Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"
Filtrer les éléments par date : samedi, 02 juin 2018

Le Sénégal va disputer sa deuxième Coupe du monde de football après l’édition 2002 au Japon et en Corée du Sud. En Russie, les Sénégalais essaieront de faire aussi bien que la génération El Hadji Diouf qui avait atteint les quarts de finale. Présentation des « Lions de la Téranga » version 2018.

Le Sénégal va disputer sa deuxième Coupe du monde de football après l’édition 2002 au Japon et en Corée du Sud. En Russie, les Sénégalais essaieront de faire aussi bien que la génération El Hadji Diouf qui avait atteint les quarts de finale. Présentation des « Lions de la Téranga » version 2018.

Le joueur-clé : Serigne Kara Mbodji est le leader défensif du Sénégal. Mais le colosse âgé de 28 ans a passé cinq mois hors des terrains à cause d’une blessure à un genou. Le duo qu’il forme avec Kalidou Koulibaly est pourtant essentiel à la solidité de l’arrière-garde sénégalaise. Son retour en forme est donc crucial à la bonne assise des « Lions ».

Le sélectionneur : Aliou Cissé, 42 ans, était le capitaine de l’équipe du Sénégal lors du Mondial 2002. Milieu de terrain besogneux mais charismatique, l’ex-sociétaire du PSG essaie depuis ses débuts en 2015 d’apporter sa sérénité et son expérience à un groupe qui a souvent craqué dans les grands rendez-vous, ces dernières années.

La statistique : 5. C’est le nombre de milieux de terrain retenus par Aliou Cissé. A l’inverse, le sélectionneur a pris 8 attaquants et donc un vrai risque si certains éléments de l’entrejeu se blessaient. Autre souci : les « Lions » ne comptent qu’un seul vrai gaucher, Saliou Ciss.

La préparation : Après un court rassemblement à Saly, stage à Vittel (Est de la France) du 25 mai au 6 juin. Des matches de préparation face au Luxembourg (31 mai), à la Croatie (8 juin) et à la Corée du Sud (11 juin).

Les adversaires en Russie : La Pologne le 19 juin à Moscou, le Japon le 24 juin à Ekaterinbourg et la Colombie le 28 juin à Samara, dans le groupe H. Trois équipes plus expérimentées que le Sénégal en Coupe du monde et qui disposent de joueurs de classe internationale comme le Polonais Robert Lewandowski ou le Colombien James Rodriguez.

Le passé en Coupe du monde : Le Sénégal n’a en effet disputé qu’une seule Coupe du monde, en 2002. Mais quelle phase finale ! En match d’ouverture, les Sénégalais battent les champions du monde français 1-0. Ils enchainent avec des nuls 1-1 face au Danemark et 3-3 face à l’Uruguay qui les qualifient en huitième de finale face à la Suède. Les « Lions » parviennent à écarter les Suédois 2-1 grâce à un doublé, dont un but en or en prolongation, d’Henri Camara. En quart, ils sont toutefois à leur tour victimes d’un but en or, du Turc İlhan Mansız (0-1).

Le moment qui a tout changé : Le 11 octobre 2008. Ce jour-là, le Sénégal doit battre la Gambie pour disputer le dernier tour des éliminatoires jumelées CAN 2010/Mondial 2010. Les Sénégalais mènent 1-0 et sont virtuellement qualifiés. Mais à la 87e minute, les modestes voisins gambiens égalisent, provoquant la fureur du public et des émeutes à Dakar. Ce nul 1-1 sonne le glas de la « génération dorée » de 2002 qui n'est plus que l'ombre d'elle-même. La Fédération sénégalaise doit rebâtir sur un monceau de ruines. Il faudra attendre 2012 pour que le Sénégal retrouve la CAN et 2017 pour qu’il franchisse le premier tour de la Coupe d’Afrique des nations. Dix ans plus tard, peut-être dira-t-on que ce Sénégal-Gambie a été l’équivalent pour les « Lions » du France-Bulgarie 1993 pour l’équipe de France. Une défaite fondatrice.

 

RFI

Publié dans Sport

Abdel Fattah al-Sissi a prêté serment samedi 2 juin devant le Parlement. Le président égyptien entame ainsi un deuxième mandat de quatre ans à la tête de l'Égypte où la sécurité et l'économie restent deux défis majeurs.

Abdel Fattah al-Sissi a prêté serment samedi 2 juin devant le Parlement. Le président égyptien entame ainsi un deuxième mandat de quatre ans à la tête de l'Égypte où la sécurité et l'économie restent deux défis majeurs.

Il n'a eu aucune opposition sérieuse à affronter. Son unique adversaire, Moussa Mostafa Moussa, un homme politique méconnu du grand public, était un de ses plus fervents soutiens.

Sept ans après la révolte de janvier 2011 qui a provoqué la chute du régime de Hosni Moubarak, Abdel Fattah al-Sissi devra s'atteler à deux défis majeurs pour son second mandat, la stabilité sécuritaire et le redressement économique.

Le président égyptien est régulièrement accusé par les défenseurs des droits de l'homme de violer les libertés publiques et de réprimer les opposants. De nombreux opposants et membres de la société civile ont encore été arrêtés ces derniers mois.

 AFP

 

 

Publié dans Afrique

Au Sénégal, c’est devenu une question de santé publique : 10% de la population, essentiellement des hommes, fume. Les autorités ont la volonté de faire baisser le nombre de fumeurs. Résolution simple sur le papier mais qui nécessite de faire appliquer la loi.

Votée il y a quatre ans, en 2014, la loi anti-tabac compte 35 articles. Si les fumeurs sont minoritaires, l’économie qu’ils génèrent est bien difficile à contrôler, car pour les accros à la nicotine, au Sénégal comme d’ailleurs dans toute la sous-région, il n’est pas difficile de trouver des cigarettes.

Premier point, le gouvernement sénégalais veut empêcher la vente à l’unité, pour limiter notamment le tabagisme chez les jeunes. Seconde étape, les cigarettes sont en vente partout, dans les gargotes, les boutiques, les débits de boissons, les restaurants, voire dans la rue sur des petits présentoirs en bois. L’Etat veut donc appliquer la loi qui impose aux vendeurs de tabac de posséder une licence et de se trouver loin des bâtiments scolaires et publics.

A tous les détracteurs qui affirment que ces mesures ne sont pas applicables, l’Etat rappelle que ces dernières semaines, des descentes nocturnes ont été faites dans des bars, des discothèques où il est désormais interdit de fumer. Et qu’un établissement où des clients ont été découverts la cigarette à la main a été immédiatement fermé.

RFI

Publié dans Société

Au moins seize personnes ont été blessées samedi à Bamako lors d'une "marche pacifique" de l'opposition, interdite par le pouvoir, qui a rassemblé plusieurs centaines de manifestants, à deux mois de l'élection présidentielle, a constaté un correspondant de l'AFP.

« Il y a effectivement plusieurs blessés, dont un policier blessé au front et au moins un homme politique », a déclaré à l’AFP un médecin de l’hôpital Gabriel Touré de Bamako.

PUBLICITÉ

inRead invented by Teads

« J’ai été légèrement blessé en participant à la marche pour prôner des élections crédibles. Dieu merci j’ai pu assister certains blessés, femmes et jeunes, ce qui explique le sang sur mes vêtements dans les photos qui circulent », a déclaré sur Twitter Mamadou Igor Diarra, ancien ministre des Finances et de l’Économie (2015-2016). Il fait partie de la quinzaine de candidats déclarés à la présidentielle du 29 juillet.

Le gouverneur de Bamako avait interdit, « en raison de l’état d’urgence toujours en vigueur », la « marche pacifique » organisée par la Coalition pour l’Alternance et le Changement, qui avait maintenu son mot d’ordre de rassemblement.

« Troubles à l’ordre public »

Samedi matin, la police est notamment intervenue à coups de matraques et de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants aux abords du siège d’un parti, l’Alliance Démocratique pour la Paix (ADP), où plusieurs responsables de l’opposition avaient improvisé un quartier général, selon le correspondant de l’AFP.

« Afin de permettre aux autres concitoyens de vaquer à leurs occupations, les forces de l’ordre ont vite investi les lieux en vue d’empêcher tout attroupement de nature à troubler l’ordre public », a indiqué dans un communiqué le ministère de la Sécurité et de la Protection civile.

« Certains responsables de mouvement s’en sont pris aux forces de sécurité en les insultant. Toutefois, les maîtres-mots pour les forces de l’ordre restent professionnalisme, courtoisie et fermeté », a-t-il ajouté.

Une « agression »

« Les opérations de maintien d’ordre se déroulent normalement. En revanche, les manifestants ont blessé un policier à la tête », indique le ministère, qui mentionne également « 15 blessés légers dont 10 déjà libérés » côté manifestants, des dégâts sur un véhicule faisant office de poste de commandement mobile de la police, et huit interpellations.

Plusieurs responsables de l’opposition ont dénoncé une « agression » de la part du pouvoir. « Comment voulez-vous qu’on se taise. Nous manifestons pour réclamer des élections transparentes et un égal accès à l’ORTM », la radio-télévision publique, a déclaré à l’AFP Oumar Sangaré, qui dirige une association qui « soutient le changement au Mali ».

« Vous voyez, notre marche était pacifique. Et voilà un pouvoir antidémocratique qui nous gaze. La dictature ne passera pas », a déclaré Ousmane Koné, un maçon qui participait à un autre rassemblement en plein centre-ville, également dispersé par les forces de l’ordre.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, 73 ans, a annoncé le 28 mai officiellement sa candidature à un second mandat. Il retrouvera sur sa route le chef de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Soumaïla Cissé, et plusieurs de ses anciens ministres, soit au total plus une quinzaine de candidats.

Jeune Afrique

Publié dans Afrique
Page 1 sur 2

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Juin 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook