Politique

CASAMANCE - Ag des sections du Fogny et de la capitale du Sud : Bignona uni derrière Abdoulaye Badji, Ziguinchor attend la décision de Macky Sall

Toutes les structures de l’Alliance pour la République (Apr) au niveau des départements de Ziguinchor et de Bignona étaient conviées ce week-end à des rencontres d’évaluation de la situation du parti en perspective des prochaines élections locales prévues en juin 2014. Mais si dans le Fogny la section départementale a décidé de rester soudée derrière le ministre-conseiller Abdoulaye Badji, c’est tout le contraire à Ziguinchor où les passions continuent de se déchaîner entre les tendances du ministre de la Jeunesse, Benoît Sambou et celle de l’administrateur du Fongip Doudou Kâ. Ce qui, selon le superviseur Oumar Youm, sera tranché par le Président du parti Macky Sall.

Ce samedi à Bignona des arguments ont été avancés par des militants et des responsables apéristes du département qui, pour dénoncer le manque de concertation, de démocratie dans le parti, et d’autres pour inviter le parti à aller seul aux prochaines élections locales. Mais au finish, c’est toutes les structures de la section départementale de Bignona qui ont décidé de rester soudées, de manifester leur unité derrière leurs responsables départementaux et communaux qui ont à leur tête le ministre-conseiller Abdoulaye Badji.

Lors de cette assemblée générale d’évaluation de la situation de leur formation au niveau local, organisée ce samedi au siège de l’Apr et présidée par le superviseur du parti, le député Souaré, les responsables ont passé en revue les réalisations du régime en place en faveur des populations sénégalaises et notamment celles casamançaises. pour le directeur général de l’Anrac Moustapha Lô Diatta, le député apériste du Boulouf, le candidat à la mairie de Bignona, Ernest Abou Sambou, le ministre-conseiller Abdoulaye Badji, le message a consisté à informer les militants sur les enjeux des prochaines joutes électorales, et à leur faire comprendre que le parti reste toujours debout pour gagner ces élections prévues le 29 juin 2014.

L’unité magnifiée à Bignona

pour rassurer le superviseur de l’Apr sur leur volonté de remporter les 19 collectivités locales du département de Bignona, les responsables de la section départementale ont tous proclamé l’unité du parti magnifiée par le rappel des troupes et la grande mobilisation notée lors de cette rencontre d’information. Car, à les en croire, «les conditions de la victoire, c’est l’unité et la mobilisation». Ce qui avait de quoi réjouir le ministre-conseiller Abdoulaye Badji et le député Souaré, superviseur de l’Apr, qui ont magnifié cette mobilisation, l’unité et la discipline dont ont fait montre les militants lors de cette rencontre. Ce dernier a en outre, face à la presse, exhorté les responsables et les militants apéristes du département de Bignona à œuvrer dans la voie de la concertation et de l’unité pour de belles victoires au soir du 29 juin 2014.

Ziguinchor à l’écoute de Macky Sall

L’unité ! Ce même son de cloche a retenti dans le département de Ziguinchor où Oumar Youm, le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales, était envoyé par la direction de l’Apr pour une réunion d’information de leur formation mais pour également arrondir les angles entre les différentes tendances notées au niveau dudit département.

Seulement à Ziguinchor où la formation apériste est ballotée au rythme de fréquentes dissensions et une guerre de leadership, le ministre Oumar Youm, avec sa casquette de superviseur et de médiateur et qui a consacré 48 heures pour tour à tour rencontrer le camp des principaux responsables apéristes locaux, a pu constater de visu les fissures provoquées par ces luttes internes. Des querelles et des dissensions que le ministre et responsable Benoît Sambou a rejetées lors de la rencon­tre entre sa base et le superviseur du parti au niveau de son siège sis au quartier Néma. Tout en rejetant toute idée de division, Benoît Sambou a indiqué qu’en tant que coordonnateur de l’Apr au niveau local, il ne saurait laisser l’image d’un parti divisé. Le ministre de la Jeunesse se dit toutefois prêt à aller rencontrer d’autres responsables apéristes tels le recteur Courfia Diawara et l’administrateur du Fongip, Doudou Kâ qui, dit-il au passage, n’est pas membre de l’Apr mais dirige plutôt, selon lui, un mouvement. Cette initiative de Sambou est loin d’enchanter les proches et partisans de Courfia Diawara qui, depuis la main tendue de Benoît Sambou au maire centriste Abdoulaye Baldé, dénie toute responsabilité à l’Apr au niveau local au ministre de la Jeunesse.

«Un contexte très difficile à Ziguinchor»

Quant à Doudou Kâ, il a sonné la grande mobilisation ce dimanche lors de sa rencontre avec Oumar Youm, le superviseur de l’Apr, dans un hôtel de la place. Une rencontre aux allures de meeting politique et qui sonne, pour lui, comme une réponse à Benoît Sambou. Fort d’ailleurs de cette forte mobilisation et du  soutien de l’ex-député libéral du Kassa Sékou Sambou, de l’ex-sénatrice Rouguy Barry, des Socialistes de la commune et de plusieurs responsables politiques locaux de l’Apr et des autres formations politiques de la région de Ziguinchor, l’administrateur du Fongip, candidat déclaré à la mairie de Ziguinchor pour les prochaines locales, a tout bonnement invité à son tour le ministre de la Jeunesse Benoît Sambou à se ranger derrière lui pour le triomphe de l’Apr en juin 2014 et du Président Macky Sall en 2017. «Weddi guis bokkou ci», a-t-il lancé à l’endroit du superviseur Oumar Youm. «Nous sommes dans un contexte très difficile lié au choc des ambitions à Ziguinchor», lancera à son tour le ministre de l’Aménagement du territoire et des Collectivités locales Oumar Youm.

Dans son intervention, le superviseur du parti a invité les responsables locaux de l’Apr à promouvoir la dignité et le travail au détriment des combats fratricides qui sont funestes aux intérêts du parti et divisent les familles.  Et quand il y a division dans une formation politique, ce sont les militants qui en pâtissent les premiers. Et à cet effet, Oumar Youm a exhorté les responsables apéristes à ne pas décevoir le Président Macky Sall qui porte beaucoup d’espoir, a-t-il dit, pour la Casamance. Et de citer le Pôle économique de la Casamance, un programme de 23 milliards de francs Cfa et qui n’existe nulle part, selon lui, au Sénégal. «La victoire pour les prochaines Locales est presque assurée car le potentiel, l’engagement des militants est là. Mais il vous reste à parfaire l’organisation, il vous reste à terrasser les démons de la division», a-t-il lancé à nouveau à l’endroit des responsables locaux.

Mais Oumar Youm se dit confiant car toutes les toutes les divisions politiques trouveront tôt ou tard, a-t-il dit, des solutions autour d’une table au sein de l’Apr. «Les esquisses de victoire sont réelles car le travail de terrain a été fait. En atteste cette forte adhésion notée aujourd’hui. Mais nous ne sommes pas venus pour choisir le coordonnateur ou le futur candidat à la mairie. Le choix des maires pour les grandes villes revient au Président Macky Sall», dixit Oumar Youm qui a plaidé pour un code de bonne conduite et pour l’union des cœurs et des esprits.

Dans la foulée, le superviseur de l’Apr a donné des instructions à l’administrateur du Fongip et les autres responsables du parti à adhérer à ces deux résolutions fortes : manifester leur ancrage à l’Apr et derrière le Président Macky Sall et à s’asseoir autour d’une table pour aplanir les dissensions.

lequotidien.sn

DPG – Une matrice de suivi-évaluation pour jauger les réalisations : Le Premier ministre donne de la visibilité
Face aux bailleurs de fonds hier, le Premier ministre  Aminata Mimi Touré a décliné, avec l’apport de certains de ses ministres, les grands axes des objectifs qui lui ont été assignés par son chef. Un exercice facilité par la matrice de suivi-évaluation établie par son gouvernement.
 
La matrice de suivi-évaluation, élaborée par les services du ministère du Plan, permet de donner suffisamment de détails de l’action à mener, et d’orienter leur budgétisation et les moyens à y consacrer. Ce travail a semblé avoir pris de court les partenaires techniques et financiers. Ces derniers, notamment les représentants de la Banque mondiale et du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), ont considéré que cet instrument d’évaluation est unique au monde et l’ont dit au chef du gouvernement.
 
Les bailleurs estiment qu’elle permet de donner une grande crédibilité à l’action des différents partenaires et de faciliter les différentes interventions ainsi que leur pertinence. Le représentant du Pnud a salué cette matrice et déclaré que les organisations internationales pourraient s’en inspirer et en « vendre » le modèle à d’autres pays d’Afrique ou d’ailleurs.
 
La Banque mondiale s’est engagée à appuyer la mise en œuvre des objectifs de la matrice de suivi-évaluation. Le Sénégal lui-même a été encouragé à reproduire ce modèle de suivi-évaluation au niveau des différents ministères.

Senegal-business

Macky sur les propositions de la Cnri : «Je déciderai après les Locales»

Sa réaction était très attendue sur les conclusions du rapport de la Commission présidée par le Pr Ahmadou Makhtar Mbow sur la réforme des institutions. Le Président Macky Sall a profité de sa rencontre avec les ressortissants sénégalais installés en Chine pour asséner ses vérités. Il prendra le temps d’étudier le rapport déposé par le Pr Mbow et après les élections locales, il en prendra ce qu’il jugera nécessaire. Pour l’heure, il considère que le temps n’est pas à la polémique.

Le Président Macky Sall s’est montré hier à Pékin, devant la communauté de ressortissants sénégalais installés en Chine, très agacé par la polémique qui a surgi, à la suite de la remise du rapport de la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri) présidée par le Pr Ahmadou Makhtar Mbow. Le chef de l’Etat ne comprend pas l’effusion des passions sur le travail réalisé par la Cnri et invite ses compatriotes au calme et à la retenue. Pour lui, la question est on ne peut plus simple : «J’ai mis en place par décret, une Commission chargée de réfléchir sur la réforme des institutions. La commande que j’ai faite m’a été remise, je l’examinerai, je l’étudierai et je prendrai ma décision.» Le Président Sall ne semble pas vouloir se presser : «Il n’y a pas de pression quelconque à faire, il n’y a pas de temps ou de délai à m’impartir, après les élections locales, je prendrai sur les conclusions de la Cnri ce qui est conforme à ma vision et aux intérêts du Sénégal.»
 
Ceux «qui réagissent devraient attendre que  je prenne connaissance des travaux»
Le Président Sall estime avec insistance que «les différentes personnes qui réagissent devraient attendre que  je prenne connaissance des travaux, que je finisse de les étudier et d’y prendre ce qu’il y a de meilleur pour le Sénégal». Alors, a-t-il poursuivi, «pourquoi s’époumoner, se passionner pour rien du tout ?» Le président de la République ne s’empêchera pas pour autant d’expliquer à ses compatriotes venus de Pékin, de Guangzou, de Siyu et de nombreuses autres provinces chinoises, qu’il veillera à ce que la stabilité du pays soit préservée. «Je veillerai à ne pas mettre en place un système politique qui menacerait cette stabilité. Nous avons des institutions qui fonctionnent, l’élection et la légitimité du président de la République ne souffrent d’aucune tache. L’élection a été transparente et sincère et le président de la République jouit d’une légitimité populaire absolue.» Macky Sall indique que pour cela, il a déjà donné assez de gages : «J’ai décidé moi-même de réduire de deux ans mon mandat, qui était prévu pour sept ans. Aucun chef d’Etat au monde n’a eu à faire cela !»
Macky Sall demande notamment à ses partisans et autres militants de son parti de garder leur calme : «Nous cherchons à renforcer la démocratie. Je demande à mes partisans de ne polémiquer avec personne et de ne critiquer qui que ce soit.» D’ailleurs, ajoute-t-il, «il sera des conclusions de la Cnri comme il en a été avec la Réforme sur l’Acte 3 de la décentralisation. Nous n’avons pas fait tout ce qui était prévu au départ, avec l’Acte 3 de la décentralisation. Nous avons tenu compte des avis et suggestions des uns et des autres. Il en sera aussi de même avec la réforme foncière. Encore une fois, il faut se calmer et mettre le pays au travail».
 
«Si nous n’y prenons garde, nous serons les derniers de la zone Uemoa et de la Cedeao»
Pour l’heure, le Président Sall voudrait mettre le cap sur les réalisations économiques. «Il faut que nous ayons plus d’ambition que de lutter éternellement contre la pauvreté. Nous devons pouvoir aspirer vers l’émergence et cela n’est possible que par le travail et non par le bavardage», plaide-t-il. Ce mauvais trait de ses compatriotes semble mettre le Président Macky Sall hors de lui quand il assène : «Si nous n’y prenons garde, nous serons les derniers de la zone Uemoa et de la Cedeao. La Côte d’Ivoire, qui sort d’une situation de guerre, réalise un taux de croissance de 10%, le Burkina Faso est à 7% de taux de croissance, ce que prévoit le Sénégal dans 10 ans. Je ne parle pas du Ghana ou d’autres pays, qui n’ont même pas de revenus pétroliers. Il nous faut travailler et arrêter le bavardage, mais il nous faut aussi de l’ordre et de la discipline.»
Macky Sall prend l’exemple de la Chine et demande à ses compatriotes qui y sont installés de s’inspirer du modèle chinois, «un modèle de sérieux, de discipline et d’ordre». Il insiste pour dire que «le travail est la panacée. Le Sénégal au moment de son indépendance, était dans la même situation que la Corée du Sud par exemple. Voyez-vous à quel niveau se trouve ce pays maintenant grâce au travail ?  Au Sénégal on cherche à se faire exonérer de tout. Si les impôts ne sont pas payés et les taxes douanières recouvrées, avec quoi va-t-on réaliser les investissements ? Nous irons la semaine prochaine devant le Groupe consultatif pour chercher des financements, mais l’essentiel devra être fait par nous-mêmes. Personne ne développera notre pays à notre place !»
 
lequotidien.sn

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Février 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28        

Video galleries

logotwitterFacebook