top

Sport

Quand l'Europe boude les Mondiaux de cross-country de Kampala

Les 42es championnats du monde de cross-country se dérouleront le 26 mars 2017 à Kampala, en Ouganda. Encore une fois, l'Europe ne sera pas très représentée. Les raisons : une domination des coureurs africains et une compétition qui arrive tard dans le calendrier.

« Les Mondiaux de cross étaient très prisés par tous les pays européens jusque dans les années 1980 et 1990, disait il y a deux ans à RFI Jean-François Pontier, manager des disciplines hors stade au sein de la Fédération française d’athlétisme. Mais l'hégémonie africaine a provoqué une désaffection européenne ». Pour l’édition 2017 qui a lieu en Ouganda, le constat reste le même. L’Europe ne sera pas très représentée à Kampala : l’Italie n’a même pas pris le soin d’aligner un seul athlète sur la course seniors des hommes. « Il y a 20 ans, on se battait pour aller aux Mondiaux, maintenant ce n’est plus la priorité », nous avoue-t-il aujourd’hui.

L'Espagne, la nation européenne la mieux représentée

Depuis une dizaine d’années, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a même du mal à trouver un endroit pour organiser les Mondiaux de cross. Les raisons : une discipline très peu médiatisée, en perte de vitesse sur la plupart des continents, excepté l’Afrique de l’Est. Dimanche, l’hégémonie des Kenyans (tenant des titres masculin et féminin seniors) ou des Ethiopiens devrait encore être de mise, à moins que les Ougandais tirent leur épingle du jeu à domicile.

A part l'Espagne qui sera représentée dans les cinq courses du jour avec un total de 28 athlètes, les autres pays européens n’ont pas jugé nécessaire de faire le déplacement en masse juste pour la figuration.

ACTUALITÉ DES MARQUES

Le Contrôle Qualité Samsung

L’innovation est notre culture. La qualité, notre priorité

Trop haut, trop chaud et mal placé par rapport au calendrier européen

« La défection des Mondiaux par les pays européens est un sujet qui revient sans arrêt, encore plus cette année avec un parcours en altitude et la chaleur », explique la Française Annette Sergent, double championne du monde de cross-country en 1987 et 1989, élue au comité de l’IAAF. Il devrait faire autour de 30° à 1200 mètres d’altitude.

Il faut dire aussi que la date choisie pour organiser les Mondiaux est beaucoup trop loin de celle des championnats d’Europe, qui ont eu lieu en décembre. Ce qui oblige un athlète européen à commencer sa préparation début septembre. « Nous avons demandé à ce que la date soit changée, mais cela n’a pas été accepté, car il y a les championnats d’Europe en salle (3-5 mars dernier à Belgrade, ndlr) », avoue Annette Sergent.

Si l’Afrique a la chance d’avoir pléthore de coureurs, ce n’est pas le cas de l’Europe. Même le Britannique Mo Farah, qui peut rivaliser avec les meilleurs coureurs africains, ne sera pas présent à Kampala.

Une discipline à la traîne en Europe

La France, elle, n’aura que trois représentants chez les hommes : un junior et deux seniors. « Je ne sais pas trop où me situer. Je viens de voir qu’il y a 159 participants, dont beaucoup d’Africains. Entrer dans les 50 premiers, c’est vraiment très fort. Je sais que ça va être compliqué et que je peux faire aux alentours de la 70e place », explique Emmanuel Roudolff-Levisse sur le site internet de la Fédération française d’athlétisme. Son père Pierre avait été champion du monde de cross par équipes en 1978. « Nous avons des Français qui seront là pour acquérir de l'expérience », admet Jean-François Pontier.

« C’est dommage de ne pas se frotter au haut niveau international. Il faut relancer la machine des Mondiaux de cross. Le cross doit faire sa révolution pour devenir plus fun. C’est un sport un peu à la traîne et l’IAAF en a conscience. Les parcours doivent être plus variés », avance Annette Sergent. Dans la capitale ougandaise, sur un anneau en herbe de deux kilomètres entrecoupé de deux bosses, la manifestation inaugure un nouveau format : le relais mixte composé de deux femmes et deux hommes, chacun couvrant un tour.

Selon Annette Sergent, cette discipline très exigeante lui a permis de se « construire » en tant qu’athlète. « Au niveau mental, c’est un sport important. On doit donner le meilleur de soi-même. Il y a aussi la notion d’équipe qui compte énormément », argumente-t-elle.

Sauf que le cross doit faire face à la concurrence des courses sur route qui arrivent avec les premiers marathons (Rome le 27 mars) et aussi les meetings sur piste, aux allocations bien plus attrayantes. A cette époque de l’année, soit les athlètes européens font leur coupure, soit ils préparent les grands évènements à venir. « Le cross, c'est quand même le summum du demi-fond », regrette Jean-François Pontier.

RFI

Lu 8 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Quand l'Europe boude les Mondiaux de cross-country de Kampala

Les 42es championnats du monde de cross-country se dérouleront le 26 mars 2017 à Kampala, en Ouganda. Encore une fois, l'Europe ne sera pas très représentée. Les raisons : une domination des coureurs africains et une compétition qui arrive tard dans le calendrier.

« Les Mondiaux de cross étaient très prisés par tous les pays européens jusque dans les années 1980 et 1990, disait il y a deux ans à RFI Jean-François Pontier, manager des disciplines hors stade au sein de la Fédération française d’athlétisme. Mais l'hégémonie africaine a provoqué une désaffection européenne ». Pour l’édition 2017 qui a lieu en Ouganda, le constat reste le même. L’Europe ne sera pas très représentée à Kampala : l’Italie n’a même pas pris le soin d’aligner un seul athlète sur la course seniors des hommes. « Il y a 20 ans, on se battait pour aller aux Mondiaux, maintenant ce n’est plus la priorité », nous avoue-t-il aujourd’hui.

L'Espagne, la nation européenne la mieux représentée

Depuis une dizaine d’années, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a même du mal à trouver un endroit pour organiser les Mondiaux de cross. Les raisons : une discipline très peu médiatisée, en perte de vitesse sur la plupart des continents, excepté l’Afrique de l’Est. Dimanche, l’hégémonie des Kenyans (tenant des titres masculin et féminin seniors) ou des Ethiopiens devrait encore être de mise, à moins que les Ougandais tirent leur épingle du jeu à domicile.

A part l'Espagne qui sera représentée dans les cinq courses du jour avec un total de 28 athlètes, les autres pays européens n’ont pas jugé nécessaire de faire le déplacement en masse juste pour la figuration.

ACTUALITÉ DES MARQUES

Le Contrôle Qualité Samsung

L’innovation est notre culture. La qualité, notre priorité

Trop haut, trop chaud et mal placé par rapport au calendrier européen

« La défection des Mondiaux par les pays européens est un sujet qui revient sans arrêt, encore plus cette année avec un parcours en altitude et la chaleur », explique la Française Annette Sergent, double championne du monde de cross-country en 1987 et 1989, élue au comité de l’IAAF. Il devrait faire autour de 30° à 1200 mètres d’altitude.

Il faut dire aussi que la date choisie pour organiser les Mondiaux est beaucoup trop loin de celle des championnats d’Europe, qui ont eu lieu en décembre. Ce qui oblige un athlète européen à commencer sa préparation début septembre. « Nous avons demandé à ce que la date soit changée, mais cela n’a pas été accepté, car il y a les championnats d’Europe en salle (3-5 mars dernier à Belgrade, ndlr) », avoue Annette Sergent.

Si l’Afrique a la chance d’avoir pléthore de coureurs, ce n’est pas le cas de l’Europe. Même le Britannique Mo Farah, qui peut rivaliser avec les meilleurs coureurs africains, ne sera pas présent à Kampala.

Une discipline à la traîne en Europe

La France, elle, n’aura que trois représentants chez les hommes : un junior et deux seniors. « Je ne sais pas trop où me situer. Je viens de voir qu’il y a 159 participants, dont beaucoup d’Africains. Entrer dans les 50 premiers, c’est vraiment très fort. Je sais que ça va être compliqué et que je peux faire aux alentours de la 70e place », explique Emmanuel Roudolff-Levisse sur le site internet de la Fédération française d’athlétisme. Son père Pierre avait été champion du monde de cross par équipes en 1978. « Nous avons des Français qui seront là pour acquérir de l'expérience », admet Jean-François Pontier.

« C’est dommage de ne pas se frotter au haut niveau international. Il faut relancer la machine des Mondiaux de cross. Le cross doit faire sa révolution pour devenir plus fun. C’est un sport un peu à la traîne et l’IAAF en a conscience. Les parcours doivent être plus variés », avance Annette Sergent. Dans la capitale ougandaise, sur un anneau en herbe de deux kilomètres entrecoupé de deux bosses, la manifestation inaugure un nouveau format : le relais mixte composé de deux femmes et deux hommes, chacun couvrant un tour.

Selon Annette Sergent, cette discipline très exigeante lui a permis de se « construire » en tant qu’athlète. « Au niveau mental, c’est un sport important. On doit donner le meilleur de soi-même. Il y a aussi la notion d’équipe qui compte énormément », argumente-t-elle.

Sauf que le cross doit faire face à la concurrence des courses sur route qui arrivent avec les premiers marathons (Rome le 27 mars) et aussi les meetings sur piste, aux allocations bien plus attrayantes. A cette époque de l’année, soit les athlètes européens font leur coupure, soit ils préparent les grands évènements à venir. « Le cross, c'est quand même le summum du demi-fond », regrette Jean-François Pontier.

RFI

Lu 8 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, deux «experts» tournent la page des Bleus

L'équipe de France va perdre deux joueurs de légende à l'issue de la phase éliminatoire du championnat d'Europe 2018. Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, multiples champions olympiques, du monde et d'Europe, quitteront bientôt la scène internationale. « C’est un moment singulier pour notre communauté ». Joël Deplanque, président de la Fédération française de handball, n’a pas caché son émotion au moment de faire l’éloge de deux monstres sacrés du hand français.

Thierry Omeyer et Daniel Narcisse, qui ont accompagné les plus grands succès du handball français, ont officialisé ce mardi 21 mars leur retraite internationale pour la fin de saison, moins de deux mois après l'apothéose d'un nouveau sacre mondial en France.

Deux carrières débuté avec un titre de champion du monde !

Tous les deux avaient commencé leur parcours en Bleu par un titre mondial en 2001 sur le sol français. Ils ont bouclé la boucle en 2017.

Thierry Omeyer, 40 ans dont 18 années en équipe de France a « pris le temps de la réflexion » avant de prendre cette « décision difficile ». Souvent ému, il a remercié tous ceux qui ont croisé son chemin, sans oublier de rendre un hommage à son épouse et à toute sa famille.

« C’est une fierté d’avoir porté ce maillot et je ne changerais rien à ce parcours », avoue celui qui aimerait se consacrer à une carrière d’entraîneur. Il lui reste encore deux années de contrat avec le Paris Saint-Germain. L’homme aux 356 sélections, qui a remporté deux fois l’or olympique (Pékin 2008 et Londres 2012) et cinq titres de champion du monde, raconte qu’il a désormais « rempli » tous ses objectifs en bleu blanc rouge.

Encore un dernier petit tour

Son dernier challenge : aider les Bleus à valider leur billet pour le prochain Championnat d'Europe (12-28 janvier prochain en Croatie). Il disputera donc au minimum deux matches contre la Norvège, en guise de réédition de la dernière finale mondiale remportée le 29 janvier à Bercy. Surnommé « Titi », Thierry Omeyer avait débuté le 19 septembre 1999 contre la Roumanie lors des qualifications de l’Euro.

Son compère Daniel Narcisse, 37 ans et 309 sélections a aussi défié les lois du temps. Et dans son for intérieur, jamais il n’aurait imaginé faire une telle carrière. Il possède lui aussi deux médailles d’or olympiques et collectionne quatre titres mondiaux. « Au fond de moi, j’ai la sensation que c’est le moment de partir », dit le Réunionnais. Surnommé « Air France » pour sa détente vertigineuse, Narcisse avait été très déçu de sa médaille d'argent aux Jeux de Rio et s'était posé la question du Mondial 2017 à domicile.

Deux amis dans la vie

Les supporters des Bleus devront s'habituer à faire sans deux de leurs plus grandes vedettes. Arrivés en sélection au tournant des années 1990-2000, Omeyer et Narcisse ont été, avec Nikola Karabatic, leur coéquipier au Paris SG, les acteurs les plus prestigieux de la fabuleuse aventure du hand français.

Ils ont bâti un palmarès incomparable et fait de la France, la référence masculine de leur sport. Avec les « Costauds » de Daniel Costantini d'abord, puis surtout les « Experts » de Claude Onesta. Ils ont chacun été élus meilleurs joueurs de l'année (Omeyer en 2008, Narcisse en 2012), l'équivalent du Ballon d'or au football.

Le titre mondial, décroché à Bercy en janvier, seize ans après celui de 2001, sonnait comme une fin rêvée pour ces deux monuments du hand, rentrés frustrés des Jeux olympiques de Rio en août avec « seulement » la médaille d'argent autour du cou.

« J'espère que Thierry aura un jour sa statue. Il en a déjà une petite dans mon cœur », a conclu Narcisse, heureux, comme Omeyer, de partager ensemble ce nouveau moment fort. Amis dans la vie, « Titi » et « Air France » resteront comme les héros du handball français.

RFI

Lu 18 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Foot européen : Monaco, Chelsea et la Juve inarrêtables, Arsenal ne répond plus

Les grands d'Europe ont gardé le cap ce week-end, que ce soit en Allemagne, où le Bayern a creusé l'écart en tête, ou en Espagne où le Real et le Barça poursuivent leur mano à mano. En France, Monaco devance toujours le PSG avec 3 points d'avance.

Ligue 1 : Monaco voyage bien, le PSG reste en embuscade

Toujours plein de certitudes, même loin de la principauté, Monaco n’a pas eu à forcer son talent pour surclasser Caen (0-3), dimanche à l’occasion de la 30e journée de Ligue 1. Le phénomène offensif du leader, Kylian Mbappé, fraîchement appelé chez les Bleus, a signé un doublé en Normandie. Le jeune attaquant, déjà indispensable, a inscrit 9 des 17 derniers buts de son équipe en championnat.

Les Monégasques gardent 3 points d’avance sur le PSG qui, emmené par un Javier Pastore des grands soirs, a signé un succès mérité, dimanche soir à domicile, face à Lyon (2-1). De son côté, l’OGC Nice (3e) marque le pas. Les Azuréens n’ont pu ramener qu’un nul de leur escapade à Nantes (1-1), et pointent désormais à 7 points de la première place.

Liga : Le Real et le Barça font le job, l’Atletico se paye le FC Séville

Le Real Madrid de Zinedine Zidane a évité le piège basque en s’imposant a l'Athletic à Bilbao (1-2), pourtant toujours coriace sur ses terres, grâce notamment à but de Karim Benzema. Le leader de la Liga conserve ses 2 points d’avance sur le FC Barcelone. Condamnés à réagir après leur défaite surprise à La Corogne (2-1), les Catalans sont venus à bout de Valence (4-2) grâce notamment à un doublé de leur génie argentin Lionel Messi.

Corrigé par l'Atletico (3-1), avec notamment un coup franc de toute beauté signé Antoine Griezmann, le FC Séville (3e) perd du terrain et pointe désormais à 8 points du Real. Les Colchoneros reviennent quand eux à deux points du podium.

Premier League : Chelsea enchaîne, Arsenal ne répond plus, Leicester revit

Même privé de son maître à jouer, le Belge Eden Hazard, Chelsea continue à dicter sa loi en Angleterre. Opposés à Stoke City, dans le cadre de la 28e journée de Premier League, les Blues ont remporté leur 22e victoire de la saison, en marquant dans les dernières minutes de la partie (1-2).

Les hommes d’Antonio Conte comptent toujours 10 points d’avance sur Tottenham, solide vainqueur du Southampton de Claude Puel (2-1), et 12 points sur Manchester City, tenu en échec sur sa pelouse par Liverpool au terme d’un match haletant (1-1).

Manchester United s’empare de la 5e place, à la faveur de son succès obtenu à Middlesbrough (1-3), et devance désormais Arsenal (6e), qui s’enfonce dans la crise après sa défaite contre West Brom (3-1). Enfin, le champion sortant Leicester (15e) a confirmé son redressement en s’imposant sur le pelouse de West Ham (2-3). Il s'agit de la première victoire du quart de finaliste de la C1 à l'extérieur cette saison.

Serie A : La Juve garde le cap, Rome et Naples s’accrochent au podium

La Juventus Turin est insatiable. En allant battre la Sampdoria (0-1), dimanche à Gênes, lors de la 29e journée de Serie A, les Bianconeri se sont encore un peu plus approchés d'un sixième titre consécutif. Leurs poursuivants directs, respectivement l'AS Rome, qui a dominé sur sa pelouse Sassuolo (3-1), et Naples, qui est imposé à Empoli (2-3) tentent de suivre le rythme dicté par les hommes de Massimo Allegri. Ces derniers comptent toujours 8 points d'avance sur les Romains et 10 sur les Napolitains.

Derrière le trio de tête, la Lazio reste quatrième malgré un match nul déceveant à Cagliari (0-0) et conserve ses deux points d'avance sur l'Inter Milan (5e), freinée samedi par le Torino (2-2).

• Bundesliga : Le Bayern prend ses distances, Modeste flambe

Qui peut empêcher le Bayern Munich d'être champion d'Allemagne ? Visiblement personne, puisque les Bavarois se sont une nouvelle fois imposés, par la plus petite des marges, dimanche, sur la pelouse du Borussia Mönchengladbach (0-1). Grâce à cette victoire, les coéquipiers de Franck Ribéry creusent un écart de 13 points sur leur dauphin le RB Leipzig, sèchement battu samedi à Brême (3-0), dans le cadre de la 25e journée de Bundesliga.

Moins flamboyant qu'à son habitude, le Borussia Dortmund (3e) a cravaché pour vaincre Ingolstadt (1-0), afin de se rapprocher à trois points de Leipzig. Le buteur français de Cologne, Anthony Modeste, a porté son total de buts à 22 unités samedi grâce à un triplé inscrit en moins de 30 minutes contre le Hertha Berlin (4-2).

RFI

Lu 17 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

-Habiter ici et vivre
Habiter ici et Vivre la-bas au Bled : immigration en questions. La chaine YOUTUBE de pape Cissoko ...
TFM-Sénégal-Questions
Télévision Questions Directes reçoit Pape Bakary Cissoko, Philosophe - conferencier - 23 Avril ...

Calendrier

« Mars 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

Video galleries