022. Ils auraient ainsi reçu un million et demi de dollars de dons pour leurs fédérations en échange d'un vote en faveur du Qatar. Le Tunisien Slim Aloulou, président de la Chambre de Résolution des Litiges et membre de la Commission du Statut du Joueur, le Malien Amadou Diakité, membre de la Commission des Arbitre, le Botswanais Ismael Bhamjee, membre d’honneur de la CAF, sont également sanctionnés.

2011. Bin Hammam s'oppose à Blatter. Il ne fait pas bon s'en prendre à Blatter. Membre du comité exécutif de 1996 à 2011, le Qatarien Mohammed Bin Hamman se présente face au Suisse lors de l'élection à la présidence de la Fifa en 2011. Avant le vote, la commission d'éthique de la Fifa ouvre une procédure contre lui et Jack Warner, président de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes) et à ce titre vice-président de la Fifa. Bin Hamman, qui est aussi président de la Confédération asiatique (AFC) rétorque par une procédure contre Blatter avant de se retirer le lendemain et d'être radié à vie le surlendemain. Reconnu coupable de corruption et d'achat de voix, Bin Hamman voit sa peine annulée par le Tribunal arbitral du sport, fautes de « charges suffisantes » mais reste banni à vie par la Fifa pour des malversations au sein de l'AFC.

2011. Des matches arrangés?  Au coeur de l'été, le New York Times déclenche une nouvelle polémique en révélant des détournements de fonds et une corruption latente au sein de la Fifa mais aussi l'existence de matches truqués au profit des bookmakers. Un Estonie-Bulgarie aurait ainsi reçu de nombreux paris sur le nombre de buts alors que des sommes investies pour l'organisation du Brésil-Portugal auraient disparues dans la nature.

2014. Trafic de billets. En plein coeur de la Coupe du monde brésilienne, une nouvelle affaire éclate. Mohamadou Lamine Fofana, membre de la Fifa, ainsi que Ray Whelan, directeur Match Hospitality, sont arrêtés par la police dans le cadre d'un vastre trafic de billets de matches qui pèse 70 millions de dollars et date des quatre derniers Mondiaux. Match Hospitality, prestataire exclusif de la Fifa, appartient à la société suisse Infront Sports and Media, dirigée par Philippe Blatter, le neveu de Sepp Blatter.

2014. Michael Garcia claque la porte. En débarquant dans la Fifa, Michael Garcia est un enquêteur reconnu, ancien procureur fédéral américain. Moins de deux ans après son arrivée, et après un rapport amplement modifié sur les soupçons de corruption qui pèsent sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022, Garcia démissionne de son poste de président de la chambre d'instruction du comité d'éthique le 17 décembre 2014, justifiant sa décision par un sentiment d'impuissance.

2015.Corruption africaine. L'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar soulève bien des questions. Le feuilleton début dès 2010 avec la suspension du Tahitien Reynald Temarii et le Nigérian Amos Adamu pour achat de voix. Selon Phaedra Almajid, ex-employée de la candidature qatari, trois dirigeants du continent se seraient vu offrir des « encouragements » de 1,5 million de dollars: Adamu, donc, ainsi que l'Ivoirien Jacques Amouma et le Camerounais Issa Hayatou, toujours président de la Confédération africaine.

2015. Une semaine pour tout changer. Le 27 mai, deux jours avant l'élection du président de la Fifa, les justices américaine et suisse passent à l'offensive en procédant à l'arrestation de sept hauts responsables de l'instance mondiale, impliqués dans différentes affaires de corruption et de blanchiment d'argent. Sepp Blatter est bien élu pour un cinquième mandat malgré le scandale. Dans la foulée, alors que le Sud-Africain Danny Jordaan a reconnu avoir versé 10 millions de dollars à la Concacaf, Jérôme Valcke est une nouvelle fois mis en cause. Cette fois, le Secrétaire général est soupçonné d'avoir transféré cette somme sur des comptes gérés par Jack Warner, ex-vice-président de la Fifa. Quelques heures après ses révélations du New York Times, Blatter annonce sa démission.

Fifa: le Mondial sud-africain, un élément-clé de la chute de Blatter

Joseph Blatter, dit « Sepp », n'a pas résisté au scandale de corruption qui éclabousse depuis plusieurs jours l'instance dirigeante du football mondial. Le dernier élément en date concerne la Coupe du monde organisée en Afrique du Sud en 2010. Pretoria aurait versé 10 millions de dollars au vice-président de la Fifa de l'époque pour obtenir le Mondial.

Au centre de l’affaire, 10 millions de dollars. Selon la justice américaine, Jack Warner, ex-vice président de la Fédération internationale de football association (Fifa), aurait reçu de l’argent de Pretoria en échange de son soutien pour la candidature de l’Afrique du Sud à l'organisation de la Coupe du monde 2010. L’acte d’accusation va jusqu'à expliquer comment aurait eu lieu la transaction.

En Afrique du Sud, on se refuse à parler de corruption. Oui, une telle somme a bien été versée, confirme le président de la Fédération sud-africaine de football (Safa), mais il ne s’agit pas d’un achat de voix, ajoute Danny Jordaan. La question est pourtant de comprendre pourquoi Pretoria aurait payé une telle somme à un fonds de développement dans les Caraïbes. Le mystère demeure. Et un courrier datant de 2008, exposé par la presse mardi, est accablant.

Molefi Oliphant, président de la Safa à l’époque, y demande à la Fifa de verser 10 millions de dollars à un fonds de développement de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf), dont Jack Warner est alors le président. Et le patron de la Safa ajoute que cet argent doit être géré par M. Warner. Une somme qui sera ensuite déduite de la contribution de la Fifa à l’Afrique du Sud pour l’organisation de cet événement.

Les autorités sud-africaines vont devoir s'expliquer

La justice américaine soupçonne Jack Warner d'avoir empoché les 10 millions en échange de trois voix en faveur de l'Afrique du Sud pour la désignation du pays hôte du Mondial 2010. M. Warner a été arrêté la semaine dernière. Il s'en est pris aux Etats-Unis, vexés selon lui de ne pas avoir organisé la compétition en 2022, au profit du Qatar (à noter que les Etats-Unis ont organisé la Coupe du monde il n'y a pas si longtemps, en 1994). Le problème de l'ancien patron de la Concacaf, c'est qu'il a développé ses arguments en brandissant un article de The Onion, un site internet parodique dont les articles sont bidons, comme Le Gorafi en France.

Plusieurs partis d'opposition sud-africains réclament l'ouverture rapide d'une enquête. L'Alliance démocratique a également demandé à ce que les responsables de la Safa viennent s'expliquer devant le Parlement. Le parti Freedom Front Plus envisage quant à lui de saisir directement la justice pour que les responsables soient nommés et poursuivis. Les autorités sud-africaines devaient s'exprimer ce mercredi matin lors d'une conférence de presse du ministre des Sports.

La chute de Joseph Blatter, qui a annoncé sa démission mardi, signe la fin d'un règne qui aura duré 17 ans. Le tout-puissant président de la Fifa a jeté l'éponge moins de cing jours après avoir été réélu à son poste en pleine tempête médiatique. A 79 ans, le Suisse n'accomplira donc pas de cinquième mandat plein, constatant qu'il n'a pas « le soutien de l'intégralité du monde du football » pour ce faire.

De la Coupe de France au Sénégal: Amara Baby n’a pas tout perdu

Amara Baby à vécu une semaine folle entre sa première convocation en équipe du Senegal et la défaite de son club, l'AJ Auxerre, en finale de la Coupe de France. Malgré ce revers 1-0 face au PSG, l'ailier franco-sénégalais de 26 ans gardait donc le sourire.

Amara Baby se souviendra sans doute longtemps de cette fin de mois de mai 2015. L’ailier de 26 ans a reçu sa première convocation en équipe du Sénégal, puis il a disputé – et perdu 1-0 face au Paris Saint-Germain – une finale de Coupe de France avec l’AJ Auxerre, son club. « Ce n’est que du plaisir ce qui m’arrive, même si c’est vrai que ça aurait pu mieux se passer ce soir », a souligné l’intéressé, après coup.

Le joueur franco-sénégalais ne semblait même pas impressionné, malgré une finale disputée face au PSG dans un Stade de France comble. « Je ne réalise pas pour l’instant, sourit-il. Peut-être qu’avec le temps, ça changera. Pour le moment, je vois ça comme un bon match de foot. Même si c’était devant beaucoup de spectateurs. Et ça, c’est vrai que c’est exceptionnel ».

Ce qui l’était encore plus, c’était son comité de soutien personnel. « Mes parents sont venus, ce soir, indique fièrement Amara Baby, qui est né et a grandi à quelques kilomètres de Saint-Denis. Je crois que c’est la première fois que mon père vient me voir jouer. Il y avait aussi ma mère, mes frères, mes sœurs, mes amis. Ce n’est pas tous les week-ends que ça se passe comme ça ».

« Ça fait très très longtemps que je rêve des Lions »

Ce sera peut-être pourtant le cas encore, dans deux semaines. Amara Baby va maintenant s’envoler pour le Sénégal où l’équipe nationale va entamer les éliminatoires de la CAN 2017. « Peut-être que mon frère va faire le trajet jusqu’à Dakar. On verra bien ! » s’amuse-t-il.

Pourtant, celui qui a connu uniquement la deuxième division française sait qu’il va falloir être sérieux, avant d’affronter le Burundi, le 13 juin prochain « Cette première convocation, ce n’est que du plaisir pour le moment. Mais ça peut rapidement se transformer en cauchemar. Il faut relativiser. » Il ajoute : « Ça fait très très longtemps que j’en rêve. Il y a toujours eu de très très bons joueurs dans cette équipe du Sénégal. Donc, je dois prouver que je peux y rester. Il y a beaucoup d’autres bons joueurs sénégalais qui n’ont pas été sélectionnés. »

Amara Baby, lui, a une carte intéressante à jouer, car les purs ailiers sont assez rares chez les Lions de la Téranga. « J’ai discuté un peu avec le sélectionneur Aliou Cissé, il y a un mois et demi, explique l’Auxerrois. On s’est rencontré à Paris. J’ai tout de suite adhéré à son discours. Il faut dire que j’étais déjà très content de son appel ».

Seul bémol dans toute cette histoire : Amara Baby devra attendre encore un peu avant d’être en vacances. Mais des semaines de boulot comme celles-ci, il en redemanderait sans doute quelques unes.

Rfi

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Video galleries

logotwitterFacebook