Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

Billet d’humeur

Publié dans Billet d’humeur

« UBU ROI » ET LE SENEGAL

Jui 16, 2018
« UBU ROI » ET LE SENEGAL

L’actualité offre parfois des petites pépites qui ravissent le chroniqueur. Certains diront que j’ai peut-être l’esprit taquin, mais comment résister à l’idée de mettre en pleine lumière ce que les gouvernants s’efforcent de nous dissimuler. Le pouvoir est comme une pièce de monnaie, avec son côté pile et son côté face, son aspect transparent et son côté obscur. Or le rôle des médias est de faire toute la lumière sur les impérities du pouvoir, tant il est vrai que « le pouvoir corrompt et le pouvoir absolu corrompt absolument ».

Prenez par exemple l’usage, pour le moins surprenant, qu’il est fait du palais présidentiel à Dakar, lieu de travail de l’actuel chef de l’Etat Macky Sall. Voici peu des étudiants n’ont rien trouvé de mieux que d’escalader le mur d’enceinte (ce qui constitue une violation de domicile) avant d’affronter les gendarmes qui se trouvaient là. Il faut dire que le protocole de la présidence n’avait pas jugé bon de leur adresser un carton d’invitation à la réception donnée au même moment en faveur des jeunes du Mouvement des élèves et étudiants apéristes (MEEL). La porte leur étant fermée ils ont donc décidé d’entrer par la fenêtre …(ce qui leur a valu une condamnation pour outrage à agents).

Cette inviolabilité du palais n’est d’ailleurs pas nouvelle et l’habitude semble avoir été prise sous le règne de Wade. A cette époque, ce haut lieu de la République était presque devenu une cour des miracles, où chacun allait et venait à sa guise quand il n’était pas l’endroit d’explications musclées. Ainsi en 2011, dans cette enceinte, pourtant normalement sécurisée, un différent a opposé des jeunes appartenant à des factions rivales du PDS (Parti démocratique sénégalais) et s’est terminé en pugilat sous forme de bataille rangée. 

Bis repetita un peu plus tard, en 2013, lorsqu’un haut fonctionnaire (le directeur général de l’Agence Nationale pour ‘Emploi des Jeunes) et un député ont choisi le bureau du directeur de cabinet de Macky Sall pour le transformer en ring de boxe et échanger des coups d’ordinaire plus habituels dans la rue que dans un palais présidentiel.

En lisant ces quelques lignes, certains prendront le parti d’en rire tellement cela semble surréaliste et relevant d’une comédie de boulevard. D’autres, au contraire, estimeront que c’est affligeant. Question image en effet cela fait tâche dans le tableau car le palais présidentiel, quel que soit le pays, représente le symbole de l’Etat, de la République et à ce titre mérite le respect.

Mais pour être respecté faut-il être respectable. Or, est-il respectable de transformer cet endroit en permanence politique comme cela a été le cas sous l’ère Wade. Comment s’étonner ensuite que des trublions n’hésitent pas à considérer le palais présidentiel comme une auberge espagnole.

Imagine-t-on pareils incidents, spectacles aussi insolites à la Maison Blanche, au Kremlin ou à l’Elysée ?

On prétend que certains chefs d’Etat ont pour livre de chevet « Le Prince » de Machiavel, à croire que les présidents successifs du Sénégal préfèrent l’ouvrage d’Alfred Jarry (1896) « Ubu roi », qui est une parodie burlesque sur le pouvoir et ses abus. A chacun ses lectures.

Le Directeur de la publication

IKrono

logotwitterFacebook