Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

Coupe du Monde de football : Une France métissée

Juil 20, 2018
Coupe du Monde de football : Une France métissée

A peine les flonflons de la fête étaient-ils éteints qu’une polémique, aux effluves racistes, aux relents nauséabonds, naissait. La fête, quelle fête ? La coupe du monde bien sûr, décrochée en Russie par les bleus. Autrement dit par l’équipe de France.

Le ton a été donné par des pays connus pour leur ostracisme, leur xénophobie et pour propager des idées nationalistes comme l’Italie et la Pologne. Pour ceux-ci, l’équipe de France était plutôt une équipe « africaine », au prétexte que sur les onze joueurs plusieurs d’entre eux ont des origines familiales se situant de l’autre côté de la Méditerranée. Que de sarcasmes n’a-t-on pas entendu ? Que de titres racoleurs n’a-t-on pas lu dans la presse italienne et polonaise ?

Quelle honte ! Quelle calomnieque ce procès en identité

Certes, plusieurs co-équipiers d’Hugo Lioris, d’Antoine Griezmannn, d’Olivier Giroud ou de Benjamin Pavard ne sont pas tous issus, comme eux, du terroir national, de Nice, des Hauts-de-France ou de Macon.  Leurs parents sont venus du Cameroun, du Sénégal où d’ailleurs. Mais de qui on parle ? Tous, sans exclusive, se sont réclamés de leur nationalité française. Ils l’ont revendiquée, clamée haut et fort. Ils ont entonné d’une même voix l’hymne national « La Marseillaise ». Ils ont fait se dresser dans les stades des milliers de drapeaux tricolores et ont vanté les vertus, les valeurs de la République.

Le soir de la demi-finale gagnée, puis de la finale remportée, des centaines de milliers de français ont envahi les Champs-Elysées rappelant un autre évènement historique, mais de nature différente, la Libération du pays à la fin de la seconde guerre mondiale.

Que faut-il leur demander de plus ?

De mettre des buts ? Ils l’ont fait ! Que ce soit Kylian Mbappé sorti de sa banlieue de Bondy, Raphaël Varane d’origine martiniquaise ou Paul Pogba d’origine guinéenne.

C’est sur leur comportement, leur volonté de vaincre, leur énergie et leur talent que durant tout le mois qu’à duré la coupe du monde, s’est façonnée l’unité des français autour du ballon rond. Pour combien de temps, nul ne le sait. Mais ces moments là sont suffisamment rares dans l’histoire de France pour être appréciés, savourés, comme il se doit.

Un « onze » métissé, fierté de la France

Qu’ils soient blancs ou noirs, ces onze-là ont un patrimoine commun, celui d’être français. Faut-il donc qu’ils exhibent leur passeport pour convaincre les sceptiques ? Et ils ont été la fierté de notre pays. Ils ont fait rêver soixante-six millions de français dans les grandes villes comme dans les plus petites bourgades de l’hexagone, des jeunes et des moins jeunes, des femmes comme des hommes.

Une alchimie qui honore la France

En affrontant et en remportant des victoires sur l’Uruguay, l’Argentine, la Belgique et la Croatie ils se sont montrés aussi intrépides que les gaulois face aux romains. Vercingétorix en personne ne les aurait pas reniés. Et leur potion magique ne provenait pas d’un quelconque breuvage imaginé par un mystérieux druide. Mais elle est le fruit d’une alchimie basée sur la cohésion d’un groupe, son goût du partage en raison de sa diversité. Par cette harmonie collective, au-delà de leur origine sociale, culturelle, ou religieuse, les joueurs de l’équipe de France ont indiqué le chemin, démontré, malgré les esprits chagrins, que l’intégration n’était pas cet échec que certains hommes (et femmes) politiques relayés par quelques médias se plaisent à mettre en avant. Mais une belle réussite quand elle est portée par des valeurs humanistes, de respect, de solidarité et d’amitié.

La belle complicité entre eux, leur joie communicative, leur ambition de ramener la coupe du monde en France à fait oublier à tout un peuple, le temps d’un tournoi, les soucis, les peurs, les craintes. Quel dirigeant politique, sur la planète, peut se vanter d’obtenir un tel résultat, d’entraîner derrière lui une telle adhésion, de provoquer une telle communion ?

Une victoire sur l’obscurantisme

Alors, les mauvaises langues pourront toujours dire, continuer à instruire un mauvais procès, les faits sont têtus. La France, qui aujourd’hui, est métissée pour sa plus grande richesse (car c’est de la différence qu’on se nourrit, et non pas « s’appauvrit », comme le clament quelques-uns) s’est totalement reconnue, identifiée à ces dieux du stade. 

Ces « onze » qui nous ont mis des étoiles plein les yeux peuvent entrer au Panthéon du sport car ils ont montré le plus bel exemple qui soit à la jeune génération et en ce sens leur triomphe est aussi une grande victoire sur l’obscurantisme et une belle leçon d’espoir pour l’avenir.

Le Directeur de la publication Ichrono

Dernière modification le samedi, 21 juillet 2018 09:13

logotwitterFacebook