Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

Franc CFA, DSK le retour !

Déc 07, 2018
Franc CFA, DSK le retour !

L’homme se faisait discret ces derniers temps et on n’entendait plus guère parler de lui, et voilà qu’il réapparaît là où ne l’attendait pas forcément : dans un débat sur la zone franc et le fonctionnement du franc CFA. Et pour cela l’ancien patron du FMI a choisi, cela ne s’invente pas un vendredi 13. Celui du mois de novembre.

Son intervention a pris la forme d’un rapport d’une trentaine de pages sous la forme d’une plaidoirie en faveur d’une transformation d’un franc CFA dont le fonctionnement actuel « fragilise les économies de la région ». Que ne l’a-t-il pas dit plus tôt ? Pourquoi avoir attendu autant de temps pour nous éclairer de ses lumières ?

Il est vrai que depuis sa « nuit américaine » DSK s’est reconverti dans le conseil aux gouvernements africains, en particulier celui du Congo Brazzaville. Ceci explique cela.

Son analyse toutefois est ambigüe car si d’un côté il estime que « si le problème politique du franc CFA devient de plus en plus sensible, la « Zone franc peut se vanter d’une bonne performance au niveau macroéconomique grâce à la garantie dont elle bénéficie ». On ne savait pas l’ex-directeur général du Fonds Monétaire International normand : « pt’être ben que oui, pt’être ben que non ».

Evidemment, s’agissant de l’aspect politique « le doute identitaire au sein d’une Afrique dont le rapport au passé colonial est particulièrement complexe » est relevé par Dominique Strauss-Kahn. Il ne faut pas être sorti de Saint-Cyr pour savoir cela et en la matière sa lumière est un peu blafarde. 

La question de la parité et sa quasi-impossibilité à la modifier est plus intéressante. De même que le risque financier assumé par la France, seul pays à le faire, alors que l’avantage de la parité fixe CFA-Euro profite aux autres pays de la zone Euro. L’ancien ministre de l’Economie attend donc d’une réforme du franc CFA qu’elle ne soit pas « cosmétique » et suppose une refonte en profondeur de la Zone franc. Notamment la réattribution des sièges de la France au sein des banques centrales africaines à des administrateurs internationaux indépendants et l’ancrage à un panier de monnaies plutôt qu’à l’euro.

Pour le grand gourou de la finance, la réussite d’une telle transformation passe par un dialogue approfondi avec les autorités africaines, une meilleure association des partenaires européens et une promotion de la coopération entre la Banque Centrale Européenne et les banques centrales africaines.

Comme dirait l’autre, « Y’a qu’a ! », traduction : Plus facile à dire qu’à faire.

Le directeur de la publication de Ichrono.

logotwitterFacebook