Erreur
  • Échec du chargement du fichier XML
  • http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml
  • XML: failed to load external entity "http://ichrono.info/templates/sj_tech/templateDetails.xml"

La condamnation lundi 23 mars de l'ancien ministre sénégalais et fils de l'ancien président, Karim Wade a fait l'effet d'un coup de tonnerre dans le rang de ses partisans du PDS. Ce weekend, ils l’ont désigné candidat à la prochaine présidentielle. Adulé dans son parti, il ne fait pas l’unanimité dans la population sénégalaise mais il apparaît aux yeux de certains comme une victime.

Avec notre correspondante à Dakar, Carine Frenk

Dans le box des accusés, Karim Wade est absent. Il refuse de comparaître en signe de protestation contre la violation de ses droits. En revanche, son père, Abdoulaye Wade est venu. L'ancien président avait toujours refusé d'assister aux audiences, pour ne pas cautionner ce qu'il considère comme une parodie de justice.

On ne peut pas sur la base de présomption condamner quelqu'un
Serigne Mbake Ndiagne Un proche de Karim Wade 24/03/2015 - par Christine Muratet écouter

Le président de la Cour annonce six années de prison pour Karim Wade. « C'est trop, c'est trop », hurlent les militants. Ils sont très remontés à la sortie de l'audience. « Ce n’est pas normal ! Tout ça, c’est politique. Il n’y a rien, il n’y a pas de preuves. Ils ont fait ce qu’ils voulaient. Ca ceLe président de la Cour annonce six années de prison pour Karim Wade. « C'est trop, c'est trop », hurlent les militants. Ils sont très remontés à la sortie de l'audience. « Ce n’est pas normal ! Tout ça, c’est politique. Il n’y a rien, il n’y a pas de preuves. Ils ont fait ce qu’ils voulaient. Ca ce n’est pas de la juridiction normale », revendique cette jeune femme. « Macky Sall fait le maximum pour empêcher Karim Wade de se présenter aux élections prochaines parce qu’il sait nettement que c’est son adversaire potentiel pour le battre aux élections libres et clairement », dénonce un militant. « C’est un procès politique. Le gouvernement vient de montrer qu’il n’y a que des hypocrites au pouvoir », critique cet autre.

Les militants se donnent rendez-vous à la résidence d'Abdoulaye Wade... Devant eux, l'ancien président prononce quelques mots en langue locale, le wolof : « C'est du cinéma, du théâtre. Il ne faut pas baisser les bras. » Les avocats ont décidé de se pourvoir en cassation. Le PDS de son côté a annoncé la tenue d'un meeting, vendredi prochain.

Karim Wade, une victime ?

S’il est aujourd’hui soutenu par le PDS, Karim Wade n’a pas toujours été très bien vu. Quand son père Abdoulaye Wade était au pouvoir, les Sénégalais le surnommaient, « le ministre du ciel et de la terre » lui qui avait en main quatre portefeuilles des plus importants. Ses détracteurs lui reprochaient son train de vie, son arrogance. Son nom était cité dans des scandales de corruption et de détournements. On le savait adulé par son père et l’on redoutait plus que tout une succession dynastique à la tête du Sénégal.

Aujourd’hui, Karim Wade a déjà passé deux années en prison et les lignes ont bougé. Si certains ne sont pas près d’oublier et ne veulent surtout pas entendre parler d’impunité, d’autres en revanche reconnaissent que Karim Wade est plus populaire qu’avant. C’est lié au fait qu’il apparaît aux yeux d’une partie de la population comme victime d’une injustice, d’un règlement de compte politique explique un professeur de sciences politiques. D’autant qu’il est pour l’instant, l’un des seuls responsables à devoir rendre des comptes.

Ces deux années d’incarcération, ce qui n’est pas arrivé souvent dans l’histoire politique du Sénégal, le rendent de facto plus sympathique qu’avant souligne le politologue. Même s’il ne faut ne pas forcément y voir, précise-t-il, une adhésion à sa cause. L’ancien président Abdoulaye Wade, y est lui acquis et entend bien remuer ciel et terre pour faire libérer son fils.

Le président Abdoulaye Wade ajuste un ruban sur le costume de son fils Karim Wade, le 19 janvier 2011.

Rfi

Le secrétaire général du Parti socialiste se dit convaincu que le droit sera dit sur le procès de Karim Wade. Ousmane Tanor Dieng dénonce les menaces de l’opposition.

Ousmane Tanor Dieng fait confiance à la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). En marge de la réunion du Bureau politique du Parti socialiste, samedi, il a «réaffirmé l’attachement» de sa formation à «l’Etat de droit qui caractérise le Sénégal». Le secrétaire général du Ps d’ajouter : «La séparation des pouvoirs est fondamentale dans toute démocratie. Nous réaffirmons aussi notre confiance aux magistrats et nous sommes convaincus que le droit sera dit.» Les Socialistes ont cependant dénoncé le comportement de l’opposition qui, soutiennent-ils, veut installer le pays dans une «tension». M. Dieng trouve «anormal» que l’opposition exerce des pressions sur les magistrats. Il appelle «tous les démocrates et les républicains à défendre la Ré­publique, la démocratie». Toute­fois, sur le verdict du procès de Ka­rim Wade, le Ps invite à la «sérénité», à «l’apaisement» et engage le gouvernement à être d’une «grande fermeté». «Toutes les dispositions doivent être prises pour que force reste à la loi. On ne peut pas être dans un pays et indiquer que si telle ou telle décision est prise, le pays sera à feu et à sang et faire appel à l’insurrection», souligne Tanor.

«Si l’investiture de Karim est une pression sur la justice, cela me paraît inacceptable»
Interpellé sur la candidature de Karim Wade à la tête du Parti démocratique sénégalais pour briguer le suffrage des sénégalais à l’élection présidentielle, le socialise rétorque : «Je n’ai pas de point de vue sur la candidature de Karim Wade parce que c’est une affaire interne au Pds. Le parti a le droit de choisir qui il veut en conformité avec les textes qui régissent son fonctionnement. Par contre, si, par extraordinaire, une telle décision apparaît comme une pression sur la justice, je dis que ça me paraît inacceptable.»

lequotidien

En Tunisie, l'attentat du Bardo lors duquel 21 personnes ont été tuées a exposé les failles du dispositif de sécurité déployé autour du musée et de l'Assemblée nationale, située juste à côté. Cinq jours après l’attaque, plusieurs chefs de la police ont été sanctionnés.

Du côté du Premier ministre, on évoque des lacunes dans la protection du musée,
constatées après la visite sur place hier soir d'Habib Essid. Le chef du gouvernement tunisien a immédiatement limogé le chef de la police de Tunis et celui du Bardo. D'autres commandants auraient également été démis de leurs fonctions, selon l'agence Reuters. Un mandat de dépôt « a par ailleurs été émis contre un policier chargé de la sécurité du musée », précise de son côté le parquet.

Le président Béji Caïd Essebsi avait promis une enquête approfondie sur les dysfonctionnements après avoir reconnu des failles sécuritaires : manque d'agents à l'entrée du Bardo, qui abrite pourtant l'Assemblée, découverte d'un couple d'Espagnols à l'intérieur, 24 heures après le drame…

Le chef du gouvernement promet des mesures au ministère de l'Intérieur. Il reconnait enfin que les autorités ont « négligé » la menace que représentent les Tunisiens de retour du jihad en Libye, Syrie ou Irak. Ils seraient plusieurs centaines. C'était justement le cas des deux jeunes qui ont mené l'attaque du Bardo.
Chronologie et chiffres clés


    Attaque de Tunis: les autorités …

    Attentat de Tunis: le point sur …

    Attentat de Tunis: les failles …

    Habib Essid sur RFI: «Nous allons …

    Jihadisme en Tunisie: Ennahda et …

    Attaque de Tunis: les autorités …

    Attentat de Tunis: le point sur …

    Attentat de Tunis: les failles …

    Habib Essid sur RFI: «Nous allons …

    Jihadisme en Tunisie: Ennahda et …

    Attaque de Tunis: les autorités …

Rfi

 

La justice sénégalaise a condamné Karim Wade, fils de l'ancien président Abdoulaye Wade, à une peine de six ans d'emprisonnement et à une amende de 138 milliards de francs CFA (209 millions d'euros), pour « enrichissement illicite », anéantissant ses espoirs d'être candidat à la présidentielle de 2017.

Avec notre correspondante à Dakar,  Carine Frenk

Le délit de corruption tombe, mais Karim Wade a été reconnu coupable « d’enrichissement illicite ». Il est donc condamné à six ans de prison ferme et à 138 milliards de Francs CFA d’amende, soit 210 millions d’euros.

Quant à ses co-accusés comme Bibo Bourgi, Alioune Samba Diassé, Mamadou Pouye, eux aussi écopent de lourdes peines : cinq ans de prison et de fortes amendes. Deux d’entre eux sont néanmoins innocentés et obtiennent une relaxe.

« C’est trop », crie la foule de militants venue assister à la lecture de l’arrêt. « C’est un procès politique. » Le président de la cour a même dû s’interrompre sous les huées de la foule avant de reprendre l’énoncé de son jugement.

En signe de protestation contre la violation de ses droits, Karim Wade n’était pas dans le box des accusés. En revanche, son père Aboudalaye Wade est venu. L’ancien président avait toujours refusé d’assister aux audiences pour ne pas cautionner ce qu’il considère comme « une parodie de justice ». Sa présence aujourd’hui au tribunal a conféré un évènement à caractère assez dramatique. Il devrait faire une déclaration dans les heures qui viennent.

Fin des ambitions présidentielles

Il faut savoir aussi que les avocats de la défense n’ont pas la possibilité de faire appel car la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei) ne prévoit aucun recours possible, mais ils peuvent néanmoins déposer un recours devant la Cour suprême du Sénégal.

Karim Wade avait été désigné, samedi 21 mars, candidat à la prochaine présidentielle par les militants du Parti démocratique sénégalais (PDS), la formation de son père. Cette condamnation l'empêchera donc de briguer la magistrature suprême.

Rfi

Page 449 sur 559

AUDIO

Les enfants ne sont pas
Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...

BANNIERE 03 UNE IKRONO

Video galleries

logotwitterFacebook