Politique

Publié dans Politique

Des «Poubelles» à Ousmane Sonko : exégèse externe d’un phénomène politique.

Nov 24, 2018
Des «Poubelles» à Ousmane Sonko : exégèse externe d’un phénomène politique.

 

«Poubelles» à Ousmane Sonko : exégèse externe d'un phénomène politique.


Fouiller dans la poubelle peut donner une image approximative de quelqu'un et c'est ce que je veux tenter ici.
Sonko candidat à l'élection présidentielle du Sénégal fait sa tournée européenne.


La diaspora européenne s'est donné rendez-vous à Paris pour écouter et entendre Sonko ; le nouvel espoir du Sénégal qui vacille et qui se retrouve sous tutelle étrangère.


Avant d'aller plus loin, je tiens à préciser que j'ai au lieu de lire son lire, j'ai délibérément pris le parti de passer par tout ce qui s'est dit dans la presse et il y en a des vertes et pas mures. C'est ce que j'appelle poubelle mais la poubelle sénégalaise est mauvaise tandis que la poubelle en Occident peut offrir des surprises. Une analyse des trouvailles dans la poubelle peut donner une figure approximative de la personne comme le dessinateur au tribunal.


Bref je rappelle que j'ai été formé par le Pr Djibril Samb spécialiste de Platon de l'UCAD et il est devenu un ami, sa méthode dans le corpus platonicum est l'exégèse interne du texte, ie que le texte n'est pas un prétexte mais la chose qu'il faut étudier. Qu'il m'excuse ici de déroger à la tradition puisque je vais passer par derrière, par la « merde » les mauvaises critiques, les bonnes critiques, tout ce qui s'est dit de bien ou du mal sur Sonko.
Pourquoi cette méthode, c'est parce que l'homme Sonko est un électron libre dans l'échiquier

politique sénégalais, il est singulier et atypique et je crois que c'est ce qui fait son charme comme l'a été Macron en France.


Le vendredi déjà à Sciences po Paris nous avons eu un panel de qualité Mme Fatoumata Ngom auteure du Silence des totems, l'excellent Amzat Boukari-YABARA, Ousmane Sonko le politique, et Etienne Smith spécialiste de la politique sénégalaise ?


Le sujet portait sur la souveraineté des Etats. Beau sujet pas facile quand on sait que la souveraineté exige la Liberté et implique que l'Etat qui est la concentration du pouvoir donné par le peuple et j'ajouterai comme Rousseau la Volonté générale. Sonko a insisté sur la souveraineté fiscale comme condition pour se dire et exister et se faire respecter.
On a parlé de panafricanisme, du patrimoine matériel et immatériel, d'identité culturelle, de liberté, d'ingérence

Dans les poubelles, les apostiches, mot que je ne connaissais pas; je n'ai rien trouvé qui puisse déstabiliser Sonko. J'ai feuilleté plus de 2000 pages et quelquefois la critique était très orientée et laisse froid l'intellectuel que je prétends être et qui n'aime pas ça ?

Ce garçon veut prendre des risques pour révolutionner les choses. Il mesure les richesses de l'Afrique et du Sénégal.

En laissant ce gouvernement jouer avec la constitution le Sénégal risque ce se retrouver avec un Macky Sall avec deux mandats et selon lui ce sera grave. Il mesure les difficultés du pays, la pauvreté, l'éducation en difficulté n et les enfants en difficultés. Pour Sonko lors de la rencontre avec la presse il dit que c'est à travers les plus faibles qu'on peut mesurer l'Etat d'un pays.


On l'a accusé de vouloir être protectionniste alors que non. Il faut comprendre ce qu'il veut. Qui ne veut pas son pays, qui n'aime pas en premier son pays. Il est conscient qu'un pays ne peut vivre en autarcie mais il faut que le pays se connaisse, se reconnaisse et soit fier pour traiter avec les autres d'égal à égal et il cite Kagamé et d'autres qui sont bien respectés.


Au sujet de la monnaie il veut que le CFA ne soit pas uniquement arrimée au FF ou à l'Euro et selon lui il faut revoir la question de la monnaie avec d'autres partenaires comme la Chine, le yuan etc. Il va renégocier tous les contrats et ne va pas refaire mais plutôt faire. Il s'agit de révolutionner le Sénégal avec tous les sénégalais de la diaspora qu'il invite à rentrer pour donner et participer à l'effort de contribution nationale.
La formation, l'éducation seront des leviers de développement.


Sur l'industrie il pense qu'il faut y accorder beaucoup, un pays quia des les personnes qualifiées les ressources nécessaires pourquoi ne pas faire, innover quitte à fédérer avec d'autres pays pour réussir. ?
Sonko veut que les choses soient claire s avec les confréries qui ont leurs places dans la société sénégalaise mais doit rester à sa place et laisser le politique libre.
Notre candidat atypique compte beaucoup sur la diaspora pour influer sur cette échéance et de descendre sur le terrain dans les villages pour organiser des thés débats et porter la bonne parole face aux dons que l'Etat offre aux démunis pendant un temps. Il appelle cela une sorte de corruption.


Sonko nous dit que sa législature sera celle des gens compétents mus par une volonté de bien faire et comme les pays nordiques tout sera sur la place publique pour que rien ne soit mis en doute. Ainsi les services publics seront les résultats des politiques fiscales réussies et chacun saura que son argent va dans un fonds public au service de tous.

 


Le Président doit avoir les conditions qu'il faut pour réussir.


Je n'ai pas compris comment la critique a jeté son dévolu sur cet homme modeste mais sûr de lui qui essaie de bâtir avec des jeunes à qui il tient un discours toujours franc.


Sa tournée européenne est un succès phénoménal, une fierté puisque la diaspora a tout pris en charge et c'est rare en politique sénégalaise. D'habitude ce sont les politiques qui paient tout de leur poche.
Pour financer sa campagne il souhaite que plus de citoyens s'investissent et ainsi personne ne dira qu'il a fait ceci ou cela comme on le voit ailleurs.

 


Les levées de fonds ne doivent pas être une honte et la politique ne doit pas enrichir il faut le savoir.
Dire que le livre de Sonko est un refuge de délire me paraît pour l'instant très osé. Les sénégalais ont plus besoin de pain que de livre, Sonko est une personne hautaine, prétentieuse arrogante.
J'ai suivi Sonko deux fois à Sciences po Paris et à St Denis lors de sa rencontre avec la presse, j'ai épluché plus de 2000 pages et je n'ai pas trouvé les critiques justifiées.
On l'aura accusé de salafiste, d'intégriste d'être financé par je ne sais qui, oui l'arène politique ne pardonne pas quand on si risque on risque d'entendre beaucoup et il faut avoir la peau rugueuse pour ne pas ressentir ces flèches décochées pour tuer ou stopper.
Je ne suis pas du Pastef mais je suis un citoyen averti qui essaie d'écouter pour comprendre, lire pour déceler les pertinences ou les failles.


Son inexpérience n'est pas un défaut quand on sait qu'un chef d'état s'entoure de gens capables et compétents avec une morale et une éthique.


Sonko le patron des solutions pour le Sénégal compte sur tous les citoyens pour l'aider à changer ce pays, il compte modifier radicalement l'homme sénégalais et la physionomie du pays qu'il mettra au travail.
Il insiste beaucoup sur le concept de patriotisme qui n'est pas antinomique et cette faculté donne de la motivation et une responsabilité citoyenne.


Sonko est entrain de façonner son programme il est allé rencontrer les citoyens réputés APR dans les foyers et autres lieux même si les gens voulaient qu'ils restent plus longtemps il faut savoir que le temps est compté.


A 44 ans Sonko affiche sa singularité, un vrai «pitbul» qui ne démord pas sur ses convictions. On dira de lui qu'il fait peur, il soulève des foules, des gens qui avaient rompu avec la politique puisque dégoutés et déçus.
Pour ma part jusqu'à ce jour je vois un jeune candidat qui prend la mesure de son charisme et le poids de la charge qu'on lui donne et qu'il veut porter tout en comptant sur le peuple.


Sonko galvanise les foules et les concitoyens le lui rendent bien, lui qui veut dépasser les querelles ethniques dans un Sénégal interculturel qui ne s'est jamais appesanti sur ces dérives que certains voudraient introduire dans le pays de la Teranga.


RAS Sonko peut continuer sa tournée à l'Etranger et à travers le Sénégal sans se méfier des critiques qui feront toujours présentent quand on est dans la société politique et je voudrai terminer par une belle pensée trouvée ; « Encourager ce qui est bien, indiquer ce qui est mieux, prévenir ce qui est mal, condamner ce qui est indigne et combattre ce qui est injuste, voila la mission que nous nous sommes assignés» je dirai que les militants du Pastef et leur leader peuvent s'approprier cette pensée.

Ps /Il faut s'atteler à respecter les horaires et ne pas faire comme au Sénégal où le  temps est suspendu.

-Sonko préfère 2 à 3 questions pour les quels ils répondra en long enlarge pour que son propos ne  soit pas entaché,mais la presse qui vient lui poser des questions mérite aussi de poser ses questions et c'est pourquoi je suis venu. 

_Péché de jeunesse, mais je suis convaincu qu'avec le  temps ces petits défauts seront vite corrigés pour donner une image encore plus conforme.
Pape B CISSOKO Paris France

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

Calendrier

« Décembre 2018 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook