Imprimer cette page

Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

Ainsi va l’actualité de la planète

Avr 12, 2019
Ainsi va l’actualité de la planète

En cette fin de semaine, les feux de l’actualité se tournent vers deux capitales, Khartoum et Londres. Et pour cette dernière une fois n’est pas coutume ce n’est pas pour le Brexit qui fait tourner en bourrique tous les européens.

Premier coup de projecteur : le Soudan. Voici un pays en proie à la guerre civile depuis des années, cause de milliers de victimes et d’importants déplacements de populations réduites à l’exil. Et comme l’actualité internationale nous offre assez peu d’occasions de nous réjouir saluons comme il convient la chute d’un tyran. Celle d’Omar el-Béchir qui dirigeait le pays d’une main de fer et avec un pouvoir absolu depuis trente ans.

Omar-el-Béchir-752x440

Crimes contre l’humanité

 Là où on pensait que la Cour pénale internationale saisie pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » finirait par avoir raison de lui c’est finalement son peule, avec la complicité d’un putsch militaire, qui aura été le plus fort après quatre mois de contestation dans la rue. Là, comme en Algérie Vox populi, vox Dei.Cette destitution n’effacera pas cependant l’horreur du Darfour, la famine et les camps de réfugiés. Avec la chute de ce dictateur de 75 ans et de son régime la situation n’est pas pour autant réglée. Il faudra du temps pour oublier qu’il avait accueilli Oussama ben Laden et rêvait de faire de son pays l’épicentre d’une internationale islamiste, d’avoir soutenu le terrorisme et surtout occasionné un génocide qui après vingt et un ans de combat aura fait deux millions de morts et quatre millions de déplacés. La nausée collective au Soudan vient de prendre fin cette semaine. 

Julien Assange n’est pas un ange !

Second coup de projecteur : la Grande-Bretagne qui fait la Une des grands quotidiens en cette fin de semaine avec l’arrestation surprise à l’ambassade équatorienne de Julian Assange. Pour le lanceur d’alerte, fondateur de Wikileaks la fuite aura duré sept ans. L’homme, barbu, vieilli, qu’on a vu hier emporté comme un vulgaire baluchon dans le fourgon de la police anglaise était à peine reconnaissable. Avec cette arrestation spectaculaire prend fin un feuilleton géo-politico-judiciaire qui aura duré six ans neuf mois et vingt-deux jours. Et si aujourd’hui certains crient leur indignation à cette « exfiltration » d’une ambassade, voulue par l’Equateur, il ne faudrait pas oublier qu’en 2010 la Suède à émis un mandat d’arrêt à son encontre pour l’entendre dans une affaire d’agressions sexuelles sur deux jeunes femmes. Assange n’est peut-être pas l’homme aussi vierge qu’il prétend l’être. Il ne faudrait pas non plus oublier que la publication de centaines de milliers de documents et la divulgation de renseignement classés secrets de l’armée américaine a été la cause de dégâts collatéraux inestimables pour l’occident. 

JULIAN ASANGE

Une extradition vers les Etats-Unis ?

Son passage vers la Suède pourrait-elle être l’occasion d’une extradition vers les Etats-Unis ? C’est là toute la question car sur place une condamnation est très vraisemblable pour « piratage informatique ». Sept ans d’exil plus cinq ans de détention, la facture risque d’être lourde pour cet Australien aujourd’hui âgé de 47 ans. La juge britannique Emma Arbuthnot, du tribunal de Westminster a quant à elle estimé que « Assange était un narcissique incapable de voir au-delà de son propre intérêt », Theresa May indiquant que « personne n’était au-dessus des lois ». L’arrestation d’Assange est tout sauf la chute d’un héros.

Jean-Yves Duval, Directeur d’Ichrono 

Dernier de adis