Politique

Les maires francophones expriment leur solidarité envers Khalifa Sall

Brazzaville, capitale de la République du Congo, a accueilli samedi 25 mars une session de l'Association internationale des maires francophones (AIMF) qui s'est tenue en l'absence de son secrétaire général, le maire de Dakar Khalifa Sall, incarcéré depuis plus de deux semaines dans une affaire de détournement présumé de deniers publics dans son pays. Ses confrères se sont montrés solidaires à son endroit en rejetant sa démission. Ils ont appelé la justice sénégalaise à lui garantir un procès équitable.

A la tribune de la 85e session du Bureau de l'Association internationale des maires francophones (AIMF), présidée par le Premier ministre congolais Clément Mouamba, Hugues Ngouélondélé, maire de Brazzaville et Anne Hidalgo, maire de Paris se sont montrés solidaires à l'endroit du maire de Dakar Khalifa Sall. Ils ont appelé la justice sénégalaise à lui garantir un procès équitable.

Cette même solidarité a été réitérée par Abdelaziz El-Omari et André Kimbuta, respectivement maires de Casablanca et de Kinshasa.

« Par unanimité, le bureau de l'AIMF a refusé sa démission [du poste de secrétaire général, ndlr] et lui a exprimé sa solidarité. Le bureau a également pris d'autres initiatives. Il a mandaté le secrétariat permanent à prendre langue avec les autorités sénégalaises », a affirmé le maire de Casablanca.

« Nous savons que notre collègue, notre secrétaire général, Khalifa Sall, est innocent. Il paie par rapport à sa popularité. Je suis de ceux-là qui disent tout haut ce que les autres ont peur de dire », a renchéri le maire de Kinshasa, André Kimbuta.

Le maire de Dakar, Khalifa Sall, est incarcéré depuis le 8 mars pour détournement présumé des deniers publics.

RFI

MANIF' DE L'OPPOSITION DEVANT LA RÉSIDENCE PARISIENNE DE L'AMBASSADEUR : LE PIRE ÉVITÉ DE JUSTESSE, MACKY SALL MIS À L'ABRI

Le pire a été évité de justesse, vendredi 24 mars,  à la résidence de l’ambassadeur du Sénégal en France grâce au professionnalisme des gendarmes sénégalais. Ils ont réussi maîtriser les militants de l’APR qui voulaient aller se battre avec des opposants qui manifestaient devant la résidence.

Sous un chapiteau installé dans l’arrière cour de la résidence de l’ambassadeur du Sénégal en France, se tient une rencontre entre Macky Sall et des responsables des DSE d’Europe,vendredi 24 mars,  dans une ambiance bon enfant. Une ambiance bon enfant jusqu’au moment où des manifestants de l’opposition surgissent devant le portail de la résidence, scandant des slogans hostiles au chef de l’Etat, tels que "Macky Sall, voleur", " Macky Sall, dictateur ".

Dès qu'ils en étaient informés,  des militants enragés se ruèrent vers le portail pour aller casser du manifestant. Farba Ngom; Yakham Mbaye, secrétaire d’Etat à la Communication, et plusieurs responsables du parti présidentiel faisaient partie de l’expédition punitive. "Où sont les jeunes ? Qu'ils sortent", répétait Farba Ngom. Devenue encombrante pour lui, le secrétaire d'État à la Communication enlève sa veste, il fumait de colère. Quant à Émile Bakhoum, coordinateur de la Cojer/France, il avait l'air d'un fauve légèrement blessé. Un responsable de la DSE/Italie, qui avait juré quelques minutes avant que l'opposition ne pourrait plus jamais perturber les séjours de Macky Sall dans la diaspora, a du mal à se retenir. Démenti par les faits, lui aussi veut laver l'affront.

Fort heureusement, les gendarmes de la résidence ont réussi à annihiler la contre-offensive des "Apéristes" en fermant le portail de la résidence. Ils insistent pour l’ouvrir, les gendarmes résistent. Le tout dans une ambiance électrique. Pendant ce temps, Macky Sall est mis à l’abri, par mesure de sécurité.

Si le pire a été évité, c'est grâce au professionnalisme des gendarmes sénégalais.Car ils ont fait preuve de sang-froid, de bon sens, de fermeté, mais aussi et surtout bravoure pour pouvoir maîtriser le bataillon de militants de l'APR pressés de bouffer du manifestant. Le meeting reprend une demi-heure plus tard. Macky Sall fait sa deuxième entrée sous les ovations de ses  inconditionnels.

La violence est l’arme des faibles a réagi Macky Sall en wolof ."Ne vous inquiétez pas,car ce sont des épiphénomènes. On ne peut pas arrêter la mer avec ses bras.(...) Il ne faut pas répondre à la violence, car la violence, c'est l'arme des faibles. Ils veulent simplement faire du buzz, mais ne vous laissez pas distraire. La seule réponse, c'est de vous inscrire en masse sur les listes électorales et de remporter haut la main les élections législatives", a-t-il dit, l'air serein. Satisfait de la réussite de la manifestation, en dépit des menaces des responsables de la DSE/France, Cheikh Ahmed Tidiane Sall, coordinateur de la coalition Wattu en France dira: "Les menaces ne passeront pas et nous disons que la République est antérieure au président Macky Sall. Personne ne pourra bâillonner le peuple fier que nous sommes et qui illustre sa soif de liberté, peu importe le prix à payer."                                                                                      Cheikh Sidou SYLLA

Sénégal: bronca à l'Assemblée nationale autour de l'affaire Khalifa Sall

A Dakar, Khalifa Sall était à nouveau dans le bureau du juge jeudi 23 mars. En prison depuis deux semaines, le maire de Dakar, soupçonné d'avoir détourné 2,7 millions d'euros issus d'un fonds de l'Etat a été confronté avec ses principaux collaborateurs qui sont aussi inculpés dans ce dossier. Une affaire évoquée aussi à l'Assemblée nationale dans la soirée par le Premier ministre et qui a provoqué une bronca des députés proches de l’édile. Un dossier extrêmement sensible entre justice et bataille politique.

Khalifa Sall a passé cinq heures dans le bureau du juge. Confronté notamment au DAF de la mairie, le directeur administratif et financier.

A la sortie du tribunal, l'un de ses avocats, Me El Hadji Diouf a déclaré que le dossier était absolument vide. « On parlait de confrontation de tous les dangers. La montagne a accouché d’une souris parce que ceux qui devaient accuser Khalifa Sall ont dit qu’il n’avait rien fait, a-t-il affirmé. Donc, le maire est blanc comme neige. Aujourd’hui, on a blanchi le maire de Dakar… »

En fin de journée, c'est donc à l'Assemblée nationale que le débat s'est poursuivi. Les avocats accusent la justice d'être aux ordres de l'Etat pour casser la carrière politique de Khalifa Sall. Le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dione, a revendiqué au contraire l'indépendance de la justice. « Pourquoi un maire, pourquoi un député devrait être libre de faire tout ce qu’il veut, de commettre des infractions sans frais ? Nous ne sommes pas des va-t-en guerre, par contre nous sommes pour la loi et rien que la loi. L’égalité de tous les citoyens devant la loi », a-t-il souligné.

RFI

Secrétariat exécutif national du Ps : Le Ps brandit le sabre

«Désormais, les fauteurs de trouble seront traduits en conseil de discipline». Ces mots sont d’Abdoulaye Wilane, membre du secrétariat exécutif national du Ps et porte-parole du jour lors de leur assemblée générale qui s’est tenue hier, 22 mars à la maison du parti (Colobane).

C’est avec un ton ferme qu’Abdoulaye Wilane, membre du secrétariat exécutif national du Ps a fustigé hier, mercredi  22 mars à l’occasion de leur conseil restreint, l’attitude de certains de ces «soi-disant» camarades qui selon lui, «n’hésitent pas à salir le nom du parti par des gestes répressibles allant de la vente de fausses cartes d’adhésion aux querelles avec d’autres partis».

«Nous ne pouvons pas comprendre, ni tolérer que des soi-disant camarades siègent dans les instances du comité exécutif et passent leur temps à saper le moral du parti et à faire dans la dissidence. Qu’ils ne se cachent plus. A ces camarades, le parti a demandé, si tenter qu’ils soient encore dans le parti, à aller répondre à la commission de discipline », a-t-il martelé sans citer les «coupables».

Par ailleurs, Abdoulaye Wilane et compagnie ont accueilli au sein du Comité exécutif Dibcor Faye, représentant des Elèves et Etudiants Socialistes pour son dévouement à la cause du parti. «Nous prévoyons par ailleurs l’entrée d’autres membres au secrétariat exécutif du parti dans les autres régions», a-t-il préciser.

Khalifa Sall appelé à prouver son innocence

Par rapport à l’incarcération de l’édile de Dakar Khalifa Sall et membre du Ps, dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, Abdoulaye Wilane soutient : «le parti socialiste souhaite que toutes les personnes mises en cause puissent fournir les preuves de leur innocence pour recouvrer rapidement leur liberté».

Sudonline

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Juin 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Video galleries

logotwitterFacebook