Filtrer les éléments par date : lundi, 07 janvier 2019

 

DEFINITIONCLASSE SOUS

La mythomanie correspond à un trouble caractérisé par une tendance au mensonge et à la fabulation. Cette manie peut être source d'une grande difficulté à s'adapter socialement pour le malade.


Croire à ses mensonges


Le mythomane se crée une autre réalité. Il est souvent persuadé de la véracité des mensonges qu'il invente. Les enfants sont tous des mythomanes physiologiques : en effet, leur imagination et leur inexpérience leur font inventer des mondes imaginaires auxquels ils croient sincèrement. Chez les adultes, cela est en revanche pathologique. D'ailleurs, selon les spécialistes, les adultes mythomanes ont conservé une part d'esprit infantile.

Selon le cas et le degré de gravité de la pathologie, plusieurs traitements existent pour aider le patient : généralement, ils consistent en une prise en charge psychothérapeutique, parfois associée à une thérapie cognitive et comportementale.


Jean-Claude Romand, un célèbre mythomane


Un fait divers particulièrement célèbre illustre la mythomanie, celui de Jean-Claude Romand. Il a menti à ses proches pendant 18 ans sur sa vie réelle en s'inventant une profession de médecin et de chercheur à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à Genève. Sur le point d'être découvert, il a assassiné sa femme, ses enfants et ses parents en 1993.

Doit-on excuser les mythomanes ?
La mythomanie, une pathologie aussi angoissante que fascinante, et qui est loin d'avoir livré tous ses secrets. Explications.
Isabelle Taubes

Sommaire

• Mythomanie n'est pas vantardise
• Deux menteurs peuvent-ils s'entendre ?
• Une pathologie du narcissisme, c'est-à-dire de l'amour de soi
• Une partie de poker
• L'excitante jouissance du mensonge
• Authentique guérison ?

Jeanne ment... comme elle respire. Elle raconte des histoires rocambolesques, où elle apparaît tour à tour infirmière en Afrique, ou assistante d'un grand professeur de psychiatrie... Bref, la madone des démunis ! Quand on l'interroge sur ses parents, elle évoque, blasée, une riche famille qui a fait fortune dans l'industrie pharmaceutique. Mais elle n'a que mépris pour cet argent, s'empresse-t-elle de préciser. A l'instar de tous les individus atteints de mythomanie, Jeanne s'invente des origines prestigieuses et des actions héroïques.
Ses mensonges sont son oxygène. Elle a besoin d'eux pour exister. Jeanne ne peut s'empêcher de mentir.

C'est cet automatisme irrépressible, fonctionnant en roue libre, qui fait de la mythomanie une maladie grave, et des mythomanes, des êtres fascinants et angoissants. En effet, nous mentant sans la moindre gêne, aussi sûrs d'eux et souriants que s'ils disaient vrai, ils nous renvoient à la nature incertaine du langage. Non, les mots ne sont pas entièrement fiables ; l'autre a toujours la possibilité de me mentir, de me tromper sans que je m'en aperçoive : rien, a priori, ne distingue une vérité d'un mensonge.
Mythomanie n'est pas vantardise
A découvrir
Pourquoi mentez-vous ?

Tous. Tous les jours. Ou presque. On affabule, on arrange les choses. D'ailleurs, c'est parfois salutaire. Sans une légère dose d'hypocrisie, la vie serait bien compliquée... Pour connaître les motivations de vos petits mensonges (et de ceux des autres), répondez honnêtement – c'est possible ! – aux questions de ce test.
On connaît mal la mythomanie : les ouvrages qui l'abordent ne sont pas légions et rarement accessibles au grand public. Du coup, on emploie ce terme à tort pour désigner, par exemple, la vantardise de celui qui nous abreuve de ses imaginaires exploits sportifs, de ses inexistantes performances professionnelles. Ou la tendance de certains à embellir la réalité pour se rendre plus intéressants aux yeux des autres, plus aimables. Mais eux, contrairement au vrai mythomane, savent pertinemment qu'ils mentent et sont prêts à le reconnaître. Ce n'est pas le cas de Jeanne.


D'ailleurs, aucun spécialiste n'est en mesure d'évaluer le degré de lucidité du mythomane. Nous avons tous des fantasmes «mégalos» qui nous permettent de protéger notre narcissisme, notre amour propre, face aux coups durs. Dès qu'un échec nous met le moral au plus bas, immédiatement une issue s'offre à nous : l'imagination. Nous nous voyons en bienfaiteurs de l'humanité, sauvant des êtres en détresse, et suscitant l'admiration de tous, ou bien membres d'une riche famille, d'un clan plus intéressant que le nôtre. Ce sont précisément les images de nos scénarios mégalos les plus courants que véhiculent les affabulations des mythomanes.


Mais généralement, nous savons que nos fantasmes ne sont que des fantasmes, et nous les gardons pour nous (sauf, ponctuellement, quand nous avons envie de paraître, face à un personnage dont nous cherchons l'admiration). Ce n'est pas le cas du mythomane, qui, lui, les vit sans recul.


Deux menteurs peuvent-ils s'entendre ?


Jeanne réussit à s'attirer l'affection d'une vieille dame, Madeleine, fascinée par cette jeune femme qui prétend avoir tourné le dos à une existence aisée pour se consacrer aux êtres souffrants. Elle l'engage pour s'occuper de son petit-fils, Antoine. Lui aussi ment, mais pour mieux escroquer ses semblables, les soulager de leur argent et de leurs bijoux. Deux menteurs peuvent-ils s'entendre ? Si le menteur « normal » – y compris l'escroc – trompe sciemment son interlocuteur, le mythomane se trompe d'abord lui-même : l'autre, en tant qu'individu, compte peu, il n'est que le réceptacle – certes, indispensable – de ses affabulations : même si ses thèmes de prédilection sont de nature à inspirer le respect, l'admiration, ses récits sont d'abord destinés à son propre usage. En fait, il se parle à lui-même.
Une pathologie du narcissisme, c'est-à-dire de l'amour de soi


Une vie de mythomane n'a rien de facile. Pour rester dans son monde fantasmatique, qui la protège de la dureté du réel, Jeanne doit en permanence briser les liens noués à la faveur de son errance mentale et géographique : partir, toujours partir. En effet, le pire, pour un mythomane, est d'être placé face à son mensonge et de perdre ainsi sa raison d'être. C'est pourquoi, lorsqu'il est découvert, le mythomane embraye immédiatement sur une nouvelle affabulation. Mais une part de son psychisme est entamé. Et c'est l'angoisse. De terribles crises d'angoisse, qui conduisent Jeanne tout droit à l'hôpital. Dont elle sort pour poursuivre ailleurs, autrement, la même existence.


Si le mythomane ne supporte pas la réalité telle qu'elle est, c'est d'abord qu'il ne se supporte pas lui-même tel qu'il est. Nous sommes là face à une pathologie du narcissisme, c'est-à-dire de l'amour de soi. « Tout mensonge emporte avec lui un désir, explique le psychanalyste Juan David Nasio en préface de l'ouvrage de Paul Ekman Pourquoi les enfants mentent (Rivages « Psychanalyse », 1991). Celui du mythomane est d'être reconnu... pour ce qu'il n'est pas. » Comme s'il lui fallait se dépeindre sous les traits d'un autre pour s'accorder le droit d'exister.


Une partie de poker


A l'inverse de ce que prétendait le grand psychiatre Ernest Dupré, la mythomanie n'est pas innée. C'est vers 3, 4 ans que les enfants commencent à s'essayer au mensonge : ils maîtrisent alors suffisamment bien le langage et ont désormais compris que les adultes ne savent pas tout ; on peut donc tenter de les tromper. Pour éviter une punition, obtenir une chose refusée...
C'est ainsi que naît le mensonge, celui, banal, dont nous ferons tous plus ou moins usage durant notre vie. Mais le mythomane, lui, par une sorte de décision de l'inconscient et pour éviter les frustrations, s'enfermera dans un univers factice. En fait, pour lui, le réel et la fiction sont équivalents. Le psychiatre Michel Neyraut compare d'ailleurs son existence à une partie de poker, dans laquelle le mythomane ne connaîtrait même pas son jeu. Il abat ses cartes, ses affabulations, « et si personne ne s'est récrié, c'est peut-être que cette carte était la bonne. Au fond, toute carte peut être la bonne ». Il y a une « jouissance » particulière dans la mythomanie : se faire croire à soi-même que tous les désirs sont possibles.


L'excitante jouissance du mensonge


Les mythomanes se recrutent dans tous les milieux. On observe qu'ils ont souvent eu des parents manipulateurs ou, à l'inverse, très crédules. Et qu'ils ont généralement très tôt souffert d'un manque de soutien psychologique – un père ou une mère absent(e), ou trop préoccupé(e) par ses problèmes ou un autre de ses enfants. D'où une précoce et intense solitude intérieure, qui les poursuit et que leur vie imaginaire s'efforce de combler. Mais l'attitude des parents n'est pas seule en cause : bien qu'aimé, le jeune mythomane a été insatisfait de son sort ; il aurait voulu avoir plus d'amour, des parents plus prestigieux.


Les psychothérapies qui viennent à bout des symptômes névrotiques sont rarement aussi efficaces concernant la mythomanie. Pour une bonne raison : si le mythomane est amené à en suivre une, c'est presque toujours à la demande de son entourage, inquiet pour lui, fatigué de ses frasques, de ses errances. Or, pour qu'une thérapie fonctionne, il est nécessaire que la personne qui présente des symptômes soit demandeuse. Lorsqu'il est pris d'angoisse – c'est-à-dire quand sa machine à fabuler se grippe –, le mythomane peut être tenté d'entamer un travail sur lui-même Mais dès que l'angoisse s'apaise, il part. Dans son inconscient, il préfère l'excitante jouissance du mensonge au plaisir tranquille de la réalité ordinaire. De plus, une thérapie est une rencontre avec la vérité, perspective plutôt inintéressante pour un être qui fuit le vrai.


Authentique guérison ?


Le mythomane est pourtant un habitué des services psychiatriques des hôpitaux. A cause de ses crises d'angoisse, qui l'y amènent en urgence, mais aussi parce qu'il arrive que ses mensonges le mettent en difficulté avec la loi et qu'il soit déclaré irresponsable. On le soigne alors avec des médicaments qui l'abrutissent. « Quand elle est à l'hôpital, ma fille a enfin l'air d'une personne normale. Parce qu'elle ne dit rien », explique, dans le film, la mère de Jeanne. Oui, la mythomanie peut faire place au mutisme, mais ne débouche pour ainsi dire jamais sur une authentique guérison. Difficile dans ces conditions de conseiller l'entourage d'un mythomane quant à l'attitude à adopter. Le suivre systématiquement dans ses mensonges, pour ne pas le heurter, ne l'aide pas : cela contribue à l'enfermer dans son monde imaginaire. Les dénoncer pour le forcer à accepter la réalité est inefficace : il a trop besoin de la fuir, c'est pour lui une question de survie. On reste donc très démuni devant cette pathologie – heureusement rare. En fait, face à la mythomanie d'un proche, il appartient à chacun d'« inventer » l'attitude adéquate. Sans hésiter à se faire conseiller par un psychiatre.


http://www.psychologies.com/Moi/Problemes-psy/Troubles-Maladies-

Publié dans Société

 

« Au sujet des dents, il faut que l'Afrique fasse de l'éducation bucco-dentaire une chose précieuse, un problème de santé publique.
On dit souvent ce que dieu a fait il ne faut y toucher ; mais dieu nous a donné la science et la technique pour améliorer notre existence. Je donne l'exemple des enfants dans les cours d'école qui sont moqués çà cause de la forme de leur bouche, etc; (toutes les races) et ces enfants sont seuls pour assumer ces affronts et cela les plonge dans une situation que les parents ne comprennent pas.
Ne banalisons rien, si vous avez les moyens de consulter un dentiste qui vous orientera si nécessaire vers un orthodontiste n'hésitez pas. Certains enfants n'aiment pas les dents de la chance pour la mâchoire avancée, les dents avancées, une petite bouche, des dents qui se chevauchent, etc, on peut y palier... Le diastème ou les dents du bonheur...Qu'on les appelle dents du bonheur, de la chance ou plus médicalement diastème, le problème est le même. Il y a un espace entre les dents. Dans certaines régions du monde, ce détail physique est même un signe de beauté. Mais cet espace peut aussi être corrigé. Ecoutons ceux qui pensent avoir besoin de correction pour mieux se sentir. Si la personne adulte aime son physique c'est son choix mais pour les enfants il faut être vigilant. » P B CISSOKO


Est-ce que votre prothèse dentaire est adaptée à la morphologie de votre visage?

Que ce soit une prothèse dentaire partielle ou complète, il est important de suivre une ligne directrice pour balancer celle-ci à votre visage. Pour donner à votre sourire un aspect naturel, il faut considérer plusieurs éléments, comme la forme de votre visage, la largeur de votre sourire, le dégagement de la lèvre du haut, la couleur de la peau, des cheveux, la couleur des dents restantes (s'il y a lieu) et votre sexe.


Morphologie du visage et des dents


La forme du visage est une bonne ligne directrice pour la forme des dents. Le visage est catégorisé en trois formes : ovale, carré et triangulaire. Comme vous pouvez le constater sur la photo, les morphologies du visage sont multiples. Il en est de même pour les dents. Si vous êtes une femme, les dents sont souvent plus de rondes tandis que les dents d'hommes sont généralement plus carrées. Certaines personnes présentent aussi des dents plus triangulaires.


Premier examen


Lorsque l'on effectue le premier examen, nous regardons plusieurs éléments, dont le dégagement du sourire. On ne veut pas seulement voir une rangée de dents droites. L'objectif est de créer un sourire :


• Simple;
• Esthétique ;
• Harmonieux;
• Adapté à la morphologie de votre visage


Le dégagement de la lèvre supérieure est aussi important à évaluer, car c'est ce qui nous donnera la longueur possible des nouvelles dents. Quelquefois, les gens veulent allonger leurs dents d'en avant, mais en prothèse on a une limite. Il ne faut pas voir la gencive rose de la prothèse. De toute façon les dents trop grosses ou trop longues, ce n'est pas très naturel !
En ce qui concerne la couleur des dents, j'ai remarqué qu'elles sont de plus en plus blanches. Quelquefois, elles le sont d'ailleurs trop! On voit parfois des sourires si blancs, que ce n'est pas naturel et impossible à atteindre avec des dents naturelles. Ainsi, lorsqu'un denturologiste fabrique une nouvelle prothèse et que le client veut des dents blanches, il faut regarder les dents actuelles. Lorsque l'on regarde le présentoir de couleur, on remarque rapidement qu'il y a un grand choix de dégradé de couleur ! Il a des tons avec des notes de jaune et d'autres plus gris, en plus des couleurs blanchies. Vous aller faire le choix final de votre futur sourire, mais je suis disponible pour vous guider dans le choix de la teinte et de la forme de vos futures dents. Je pourrai vous conseiller selon vos goûts afin d'harmoniser votre sourire à la morphologie de votre visage.


Que regarder chez les femmes


Si vous êtes une femme, il faut aussi évaluer des éléments qui vous sont propres. La manière donc vous vous maquillez sera considéré dans la conception de vos prothèse, car si vous portez des rouges à lèvres foncés, les dents paraissent plus pâles. Vous comprendrez que le même concept s'applique pour la couleur de votre peau et de vos cheveux.
Perte osseuse
L'adoption d'implants dentaires permettra de corriger un visage affaissé. Cette technique permet de limiter les pertes osseuses. En effet, avec une mâchoire fonctionnelle, la mastication sera complète, ce qui stimulera la masse osseuse du visage. Visionnez la vidéo suivante pour comprendre ce phénomène.
Malocclusions dentaires

Les principaux types de malocclusions dentaires
Le terme "occlusion" réfère à la relation des dents entre elles lorsque les mâchoires sont fermées. Pour bien comprendre ce qu'est une malocclusion, il faut aussi comprendre ce qu'est occlusion dentaire normale.


• Une "malocclusion" est une mauvaise relation entre les dents. En théorie, cela réfère à toute déviation ou variation d'une occlusion normale ou idéale telle que l'a conçue la "nature".
• En termes populaires, les gens réfèrent à différents problèmes d'occlusion comme étant des "dents croches" mais il y a beaucoup plus que le mauvais alignement des dents qui cause ces irrégularités.
• Dans la population nord-américaine, les problèmes d'occlusion les plus fréquemment rencontrés sont un manque d'espace causant de l'encombrement dentaire (chevauchement, rotations) et des dents supérieures qui sont trop avancées.


• Il est aussi fréquent de voir les dents supérieures antérieures qui surplombent excessivement celles du bas en les recouvrant partiellement ou complètement.
• Le domaine dentaire et orthodontique utilise un système de classification pour catégoriser et décrire les différents aspects et types de malocclusions. Le critère principal réfère à la relation des molaires entres elles mais plusieurs autres aspects sont aussi considérés (voir description plus loin).

Connaissez-vous vraiment votre bouche?


Quelle est la cause des malocclusions dentaires (étiologie)?


La plupart des malocclusions sont principalement d'origine héréditaire ou génétique. C'est ce qui explique que l'on rencontre souvent des problèmes similaires chez les membres d'une même famille. Des exemples de problèmes d'origine héréditaire sont le manque ou l'excédent d'espace entre les dents, des dents en trop ou absentes et des déséquilibres entre la forme et la grosseur des mâchoires. D'autres facteurs pouvant contribuer au développement des malocclusions sont des causes acquises, ou des éléments extérieurs (environnement) comme par exemple :


• Des habitudes chroniques de suçage de doigts qui pouvant exercer suffisamment de force pendant une période assez longue pour déplacer des dents;
• Des problèmes d'obstruction au niveau des voies respiratoires causant une respiration buccale chronique. Ceci peut affecter le développement des mâchoires et la position des dents;
• Une mauvaise position de la langue au repos ou pendant la déglutition;
• La perte prématurée de dents primaires ou permanentes suite à un accident, caries ou maladies de gencive et d'os supportant les dents.
• La perte de dents peut occasionner le déplacement des autres dents et contribuer au développement des malocclusions;
• Un traumatisme, accident ou un coup au visage qui pourraient causer des déplacements de dents.
Une étiologie multifactorielle
La cause exacte d'une malocclusion est difficile à déterminer mais on peut affirmer sans se tromper que l'hérédité et l'environnement sont toujours des facteurs contribuant au développement d'une malocclusion. S'ajoutent à ces deux causes principales une multitude de variables qui peuvent avoir une influence variable selon les cas.
Séquelles possibles d'une malocclusion dentaire
Les problèmes potentiels occasionnés par une malocclusion peuvent être divers. Ils peuvent apparaître rapidement ou à plus long terme. Ils peuvent être handicapants ou sans conséquences majeures avant plusieurs années. Voici les quelques problèmes souvent associés à la présence de malocclusions :

 Esthétique; des dents croches et mal placées sont souvent gênantes ou handicapantes au point de vue esthétique et peuvent affecter la confiance qu'on les personnes en elles-même.
o Fonction; plus une malocclusion est sévère, plus il est possible qu'elle affecte la fonction.
 Mastication; il est plus difficile de mastiquer convenablement avec des dents qui ne sont pas bien placées et qui n'ont pas un bon engrenage.
 Phonétique; des malocclusions sévères comme un décalage important entre les mâchoires ou des béances antérieures peuvent nuire à la bonne prononciation et affecter le langage.
 Problèmes articulaires; les malpositions dentaires influencent le fonctionnement des mâchoires et peuvent contribuer à l'apparition de problèmes aux articulations temporo-mandibulaires.
o Usure des dents; les dents mal alignées ne se touchent pas convenablement pendant la fonction et peuvent s'user prématurément, causant des bris de dents et autres problèmes de fonction.
o Entretien et hygiène buccodentaire ; des dents croches sont plus difficiles à nettoyer et peuvent favoriser l'accumulation de plaque dentaire et de débris, ce qui peut causer la carie dentaire et des problèmes de gencive. À long terme la gencive et l'os supportant les dents (le parodonte) peuvent être affectés.


 Croissance et développement des mâchoires; des décalages importants entre les mâchoires peuvent causer une déviation de la mandibule, empêcher que la mandibule puisse exprimer son plein potentiel de croissance vers l'avant, etc.


 La respiration et le passage de l'air dans les voies respiratoires supérieures peuvent être affectées par des mâchoires trop étroites ou trop courtes l'une par rapport à l'autre. Dans certains cas, ceci peut contribuer au ronflement et à l'apnée du sommeil.
o Symptômes divers; Certaines personnes rapportent que de symptômes comme des maux de tête, des migraines, des acouphènes, etc. se sont améliorés ou sont disparus suite à la correction d'une malocclusion. À noter que ceci est un effet secondaire bénéfique mais qu'on peut promettre l'amélioration de tels symptômes par des corrections orthodontiques.


Doit-on corriger toutes les malocclusions?


• Selon les études, on évalue que 20-25% de la population a une occlusion acceptable. Cette occlusion peut être qualifiée de "normale", "optimale" ou "idéale" mais on évite d'utiliser le terme "parfait" car cela ne signifie pas pour autant que la relation des dents entre elles (occlusion) soit "parfaite", ce qui n'existe qu'en théorie. Pour en savoir plus sur "la perfection".
• L'autre proportion de la population présente une forme de malocclusion quelconque mais est-ce que cela signifie que tous ces gens doivent être traités? Pas nécessairement...
• Les occlusions acceptables présentent une bonne relation fonctionnelle entre les dents d'une même arcade et entre les dents des arcades opposées. Il peut y avoir certaines rotations dentaires, du chevauchement minime ou modéré, quelques déviations, etc. mais dans l'ensemble, tout est fonctionnel.
• L'esthétique étant un critère assez subjectif, la personne considérant sa dentition et occlusion acceptables esthétiquement, ne nécessite pas de corrections ou un traitement orthodontique si la fonction est adéquate.


• À l'opposé, certaines personnes ont une occlusion acceptable et fonctionnelle mais désirent tout de même entreprendre un traitement pour corriger des malpositions légères et petit détails qu'elles considèrent inesthétiques. Ceci est une décision personnelle qui revient à chaque personne.


• Problèmes inévitables? La présence d'une malocclusion, même la plus sévère, n'est pas une certitude qu'il y aura des problèmes à long terme. Cependant, il y aura beaucoup plus de chances de développer des séquelles et problèmes, parfois irréversibles, en présence d'une malocclusion. Plus importante est la malocclusion, plus les conséquences peuvent être sévères.
• Les problèmes associés à une malocclusion ne se manifestent pas instantanément. Cela peut prendre plusieurs années, parfois des décennies avant de voir les dommages et séquelles causés par une malocclusion. C'est pourquoi, de façon générale, il est recommandé de corriger les malocclusions dès qu'elles apparaissent ou se développent, de façon précoce, pendant l'adolescence ou pendant la période de croissance selon le type de problème présent.


• Auto-correction possible? L'autre point à considérer est que la grande majorité des malocclusions et problèmes d'occlusion ne se corrigeront pas par eux-même, avec le temps ou la croissance seulement. Une intervention orthodontique sera nécessaire pour les corriger.
• Les dents croches ne s'aligneront pas complètement seules même si certaines interventions précoces comme des extractions sélectives peuvent sembler améliorer la situation temporairement pendant le développement dentaire des enfants.


• Il est vrai que certaines personnes ont une malocclusion, parfois importante, qu'elles garderont tout au long de leur vie mais cela ne signifie pas qu'elles n'ont pas de problèmes, parfois majeurs. Il existe des gens âgés ayant d'importantes malocclusions et qui ne semble pas en avoir souffert (esthétiquement, fonctionnellement ou autrement) tout au long de leur vie mais cela demeure une minorité. Malgré cela, qui sait quelle différence la correction de cette malocclusion aurait pu leur apporter?


• Donc... il n'est pas "nécessaire" de corriger toutes les malocclusions mais la présence d'une malocclusion importante constituera un certain handicap pour la plupart des personnes qui en sont affligées. Chaque personne est libre de déterminer ce qu'elle désire avoir comme dentition et occlusion pour elle-même.


Pourquoi corriger une malocclusion dentaire?


ou... quels sont les bénéfices potentiels ou bienfaits de l'orthodontie?
Bien que la motivation principale des patients lorsqu'ils considèrent entreprendre un traitement d'orthodontie est souvent l'amélioration de l'esthétique, les bénéfices qu'ils en retireront vont bien aux delà d'un beau sourire et des dents droites. En alignant correctement la dentition, les lèvres et les mâchoires, l'orthodontie peut contribuer à améliorer l'estime de soi et l'esthétique du visage.Des dents bien alignées sont plus faciles à nettoyer et à entretenir, ce qui peut aider à prévenir le développement de caries dentaires, de maladies des gencives et de destruction osseuse autour des dents pouvant mener à la perte éventuelle de dents.


Les gains fonctionnels ou l'amélioration de la fonction peuvent être tout aussi importants en minimisant :


les chances d'usure prématurée et de bris des dents ne fonctionnant pas bien ensembles;
• les difficultés masticatoires et de digestion;
• l'apparition de troubles de l'articulation de la mâchoire (articulations temporo-mandibulaires ou ATM);
• certains problèmes d'élocution.
L'orthodontie peut aussi permettre à aider :
• à mieux placer les dents en prévision de travaux prosthodontiques (ponts, couronnes, implants dentaires,
• le dentiste généraliste dans la planification des cas multi-disciplinnaires,
• à corriger des défauts osseux ou parodontaux,
• à fermer certains espaces, éliminant ainsi le besoin de ponts ou implants dentaires,
• à éliminer des dents problématiques (traitement de canal, endommagées, cariées, etc.) en les extrayant et en fermant les espaces,
• etc.
Bref, l'orthodontie... vous apportera bien plus que des dents droites!


Qu'arrivera-t-il si on ne corrige pas une malocclusion?


Cette question est l'une des plus fréquentes qui nous est posée par les patients ou leurs parents lors d'une consultation. Les gens s'inquiètent de ce qui pourrait leur arriver de néfaste à moyen ou long terme s'ils restent avec leur condition actuelle (malocclusion) sans vraiment s'interroger sur l'amélioration potentielle de leur condition dentaire et l'effet sur leur santé en général si des corrections orthodontiques étaient entreprises.


Steve Jobs, le fondateur visionnaire de Apple computers disait que "les clients ne savent pas ce qu'ils veulent jusqu'à ce qu'on leur montre"! Bien que cette citation s'applique au domaine technologique, il y a un certain parallèle à faire entre ce raisonnement et l'orthodontie. Souvent, les patients ne peuvent visualiser ou comprendre les possibilités de l'orthodontie jusqu'à ce qu'on leur en explique le potentiel. Ainsi, ils demandent s'ils peuvent demeurer ainsi (avec une malocclusion) ou corriger un seul aspect du problème d'occlusion mais, une fois qu'ils comprennent ce qui peut être fait en orthodontie, leur perception change souvent.


Nous croyons donc que notre rôle en tant qu'orthodontistes est de donner l'information nécessaire aux patients pour qu'ils puissent prendre une décision éclairée concernant leurs choix de traitement ou... de non traitement. C'est au patient de prendre la décision à la lumière de l'information qu'il aura reçue.

Les malocclusions peuvent-elles se corriger avec le temps et la croissance?


Cette question est aussi très fréquente. La réponse rapide à cette question est NON! Les gens ont parfois espoir qu'une malocclusion, simple ou complexe, s'améliore ou se corrige avec le temps ou la croissance. Les études épidémiologiques démontrent que tous les types de malocclusions (Classe I, II, III, les problèmes transverses, antéro-postérieurs, verticaux, de manque d'espace, etc.) ne s'amélioreront pas par eux-même. En fait, la plupart de ces problèmes s'aggraveront avec le temps sans intervention orthodontique.

(A, C) Exemple de malocclusion de type classe 2 (division 2) avec surplomb antérieur vertical (overbite) excessif à l'âge de 6,5 ans en dentition temporaire. (B, D) À l'âge de 14 ans, les dents permanentes ont remplacé les dents de lait (temporaires) mais la même malocclusion persiste malgré la croissance et le développement, ce qui est normal et typique.
Aucune intervention orthodontique
Les 2 cas suivants, qui n'ont eu aucune intervention orthodontique, présentent le même problème de largeur (occlusion croisée indiquée par les flèches) 3 ans (cas de gauche) et 20 ans plus tard (cas de droite).

Exemple démontrant que les occlusions croisées (flèches) ne "s'auto-corrigent" pas avec le temps, les années et la croissance.


• (A) À l'âge de 5 ans, ce garçon présentait un maxillaire supérieur étroit. Lors de la fermeture de la bouche, une interférence est présente entre les canines temporaires droites (cercle bleu). Dans cette position de fermeture incomplète, les lignes médianes des 2 mâchoires sont alignées (pointillés bleus).


• (B) Lors de la fermeture complète de la bouche, ce qui est nécessaire pour obtenir des contacts entre les dents postérieures et mastiquer, l'interférence "force" la mandibule à dévier vers la droite (flèche blanche) créant ainsi une occlusion croisée postérieure droite (flèches bleues) et une importante déviation des lignes médianes (lignes bleues). Nous référons à ce type d'occlusion croisée comme étant de nature fonctionnelle car, bien que la cause du problème soit un maxillaire trop étroit, c'est lors de la fonction (fermeture) que l'occlusion croisée devient apparente (occlusion croisée fonctionnelle).
• (C et D) 6 ans plus tard, soit à l'âge de 11 ans, les dents permanentes ont commencé à pousser et, malgré la croissance, la même constriction maxillaire est toujours présente avec l'occlusion croisée postérieure et la déviation des lignes médianes. Cette condition ne se corrige pas sans intervention orthodontique.


https://www.orthodontisteenligne.com/malocclusions-dentaires/

Publié dans Santé

 

« Au sujet des dents, il faut que l'Afrique fasse de l'éducation bucco-dentaire une chose précieuse, un problème de santé publique.
On dit souvent ce que dieu a fait il ne faut y toucher ; mais dieu nous a donné la science et la technique pour améliorer notre existence. Je donne l'exemple des enfants dans les cours d'école qui sont moqués çà cause de la forme de leur bouche, etc; (toutes les races) et ces enfants sont seuls pour assumer ces affronts et cela les plonge dans une situation que les parents ne comprennent pas.
Ne banalisons rien, si vous avez les moyens de consulter un dentiste qui vous orientera si nécessaire vers un orthodontiste n'hésitez pas. Certains enfants n'aiment pas les dents de la chance pour la mâchoire avancée, les dents avancées, une petite bouche, des dents qui se chevauchent, etc, on peut y palier... Le diastème ou les dents du bonheur...Qu'on les appelle dents du bonheur, de la chance ou plus médicalement diastème, le problème est le même. Il y a un espace entre les dents. Dans certaines régions du monde, ce détail physique est même un signe de beauté. Mais cet espace peut aussi être corrigé. Ecoutons ceux qui pensent avoir besoin de correction pour mieux se sentir. Si la personne adulte aime son physique c'est son choix mais pour les enfants il faut être vigilant. » P B CISSOKO


Est-ce que votre prothèse dentaire est adaptée à la morphologie de votre visage?

Que ce soit une prothèse dentaire partielle ou complète, il est important de suivre une ligne directrice pour balancer celle-ci à votre visage. Pour donner à votre sourire un aspect naturel, il faut considérer plusieurs éléments, comme la forme de votre visage, la largeur de votre sourire, le dégagement de la lèvre du haut, la couleur de la peau, des cheveux, la couleur des dents restantes (s'il y a lieu) et votre sexe.


Morphologie du visage et des dents


La forme du visage est une bonne ligne directrice pour la forme des dents. Le visage est catégorisé en trois formes : ovale, carré et triangulaire. Comme vous pouvez le constater sur la photo, les morphologies du visage sont multiples. Il en est de même pour les dents. Si vous êtes une femme, les dents sont souvent plus de rondes tandis que les dents d'hommes sont généralement plus carrées. Certaines personnes présentent aussi des dents plus triangulaires.


Premier examen


Lorsque l'on effectue le premier examen, nous regardons plusieurs éléments, dont le dégagement du sourire. On ne veut pas seulement voir une rangée de dents droites. L'objectif est de créer un sourire :


• Simple;
• Esthétique ;
• Harmonieux;
• Adapté à la morphologie de votre visage


Le dégagement de la lèvre supérieure est aussi important à évaluer, car c'est ce qui nous donnera la longueur possible des nouvelles dents. Quelquefois, les gens veulent allonger leurs dents d'en avant, mais en prothèse on a une limite. Il ne faut pas voir la gencive rose de la prothèse. De toute façon les dents trop grosses ou trop longues, ce n'est pas très naturel !
En ce qui concerne la couleur des dents, j'ai remarqué qu'elles sont de plus en plus blanches. Quelquefois, elles le sont d'ailleurs trop! On voit parfois des sourires si blancs, que ce n'est pas naturel et impossible à atteindre avec des dents naturelles. Ainsi, lorsqu'un denturologiste fabrique une nouvelle prothèse et que le client veut des dents blanches, il faut regarder les dents actuelles. Lorsque l'on regarde le présentoir de couleur, on remarque rapidement qu'il y a un grand choix de dégradé de couleur ! Il a des tons avec des notes de jaune et d'autres plus gris, en plus des couleurs blanchies. Vous aller faire le choix final de votre futur sourire, mais je suis disponible pour vous guider dans le choix de la teinte et de la forme de vos futures dents. Je pourrai vous conseiller selon vos goûts afin d'harmoniser votre sourire à la morphologie de votre visage.


Que regarder chez les femmes


Si vous êtes une femme, il faut aussi évaluer des éléments qui vous sont propres. La manière donc vous vous maquillez sera considéré dans la conception de vos prothèse, car si vous portez des rouges à lèvres foncés, les dents paraissent plus pâles. Vous comprendrez que le même concept s'applique pour la couleur de votre peau et de vos cheveux.
Perte osseuse
L'adoption d'implants dentaires permettra de corriger un visage affaissé. Cette technique permet de limiter les pertes osseuses. En effet, avec une mâchoire fonctionnelle, la mastication sera complète, ce qui stimulera la masse osseuse du visage. Visionnez la vidéo suivante pour comprendre ce phénomène.
Malocclusions dentaires

Les principaux types de malocclusions dentaires
Le terme "occlusion" réfère à la relation des dents entre elles lorsque les mâchoires sont fermées. Pour bien comprendre ce qu'est une malocclusion, il faut aussi comprendre ce qu'est occlusion dentaire normale.


• Une "malocclusion" est une mauvaise relation entre les dents. En théorie, cela réfère à toute déviation ou variation d'une occlusion normale ou idéale telle que l'a conçue la "nature".
• En termes populaires, les gens réfèrent à différents problèmes d'occlusion comme étant des "dents croches" mais il y a beaucoup plus que le mauvais alignement des dents qui cause ces irrégularités.
• Dans la population nord-américaine, les problèmes d'occlusion les plus fréquemment rencontrés sont un manque d'espace causant de l'encombrement dentaire (chevauchement, rotations) et des dents supérieures qui sont trop avancées.


• Il est aussi fréquent de voir les dents supérieures antérieures qui surplombent excessivement celles du bas en les recouvrant partiellement ou complètement.
• Le domaine dentaire et orthodontique utilise un système de classification pour catégoriser et décrire les différents aspects et types de malocclusions. Le critère principal réfère à la relation des molaires entres elles mais plusieurs autres aspects sont aussi considérés (voir description plus loin).

Connaissez-vous vraiment votre bouche?


Quelle est la cause des malocclusions dentaires (étiologie)?


La plupart des malocclusions sont principalement d'origine héréditaire ou génétique. C'est ce qui explique que l'on rencontre souvent des problèmes similaires chez les membres d'une même famille. Des exemples de problèmes d'origine héréditaire sont le manque ou l'excédent d'espace entre les dents, des dents en trop ou absentes et des déséquilibres entre la forme et la grosseur des mâchoires. D'autres facteurs pouvant contribuer au développement des malocclusions sont des causes acquises, ou des éléments extérieurs (environnement) comme par exemple :


• Des habitudes chroniques de suçage de doigts qui pouvant exercer suffisamment de force pendant une période assez longue pour déplacer des dents;
• Des problèmes d'obstruction au niveau des voies respiratoires causant une respiration buccale chronique. Ceci peut affecter le développement des mâchoires et la position des dents;
• Une mauvaise position de la langue au repos ou pendant la déglutition;
• La perte prématurée de dents primaires ou permanentes suite à un accident, caries ou maladies de gencive et d'os supportant les dents.
• La perte de dents peut occasionner le déplacement des autres dents et contribuer au développement des malocclusions;
• Un traumatisme, accident ou un coup au visage qui pourraient causer des déplacements de dents.
Une étiologie multifactorielle
La cause exacte d'une malocclusion est difficile à déterminer mais on peut affirmer sans se tromper que l'hérédité et l'environnement sont toujours des facteurs contribuant au développement d'une malocclusion. S'ajoutent à ces deux causes principales une multitude de variables qui peuvent avoir une influence variable selon les cas.
Séquelles possibles d'une malocclusion dentaire
Les problèmes potentiels occasionnés par une malocclusion peuvent être divers. Ils peuvent apparaître rapidement ou à plus long terme. Ils peuvent être handicapants ou sans conséquences majeures avant plusieurs années. Voici les quelques problèmes souvent associés à la présence de malocclusions :

 Esthétique; des dents croches et mal placées sont souvent gênantes ou handicapantes au point de vue esthétique et peuvent affecter la confiance qu'on les personnes en elles-même.
o Fonction; plus une malocclusion est sévère, plus il est possible qu'elle affecte la fonction.
 Mastication; il est plus difficile de mastiquer convenablement avec des dents qui ne sont pas bien placées et qui n'ont pas un bon engrenage.
 Phonétique; des malocclusions sévères comme un décalage important entre les mâchoires ou des béances antérieures peuvent nuire à la bonne prononciation et affecter le langage.
 Problèmes articulaires; les malpositions dentaires influencent le fonctionnement des mâchoires et peuvent contribuer à l'apparition de problèmes aux articulations temporo-mandibulaires.
o Usure des dents; les dents mal alignées ne se touchent pas convenablement pendant la fonction et peuvent s'user prématurément, causant des bris de dents et autres problèmes de fonction.
o Entretien et hygiène buccodentaire ; des dents croches sont plus difficiles à nettoyer et peuvent favoriser l'accumulation de plaque dentaire et de débris, ce qui peut causer la carie dentaire et des problèmes de gencive. À long terme la gencive et l'os supportant les dents (le parodonte) peuvent être affectés.


 Croissance et développement des mâchoires; des décalages importants entre les mâchoires peuvent causer une déviation de la mandibule, empêcher que la mandibule puisse exprimer son plein potentiel de croissance vers l'avant, etc.


 La respiration et le passage de l'air dans les voies respiratoires supérieures peuvent être affectées par des mâchoires trop étroites ou trop courtes l'une par rapport à l'autre. Dans certains cas, ceci peut contribuer au ronflement et à l'apnée du sommeil.
o Symptômes divers; Certaines personnes rapportent que de symptômes comme des maux de tête, des migraines, des acouphènes, etc. se sont améliorés ou sont disparus suite à la correction d'une malocclusion. À noter que ceci est un effet secondaire bénéfique mais qu'on peut promettre l'amélioration de tels symptômes par des corrections orthodontiques.


Doit-on corriger toutes les malocclusions?


• Selon les études, on évalue que 20-25% de la population a une occlusion acceptable. Cette occlusion peut être qualifiée de "normale", "optimale" ou "idéale" mais on évite d'utiliser le terme "parfait" car cela ne signifie pas pour autant que la relation des dents entre elles (occlusion) soit "parfaite", ce qui n'existe qu'en théorie. Pour en savoir plus sur "la perfection".
• L'autre proportion de la population présente une forme de malocclusion quelconque mais est-ce que cela signifie que tous ces gens doivent être traités? Pas nécessairement...
• Les occlusions acceptables présentent une bonne relation fonctionnelle entre les dents d'une même arcade et entre les dents des arcades opposées. Il peut y avoir certaines rotations dentaires, du chevauchement minime ou modéré, quelques déviations, etc. mais dans l'ensemble, tout est fonctionnel.
• L'esthétique étant un critère assez subjectif, la personne considérant sa dentition et occlusion acceptables esthétiquement, ne nécessite pas de corrections ou un traitement orthodontique si la fonction est adéquate.


• À l'opposé, certaines personnes ont une occlusion acceptable et fonctionnelle mais désirent tout de même entreprendre un traitement pour corriger des malpositions légères et petit détails qu'elles considèrent inesthétiques. Ceci est une décision personnelle qui revient à chaque personne.


• Problèmes inévitables? La présence d'une malocclusion, même la plus sévère, n'est pas une certitude qu'il y aura des problèmes à long terme. Cependant, il y aura beaucoup plus de chances de développer des séquelles et problèmes, parfois irréversibles, en présence d'une malocclusion. Plus importante est la malocclusion, plus les conséquences peuvent être sévères.
• Les problèmes associés à une malocclusion ne se manifestent pas instantanément. Cela peut prendre plusieurs années, parfois des décennies avant de voir les dommages et séquelles causés par une malocclusion. C'est pourquoi, de façon générale, il est recommandé de corriger les malocclusions dès qu'elles apparaissent ou se développent, de façon précoce, pendant l'adolescence ou pendant la période de croissance selon le type de problème présent.


• Auto-correction possible? L'autre point à considérer est que la grande majorité des malocclusions et problèmes d'occlusion ne se corrigeront pas par eux-même, avec le temps ou la croissance seulement. Une intervention orthodontique sera nécessaire pour les corriger.
• Les dents croches ne s'aligneront pas complètement seules même si certaines interventions précoces comme des extractions sélectives peuvent sembler améliorer la situation temporairement pendant le développement dentaire des enfants.


• Il est vrai que certaines personnes ont une malocclusion, parfois importante, qu'elles garderont tout au long de leur vie mais cela ne signifie pas qu'elles n'ont pas de problèmes, parfois majeurs. Il existe des gens âgés ayant d'importantes malocclusions et qui ne semble pas en avoir souffert (esthétiquement, fonctionnellement ou autrement) tout au long de leur vie mais cela demeure une minorité. Malgré cela, qui sait quelle différence la correction de cette malocclusion aurait pu leur apporter?


• Donc... il n'est pas "nécessaire" de corriger toutes les malocclusions mais la présence d'une malocclusion importante constituera un certain handicap pour la plupart des personnes qui en sont affligées. Chaque personne est libre de déterminer ce qu'elle désire avoir comme dentition et occlusion pour elle-même.


Pourquoi corriger une malocclusion dentaire?


ou... quels sont les bénéfices potentiels ou bienfaits de l'orthodontie?
Bien que la motivation principale des patients lorsqu'ils considèrent entreprendre un traitement d'orthodontie est souvent l'amélioration de l'esthétique, les bénéfices qu'ils en retireront vont bien aux delà d'un beau sourire et des dents droites. En alignant correctement la dentition, les lèvres et les mâchoires, l'orthodontie peut contribuer à améliorer l'estime de soi et l'esthétique du visage.Des dents bien alignées sont plus faciles à nettoyer et à entretenir, ce qui peut aider à prévenir le développement de caries dentaires, de maladies des gencives et de destruction osseuse autour des dents pouvant mener à la perte éventuelle de dents.


Les gains fonctionnels ou l'amélioration de la fonction peuvent être tout aussi importants en minimisant :


les chances d'usure prématurée et de bris des dents ne fonctionnant pas bien ensembles;
• les difficultés masticatoires et de digestion;
• l'apparition de troubles de l'articulation de la mâchoire (articulations temporo-mandibulaires ou ATM);
• certains problèmes d'élocution.
L'orthodontie peut aussi permettre à aider :
• à mieux placer les dents en prévision de travaux prosthodontiques (ponts, couronnes, implants dentaires,
• le dentiste généraliste dans la planification des cas multi-disciplinnaires,
• à corriger des défauts osseux ou parodontaux,
• à fermer certains espaces, éliminant ainsi le besoin de ponts ou implants dentaires,
• à éliminer des dents problématiques (traitement de canal, endommagées, cariées, etc.) en les extrayant et en fermant les espaces,
• etc.
Bref, l'orthodontie... vous apportera bien plus que des dents droites!


Qu'arrivera-t-il si on ne corrige pas une malocclusion?


Cette question est l'une des plus fréquentes qui nous est posée par les patients ou leurs parents lors d'une consultation. Les gens s'inquiètent de ce qui pourrait leur arriver de néfaste à moyen ou long terme s'ils restent avec leur condition actuelle (malocclusion) sans vraiment s'interroger sur l'amélioration potentielle de leur condition dentaire et l'effet sur leur santé en général si des corrections orthodontiques étaient entreprises.


Steve Jobs, le fondateur visionnaire de Apple computers disait que "les clients ne savent pas ce qu'ils veulent jusqu'à ce qu'on leur montre"! Bien que cette citation s'applique au domaine technologique, il y a un certain parallèle à faire entre ce raisonnement et l'orthodontie. Souvent, les patients ne peuvent visualiser ou comprendre les possibilités de l'orthodontie jusqu'à ce qu'on leur en explique le potentiel. Ainsi, ils demandent s'ils peuvent demeurer ainsi (avec une malocclusion) ou corriger un seul aspect du problème d'occlusion mais, une fois qu'ils comprennent ce qui peut être fait en orthodontie, leur perception change souvent.


Nous croyons donc que notre rôle en tant qu'orthodontistes est de donner l'information nécessaire aux patients pour qu'ils puissent prendre une décision éclairée concernant leurs choix de traitement ou... de non traitement. C'est au patient de prendre la décision à la lumière de l'information qu'il aura reçue.

Les malocclusions peuvent-elles se corriger avec le temps et la croissance?


Cette question est aussi très fréquente. La réponse rapide à cette question est NON! Les gens ont parfois espoir qu'une malocclusion, simple ou complexe, s'améliore ou se corrige avec le temps ou la croissance. Les études épidémiologiques démontrent que tous les types de malocclusions (Classe I, II, III, les problèmes transverses, antéro-postérieurs, verticaux, de manque d'espace, etc.) ne s'amélioreront pas par eux-même. En fait, la plupart de ces problèmes s'aggraveront avec le temps sans intervention orthodontique.

(A, C) Exemple de malocclusion de type classe 2 (division 2) avec surplomb antérieur vertical (overbite) excessif à l'âge de 6,5 ans en dentition temporaire. (B, D) À l'âge de 14 ans, les dents permanentes ont remplacé les dents de lait (temporaires) mais la même malocclusion persiste malgré la croissance et le développement, ce qui est normal et typique.
Aucune intervention orthodontique
Les 2 cas suivants, qui n'ont eu aucune intervention orthodontique, présentent le même problème de largeur (occlusion croisée indiquée par les flèches) 3 ans (cas de gauche) et 20 ans plus tard (cas de droite).

Exemple démontrant que les occlusions croisées (flèches) ne "s'auto-corrigent" pas avec le temps, les années et la croissance.


• (A) À l'âge de 5 ans, ce garçon présentait un maxillaire supérieur étroit. Lors de la fermeture de la bouche, une interférence est présente entre les canines temporaires droites (cercle bleu). Dans cette position de fermeture incomplète, les lignes médianes des 2 mâchoires sont alignées (pointillés bleus).


• (B) Lors de la fermeture complète de la bouche, ce qui est nécessaire pour obtenir des contacts entre les dents postérieures et mastiquer, l'interférence "force" la mandibule à dévier vers la droite (flèche blanche) créant ainsi une occlusion croisée postérieure droite (flèches bleues) et une importante déviation des lignes médianes (lignes bleues). Nous référons à ce type d'occlusion croisée comme étant de nature fonctionnelle car, bien que la cause du problème soit un maxillaire trop étroit, c'est lors de la fonction (fermeture) que l'occlusion croisée devient apparente (occlusion croisée fonctionnelle).
• (C et D) 6 ans plus tard, soit à l'âge de 11 ans, les dents permanentes ont commencé à pousser et, malgré la croissance, la même constriction maxillaire est toujours présente avec l'occlusion croisée postérieure et la déviation des lignes médianes. Cette condition ne se corrige pas sans intervention orthodontique.


https://www.orthodontisteenligne.com/malocclusions-dentaires/

Publié dans Santé

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Janvier 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook