Sport

Publié dans Sport

Ils ont fait le Tour de France 2018

Juil 30, 2018
Ils ont fait le Tour de France 2018

Le Tour de France s’est achevé dimanche 29 juillet à Paris avec la victoire finale du Gallois Geraint Thomas. Confirmations, surprises, performances des Français, on fait le point sur les faits saillants de l’édition 2018…

 

 

 

Sky toujours au sommet

Geraint Thomas s’est imposé dans le Tour de France 2018. Il s’agit pour Sky de la sixième victoire depuis la création de l’équipe en 2010, du jamais-vu depuis Renault-Gitane dans les années 1978-84. Surtout, en plaçant un troisième coureur sur la plus haute marche du podium à Paris, après Bradley Wiggins et Chris Froome, la formation britannique démontre sa capacité à renouveler ses cadres (sans jeu de mots).

Et ce n’est pas fini ! Sky a dévoilé au monde sa nouvelle pépite : Egan Bernal, un grimpeur colombien de 21 ans qui, malgré lui, s’est permis de ridiculiser Froome en l’attendant dans les ascensions les plus dures des Pyrénées. Thomas ne s’y est pas trompé en affirmant que Bernal gagnera le Tour un jour. On n’a pas fini de voir Sky tout en haut (toujours pas de jeu de mots…).

Les coureurs du Giro au rendez-vous

Les doublés dans les grands tours sont rares dans le cyclisme moderne. En 2017, Nairo Quintana et Thibaut Pinot, très actifs sur le Tour d’Italie en juin, avaient bu la tasse sur la Grande Boucle un mois plus tard. On attendait donc avec curiosité les performances de Chris Froome, vainqueur du Giro 2018, et de Tom Dumoulin, son dauphin.

Si Froome n’a pas été le coureur impérial de ces dernières années sur les routes françaises, il a réussi à se maintenir à un niveau assez élevé pour finir en boulet de canon dans le dernier contre-la-montre et arracher une place sur le podium. Quant au Néerlandais, il fut le seul à rivaliser avec les coureurs de la formation Sky. Attaquant en montagne, Dumoulin avait des ailes dans le contre-la-montre final (là, il y a peut-être un jeu de mots). A 27 ans, nul doute qu’on le reverra sur le Tour de France comme prétendant à la victoire.

Champion du monde du contre-la-montre, Tom Dumoulin a remporté l'unique chrono du Tour 2018 à Espelette.REUTERS/Stephane Mahe

Le sprint se cherche un leader

Impossible de dresser une hiérarchie chez les sprinteurs à l’issue du Tour de France 2018. Si les trentenaires Mark Cavendish, Marcel Kittel et André Greipel – qui totalisent 55 victoires dans le Tour à eux trois – semblent dépassés par la jeune génération, celle-ci a peiné quand la route s’est élevée. Le jeune Colombien Fernando Gaviria, qui avait levé les bras deux fois lors des quatre premières étapes, et le Néerlandais Dylan Groenewegen, vainqueur des 7e et 8e étapes, ont abandonné dans la 12e étape, marquée par l’ascension de l’Alpe d’Huez. Une aubaine pour Arnaud Démare et Alexander Kristoff, qui se sont imposés respectivement à Pau et à Paris. Le Français et le Norvégien ont prouvé qu’ils pouvaient passer la montagne, pas nécessairement qu’ils étaient les meilleurs sprinteurs du peloton…

Pas tout à fait sprinteur, même s’il reste un excellent finisseur, Peter Sagan a enlevé son sixième maillot vert. Le Slovaque est à l’aise sur tous les terrains, à l’exception de la haute montagne. C’est d’ailleurs dans une descente des Pyrénées qu’il a lourdement chuté. Il a fini le Tour au courage pour égaler le record d’Erik Zabel au palmarès du classement par points. A 28 ans, le triple champion du monde pourrait entrer dans l’histoire dès l’an prochain en décrochant un septième maillot vert.

Les Français annexent les annexes

Les tricolores ont eu du mal à se mettre dans le rythme. Il a fallu attendre la 10e étape pour voir Julian Alaphilippe gagner au Grand-Bornand. L’Auvergnat récidiva quelques jours plus tard, toujours en montagne, à Bagnères-de-Luchon. Il s’est logiquement imposé au classement du meilleur grimpeur, un an après son compatriote Warren Barguil, lequel termine cette fois deuxième. Autre satisfaction française : le maillot blanc du meilleur jeune remporté par Pierre Latour, devant le Colombien Bernal et deux autres Français, Guillaume Martin et David Gaudu. Latour, grimpeur et rouleur, termine à la 13e place du classement général et possède les qualités pour intégrer les dix meilleurs rapidement.

Sur le Tour de France 2018, le puncheur Julian Alaphilippe s'est découvert des talents de grimpeur.REUTERS/Benoit Tessier

Principal bémol dans le camp tricolore : la 6e place au général de Romain Bardet. Le leader d’AG2R La Mondial n’a pas démérité mais ne s’est jamais mêlé à la grande bataille pour le podium, lui qui avait terminé 2e en 2016 et 3e en 2017.

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Août 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Video galleries

logotwitterFacebook