Politique

Zemmour seme le trouble : il faut rester prudent avec ce genre d'intellectuel

 

Ce mercredi 17 décembre, la rédaction de RTL s'est désolidarisée d'Eric Zemmour en réaction à ses propos tenus dans un quotidien italien.

Jusqu'où Eric Zemmour ira-t-il dans la surenchère ? C'est en tout cas la question que se posent politiques et journalistes en réaction aux propos que le polémiste a tenus dans le quotidien italien Corriere della Sera. Même si le journaliste auquel il accordé son entretien a fait savoir que l'auteur du Suicide français n'avait pas employé le mot "déportation", les idées diffusées sont marquées par le sceau de l'islamophobie envisageant l'hypothèse de l'expulsion de 5 millions de musulmans français.

Lire aussi : Zemmour et la déportation : Cazeneuve condamne ses propos sur les musulmans

Mardi 16 décembre, c'est Bruno Leroux, le ministre en charge des relations avec le Parlement, qui a interpellé les médias sur leur responsabilité à accorder une tribune au polémiste. "Il est temps que les plateaux télé et les colonnes des journaux cessent d'abriter de tels propos. L'islamophobie est un racisme qui ne doit plus avoir pignon sur rue dans la République" a-t-il indiqué dans un communiqué. Et pour avoir pignon sur rue, Eric Zemmour est plutôt doué. Outre ses passages réguliers sur les plateaux de télévision, le polémiste est employé par RTL, Le Figaro et iTélé. Et cela n'est pas sans poser problème.

Au mois de mai déjà, soit avant la publication de son brûlot, le CSA avait "mis fermement en garde RTL" suite à une réclamation du Cran (Conseil représentatif des associations noires) en réaction à une chronique dans laquelle Eric Zemmour évoquait des "bandes" d'étrangers qui "dévalisent, violentent ou dépouillent".

Aujourd'hui, se sont ses confrères de RTL qui se désolidarisent de ses propos. En effet, la rédaction via la société des journalistes a fait savoir par communiqué que les récents propos d'Eric Zemmour "ternissaient les valeurs de vivre ensemble qui ont toujours été soutenues" par la radio.

Employé par deux autres médias, iTélé et Le Figaro, Eric Zemmour n'a pour l'instant pas fait l'objet de grogne similaire de la part de ses autres confrères. Mais jusqu'à quand ? La question mérite en effet d'être posée dans la mesure où le système de surenchère dans lequel il s'est enfermé pourrait en effet avoir des conséquences juridiques sur ses employeurs notamment concernant l'incitation à la haine entre autres.

A titre d'exemple, l'association SOS Racisme a annoncé mardi qu'elle allait porter plainte contre Eric Zemmour pour incitation à la haine raciale.

Vidéo sur le même thème - "On n'est pas couché" : le clash entre Léa Salamé et Eric Zemmour

Sortie du Premier ministre, Me El Hadji Amadou Sall réagit

Me El Hadji Amadou Sall est «loin d’être convaincu» par les arguments de Maham­mad Boun Abdallah Dionne, sur l’affaire Arcelor Mittal, lors de sa conférence de presse samedi. «Le Premier ministre lui-même n’est pas convaincu de ce qu’il dit. Il n’a fait que reprendre les propos tenus par le ministre de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye, et celui des Finances, Amadou Bâ.

Il n’y a pas ajouté un seul élément», constate l’avocat membre du directoire du Parti démocratique sénégalais (Pds). Pour Me Sall, Dionne a tout simplement fait un «exposé sur l’utilisation de l’argent issu de la transaction entre le Sénégal et Arcelor Mittal, à l’instar de ses deux ministres».Me El Hadji Amadou Sall ne voit pas l’utilité de convoquer une conférence de presse si ce n’est «pour dire la même chose». «Le Premier ministre nous a servi du réchauffé, comme tout le monde s’y attendait du reste», regrette-t-il. A l’en croire le chef du gouvernement devrait plutôt «se taire devant un dossier qu’il ne maîtrise pas». «Soit il ne connaît pas le dossier, soit il procède à une manipulation de l’opinion», estime le responsable libéral, qui se demande pourquoi le gouvernement «n’a pas attendu le dépôt du rapport avant de négocier».

Les présidents du groupe BBY et de l’opposition à propos de la sortie de Dionne

Modou Diagne Fada, président du groupe des Libéraux et démocrates et Moustapha Diakhaté, président du groupe Benno bokk yaakaar (Bby) ont examiné hier, en marge d’une conférence sur les prérogatives du Parlement, la sortie du Premier ministre samedi sur les dossiers Arcelor Mittal et Petro-Tim.

Modou Diagne Fada : «Le Pm ne nous a rien appris»
Le responsable du Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est dit non convaincu par les «éclairages» de Mahammad Dionne. D’emblée, il hausse le ton : «Il n’y a rien de nouveau dans ce qu’il a dit. En tout cas, il ne nous a rien appris. Ce sont des choses que nous avions déjà entendues.» Pour Modou Diagne Fada, le chef du gouvernement n’a pas répondu aux «vraies questions». Il énumère ses interrogations : «Dans ce dossier-là, pourquoi le Sénégal, qui s’attendait, au minimum, à 250 millions de dollars, n’a encaissé que 150 millions de dollars soit 75 milliards F Cfa ? Pourquoi les 75 milliards F Cfa ont été fragmentés : 45 milliards dans la loi de finances rectificative de 2014, 25 milliards dans la loi de finances initiale ? Où sont les 5 autres milliards ? Quels sont les montants payés aux avocats ? Où est-ce qu’on a tiré ce budget ?» Pour trouver des réponses à ses questionnements, Fada préconise la publication des documents officiels portant accord entre l’Etat du Sénégal et Arcelor Mittal. Ce que le gouvernement a fait, en partie, dimanche sur son site.

Moustapha Diakhaté : «Utiliser le Code de transparence pour éviter ce genre de débat»
De l’autre côté de la majorité, on se félicite des réponses servies par le Premier ministre. Seulement, le président du groupe parlementaire Benno bokk yakkaar exhorte le gouvernement à s’appuyer sur le Code de transparence afin d’éviter de pareilles polémiques. «Maham­mad Dionne a défendu le Prési­dent et il l’a bien fait. Ce que je voudrais ajouter c’est que nous avons, dans notre pays, le Code de transparence qui est une directive de l’Uemoa et dont, de mon point de vue, l’exploitation peut permettre au gouvernement, dans l’avenir, d’éviter ce genre de débat», a suggéré Moustapha Diakhaté.

lequotidien.sn

Communiqué de Bokk Gis Gis/France : « Stop au cirque médiatique !

Des accusations, des démentis et des mensonges qui révèlent surtout que ce gouvernement est dans une stratégie de diversion. Les véritables questions soulevées dans les affaires PETRO-TIM et ARCELOR MITTAL se dissolvent dans une infinie variété de points de vue et d’explications vaseuses. Ce concert médiatique mal orchestré par les acteurs ne fait que renforcer davantage les soupçons de l’opinion publique sénégalaise. C’est pourquoi la fédération BOKK GIS GIS de France considère que la gravité des faits révélés par Maître Wade exige obligatoirement l’ouverture d’une enquête judiciaire pour la manifestation de la vérité.

Nous rappelons au chef de l’Etat Macky Sall, de ne peut pas accepter que l’honneur de la fonction qu’il occupe soit aujourd’hui sali, abaissé. Le Président Macky sall qui prône « Monsieur Propre, Défenseur acharné de la bonne gouvernance et de la gestion vertueuse » est resté silencieux. Cette posture du Chef de l’Etat et de son gouvernement suscite le scepticisme de nos concitoyens sur le traitement et l’impartialité de la justice. Les ruptures annoncées par ce régime tardent à se concrétiser car le parquet semble être toujours sous contrôle de l’exécutif. Alors aucune rupture ne peut s’opérer sans une justice forte et indépendante.

Nous rappelons au premier ministre Mouhammed Dionne que le peuple sénégalais réclame des réponses claires et précises sur les affaires ARCELOR-MITTAL et PETRO-TIM. Le manque de transparence décrédibilise en effet les institutions et les hommes politiques. Mais Monsieur le Premier Ministre, vous persistez à esquiver toutes les questions posées sur ces affaires d’Etat. C’est visiblement le fantasme de l’autorité politique qui ne s’incline jamais devant les circonstances, ni les évidences.

Nous rappelons au Ministre Sidiki Kaba que le Sénégal serait plus à « l’honneur » par le renforcement de l’indépendance et de l’impartialité de la justice que par sa nomination à la Cour pénale internationale (CPI).

Nous rappelons à Monsieur Aliou Sall que brandir des documents à la télévision n’a aucune valeur juridique. TFM n’est pas un tribunal et Aïssatou Diop Fall n’est pas la procureure de la république.

Nous rappelons aux Ministres Aly Ngouille Ndiaye et Amadou Ba de se mettre à la disposition de la justice pour apporter les preuves de la transaction entre l’Etat et ARCELOR MITTAL. La presse ne peut pas leur servir de tribune pour faire valoir leur bonne foi. La gestion des finances publiques doit s’inscrire dans un cadre juridique et administratif clair.

C’est pourquoi, les partisans de Pape Diop rappellent que le parquet doit être profondément réformé et son indépendance assurée. Les intrusions permanentes du pouvoir actuel sur l’action des procureurs devraient cesser. Il convient de rompre tout lien organique entre le pouvoir judiciaire et le pouvoir exécutif afin d’assurer une autonomie stricte du parquet.

Fédération BOKK GIS GIS de France

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Janvier 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook