Opinions et Débats

L'islam et le statut de la femme L'Humanité Pour Ghaleb Bencheikh, les passages du Coran « durs » contre la femme, concernant l'héritage, la polygamie ou le voile, sont obsolètes. Il n'y a, en matière de Code civil, aucune raison de se référer au Cor

 

L'islam et le statut de la femme


L'Humanité


Pour Ghaleb Bencheikh, les passages du Coran « durs » contre la femme, concernant l'héritage, la polygamie ou le voile, sont obsolètes. Il n'y a, en matière de Code civil, aucune raison de se référer au Coran, affirme-t-il, dénonçant « ces façons de plier le religieux aux considérations politiques ». Le penseur considère que « le XXIe siècle sera féminin ou ne sera pas ». Et en appelle à d'autres relations hommes-femmes, de portée universelle.


Peut-on vouloir imposer un statut de la femme, lui fixer une place dans la société, des droits et des devoirs, en invoquant le Coran ou la charia ? La question est au coeur de la bataille ouverte en Algérie sur la révision du Code de la famille, instaurée il y a vingt ans sous la pression des islamistes. Elle est aussi présente dans bien des débats, de ce côté-ci de la Méditerranée, en particulier à propos du port du voile. Physicien, docteur ès sciences, Ghaleb Bencheikh est un spécialiste de l'islam. Vice-président de la conférence mondiale des religions pour la paix, auteur de plusieurs ouvrages (1), il anime l'émission Connaissance de l'islam, le dimanche matin, sur France 2.

Dans l'entretien qu'il a accordé à l'Humanité, avec beaucoup de pédagogie, de conviction, et dans un esprit profondément humaniste, il répond aux arguments des islamistes. Bien au-delà de la question féminine, il pourfend la tentative, au coeur de l'islamisme, de « plier le religieux pour des considérations politiques ».
Le projet de réforme du Code de la famille en Algérie a déclenché une vive confrontation politique. Alors que les partisans du projet s'en défendent, les partis islamistes attaquent en affirmant qu'il contrevient aux textes sacrés de l'islam. Mais peut-on trouver dans le Coran des prescriptions correspondant à un Code de la famille, ou un statut de la femme ?


Ghaleb Bencheikh. Les islamistes sont les partisans de l'« idéologisation » de la religion islamique. Ils veulent en faire un projet social, politique, ce qui, en soi, est une innovation, récente dans l'histoire de l'islam ; elle date en gros des années vingt, avec l'affaire des Frères musulmans. Elle est venue comme une contre-réforme par rapport à la fameuse « nahda », la nahda étant le renouveau, la renaissance, à la charnière du XIXe et du XXe siècle. Donc, voilà l'idée de l'islamisme, comme projet politique, domestication, étatisation, manipulation de la tradition islamique, pour des fins sociales et politiques. Il n'y a pas dans le Coran un code bien établi, qui soit aussi clair, explicite, que celui auquel se réfèrent ces islamistes. Parce que l'idée que nous nous faisons du progrès, de la modernité, de la civilisation, c'est qu'il appartient aux hommes de légiférer dans les affaires de la cité. Il est vrai que, pour les croyants musulmans, Dieu parle dans le Coran. Mais tout ça est très compliqué. Par définition, si Dieu est omnipotent, omniscient, s'il peut tout, fait tout, sa parole est inépuisable.

En revanche, le Coran est contingent, fini, il s'articule dans l'histoire, il est transmis dans une culture. Cela veut dire qu'il y a là une manière de laisser place à l'interprétation des hommes. Donc, les quelques passages dans le Coran, qui seraient rudes contre la femme, ne sont à prendre de nos jours que comme une jurisprudence - d'origine divine pour ceux qui croient - à un moment donné de l'histoire, pour une société particulière qui se trouve être la société tribale dans la péninsule arabique au VIIe siècle. Vouloir donner une valeur intemporelle, normative, universelle à ce qui est contingent et fini, et articulé dans l'histoire, c'est une erreur grave. Ces passages du Coran qui, pris tels quels, sont durs contre la femme, on ne peut les intégrer dans le grand oeuvre social de ce début de siècle. Simplement, il faut dire qu'ils tombent en désuétude. Leur incidence sociale est caduque. Ce à quoi ils font allusion est obsolète. De nos jours, par exemple, on ne peut pas demander sérieusement qu'en cas de témoignage (devant la justice - NDLR), il faut qu'il y ait deux femmes pour un homme. C'est une atteinte gravissime à la dignité de la femme.


Pourtant, les autorités algériennes elles-mêmes affirment haut et fort que le Code de la famille doit respecter la charia...


Ghaleb Bencheikh. En 1984, lorsque le Code de la famille a été adopté, la pusillanimité, la frilosité, la lâcheté du législateur, voulant céder aux sirènes islamisantes qui grondaient, a fait qu'on a été plus royaliste que le roi. Dans ce code, il y a des choses que même la charia - mot qui ne veut rien dire d'autre que loi d'inspiration religieuse -, dans sa forme la plus rigoriste, n'a pas prévues. Un exemple : quand une femme a divorcé, cette charia prévoyait qu'elle garde les enfants, qu'elle reste à la maison. Or le Code de la famille ne lui a pas octroyé la garde des enfants ni le logement, ce qui est inique ! Récemment, on est donc revenu sur ces cas graves, mais à mon avis on est encore très en deçà de ce qu'il faudrait dire et faire pour simplement avoir un Code civil, pour les questions matrimoniales, qui respecte la dignité humaine dans sa composante féminine, comme dans sa composante masculine.


Que répondez-vous à ceux qui prétendent s'appuyer sur les textes sacrés, la tradition islamique, pour dire que la femme n'est pas l'égale de l'homme ? Ou bien qu'elle « doit obéir à l'homme » ?


Ghaleb Bencheikh. Obéir à quoi et pour quoi ? ! Pourquoi voudrait-on qu'il y ait au sein du couple une relation de dominant à dominé, un donneur d'ordres et quelqu'un qui doive obéir ? Ça n'a pas de sens ! C'est même en contradiction avec la Constitution algérienne qui prévoit qu'une citoyenne peut postuler à la magistrature suprême. Alors, comment voudrait-on que le plus haut magistrat du pays, le chef des armées, celui qui incarne la nation et l'État, doive obéir, dans les considérations privées et familiales, à un de ses administrés ? Ce n'est pas sérieux. Quant aux textes sur lesquels on se fonde, au niveau ontologique, de l'égalité foncière, véritable, il n'y a pas de différence entre l'homme et la femme. On ne trouve pas dans le Coran que la femme est née de la côte flottante de l'homme, on ne trouve pas qu'elle est tentée, tentatrice à son tour, et on ne trouve pas une théologie qui fait de la femme la cause de tous nos péchés, tous nos maux, etc. En revanche, au niveau statutaire, il y a des passages qui affirment, hélas !, une prééminence de l'homme par rapport à la femme sur certains points : le témoignage, que j'évoquais tout à l'heure, la polygamie, l'héritage, et ces histoires de voile. Mais là aussi, il faudrait savoir les relativiser à leur contexte, expliquer pourquoi ils ont été révélés pour leur époque. Ce sont ces passages-là dont, de nos jours, les jurisconsultes machos, sexistes, phallocrates, misogynes, ont pris prétexte pour justifier cette sujétion de la femme. Mais cette façon de plier le religieux pour des considérations psychologiques, personnelles, politiques, sociales npas de fondement légitime au niveau de l'exégèse, de l'interprétation.
Prenons l'héritage. Il est vrai qu'il est dit que la femme a la moitié de ce qui revient à l'homme. Mais, et le « mais » est de taille, d'abord, elle n'héritait pas avant : le fait de lui donner une part d'héritage, c'est déjà la reconnaître comme un sujet, acteur de son destin, alors qu'avant elle faisait partie du patrimoine allégué, du bien transmissible. Certes, elle n'a que la moitié de l'héritage, mais elle n'est pas tenue, religieusement, de subvenir aux besoins de la famille ; à l'époque, c'est le mari qui en a le devoir. De nos jours, la situation a changé, l'homme et la femme subviennent ensemble aux besoins de leur foyer. Du coup, les raisons qui faisaient qu'on donnait la moitié de l'héritage à la femme ne sont plus valables. Dès lors, les conséquences ne doivent plus non plus être valables.


Vous rappelez les croyants au devoir permanent d'interprétation des textes...


Ghaleb Bencheikh. Le Coran dit en effet qu'il faut exercer la raison, l'intelligence. Il y a mieux que ça. Dans le Coran, un passage dit : « Et leurs affaires sont objet de consultations entre eux. » Donc, ça fait partie de nos affaires, à nous musulmans, au début du XXIe siècle. En Algérie, c'est déjà gravissime d'avoir mis dans la Constitution que l'islam est religion d'État. L'État ne doit pas avoir de religion en principe. L'État est le garant du libre exercice des cultes. Si on se veut moderne, on doit se doter d'institutions modernes, respecter toutes les traditions religieuses et laisser la gestion du culte islamique à un organisme autonome, indépendant. De nos jours, on devrait donc dire qu'il n'y a aucune raison en matière de considération matrimoniale, ou de dévolution successorale, ou de Code civil, d'aller se référer au Coran. D'autant plus que ce Coran-là a donné lieu à travers l'histoire à moult interprétations. Je ne vois pas pourquoi aujourd'hui on en privilégierait une sur une autre. Et comme par hasard on privilégie la plus drastique.


L'opposition des islamistes à la réforme du Code de la famille se focalise surtout sur la suppression du tutorat sur la femme pour le mariage, qu'ils considèrent comme « une protection ». Qu'en pensez-vous ?


Ghaleb Bencheikh. C'est une ineptie. Cela part de l'idée que la femme est une mineure à vie. Considérer que c'est une protection, c'est la confiner dans un rôle infériorisant, et dans un statut qui n'est pas digne de sa condition d'être humain. Il est vrai qu'à travers lla jeune fille encore vierge avait besoin de l'avis de son père, qui était un peu son tuteur, les sociétés étant ce qu'elles étaient à l'époque. Mais ce n'est pas une obligation religieuse contraignante, une prescription coranique. La seule question qui vaille, c'est de savoir si elle est majeure ou pas. Si elle a atteint la majorité, elle n'a plus besoin d'aucune tutelle, fût-ce celle de son père, pour se marier, voyager, etc. Il faut sortir de l'archaïsme.


Les islamistes font aussi grand cas du maintien de la polygamie, au motif, là encore, qu'elle est inscrite dans le Coran...


Ghaleb Bencheikh. Le Coran n'a jamais dit aux hommes : vous avez le droit d'avoir quatre épouses. Ce n'est pas un droit, c'est une virtualité dans un contexte bien particulier. Il est dit : « Dans le cadre de la prise en charge des veuves et des orphelines, il vous est possible d'épouser parmi celles qui vous plairont une, deux, trois ou quatre femmes à condition que vous soyez équitable. Et comme vous ne pourrez être équitable, alors une seule épouse vous est meilleure ; c'est la conduite la plus proche de la justice. Dieu n'a pas placé deux coeurs dans la poitrine de l'homme. Vous ne pouvez être équitable envers vos épouses, même si tel était votre désir le plus ardent. » Voilà les textes qui parlent de cette fameuse polygamie. Trois observations. Un, c'est dans un cadre particulier, la prise en charge des veuves et des orphelines. Deux, dans une société tribale où la polygamie était anarchique, sans limite : par rapport au nombre des femmes de Salomon ou de David, les ramener à quatre, pour l'époque, c'était un progrès spectaculaire. Trois, de nos jours, c'est la stricte monogamie qui doit prévaloir ; on ne peut pas sérieusement continuer à tergiverser en se demandant s'il faudrait assujettir la polygamie au consentement de la première épouse (2). On a affaire avec des hommes machos, sexistes, phallocrates, misogynes et qui veulent assouvir leurs besoins libidineux en se fondant sur le Coran. Il n'y a rien d'autre. Une nation démocratique, moderne, qui croit au progrès, abolit ce genre de choses. Il n'y a pas à vouloir la limiter par la loi - qui doit être une loi relevant du droit positif -, à théoriser sur la polygamie.


Que pensez-vous de l'interdiction, également stipulée dans le Code de la famille, du mariage d'une femme ou d'un homme musulman avec un homme ou une femme non-musulman ?


Ghaleb Bencheikh. De tout temps, on autorisait l'homme musulman à épouser une juive ou une chrétienne, une croyante adepte des autres traditions religieuses - pas une athée. Mais l'inverse n'était pas possible : une femme n'épousait personne d'autre que le musulman.

Pourquoi ? L'argument avancé était : dans une société patrilinéaire, c'est-à-dire où les valeurs métaphysiques ont toujours été transmises par le père, et virolocale, c'est-à-dire où c'est la femme qui vient dans le foyer du mari, les musulmans reconnaissaient l'enseignement de Moïse, de Jésus, mais pas l'inverse. Donc, on raisonnait en disant : la femme va être brimée dans sa religion, dès lors que le juif et le chrétien ne reconnaissent pas la prophétie mahométienne ; cela sous-entendait qu'ils allaient lui interdire le libre exercice de son culte. Et comme il y a la patrilinéarité, les enfants qui vont naître vont être perdus, par rapport à la oumma, la communauté musulmane. De nos jours, ces arguments tombent en désuétude. Un État laïque moderne fera en sorte que le juif, le chrétien, l'athée ou le musulman n'a plus aucune raison d'avoir l'avantage sur la conscience de son épouse. C'est l'État qui doit lui garantir le libre exercice de son culte.

Quel que soit son époux, son islamité et sa foi sont garanties. Et on ne peut même pas dire que son islamité est atteinte du fait qu'elle a épousé un non-musulman, puisque celui-ci n'aura pas à interférer dans sa manière de vivre sa spiritualité. Et puis, il faudrait sortir de cette idée comptable de la oumma, on perd quelques-uns par ci, on gagne quelques-uns par là. Non, les questions de salut, de religion, de spiritualité engagent avant tout la conscience humaine dans l'intimité de chacun, ce n'est pas une question de nombre. Enfin, une femme vivant avec un mari non musulman dans l'harmonie, le respect, l'amour, c'est beaucoup plus porteur et gratifiant pour elle, que si elle épousait un musulman qui va la battre, l'opprimer.


À entendre les attaques contre la réforme du code, on a le sentiment d'une peur profonde vis-à-vis de la femme...


Ghaleb Bencheikh. Sans flagornerie aucune, je suis de ceux qui pensent que le XXIe siècle sera féminin ou ne sera pas. Je suis de ceux qui croient que si on avait conféré aux femmes la gestion des affaires du monde, il y aurait eu moins de violences, moins de guerres. Je suis de ceux qui déplorent que la civilisation a toujours été masculine ; la femme, depuis qu'elle est sortie du gynécée grec, elle fut tour à tour ménade, bacchanale, odalisque, geisha, égérie, meuf, tout ce qu'on veut, jamais définie intrinsèquement. Les relations hommes-femmes doivent être fondées sur l'harmonie, l'attrait physique, l'amour, la miséricorde, la complicité, le fait de vivre ensemble, simultanément, une belle aventure. Pas sur la peur, la négation d'autrui, la sujétion ou l'asservissement de l'autre. Il y a à essayer de vivre ensemble en harmonie, et en parfaite égalité ontologique, de droit, de respect, avec pour seul critérium déterminant la dignité humaine, que ce soit chez l'homme ou chez la femme.


La question du voile est aussi symptomatique de cette peur. Pour les islamistes, en Algérie comme en France, ce serait encore une protection de la femme. Que répondez-vous sur ce sujet ?


Ghaleb Bencheikh. Là aussi, il s'agit de fadaises. La femme n'a pas besoin d'un tissu pour être protégée. Ce qui la protège avant tout, ce sont son instruction, son éducation, sa culture, son acquisition du savoir, son sens de l'honneur, sa vertu, sa pudeur. Si le Coran a mentionné le voile, ce n'est pas une nouveauté. La femme juive se rase le crâne et met une perruque : on considère que les cheveux sont un attribut érotique. L'épître de saint Paul aux Corinthiens dit : « Si une femme n'était pas voilée, c'est comme si elle était tondue, et comme il n'est pas préférable d'être tondue, il est préférable d'être voilée. » Ça pouvait s'expliquer pour l'époque. On oublie aussi que le calife Omar, tout puissant, tout pieux, auquel les islamistes se réfèrent toujours, a battu une femme musulmane dite de basse extraction lorsqu'elle a voulu se voiler. On ne va pas se battre à coups de versets coraniques, mais il y en a un, le verset 60 de la sourate 24, la sourate de la lumière, qui dit en substance : « Et celles qui n'escomptent plus aucun mariage ne seront point blâmées si elles n'étaient pas voilées. » Ça règle d'emblée le problème de nos mères et de nos grands-mères, même si derrière ce passage il y a une idée machiste. Quant aux jeunes filles à peine nubiles qu'on emmitoufle dans un tissu bigarré qui les enlaidit, c'est une catastrophe, un non-sens, et les séquelles psychologiques que cela va laisser sont gravissimes. Pourquoi ? Lors d'un débat contre Tariq Ramadan, à l'UNESCO, j'avais dit : « Si vous nous dites qu'il faudrait préserver la femme, cacher ses cheveux pour que les garçons ne fantasment pas là-dessus, il faudrait plutôt éduquer les garçons qui fantasment sur ça que culpabiliser la jeune fille dès son jeune âge. » Nous sommes dans cette situation simplement parce que nous n'avons pas connu le « moment Freud » chez nous.

Nous n'avions pas eu tout le débat sur les relations hommes-femmes, pudeur-impudeur, etc. Ce qu'on oublie, c'est que, à Samarkand, à Tachkent, à Boukhara, ou, mieux encore, à Cordoue, à Séville, la licence était perçue du côté des musulmanes : les juives et les chrétiennes voyaient les musulmanes comme étant des filles plutôt dissolues, alors que la pudibonderie, les bondieuseries étaient plutôt du côté, pour cette époque-là, des juives et des chrétiennes, qui avaient une relation au corps, au rapport charnel, exclusivement restreinte à la procréation. Ce qui n'était pas le cas, ce qui n'est en principe toujours pas le cas, dans la vision islamique. De nos jours, ça s'est inversé, malheureusement. Simplement parce qu'on a accusé un énorme retard dans tous les domaines, y compris celui des rapports hommes-femmes. L'équivalent, de nos jours, du verset coranique qui demande aux femmes de ramener sur elles leur voile, de ne pas piaffer afin de ne pas attirer le regard des hommes, c'est de recommander aux croyantes de s'habiller de manière pudique, et ce, de part et d'autre.
Entretien réalisé par Karima Goulmamine


(1) Notamment : Alors, c'est quoi l'islam ? Éditions Presses de la Renaissance, écrit et publié à la suite des attentats du 11 septembre 2001 à New York ;
l'Islam et le Judaïsme en dialogue, Éditions de l'Atelier, 2002.
(2) Le projet de réforme du Code algérien prévoit de soumettre la polygamie à l'accord de la première épouse et au juge.
http://www.humanite.fr/

L'art de soumettre les citoyens : Lisons Aldous Huxley-Certains gouvernants s'en inspirent ....

 

Il est des articles qu'il faut connaître pour comprendre comment nos hommes politiques certains leaders oppressent et oppriment le peuple. Socrate disait que l'ignorance est mère de tous les vices et- j'ajouterai que la connaissance préserve. P B C

L'art de soumettre les citoyens : Lisons Aldous Huxley-Certains gouvernants s'en inspirent ....
La fameuse citation d'Aldous Huxley ne serait pas de lui...

texte à méditer


Le texte ci-dessus attribué à Aldous Huxley en 1939... Bizarre ?
Pourtant on trouve un peu partout sur le web le même texte repris avec différentes dates mais toujours attribué à Huxley :
Il existe une autre version avec une phrase en plus au début et une suite......dans ce cas il y a souvent de nombreux commentaires sceptiques voire affolés ! Déjà la référence à la télé obligeait les posteurs à préciser :

Après enquête il semble que le texte ait été écrit par Serge Carfantan, vers 2007 ... Il s'agirait d'une prosopopée, dans notre cas : une figure de style qui consiste à faire parler un mort. L'auteur nous indique bien :


« Le livre de Huxley est paru en 1932. Son caractère visionnaire est stupéfiant. Presqueinquiétant. Tous les ingrédients du roman sont aujourd'hui effectivement réunis pour que le scénario soit ... en passe d'être réalisé. Si nous devions formuler dans un discours une prosopopée du cynisme politique incarnée par le personnage cynique d'Huxley, cela donnerait quoi ? »

 

Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente. Les méthodes du genre de celles d'Hitler sont dépassées.

Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée même de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes.


L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées (cf. les individus de type alpha, béta, gamma). Ensuite, on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation, pour la ramener à une forme d'insertion professionnelle. Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée limité et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l'accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste.

Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l'information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie.

Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des divertissements flattant toujours l'émotionnel ou l'instinctif.

On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique.

Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d'empêcher l'esprit de penser.

On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n'y a rien de mieux. (cf. le rôle de la drogue et du sexe dans le roman de Huxley).

En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l'existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d'entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l'euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté.

Le conditionnement produira ainsi de lui-même une telle intégration, que la seule peur – qu'il faudra entretenir – sera celle d'être exclus du système et donc de ne plus pouvoir accéder aux conditions nécessaires au bonheur.

L'homme de masse, ainsi produit, doit être traité comme ce qu'il est :

un veau, et il doit être surveillé comme doit l'être un troupeau.

Tout ce qui permet d'endormir sa lucidité est bon socialement, ce qui menacerait de l'éveiller doit être ridiculisé, étouffé, combattu. Toute doctrine mettant en cause le système doit d'abord être désignée comme subversive et terroriste et ceux qui la soutienne devront ensuite être traités comme tels. On observe cependant, qu'il est très facile de corrompre un individu subversif : il suffit de lui proposer de l'argent et du pouvoir (la proposition est dans le roman!).


avec la confirmation de l'auteur : Serge Carfantan, 2007, leçon 163 : Sagesse et révolte

Quel rôle pour l'intellectuel en Algérie ? (et ailleurs au Sénégal)

 

Boualem Sansal fait partie de ces intellectuels algériens qui secouent les consciences engourdies


"La modestie permet de progresser. L'arrogance est un frein" (Proverbe chinois)


Selon mon humble avis, le rôle de l'intellectuel n'est pas de produire des louanges par la soumission contre-productive pour le pouvoir lui-même en contrepartie d'une distribution de la rente, mais d'émettre des idées constructives, selon sa propre vision du monde, par un discours de vérité pour faire avancer la société. Aussi, toute société qui limite la critique positive, ne met pas en place des contre-pouvoirs politiques et sociaux, en s'appuyant sur des intellectuels organiques aux ordres selon l'expression heureuse d'Antonio Gramsci, est vouée à la décadence. Car une société sans intellectuels dignes de ce nom est comme un corps sans âme


1.- Le rôle de l'intellectuel selon les courants de pensée


Le mot intellectuel provient du mot latin intellectus, de intellegere, comprendre. La fonction de l'intellectuel n'est pas à proprement parler récente car à l'époque de la Grèce antique des leaders charismatiques, qui font l'intellectuel, se retrouvent dès la première étape du mouvement social qui comme Gorgias ou Protagoras ont marqué leur époque par une démarche passionnelle de l'esprit. Il est intéressant pour la compréhension, de voir les définitions qu'en donnent différents grands auteurs qui ont marqué l'histoire contemporaine. Dans Horizons et débats, numéro 26, juin 2004, le rôle de l'intellectuel dans la société Joseph M. Kyalangilwa définit intellectuel toute personne, homme ou femme, qui met son intelligence au service de la communauté. Selon les historiens Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, un intellectuel est " un homme du culturel, créateur ou médiateur, mis en situation d'homme du politique, producteur ou consommateur d'idéologie.


Raymond Aron, dans L'Opium des intellectuels (1955), pose cette question du rôle du savant dans la cité, l'intellectuel étant un "créateur d'idées" et doit être un "spectateur engagé " Pour Pierre Bourdieu, dans "Contre-Feux 2, Raisons d'agir", Paris 2001, "l'intellectuel ne peut être que collectif ... il peut et doit remplir d'abord des fonctions négatives, critiques, en travaillant à produire et à disséminer des instruments de défense contre la domination symbolique qui s'arme aujourd'hui, le plus souvent, de l'autorité de la science ; fort de la compétence et de l'autorité du collectif réuni, il peut soumettre le discours dominant à une critique logique qui s'en prend notamment au lexique mais aussi à l'argumentation (...) ; il peut aussi le soumettre à une critique sociologique, qui prolonge la première, en mettant à jour les déterminants qui pèsent sur les producteurs du discours dominant et sur leurs produits ; il peut enfin opposer une critique proprement scientifique à l'autorité à prétention scientifique des experts, surtout économiques . Toute la pensée politique critique est donc à reconstruire, et elle ne peut pas être l'œuvre d'un seul maître à penser, livré aux seules ressources de sa pensée singulière, ou porte-parole autorisé par un groupe ou une institution pour porter la parole supposée des gens sans parole. C'est là que l'intellectuel collectif peut jouer son rôle irremplaçable, en contribuant à créer les conditions sociales d'une production collective d'utopies réalistes».


2.- L'intellectuel es t-neutre ou engagé ?


Pour Jean-Paul Sartre, l'intellectuel «est celui qui refuse d'être le moyen d'un but qui n'est pas le sien et quelqu'un qui se mêle de ce qui ne le regarde pas et l'intellectuel ne peut donc être que " de gauche, à condition d'entendre ce terme dans le sens d'un désir éthique de justice, et non dans un sens purement politique». Pour Edward Saïd (des intellectuels et du pouvoir, Seuil, Paris, 1996), l'intellectuel n'est ni un pacificateur ni un bâtisseur de consensus, mais quelqu'un qui engage et qui risque tout son être sur la base d'un sens constamment critique, quelqu'un qui refuse quel qu'en soit le prix les formules faciles, les idées toutes faites, les confirmations complaisantes des propos et des actions des gens de pouvoir et autres esprits conventionnels.

Le choix majeur auquel l'intellectuel est confronté est le suivant : soit s'allier à la stabilité des vainqueurs et des dominateurs, soit - et c'est le chemin le plus difficile - considérer cette stabilité comme alarmante, une situation qui menace les faibles et les perdants de totale extinction, et prendre en compte l'expérience de leur subordination ainsi que le souvenir des voix et personnes oubliées. Pour Albert Camus (discours de Suède, Gallimard, 1958) l'écrivain "ne peut se mettre au service de ceux qui font l'histoire : il est au service de ceux qui la subissent ....notre seule justification, s'il en est une, est de parler, dans la mesure de nos moyens, pour ceux qui ne peuvent le faire".


Mais, ajoute-t-il : "Il ne faudrait pas pour autant attendre de lui des solutions toutes faites et de belles morales. La vérité est mystérieuse, fuyante, toujours à conquérir. La liberté est dangereuse, dure à vivre autant qu'exaltante". Cependant l'efficacité de ces analyses d'intellectuels engagés est remise en cause. Ainsi, pour Michel Foucault, "Dits et écrits II, 1976-1988, Gallimard, Paris, 2001 "pendant longtemps, l'intellectuel dit de gauche a pris la parole et s'est vu reconnaître le droit de parler en tant que maître de vérité et de justice. On l'écoutait, ou il prétendait se faire écouter comme représentant de l'universel. Etre intellectuel, c'était être un peu la conscience de tous.

(...) Il y a bien des années qu'on ne demande plus à l'intellectuel de jouer ce rôle".


Pour Antonio Gramsci, l'organisation de la culture est organiquement liée au pouvoir dominant. Ce qui définit les intellectuels, ce n'est pas tant le travail qu'ils font que le rôle qu'ils jouent au sein de la société; cette fonction est toujours, plus ou moins consciemment, une fonction de "direction" technique et politique exercée par un groupe soit le groupe dominant, soit un autre qui tend vers une position dominante. C'est que tout groupe social, qui naît sur le terrain originaire d'une fonction essentielle dans le monde de la production économique, se crée, en même temps, de façon organique, une ou plusieurs couches d'intellectuels qui lui apportent homogénéité et conscience de sa propre fonction, non seulement dans le domaine économique, mais également dans le domaine social et politique.

Un exemple récent concernant les économistes qui conseillent leurs gouvernements où nous assistons à des conflits de doctrines qui apparaissent en plein jour dans différentes revues internationales entre les "keynésiens", les "marxistes", les "néo-libéraux", les "monétaristes" Nous assistons dès lors à des points de vue contradictoires, y compris les prix Nobel d'économie, pour solutionner la crise. Pour preuve de cette mésentente entre les économistes, sur le plan opératoire, des propositions contradictoires où a été mis en relief l'importance de la théorie keynésienne par les interventions des Etats, à travers les déficits budgétaires et depuis le début de 2010 le retour à l'orthodoxie monétaire pour lutter contre les endettements publics excessifs. Dès lors se pose cette question, la science de référence principale, est-elle la théorie économique, qui explique le fonctionnement du système d'économie de marché sans émettre de jugements de valeur, ou au contraire n'y a-t-il pas lieu d'introduire l'éthique économique en vue d'un processus de modernisation et de rationalisation de la culture et de la société et ce afin d'éviter le "désenchantement du monde" (Max Weber).


3.- Quel rôle pour l'intellectuel en Algérie


L'intellectuel n'est pas nécessairement un philosophe ou un écrivain et encore moins un professeur d'université. Et c'est cela qui fait que les journalistes peuvent parfois jouer le rôle des intellectuels autrefois réservés aux scientifiques, surtout dans une société hyper médiatisée. En fait, il s'agit de toute personne (femme ou homme) qui, du fait de sa position sociale, dispose d'une forme d'autorité et la met à profit pour persuader, proposer, débattre, permettre à l'esprit critique de s'émanciper des représentations sociales. Aussi, l'intellectuel ne saurait s'assimiler aux diplômes n'ayant pas forcément de lien avec le niveau scolaire, mais avec son niveau culturel. Rappelons que Einstein postulant une théorie non-conformiste par la suite qui a révolutionné le monde, a au début été rejeté par ses pairs de l'université qui se limitaient à une évaluation bureaucratique - administrative.

L'intellectuel ne saurait donc vivre en vase clos. Sa méthodologie pour produire est simple : pour paraphraser le grand philosophe allemand Hegel, méthodologie, il observe d'abord le concret réel ; ensuite il fait des abstractions, les scientifiques diront des hypothèses. IL aboutit à un concret abstrait c'est-à-dire son œuvre.

Si le résultat final permet de comprendre le fonctionnement du concret réel à partir du canevas théorique élaboré, les abstractions sont bonnes. C'est aussi la méthodologie utilisé en sciences politiques pour déterminer le niveau de gouvernance dites des 80/20%. En effet, 20% d'actions bien ciblées ont un impact sur 80% de la société ; mais 80% d'actions désordonnées que l'on voile par de l'activisme ministériel ont un impact que sur 20% Aussi l'intellectuel se pose entre la réalité et le devenir de l'humain devant tenir compte de la complexité de la société toujours en mouvement d'où l'importance de la multi pluridisciplinarité et donc du mouvement de l'histoire.

L'intellectuel produit ainsi de la culture qui n'est pas figée, mais évolutive fortement marqué par l'ouverture de la société sur l'environnement englobant l'ensemble des valeurs, des mythes, des rites et des signes partagés par la majorité du corps social et est un constituant essentiel de la culture d'une manière générale, de la culture d'entreprise, du transfert technologique d'une manière particulière et tenant compte du rôle d' Internet et des nouvelles technologies, où le monde est devenu une maison de maison de verre, en vue de l'adaptation de la diffusion des connaissances. Les expériences réussies du Japon, des pays émergents comme la Chine et l'Inde montrent que l'on peut assimiler la technologie sans renier sa culture. D'ailleurs le transfert technologique est favorisé lorsqu' existe une meilleure compréhension des valeurs convergentes et divergentes qui s'établissent entre deux groupes et vouloir imposer ses propres valeurs, c'est établir une relation de domination qui limite le transfert. Aussi, la culture d'entreprise est un sous-produit de la culture nationale et par conséquent un ensemble de valeurs, de mythes, de rites, de tabous et de signes partagés par la majorité des salariés et un élément essentiel pour expliquer les choix stratégiques en renforçant les valeurs communes.

Comme le note avec pertinence le sociologue Ian Vásquez, le capital se socialise dans différents dispositifs techno- organisationnels influant dans le rapport des individus au travail. Cependant les enquêtes montrent clairement que cette extension des savoirs sociaux s'accompagne de nouvelles formes de segmentation (qualifiés/non qualifiés ; mobiles/immobiles ; jeunes/vieux ; homme/femme et d'un partage des activités et services qui deviennent de plus en plus marchands (délocalisation avec l'informatique en Inde, l'électronique au Japon, Corée du Sud etc). C'est la résultante de la nouvelle configuration de la division internationale du travail, produit de l'évolution du développement du capitalisme que l'on nomme aujourd'hui mondialisation, les anglo-saxons parlant plutôt de globalisation.

Cette approche socio- culturelle qui rend compte de la complexité de nos sociétés doit beaucoup aux importants travaux sous l'angle de l'approche de l'anthropologie économique de l'économiste indien prix Nobel Amartya Sen où d'ailleurs selon cet auteur il ne peut y avoir de développement durable sans l'instauration d'un Etat de droit et de la démocratie tenant compte de l'anthropologie culturelle de chaque société, qui permet à la fois la tolérance, la confrontation des idées contradictoires utiles et donc l'épanouissement des énergies créatrices. Cela renvoie au concept de rationalité (voir les importants travaux du grand philosophe allemand Kant) qui est relative et historiquement datée comme l'ont montré les importants travaux de Malinovski sur les tribus d'Australie. Car, il s'agit de ne pas plaquer des schémas importés sur certaines structures sociales figées où il y a risque d'avoir un rejet (comme une greffe sur un corps humain) du fait que l'enseignement universel que l'on peut retirer de l'Occident- est qu'il n'existe pas de modèle universel.


Lisons attentivement l'œuvre du grand sociologue maghrébin Ibn Khaldoun. Toutefois, la seule façon de se maintenir au temps d'une économie qui change continuellement, et donc d'une action positive de l'intellectuel c'est d'avoir une relation avec l'environnement national et international, c'est-à-dire mettre en place progressivement les mécanismes véritablement démocratiques qui ont un impact sur l'accumulation des connaissances internes.


En résumé, l'intellectuel doute constamment, se remettant toujours en question, ayant pour devise que le plus grand ignorant est celui qui prétend tout savoir. L'histoire du cycle des civilisations, prospérité ou déclin, est intiment liée à la considération du savoir au sens large du terme et une société sans intellectuels est comme un corps sans âme. Le déclin de l'Espagne après l'épuisement de l'or venant d'Amérique et certainement dans un proche avenir le déclin des sociétés actuelles qui reposent essentiellement sur la rente, vidant d'illusion à partir d'une richesse monétaire fictive ne provenant pas de l'intelligence et du travail. Aussi, attention pour l'Algérie du fait de la dévalorisation du savoir richesse bien plus importante que toutes les réserves d'hydrocarbures...


Dr Abderrahmane Mebtoul, Professeur des Universités expert international
http://www.lematindz.net/news/17589-quel-role-pour-lintellectuel-

LA TOTALITE DU NDIGUEL EN QUESTION : AU-DELA DE LA PARITE, TOUBA, TOUT HAUT DANS LA POLITIQUE AU SENEGAL RESUME

 

LA TOTALITE DU NDIGUEL EN QUESTION : AU-DELA DE LA PARITE, TOUBA, TOUT HAUT DANS LA POLITIQUE AU SENEGAL RESUME

Le processus de différenciation en cours entre la dimension temporelle et spirituelle du mouride dans sa dévotion ne validerait-il pas l'effritement du ndiguel théorisé par C TOLIBOR ? Le ndiguel est constitutif et consubstantiel du mouridisme, il jauge la vitalité du lien entre le disciple et le souverain dans son respect comme dans sa violation. Le respect du ndiguel témoigne aussi bien de l'ardeur que de la vitalité du mouridisme et l'érige comme force politique s'il devrait être mobilisé lors d'une élection. Sa violation potentielle constitue un moment privilégié pour le souverain de légitimer son trône en démontrant ses capacités à maitriser les événements en les assujettissant. Cette dimension s'exprime dans le « DOGOU ». Cette maitrise témoigne de la singularité de cette ferveur inouïe caractéristique du mouridisme et s'est vérifiée à des degrés différents de SERIGNE FALLOU A SERIGNE SALIOU. Quelle grille de lecture mobiliser pour comprendre la propension à la restriction du caractère sacré du ndiguel, et la profanation qui en procèderait pendant les périodes électorales entrainant une non décision le 25 MARS 2012- ?Face à la déliquescence de la sacralité, le ndiguel aussi bien dans sa dimension métaphysique qu'anthropologique a été toujours préservé dans sa totalité et fait sens chez le mouride.

Cependant, la dispersion du pouvoir mouride correspond au règne des petits fils, avec une polyarchie latente qui valide la naissance de champs semi autonomes. Dans cette ambiance apparaissent des espaces virtuels de dévotion dont le statut et l'identité en construction restent à préciser avec une nécessité de reterritorialisation des enjeux. Ainsi le respect du ndiguel est un acte de reliance, sa violation est une épreuve pour le souverain. Quelle communauté n'a pas besoin de renouveler sa capacité de reliance en revitalisant son système socio culturel et l'ensemble des rituels associés comme repères et instruments de mesure de la dynamique de reliance ?

L'absence de ndiguel corrobore l'idée que la véritable décision c'est la non décision mais son corolaire c'est la tendance à la réduction du mouridisme dans sa dimension symbolique en le vidant de sa force politique réelle. Analyser ce phénomène reviendrait à questionner le règne des petits fils. Dans ce contexte précis nous observons des velléités de sécularisation avec une contestation latente de la posture de Touba dans le processus de légitimation du pouvoir politique au SENEGAL. Cependant l'état moderne que nous avons importé est historiquement daté et géographiquement situé. Le principe de sécularisation (séparation du religieux et du politique ou séparation du spirituel et du temporel) qui le caractérise est obtenu grâce à des conflits permanents entre la papauté et la royauté. Ceci pour démontrer que la sécularisation ne se décrète pas (quel dénouement dans la problématique de la parité contestée par TOUBA ? la délicatesse de cette problématique nécessite de la précaution). Car l'articulation du religieux avec le politique s'est faite de façon différente en occident.

En se basant sur la carte conceptuelle de ROKKAN qui a mobilisé la variable culturelle (religieuse) et la variable économique pour expliquer les trajectoires des états en EUROPE après la chute de l'empire ROMAIN au 5iéme siècle ; nous validons ainsi la dimension polymorphe du mode d'articulation entre ces 2 variables et la nature du politique qui en procède. Des lors situer TOUBA comme variable religieuse pour penser l'état sénégalais nécessite d'invoquer la sociologie interprétative historique du politique au SENEGAL. Ce faisant nous comprendrons ainsi la ruée vers TOUBA à la recherche du sceau de la légitimité estampillé par le khalife. Cette posture de Touba est justifiée par la singularité de la doctrine mouride. Au lieu de vouloir lui ôter cette posture ne devrions-nous pas inscrire dans une temporalité dont l'horizon indéfinie et indifférenciée nous astreignent à observer les dynamiques internes et externes qui marquent l'institutionnalisation en cours ? Cette institutionnalisation intègre le renouvellement du mode d'articulation, de fonctionnement et de déploiement du mouridisme dans le tissu socio- politique.

Ce renouvellement se fera- t-il dans le sens du renforcement de l'influence de Touba ou dans le sens contraire ? Quoi qu'il puisse advenir l'expérimentions de cette perspective correspond au règne des petits fils.

DOCTEUR CHEIKH FALL THIARA
MAITRE ES SC PO
1/ DISPERTION DU POUVOIR
A/PLURALISME DES SOURCES DE NDIGUEL
B/L'EMIETTEMENT DU NDIGUEL
2/LA REFERENCE A SERIGNE TOUBA
A/COMME REPONSE D UNE CERTAINE VACUITE
B/ L'IDENTITE MOURIDE MIS EN CAUSE PAR L ABSENCE DE NDIGUEL

logotwitterFacebook