Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Politique

Lambert Mende, Porte-parole du gouvernement congolais : «Y’en a marre et Balai citoyen viennent intoxiquer nos jeunes...»

Les autorités congolaises n’ont pas mâché leurs mots pour commenter l’arrestation des mem­bres de Y’en a marre et du Balai citoyen. Ils sont accusés par Kinshasa  de vouloir déstabiliser le pays.

C’est toujours l’incertitude à Kinshasa. 48 h après l’arrestation de Fadel Barro, Alioune Sané et Fou Malade, la justice congolaise n’a pas encore retenu de charges contre ces militants pro-démocratie. Lambert Mende, ministre de l’Information et Porte-parole du gouvernement con­golais laisse entrouvertes toutes les options. Il dit : «Dans les heures qui suivent, la police judiciaire décidera de la suite à réserver à cette affaire : s’il faut, ou non, transférer les suspects au Parquet pour atteinte à la sûreté de l’État.» En attendant, les autorités congolaises ont chargé les personnes arrêtées ce dimanche. Lors de sa conférence de presse, le ministre Lambert a mis en cause les conditions de leur entrée dans le territoire congolais : «La police estime avoir des raisons de croire qu’il y a une manœuvre de déstabilisation et d’atteinte à la sûreté de l’Etat derrière cette activité de personnes qui se réclament de Y’en a marre et du Balai du Burkina Faso, dans la mesure où le voyage a été entaché de pas mal d’irrégularités, d’une sorte de manipulation même de nos services d’immigration. Donc, ils ont été plus ou moins sous surveillance et on est tombé sur des choses que la police se réserve de mettre à la disposition de la justice». Le Porte-parole du gouvernement évoque sans donner de détails des méthodes d’insurrection transmises par les personnes arrêtées aux jeunes congolais.  Selon lui, ils ont  «organisé  des bandes de jeunes pour leur demander de faire mieux que le 19 et 21 janvier où nous avons perdu 27 personnes comme si c’était quelque chose dont il faut se vanter, de faire comme au Burkina. Nous n’avons pas l’intention de voir notre Palais du peuple être incendié. Au Burkina, que les Burkinabè s’expriment. Ils sont Sénégalais, c’est bien qu’ils s’expriment au Sénégal. Mais venir faire de la politique en Rdc, ça vraiment c’est interdit par notre législation et nous ne pouvons pas accepter qu’ils viennent intoxiquer nos jeu­nes», estime Lambert Mende.Evidement, ces informations ont été rejetées en bloc par les responsables du Filimbi. «Du n’importe quoi !» rétorque Yangu Kiakwama, membre du mouvement congolais.  Pour lui, tout au long de l’atelier de «Filimbi» et lors de la conférence de presse de clôture dimanche, il a été rappelé que «la violence n’est pas la solution». «Nous nous adressons plutôt aux jeunes pour leur demander de s’engager, de devenir des ci­toyens», martèle-t-il, réfutant toute tentative d’étiqueter leur mouvement comme une action subversive ou contre le Président Joseph Kabila. Et de nuancer : «Nous sommes cependant contre toute personne qui nous met en danger.» Aujourd’hui, ils ignorent l’endroit où ils se trouvent et ils n’auraient eu jusqu’ici accès à aucun avocat. En attendant, l’issue diplomatique semble être la solution de libération.

lequotidien.sn

Arrestation de El hadji Amadou Sall, Bathie Seras et Ci : Ferme condamnation du FPDR

Appréciant la garde à vue de Me El hadj Amadou Sall à la Section de recherches, le placement sous mandat de dépôt de Serigne Assane Mbacké Attekh Fadilou ainsi que le retour de Parquet du lutteur Bathie Seras et de la présidente de «Horizon 2017», Ami­nata Nguirane, le Front patriotique pour la défense de la Ré­publique (Fpdr), par le biais d’un communiqué rendu public hier, «condamne fermement ces agressions contre des citoyens libres de choisir leur appartenance politique».

Aux yeux des membres du Fpdr, il est «clairement établi que le pouvoir a choisi la répression à la place de l’Etat de droit. Incapable de prouver la culpabilité de Karim Wade et convaincu que le peuple n’acceptera pas l’inacceptable, il a choisi l’impasse en frappant tous ceux qui se dressent devant l’arbitraire.» D’où leur «soutien aux personnes arrêtées, à leur famille et à leur parti politique».

Le Fpdr compte mobiliser au-delà de ses troupes à l’occasion du délibéré dans le «procès» Karim Wade. Aussi, appelle-t-il «à la résistance tous ses militants et sympathisants et tout le peuple sénégalais et leur demande de venir massivement au Tribunal le 23 mars 2015».
A propos de l’interpellation des militants de Y en a marre au Con­go démocratique, le Front regrette «cette situation et engage le gouvernement à obtenir le retour de ces compatriotes dans de bonnes conditions».

lequotidien.sn

Suspension de l’emprunt obligataire de la ville de Dakar : Tanor «instruit» le gouvernement

Le Ps est resté solidaire à son secrétaire national à la vie politique et maire de la capitale sénégalaise, Khalifa Sall, dans le bras de fer qui l’oppose à l’État. S’exprimant, ce samedi 14 mars dernier, à la sortie de la cérémonie d’installation du nouveau secrétaire national du Mouvement des élèves et étudiants socialistes (Mees), Ousmane Tanor Dieng a invité le gouvernement à laisser évoluer l’emprunt obligataire de la ville de Dakar.
 
Interpelé à la sortie de ladite cérémonie d’installation, Ousmane Tanor Dieng a indiqué que la position du Ps n’a pas varié, concernant le blocage de l’emprunt obligataire de la ville de Dakar. Face aux journalistes, le patron du Ps est même allé plus loin en invitant  le gouvernement à laisser évoluer l’emprunt obligataire. «On l’a dit dès le départ, nous soutenons notre camarade Khalifa Ababacar Sall…Nous sommes solidaires au combat qu’il mène parce que, comme il l’a indiqué, il y a l’avis de non objection qui avait été soumis et validé par le gouvernement et qui était non seulement le fil conducteur de son action mais aussi la base de l’engagement des partenaires comme l’Usaid. Je pense que l’essentiel, c’est que le gouvernement et la mairie se retrouvent et discutent pour laisser l’emprunte obligataire évoluer. Si le gouvernement a besoin d’assurance, de clarification ou d’encadrer l’emprunt, qu’il le fasse parce que nous pensons que cet emprunt est dans l’intérêt des populations dakaroises».      
 
Le patron du Parti socialiste a lancé par ailleurs un appel au rassemblement et à l’unité des membres de sa formation politique. Venu en effet présider la cérémonie d’installation du nouveau secrétaire national du Mees, Ousmane Tanor Dieng a salué l’esprit de dépassement et le sens de responsabilité qui a prévalu lors du choix consensuel de Dib Cor Faye comme nouveau patron de cette structure. A l’occasion, le patron des Verts, sans nommer un quelconque responsable socialiste, a salué la vitalité du Ps qui contredit les déclarations relatives à la crise d’engagement politique au Sénégal. «Ils étaient 16 candidats, ils ont pu réaliser le consensus et avoir une équipe coordonnée par le camarade Dib Cor Faye. C’est encourageant d’avoir une jeunesse aussi engagée au moment où on parle de crise d’engagement politique au Sénégal. Je pense que c’est encourageant pour notre parti. Vous avez fait une belle mobilisation. Ce qui veut dire que notre parti vit parce que si sa jeunesse est là, rayonnante je pense que c’est pas bien pour notre parti».

Sudonline

Aprés leur exclusion de l’Afp : Malick Gackou et cie préparent la riposte

Une riposte se prépare dans les rangs des douze membres de l’Alliance des forces de progrès (Afp) exclus le vendredi dernier par le Comité ad hoc de ladite formation. Les exclus qui considèrent la mesure «arbitraire» vont se retrouver dans les prochaines heures pour réfléchir sur la conduite à tenir. La perspective judiciaire n’est pas à exclure, selon des sources proches du dossier.
 
Le groupe des exclus du Comité Ad Hoc de l’Alliance des forces de progrès (Afp) va se retrouver dans les prochaines heures pour échanger sur la conduite à tenir. Une première rencontre depuis la décision de leur exclusion  de l’Afp. Selon des sources proches du groupe des exclus, la mesure disciplinaire prise par le Comité ad hoc du parti est jugée « illégale et arbitraire ». Le groupe des 12 membres de l’Alliance des forces du progrès exclus le  week-end dernier envisagerait, toujours selon nos sources, de réfléchir sur les voies et moyens d’établir les concernés dans leur droit. Puisque jusqu’à preuve du contraire ils se considèrent militants et responsables de l’Afp. La perspective judiciaire n’est pas à exclure, selon nos informateurs.  
 
Pour rappel, l’Afp est secouée par une crise depuis la décision, de son Secrétaire général Moustapha Niasse, de ne pas présenter un candidat à la présidentielle de 2017 face à Macky Sall. Une décision qui n’a pas emporté l’adhésion de certains responsables du parti. El Hadji Malick Gackou, N°2 de l’AFP, est le porte-étendard du groupe des contestataires qui estiment que l’Afp doit avoir un candidat à la présidentielle de 2017.
 
Mais le comité ad hoc du jeudi 12 mars dernier a pris la décision de leur exclusion rendue publique vendredi dernier.  El Hadj Malick Gackou, le N°2 du parti, et 11 autres membres sont ainsi exclus des rangs de l’Afp pour «forfaits inqualifiables au détriment du parti, de ses idéaux et de ses responsables» en application des « articles 22 et 31 du Règlement intérieur du parti ».  Les autres membres exclus sont : Malick Guèye, Mamadou Goumbala, Bérouba Guissé, Séga Sy, Mady Kanté, Pape Massar Diop, Babacar Fall, Mame Diarra Cissé, Babacar Ndaw, Saliou Sonar Diouf et Landing Goudiaby.

Sudonline

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook