En marge du festival du film francophone d'Angoulême, l'ex-chef de l'Etat français est sorti de sa réserve mardi 22 août. Il a commenté pour la première fois l'action d'Emmanuel Macron, son successeur. François Hollande lui conseille de ne pas casser la reprise de la croissance en réformant brutalement le Code du travail. « Il ne faudrait pas demander aux Français des sacrifices qui ne sont pas utiles », a-t-il prévenu. Et d'ajouter : « Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait au risque de créer des ruptures ».

Le mois dernier, vantant son bilan, l’ex-président n’avait pas souhaité commenter l’action de son successeur. Cette fois, François Hollande a décidé de sortir de sa réserve pour clairement tacler Emmanuel Macron et ce sur un sujet sensible, la réforme du Code du travail.

Je pense que dès lors qu'on a des résultats qui arrivent, une croissance qui est beaucoup plus forte que celle qu'on a pu connaître ces dernières années, il faut absolument l'encourager, l'accompagner, l'amplifier et éviter des mesures qui pourraient être brutales. Un discours très critique, qui intervient au moment où le gouvernement met la dernière main à son projet. Tout au long de cette semaine, le ministère du Travail reçoit les syndicats pour leur présenter la dernière mouture du texte. La présentation définitive est, elle, prévue le 31 août prochain.

rfi

Plus de 9 millions d'Angolais se rendent aux urnes ce mercredi 23 août 2017 pour les élections législatives. L'enjeu : désigner une majorité, qui déterminera le gouvernement et la présidence du pays. Après la chute vertigineuse des cours du pétrole ces dernières années, l'économie fut un facteur non négligeable de cette campagne.

 

A la fin de la guerre civile, en 2002, l'Angola avait un atout de taille : la manne pétrolière, qui lui a permis de se reconstruire.

Dans la capitale Luanda et dans les principales villes du pays, des gratte-ciel ont fleuri, boostant la croissance qui s'affichait alors à deux chiffres. Et ce, jusqu'à la chute des cours du pétrole en 2014.

Quand le prix du baril s'est mis à baisser de moitié entre 2014 et 2016, Luanda a perdu la moitié de ses entrées en devises. Conséquence : sur le marché informel de change, le kwanza, sa monnaie, a perdu aussi la moitié de sa valeur.

Pis, pour l'économie, cette fixation du taux de change a eu pour effet de décourager les importateurs. L'an dernier, le niveau des importations françaises a par exemple chuté de 60 %.

Les agences de notation revoient les notes du pays à la baisse

Depuis 2014 et le début de la crise, pénuries et impayés se multiplient. Car l'Angola souffre du même mal que les autres pays producteurs de pétrole : c'est une économie peu diversifiée, qui importe presque tout.

Dans un pays qui ne produit presque rien sauf du pétrole, des diamants et des infrastructures, si l'importation de matériaux de construction coûte trop cher, les chantiers s'arrêtent. C'est ce qui arrive à Luanda comme dans d'autres villes.

Plus de devises, cela signifie aussi retard généralisé sur les transferts de fonds : deux à cinq milliards d'encours, murmure-t-on dans les milieux diplomatiques.

Depuis 2014, l'Angola nourrit toutes les inquiétudes. Pour faire des économies, l'Etat a ordonné des coupes budgétaires drastiques. Et malgré un rebond attendu des cours du brut, les agences de notation revoient les notes du pays à la baisse.

Conditions de vie de plus en plus dures pour la population

La dette publique se creuse, même si la situation macro-économique reste stable d'après les agences. Le 15 août dernier, les autorités ont averti qu'elles allaient bientôt émettre pour 2 milliards d'euros d'obligations pour refinancer la dette.

Pendant ce temps, la population souffre. La croissance n'a jamais tout à fait profité aux Angolais, qui ont subi de plein fouet les restructurations des entreprises publiques, mais également l'inflation, qui continue de dépasser les 40 %.

La crise était au cœur de la campagne et pourrait peser sur le vote. Les promesses de sortir de la dépendance au pétrole pour diversifier l'économie et créer plus d'emplois sont restées vaines pour l'instant.

De quoi nourrir le ressentiment. Hausse du chômage comme des prix, pénuries… Les conditions de vie sont de plus en plus dures pour la population.

L'Angola reste très mal classé en matière de corruption

La corruption continue de gangréner le système. L’Angola est classé 164e sur 176 pays au dernier classement de l’ONG Transparency International en la matière. Joao Lourenço, le candidat du MPLA, a promis de lutter contre.

Si de nombreux scandales ont entaché l'image de ce parti, il reste le parti-Etat, omniprésent en Angola. Mais l'entourage du président sortant, qui reste président du MPLA, est accusé d'avoir pillé les ressources du pays.

S’il veut conserver un certain soutien populaire, dans les zones rurales, les provinces et les quartiers populaires, il faut que l’Etat-parti retrouve un rôle social effectif. La population attend que le MPLA fasse plus, en particulier la nouvelle génération qui n’a pas connu la période de la guerre civile, les années 1980-1990 et leurs difficultés. Ils ont donc des attentes, une approche différente nécessairement. Lourenço va devoir apporter des changements pour améliorer leurs conditions de vie, ça ne va pas se régler en parlant de la guerre, de la crise liée à la chute des cours du pétrole.

RFI

Plus qu'une dizaine de jours avant la Tabaski, le nom donné à l'Aïd el-Kébir en Afrique de l'Ouest. Tout le monde est à la recherche d'un ou plusieurs moutons à sacrifier. Rien que dans la capitale sénégalaise, la demande est estimée à 260 000 têtes. Comme chaque année, la ville est donc devenue un immense point de vente.

Beaucoup des moutons vendus avant la Tabaski ont été élevés dans la cour de maison ou sur le toit d'un immeuble. Mais pour compléter cette offre dakaroise, des milliers d'autres bêtes sont ramenées chaque année de l'intérieur du pays, mais aussi du Mali ou de la Mauritanie.

Sur le trottoir d'une rue passante de la capitale sénégalaise, un groupe d'adolescents discute, tout en gardant un œil sur plusieurs dizaines de moutons mis en vente par les habitants de leur quartier. Ici, les prix varient entre 150 et 350 000 francs CFA par tête.

Et le marché donne lieu à toutes sortes de spéculations. « Parfois, ici, ils achètent un mouton à 110 000 francs CFA. Ils le gardent à la maison, le nourrissent pendant quelques mois, puis lorsque la fête est très proche, ils le revendent en doublant souvent le prix », explique Cheikh Loum, un étudiant chargé de la surveillance du cheptel de son père.

« Save Dakar » regrette l'occupation de l'espace public

Des milliers de moutons sont actuellement exposés dans les rues de la capitale. Ce qui ne va pas sans certains désagréments. Dans le quartier de Soumbedioune, des dizaines de béliers ont ainsi été regroupés sur un terre-plein central réservé habituellement aux piétons.

Mandione Laye Kébé, de la campagne digitale « Save Dakar », dénonce les comportements à l'origine de la dégradation de la capitale sénégalaise. Pour lui, la vente des moutons destinés à la Tabaski ne devrait pas avoir lieu à chaque coin de rue.

« Normalement, ici, c’est pour les piétons, mais les vendeurs de moutons l’ont transformé en marché », observe-t-il. « Ils mettent en danger la population, marchent dans la rue et occupent l’espace réservé pour les piétons… C’est dommage. »

Mais pour l'heure, la préoccupation des Dakarois n'est pas l'état de leur ville ou l'aménagement des points de vente, mais bien de trouver un mouton avant le jour de la Tabaski.

RFI

Les bureaux de vote ont ouvert en Angola, où plus de 9 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour les élections législatives ce mercredi 23 août. Le parti qui obtiendra la majorité au Parlement décrochera la présidence du pays. L'actuel chef de l'Etat, José Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 38 ans, cède sa place. Le candidat du MPLA, son parti, devrait normalement lui succéder. Il s'agit de l'ancien ministre de la Défense, João Lourenço.

Le vote a démarré ce mercredi 23 août à 7 h, heure locale (6 h TU) dans tout le pays. Plus de 9 millions d'électeurs sont appelés aux urnes dans ce pays qui compte quelque 24 millions d'habitants.

• Quels sont les partis en lice ?

Le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA), le parti-Etat qui tient tous les leviers du pays depuis 42 ans – soit plus longtemps que le président sortant José Eduardo dos Santos lui-même -, est un mouvement de libération d’inspiration marxiste-léniniste, converti au capitalisme sauvage.

Pendant la campagne, les drapeaux du MPLA étaient omniprésents et les affiches des autres candidats étaient arrachées. Le MPLA a d’ailleurs une cellule dédiée à ces arrachages dans chaque ville du pays.

Et sur les deux principales chaînes télévisées d'Angola, il recueillait plus de 80 % de l’attention médiatique, selon les décomptes réalisés par de jeunes activistes.

En face, son rival historique, l’Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (Unita), a déjà déposé un recours et espère encore gagner. C’est en tout cas ce qu’affichent sa direction et ses militants.

Mais lors du dernier meeting de l’Unita, son leader Isaias Samakuva a dénoncé une fraude et a rappelé qu’il y avait le secret du vote, appelant les électeurs à ne pas se laisser intimider par la machine MPLA.

Parmi les quatre autres partis en compétition, une formation fait beaucoup parler d’elle : la Casa-Ce. Cette toute jeune coalition de l’opposition, créée en 2012 peu avant les précédentes élections générales, semble séduire de plus en plus de jeunes urbains.

► A(re)lire :

• Pour son dernier meeting, l'Unita dénonce déjà des irrégularités

• « Quand vous n’êtes pas avec le MPLA, vous êtes contre le MPLA »

• Quels sont les enjeux du scrutin ?

Si, comme annoncé, le MPLA remporte la majorité et donc la présidence, José Edouardo dos Santos sera tout de même remplacé à la tête de l’Etat après 38 ans de présidence. Mais ses successeurs auront affaire à de nouveaux défis.

Ils leur faudra prendre la tête du pays dans un contexte de crise économique et de grogne sociale sans précédent, et avoir affaire surtout à l’entourage de l’ancien président, propriétaire de la plupart des grandes entreprises du pays et accusé de gabegie.

RFI

Page 1 sur 356

AUDIO

La chronique de Pape
https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc   https://www.youtube.com/watch?v=fAvdWQuvIqc ...
A nos sœurs et frères-Ne
  https://youtu.be/hrqEGnjyNMk Pensez aux images sui tournent sur les réseaux sociaux ; ...

Video galleries