Politique

Commission parlementaire spéciale et inclusive sur les problèmes du système éducatif.par le citoyen sénégalais Saaxu xamxam in FB

 

Signez la pétition  si le lien ne s'affiche pas copier + coller sur votre moteur de recherche

Députés: Commission parlementaire spéciale et inclusive sur les problèmes du système éducatif. · Change.org

https://www.change.org/p/d%C3%A9put%C3%A9s-commission-parlementaire-sp%C3%A9ciale-et-inclusive-sur-les-probl%C3%A8mes-du-syst%C3%A8me-%C3%A9ducatif?recruiter=748049413&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_for_starters_page

 

Les concitoyens signent plus facilement une photo qu'une pétition pour une question essentielle. A vos plumes

L'auteur de cette pétition citoyenne saaxu xamxam / FB

« SAAKU XAMXAM est un intellectuel actif et résolument engagé à ne pas se laisser entrainer dans des schémas qui ne l'engage nullement. Ainsi il faut du sartrisme , il dit non et le dit, l'écrit, en disant non il dit à l'action citoyenne celle de la base. Si l'Etat ne bouge pas les citoyens doivent user de leurs talents et ingéniosité pour mutualiser les compétences et produire.
Il est chef de projet en mécanique industrielle après avoir réussi ses diplômes en pharmacie.
Il est aussi membre actif d'une association de développement à la base qui essaie de se débrouiller avec les bonnes volontés qui veulent faire bouger et opalier la vacuité du pouvoir dans certains secteurs clefs.
Il a beaucoup de projets culturels, la culture est un aspect important pour lui : bibliothèque et musée, etc. Il vient d'envoyer une lettre au Ministre des transports sur la mise en service rapide de l'aéroport de Ndiass. Oui les citoyens responsables doivent s'engager et ne pas être des moutons
Tous derrière saaxu xamxam ou faisons comme lui.» P B CISSOKO

Signez sa pétition- Signez.
Certains sont pressés de mettre des j'aime sur des photos, je n'ai rien contre mais quand un compatriote demande un appui, les concitoyens on ne prennent lpas la peine et cela est déconcertant.

La Politique Autrement
La violence et l'indiscipline notées au Sénégal découle de l'échec du système éducatif dans un contexte général. Il est temps de mener une réflexion sérieuse et inclusive sur les problèmes qui minent ce système depuis des décennies. Je cite Benjamin Disraeli " De l'éducation de son peuple dépend le destin d'un pays". Dans notre commun vouloir de vie commune, nous avons l'obligation d'agir et de ne plus réagir face aux dérives et agressions morales et physiques qui rythment d'une cadence incontrôlable notre quotidien. Agir, c'est forcer "nos députés", car ils sont nôtres et non ceux de partis ou coalitions, à légiférer sur ce que je considère comme la priorité des priorités : l'éducation. Avec une population d'âge moyen de dix neuf (19) ans, ne faisons pas de cette chance, notre jeunesse, une bombe qui risque de nous éclater entre les mains à tout moment. Car une jeunesse mal formée, évoluant dans l'anarchie la plus totale, est pire que toutes les armes de destruction massive connue.
Moi citoyen, je m'arroge, avec mes concitoyens soucieux du devenir de cette nation, le droit de demander à nos représentants de se pencher sur la seule voie de salut qu'est une bonne éducation.
J'en appelle aujourd'hui à tous les acteurs, tous les spécialistes, tous les citoyens, à apporter leur pierre à l'édifice éducation qui sera notre pyramide de gyseh à nous.
J'en appelle plus particulièrement au médiateur de la République à appuyer cette pétition pour que la future assemblée fasse de l'éducation sa priorité.

Sénégal: les réactions de la classe politique à l’annonce du procès de Khalifa Sall

Sénégal: les réactions de la classe politique à l’annonce du procès de Khalifa Sall Au Sénégal, le maire de Dakar sera jugé en correctionnel le 14 décembre prochain. Khalifa Sall et ses co-inculpés sont accusés d’association de malfaiteurs, de détournement de deniers publics et d’escroquerie portant sur 1,8 milliard de francs CFA. L’annonce de l’ouverture de leur procès fait beaucoup de bruit au Sénégal, en particulier du côté de la classe politique.

Une première réaction était attendue dès l’annonce d’un procès dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, celle de la formation à laquelle Khalifa Sall appartient toujours, à savoir le Parti socialiste, membre de la coalition présidentielle, et parti au sein duquel le maire de Dakar est en dissidence.

« Le procès annoncé n’est pas le procès contre quelqu’un en raison de son appartenance politique. C’est un procès qui va être intenté, qui va avoir lieu concernant un maire dans l’exercice de sa mission », a déclaré Abdoulaye Wilane, porte-parole du PS.

Pour les avocats de l’Etat, partie civile dans cette affaire, un procès sera l’occasion pour Khalifa Sall de s’expliquer. Le député Toussaint Manga, du PDS, parti de l’ex-président Abdoulaye Wade, y voit plutôt une manière d’écarter un opposant.

« On ne s’attend à rien d’autre qu’à une condamnation puisque c’est programmé. Malheureusement, au Sénégal, le président Macky Sall a instrumentalisé la justice pour liquider son adversaire politique », a-t-il déclaré.

Les avocats du maire incarcéré affirment que la procédure a été volontairement accélérée pour aller vers un procès. Du côté des alliés politiques du maire, on exprime la même opinion.

« Nous sommes solidaires sur l’injustice qu’il est en train de subir aujourd’hui. Vous avez vu que la procédure a été catalysée, accélérée, une célérité jamais connue dans le traitement d’un dossier », a déclaré pour sa part, Dithié Fall, vice-président du parti Rewmi, allié de Khalifa Sall, au sein de la coalition parlementaire MTS.

Les soutiens politiques du maire de Dakar doivent encore se concerter. Ils envisagent déjà d’être présents, jeudi, au tribunal de Dakar.

RFI

Sénégal: les réactions de la classe politique à l’annonce du procès de Khalifa Sall

Sénégal: les réactions de la classe politique à l’annonce du procès de Khalifa Sall Au Sénégal, le maire de Dakar sera jugé en correctionnel le 14 décembre prochain. Khalifa Sall et ses co-inculpés sont accusés d’association de malfaiteurs, de détournement de deniers publics et d’escroquerie portant sur 1,8 milliard de francs CFA. L’annonce de l’ouverture de leur procès fait beaucoup de bruit au Sénégal, en particulier du côté de la classe politique.

Une première réaction était attendue dès l’annonce d’un procès dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, celle de la formation à laquelle Khalifa Sall appartient toujours, à savoir le Parti socialiste, membre de la coalition présidentielle, et parti au sein duquel le maire de Dakar est en dissidence.

« Le procès annoncé n’est pas le procès contre quelqu’un en raison de son appartenance politique. C’est un procès qui va être intenté, qui va avoir lieu concernant un maire dans l’exercice de sa mission », a déclaré Abdoulaye Wilane, porte-parole du PS.

Pour les avocats de l’Etat, partie civile dans cette affaire, un procès sera l’occasion pour Khalifa Sall de s’expliquer. Le député Toussaint Manga, du PDS, parti de l’ex-président Abdoulaye Wade, y voit plutôt une manière d’écarter un opposant.

« On ne s’attend à rien d’autre qu’à une condamnation puisque c’est programmé. Malheureusement, au Sénégal, le président Macky Sall a instrumentalisé la justice pour liquider son adversaire politique », a-t-il déclaré.

Les avocats du maire incarcéré affirment que la procédure a été volontairement accélérée pour aller vers un procès. Du côté des alliés politiques du maire, on exprime la même opinion.

« Nous sommes solidaires sur l’injustice qu’il est en train de subir aujourd’hui. Vous avez vu que la procédure a été catalysée, accélérée, une célérité jamais connue dans le traitement d’un dossier », a déclaré pour sa part, Dithié Fall, vice-président du parti Rewmi, allié de Khalifa Sall, au sein de la coalition parlementaire MTS.

Les soutiens politiques du maire de Dakar doivent encore se concerter. Ils envisagent déjà d’être présents, jeudi, au tribunal de Dakar.

RFI

Le mouvement Un Autre Avenir va à la rencontre des Sénégalais de Ancône en Italie

Ce 08 décembre 2017, le secrétaire général du mouvement Un Autre Avenir, Ibrahima Wade s’est rendu dans le centre de l’Italie à Ancône, avant de participer à une rencontre, le 10 décembre, au nord à Brescia, fief de Moustapha Seck l’un des premiers responsables du mouvement, dans la péninsule italienne.

Dans les deux étapes, il est question d’aller à la rencontre des Sénégalais pour d’une part, faire connaître ce nouveau mouvement, et d’autre part, adopter le principe du « bottom up », synonyme de la démarche hiérarchiquement ascendante, partant de la base vers l’équipe dirigeante de Un Autre Avenir.

Les Sénégalais se sont lassés de la politique politicienne et beaucoup ne s’y intéressent plus, et même certains s’y détournent complétement. Il faut nécessairement aller rencontrer les gens et leur expliquer qu’il est encore possible de pratiquer une autre politique à même de changer les comportements et de remettre la citoyenneté et le patriotisme au cœur de l’action politique.

A Ancône, nous avons rencontré des leaders très engagés dans des partis et mouvements politiques, à qui nous avons expliqué la philosophie de Un Autre Avenir, qui peut se résumer à : rassembler tous les Sénégalais vers un objectif commun pour développer notre pays.

Suite à cette rencontre, nous sommes convaincus que la compréhension de notre démarche ne souffre d’aucun doute auprès de ceux qui étaient présents. Nous sommes sortis de ces échanges confiants que le message porté par notre mouvement a reçu un écho favorable et que nous avons réussi à enrôler des militants qui vont porter ce message à la connaissance de tous les Sénégalais d’Italie.

Il était question aussi d’aller à la base pour mieux s’imprégner des préoccupations de la diaspora et de prendre connaissances des solutions pensées par elle-même, pour elle-même, avant de les intégrer dans notre projet politique et de globaliser les réponses avec l’ensemble des questions que se posent tous les Sénégalais, d’où ils se trouvent sur cette terre.

Nous pensons révolue l’époque où les hommes politiques venaient avec des solutions souvent empruntées des pays développés pour répondre à la demande des populations. Maintenant la stratégie politique répondant aux exigences des populations doit être élaborée avec ces dernières. C’est ce que nous croyons à Un Autre Avenir et c’est ce que nous sommes en train de faire avec ces rencontres qui ont commencé en Italie, mais qui vont se poursuivre et s’étendre partout où il y a des Sénégalais.

Après le lancement du mouvement prévu au mois de janvier au Sénégal, nous allons entamer une tournée nationale et internationale pour expliquer aux Sénégalais le mouvement Un Autre Avenir, en espérant y faire adhérer le plus grand nombre, avant d’entamer les combats politiques futurs, avec plus de chance de réussite.

A l’entame de cette petite tournée italienne, débutée à Ancône et qui va se poursuivre ce dimanche à Brescia, nous avons toutes les raisons d’être optimistes, vu l’accueil, la richesse des échanges et le degré d’engagement des Sénégalais dans la démarche inédite de Un Autre Avenir.

L’Italie, (après Paris où nous avons lancé la plateforme numérique), a donné le top départ. Espérons que le lancement au Sénégal va impulser la cadence et que les tournées dans les autres contrées où résident des Sénégalais vont maintenir le tempo qui va nous permettre d’arriver dans les délais et en nombre à tous les rendez-vous où il est question de décider de l’avenir du Sénégal. 

Ibrahima Wade

Secrétaire général de Un Autre Avenir

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Décembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

Video galleries

logotwitterFacebook