L’info fait tressaillir de peur : Les Hlm hébergent le plus grand nombre  de drogués dans la capitale. Les statistiques, fournies par la Coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan), appuyée par les autorités sénégalaises et une Ong américaine spécialisée dans ce domaine, montrent que le mal est très profond : 83 % des jeunes âgés entre 15 et 19 ans touchent à la marijuana ou à la cocaïne. Sidérées par la situation, les populations s’engagent à inverser la tendance. Surtout que le quartier a été mis sur la liste rouge du ministère de l’Intérieur.

Cela relève presque de l’improbable : Les Hlm ont le taux le plus élevé de drogués dans la capitale. Depuis quelques temps, cette commune est mise sur la liste rouge par le ministère de l’Intérieur qui fait le classement des zones les plus exposées à la consommation des stupéfiants. Les statistiques font froid dans le dos : 83 % des jeunes de cette localité, situés dans la tranche d’âge comprise entre 15 et 19 ans, s’adonnent à la drogue. Si les 10% des jeunes fument la marijuana, les 5% se livrent à la cocaïne. Et les autres touchent à d’autres stupéfiants. Cette situation est surtout favorisée par la proximité avec les trafiquants qui ont élu domicile dans ce quartier situé dans le ventre mou de la capitale. L’information est contenue dans un rapport qui a fait l’objet d’une restitution mercredi et jeudi à l’église des Hlm, organisée par la Coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan) dont le président est Ab­dou­laye Guèye en partenariat avec l’Ong américaine, la Communauté antidrogue des coalitions américaines (Cocad) avec à sa tête Benoît Dagadu. «Hlm est sur la liste rouge au niveau du ministère de l’Intérieur. La plaie est profonde. A chaque coin de rue, on retrouve des trafiquants», témoigne Ama­dou Jean Guèye, chef de quartier des Hlm 2 et 3.

Hlm sur la liste rouge du ministère de l’Intérieur
Mais, les trafiquants sont traqués de jour et de nuit : Selon la police des Hlm, citée par le rapport, «10 consommateurs de cannabis et 4 trafiquants ont été arrêtés au cours des 30 derniers jours et 30 consommateurs et 6 trafiquants dans les 12 derniers jours». Ce n’est pas seulement les garçons qui usent de la drogue. La consommation se féminise avec les filles qui s’en enivrent à cœur joie au niveau de la commune des Hlm. «Des filles fumant du chanvre indien ont été arrêtées la fois passée», raconte Abdoulaye Guèye, le président du Cocad Hlm. Elle est favorisée toujours, selon l’enquête par le chômage, la promiscuité et la mauvaise fréquentation des jeunes, si l’on  s’en tient aux informations issues de l’enquête réalisée par les relais formés par le Cocan en partenariat avec l’Ong américaine.
Abdoulaye Guèye juge que l’heure est venue pour réagir face à ce fléau. «Nous ne devons pas croiser les bras, si la consommation de la drogue a pris des proportions chez les jeunes aux Hlm, c’est que les gens ont fait de la drogue un sujet tabou. Catastrophique ! Il ne faut pas se voiler la face. Si tu veux régler un problème, il faut le régler à la racine. J’ai été sidéré. J’ai eu honte. J’ai eu des frissons», constate, avec force,  le président de Cocad Hlm. «Nous voulons amener les personnes responsables à parler de la drogue. Parce que si on n’en parle pas, nous n’allons pas trouver des solutions. Tous ceux qui sont dans les foyers sont confrontés à ce fléau. Nous le vivons au plus profond de nous-mêmes», ajoute Abdoulaye Guèye. «Aujourd’hui, les gens se droguent sans gêne. C’est là où ça devient dangereux. A ce moment, nous sommes plus nombreux que ceux qui fument. Mais imaginons s’ils deviennent plus nombreux que nous. Ce serait dans ce cas catastrophique. Il faut prendre le taureau par les cornes», renchérit-il.
Fatoumata Diouf Guèye, 2e adjoint au maire des Hlm, souligne que la drogue est un fléau  qui est loin de se ralentir au niveau des Hlm. La mairie de la localité compte appuyer le Cocad Hlm dans la lutte contre la drogue en apportant son soutien sur tous les plans, si on se fie aux assurances de la 2e adjointe au maire. Un plan d’action sera déroulé par l’association pour réduire le taux de l’usage de la drogue chez les jeunes. C’est ce que compte faire en 2015 la Cocan Hlm. S’activant depuis 1992 dans la lutte contre la drogue, l’Ong américaine, la communauté antidrogue des coalitions américaines (Cocad) et la coalition communautaire antidrogue des Hlm (Cocan) ont du pain sur la planche.

lequotidien.sn

La coalition Benno Siggil Senegaal (mouvance présidentielle) se méfie de Me Wade et elle l’a clairement affiché hier, vendredi. En conférence de presse organisée à la permanence de l’Afp, Maguette Thiam du Pit et cie ont invité les autorités à prendre très au sérieux les interpellations de l’ancien président de la République. Pour contrer ce dernier d’ailleurs, la conférence des leaders de la coalition Bss a demandé au Chef de l’Etat à publier tout document pouvant édifier les Sénégalais sur les dossiers Petro Tim et Arcelor Mittal.
 
Si le gouvernement de Macky Sall semble pour le moment accorder peu de crédit aux interpellations de Wade (lors du meeting du 21 novembre), du côté de la coalition Benno Siggil Senegaal (Bss-mouvance présidentielle), tel n’est pas le cas. On prend très au sérieux les déclarations du secrétaire général national du Parti démocratique sénégalais (Pds). Face à la presse hier, vendredi 5 décembre, dans les locaux de l’Alliance des forces de progrès (Afp), la conférence des leaders de ladite coalition qui avait soutenu la candidature de Moustapha Niass au premier tour de la présidentielle de 2012, a tenu à attirer l’attention de Macky Sall et son régime sur la capacité de nuisance du ténor des opposants de la scène politique sénégalaise. Mieux, ces leaders ont invité le gouvernement a donner suite aux interpellations du Pape du Sopi sur les dossiers Petro Tim et Arcelor Mittal.
 
Précisant que leur déclaration n’est pas «une prise de position, mais un avis citoyen, républicain basé sur la traçabilité des faits et des actes posés par le gouvernement», Mamadou Berthé, entouré de Maguette Thiam du PIT et de Ma Ibou Badiane, a été le premier à lancer l’avertissement. «Il ne faut prendre les propos de Wade à la légère. Les membres et sympathisants doivent les prendre très au sérieux, compte tenu du contexte de leur tenue, fait d’une conjoncture économique et sociale difficile. Le gouvernement doit réagir».
 
Embouchant la même trompette, Ma Ibou Badiane a précisé que «Wade dou waxantou» («Wade tient à sa parole» en langue wolof). Et de renchérir : «Nous avons pratiqué Wade. Le professeur Maguette Thiam le connait bien ; le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) faisait partie des premiers alliés du Pds. Moi, j’étais militant du Pds… Ceci pour dire qu’on connait bien l’homme, c’est lui qui nous a formés…
 
Nous savons donc de quoi il est capable. Quand Wade parle, il faut répondre. Si vous ne répondez pas, il fonce », prévient-t-il. « C’est ça sa logique et Wade «dou waxantou».
Au regard de ces diverses considérations, la conférence des leaders de BSS exhorte donc le Chef de l’Etat à faire publier tout document pouvant édifier les Sénégalais sur l’imposture qui est devenue une «arme privilégiée» par l’opposition. «Nous savons qu’il est de tradition, de traiter ces questions-là dans la durée. Mais nous estimons cette fois, qu’il faudra que cela se fasse dans des délais relativement courts. Qu’on donne toutes les informations dont l’Etat dispose, pour clarifier ce point et informer objectivement l’opinion sur les tenants et les aboutissements de ce dossier. C’est ça le point de vue de Bss».

Page 421 sur 421

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook