Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Politique

Entretien Sur les futures batailles du Ps : Wilane, la voix de tanor

Le Parti socialiste est très surveillé dans ses activités et ses positions stratégiques. Son porte-parole n’en est pas moins conscient. Abdoulaye Wilane parle dans cet entretien de la candidature socialiste à la prochaine Présidentielle, du projet de réforme de la Constitution et surtout de la nouvelle posture de son Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng.

Le Secrétaire général du Ps conjugue désormais au passé, sa volonté de ne plus se présenter à l’élection présidentielle. Comment appréciez-vous cette position ?
Nous avons dans le paysage politique sénégalais, dans le passé comme dans le présent, des hommes qui se sont présentés à plusieurs élections et qui n’ont pas pu gagner parce qu’ils n’étaient peut-être pas convaincants et n’avaient pas les moyens de gagner. Alors, nous sommes à l’étape de la réflexion. Mais Abdoulaye Wade a commencé à être candidat à partir 1978. Ce n’est qu’en 2000 qu’il a été élu. Et comment ? Ce n’est pas comme Senghor, ni comme Abdou Diouf. Il y a des hommes politiques qui n’ont jamais gagné une élection. N’a-t-on pas prêté à Karim Wade des ambitions en 2009, à Dakar ? Il y a des hommes politiques qui n’ont jamais été candidats à une élection. Si l’on prend l’exemple de la France, François Hollande n’a jamais été ministre. Il n’a jamais occupé une fonction de Directeur général ou national. Pourtant, il est aujourd’hui le président de la République. Ségolène Royal, en 2008, était candidate face à Nicolas Sarkozy et cela  ne l’a pas empêchée pas de revenir en 2012. Alors, je reconnais au Parti socialiste le droit d’analyser librement les défis auxquels il est confronté. Ensuite, si Ousmane Tanor Dieng a été amené par le parti à faire ce qu’il n’aurait pas voulu faire, il n’y a pas de problème. Ce n’est que du mérite. Il arrive parfois qu’un porte-parole défende bec et ongles des choses qui n’ont rien à voir avec sa propre conviction parce qu’ils l’ont convaincu. Pour moi, ce n’est pas si simple, ni évident. La politique, c’est la délicatesse.

Aujourd’hui, des observateurs présentent le Ps comme une formation at­tractive qui a le potentiel pour rivaliser avec le régime de Macky Sall. Ne risque-t-il pas de décevoir en ne proposant pas le candidat le plus attendu en 2017 ?
D’abord, je ne suis pas sûr que le Parti socialiste soit devenu plus attractif. Disons que la situation du pays est telle que l’on évoque la possibilité d’une alternance incarnée par un Socialiste. Si c’est parce que les idées agitées, proposées et développées par le Ps sont intéressantes et pénètrent les masses, cela peut être intéressant. Mais si c’est parce qu’il faut absolument que l’on fabrique quelque chose, quelqu’un qu’on met en opposition à un Président ou à un système, je considère que c’est du positionnement. Et cela ne m’intéresse pas. C’est d’autant plus pertinent que les partis membres de Benno siggil senegaal, après l’élection  de 2007 qu’on a boycottée, avaient inventé la trouvaille des Assises nationales dans le cadre du dialogue citoyen. On n’était pas dans les institutions. On est allés à la rencontre du pays de manière inclusive. Depuis lors, on parle beaucoup d’inclusion à tous les niveaux. Nous avons inventé ce forum des Assises nationales qui a pratiquement débouché sur une offre programmatique, sur une vision, sur  un projet de société.
 Qu’est-ce qu’on a vu en 2012 ? A la faveur de positionnements, des querelles de personnes au sein de Benno siggil senegaal, il y a eu une vision autre qui a été promue. Je veux dire que, si nous voulons que le Parti socialiste gagne, quelle que soit la date du rendez-vous électoral,  il faut d’abord que l’on se souvienne de plusieurs choses. Pre­miè­rement, il semble être clair aujourd’hui, au Sénégal, qu’un candidat de parti politique, à lui tout seul, ne peut pas gagner d’élections. Il faut construire des alliances et des coalitions. Cela veut dire qu’avant que le candidat ne cherche à convaincre plusieurs rangs politiques, il doit convaincre dans son parti jusqu’à ce qu’il y ait égalité, unité et cohésion. Ce candidat doit être l’incarnation des idées de son parti. Il faudra que le candidat ou la candidate puissent être connu et reconnu dans le pays. Il faut qu’il aille dialoguer avec le pays dans le cadre d’une précampagne. Sans quoi, si l’on vous fait croire que vous êtes l’alternative, l’espoir du parti, vous pouvez vous tromper. En tout cas, aucun membre du Parti socialiste ne vous dira qu’en 2007, on n’espérait pas que Ousmane Tanor Dieng gagne. On croyait qu’il allait être le premier, tant du point de vue de notre offre programmatique que des mobilisations qu’on enregistrait dans nos meetings. En 2012, c’était aussi la même chose. Au finish, nous n’étions même pas en deuxième position mais troisième. Alors, je vous dis que rien ne vaut l’expérience. Je fais partie des plus jeunes membres d’un Bureau politique et je pense avoir beaucoup appris de 1998 à 2014. Je pense qu’une élection ne se gagnera pas parce que des chroniqueurs, des agitateurs vous font croire que vous êtes l’espoir, vous êtes l’alternative. Non !

A qui faites-vous allusion ?
Je ne fais allusion à personne. Je réponds à votre question.

Votre camarade Serigne Mbaye Thiam a déclaré que le Ps ne devrait pas présenter un candidat par orgueil. Est-ce qu’on peut envisager une prochaine élection présidentielle sans un candidat socialiste ?
C’est son droit de penser ainsi. Et c’est même loyal qu’il l’ait dit sans se fâcher. Il a eu le courage et l’honnêteté de sortir son point de vue et de le défendre. Tous ceux qui suivent cet homme politique pourraient le comprendre. Il est dans un gouvernement, dans une mouvance à laquelle son parti prend part à la réflexion programmatique. Nous avons tous reconnu avoir donné notre point de vue sur le Plan Sénégal émergent (Pse). Nous sommes en partenariat. Jusqu’en 2012, le Président Macky Sall était un candidat de Macky2012. Au deuxième tour, tous les candidats qui étaient contre Abdoulaye Wade avaient appelé à voter pour lui. On n’avait pas le temps de parler programme sauf avec les «Assisards». Macky Sall a été amené à parapher la Charte de bonne gouvernance et à prendre certains engagements. Devenu président de la Répu­blique, en étant au contact avec la réalité du pouvoir, en tenant compte des documents et perspectives qu’il avait trouvés sur place, il a reformulé la perspective nationale à travers le Pse qui, quel que soit alpha, est projeté en 2035. Ce qui veut dire que, même si Macky Sall fait deux mandats, on continuera à parler du Pse. De ce point de vue, s’il est honnête, il ne peut pas dire autre chose. Mais cela n’engage que sa personne. Ce qui engage le parti, c’est ce qui sera issu de nos délibérations, mais aussi des échanges qu’on aura avec les forces vives de la Nation. Il (Serigne Mbaye Thiam) n’est pas le seul à avoir un point de vue. Au niveau où j’en suis, il m’arrive d’être saisi par des camarades qui parlent de perspectives diverses.

Barthélemy Dias a dit que le Ps ne sera pas comptable du bilan de Macky, vous vous dites que votre parti sera comptable mais pas responsable. Votre Secré­taire général dit qu’il partage le bilan du Président Sall. Aujourd’hui, quelle est la position qui vaille au Ps ?
Ce qui importe et l’emporte sur tout, c’est ce que Ousmane Tanor Dieng a dit. Nous assumons totalement le bilan du Président Macky Sall. Le Secrétaire général engage le parti. Je rends compte de la position du parti. Les autres donnent leurs points de vue. M. Barthélemy Dias ne pourra pas vous dire qu’il n’est pas responsable de ce que les députés de Benno bokk yaakaar font à l’Assemblée nationale. Ce serait d’ailleurs incompréhensible. Je suis dans la coalition Benno bokk yaakaar et j’assume ce qu’elle fait. Je suis un partenaire.

Ousmane Tanor Dieng a dit que le Ps n’a pas les mêmes points de vue que le Président Sall sur les réformes institutionnelles. Quels sont les points que vous ne partagez pas ?
D’abord, permettez-moi de rappeler qu’en matière de réformes constitutionnelles, la référence n’est pas les Assises nationales. Elle doit être les conclusions de la Commission nationale de réforme des institutions (Cnri). Encore que, pour les conclusions de la Cnri, le Président Macky Sall avait eu le courage et l’honnêteté intellectuelle de dire aux membres de la Cnri qu’il n’attendait pas d’eux un projet de constitution. Ils ont été généreux et perspicace en lui proposant leurs conclusions avec un avant-projet de constitution à la clé. Si la référence était les Assises nationales, le Peuple sénégalais allait élire un candidat qui adossait et assumait ses conclusions. Mais ils ont élu quelqu’un qui était favorable au cumul des fonctions de président de la République et de chef de parti, qui n’était pas pour un régime parlementaire, qui disait qu’il n’allait pas proposer une nouvelle constitution. Donc, les choses sont claires. Devenu Président, Macky Sall avait pris et réaffirmé un engagement. Ça l’engage au plan moral et éthique. Mais comme dans ce pays les gens ont du mal à se hisser au-dessus de la mêlée, il est difficile de voir un homme politique prendre ses responsabilités. Le vrai problème est aussi que le débat politique est pauvre au Sénégal. Lorsqu’un candidat à la Présidentielle fait une promesse, il doit réfléchir et la confronter à la réalité et aux réalités. Qu’il s’agisse de questions économiques ou de tous ordres, pour faire une promesse, il faut l’avoir étudiée et confrontée à l’avis des experts. Sans quoi, vous allez vous heurter aux problèmes que nous avons. Vouloir n’est pas forcément pouvoir.
Là, c’est Abdoulaye Wilane qui parle. J’ai toujours dit que je ne voyais pas comment le Président Macky Sall peut organiser une élection présidentielle en 2017, sans qu’il ne démissionne. Pre­miè­rement, la loi ne dispose que pour l’avenir. Deuxiè­mement, en termes de jurisprudence, lorsqu’on a révisé la Constitution en 2001, l’effet ré­troactif n’était pas possible. Qu’un référendum puisse permettre à un candidat élu et en exercice d’écourter son mandat est un danger. Parce que demain, quelqu’un peut être élu avec une écrasante majorité et se lever pour dire qu’il veut augmenter la durée de son mandat pour être Président à vie. Ce sera un précédant fâcheux et dangereux. Cet avis n’engage que Ab­doulaye Wilane, l’homme politique. Maintenant, le Prési­dent Macky Sall a bien fait d’inscrire cette question dans son paquet de réformes. Nous semblons tous dire qu’être républicain, c’est respecter la séparation des pouvoirs, les institutions et leurs décisions souveraines et bien fondées. Nous espérons qu’il n’y aura pas de perspective fâcheuse pour notre pays. En tout état de cause, le Président Macky Sall a pris l’initiative de réviser la Constitution. C’est lui qui est chargé de définir la politique de la Nation. Maintenant, dans la vie, il n’y a pas de génération qui puisse assujettir à ces choix les générations futures. Personnellement, j’aurais souhaité que la Présidence de Macky Sall nous donne l’occasion de réformer la Constitution pour se doter d’une nouvelle qui survivra à toutes les alternances. C’est une très bonne chose d’avoir une Constitution qui n’a jamais été suspendue depuis 1960, mais on peut faire mieux.

Parlant de constitution qui survivra au temps, est-ce le cas avec les réformes proposées par le Président Sall ?
Personnellement, sur la base des projections que je fais sur l’avenir du Sénégal, du projet de société pour lequel je me bats en tant qu’homme politique, je pense que ce qui correspondrait le mieux à notre génie politique, dans un contexte de coalition, de leadership éclaté, même en religion, c’est un régime parlementaire. Il faut que le président de la République soit moins responsabilisé dans les tâches quotidiennes  et que le gouvernement soit dissocié du président de la République. De plus, il sera en situation de responsabilité devant l’Assemblée nationale. Que cette dernière puisse aussi avoir une influence sur le gouvernement. C’est vrai qu’il y a des risques mais le risque zéro n’existe pas en politique. Les conseils municipaux fonctionnent de cette manière. Le maire est l’émanation du Conseil municipal. Vous allez voir demain que les conseils municipaux vont perdre des prérogatives au profit des conseils de quartier. Si demain, nous devons avoir l’Union africaine, il faut qu’on ait une Cons­ti­tution qui intègre toutes ses perspectives. Je ne veux pas aller très vite en besogne. Je veux simplement dire que nous trouvons saint et moralement acceptable que Macky Sall ait envisagé de faire ce qu’il avait promis, à travers le projet de révision qu’il propose. Maintenant, je pense qu’il y a d’autres questions qui se trouvent dans la Constitution qu’on devait pouvoir remettre en cause. Par exemple, le fait que le président de la République puisse être chef de parti. Je pense que ce n’est  pas mauvais de faire comme en France d’autant que le Parti socialiste l’envisageait. La réforme que Abdou Diouf avait faite pour faire de Ousmane Tanor Dieng le Premier secrétaire du parti entrait dans cette dynamique. En 2000, Abdou Diouf avait dit que s’il est réélu, il n’allait plus être chef du parti. Tanor a promis cela en 2007 et 2012. En France, François Hol­lande n’est pas le chef du parti, mais il reçoit de manière officielle ou informelle, les responsables politiques, les élus de son parti. Il a des rencontres périodiques avec le Premier secrétaire de son parti. La même chose fut notée lorsque Nicolas Sarkozy était président de la République. Donc, on peut bien le faire  au Sénégal et  cela correspond le plus à nos réalités parce que, si l’on attaque le Secrétaire général de votre parti, on attaquera du coup le président de la Répu­blique. Lorsque celui qui vous attaquera, sera attaqué à la justice, on pensera que c’est un règlement de comptes politique. C’est ce qui est arrivé avec Omar Sarr qu’il faut redouter tout en condamnant les propos et la démarche parce que, quand même, la politique suppose un certain nombre de limites, de responsabilités, de la tenue et de la retenue. Personnellement, je pense qu’il faut qu’il y ait une Cons­titution qui régisse cela. Il y a des problèmes sur lesquels, je ne suis pas d’accord. Par contre, je suis d’accord sur la consécration de l’élection des députés pour les étrangers à eux dédiés. Je souhaite, cependant, qu’on l’encadre parce que ceux qui sont aux Etats-Unis n’ont pas les mêmes problèmes que ceux qui sont en Europe, en Asie ou en Afrique. Je pense que plus qu’une 15ème région, on devrait s’organiser pour que les Sénégalais qui sont partout dans le monde puissent être représentés par des députés. Sur les candidatures indépendantes, là aussi, en même temps qu’on parle de la modernisation des partis politiques, je veux une modernisation et un financement des partis dans le cadre de la moralisation de la vie politique et de l’assainissement des mœurs politiques. Je veux aussi qu’il y ait un consensus. Je suis pour qu’on fasse en sorte que nous n’ayons pas une multiplication des candidatures indépendantes parce que si vous avez 200 candidats indépendants dans une commune contre 4 partis ou coalitions de partis, cela peut poser problème. Il faudrait qu’on fasse attention avec les candidatures indépendantes parce qu’elles peuvent être ethniques, «tarikhale», religieuses, etc. Une constitution ne s’élabore pas à la faveur des modes. Les candidatures indépendantes jusqu’ici, n’ont pas révélé ce que cela porte comme germe et facteur dangereux. Vous avez entendu le pouvoir de l’argent. On nous dit qu’en 2012, des hommes et des femmes étaient allés voir une personnalité publi­que pour lui demander d’être le candidat à la transition.

Si vous parlez de Lamine Diack, il est un Socialiste. N’est-ce pas ?
Non ! Il l’a été. Je veux être franc. C’est un père, un ami pour moi. Je suis totalement solidaire de lui. En vérité, je dois dire qu’il a cessé d’être militant et responsable du Ps depuis que sa maison a été brûlée et cela date de très longtemps. Les gens avaient même pensé qu’il était parmi les membres du Conseil des sages. Il avait arrêté de faire la politique, parce que la façon de faire la politique au Sénégal le dégoûtait. Maintenant, il a gardé des amitiés, des relations avec les membres du Ps et d’autres partis politiques. C’est constant et c’est vrai. C’est quelqu’un que je continue toujours de regarder d’en haut. Je ne changerai pas parce que simplement il y a ces péripéties. Ce qui s’est passé avec quelqu’un comme ça, peut de­main se passer avec quelqu’un qui a été financé par des intégristes, des djihadistes, des lobbies dont les valeurs et les références n’ont rien à voir avec notre histoire et notre Nation. Aujour­d’hui, dans le paysage politique et médiatique, il faut avoir le courage de le dire : nous avons des radios, des télévisions et des groupes de presse qui s’identifient à des tarikha. Et si nous ne faisons pas attention, demain, l’inculture, la légèreté ou même l’irresponsabilité peuvent amener des hommes ou des femmes, qui animent ces groupes de presse, à faire dans des choses qui vont remettre en cause la cohésion de notre pays.
C’est pourquoi, dans ce con­texte où le Sénégal s’engage dans une lutte contre le terrorisme comme cela se manifeste ail­leurs, il faut faire très attention aux phénomènes de mode. Vous avez vu avec l’histoire des sacs et des accoutrements, comme c’est charrié aujourd’hui. C’est du pain béni pour ceux qui peuvent avoir des velléités de combats religieux dans ce pays. On commence par les sacs, les «pinws» (pantalons serrés), la couleur des habits qu’on porte. De­main, on va s’adresser aux jeunes filles en leur disant que vous n’avez plus le droit de porter certains habits. J’invite la classe politique, les leaders religieux à faire très attention parce qu’il y a des gens mal intentionnés, encagoulés qui ont d’autres visées. Ils peuvent essayer de faire fortune à travers ces occasions. C’est extrêmement important que le Président persévère dans la concertation. Nous devons lui reconnaître ce qui lui revient de droit, ce qui revient à l’Assemblée nationale, mais aussi au Conseil constitutionnel. A la lumière de ce que nous avons appris, consulter n’est pas une mauvaise chose, se concerter n’est pas dangereux. Ce n’est pas aussi signe de faiblesse. Au contraire, c’est même signe d’intelligence parce que la démocratie n’est pas faite pour les médiocres. Quand on est bon et qu’on sait utiliser les mécanismes de la démocratie, on s’améliore. En tout cas, personnellement, je pense qu’il faut consulter les forces vives. Il faut discuter avec toutes les forces vives pour savoir quelles sont les attentes et même jusqu’au jour du référendum. Même une Constitution est faite pour être discutée. C’est ça ma position, indépendamment de la position du Parti socialiste qui sera portée à l’attention du Président parce que je sais que, non seulement il en rend compte à Ousmane Tanor Dieng, il envisage de recevoir Benno ak Tanor et même le Parti socialiste. C’est un problème de calendrier qui se pose mais c’était envisagé. Il n’a pas pu le faire mais j’espère que cela arrivera.

Que vaut la signature sans réserve de la Charte de bonne gouvernance issue des Assises nationales par le candidat Macky Sall ?
Attendez, ça c’est la charte. Elle est un cadre global. Il a paraphé la charte. Autrement dit, c’est un cadre macro. Dans ce cas, vous prenez ce qui est possible. En politique, il faut savoir avancer étape par étape. Quand vous confondez vitesse et précipitation, vous vous cassez la cheville parce que vous risquez de méconnaître les réalités physiques du terrain. La vie politique est une course de fond qui est différente de la course de vitesse. Il faut savoir démarrer la course et la terminer sans grand dommage.

Dans sa dernière sortie sur Rfm, Tanor Dieng a évoqué votre nom en indiquant les éventuels candidats à la candidature du Ps. Com­ment appréciez-vous cela ?
Le Secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng, a indiqué qu’il y a des gens qui veulent que je sois candidat. Je considère qu’une telle information exprimée par la première personnalité de notre parti pourrait être importante. C’est vrai que l’ambition est le moteur de la vie même de l’histoire. Lorsqu’on entre en politique, on y entre avec des idées, des valeurs, un projet ou une ambition pour son pays. Personnellement, je voudrais remercier Ousmane Tanor Dieng pour le simple fait qu’en parlant de candidature, il ait parlé de ma modeste personne. Je considère que le maire de Kaffrine n’est pas seulement à l’honneur ; c’est toute ma commune, toute ma région, toute ma génération qui sont à l’honneur. J’ai bien entendu ce qu’il a dit et ceux qui le disent et le souhaitent. D’abord, ceux qui sont de Kaffrine, ceux qui ont fait avec moi les lycées, les universités et même tous ceux que je rencontre dans la vie de tous les jours qui m’encouragent et m’exhortent à me mettre dans la posture de quelqu’un qui, demain, peut diriger le Parti socialiste ou le Sénégal. Mais, je n’en fais pas une fixation. J’ai cela comme perspective, comme ambition mais pas comme règle de conduite. Ce que je veux dire, c’est que je reste humble, lucide. Je garde les pieds sur terre et je continue à penser que celui qui est le mieux placé dans toute la classe politique, le plus à même d’incarner l’unité du parti, sa cohésion, sa mise en orbite pour les batailles futures, c’est Ousmane Tanor Dieng.

lequotidien.sn

Liberté provisoire d’Oumar Sarr et des jeunes libéraux : La justice «apaise» la tension politique

Le secrétaire national adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds), Oumar Sarr, est libre depuis hier, mardi 26 janvier, après avoir bénéficié d’une liberté provisoire. Au même moment, après Toussaint Manga, Sg de l’Ujtl et ses 8 autres compagnons, c’est au tour de Victor Sadio Diouf et cie, tous des jeunes libéraux du Meel, de profiter d’une liberté provisoire, hier. Entre autres arguments évoqués par les conseils des jeunes prévenus, la question de l’apaisement de la tension politique, ainsi que celle de la nullité des risques de trouble à l’ordre public. Le porte-parole du Pds, Babacar Gaye, qui s’est réjoui de la mesure, a toutefois indiqué que la lutte continue pour la libération de tous les détenus du Pds.
 
L’étau se desserre peu à peu contre les militants du Pds. En effet, le secrétaire national adjoint du Pds, Oumar Sarr, hume l’air de la liberté provisoire (Lp) depuis hier, mardi 26 janvier. Visiblement, la demande de Lp introduite par les conseils du coordonnateur du Pds, le mardi 16 janvier dernier, a convaincu le juge. Ainsi donc, après une semaine d’attente de la réponse du juge, le député libéral, poursuivi pour «faux et usage de faux et diffusion de fausses nouvelles», a rejoint les siens, dans l’après-midi d’hier.   
 
Un autre ouf de soulagement du Pds, surtout du coté de sa frange jeune, est à signaler aussi. En effet, après la mise en liberté provisoire du patron de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl), Toussaint Manga et ses 8 co-prévenus, le jeudi 14 janvier dernier, c’est au tour de Victor Sadio Diouf et Cheikh Ahmadou Bamba Ba, tous du Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) de recouvrer la liberté. Le tribunal correctionnel de Dakar a accordé hier, mardi 26 janvier, la liberté provisoire aux deux jeunes libéraux, poursuivis pour l’incendie d’un bus de Dakar Dem Dikk, devant l’Ucad.
 
Comme arguments, les conseils des mis en cause ont pensé que la libération conditionnelle va contribuer à l’apaisement de la tension politique. Mieux, la défense a estimé que le risque de trouble à l’ordre public est nul et que la tension a baissé depuis lors. Cela, d’autant plus que, ont révélé les avocats, les faits qui leur sont reprochés remontent à 1 an pour l’un, Cheikh Ahmadou Bamba Ba arrêté le 21 janvier 2015, et un peu moins d’un an pour l’autre emprisonné le 6 février 2015, à savoir Victor Sadio Diouf. Autre argument, et pas des moindres, la défense a rappelé que ces deux étudiants n’ont jamais eu un passé pénal. Conséquence : le juge a accepté de leur livrer le ticket de sortie pour humer l’air de la liberté provisoire, après près d’une année de détention préventive. Toutefois, la date de comparution des jeunes libéraux a été repoussé jusqu’au 22 mars prochain. Ce qui est aussi le cas pour leurs camarades de l’Ujtl qui devront comparaitre ce 28 janvier prochain. Ainsi donc, à l’état actuel, la quasi-totalité des jeunes libéraux est hors de prison, même si leur sort n’est pas encore totalement scellé.
 
LE PDS APPLAUDIT DES DEUX MAINS ET AVERTIT...
 
Par le biais de son porte-parole, le Pds s’est félicité de la libération de ses membres. En effet, sur les ondes de la Rfm hier, Babacar Gaye a vivement salué le « comportement des juges qui ont dit le droit et qui estiment qu’il n’y a pas matière à détenir en prison pendant 8 mois pour certains et  10 mois pour d’autres, quelques semaines pour le Secrétaire national adjoint du Pds, sur la simple volonté du président de la République et de son parti». Pour lui, «il est temps que le gouvernement arrête d’arrêter les membres de son opposition». Pour autant, le Pds ne jubile pas. A en croire Babacar Gaye, «aussi longtemps qu’il restera un membre du Pds en prison pour des causes politiques, le Pds va accentuer la lutte et va mettre la priorité sur cette lutte-là afin que le Sénégal reste un pays de droit».
 
Pour rappel, Oumar Sarr a été arrêté le 21 décembre dernier après avoir signé un communiqué du Comité directeur du Pds qui traitait de l’affaire Lamine Diack. Le 23 du même mois, il a été placé sous mandat de dépôt pour «faux et usage de faux et diffusion de fausses nouvelles». Quant aux jeunes Victor Sadio Diouf et Cheikh Ahmadou Bamba Ba, ils ont été alpagués suite à l’incendie du bus de Dakar Dem Dikk, le 21 janvier dernier devant l’Ucad. Le premier cité, jeune militant libéral, responsable du Meel, a été arrêté quelques jours après par la police du Point E. Soupçonné d’être le cerveau de cet incendie, il a été déféré au parquet et placé sous mandat de dépôt. Son dossier a été confié au juge du 3e cabinet qui l’a inculpé d’incendie volontaire et destruction de biens appartenant à l’Etat. Quant à son codétenu, Ahmadou Bamba Bâ, fils d’Assane Bâ, ancien chef de cabinet de Farba Senghor, il a été arrêté un peu plus tôt, le 21 janvier 2015. C’est ce dernier qui avait désigné Victor Sadio Diouf comme étant le cerveau de ce forfait.

Sudonline

L'abstention est un choix, voter est une façon de s'exprimer, alors ne laissons pas aux autres le droit de nous dicter leurs idées.

 

Elections régionales : à quoi sert un président de région ? France Voter est très important/ planet.fr

A l'approche des élections régionales qui débuteront dimanche, découvrez tout ce qu'il faut savoir sur celui qui présidera votre région.

Comme un Français sur deux, vous allez sans doute vous rendre dans les urnes pour voter les dimanches 6 et 13 novembre afin d'élire vos conseillers régionaux.
La seule grande nouveauté de ce scrutin reste le redécoupage des régions dans le cadre de la réforme territoriale, passant de 22 à 13 "super régions" en janvier 2016. Le but étant de renforcer le poids des régions dans le processus conjugué de la décentralisation et de la mondialisation.


Le président est élu parmi les conseillers de la majorité


Le nombre de conseillers régionaux que vous allez élire dépend de la taille de votre région : ils sont ainsi 77 dans la région Centre mais 209 en Ile-de-France. Ils sont élus pour 6 ans au scrutin proportionnel à deux tours avec prime majoritaire. Autrement dit, au premier tour, si une liste obtient la majorité absolue, elle obtient une prime majoritaire de 25 % du nombre de sièges à pourvoir. Le reste des sièges étant accordé de manière proportionnelle aux autres listes ayant obtenu au moins 5 % des voix.
Cependant, si aucune liste n'a obtenu plus de 50 % au premier tour, seules les listes ayant obtenu plus de 10 % peuvent se maintenir. A l'issue du second tour, la liste en tête obtient la prime majoritaire (+25%) et le reste des sièges est pourvu de manière proportionnel.


Le président du Conseil régional est alors élu parmi les conseillers de la majorité, lors de la réunion inaugurale, pour un mandat de 6 ans avec un salaire brut de 5 512,13 euros. Celui-ci prend la présidence de la région dès son élection.
L'organe exécutif de la région


Comme l'indique le site sur les Collectivités locales, le président du conseil régional "est l'organe exécutif de la région". C'est lui qui donne les orientations, prépare et fait exécuter les décisions votées par les élus. Le président du Conseil régional est aussi responsable du budget de la région et le chef de l'administration. C'est lui qui représente la collectivité et qui gère son patrimoine.
Le président délègue une partie de ses fonctions à des vice-présidents, désignés parmi les membres de la commission permanente, élus en même temps que le président de région. Ensemble (président, vice-présidents et quelques conseillers régionaux délégués), ils forment le bureau exécutif qui gère la région.

voir dans BFM

Compétences

La loi NOTRe (Nouvelle organisation du territoire de la République de juillet 2015) a renforcé le pouvoir des régions au détriment des autres collectivités territoriales.

La région dispose désormais d'une compétence exclusive en matière économique. Elle élabore un schéma régional de développement économique, d'innovation et d'internationalisation. Seule collectivité à pouvoir leur accorder des aides directes, elle est chef de file du soutien aux entreprises.

La région gère les ports et les aéroports, infrastructures nécessaires au développement économique et à l'emploi.

Elle joue un rôle de premier plan dans la formation professionnelle (apprentissage, reconversion). Elle s'occupe de la formation des chômeurs, des travailleurs sociaux et des professions paramédicales.

Transports: la région est responsable de l'organisation des transports collectifs routiers, y compris scolaires, et ferroviaires, en dehors des agglomérations.

Enseignement: elle est chargée des lycées publics (construction, entretien, équipement et fonctionnement). Elle recrute et rémunère les personnels non enseignants et peut organiser des services de restauration scolaire, des aides aux lycéens, et attribuer des bourses aux étudiants. Dans le domaine de la recherche, la région finance en particulier les thèses de doctorat.

Culture: la région est responsable de l'organisation et du financement des musées régionaux et de la conservation des archives. Elle peut accorder des subventions aux associations du secteur, pour développer des festivals ou des manifestations de prestige.

Sport: la région peut soutenir les clubs et associations et assurer l'entretien ou la construction des équipements sportifs.

Conseil économique et social régional

Institution régionale non élue, le CESR regroupe les "forces vives" de la région (organisations syndicales, entreprises et activités non salariées, organismes participant à la vie de la région, personnalités qualifiées...). Le CESR est une assemblée consultative qui ne prend aucune décision, mais émet des avis.


http://www.planet.fr/

Touba - Vaste offensive de l’opposition contre le «Macky» : Idy et Pape Diop sonnent la charge

En visite à Touba pour sacrifier au rituel d’avant Magal, dans le sillage du président de la République qui a pris congé vendredi de la ville sainte, la classe politique en particulier l’opposition n’a pas manqué de sonner la charge contre le régime de Macky Sall. En première ligne, on retrouve Idrssa Seck de Rewmi et Pape Diop de Bokk Gis Gis qui ont vilipendé le régime en place devant les autorités religieuses de Touba.
 
Interpellé en effet sur la situation du pays, à la sortie de son entretien avec Serigne Sidi Moctar Mbacké, le patron de Rewmi Idrissa Seck a peint un tableau très sombre de la gestion du président Macky Sall. « Je suis un peu préoccupé des signes d’énervement et de colère. On raconte qu’il crie sur ses collaborateurs ».

Pour Idrissa Seck, la situation «calamiteuse du Sénégal commence à dépasser le chef de l’État au vu des mauvaises décisions prises. «Cette situation du pays commence à le dépasser. Je l’ai dit aux Sénégalais d’ici et de la diaspora qu’il n’était pas capable ». Qui plus est, l’ancien Premier ministre a taxé la gestion de la menace du terrorisme de « catastrophique » avant de déplorer sans ambages l’excès dans les mesures prises. Une dérive qui surexpose, selon lui, « inutilement notre pays aux dangers du terrorisme ».

Sur le plan de l’économie, Idrissa Seck s’est également fait très critique : «  on nous parle de l’émergence, or ils ont précipité le Sénégal dans le gouffre des pays les plus pauvres du monde». But not least, le président du Rewmi  n’a pas manqué d’écorcher Macky Sall qu’il accuse d’avoir « transformé des plumes affûtées en dames de compagnie de la dynastie Faye-Sall ». Idrissa Seck était reçu par le Khalife général des Mourides dans sa résidence de Gouye Mbinde.

Abondant dans la même lancée, Pape Diop de la Convergence démocratique Bokk Gis Gis a vilipendé tout autant le régime de Macky Sall et dénoncé la situation économique du Sénégal.  Un pays qui « traverse une crise depuis l’avènement du président Macky Sall». Après Idrissa Seck, l’ancien président du Sénat à qui le Khalife général des Mourides a accordé une audience, a demandé au guide de la communauté mouride de prier pour que cessent les difficultés des Sénégalais sous Macky Sall. «Les prières que nous avons demandées, c’est pour la situation que nous vivons actuellement, celle du Sénégal.

Le pays traverse une crise depuis trois ans, depuis l’avènement du Président Macky Sall », a dit le leader de Bokk Gis Gis.  Avant d’indiquer, sans fioritures, que cette situation est ressentie par tous les Sénégalais. Et Pape Diop de souligner en conclusion  qu’il n’a pas besoin de s’étaler sur « toutes les difficultés auxquelles les Sénégalais sont confrontées ». Le plus important, dira-t-il,  est de « solliciter des prières pour que cette situation soit un mauvais souvenir pour nous ».

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Septembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook