Au Sénégal, l’opposition a lancé ce jeudi 13 décembre une plateforme, la POSE : la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections. En vue de la présidentielle de février prochain, une trentaine d’acteurs, des candidats à la présidentielle et des membres de la société civile ont donc signé une charte qui stipule qu’ils s’engagent à participer à la transparence du scrutin. Idrissa Seck, Ousmane Sonko, Madické Niang, des représentants de Karim Wade et de Khalifa Sall ont notamment signé ce document, car ils estiment que le président Macky Sall veut passer en force et gagner au premier tour. Reportage.

L’image est forte : deux photos de Khalifa Sall qui est en prison et de Karim Wade qui est en exil encadrent les prétendants à la présidence. Au pupitre, l’avocat Mame Adama Gueye qui est à l’origine de cette plateforme POSE accuse le président Macky Sall de vouloir passer dès le premier tour. « Quand on veut avoir la mainmise sur les réseaux sociaux, qu’on verrouille les médias publics, qu’on achète des armes anti-émeutes, il y a un hold-up électoral en préparation », estime l’avocat.

Pour le leader du parti Rewmi Idrissa Seck, la plateforme mise en place, cette volonté de l’opposition de pointer du doigt d’éventuels problèmes lors de la présidentielle, bloquera Macky Sall. « Le peuple sera déterminé. Je pense que son hold-up électoral échouera », dit-il.

Divisée depuis des mois, l’opposition a donc réussi à s’accorder. Madické Niang, ancien cadre du PDS qui a décidé de tenter l’aventure présidentielle en solo, estime que cette entente doit aller plus loin. « C’est déjà un début d’alliance. Nous pouvons nous engager, nous promettre que celui qui sortira de cette plateforme, il ira inéluctablement avec Macky Sall au deuxième tour et il sera battu. C’est ça que nous recherchons », dit-il.

La charte signée engage les prétendants de l’opposition au poste suprême à financer, à appuyer cette plateforme de sécurisation des élections. Le plus difficile reste donc à accomplir.

RFI

 

Il y aura deux clubs français au deuxième tour de la coupe d’Europe des clubs de football, la prestigieuse Ligue des champions UEFA. Si la présence du Paris Saint-Germain en huitièmes de finale était attendue, celle de l’Olympique lyonnais (OL) est davantage une surprise, l’OL n’ayant plus franchi le premier tour depuis 2011.

L’OL a décroché la dernière place dans le top 16 européen, ce 12 décembre 2018 en Ukraine, à l’issue d’un match plein de nervosité. Les Lyonnais ont en effet multiplié les occasions de but ratées, contrairement aux joueurs du Chakhtior. Ces derniers ont ouvert le score à la 22e minute grâce à un beau mouvement collectif et à un tir croisé de l’attaquant Brésilien Junior Moraes (1-0).

Il a fallu attendre un exploit individuel de Nabil Fékir à la 65e minute – crochet et frappe enroulée – pour que les visiteurs décrochent le match nul (1-1) dont ils avaient besoin. Avec ce petit point pris, les « Gones » terminent à la deuxième place du groupe F, derrière Manchester City, mais devant le Chakhtior et Hoffenheim.

L’Olympique lyonnais doit désormais attendre le tirage au sort des huitièmes de finale, qui aura lieu le 17 décembre, pour connaître son futur adversaire.

REUTERS

En ces temps où les bonnes nouvelles ne sont pas légion et où les questions politiques ne doivent pas nous obséder, il en est, concernant la santé qui peuvent nous réjouir. Comme celle concernant l’éradication au Sénégal de la mouche tsé-tsé.

Cette mouche, responsable de la maladie du sommeil, a en effet été éradiquée au nord de Dakar, une des zones vivrières les plus importantes du pays qui concentre 80 % de la population. Longtemps les éleveurs ont été victimes de cette mouche qui se nourrit du sang du bétail par la transmission d’un redoutable parasite, le trypanosome, responsable chez l’homme de la maladie du sommeil.

Les chercheurs français ont largement contribué à la découverte en particulier ceux du CIRAD, Centre de coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement. Et il a fallu pas moins de douze années pour qu’une campagne, dite de l’insecte stérile, porte ses fruits.

L’idée consistait à inonder une zone d’environ 1000 km2 de millions de mouches mâles stérilisés par irradiation. Ceux-ci ont été produits dans deux laboratoires, l’un situé en Slovaquie et l’autre au Burkina Faso et ont été lâchés par avion au-dessus de la région concernée. Résultat, aujourd’hui la zone des Niayes a été officiellement déclarée libérée de la mouche tsé-tsé.

Reste à savoir maintenant si cette TIS (Technique de l’Insecte Stérile) va pouvoir profiter à l’île de la Réunion pour combattre le chikungunya et lui permettre d’éviter la récidive d’une crise sanitaire qui en 2006 a été l’origine de 203 décès.

Saint-Denis, dans le 93.3, dans son laboratoire de l’Institut de recherche pour le développement le chercheur et entomologiste Louis Clément Couagna travaille depuis plus de dix ans sur cette maladie et son projet est de monter une mini-usine à moustiques afin de produire environ 300 000 moustiques-tigres-irradiés afin d’endiguer, zone par zone, les secteurs de l’île où les moustiques-tigres pullulent. Les moustiques lâchés auront été préalablement irradiés aux rayons x afin que lors de leur accouplement avec des femelles celles-ci ne puissent plus reproduire et n’aient aucune descendance.

Souhaitons que l’expérience conduite avec succès au Sénégal et dont tout le monde peut se réjouir connaisse le même succès à La Réunion. Comme quoi, heureusement dans la vie il arrive qu’une bonne nouvelle en chasse de mauvaises.

Le Directeur de la publication Ichrono

 

Traverser l’Atlantique à la rame pour alerter sur la pollution, c’est le défi que se sont lancé quatre solides marins qui ont quitté Dakar ce vendredi 14 décembre, à bord d’un bateau « propre » qui ne rejette aucun déchet mais qui est financé par un géant mondial de l’exploitation portuaire. Ils profiteront de leur traversée pour mener observations et prélèvements tout au long du parcours.

La longue houle de l’Atlantique ne leur fait pas peur. Mi-rêveurs, mi-aventuriers, l’objectif numéro un explique, l’équipier Andrew Ruinoff, est d’alerter sur la présence de plus en plus importante de plastique dans l’océan. « Notre espoir c’est de faire comprendre l’impact négatif du plastique au plus grand nombre. C’est le but principal. Et on est pressé d’y aller. »

C’est DP World, troisième exploitant portuaire au monde, qui finance cette aventure. Un secteur extrêmement polluant. Le groupe qatari cherche à développer des ports plus respectueux de l’environnement. Aboubacar Sadikh Beye est directeur général de celui de Dakar qui sera en partie délocalisé au sud de la capitale pour réduire la pollution. « Les bateaux ne sont pas contrôlés et ils sont actuellement très polluants. Et c’est vraiment lentement que les compagnies maritimes deviennent plus respectueuses de l’environnement », explique-t-il.

C’est sur un trimaran en carbone de 12 mètres, propulsé uniquement à la rame, que cette tentative de traversée sera tentée. Le skipper Patrick Bol est bien conscient de la pollution issue du transport maritime. Poussés par les courants et le vent sur la route des alizés, les quatre marins qui effectueront des prélèvements d’eau pour mesurer les taux de pollution espèrent toucher le Surinam d’ici un petit mois.

RFI

Page 3 sur 572

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Banniere UAA 260x600

Video galleries

logotwitterFacebook