Politique

Majorité aux élections législatives et gagner, au premier tour, la présidentielle de 2019 : Macky livre sa recette

Le président Macky Sall a donné trois directives au secrétariat exécutif national de l’Alliance pour la République pour obtenir une majorité confortable aux élections législatives de 30 juin 2017 et gagner, au premier tour, la présidentielle de 2019. Il invite les militants à «raffermir l’unité, renforcer la discipline du parti et rester mobilisés ».

Au lendemain de l’élection des hauts conseillers des collectivités territoriales, Macky Sall avait décliné deux grands défis devant le Secrétariat exécutif national de l’Alliance pour la République pour accentuer les changements en cours et accélérer la réalisation du projet d’émergence du Sénégal.  Il s’agissait bien évidemment, selon lui, d’obtenir une majorité confortable aux élections législatives de juin 2017 et gagner, au premier tour, la présidentielle de 2019. En relevant ces deux défis, il est question, dit-il, de conforter l’option de cohérence et d’efficacité de nos institutions soutenue par le peuple sénégalais à l’occasion des différents scrutins depuis 2012.

Pour ce faire, le président de la République invite les militants et responsables du Parti et de la Coalition Benno Bokk Yaakaar, de «raffermir l’unité, de la solidifier davantage, de conforter la discipline de parti et de rester mobilisés pour les batailles à venir et de nouvelles victoires ». Ainsi, le président de l’Apr donnait le tempo en perspective des élections législatives du 30 juillet 2017. Car l’enjeu principal, selon lui, est de « conquérir ou de conserver le Pouvoir. La conquête acquise, il reste à pérenniser son unité, renforcer sa capacité à gérer cette diversité en mettant en avant le projet collectif et l’intérêt général».

« L’unité nous renforce dans un espace de compétition qui laisse peu de place à la concession, la compromission et les polémiques stériles. Nos adversaires veulent nous affaiblir et nous, nous voulons nous renforcer. Nos divisions nous affaiblissent, donc elles renforcent nos adversaires. De la même manière, notre unité nous renforce, donc elle les affaiblit nos adversaires », persiste le président de l’Apr.

Si l’unité nous a permis de gagner toutes les batailles électorales depuis 2012, il n’en demeure pas moins qu’elle n’est, insiste Macky Sall, cependant jamais acquise définitivement, elle est un combat.

«Chaque militant doit avoir la claire conscience que la construction et la sauvegarde de l’unité du parti lui incombent au premier chef. C’est dans l’unité que nous pouvons faire efficacement face à l’adversité », a t-il déclaré devant le Secrétariat exécutif.

Développer l’esprit de solidarité et renforcer la discipline

Poursuivant son discours, le président de la République prône aussi le développement de l’esprit de solidarité qui doit, selon lui, guider notre action collective lorsque le consensus est trouvé ou lorsque la règle du jeu est appliquée. En plus de cela, Macky Sall préconise « la discipline qui cimente le parti et lui donne la force et la cohérence qu’il faut pour entreprendre des actions collectives. Déplorant certains comportements de ses responsables, Macky Sall s’est indigné de la latitude de certains «prompts à se répandre dans la presse tandis que d’autres se livrent à des chantages inadmissibles dans le parti ».

« On assiste également à des pratiques qui n’honorent personne, encore moins leurs auteurs. Comment comprendre que des militants de haut niveau prennent sur eux la responsabilité de divulguer les délibérations du parti à usage strictement interne? Et que d’autres étalent sur la place publique les minutes de réunions d’instance? », avait fustigé le Président Sall. Non sans inviter les militants à maintenir cette grande tradition de dynamisme, du sens de l’initiative et de la solidarité.

Des réalisations brandies

Dans le domaine du social, Macky Sall rappelle la baisse substantielle des prix des denrées de première nécessité, la revalorisation des pensions de retraite, la baisse de l’impôt sur les salaires, la bourses de sécurité familiale, le renforcement du transport public urbain. Il ajoute : « la couverture maladie universelle, la gratuité des soins de santé pour les enfants de 0 à 5 ans ainsi que pour les femmes qui doivent subir la césarienne ou encore les insuffisants pénaux, la carte d’égalité des chances, les initiatives hardies pour apporter l’eau potable et l’électricité aux populations rurales, représentation des Sénégalais de l’extérieur à l’Assemblée nationale, entre autres mesures en faveur de la diaspora.

Sur le plan économique, Macky Sall a fait savoir que le « pays présente une signature crédible sur tous les marchés financiers. Une véritable révolution s’opère en faveur des paysans avec la mécanisation de l’agriculture, la maîtrise de l’eau. Notre objectif d’autosuffisance alimentaire, en riz en particulier, est à portée de main ».

Revenant sur les programmes d’urgence mis en œuvre pour améliorer les conditions et le cadre de vie des populations, Macky Sall avait cité en exemple le «Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), du Programme d’urgence de modernisation des axes frontaliers (Puma) et de Promovilles (Promotion des Villes) ».

Sudonline

Lu 81 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Législatives 2017–tête de liste Benno Bokk Yaakar : Macky choisit le tandem Dionne-amadou Ba

Le président de la République, Macky Sall a choisi Mahammed Boun Abdallah Dionne pour diriger la liste de la coalition Benno Bokk Yaakar en perspective des élections législatives prévues le 30 juillet prochain. Le Chef de l’Etat a porté son choix sur son capitaine d’équipe pour exhiber ses réalisations et décliner les grands axes de ses programmes sociaux dans le but de mieux «charmer» les électeurs. Quant à la bataille de Dakar, elle a été confiée à Amadou Bâ. Le ministre de l’économie, des finances et du plan a été choisi pour barrer la route à Khalifa Sall et Compagnie qui ont jeté leur dévolu sur Bamba Fall ; alors que la coalition Wattu pilotée par Me Wade au niveau national, a porté son choix sur Joseph Sarr à Dakar. Enfin, pour son dernier baroud d’honneur, Moustapha Niasse s’est engagé dans la conquête de Nioro, alors que Aliou Sall et Abdoulaye Timbo respectivement frère et oncle du chef de l’Etat auraient été purement et simplement écartés des listes.

Ça y est ! Le président de la République, Macky Sall, par ailleurs président de la coalition Bennoo Bokk Yaakar (au pouvoir) a porté son choix sur Mahammed Boun Abdallah Dionne pour diriger la liste nationale de cette coalition en perspective des élections législatives du 30 juillet prochain. L’information a été livrée hier soir par le mandataire de ladite coalition, par ailleurs, ministre-conseiller, Benoit Sambou. 

Selon des sources dignes de foi, le Président Sall a expliqué son choix par le fait que son Chef de Gouvernement serait le mieux à même à mener la campagne en s’appuyant sur ses programmes sociaux et autres réalisations depuis son accession à la magistrature suprême le 25 mars 2012.

AMADOU BA, TETE DE LISTE DEPARTEMENTALE A DAKAR

Alors que des rumeurs les plus loufoques ont avancé le nom du ministre du tourisme et des transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck pour diriger la liste départementale de Dakar, des sources dignes de foi, nous informent que Macky Sall a plutôt porté son choix sur l’argentier de la République, Amadaou Bâ. Le ministre de l’Economie, des finances et du plan. Son collègue de la gouvernance locale, du développement et l’aménagement du territoire, Abdoulaye Diouf Sarr, est relégué à la 3ème place.

MOUSTAPHA NIASSE A NIORO

Quid de Moustapha Niasse, l’actuel président de l’Assemblée nationale ? Nos sources nous ont confié que l’enfant de Keur Madiambel a accepté de retourner à la base pour être tête liste départementale à Nioro.

Au niveau de Thiès, le président de la coalition de BBY, qui s’est récemment séparé du patron des cadres de l’APR, et désormais ministre de l’Energie, Thierno Alassane Sall, a porté son choix sur Siré Dia, directeur général de La Poste pour affronter le leader de Rewmi, Idrissa Seck.

Dans la région de Matam, le Premier questeur de l’Assemblée nationale, Daouda Dia, frère du milliardaire Harouna Dia devrait diriger la liste départementale à Kanel. Farba Ngom devrait lui aussi relever le défi dans le département de Matam. Même si certaines sources avancent le nom de l’édile de la ville, Mamadou Mory Diaw. A Ranérou, le choix aurait été porté sur Aliw Dembourou Sow.

AÏSSATA TALL SALL «PORTE» DES FRUSTRES

Leader du mouvement «Oser l’Avenir» va supporter des «frustrés» de la coalition Benno Bokk Yaakar. Non contents d’avoir été choisis par le Chef de l’Etat, Macky Sall ou par stratégie, certains responsables de l’Alliance pour la République (APR) ont été portés à la tête de liste du mouvement lancé par la mairesse de Podor. C’est le cas de Mamadou Elimane Kane de Thiologne qui aurait été investi sur la liste départementale de Matam pour affronter Farba Ngom ou Mamadou Mory Diaw. A noter que Souleymane Barka Bâ se serait désisté à la dernière minute de rejoindre sur la liste de la Lionne de Podor, suite à une intervention du marabout Thierno Mouhamadou Samassa. Au total, une quarantaine de listes auraient été déposée. Ce qui va certainement poser la problématique du choix des couleurs

POUR EVITER D’ETRE FORCLOS A 20 MINUTES DE LA FIN DES DEPOTS :Des mandataires défoncent la porte

Les nerfs se sont chauffés hier, mardi 30 mai, à quelques minutes de la fermeture du dépôt des listes des coalitions et partis pour les élections législatives du 30 juillet prochain. A 20 minutes de la clôture, les mandataires venus nombreux déposés leur liste se sont rudement bousculés au niveau du portail d’entrée de la Direction générale des élections. En effet, des leaders comme Farba Senghor, Pape Samba Mboup, ou encore Bruno d’Erneville, Me El Hadji Diouf, avec certains mandataires ont dû faire recours à la force pour entrer. Devant l’obstination des préposés à la sécurité, notamment un policier et des Asp, décidés à faire régner  l’ordre, les mandataires, ont tout bonnement forcé le portail pour entrer. Ils étaient tous décidés à entrer de force pour éviter de connaitre une forclusion de leur liste. 

TETE DE LISTE DE LA COALITION GAGNANTE WATTU SENEGAL : Me Wade accepte de relever le défi

L’ancien chef de l’Etat Abdoulaye Wade est la tête de liste de la “Coalition gagnante Wattu Sénégal“. L’information a été livrée par le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo. Venu, avec les autres leaders de ladite coalition, notamment Pape Diop de Bokk Gis Gis, Oumar Sarr du Pds, ainsi que Mamadou Diop Decroix du Fpdr, Mamadou Lamine Diallo a révélé que Me Wade a accepté d’être la tête de liste nationale de leur coalition. Quant à la venue du président Wade, il indique que «certainement, il viendra après le mois de ramadan»

Revenant sur l’implosion de Mankoo Taxawu Sénégal, le député de Tekki a expliqué qu’ils n’ont pas pu s’entendre sur un certain nombre de choses. Toutefois, il a fait savoir que «quand tout cela sera fini, nous nous retrouverons pour suivre le processus électoral». Parce qu’à son avis, il y a des problèmes sur les listes électorales. Il a informé avoir écrit au président du Cena pour lui signifier «qu’il y a des numéros de 12 chiffres alors que ça doit comporter des numéros de 13 chiffres». Donc, pour lui, tout le monde est pour la déclaration du 4 mai, notamment de surveiller le processus électoral et battre le président Macky Sall.  

CANDIDATURE DE WADE A LA TETE DE LISTE DE WATTU SENEGAL : Pape Samba Mboup accuse Karim Wade de manipulation

Le dernier Directeur de cabinet de l’ancien président de la République, Pape Samba Mboup est foncièrement contre le choix de Me Abdoulaye Wade comme tête de liste nationale de la “Coalition gagnante Wattu Sénégal“ d’Oumar Sarr, Pape Diop, Mamadou Diop Decroix, et autre Mamadou Lamine Diallo. Venu déposer leur liste pour ces joutes, en compagnie de Farba Senghor, Pape Samba Mboup a déploré la candidature de Me Wade. Il a ainsi accusé le fils de l’ancien président, Karim Wade de «manipuler» son père. A son avis, c’est lui qui est derrière cette candidature. Pis, il a pensé que Karim Wade est à l’origine de tous les maux que connaissent actuellement le PDS. Il a par ailleurs informé que leur liste, dénommée “Mbollo Wade“ sera portée par Farba Senghor. Il a justifié leur refus d’aller avec la coalition dirigée par Me Wade, par le fait qu’ils sont exclus du Parti démocratique sénégalais (Pds).  

DEPOT DE LA LISTE DES ECOLOS “NATAL SENEGAL“ : Ali Aïdar dit œuvrer pour Macky Sall

Au moment où le chef de l’Etat, Macky Sall dit ne pas accepter une liste parallèle à celle de la coalition présidentielle, Benno Bokk Yakaar (Bby), l’ancien ministre de l’environnement, Ali Aïdar présente sa liste aux élections législatives du 30 juillet prochain. Le patron du parti des écologistes du Sénégal, qui a déposé sa liste dénommée “Natal Sénégal“ hier, mardi 30 mai vers 21h dit œuvrer pour le Président Macky Sall. Approché par la presse à sa sortie, Ali Aïdar explique que «nous sommes des écologistes qui nous battons au quotidien pour la préservation de nos ressources». C’est pour cela, explique-t-il, son parti a préféré participer à ces joutes pour qu’il y ait des écologistes au niveau de l’Assemblée nationale. A son avis, «c’est pour accompagner le gouvernement et le président Macky Sall dans sa mission d’œuvrer à améliorer les conditions des sénégalais». Sur les raisons du dépôt d’une liste parallèle à celle de Bby, alors qu’il affirme soutenir le président Macky Sall, Ali Aïdar indique que les écolos ont toujours été aux côtés du Président Macky Sall. «Mais, nous pensons que l’écologie doit être porté par les écologistes», précise-t-il. Donc, pour lui, le but est de porter le combat des écologistes et non de se liguer contre le régime en place. Il informe, par ailleurs, qu’il n’y a pas eu de tiraillement au sein de sa coalition. Le but pour eux et de ne pas permettre à des «voyous» de piller les ressources du pays.

THIENDELLA FALL, DIRECTEUR DES ELECTIONS : «Les mandataires ont 48 h pour procéder à un éventuel redressement»

Le Directeur des élections Thiendella Fall a informé qu’il n’y a pas possibilité de dérogation pour le dépôt des listes des partis ou coalitions de partis retardataires. Il a ainsi expliqué qu’il y aura un examen sommaire des listes. Selon lui, après le dépôt, la Commission va vérifier s’il n’y a pas des anomalies. Au cas où il y en aurait, ladite Commission va prendre contact avec le mandataire de ladite liste pour un éventuel redressement dans les 48h. Mais, il a tenu à préciser qu’il n’y a pas de problème pour le dépôt des listes. Il a indiqué, en fait, qu’un dispositif a été mis en place pour permettre un meilleur agencement des dépôts. Toutefois, il a précisé que jusqu’à 23h, seules 7 listes de partis politiques ont déposé. Pour les coalitions, il indique qu’elles attendent certainement la dernière minute pour le faire.

Au finish, des sources nous informent qu’il y a eu 45 listes et coalitions pour ces joutes. Un record pour des législatives au Sénégal. La grosse équation sera encore le choix des couleurs.

A noter que la publication définitive des candidats sera publiée par un arrêté ministériel, le 9 juin prochain.

Par Jean M. DIATTA ET ABDOULAYE THIAM

Sudonline

Lu 69 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Législatives 2017- Taxawu Sénégaal et la liste unitaire de l’opposition au placard : Mankoo éclate en trois pôles

A quelques heures du dépôt des listes de candidatures aux législatives, la coalition de l’opposition Mankoo Taxawu Senegaal a fini de voler pour de bon en éclats. Après Modou Diagne Fada qui a annoncé dans la matinée d’hier, lundi, son départ de la coalition de l’opposition et le lancement de Mankoo Yessal Senegaal, le Pds d’Oumar Sarr a porté sur les fonts baptismaux la coalition Wattù Senegaal, en compagnie de Aj, Bokk Gis Gis, Tekki et une vingtaine d'autres partis et associations et avec comme tête de liste nationale Me Abdoulaye Wade. Quant à la bande à Malick Gakou du Gp, Idrissa Seck de Rewmi et cie, elle envisage d’aller aux législatives sous la « dictée » de Khalifa Sall, conformément à la résolution du comité ad hoc de Mankoo Taxawu Senegaal.

La liste unitaire de candidatures aux législatives du 30 juillet prochain, tant chantée par  l’opposition significative regroupée autour du Pds, de Rewmi, d’Aj, du Grand parti, de Bess du niak, du Fsd/Bj et tutti quanti n’aura finalement été qu’un vœu pieux de leaders politiques qui n’ont su dépasser leurs clivages, calculs politiciens et choc des egos.

Après les blocages nés des concertations autour de la tête de liste nationale, les conciliabules pour trouver un consensus avec le camp des pro-Khalifa Sall et celui des libéraux, la coalition a fini par exploser en mille morceaux, pour ne pas dire en trois pôles. A moins de vingt-heures du dépôt des listes de candidatures aux législatives, Modou Diagne Fada a été le premier à prendre ses responsabilités et annoncer son départ de Mankoo Taxawu Senegaal.

L’ancien président du groupe parlementaire du Pds et leader de Ldr/Yessal a vivement dénoncé ainsi hier, lundi, les divergences qui ont fini de secouer cette alliance de l’opposition au cours d’un point de presse avant  de lancer sa propre coalition sous la dénomination de Mankoo Yeesal Senegaal. Face à la presse, le président de Ldr (Les Démocrates Réformateurs/ Yeesal) a annoncé en effet qu’il ira aux élections législatives du 30 juillet prochain sous sa propre bannière et qu'il est en train de discuter avec d'autres partis politiques pour pouvoir aller à la pêche aux voix des Sénégalais. «Notre calendrier républicain nous conduit aujourd’hui à nous pencher sur les élections législatives du 30 juillet 2017 auxquelles Ldr/Yeesal prendra part… Nous irons à la rencontre des électeurs sous le titre d’une coalition. Nous sommes en train d’en discuter avec beaucoup de formations politiques. Aujourd’hui, nous allons même déposer le nom de la coalition que nous avons appelé Mankoo Yeesal Senegaal», a dit sans fioritures Modou Diagne Fada. Non sans fustiger l’attitude des leaders qui a conduit à la rupture au sein de Mankoo Taxawu Senegaal.

LE PDS CREE WATTU SENEGAAL

La question de la tête de liste nationale devant conduire la coalition Mankoo Taxawu Senegaal n’ayant pas été vidée par les leaders de l’opposition significative, le Pds (premier parti de l’opposition) a préféré aller à la quête des suffrages sous une bannière autre que celle de Taxawu Senegaal. Accompagné d’And Jef de Mamadou Diop Decroix, de Bokk Gis Gis de Pape Diop, de Tekki de Mamadou Lamine Diop  et d’une vingtaine d'autres partis et associations, le Pds d’Oumar Sarr a porté sur les fonts baptismaux la coalition Wattù Senegaal. Une coalition qui compte aller aux législatives sous sa propre bannière avec comme tête de liste l'ancien Président Abdoulaye Wade et qui se veut « une coalition gagnante».

Le troisième pôle qui émerge de  Mankoo Taxawu Senegaal, à l’absence de consensus entre le camp de Khalifa Ababacar Sall et celui du Pds qui se disputaient la tête de liste nationale, est celui des anciens membres de Bennoo Bokk Yaakaar, aujourd’hui de plein pied dans l’opposition. Selon une source proche du dossier, cette troisième voie va déposer sa liste aujourd’hui autour de ce camp qui regroupe des partis comme Rewmi d’Idrissa Seck, le Grand parti de Malick Gakou, Bess du niak de Mansour Sy Djamil, le Fsd/Bj de Cheikh Bamba Dièye,  Initiative 2017 avec And Pencoo de Moussa Tine, Anc du maire des Parcelles assainies Moussa Sy, Parti socialiste (PS) des valeurs et du Mouvement d’initiatives et d’Actions, Taxawu Dakar de Khalifa Sall. Un leader emprisonné dans le cadre de l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar et qui est appelé a être le fer de lance de la coalition, comme déjà établi par le comité ad hoc de la coalition Mankoo Taxawu Senegaal.

SudOnline

Lu 79 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Sénégal: l'ancien président Wade tête de liste d'opposition aux législatives

Au Sénégal, Abdoulaye Wade est de retour dans l'arène politique. Alors qu'il vient de fêter ses 91 ans, l'ex-président a été désigné tête de liste d'une nouvelle coalition créée autour de son parti, le Parti démocratique sénégalais.

Il est pour le moment silencieux, comme son fils Karim exilé depuis un an au Qatar, comme les cadres du parti au Sénégal et c'est donc Mamadou Diop Decroix, l'un des leaders de la toute nouvelle coalition, qui a confirmé qu'Abdoulaye Wade était tête de liste pour les législatives du 30 juillet.

« La coalition que nous constituons, qui s’appelle "La coalition gagnante", a désigné le président Wade comme tête de liste de cette coalition », a-t-il déclaré.

Le retour d'Abdoulaye Wade n'inquiète pas Macky Sall et les membres de sa coalition. Comme le porte-parole du gouvernement Seydou Gueye : « Non, on ne peut pas avoir peur de Me Abdoulaye Wade. En onze ans, Abdoulaye Wade n’a réussi à construire qu'onze ponts. En cinq ans, nous en avons réalisé douze. Je l’ai toujours dit : c’est un homme du passé et du passif. »

En étant tête de liste nationale, Abdoulaye Wade a la quasi-certitude d'être élu député au soir du 30 juillet, mais il y a peu de chance qu'il vienne siéger à l'Assemblée, explique Mamadou Diop Decroix. « Il ne va pas revenir, être député à l’Assemblée, non. Ce qu’il représente c’est tout un espoir, c’est un symbole », explique-t-il.

Abdoulaye Wade devrait donc jouer le rôle de moteur pour cette nouvelle coalition qui abandonne donc Khalifa Sall, Malick Gackou et Idrissa Seck sur le bord de la route. Il reste une inconnue : s'il promet le retour de l'ex-président au pays, Mamadou Diop Decroix indique que la date « est un secret de campagne ».

Lu 51 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

AUDIO

A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Calendrier

« Juin 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30    

Video galleries