Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

Voyage en Absurdie

Sep 01, 2018
Voyage en Absurdie

Vous vous demandez sans doute quel est ce nouveau pays, à ce jour inconnu sur le globe terrestre. Vous connaissez l’Italie, l’Arabie, la Somalie, le Mali, la Turquie, etc. mais vous ne voyez pas l’Absurdie, même en cherchant attentivement. C’est normal car il s’agit d’un royaume imaginaire.

Un pays, où à sept mois des élections, 85 candidats se sont déjà déclarés et aspirent à devenir chef de l’Etat. Oui, vous avez bien lu. Un chiffre pléthorique ! Et sans doute un peu plus encore depuis que j’ai commencé à rédiger ce billet d’humeur. Avant, vraisemblablement, d’être proche d’une centaine à l’heure de la clôture des candidatures … Quelle absurdité lorsqu’on sait que la population du pays est à peine de seize millions d’habitants !

Certes, il faudra à ces candidats, pour s’aligner sur la ligne de départ, réunir quelques 52 000 signatures de parrainages, réparties dans les 14 régions du pays, à raison d’au moins deux mille par région. Gageons qu’à la suite de cette récente réforme constitutionnelle voulue par le pouvoir en place, les rangs vont rapidement s’éclaircir, de façon drastique. 

Quant à ceux qui auront franchi ce premier écueil ils devront en surmonter un second, à savoir le versement d’une caution de trente millions CFA (environ 45 000 euros). Ce qui est loin d’être dérisoire.

Résultat, les rescapés de cette course d’obstacles seront vraisemblablement moins d’une dizaine en février prochain pouvant espérer succéder à Macky Sall.

Car ce pays dont nous parlons, c’est bien sûr le Sénégal, qui, à travers, cette mascarade électorale ne donne pas la meilleure image internationale de lui-même. Alors, me direz-vous, pourquoi cette absurdité si l’on sait d’avance que la plupart des personnes déclarées aujourd’hui ne seront pas présentes demain ? Il y a d’abord celles pour qui il s’agit là d’une opération de com’, une façon de faire parler d’elles, d’être invitées à la radio et à la télévision, de prendre date pour l’avenir. En clair de faire un tour de piste, comme au cirque, et puis de s’en aller.

Et il y a les autres, celles qui monnaieront leurs parrainages de façon « sonnante et trébuchante » ou par quelques gratifications obtenues auprès du candidat victorieux après lui avoir apporté leur soutien, même tardif, ici un poste dans l’administration, là une autorisation ou un passe-droit quelconque, ailleurs une exonération fiscale, etc.

Finalement, au royaume de l’Absurdie, des petits malins vont s’en mettre plein les poches, « business is business », et tant pis si cela a pour conséquences de brouiller le scrutin électoral et de tourner en dérision une élection capitale pour l’avenir du pays.

Au final, c’est la démocratie qui en sortira plus affaiblie. Ainsi va la vie au royaume de l’Absurdie.

Le Directeur de publication 

d’Ichrono

logotwitterFacebook