Sénégal: les réactions de la classe politique à l’annonce du procès de Khalifa Sall Au Sénégal, le maire de Dakar sera jugé en correctionnel le 14 décembre prochain. Khalifa Sall et ses co-inculpés sont accusés d’association de malfaiteurs, de détournement de deniers publics et d’escroquerie portant sur 1,8 milliard de francs CFA. L’annonce de l’ouverture de leur procès fait beaucoup de bruit au Sénégal, en particulier du côté de la classe politique.

Une première réaction était attendue dès l’annonce d’un procès dans l’affaire de la caisse d’avance de la mairie de Dakar, celle de la formation à laquelle Khalifa Sall appartient toujours, à savoir le Parti socialiste, membre de la coalition présidentielle, et parti au sein duquel le maire de Dakar est en dissidence.

« Le procès annoncé n’est pas le procès contre quelqu’un en raison de son appartenance politique. C’est un procès qui va être intenté, qui va avoir lieu concernant un maire dans l’exercice de sa mission », a déclaré Abdoulaye Wilane, porte-parole du PS.

Pour les avocats de l’Etat, partie civile dans cette affaire, un procès sera l’occasion pour Khalifa Sall de s’expliquer. Le député Toussaint Manga, du PDS, parti de l’ex-président Abdoulaye Wade, y voit plutôt une manière d’écarter un opposant.

« On ne s’attend à rien d’autre qu’à une condamnation puisque c’est programmé. Malheureusement, au Sénégal, le président Macky Sall a instrumentalisé la justice pour liquider son adversaire politique », a-t-il déclaré.

Les avocats du maire incarcéré affirment que la procédure a été volontairement accélérée pour aller vers un procès. Du côté des alliés politiques du maire, on exprime la même opinion.

« Nous sommes solidaires sur l’injustice qu’il est en train de subir aujourd’hui. Vous avez vu que la procédure a été catalysée, accélérée, une célérité jamais connue dans le traitement d’un dossier », a déclaré pour sa part, Dithié Fall, vice-président du parti Rewmi, allié de Khalifa Sall, au sein de la coalition parlementaire MTS.

Les soutiens politiques du maire de Dakar doivent encore se concerter. Ils envisagent déjà d’être présents, jeudi, au tribunal de Dakar.

RFI

Ce 08 décembre 2017, le secrétaire général du mouvement Un Autre Avenir, Ibrahima Wade s’est rendu dans le centre de l’Italie à Ancône, avant de participer à une rencontre, le 10 décembre, au nord à Brescia, fief de Moustapha Seck l’un des premiers responsables du mouvement, dans la péninsule italienne.

Dans les deux étapes, il est question d’aller à la rencontre des Sénégalais pour d’une part, faire connaître ce nouveau mouvement, et d’autre part, adopter le principe du « bottom up », synonyme de la démarche hiérarchiquement ascendante, partant de la base vers l’équipe dirigeante de Un Autre Avenir.

Les Sénégalais se sont lassés de la politique politicienne et beaucoup ne s’y intéressent plus, et même certains s’y détournent complétement. Il faut nécessairement aller rencontrer les gens et leur expliquer qu’il est encore possible de pratiquer une autre politique à même de changer les comportements et de remettre la citoyenneté et le patriotisme au cœur de l’action politique.

A Ancône, nous avons rencontré des leaders très engagés dans des partis et mouvements politiques, à qui nous avons expliqué la philosophie de Un Autre Avenir, qui peut se résumer à : rassembler tous les Sénégalais vers un objectif commun pour développer notre pays.

Suite à cette rencontre, nous sommes convaincus que la compréhension de notre démarche ne souffre d’aucun doute auprès de ceux qui étaient présents. Nous sommes sortis de ces échanges confiants que le message porté par notre mouvement a reçu un écho favorable et que nous avons réussi à enrôler des militants qui vont porter ce message à la connaissance de tous les Sénégalais d’Italie.

Il était question aussi d’aller à la base pour mieux s’imprégner des préoccupations de la diaspora et de prendre connaissances des solutions pensées par elle-même, pour elle-même, avant de les intégrer dans notre projet politique et de globaliser les réponses avec l’ensemble des questions que se posent tous les Sénégalais, d’où ils se trouvent sur cette terre.

Nous pensons révolue l’époque où les hommes politiques venaient avec des solutions souvent empruntées des pays développés pour répondre à la demande des populations. Maintenant la stratégie politique répondant aux exigences des populations doit être élaborée avec ces dernières. C’est ce que nous croyons à Un Autre Avenir et c’est ce que nous sommes en train de faire avec ces rencontres qui ont commencé en Italie, mais qui vont se poursuivre et s’étendre partout où il y a des Sénégalais.

Après le lancement du mouvement prévu au mois de janvier au Sénégal, nous allons entamer une tournée nationale et internationale pour expliquer aux Sénégalais le mouvement Un Autre Avenir, en espérant y faire adhérer le plus grand nombre, avant d’entamer les combats politiques futurs, avec plus de chance de réussite.

A l’entame de cette petite tournée italienne, débutée à Ancône et qui va se poursuivre ce dimanche à Brescia, nous avons toutes les raisons d’être optimistes, vu l’accueil, la richesse des échanges et le degré d’engagement des Sénégalais dans la démarche inédite de Un Autre Avenir.

L’Italie, (après Paris où nous avons lancé la plateforme numérique), a donné le top départ. Espérons que le lancement au Sénégal va impulser la cadence et que les tournées dans les autres contrées où résident des Sénégalais vont maintenir le tempo qui va nous permettre d’arriver dans les délais et en nombre à tous les rendez-vous où il est question de décider de l’avenir du Sénégal. 

Ibrahima Wade

Secrétaire général de Un Autre Avenir

Dans le cadre de l’affaire dite de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar, le Collectif Solidarité et soutien à Khalifa Sall pour la collecte de la caution exigée au député-maire, en jonction avec la famille et les amis du député-maire ont trouvé ladite somme pour la libération de leur camarade en prison, depuis près de 9 mois. En acceptant de verser ladite caution, Khalifa Sall et ses conseillers juridiques, qui n’étaient pour cette initiative, semblent donner raison à Mignane Diouf et compagnie, initiateurs de ladite campagne de collecte.

Les partisans et conseillers juridiques du député-maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, en prison depuis près de 9 mois, dans le cadre de la caisse d’avance de sa mairie, se sont-ils lassés dans le combat juridique en décidant finalement de versement de la caution de 1,800 milliard de Franc Cfa ? En tout cas, l’acceptation de ladite somme mobilisée par le Collectif Solidarité et soutien à Khalifa Sall, initiateur de la campagne de collecte des moyens en vu de faire bénéficier à Khalifa Sall une Liberté provisoire (LP), en collaboration avec la famille et les amis du député-maire, sonnerait comme un aveu d’impuissance.

En effet, dès l’entame de l’initiative lancée par Mignane Diouf, président du Forum social sénégalais (Fss) et compagnie, les robes noires de l’édile de la ville de Dakar avaient opposé un niet catégorique à ladite démarche. En son temps, l’un des conseils de Khalifa Sall, en l’occurrence Me Khouraichi Ba avait fait savoir que «cela sera une menace pour un homme politique de la trempe de Khalifa Sall».

Il avait estimé ainsi que «le paiement de cette somme fonctionnera comme une preuve de culpabilité, alors qu’il n’en est rien». Très convaincu, à l’époque, de la possibilité pour les avocats de sortir de prison leur client sans cette caution, Me Ba avait soutenu que «nous (avocats) nous battrons juridiquement jusqu’à la libération de notre client qui a toujours démontré son innocence».

Hélas, avec le dernier coup qui a été porté à leur client, notamment la levée de son immunité parlementaire, la caution semble être leur «dernier recours» pour obtenir la LP de Khalifa Sall. Cela, sur approbation certainement de Khalifa Sall car, sur le plan juridique, l’acte de paiement de la caution doit être approuvé par la personne concernée.

En tout état de cause, ladite caution, composée entre autres de terrains bâtis ou en cours de construction, a été rassemblée selon les affirmations du maire de Dieupeul Derklé, Cheikh Gueye, adjoint au maire de Dakar, qui informe que c’est grâce au collectif, à la famille et aux amis de Khalifa Sall, sans oublier les sénégalais de l’extérieur. Sur ce d’ailleurs, remerciant au passage Mignane Diouf et compagnie pour avoir très tôt compris qu’il y avait une possibilité pour l’élargissement de Khalifa Sall en mobilisant une caution, Cheikh Gueye a avoué «qu’à l’époque, ce n’était pas évident pour tout le monde».

Mieux, il fera savoir, qu’aujourd’hui «l’histoire semble vous donner raison», s’adressant ainsi à Mignane Diouf et compagnie.

Toutefois, les initiateurs de cette campagne, ainsi que les collaborateurs et la famille de Khalifa Sall paraissent garder espoir, après moult tentatives menées en vain, par les robes noires du député-maire. En effet, Mignane Diouf, qui a déploré un «complot politique» contre Khalifa Sall, espère néanmoins que «ce dossier voit finalement son épilogue afin que le député-maire retrouve sa liberté pour s’occuper des Dakarois, de sa famille, de tout le monde». Même son de cloche pour le philosophe-professeur, Abdoulaye Elimane Kane qui, en faisant un témoignage sur ses rapports avec Khalifa Sall, a exprimé toute sa certitude en la «sincérité de cet homme». Pour lui, le maire de Dakar doit bénéficier d’une LP pour «mieux préparer sa défense».

L’espoir est aussi permis du coté de sa famille. Parlant, en fait, au nom des parents, sa sœur Ndéye Marie Diop dit «espérer qu’avec le versement de la caution, que Khalifa Sall puisse bénéficier d’une Liberté provisoire».

SudOnline

Sans surprise, le Portugais a reçu, ce 7 décembre, le Ballon d'Or 2017 qui récompense son année exceptionnelle. Vainqueur de la Liga et de la Ligue des champions avec le Real Madrid, Cristiano Ronaldo était le grand favori à sa propre sucession. Messi et Neymar complètent le podium.

Il n'y avait plus vraiment de suspense depuis plusieurs mois déjà. Ce jeudi 7 décembre, le semblant d'incertitude qui flottait encore s'est envolé. Le Ballon d'Or 2017 reste entre les mains de son possesseur. Comme en 2016, le vainqueur s'appelle Cristiano Ronaldo. Il devanceMessi et Neymar sur le podium. Avec cinq Ballons d'Or (2008, 2013, 2014, 2016 et donc 2017), Ronaldo est désormais le joueur le plus titré à égalité avec Messi.

Une Liga et une Ligue des champions (avec des buts en pagaille) en 2017

Le nouveau sacre du Portugais ne faisait guère l'ombre d'un doute. En 2016, il avait remporté la Ligue des champions avec le Real Madrid et il avait mené son pays jusqu'à la victoire à l'Euro, sachant que le Portugal n'avait jamais rien gagné dans son histoire. Cette année, « CR7 » a encore été flamboyant.

Avec son attaquant insatiable, le Real Madrid a conquis la Liga après cinq années de disette. Le club madrilène a également conservé la Ligue des champions, une performance inédite depuis les éditions 1989 et 1990 remportées par l'AC Milan. Un triomphe européen que le Real doit en grande partie à Ronaldo, auteur de 12 buts dans la compétition.

Le Madrilène, dont la clause libératoire est estimée à 1 milliard d’euros, s'est montré décisif en inscrivant 5 buts en deux matches au Bayern Munich en quarts de finale (un doublé et un triplé), et en signant un nouveau triplé en demi-finale aller contre l'Atlético de Madrid. Cristiano Ronaldo, qui s'est mué en attaquant de pointe, termina en beauté avec un doublé en finale contre la Juventus de Gianluigi Buffon (4-1). La machine à marquer repousse encore les limites: Ronaldo est plus que jamais meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des champions avec 115 réalisations (dont une en tour préliminaire, en 2002, avec son club formateur du Sporting Portugal).

Une décennie écrasée par Ronaldo et Messi

A 32 ans, Cristiano Ronaldo ajoute une ligne supplémentaire à son interminable palmarès. Il y a 9 ans, en 2008 donc, il remportait son tout premier Ballon d'Or. A l'époque, le Portugais jouait à Manchester United. Puis, à coups de performances et de statistiques ahurissantes, une rivalité sportive est née entre lui, devenu joueur du Real Madrid en 2009, et Lionel Messi, icône du FC Barcelone.

A titre individuel comme collectif, la balance a d'abord penché en faveur de l'Argentin de 30 ans, lauréat des Ballons d'Or 2009, 2010, 2011, 2012 et 2015. Mais le Portugais a inversé la tendance petit à petit. Aujourd'hui, l'égalité est parfaite entre les deux attaquants: cinq Ballons d'Or et quatre sacres en Ligue des champions chacun. « Ce n'est pas anodin. Le fait qu'ils soient dans cette situation, les deux, c'est parce qu'ils se tirent la bourre ! C'est l'un qui engrène l'autre », a observé Zinédine Zidane, l'entraîneur du Real Madrid.

Jamais deux joueurs n'avaient pratiqué une telle hégémonie sur le trophée Ballon d'Or. Avec cinq récompenses chacun, ils ont totalement dominé la décennie. Il faut remonter à 2007 et au Brésilien Ricardo Kaka pour retrouver trace d'un autre footballeur récompensé. Et cela pourrait encore durer; les ogres Messi et Ronaldo en ont encore sous le pied. A moins qu'un certain Neymar vienne pertuber ce duel.

Page 5 sur 416

AUDIO

Epouses africaines
  https://youtu.be/bbus9GJ3OxA Ces femmes qui refusent de participer au budget familial ...
Rentrée Scolaire :
  VOICI LE LIEN https://youtu.be/V7rGqslDhOA ...
La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries

logotwitterFacebook