Politique

Caravane de Mankoo Taxawu Senegaal dans la banlieue : Gakou met les pieds… dans les eaux de pluie

La coalition Mankoo Taxawu Senegaal a procédé à une caravane dans les localités de l’Unité 3 Parcelles Assainies et de Hamo Tefess. La caravane de El hadj Malick Gakou est allée à la rencontre de la caravane de Mankoo Taxawu Senegaal national au niveau du cinéma de l’Unité 3.

Les véhicules peinaient à se déplacer dans les grosses flaques d’eaux de pluies qui se sont formées sur la route. Les populations sont sorties pour demander des solutions face au calvaire. Devant les complaintes des populations, Malick Gakou s’est déchaussé avant de patauger dans les eaux. « Nous ne pouvons pas comprendre au cœur de Guédiawaye qu’on ait des inondations.

L’Etat dit avoir réglé le problème mais tel n’est pas le cas à l’Unité 3 », a fait savoir Malick Gakou avant de poursuivre ; « Je suis ici pour écouter et partager la souffrance et le combat des populations face à l’incurie du gouvernement, à l’incapacité du gouvernement à résoudre une question cruciale pour assurer le bien-être des populations sur la question des inondations ». 

SudOnline

Lu 57 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Accueilli en grande pompe à Dakar : Wade renoue avec la marche bleue

Après plusieurs mois d’absence  du Sénégal, l’ancien chef de l’Etat Abdoulaye Wade, tête de liste de la coalition gagnante Wattu Senegaal est rentré au bercail hier, lundi, pour battre campagne pour les législatives de 2017. Le Secrétaire général du Pds dont le Fokker 900 s’est posé à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor vers 17h ne sortira toutefois de l’aéroport qu’après 18h pour s’offrir un bain de foule. Impressionné par le monde fou venu l’accueillir, l’ancien président a improvisé une sorte de marche bleue jusqu’à la permanence Omar Lamine Badji où il s’est adressé aux militants.

Comme en 2014, l’ancien président Abdoulaye Wade a été accueilli en grande pompe par ses inconditionnels hier, lundi 10 juillet à Dakar, après une absence de plusieurs mois du Sénégal. A peine le seuil du salon d’honneur de l’aéroport Léopold Sédar Senghor franchi, la tête de liste de la coalition gagnante Wattu Senegaal, ovationnée par la foule immense qui scandait entre autres slogans «Gorgui moo bari doolé» et brandissant des posters à son effigie, improvise une marche bleue qui le ménera à la permanence nationale Mamadou Lamine Badji du Pds. Histoire, avec les militants venus nombreux l’accueillir, de combler le retard accusé dans la campagne pour les législatives du 30 juillet prochain qui a officiellement démarré en son absence dimanche dernier à 00h.

Auparavant, Me Wade a salué les dizaines de responsables de son parti et de la coalition gagnante Wattu Senegaal présents notamment Me Madické Niang, Woré Sarr, Pape Diop, Mamadou Lamine Diallo, etc. avant d’embarquer dans son gros véhicule de marque Chevrolet. Malgré un dispositif sécuritaire très important, la police et la gendarmerie seront débordées quand l’ancien chef de l’Etat sortira du toit décapotable de la voiture, pour saluer la foule. Il était alors impossible pour les forces de l’ordre de retenir les militants et sympathisants derrière les barrières et autres garde-fous érigés pour contenir le public qui se massifiait au fur et en mesure que la caravane avançait. C’est une file interminable de voitures, de militants et de curieux qui accompagneront l’ancien président durant tout le trajet.

Etabli en France depuis son départ du pouvoir en 2012, malgré un bref retour au bercail  en 2014, Me Wade est venu prêter main forte à la coalition dont il est la tête de liste pour les élections législatives. Mamadou Diop Decroix, l’un des leaders de la coalition Wattu Senegaal, profitant hier du temps d’antenne de sa liste, a expliqué que l’ex-chef de l’Etat se rendra à Tivaouane et Pire, ce mardi, pour présenter ses condoléances aux familles maraboutiques de ces deux localités. Abdoulaye Wade sera ensuite à Touba où il sera reçu par le khalife général des mourides, Serigne Sidy Makhtar Mbacké, avant de tenir un meeting à Mbacké, le même jour, a précisé Mamadou Diop Decroix sur la télévision nationale RTS1.

ABDOULAYE WADE SUR LES LEGISLATIVES DU 30 JUILLET : «Macky a déjà perdu, alors il manœuvre»

«Il faut que les gens arrêtent de spéculer sur mon âge ou sur ma conditions physique. Je suis un être humain et quel que soit mon âge, je travaille toujours. Je travaillerai toute ma vie. Je suis mouride et celui qui connait le mouridisme, sait qu’un de ses piliers est le travail. Tant que je vivrais, je travaillerais, alors ceux qui spéculent doivent arrêter. Je ne veux plus entendre quelqu’un venir me dire de me reposer, c’est à eux de se reposer. Je ne me repose pas, je me sens bien». L’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade annonçait ainsi la couleur face aux militants, inconditionnels et autres curieux qui l’ont accompagné à la permanence nationale Omar Lamine Badji. «Je remercie les millions de militants qui m’ont accueilli. Ce qui s’est passé aujourd’hui, jamais on ne l’a vu au Sénégal», a dit Me Wade avant de s’en prendre à son successeur, le président Macky Sall. «Rien n’a changé au Sénégal! Macky Sall n’a rien fait à part construire un pont. Des ponts, j’en ai construit à Dakar et partout au Sénégal. Je ne peux même pas les compter».

Toutefois, Me Wade a lancé un appel pour des élections apaisées et transparentes. «Je lance un appel à Macky Sall pour des élections paisibles et transparentes. Il ne faut même pas qu’il songe à reporter la date des élections. Il sait qu’il a déjà perdu, alors il manœuvre. Il avait la majorité, mais il ne l’a plus. S’il ne veut pas rester pour subir sa défaite, je peux lui prêter mon avion là qui m’a emmené au Sénégal». Aussi a-t-il menacé le président Sall en ces termes: «je peux le retenir jusqu’à demain midi, pour que lui, sa femme, ses enfants et ses proches puissent quitter le pays avant que la CREI ne lui fasse des misères...»

WADE ECHAPPE DE PEU A UNE CHUTE

L’estrade érigée à l’occasion pour permettre à Me Wade de s’adresser au public a failli gâcher la suite de l’accueil à lui réservée. En effet, une partie de cette estrade s’est effondrée sur l’asphalte de la permanence Oumar Lamine Badji. La surcharge sur les podiums est passée par là. N’empêche, resté serein, Wade a continué son discours après quelques moments de flottement.

SudOnlinne

Lu 55 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Bradage du littoral : Moctar Ba accuse Wade et interpelle Macky Sall

Invité de l’émission Objection hier, dimanche 9 juillet, Moctar Bâ, expert-comptable et président de la Plateforme pour l’Environnement et la réappropriation du Littoral (Perl) a dénoncé le bradage du domaine maritime sénégalais en violation totale de la loi sur le domaine national.

Dans la foulée, il a qualifié la situation d’occupation actuelle du littoral de dramatique du fait de l’incapacité des hommes politiques à capitaliser les bonnes pratiques.

En effet, estimant que le «symbole le plus fort que Senghor a laissé à ses amis socialistes et aux Sénégalais, c’est sans doute le littoral et la montre», le président de la Plateforme pour l’Environnement et la réappropriation du Littoral a déploré le changement de la politique de protection du littoral sous le régime libéral de Me Abdoulaye Wade.

n président qui, selon lui, a adopté une politique totalement différente avec celle de Senghor qui disait à l’époque qu’on ne touche pas le littoral et chaque fois qu’il est question d’y construire quoi que ce soit, il buchait les plans comme on buche un devoir d’examen.

Poursuivant son propos, Moctar Bâ a également rappelé à l’actuel chef de l’État son engagement de mettre de l’ordre dans l’occupation de la côte sénégalaise.  

Sudonline

Lu 73 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Modification de l’article l 78 du code électoral le Pr Ismail Madior Fall donne sa caution

Lors de la troisième session du forum des études politiques, organisée par l’Association des étudiants en Sciences politiques (AESPO), ce samedi 08 juillet à l’Ucad, pour rendre hommage au professeur Ismaila Madior Fall et par la même occasion remettre aux 35 lauréats de la 5ème promo des Sciences Politiques leurs parchemins, le ministre conseiller juridique du président Sall s’est saisi de l’occasion pour cautionner la modification de l’article L78 du code électoral. Cette modification vise notamment à simplifier le vote de l’électeur lors des législatives du 30 juillet.

En effet, le projet de loi portant modification de l’article L78 du code électoral crée beaucoup de remous et de division au sein de la classe politique sénégalaise. Voté le jeudi 06 juillet par la majorité des députés de l’assemblée nationale, le projet de loi n°22/2017 portant modification de la loi n°2017-12 du 18 janvier, constitue selon certains une violation du protocole de la CEDEAO, comme le député non inscrit Me El Hadj Diouf, la coalition Mankoo Taxawu Senegaal du maire emprisonné Khalifa Sall ou encore  celle de Mankoo Wattu Senegaal d’Abdoulaye Wade (pour n’en citer que ceux-là ndlr). Pour d’autres par contre, à l’image du constitutionnaliste Ismaila Madior Fall, cette modification ôte le supplice à l’électeur de choisir seulement 5 bulletins à la place des 47 initialement prévus et cela, sans pénalité aucune.

De l’avis du professeur Ismaila Madior Fall,« quand il y a un problème qui est réel et qui est susceptible de menacer le processus électoral, soit en rendant compliqué le déroulement des opérations électorales, soit en décourageant les électeurs à se rendre aux urnes et les opérations électorales vont prendre beaucoup de temps, il est impératif, il est nécessaire  que les acteurs discutent pour voir comment anticiper pour faire en sorte qu’il n’y ait pas beaucoup de désagréments au niveau de la tenue du scrutin ». Et de poursuivre : « les acteurs l’ont fait sous la supervision de la CENA. Je pense que la CENA était bien placée parce qu’elle est censée être un superviseur et un observateur indépendant de ces élections. Même si cette décision n’a pas été votée à l’unanimité, je pense que la majorité l’a acceptée sous le contrôle de la CENA », a-t-il expliqué.

Par rapport à la nouvelle loi qui viserait à faciliter le vote de l’électeur face à la pléthore de listes, le constitutionnaliste a salué cette mesure prise. « La question qu’on doit se poser, c’est de savoir si cette mesure va contribuer à faciliter l’organisation du scrutin, et est-ce que cette mesure va contribuer à atténuer les effets négatifs de la présence de 47 listes aux législatives ? Et je pense qu’aujourd’hui, si on reste objectif, si on reste raisonnable, si on essaie de rester lucide ; on peut penser que c’est une mesure qui essaie de contribuer à limiter les effets négatifs de la pléthore de liste », avait-il renchéri.

«Violation» du protocole additionnel de la CEDEAO

Revenant par ailleurs sur le protocole de la CEDEAO que d’aucuns considèrent comme étant bafoué avec la modification de l’article L78, le professeur Ismaila Madior Fall y a apporté des précisions. « Je pense que pour le protocole additionnel de la CEDEAO, il faut évoquer la lettre et l’esprit. L’esprit, c’est le fait de faire en sorte pour la majorité qu’il y ait la possibilité de prendre des mesures unilatérales qui menacent le processus démocratique, qui menacent la crédibilité des élections. Le protocole de la CEDEAO veut éviter qu’une majorité politique utilise sa position de majoritaire pour prendre des mesures qui affectent la crédibilité et la sincérité du processus électoral », a-t-il retorqué.

Sudonline

Lu 82 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Août 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Video galleries