Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

Une colonisation rampante et sournoise

Avr 19, 2019
Une colonisation rampante et sournoise

En lisant ces jours-ci « Ivoire » le très beau roman de Niels Labuzan, je me faisais la réflexion qu’en Afrique les effets pervers initiés par les empires coloniaux, essentiellement européens, n’avaient pas totalement disparu. Et qu’au fond la mondialisation n’était que le rejeton incestueux de la colonisation.

Certes on ne parle plus d’esclavage et la colonisation d’aujourd’hui est plus insidieuse, pernicieuse, rampante. Elle s’exprime sous la forme du braconnage (pillage des ressources de la faune et de la flore sauvages) et de soi-disant « partenariats » économiques comme l’atteste la présence massive des intérêts chinoise en Afrique. La Chine avec son appétit d’ogre qui pour alimenter sa croissance capte des matières premières dans des proportions vertigineuses (pétrole, bois précieux aux essences rares, sable, millions d’hectares de terres arables, permis d’exploiter les sols pour des dizaines d’années, etc.). L’ancienne dictature maoïste qui pratique un capitalisme autoritaire exerce sur le continent africain une forme de colonisation qui n’ose pas dire son nom.Et que lui apporte-t-elle en échange ? des barrages, des ports, des aéroports, des trains, etc. Comme la France, le Portugal, l’Italie, l’Allemagne construisaient hier dans ces mêmes pays des routes, des écoles et des hôpitaux. L’empire du Milieu n’a fait que succéder au vieux continent, la nature ayant horreur du vide. Et puis comment critiquer une puissance qui hier était chef de file du tiers-monde et appelait à la libération des peuples et l’indépendance des Etats ? Nous avons beaucoup à apprendre de la diplomatie chinoise.

IMG 0492

Quand on dilapide l’héritage

Mais il y a également le braconnage pratiqué à l’échelle industrielle à savoir les différents trafics d’animaux sauvages, espèces le plus souvent rares et protégées * au profit de particuliers et des zoos de Hangzhou et Shangaï, les cornes de rhinocéros transformées en poudre de perlimpinpin sensée redonner leur virilité aux personnes défaillantes, les défenses d’éléphants destinées à de riches collectionneurs, l’artisanat d’art ou les ateliers de sculpture chinois et japonais,** qui, au passage, enrichissent des réseaux criminels. Résultat, cette disparition de la faune impose une nouvelle identité à l’Afrique. De plus en plus de forêts deviennent des fermes, des routes coupent en deux l’habitat naturel des animaux sauvages, des barrières électrifiées bloquent les chemins des migrations. Là comme ailleurs des hommes gaspillent l’héritage et redessinent l’environnement légué par leurs prédécesseurs.

IMG 0425

Un braconnage qui modifie l’écosystème

De l’Afrique du Sud, la Namibie, le Zimbabwe à l’Afrique de l’Ouest en passant par l’Afrique centrale, (lieu des principaux points de vente de produits illicites) les effets destructeurs du braconnage sont considérables*** et modifient l’écosystème. La Tanzanie a perdu 60 % de ses éléphants en cinq ans, le Mozambique presque 50%. Au Soudan, en République démocratique du Congo (RDC) ce sont le plus souvent des milices qui organisent le trafic au profit d’achat d’armes. La colonisation de la RDC s’est autant faite au prix des éléphant qu’à celui du caoutchouc, de l’or, du manganèse, du cobalt et de l’uranium. 

IMG 0338

Quand le bush et la savane ne seront plus que des mots exotiques

A ce rythme-là, un jour viendra où le bush sera vidé de ses animaux. Dépourvu de ses lions, ses éléphants, ses rhinocéros et ses girafes ce monde, qu’on a qualifié de sauvage, ne sera plus qu’une savane qui n’aura d’exotique que son nom. Il est vrai que dans le même temps, ailleurs dans le monde, il n’est question que de la fonte des Pôles et la défense des glaciers, des émissions de gaz carbonique, de la montée du niveau des eaux, de l’immigration climatique, de la famine, des guerres, etc. I faut bien en effet s’efforcer de sauver un monde des déviances qu’on a laissé s’installer.

IMG 3568

Le braconnage à l’origine d’une mutation génétique

Il se peut aussi que la nature elle-même s’en charge comme au Mozambique, où de plus en plus de femelles éléphants ne possèdent plus de défense, une évolution qui aurait été provoquée par l’homme. Le braconnage, dans ce pays a été tellement intensif durant la guerre civile, où les pointes d’ivoire servaient de monnaies d’échange contre des armes, que les pachydermes ont commencé à muer génétiquement. Une majorité d’éléphants ont ainsi été tués sans avoir eu le temps de partager leur patrimoine génétique. L’avantage est qu’un éléphant qui ne possède pas d’ivoire à moins de chance d’être chassé et le gène de l’absence de défenses se propagerait au sein de l’espèce, lui offrant une chance de survie. L’inconvénient est qu’au-delà de priver les éléphants d’une caractéristique emblématique, cette mutation les privent d’un moyen de se nourrir et de se défendre. Le braconnage apparaît ainsi, de façon inattendue, comme une nouvelle forme de sélection des espèces, très loin de ce qu’avait imaginé Darwin.   

IMG 0479

La mondialisation fille incestueuse de la colonisation

Au nom de la cupidité, de la bêtise et de l’impuissance des dirigeants planétaires la mondialisation n’a fait que remplacer la colonisation. Et l’exploitation des individus et des continents n’a sans doute jamais été aussi brutale et dévastatrice (moyens modernes obligent) qu’aujourd’hui. Ainsi va le monde au 21èmesiècle avec ses impérities et sa volonté autodestructrice. C’est affligeant et triste à en pleurer.

Jean-YvesDuvalDirecteur d’Ichrono

Crédit photo : Jean-Paul Erpelding

Notes :

* La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacée d’extinction (CITES) a étendu sa protection à 35 000 espèces sauvages. Depuis 1989 elle interdit le commerce de l’ivoire.

** Ce marché représente plusieurs centaines de tonnes d’ivoire, en sachant qu’une défense d’éléphant achetée quelques centaines de dollars à un braconnier au Mozambique peut être revendue, sculptée, à Pékin, jusqu’à 350 000 dollars.

***. Au Botswana trente mille éléphants sont abattus chaque année et si on recense aujourd’hui quelques 450 000 spécimens sur tout le continent  d’ici quelques années on commencera à parler d’extinction.

Dernière modification le vendredi, 19 avril 2019 17:07

logotwitterFacebook